Navigation – Plan du site
Essex

Le Comte d’Essex de Claude Boyer : Élisabeth ou la confusion des rôles

Florence de Caigny

Résumés

L’histoire du Comte d’Essex a donné lieu en France à trois tragédies ; deux d’entre elles, écrites respectivement par Thomas Corneille et Claude Boyer, sont jouées à quelques semaines d’intervalle en 1678. Elles n’offrent pas pour autant, le même traitement du sujet. Tout en conférant à sa pièce une tonalité galante, Boyer s’attache à proposer une réflexion sur l’exercice du pouvoir politique et judicaire à travers le personnage complexe d’Élisabeth : souveraine confondant ses rôles d’amante et de reine, elle glisse plus ou moins consciemment vers la tyrannie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Corneille, Thomas, Le Comte d’Essex, édition critique par Wendy Gibson, Exeter, University of Exete (...)
  • 2 La Calprenède, Gautier de Coste de, Sieur de, Le Comte d’Essex, édition critique de Jacques Scherer (...)

1Au début de l’année 1678, deux tragédies représentent la mort du Comte d’Essex dans des théâtres parisiens : il s’agit d’une pièce de Thomas Corneille, créée le 7 janvier 1678 à l’Hôtel de Bourgogne, et de celle de Claude Boyer, créée pour la première fois le 25 février 1678 au Théâtre Guénégaud1. Quelques trente années après la pièce de La Calprenède2, le sujet réapparaissait sur la scène française. Le succès des deux pièces fut fort différent : celle de Boyer ne tint que huit représentations et fut retirée le 13 mars 1678, tandis que la pièce de Thomas

  • 3 Boyer, Le Comte d’Essex, op. cit.., non paginé.
  • 4 On peut songer ici à la rivalité qui eut lieu l’année précédente entre la Phèdre de Racine et celle (...)
  • 5 Dans le dernier quart du XVIIe siècle, les débats se cristallisent d’abord autour de la question du (...)

2Corneille connut 281 reprises. Boyer allégua une cabale. La quasi–concomitance des deux tragédies est difficile à expliquer mais n’est peut-être pas totalement le fruit du hasard. Quoique Boyer s’en défende dans son Avis Au Lecteur, lorsqu’il dit « Mon dessein n’a jamais été de suivre l’exemple de ceux qui par chagrin ou par émulation ont doublé des pièces de Theatre »3, il est possible de considérer cette situation comme le résultat d’une concurrence entre les différents théâtres4. Mais, d’autres facteurs expliquent peut-être le choix de Boyer : étant un ami de longue date de Tallemant, lié avec la famille du Comte de Southampton, l’histoire du Comte d’Essex pouvait aussi lui être plus familière. De plus, le personnage du Comte, tout comme celui de la reine Élisabeth, avaient suscité un vif intérêt dans le début du siècle et leur transformation de personnages historiques en personnages dramatiques n’avaient fait que nourrir une certaine fascination : l’histoire, mêlant politique et amour, offrait des configurations tragiques intéressantes. Enfin, la reprise d’un sujet traité antérieurement par des dramaturges français proches était également une façon de prendre position dans le débat autour de l’imitation des Anciens.5.

3Si les tragédies sont contemporaines, Thomas Corneille et Boyer ont toutefois traité très différemment le sujet : le premier a conféré à sa pièce une très forte tonalité galante, et la dimension politique semble moindre par rapport à l’œuvre de Boyer. À une époque où certains doctes reprochent à la tragédie son affadissement par une présence trop prédominante de l’amour, il nous semble que Boyer, tout en présentant une femme déchirée entre passion et devoir, porte un regard critique sur la pratique du pouvoir, donnant ainsi une réelle dimension didactique à sa pièce.

4Si Boyer semble avoir voulu écrire une pièce dans les goûts de l’époque, non sans frôler l’invraisemblance à certains endroits – ce que nous révélera l’examen préalable des éléments constitutifs de la pièce –, nous montrerons que Le Comte d’Essex, dans la combinaisons de ses éléments, donne à voir au travers du personnage complexe d’Élisabeth le glissement vers une pratique tyrannique du pouvoir politique et judiciaire chez une souveraine confondant ses rôles d’amante et de Reine.

Une pièce dans le goût de l’époque ?

