Navigation – Plan du site
Milton et le tyrannicide

Le tyran en question chez John Knox et Christopher Goodman

Pierre Janton

Résumés

Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, John Knox et Christopher Goodman, l’un en Écosse, l’autre en Angleterre, formulent chacun une théorie de la résistance au prince dans la veine calviniste qui servira de base aux théories ultérieures du XVIIe siècle. L’approche de la question politique de l’obéissance au roi passe d’abord par la question de la liberté de conscience.

Haut de page

Texte intégral

1Le 24 janvier 1564 Calvin écrit à Renée de France, belle-mère de François de Guise assassiné en 1563 par Poltrot de Méré. Elle a regretté que les huguenots manifestent ostensiblement leur satisfaction de voir disparaître celui qui avait déclenché la première guerre de religion par le massacre de Vassy en mars 1562. Calvin est à quatre mois de sa mort. Ce qu’il dit à sa correspondante représente avec sincérité son attitude envers le tyran et le tyrannicide : elle n’a pas été la seule à ressentir beaucoup d’angoisse à cause des troubles advenus.

  • 1 Voir Lettre 4074 in Thesaurus Epistolicus (t.11), in Jean, Calvin, Ionnis Calvini Opera quae supers (...)

Or, si le mal fâchait tous les gens de bien, Monsieur de Guise, qui avait allumé le feu, ne pouvait pas être épargné. Et de moi, combien que j’aie toujours prié Dieu de lui faire merci, si est-ce que j’ai souvent désiré que Dieu mît la main sur lui pour en délivrer son Église, s’il ne se voulait convertir. Tant y a que je puis protester qu’il n’a tenu qu’à moi que, devant la guerre, gens de fait et d’exécution ne se soient efforcés de l’exterminer du monde, lesquels ont été retenus par ma seule exhortation.1

  • 2 Voir Lettres 3139, 3150 in Thesaurus Epistolicus (t.8), in op. cit., XVII.

2Nous touchons ici au degré zéro du tyrannicide et la position de Calvin mourant s’inscrit dans la continuité des lettres et encycliques qu’il adresse aux persécutés protestants en France entre 1557 et 15592, période d’atrocités généralisées depuis la chambre ardente (1547), et les édits de Châteaubriant (1551) et de Compiègne (1557). Calvin préconise comme seule chrétienne l’attitude de non-violence et la politique de la joue tendue.

3En juin 1564, l’assemblée générale de la Kirk, qui n’a pas encore appris la mort du réformateur, s’ouvre par un sermon de Knox sur Romains 13 :1, verset tenu pour justifier l’obéissance absolue mais que les persécutions mettent en question :

  • 3 John Knox, History of the Reformation in Scotland, W.C. Dickinson (éd.), London, Thomas Nelson and (...)

« Il n’y a d’autorité que par Dieu et celles qui existent sont établies par lui. Ainsi celui qui s’oppose à l’autorité se rebelle contre l’ordre voulu par Dieu. » Le protestantisme semble avoir triomphé en Écosse. Depuis août 1560, le parlement a aboli la messe et l’autorité du pape. Mais Marie Stuart, débarquée de France en août 1561, n’a pas ratifié la loi et célèbre sa messe privée avec l’assentiment d’une partie des nobles. En marge de l’assemblée générale, Knox affronte Lethington, le secrétaire protestant de la reine, sur le droit et même le devoir des sujets à sanctionner l’autorité. Fondé sur une analyse de textes vétérotestamentaires, il constate (1) que des sujets ont désobéi à un roi sans offenser Dieu pour délivrer un innocent ; (2) qu’ils n’ont pas désobéi en refusant d’obéir à un roi ; (3) que ceux qui ont exécuté l’ordre injuste ont été réputés criminels devant Dieu ; (4) que Dieu a couronné un sujet et armé des sujets contre leurs rois naturels ; et (5) que le peuple de Dieu a exécuté la loi divine sur son roi comme si celui-ci était le plus humble sujet du royaume3.

  • 4 « subjects were not bound to obey their princes if they commanded unlawful things » (Knox, ibid., I (...)
  • 5 « and what harm […] should the commonwealth receive, if that the corrupt affections of ignorant rul (...)
  • 6 Pierre Janton, « La messe chez les réformateurs britanniques au XVIe siècle », in La controverse re (...)

4Il tire de ces constatations que « les sujets ne sont pas tenus d’obéir à leurs princes si ceux-ci donnent des ordres illégitimes »4, ce qui signifie, comme le remarque Lethington, que les sujets peuvent contrôler leur prince. À quoi Knox donne une réponse d’éternelle actualité : « Et quel mal la chose publique en recevrait-elle, si les affections corrompues de gouverneurs ignorants étaient tempérées et tenues en bride par la sagesse et la modération de pieux sujets ? »5. L’objectif de Knox est de faire interdire la messe privée de la reine en application des lois d’août. Le problème apparaît ainsi sous un double aspect : religieux quant à l’idolâtrie de la reine, et politique quant au rapport des sujets avec le souverain. On n’imagine guère, aujourd’hui que le sacré, continuant son évolution, s’est déplacé vers des idoles matérielles, combien il revêtait alors une importance vitale, et on se tromperait en réduisant l’idolâtrie à une hyperbole rhétorique. Le salut de l’âme hantée par sa destination éternelle dépendait de sa façon d’appréhender le sacré, comme en dépendait la sécurité d’une société terrorisée par l’éventualité du courroux divin déversé sur les adorateurs de faux dieux. Or l’hostie, divinisée par l’impanation de la divinité, constituait une idole vénérée par les ignorants. L’enjeu immédiat était de taille. En la renversant, les réformateurs ruinaient l’édifice romain bâti sur la messe sacrificielle et les espèces transsubstantiées. Du même coup, ils ruinaient la prêtrise hiérarchique seule habilitée à gérer le sacré6.

  • 7 « If their princes exceed their bounds […] and do against that wherefore they should be obeyed, it (...)

5Par le levier du religieux ils ébranlaient l’institution ecclésiastique, mais ils savaient depuis Luther qu’ils ne pouvaient agir sans la force du pouvoir civil. Si, dans les cités et principautés indépendantes, princes et magistrats voyaient dans la Réforme un moyen de contrôler l’Église et ses biens, les monarchies absolues voyaient le danger de perdre leur absolutisme et s’adossaient à celui de la papauté également menacée. Marie Stuart l’avait compris dès sa première entrevue avec Knox. Elle lui avait reproché d’enseigner une autre religion que celle du prince, et il avait montré l’inanité de l’argument : où serait le christianisme si les Apôtres avaient respecté la religion des empereurs romains ? Elle lui avait demandé si les sujets ont le droit de désobéir à leur prince, et il avait répondu que « si les princes excèdent leurs limites [...] et agissent à l’encontre de ce pourquoi ils devraient être obéis, il n’y a aucun doute qu’on peut leur résister »7. Elle avait conclu alors, stupéfaite, qu’elle devrait être sujette de ses sujets.

