Navigation – Plan du site

Avant-propos

Line Cottegnies

Texte intégral

« Tickets, please ! » said the Guard, putting his head in at the window. In a moment everybody was holding out a ticket : they were about the same size as the people, and quite seemd to fill the carriage.
(…)
All this time that Guard was looking at her, first through a telescope, then through a microscope, and then through an opera-glass. At last he said « You’re traveling the wrong way, » and shut up the window, and went away.

1Dans Through the Looking-Glass, Alice se trouve à un moment donné à bord d’un train dont elle ignore la destination. Un contrôleur l’observe longuement et sans aménité, pour finir par décréter qu’elle voyage « the wrong way » – avec l’ambiguïté propre au terme, moralement ou socialement inacceptable, à moins ce ne soit impropre dans un sens physique, voire impossible selon les lois de la physique. Il est ironique de constater que Margaret Cavendish, Marquise, puis Duchesse de Newcastle, aura entendu ces reproches à de multiples reprises, à son propos, ou dirigés contre l’héroïne de son extraordinaire roman scientifique, A Discovery of a New World, Called the Blazing World (Londres, 1666), dans lequel ses détracteurs ont souvent vu un récit échevelé, extravagant, mais aussi, forcément, absurde ou scandaleux, puisque de la plume d’une femme.

2Pourtant, le texte, considéré parfois comme l’un des premiers récits de « science fiction », occupe historiquement une place très importante : entre « romance » et roman moderne, entre utopie et dystopie, entre satire ménippée et récit scientifique, il constitue une « folie » générique, un objet romanesque hybride à la fantaisie débridée, qui oscille de fait entre plusieurs genres et codes discursifs dont il joue avec brio. Lire ce texte est pour le lecteur un dépaysement, dans tous les sens du terme : récit de voyages dans un monde imaginaire, structuré par une série de passages et de traversées (de mondes, d’océans, de mers, de rivières, d’îles, d’étendues de terre), mais aussi voyage du texte, de sources en sources et de genres en genres, en même temps qu’enquête au travers des nouvelles disciplines scientifiques émergentes au 17e siècle.
On ne pouvait mieux signifier la fascination de l’époque moderne pour le nouveau champ que constitue la science, fascination qui résonne bien au-delà du cercle étroit des hommes (et des quelques femmes) qui la font, mais aussi les enjeux de pouvoir qui l’accompagne. Tous les textes de ce volume, qui sont issus des travaux du séminaire Epistémè des deux dernières années, explorent à leur manière cette fascination qui voit les écrivains du 17e et du 18e siècle – de Shakespeare à Swift – s’approprier ce nouveau champ, tout en en déplaçant les enjeux. Ils ont tous au fond pour objet le travail particulier de la littérature qui, tout en reflétant les glissements épistémologiques, en diffracte les modalités.
Nous tenons à remercier ici chaleureusement celles et ceux qui ont participé à nos séminaires et aux deux journées d’étude sur « Optique et littérature » et sur « Voyages imaginaires », et qui ont accepté de retravailler leur communication pour en faire un article.

          Line Cottegnies, pour le comité de rédaction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Line Cottegnies, « Avant-propos », Études Épistémè [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://episteme.revues.org/950

Haut de page

Auteur

Line Cottegnies

Articles du même auteur

Haut de page
  • Revues.org