Des sources à la constitution du sujet

  • 6 Pour une présentation de ces écrits, on se reportera à l’ouvrage de Jane Conroy, Terres tragiques. (...)

5L’histoire du Comte d’Essex est parvenue en France au début du XVIIe siècle par l’intermédiaire de plusieurs récit ou commentaires historiques, que l’on songe aux écrits de L’Estoile, de Matthieu, de Cayet, de de Thou ou de Camden6. S’il est encore évoqué par la suite dans les histoires ou mémoires consacrés au règne d’Élisabeth, il devient un sujet littéraire avec la pièce de La Calprenède et également avec la nouvelle historique de Boisguibert, Marie Stuart, Reyne d’Ecosse, nouvelle historique (1675). Difficile de savoir si Boyer a lu ces sources. En revanche, parmi ses sources, il revendique ouvertement avoir emprunté à la pièce de La Calprenède et met à distance la pièce de Thomas Corneille dont la concomitance est présentée comme le résultat de l’imitation d’une source identique :

  • 7 Avis au Lecteur dans Boyer, Le Comte d’Essex, op. cit.. non paginé.

Je puis dire seulement que Monsieur Corneille et moy nous avons puisé les idées d’un mesme sujet dans une mesme source : c'est-à-dire dans le Comte d’Essex que Monsieur de la Calprenede a fait il y a plus de trente ans. J’avoüray de bonne foy que je l’ay imité dans quelques endroits, et que mesme je me suis servi de quelques vers de sa façon. J’ay crû que puisque nos meilleurs Autheurs se picquent d’emprunter les sentimens et les vers des Anciens qui nous ont devancés de plusieurs siecles, que nous pouvions aussi emprunter quelque chose de ceux qui ne sont plus et qui nous ont precedés de quelques années, et d’ailleurs estant pressé du temps et de l’envie d’achever promptement mon Ouvrage, j’ay fait ceder mon scrupule à mon impatience.7

6Boyer évoque le principe d’imitation qui prévaut à l’époque, tout en prenant position dans le débat entre les Anciens et les Modernes. Alors que les Anciens préconisent le retour aux sources antiques, Boyer propose la reprise de sources plus modernes pour l’invention de sa pièce et se range ainsi du côté des Modernes.

7Cette reprise d’un sujet mettant en scène la mort du Comte d’Essex, condamné et exécuté contre la volonté de la reine Élisabeth suite à un complot, s’affranchit pourtant de son modèle, puisque l’on n’est plus dans le cadre d’une imitation très proche considérée à l’époque comme stérile. Ses emprunts sont alors de deux ordres : les reprises importantes d’éléments du sujet avec une volonté de transformation, et les reprises textuelles.

8Boyer reprend à La Calprenède la mise en scène du procès qui ne fait l’objet que d’un bref récit dans la pièce de Thomas Corneille ; il conserve également le rôle joué par la bague que la reine a remise au Comte d’Essex pour le prévenir de tout revirement de sa part : ce détail avait été délaissé par Thomas Corneille. Le dramaturge transforme plusieurs éléments, notamment en ce qui concerne les personnages. Si les suivantes Alix et Leonore sont des reprises de la tragédie de La Calprenède, Salisbery est pour sa part, comme dans la pièce de Thomas Corneille, un ami du Comte, mais il n’est pas « compromis », ni associé aux entreprises de ce dernier. Parmi les conjurés, Raleigh et Popham, évincés de la pièce de Corneille, apparaissent à nouveau sur scène, mais Coban prend le pas sur tous les autres, là où La Calprenède et Thomas Corneille donnait ce rôle à Cecile. Enfin, les reprises textuelles tirées de la pièce de La Calprenède sont assez nombreuses et l’on peut y constater alors une proximité assez grande avec le texte source.

  • 8 Représentée pour la première fois en 1672, Bajazet met en scène le meurtre d’un frère (Bajazet) par (...)
  • 9 Clarence se distingue en cela de Madame Cécile dans la pièce de La Calprenède : femme mariée qui a (...)
  • 10 Racine, Théâtre et Poésie, édition présentée, établie et annotée par Georges Forestier, Paris, Gall (...)
  • 11 Même si celle-ci était toute puissante en l’absence du Sultan Amurat, elle perd cette position dès (...)