  • 8 « for I speak of the people assembled together in one body of a Commonwealth, unto whom God has giv (...)
  • 9 « I cannot hastily be of counsel » (Knox, ibid., II, p. 122).
  • 10 La cité de Magdebourg acquise à Luther avait soutenu pendant un an le siège de Maurice de Saxe.
    Aux (...)
  • 11 Voir Knox, ibid., II, p. 132 : « Principes omnes, tam supremi quam inferiores, possunt et debent re (...)

6On voit ainsi comment l’approche de la question politique de l’obéissance au roi passe d’abord par le religieux. Pendant quelque temps, Knox a espéré que la reine se détournerait de son idole. Il alla même jusqu’à lui dire qu’il était prêt à voir en elle une seconde Déborah, mais son espoir ne dura pas. En 1564, Knox sommait les protestants proches du pouvoir d’interdire la messe de la reine. Lethington ne doutait pas plus que Knox que Dieu ordonne de punir l’idolâtre et que la messe est une idole. La question qu’il pose est : par qui ? Et Knox répond : « par le peuple de Dieu » qu’il définit ainsi : « je parle du peuple assemblé en un corps, celui d’un État [commonwealth], à qui Dieu a donné assez de force, non seulement pour résister, mais aussi pour supprimer toute espèce d’idolâtrie évidente. Et un tel peuple, je le répète, est tenu de garder son pays propre et impollu »8. Bien qu’aux Chrétiens assujettis à des tyrans et à des infidèles, trop dispersés pour avoir d’autre recours que la prière, il ne « veu[ille] donner de conseil hâtif »9, Knox se sent ici fort de l’opinion publique et des lairds. Il évoque l’Apologie de Magdebourg (1551) dans laquelle pasteurs et magistrats avaient justifié leur résistance à Charles Quint10, et un de ses collègues produit une motion de l’université de Bologne en faveur d’un régime de gouvernement contractuel11. Mais lui va plus loin et passe successivement du droit de résistance, au contrôle du souverain par les sujets et enfin à l’épuration selon que son parti se heurte au pouvoir catholique ou le domine. La question de l’obéissance à Dieu et de la désobéissance au prince ouvre ainsi une porte au pouvoir des sujets et une brèche dans celui des rois. Or, cette brèche que l’absolutisme colmate par la répression met en péril le droit divin et le divin lui-même : c’est pourquoi les monarques absolus défendent leur pouvoir politique par des arguments religieux en combattant l’hérésie accusée non seulement de sédition mais de sacrilège.

  • 12 Voir Luther I, 150 ss [An den christlichen Adel deutscher Nation (1520)] & IV, 64 ss [Von weltliche (...)
  • 13 William Tyndale, Doctrinal Treatises and Introductions, H. Walter (éd.), Cambridge, The Parker Soci (...)
  • 14 Peter Lorimer, John Knox and the Church of England, London, 1875, p. 259.

7Ils ont pour eux l’interprétation théologique traditionnelle de Romains 13 :1-2, encore que nuancée par Actes 5 :29 sur l’obéissance à Dieu. Tout en prêchant la soumission aux princes, Luther en avait montré les limites12, puis la guerre des paysans et les soulèvements anabaptistes avaient jeté les réformateurs du côté de l’ordre qui soutenait leur cause. Tyndale, croyant Henri VIII d’humeur réformiste, avait enseigné The Obedience of a Christian Man (1528)13. Edouard VI ayant succédé au tyran, Cranmer utilise l’argument de lèse-majesté contre le catholique Gardiner tandis que Knox embouche la trompette de l’obéissance inconditionnelle aux magistrats « si méchantes que soient leurs mœurs ou impies leurs préceptes ou leurs ordres », avec cependant une restriction : « excepté sur les articles principaux de la religion, car il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu’à l’homme »14. Nommé chapelain royal, il prêche alors dans le nord catholique des sermons radicaux contre la messe. Le ton change à l’accession de Marie Tudor lorsque, contraint à l’exil et à l’errance, il va développer une doctrine non seulement de la résistance mais de la subversion.

  • 15 « Wherefore such a wicked prince must godly men suffer, seeing they be private persons, and have no (...)
  • 16 « To be short: Because powers be of God, tyrannie must be abidden […] Wherefore, seeing thou art ce (...)
  • 17 Voir Kingdon, ibid, p. 108.

8Chez lui, la théorie se rapporte toujours à un contexte précis et elle évolue en fonction de celui-ci. En 1561, quand il s’en explique avec Marie Stuart, un autre réformateur, qui a été persécuté comme lui, en reste à la position traditionnelle sur Romains 13. Pierre Martyr Vermigli enseigne alors à Zurich et ses cours, imprimés onze ans après sa mort dans un recueil de Lieux communs (1573) ne mentionnent le tyrannicide que pour le réprouver. Pour lui, le tyran est celui qui gouverne contre 1’honnêteté et le droit, mais les chrétiens doivent le supporter « voyant que ce sont des personnes privées et qu’ils n’ont aucune autorité sur lui »15. Ce serait sédition que de se révolter et l’exemple de Gédéon, Samson, Jephté, prouve que Dieu les avait spécialement autorisés, puisqu’il légitima leur action par des miracles subséquents. « Bref, parce que les puissances sont de Dieu, la tyrannie doit être supportée »16. Le seul recours possible est d’en appeler au tribunal de Dieu, en l’absence de pouvoir supérieur ou plus grand auquel le tyran doive obéir17. En ce qui concerne les persécutions, Vermigli rejoint Calvin : les tyrans sont les agents du diable dont Dieu se sert pour faire éclater finalement sa victoire et pour multiplier l’Église par le sang des martyrs. Calvin ajoute que par ces épreuves, Dieu corrige ses élus et leur enseigne à ne placer leur confiance qu’en lui. La doctrine de Knox est beaucoup plus dynamique : parce que Dieu menace toute la communauté qui pactise avec les idoles, le devoir du chrétien en même temps que son salut commande de chasser l’idolâtre ou de le convertir, fût-il prince ou sujet. Non seulement l’obéissance à l’impie est désobéissance à Dieu, mais la présence même de l’idole est sacrilège devant lui.

  • 18 Voir Jean, Calvin, Institution Chrétienne, J. Pannier (éd.), Paris, Belles Lettres, 1961, t. IV, p. (...)
  • 19 Voir Knox, op. cit., II, p. 117.
  • 20 Voir Knox, ibid.., II, p. 118.

9Pour arriver à cette conclusion, Knox doit infléchir Romains 13. Ayant défini le rôle de l’autorité au sens luthéro-calviniste (l’autorité est juste et nécessaire pour protéger les sujets et garantir l’ordre de la société)18, il distingue l’institution divine et les personnes qui en ont la charge19. Si les princes outrepassent leurs limites en ordonnant des choses illicites devant Dieu, les sujets ont le droit de leur résister et ne sont pas liés à souffrir éternellement. Le peuple résista à Saül quand celui-ci ordonna la mort de Jonathan. Quand Doëg massacra Achimelech et les prêtres sur l’ordre de Saül, il n’obéit pas à une juste autorité mais commit un meurtre qui le damna (Psaume 52). Knox en conclut que l’autorité dont parle Romains 13 :2 est distincte des ordres injustes des hommes qui l’exercent. Elle réside dans le juste pouvoir dont Dieu arme ses lieutenants pour qu’ils punissent le péché et exaltent la vertu. En conséquence, si des hommes craignant Dieu s’opposent à la fureur aveugle des princes, ils ne résistent pas à Dieu mais au diable qui abuse de l’autorité divine20. Quand Lethington objecte qu’il ne voit pas de commandement autorisant le peuple à punir son roi idolâtre, Knox rétorque :

  • 21 « - I find no more privilege granted unto kings […] by God, more than unto the people, to offend Go (...)

Je ne trouve pas que […] Dieu ait accordé aux rois plus qu’au peuple le privilège d’offenser la majesté divine.
D’accord, dit Lethington, mais le peuple n’a pas le droit de juger son roi bien qu’il soit idolâtre.
Dieu, dit l’autre, est le juge universel, tant du roi que du peuple ; ainsi, ce que sa parole commande de punir chez l’un n’est pas à absoudre chez l’autre.
Nous sommes d’accord sur ce point, dit Lethington ; mais le peuple n’a pas le droit de se faire l’exécuteur du jugement de Dieu, mais il doit le laisser à Dieu, qui punira par la mort, la guerre, la prison ou quelque autre plaie.
Je reconnais la justesse de la dernière partie de votre argument, dit John Knox, mais quant à la première, à savoir que le peuple, voire une partie du peuple, n’a pas le droit d’exécuter le jugement de Dieu sur son roi, qui se rendrait coupable, je suis sûr que vous n’avez pas d’autre autorité que votre imagination et l’opinion de ceux qui craignent plus d’offenser les princes que Dieu.21

  • 22 « to resist a tyrant is not to resist God, nor yet his ordinance » (Knox, ibid., II, p. 130).

10Dans l’Histoire de la Réformation, ce dialogue occupe plus de vingt pages qui sont parmi les meilleures du théâtre britannique. Il se termine par une motion proposée par Knox : « Que résister à un tyran n’est pas résister à Dieu ni à son ordonnance »22. Non seulement il est passé de la résistance à l’épuration mais de l’idolâtrie à la tyrannie, l’une se confondant avec l’autre, car dans l’Europe du XVIe siècle, il n’y avait pas d’exemple, sauf peut-être en Pologne, qui permît de les distinguer. Par quelles étapes Knox est-il arrivé, en 1564, à cette position ?

  • 23 « But now, sall sum demand, What then? Sall we go and slay all Ydolateris? That wer the office, dei (...)
  • 24 Knox interprète ici Romains 1: 32: « Because […] men knaweth the Justice of God, and doing the cont (...)
  • 25 Bullinger à Calvin, L 1934 du 26.3.1554, Thesaurus epistolicus, t. 6, in Œuvres complètes, op. cit. (...)

11Jusqu’en 1554, prédicateur itinérant chargé d’inculquer les doctrines nouvelles, il concentre ses attaques sur la messe, qui est le point de rupture insurmontable entre les deux religions. Le pouvoir catholique revenu, les prédicateurs quittent l’Angleterre et dès lors la cible se déplace de l’idolâtrie vers l’idolâtre. En janvier 1554, Knox achève à Dieppe un texte publié en mai sous deux titres : An Admonition or Warning et A Godly Letter à l’intention de ses anciennes congrégations de Berwick, Newcastle et Londres pour les détourner de la messe et prôner la résistance passive, non sans évoquer le cas extrême. Après avoir comparé l’Angleterre de Marie au royaume de Juda avant la chute de Jérusalem, il conclut que l’Angleterre pèche encore plus que Juda par son mépris des prophètes et donc subira un sort pire si elle ne revient pas à la droite religion. « Mais, demandera-t- on, que faire ? Allons-nous massacrer tous les idolâtres ? Ce serait l’office, chers frères, de tous les magistrats civils de ce royaume. Mais de vous il n’est requis que d’éviter de participer [...] à leurs abominations »23. La suppression des idoles n’incombe pas au particulier mais relève de la responsabilité collective : toute la tribu de Benjamin a péri avec les adultères « parce que les hommes, connaissant la justice de Dieu et faisant le contraire, méritent la mort, non seulement ceux qui commettent l’iniquité mais aussi ceux qui l’acceptent »24. Quelques semaines plus tard, Knox visite les églises suisses et pose aux pasteurs des questions que rapportent Bullinger et Calvin. Deux d’entre elles concernent l’obéissance et envisagent même la résistance armée : les gouverneurs de villes ou de forteresses peuvent-ils user des armes pour se protéger de la violence impie ? Quel parti les justes devraient-ils prendre au cas où des chefs protestants s’opposeraient militairement à un roi idolâtre25 ?

  • 26 Knox, ibid., III, p. 221-26.
  • 27 Voir Knox, ibid., III, p. 223-26.
  • 28 Voir Knox, A Comfortable Epistle to Christ’s Afflicted Church, in Knox, ibid., III, p. 244, p. 245- (...)
  • 29 « With thys hatred [Il s’agit de la « haine parfaite » du Psaume 139 : 22] may we [hate] tyrantes, (...)
  • 30 Knox, Admonition, in Knox, ibid., III, p. 296.
  • 31 « God, for his great mercies sake, stirre up some Phinees, Helias, or Jehu, that the bloude of abho (...)
  • 32 Knox, Admonition, in Knox, ibid, III, p. 311.