9Si les emprunts à une source revendiquée sont indéniables, Boyer a également été influencé – sans qu’il ne le dise ouvertement – par d’autres pièces contemporaines, et principalement par Bajazet de Racine8. Dans les rapports amoureux qu’il établit entre les personnages de la pièce, non seulement il introduit la chaîne amoureuse issue de la pastorale dramatique, mais, à l’instar de ce que l’on trouve dans la pièce de Racine, il crée une situation dans laquelle un couple d’amants tait son amour, parce que le héros est aimé d’un personnage qui détient un pouvoir de coercition. Ainsi Boyer, en créant le personnage de Clarence, reprend à La Calprenède l’idée d’une confidente de la reine amoureuse du Comte d’Essex. Mais dans sa pièce, les sentiments sont réciproques et ils forment un couple d’amants innocents dans la mesure où l’amour est antérieur à celui qu’Élisabeth éprouve pour le Comte, tout comme le couple formée par Bajazet et Atalide chez Racine9. En outre, Boyer a rendu Coban amoureux de la reine, mettant ainsi en place une chaîne amoureuse, élément traditionnel de la tragédie : Coban aime la reine qui aime le Comte qui aime Clarence et en est aimée en retour. Cet enchaînement présente des similitudes avec celui établi par Racine dans sa pièce. Chez ce dernier, c’est le Sultan Amurat, absent, qui est amoureux de Roxane qui est sa favorite. Comme le note Georges Forestier, deux axes coexistent, celui des sentiments amoureux – Amurat aime Roxane, qui aime Bajazet qui aime Atalide et en est aimé en retour – et celui des sujétions politiques – « Amurat tient entre ses mains la vie de Roxane, qui tient entre ses mains la vie de Bajazet, dont dépend la vie d’Atalide ». Il observe alors que « non seulement les deux axes sont superposés mais [qu]’il apparaît que l’axe des sujétions se trouve parasité par l’axe des sentiments, entraînant une sorte de réversibilité de la dépendance : ainsi Amurat attend (avec impatience) que Roxane lui obéisse ; celle-ci est suspendue à la décision de Bajazet, dont les revirements sont uniquement imputables aux sentiments contradictoires d’Atalide. ».10On retrouve chez Boyer cette sorte de dépendance : Coban est dans l’attente de la décision de la reine ; celle-ci est suspendue à l’aveu par le Comte du complot qu’il aurait ourdi contre elle. Mais là s’arrêtent les rapprochements. À la différence d’Amurat, Coban est en effet un favori de la Reine et un conjuré, il est donc en position de sujétion par rapport à celle-ci, et ne peut que la convaincre de condamner le Comte et non l’exiger d’elle. La position politique de force appartient à Élisabeth, tel n’était pas le cas de Roxane11. Enfin, deux autres éléments témoignent aussi de l’influence de Bajazet. Comme Bajazet, le Comte feint d’aimer la reine, et Clarence, tout comme Atalide, pousse le Comte à aimer la reine pour son salut.

10Par la combinaison de ces emprunts et transformations, Boyer donne naissance à des relations complexes et conflictuelles où amour et politique sont étroitement imbriqués. Le Comte d’Essex devient autant un rival politique qu’amoureux à abattre pour Coban ; Clarence se pose en rivale amoureuse de la Reine et celle-ci associera les menées d’Essex à une double ambition politique et amoureuse : le Comte chercherait à la renverser pour prendre le trône en compagnie de Clarence. Cette complexité était donc source de conflits, et partant, de puissants dilemmes tragiques susceptibles de plaire au public de l’époque, puisque la tonalité galante prenait une place importante sans pour autant que ne fût délaissée la politique. Le choix entre l’honneur ou le mensonge pour Essex se double en effet d’un choix entre amour et honneur lorsque Clarence sera menacée. De même, la jalousie chez la Reine va interférer dans son dilemme entre l’État et les sentiments amoureux qu’elle éprouve à l’égard du Comte (avant qu’elle ne découvre l’amour de celui-ci pour Clarence). Cependant, la disposition de l’ensemble de ces éléments – certes sources de conflits tragiques – aboutit à une intrigue complexe, où la multiplication des rebondissements confine à l’invraisemblance.

Une intrigue complexe avec de multiples rebondissements

11La pièce propose l’accomplissement d’une élimination politique, celle du Comte d’Essex, par l’un de ses détracteurs. Le dramaturge a construit une progression vers la mort du Comte suivant trois grandes phases : pour Coban, il s’agit d’abord d’obtenir que le Comte passe en jugement, ensuite qu’il soit condamné, enfin que la sentence de mort soit exécutée. Boyer s’est plu à multiplier les péripéties au fil des scènes, péripéties qui retardent ou font avancer l’action, et le personnage sur lequel repose l’avancée de l’action est celui de la Reine Élisabeth. La pièce montre donc les tergiversations de cette dernière en butte aux exactions des conjurés et sollicitations directes des uns et des autres, sollicitations qui nourrissent son dilemme.

12Ainsi Boyer a-t–il ménagé de nombreuses confrontations aux objectifs opposés suivant les personnages en présence : il s’agit tantôt d’éviter la condamnation à mort du Comte, tantôt de l’obtenir et de précipiter son exécution. L’inflexibilité du Comte d’Essex, qui refuse de céder au déshonneur du mensonge, explique la multiplication des rencontres pour tenter de le faire fléchir dans les trois phases décrites précédemment ; cette attitude est à l’origine de la stérilité de ces démarches, qu’elles émanent de la reine, de Clarence, de Salisbury ou de Coban lui-même (que celui-ci soit mandaté par la reine ou qu’il agisse pour son propre compte pour l’avancée de son complot). Le dramaturge met ainsi trois fois la Reine et le Comte d’Essex en présence, à la scène 7 du premier acte, à la scène 5 du troisième acte et à la scène 4 du cinquième acte : Élisabeth, poussée par ses sentiments, tente à trois reprises de faire céder le Comte et de le faire avouer. Autant d’échecs : ménageant initialement des moments d’opposition dans l’avancée, ces rencontres s’achèvent même sur une accélération de celle-ci. À l’issue de leur première confrontation (acte I, scène 7), la Reine prend la décision d’envoyer le Comte devant les Juges ; après la deuxième entrevue, elle le renvoie vers une condamnation à mort certaine, enfin la dernière conversation s’achève par la décision de le faire exécuter. La stérilité de sa première démarche la pousse à obtenir, avant la tenue du procès, l’aveu par des émissaires : tout le deuxième acte y est consacré, puisque la reine envoie en son nom Coban et Clarence. Ces deux entrevues qui ont lieu respectivement à la scène 2 et à la scène 3 sont précédées de la confrontation avec Salisbury, qui tente également de le faire fléchir mais constate la loyauté affichée du Comte d’Essex. La scène 4 de l’acte met en scène l’ensemble des émissaires qui rendent compte de leurs échecs dans cette entreprise.

  • 12 Dans le premier acte, Boyer mentionne le soutien du peuple au Comte d’Essex ; Coban prétend que le (...)

13En sus de ces rencontres multiples, Boyer a imaginé plusieurs péripéties qui sont le résultat des menées des conjurés et rendent plus complexes l’avancée de l’action. À la lettre écrite au Comte de Tyrron qu’Élisabeth exhibe comme preuve de trahison, et à l’entente des conjurés pendant le procès, révélée à la première scène du quatrième acte – autant d’éléments contribuant à l’obtention de la condamnation par les conjurés –, l’auteur a ajouté le soulèvement populaire initié par ces derniers pour irriter la Reine12et la révélation à la reine de l’amour unissant Clarence et le Comte (acte IV, scène 4). Ce dernier élément, qui met en place le schéma du couple d’amants innocents tyrannisé par un souverain, permet également au dramaturge de créer une situation encore plus compliquée, le couple d’amants agissant tout au long de la pièce contre lui-même ; le Comte d’Essex par son obstination se dirige droit vers la mort en irritant la souveraine : il est alors son propre ennemi. Clarence, en voulant aider le Comte, déclenche la révélation de Coban qui entraîne la jalousie de la reine. Cette situation pousse le Comte à utiliser la bague, gage de fidélité de la reine dans sa faveur à l’égard du Comte d’Essex. Le soulèvement populaire et le recours tardif à la bague sont à la source de la tension dramatique du dernier acte : en plaçant à la tête de cette rébellion le frère de Clarence, le dramaturge crée un obstacle à la remise immédiate de la bague, puisque Clarence, à qui le Comte d’Essex l’a confiée, va d’abord intervenir pour mettre fin au soulèvement dans le but de montrer sa loyauté à la reine.