12Calvin répond qu’en aucun cas les sujets ne doivent s’armer et qu’une reine, bonne ou mauvaise, doit être obéie en tant que souveraine26. Quant à Bullinger, il concède qu’il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, mais il ne se prononce pas sur une résistance seigneuriale et exhorte à n’attendre la solution que de Dieu27. Knox transmet le conseil aux persécutés anglais en mai 155428tout en les exhortant, comme le prophète Jérémie, à « haïr les tyrans et prier ardemment pour leur destruction, fussent-ils rois ou reines, princes ou prélats »29. En juillet le ton se durcit. Sa Faithful Admonition unto the Professors of God’s Truth in England a beau remettre la vengeance à Dieu, son indignation flambe contre la reine sanglante comparée à Athalie et à Jézabel. Il l’accuse de trahison30, regrette qu’elle n’ait pas été envoyée en enfer, et souhaite « que Dieu, dans sa grande miséricorde, suscite un Phinées, un Élie, un Jéhu, afin que le sang des idolâtres abominables apaise le courroux de Dieu pour qu’il ne consume pas toute la multitude. Amen »31. Ne voit-on pas en Exode 32 les fils de Lévi, à l’appel de Moïse, parcourir le camp en tuant chacun son frère ou son parent idolâtre ? Cet exemple prouve que la parole de Dieu dans la bouche de Moïse prévalut chez beaucoup sur les affections naturelles et les força à exécuter la vengeance divine sur les impies32. On voit la même puissance à l’œuvre au sein d’un groupe en Jérémie 38 :2-3 et Jonas 3. Elle peut soulever les foules et en susciter un Jéhu. Celui-ci toutefois ne peut pas sortir d’un projet humain, mais il doit provenir d’une initiative de Dieu. Knox prépare ainsi le terrain tout en le circonscrivant avec prudence.

13Depuis son départ d’Angleterre, il a voyagé en Suisse, séjourné à Francfort et à Genève puis est revenu en Écosse en septembre 1555. Une tournée de prédications clandestines lui a permis de constater la ferveur du peuple, l’hostilité à la régente française, Marie de Guise, et la détermination de nombreux seigneurs. Ce sont eux qui le persuadent de demander à la régente de « promouvoir la vraie façon d’adorer Dieu et réprimer la tyrannie des impies au sein de votre royaume ». Le style remarquablement irénique n’a pas de quoi inquiéter le pouvoir, car il donne des fidèles une idée de parfaite soumission en accord avec la non-violence calvinienne :

  • 33 « Their victory standeth not in resisting, but in suffering […] Our soverane Master pronounceth to (...)

Leur victoire ne consiste pas à résister mais à endurer [...]. Notre souverain maître dit à ses disciples que c’est par la patience qu’ils possèderont leur âme. Voilà ce qu’a annoncé le prophète Esaïe en montrant que tout autre combat s’accomplit dans la violence, le tumulte et l’effusion de sang ; mais que la victoire du peuple de Dieu s’accomplit dans le calme, le silence et l’espérance [...]. Ils supportent tout selon le commandement de Celui qui leur a donné de souffrir ; assurément persuadés de triompher seulement là où les hommes les jugent opprimés ; car la croix du Christ contient toujours une victoire secrète et cachée ...33

14Ayant ainsi tenté de gagner la régente par un langage de bonne volonté, il retourne à Genève au début juillet l556, accompagné de sa famille, pour y prendre la charge de pasteur de la communauté anglaise. À peine installé, il reçoit un appel des nobles écossais et après quatre mois de réflexion, il arrive à Dieppe en octobre 1557. Deux lettres l’y attendent, dans lesquelles ses protecteurs lui demandent de différer son voyage. Cette déception relance aussitôt sa réflexion politique. Dans une première lettre datée du 27 octobre, brandissant sur les nobles pusillanimes la menace du courroux divin, il les engage :

  • 34 « […] that you ought to hazard your own lives (be it against kings or emperors) for their deliveran (...)

[…] à risquer la vie, fût-ce contre rois ou empereurs, pour délivrer [leurs sujets]. Car, pour cette raison seulement vous êtes appelés princes du peuple et vous recevez de vos frères honneur, tribut et hommage selon le commandement de Dieu ; non pas en raison de votre naissance ou de vos ancêtres comme la plupart le supposent à tort, mais en raison de votre office et de votre devoir, qui est de défendre et délivrer vos sujets et frères de toute violence et oppression [...]. Votre conscience sera forcée de reconnaître un jour que la réforme de la religion et des énormités publiques appartient à plus que le clergé ou qu’aux chefs principaux appelés rois.34

15Cet appel à la noblesse chrétienne de la nation écossaise la place clairement en face de ses devoirs. Une seconde lettre, datée du 17 décembre, le montre conscient du risque auquel des ambitions personnelles pourraient exposer la Cause et il exhorte :

  • 35 « […] that with all simplicitie and lawful obedience […] ye seik the favours of the Authoritie, tha (...)

[…] qu’en toute sincérité et légitime obéissance [...] vous recherchiez la faveur de l’Autorité, afin que celle-ci avance si possible la cause pour laquelle vous luttez, ou du moins ne la persécute pas ; si après d’humbles requêtes vous ne l’obtenez pas, alors, en vous déclarant ouvertement et solennellement prêts à obéir à l’Autorité en toutes choses qui ne sont pas franchement contraires à Dieu, vous pouvez légitimement en arriver à l’extrémité, à savoir faire en sorte, avec ou sans l’accord de l’Autorité, que l’Évangile du Christ soit prêché et ses saints sacrements droitement administrés.35

16Cette procédure protège des accusations de sédition et institue un ordre hiérarchique par lequel les magistrats ou chefs subalternes font remonter les aspirations de la base jusqu’au pouvoir suprême qui, dès lors, assume seul le risque de la désobéissance.

  • 36 « Onlie they which to the death resist such wicked lawes and decrees are acceptable to God, and fai (...)
  • 37 Knox, Lettre à la Régente, 2ème édition, in Knox, ibid., IV, p. 457.