14La disposition de la pièce ménage un certain suspens dans la réalisation des menées de Coban, et est source d’un tragique intense dans le dernier acte puisque le Comte meurt en dépit du revirement de la reine qui intervient trop tardivement. Mais l’abondance des péripéties ainsi mises en place contribue à nourrir une certaine invraisemblance, problématique au regard des règles propres à la tragédie de l’époque.

Complexité et vraisemblance

  • 13 Le Comte de Salysbury arrive pour annoncer ce soulèvement au Comte d’Essex et à Clarence :
    « […] Ah (...)

15Cette multiplication des rencontres et des périls sont en effet parfois à la limite de la cohérence. Ainsi, le recours à la mutinerie du peuple semble-t-il peu vraisemblable du point de vue de l’unité de temps. Lorsque Raleg et Coban l’évoquent, nous sommes au début du quatrième acte ; ce soulèvement est annoncé comme effectif à la scène 6 du même acte13 : cinq scènes ont donc été suffisantes pour une telle réalisation. En outre, la négociation qu’entreprend Clarence pour faire cesser ce soulèvement s’effectue en un temps très court, voire trop court. Une des répliques du Comte de Salysbury le suggère d’ailleurs :

  • 14 Acte IV, scène 6, op. cit.. p. 57.

Vos ennemis ont part à ce grand mouvement ;
Mais la Reine l’ignore, ou l’explique autrement.
Je retourne auprés d’elle amuser sa colère,
Et vous donner du temps pour gagner vostre frere.14

16À la scène 6 de l’acte suivant, la révolte est terminée grâce à l’intercession de Clarence qui vient annoncer elle-même à la reine le succès de son intervention :

  • 15 Acte V, scène 6, op. cit.. p. 67-68.

Madame, les mutins r’entrent dans leur devoir
Mon frere de leurs mains a fait tomber les armes15.

17Dans la scène précédente, le Comte d’Essex, cherchant à sauver Clarence, mentionnait à Élisabeth les efforts en cours pour faire cesser le soulèvement :

  • 16 Acte V, scène 5, op. cit.. p. 65. (Nous soulignons).

Je ne vous diray point quel genereux courroux,
Quelle ardeur, quels efforts, son courage fidelle,
Employe en ce moment contre un frere rebelle, […]16

18Le peu de temps imparti laisse peser le spectre de l’invraisemblance dans la possibilité de l’enchaînement de tous ces événements.

19De même, la multiplication des rencontres entre la Reine et son sujet, alors même qu’elle l’a envoyé devant les tribunaux semble peu crédible comme l’a relevé Jane Conroy dans Terres tragiques. L’Angleterre et l’Ecosse dans la tragédie française du XVIIe siècle. Évoquant les personnes accusées de crime de lèse-majesté, elle précise :

  • 17 Jane Conroy, Terres tragiques. L’Angleterre et l’écosse dans la tragédie française du XVIIe siècle, (...)

Le vrai drame pour ces accusés était plutôt l’inaccessibilité du souverain, le caractère sans appel des jugements rendus, le peu de prise que donnait un sentiment jadis partagé (d’amitié, d’amour, d’estime) sur l’appareil judiciaire royal, sur la majesté littéralement et sentimentalement intouchable. La non communication est ce qui caractérise ce genre de situation et non pas les audiences gracieusement accordées17.

20Boyer propose donc une pièce mouvementée, dont le charme repose sur les va-et-vient des personnages et sur la dimension de drame amoureux qu’elle revêt. La multiplication des rencontres, pour invraisemblable qu’elle puisse paraître, est ce qui lui permet toutefois de développer des discours ou des situations proposant une réflexion sur le pouvoir royal, notamment au travers du personnage d’Élisabeth.

La confusion des rôles : un regard critique sur le pouvoir et sa pratique

Faible femme ou tyran : de la difficile cohérence des éléments historiques ?

  • 18 Ibid. plus particulièrement les pages 352-354.

21Comme l’a fait observer Jane Conroy, la pièce offre une réflexion sur le pouvoir royal au travers de sa particularité anglaise, à savoir que c’est une femme qui détient le pouvoir. Boyer est le seul qui considère ce point – à la différence de La Calprenède et de Thomas Corneille – mais il le fait à travers le prisme des conceptions françaises, sans tenir compte à proprement parler la spécificité du système anglais18. Fragilité d’un pouvoir détenu par une femme, poids des courtisans et des « pestes de cour », pratique tyrannique du pouvoir sont les trois thèmes au cœur de son regard sur le pouvoir.