17Le ton change en 1558, d’abord avec une série de lettres adressées aux corps constitués, puis avec son Premier coup de trompette contre le gouvernement monstrueux des femmes. En Écosse, la régente, après avoir obtenu le mariage de Marie Stuart avec le dauphin de France, affirme son pouvoir avec l’appui des Français et manifeste son hostilité. Elle a reçu la lettre de Knox et l’a traitée de pasquinade ; elle a laissé brûler Knox en effigie peu après son départ et laissé condamner un vieux prêtre hérétique en avril 1558. Knox publie une version augmentée de sa lettre à la régente, dans laquelle il érige la désobéissance en principe : qui défend un prince idolâtre, fût-ce par son silence, conforte le tyran dans sa tyrannie et ainsi ne lui donne pas une juste obéissance. « Seuls ceux qui résistent jusqu’à la mort à ces méchantes lois sont acceptables devant Dieu et fidèles à leur prince »36, car Dieu détruit la postérité des princes idolâtres37. Parallèlement, Knox lance à la noblesse un Appel de la sentence prononcée par les évêques et le clergé pour demander aux nobles et au parlement de garantir la liberté d’expression. Les nobles doivent exercer leur autorité sur le clergé, s’opposer aux persécutions et instruire le peuple, car Dieu les a désignés comme ses lieutenants pour gouverner leurs frères. Selon Romains 13, les autorités ont le devoir de punir le mal et protéger l’innocence, donc de réformer la religion et de châtier les faux prophètes. Or, écrit-il :

  • 38 « […] for now the commune song of men is, We must obey our Kinges, be they good or be they bad; for (...)

[…] le refrain qu’on entend partout est qu’il faut obéir à nos rois, bons ou mauvais, car Dieu le veut [...]. Certes, Dieu ordonne d’obéir aux rois mais il n’est pas moins vrai que, là où ils offensent sa gloire ou enragent contre leurs frères, membres du corps du Christ, il n’a pas ordonné d’obéir et même il a grandement récompensé ceux qui s’opposaient à leurs ordres impies.38

  • 39 Knox, The Appellation of Iohn Knox from the cruel and most injust sentence … with his supplication (...)
  • 40 « it doth no lesse appertaine to you, beloved Brethren, to be assured that your faith and religion (...)
  • 41 Knox, To his Beloved Brethren the Commonaltie of Scotland, in Works IV, p. 534.
  • 42 « To speak this matter more playne, as your Princes and Rulers are criminal with your Byshoppes of (...)

18Knox ne s’arrête pas là. En cas de défection générale, c’est le rôle des fidèles de punir les idolâtres selon que Dieu en fournit les moyens, comme on le voit en Josué 22 et Juges 2039. Dans le climat politique de l’Écosse, cette déclaration pouvait susciter un Jéhu, d’autant qu’elle visait la fraternité qui unit humbles et grands. Puisqu’en Christ tous sont égaux, dit-il dans sa lettre To his beloved brethren the commonalty of Scotland, « il ne vous appartient pas moins, frères bien-aimés, qu’à vos princes ou gouvernants, de vous assurer que votre foi et religion se fondent sur la Parole vraie et indubitable de Dieu [...] il ne vous appartient pas moins qu’à votre roi ou à vos princes de faire en sorte que le Christ soit prêché en vérité parmi vous »40. Si les supérieurs préfèrent soutenir le tyran, les sujets peuvent se chercher des enseignants, les défendre et les entretenir en refusant de payer l’impôt ecclésiastique41. Sans en appeler à la force, apanage des responsables supérieurs, il préconise la résistance active en invoquant la responsabilité collective. « Pour parler clairement, de même que vos princes et gouvernants sont coupables avec vos évêques de toute idolâtrie commise […], de même êtes-vous coupables des mêmes crimes que vos princes et gouvernants »42.

  • 43 Goodman (c.1518-c.1603) et Knox se rencontrèrent à Chester, d'où Goodman était originaire, sous le (...)

19On croirait ces paroles empruntées à Christopher Goodman, si elles ne précédaient pas de quelques semaines le traité de ce dernier, How Superior Powers Ought to Be Obeyed, préfacé par William Whittingham le 1er janvier 1558. Cette proximité fait ressortir une pensée commune qui se reflète jusque dans le vocabulaire. Knox et Goodman se sont connus à Chester sous Edouard VI et ont gagné le continent par des routes différentes après l’accession de Marie Tudor. Ils se sont retrouvés à Francfort puis à Genève comme pasteurs de l’Église anglaise. Leur amitié43, trempée à une égale militance, parle d’une seule voix. Tous deux démontrent que les sujets ont le devoir de détruire l’idolâtrie si les supérieurs s’y refusent :

  • 44 « And thoghe it appeare at the firste sight a great disordre that the people shulde take unto them (...)

Et bien qu’il semble à première vue que ce soit un grand désordre que le peuple prenne sur lui de punir la transgression, toutefois, quand les magistrats et autres officiers cessent de faire leur devoir, il est pour ainsi dire dépourvu d’officiers, bien plus, c’est même pire que s’il n’en avait pas du tout, et alors Dieu met l’épée dans la main du peuple qui prend directement la tête, s’il cherche à appliquer ses lois, et Dieu a promis de le défendre et de le bénir.44

20Il tire de Josué 22 qu’il est exigé de tous d’exécuter les transgresseurs des lois divines, quelles que soient les personnes sans exception :

  • 45 « And that it it be not done by the consent and ayed of the Superiours, it is lawfull for the peopl (...)

Et cela, si ce n’est pas fait avec l’accord et l’aide des supérieurs, il est légitime pour le peuple, bien plus, c’est son devoir, de le faire lui-même, tant sur ses gouvernants et magistrats, que sur tout autre de ses frères, avec la garantie de la Parole de Dieu, à laquelle tous sont sujets, et qui ordonne d’éliminer tout mal parmi lui et de retrancher tout membre pourri, si cher ou précieux soit-il, de peur d’infecter tout le corps. Si cela mérite la mort, la mort ; d’autres châtiments, veillez à ce qu’ils soient exécutés sur tous.45

  • 46 « If not, you are discharged, and no obedience belongeth to them: because they are not obedient to (...)

21Goodman décrit ainsi clairement le contrat tacite entre sujets et gouvernants. Les premiers s’engagent à obéir aux seconds pour que ceux-ci les protègent : « Sinon vous êtes dégagés et nulle obéissance ne leur est due, vu qu’eux-mêmes n’obéissent pas à Dieu en ne punissant pas les méchants et en ne défendant pas les justes »46. Les sujets ont donc le devoir de se débarrasser des rebelles à Dieu qui les oppriment et oppriment le pays.

  • 47 Goodman, ibid., p. 216.
  • 48 Goodman, ibid., p. 216.

22On s’attendrait ici à un appel à l’insurrection, mais le réalisme et le souvenir récent de la rébellion infructueuse de Wyatt (dont Goodman fait l’éloge) amène à préférer une solution passant par le processus hiérarchique. De même que Dieu a établi sur Israël des officiers pour le gouverner, de même il a donné à l’Angleterre « mayres, shiriffs and aldermen in cities, constables and bayliffs in townes, knightes and justices in shires and countries »47. C’est à eux que le peuple doit avoir recours car ils sont leur refuge dans l’adversité. Il faut donc saisir l’Administration, suivre la voie hiérarchique, et si celle-ci fait défaut, il ne reste qu’un seul recours : « c’est d’invoquer sans cesse et tous les jours le nom de Dieu, de vous reposer entièrement et uniquement sur lui, d’en faire votre protecteur, votre bouclier et votre refuge, qu’il a promis d’être pour tous les opprimés qui s’en remettent à lui »48. Pas plus que Knox, Goodman n’en appelle à un Jéhu qui n’émanerait pas des institutions, et son discours s’adresse aux représentants de l’ordre, non à la populace anarchique dont la vocation est d’être gouvernée. Le tyrannicide n’est envisageable que dans le cadre d’une société ordonnée selon une répartition et une échelle de pouvoirs.

  • 49 Knox, in Works, op. cit. IV, p. 539-540.

23Dans le courant de 1558, Knox publie The First Blast of the Trumpet against the Monstrous Regiment of Women. Knox et Goodman sont alors tous deux pasteurs de l’Église anglaise de Genève. Ils partagent les mêmes idées et le même tempérament outre leur solide amitié. Il paraît vraisemblable qu’ils aient prémédité le lancement rapproché de leurs brûlots sur la même cible, Marie Tudor. Celui de Knox, toutefois, complète celui de Goodman en ce qu’il concentre ses attaques, par une argumentation fortement structurée, sur le caractère contre nature de l’autorité des femmes, à travers lesquelles il vise les reines. Devant les supplices, l’Angleterre semble paralysée par la peur et l’attentisme. John Rough, qui avait été à l’origine de la vocation de Knox, a été brûlé le 22 décembre 1557. Knox déploie son indignation et propose aux nobles et magistrats anglais un programme radical : déposition de la reine et liquidation de ses partisans. Au premier coup de trompette, il comptait en ajouter un second où il développerait quatre thèses : (1) la naissance ni le sang ne légitiment le pouvoir, mais seulement l’obéissance aux principes de gouvernement établis par Dieu ; (2) nul idolâtre ne peut accéder au pouvoir ; (3) nul serment ne peut lier les Chrétiens à un tyran idolâtre ; (4) le peuple de Dieu qui, par ignorance, se serait donné un chef indigne de le gouverner, peut légitimement le déposer et le punir49. Il instaurait par là une sorte de théocratie populaire où le souverain était choisi et révocable par les corps constitués et les magistrats subalternes. Il ne lui fut jamais donné l’occasion de préciser sa théorie. Sa problématique évolua dans la suite des événements qui suivirent son retour en Écosse en mai 1559 et il dut, une fois encore, s’adapter aux circonstances nouvelles. On a vu qu’en 1561, il se déclarait prêt à s’accommoder d’une reine gagnée à la Réforme et il n’assista que de loin à la fin du règne de Marie Stuart, sans laisser de textes qui permettent de juger de son évolution politique. Il ne vécut pas assez pour dire si Jacques VI eût été un autre Josias à ses yeux.

Haut de page

Bibliographie

CALVIN, Jean, Institution Chrétienne, J. Pannier (éd.), Paris, Belles Lettres, 1961.

--. Ionnis Calvini Opera quae supersunt omnia, G. Baum, E. Cunitz et E. Reuss, Brunswick-Berlin (éds.), 1863-1900, 58 vols.

DAWSON, J.E.A. & GLASSEY, LKJ, « Some Unpublished Letters from John Knox to Christopher Goodman », The Scottish Historical Review, vol. XXXIV, 2, N° 218, oct. 2005, p. 166-201.

GOODMAN, Christopher, How Superior Powers Ought to be Obeyed [1558], Facsimile reprint, Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum Ltd, 1972.

JANTON, Pierre, « La messe chez les réformateurs britanniques au XVIe siècle », in La controverse religieuse, Actes du 1er Colloque Jean Boisset, Montpellier, Presses de l’Imprimerie de Recherche, Université Paul Valéry, Montpellier, 1980, t. 2, p. 87-95.

KINGDON, R. M, The Political Thought of Peter Martyr Vermigli, Genève, Droz, 1980.

KNOX, John, History of the Reformation in Scotland, W.C. Dickinson (éd.), London, Thomas Nelson and Sons Ltd, 1949, 2 vols.

--. Works, David Laing (éd.), Edinburgh, Johnson and Hunter, 1846-1864, 6 vols. LORIMER, Peter, John Knox and the Church of England, London, 1875.

LUTHER, Martin, Ausgewählte Schriften, Bokamm, Karin et Ebeling (éds.), Gerhard, Frankfurt am Main, Insel Verlag, 1983, 6 vols.

TYNDALE, William, Doctrinal Treatises and Introductions, H. Walter (éd.), Cambridge, The Parker Society, 1848.

Haut de page

Notes

1 Voir Lettre 4074 in Thesaurus Epistolicus (t.11), in Jean, Calvin, Ionnis Calvini Opera quae supersunt omnia, G. Baum, E. Cunitz et E. Reuss, Brunswick-Berlin (éds), 1863-1900, 58 vols., XX, p. 246.

2 Voir Lettres 3139, 3150 in Thesaurus Epistolicus (t.8), in op. cit., XVII.

3 John Knox, History of the Reformation in Scotland, W.C. Dickinson (éd.), London, Thomas Nelson and Sons Ltd, 1949, 2 vols., II, p. 129.

4 « subjects were not bound to obey their princes if they commanded unlawful things » (Knox, ibid., II, p. 116-7).

5 « and what harm […] should the commonwealth receive, if that the corrupt affections of ignorant rulers were moderated, and so bridled by the wisdom and discretion of godly subjects? » (Knox, ibid., II, p. 120).

6 Pierre Janton, « La messe chez les réformateurs britanniques au XVIe siècle », in La controverse religieuse, Actes du 1er Colloque Jean Boisset, Montpellier, Presses de l’Imprimerie de Recherche, Université Paul Valéry, Montpellier, 1980, t. 2, p. 87-95.

7 « If their princes exceed their bounds […] and do against that wherefore they should be obeyed, it is no doubt but that may be resisted, even by power » (Knox, op. cit., II, p. 16-17).

8 « for I speak of the people assembled together in one body of a Commonwealth, unto whom God has given sufficient force, not only to resist, but also to suppress all kind of open idolatry; and such a people, yet again I affirm, are bound to keep their land clean and unpolluted » (Knox, ibid., II, p. 121-22).

9 « I cannot hastily be of counsel » (Knox, ibid., II, p. 122).

10 La cité de Magdebourg acquise à Luther avait soutenu pendant un an le siège de Maurice de Saxe.
Aux termes de la capitulation, Charles Quint autorisait le statu quo et posait le principe du cujus regio, ejus religio.

11 Voir Knox, ibid., II, p. 132 : « Principes omnes, tam supremi quam inferiores, possunt et debent reformari vel deponi per eos, per quos eliguntur, confirmantur, vel admittuntur ad officium, quoties a fide prestita subditis per juramentum deficiunt. Quoniam relatio juramenti subditorum principum mutua est, et utriusque regno jure servanda et reformanda, juxta legem et conditionem juramenti ab utraque parte facti. »

12 Voir Luther I, 150 ss [An den christlichen Adel deutscher Nation (1520)] & IV, 64 ss [Von weltlicher Obrigkeit wie weit man ihr gehorsam schuldig sei]

13 William Tyndale, Doctrinal Treatises and Introductions, H. Walter (éd.), Cambridge, The Parker Society, 1848, p. 174-75, et p. 177-79.

14 Peter Lorimer, John Knox and the Church of England, London, 1875, p. 259.

15 « Wherefore such a wicked prince must godly men suffer, seeing they be private persons, and have no authoritie over him. Neither is it their part, seditiouslie to move warre against him » (Voir Pierre Martyr Vermigli, Of the Induring of Tyrannie by Godlie Men, cité dans R. M. Kingdon, The Political Thought of Peter Martyr Vermigli, Genève, Droz, 1980, p. 106-07). Les étudiants de Vermigli tirèrent de ses cours donnés à Zurich une compilation de Loci communes publiée en 1576, quatorze ans après sa mort, et qui virent 14 éditions entre 1576 et 1656, dont trois à Londres. Vermigli publia 56 traités et commentaires sur l'Ancien Testament. Voir l’ouvrage de R. M. Kingdon.

16 « To be short: Because powers be of God, tyrannie must be abidden […] Wherefore, seeing thou art certaine, that tyrants also doe reigne by the will of God, thou when thou art pressed with their yoke or injuries shalt thus reason with thy selfe: Unless that God would have me to suffer these thinges, either he would by his power have delivered me from this injurie after I was fallen thereinto, or else he would have turned away the same, least I should have runne into it. And thou being thus certified, thou wilt not attempt or indevour anie thing seditiouslie in the Commonweale » (Vermigli, in Kingdon, ibid., p. 108).

17 Voir Kingdon, ibid, p. 108.

18 Voir Jean, Calvin, Institution Chrétienne, J. Pannier (éd.), Paris, Belles Lettres, 1961, t. IV, p. 197- 240.

19 Voir Knox, op. cit., II, p. 117.

20 Voir Knox, ibid.., II, p. 118.

21 « - I find no more privilege granted unto kings […] by God, more than unto the people, to offend God’s majesty.
– I grant, said Lethington, but yet the people may not be judges unto their king to punish him, albeit he be an idolater.
– God, said the other, is the Universal Judge, as well unto the King as to the people; so what his word commands to be punished in the one, is not to be absolved in the other.
– We agree in that, said Lethington; but the people may not execute God’s judgment, but must leave it unto Himself, who will either punish it by death, by war, by imprisonment, or by some other plagues.
– I know the last part of your reason, said John Knox, to be true; but for the first, to wit, that the people, yea, or a part of the people may not execute God’s judgments against their King, being an offender, I am assured ye have no other warrant except your own imagination, and the opinion of such as more fear to offend princes than God » (Knox, ibid., II, p. 121).

22 « to resist a tyrant is not to resist God, nor yet his ordinance » (Knox, ibid., II, p. 130).

23 « But now, sall sum demand, What then? Sall we go and slay all Ydolateris? That wer the office, deir Brethrene, of everie Civill Magistrate within his Realme. But of yow is requyreit onlie to avoyd participatioun and company of thair abominationis » (Voir Knox, A Godly Letter, in John Knox, Works, David Laing (éd.), Edinburgh, Johnson and Hunter, 1846-1864, 6 vol. , vol. III, p. 194).

24 Knox interprète ici Romains 1: 32: « Because […] men knaweth the Justice of God, and doing the contrarie, ar worthie of death, not only thay that committis iniquitie, but also suche as consentis to the same » (Knox, ibid., III, p. 190).

25 Bullinger à Calvin, L 1934 du 26.3.1554, Thesaurus epistolicus, t. 6, in Œuvres complètes, op. cit., XV, p. 91, et Calvin à Bullinger, L 1947 du 29.4.54, ibid., XV, p. 125 et in Knox, Works, op. cit., III, p. 221-26.

26 Knox, ibid., III, p. 221-26.

27 Voir Knox, ibid., III, p. 223-26.

28 Voir Knox, A Comfortable Epistle to Christ’s Afflicted Church, in Knox, ibid., III, p. 244, p. 245- 247 et Knox, An Epistle to his Afflicted Brethren in England, in Knox, ibid., III, p. 234.

29 « With thys hatred [Il s’agit de la « haine parfaite » du Psaume 139 : 22] may we [hate] tyrantes, and earnestly may we praye for theyr destruction, bee thy Kinges or Quene, Princes or Prelates » (Knox, A Comfortable Epistle to Christ’s Afflicted Church, in Knox, ibid., III, p. 244-245).

30 Knox, Admonition, in Knox, ibid., III, p. 296.

31 « God, for his great mercies sake, stirre up some Phinees, Helias, or Jehu, that the bloude of abhominable idolaters maye pacifie Goddes wrath, that it consume not the whole multitude. Amen. » (Knox, Admonition, in Knox, ibid., III, p. 309).

32 Knox, Admonition, in Knox, ibid, III, p. 311.

33 « Their victory standeth not in resisting, but in suffering […] Our soverane Master pronounceth to his Discipillis, that in thair pacience suld thai possess their saullis. And the same foirsaw the Prophet Ysay, when that he paynteth furth all uther battell to be with violence, tumulte, and blud-scheding; but the victorie of Godis pepill to be in quyetnes, sylence, and hoip […] All thingis thai sustene at the commandement of Him who hath apoyntit theme to suffer, being most assuredlie persuadit, that then onlie thai triumphe, when all men judge thame oppressit; for in the cross of Chryst alwayis is includit a secreit and hid victorie ... » (Knox, The Copie of a Letter to the Ladye Mary Dowager, 1ère édition, in Knox, ibid. IV, p. 75).

34 « […] that you ought to hazard your own lives (be it against kings or emperors) for their deliverance. For only for that cause are ye called Princes of the people, and ye receive of your brethren honour, tribute, and homage at God’s commandment; not by reason of your birth and progeny (as the most part of men falsely do suppose), but by reason of your office and duty, which is to vindicate and deliver your subjects and brethren from all violence and oppression […] for your conscience shall one day be compelled to acknowledge that the reformation of religion, and of public enormities, doth appertain to more than the Clergy, or chief rulers called Kings » (Knox, History, op. cit., I, p. 135).

35 « […] that with all simplicitie and lawful obedience […] ye seik the favours of the Authoritie, that by it (yf possibill be) the cause in whilk ye labour may be promotit, or at the leist not persecuted; whilk thing, efter all humill requeist yf ye can not atteane, then, with oppin and solempn protestatioun of your obedience to be gevin to the Authoritie in all thingis not planelie repugnyng to God, ye lawfullie may attempt the extreamitie, whilk is, to provyd, whidder the Authoritie will consent or not, that Chrystis Evangell may be trewlie preachit, and his halie Sacramentis rychtlie ministerit unto yow... » (Knox, Lettre du 17.12.57, in Knox, Works, op. cit., IV, p. 285).

36 « Onlie they which to the death resist such wicked lawes and decrees are acceptable to God, and faithfull to their Prince » (Knox, Lettre à la Régente, 2ème edn, in Knox, ibid., IV, p. 441).

37 Knox, Lettre à la Régente, 2ème édition, in Knox, ibid., IV, p. 457.

38 « […] for now the commune song of men is, We must obey our Kinges, be they good or be they bad; for God hath so commaunded […] True it is, God hath commaunded Kinges to be obeyed, but like true it is, that in things which they commit against his glorie, or when cruelly without cause they rage against their brethren, the members of Christes body, he hath commaunded no obedience, but rather he hath approved, yea, and greatlie rewarded such as have opponed themselves to theyre ungodly commaundements » (Knox, The Appellation of Iohn Knox from the cruel and most injust sentence … with his supplication and exhortation to the nobilitie, estates and communaltie of the same realme, in Knox, ibid. IV, p. 496).

39 Knox, The Appellation of Iohn Knox from the cruel and most injust sentence … with his supplication and exhortation to the nobilitie, estates and communaltie of the same realme, in Knox, ibid. IV, p. 506-507.

40 « it doth no lesse appertaine to you, beloved Brethren, to be assured that your faith and religion be grounded and established upon the true and undoubted Worde of God, then to your Princes or Rulers […] to you it doth no lesse appertaine, then to your Kinge and Princes, to provide that Christ Jesus be truely preached amongst you » (Knox, To his Beloved Brethren the Commonaltie of Scotland, in Knox, ibid., IV, p. 527).

41 Knox, To his Beloved Brethren the Commonaltie of Scotland, in Works IV, p. 534.

42 « To speak this matter more playne, as your Princes and Rulers are criminal with your Byshoppes of all idolatrie committed […] so are you […] criminal and gyltie, with your Princes and Rulers, of the same crimes, becaus ye assist and maintaine your Princes in theyr blynde rage, and give no declaration that theyr tyrannie displeaseth you » (Knox, To his Beloved Brethren the Commonaltie of Scotland, in Knox, ibid. IV, p. 535).

43 Goodman (c.1518-c.1603) et Knox se rencontrèrent à Chester, d'où Goodman était originaire, sous le règne d'Edouard VI. Ils se retrouvèrent à Francfort-sur-le-Main en 1554, puis à Genève en 1555 comme pasteurs de l'église anglaise. En 1559 Elisabeth s'opposa à leur retour en Angleterre en raison de leurs écrits sur le gouvernement des femmes. Goodman rejoignit Knox en Écosse durant l'été 59 et devint pasteur à Ayr, puis à St. Andrews jusqu'en 1565, d'où il partit pour Drogheda. Réinstallé à Chester après avoir renié ses doctrines politiques devant une commission ecclésiastique (1572), mais resté suspect de non-conformité envers la liturgie anglicane, il finit sa vie en 1602 ou 1603. Sur la correspondance de Knox à Goodman, voir J.E.A. Dawson et L. K. J. Glassey, « Some Unpublished Letters from John Knox to Christopher Goodman », The Scottish Historical Review, vol. XXXIV, 2, N° 218, oct. 2005, p. 166-201.

44 « And thoghe it appeare at the firste sight a great disordre that the people shulde take unto them the punishment of transgression, yet, when the Magistrates and other officers cease to do their dutie, they are as it were, without officers, yea, worse then if they had none at all, and then God geveth the sworde in to the peoples hande, and be him self is become immedialty their head (Yf they will seeke the accomplishment of his Lawes) and hath promised to defend them and blesse them » (voir Christopher Goodman, How Superior Powers Ought to be Obeyed [1558], Facsimile reprint, Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum Ltd, 1972, p. 185).

45 « And that it it be not done by the consent and ayed of the Superiours, it is lawfull for the people, yea it is their duetie to do it them selves, as well upon their owne rulers and Magistrat, as upon other of their brethren, having the worde of God for their warrant, to which all are subjecte, and by the same charged to cast forthe all evill from them, and to cut of every rotten membre, for feare of infecting the whole body, how deare or pretious so ever it be. If death be deserved, death: if other punishmentes, to see they be executed in all » (Goodman, ibid., p. 189-90).

46 « If not, you are discharged, and no obedience belongeth to them: because they are not obedient to God nor be his ministers to punishe the evell, and to defend the good » (Goodman, ibid., p. 190).

47 Goodman, ibid., p. 216.

48 Goodman, ibid., p. 216.

49 Knox, in Works, op. cit. IV, p. 539-540.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Janton, « Le tyran en question chez John Knox et Christopher Goodman », Études Épistémè [En ligne], 15 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://episteme.revues.org/698 ; DOI : 10.4000/episteme.698

Haut de page

Auteur

Pierre Janton

Pierre Janton est Professeur Emeritus de l’Université de Clermont-Ferrand. Il est spécialiste de la Réforme en Angleterre et en Ecosse au XVIe siècle et l’auteur de nombreux ouvrages sur Hugh Latimer et John Knox.

Haut de page
  • Revues.org