22Dans le cours de la pièce, la reine allègue son sexe pour expliquer la prétendue trahison du Comte d’Essex :

  • 19 Acte I, scène 7, op. cit.. p. 10.

Respectant peu les loix que nostre sexe donne,
Tu me croyois peut-estre indigne de regner19.

  • 20 Maurice Soulié, Les grands procès de l’Histoire d’Angleterre, Paris, Payot, 1930.

23Boyer reprend en ce sens la position du personnage historique qui déclara un jour : « La Cour est partagée entre deux maux, l’inconstance et la tergiversation, et tous les deux proviennent du sexe de la souveraine »20.

24Leur confrontation est alors le lieu d’un discours exposant une conception non violente du pouvoir, rendu possible par un règne féminin :

  • 21 Acte I, 7, op. cit.. p. 11.

Ce sexe toutefois que tu veux dédaigner,
A fait souvent honneur à la grandeur supréme.
Sans porter une épée on porte un diadême,
La vertu, la raison font la grandeur des Rois,
Sans répandre du sang on peut donner des lois,
L’art plûtost que la force écarte la tempeste
Et le bras sur le Thrône agit moins que la teste.21

25C’est sonner le glas d’une monarchie seigneuriale et féodale, dont finalement Essex est une incarnation, comme le souligne le système de défense qu’il adopte : sa valeur, sa fidélité et sa vertu reposent sur les actes faits, et se mesurent au sang qu’il a versé. C’est ce qu’il oppose au discours de la Reine dans la même scène, lorsqu’il constate qu’Élisabeth accorde crédit aux discours des « Pestes de Cour » :

  • 22 Acte I, 7, op. cit.. p. 13.

Ainsi tout ce qu’on fait mon zele et mon courage,
Cet Empire sauvé d’un assuré naufrage,
Pour vous et pour l’Etat tant de sang repandu,
Mes travaux, mes exploits, mon nom, j’ai tout perdu22.

26Cependant, l’échec final de la reine – qui ne peut empêcher que les conjurés ne précipitent l’exécution du Comte d’Essex, en dépit de son opposition qui arrive trop tard – suggère qu’un tel modèle n’est pas le plus efficace. Boyer expose donc indirectement la fragilité d’un pouvoir détenu par une femme. On peut songer ici à la réalité politique française et aux périodes de Régence qui furent l’occasion de troubles, notamment les troubles de la Fronde lors de la Régence d’Anne d’Autriche pendant la minorité de Louis XIV.

27À côté de ces revendications théoriques de la Reine, Boyer nous montre une souveraine tyrannique dans sa pratique du pouvoir, comme le révèle le bilan qu’elle fait de son règne au quatrième acte, alors qu’elle vient de découvrir l’amour qui unit Essex et Clarence :

  • 23 Acte IV, scène 3, op. cit.. p. 49. (Nous soulignons).

Quoy des traistes par tout ? au dehors des rebelles,
Au dedans des mutins, chez moy des infidelles.
Je sens la pesanteur de ton bras tout puissant,
Grand Dieu, la voix des pleurs et du sang innocent
Qu’a versé si souvent ma noire politique,

M’a fait le seul objet de la haine publique.
Mon Thrône est assiegé de soubçons, de terreurs,
De haine, digne prix de toutes mes fureurs.
A cet affreux destin il faut que je réponde,
Tout le monde me hait, haïssons tout le monde.
Ou plûtost ramassons tous nos ressentimens ;
Perçons de tous nos traits deux perfides Amans.23

28Elle commence le constat sur des considérations politiques avant de finir sur la sphère privée.

  • 24 La vision de la reine Élisabeth est en effet assez contrastée au travers des écrits. Les controvers (...)

29Au regard de ces deux passages, on serait tenté de voir une incohérence chez Boyer dans le traitement des éléments historiques24 : le dramaturge aurait puisé à deux éléments historiques sans réussir à construire un lien cohérent. Finalement, femme faible ou tyran ? Boyer tendrait plutôt à montrer comment les faiblesses d’une femme l’amènent à une pratique tyrannique du pouvoir. L’exploitation littéraire et dramaturgique lui permettait de combiner deux éléments a priori contradictoires et d’offrir ainsi une réflexion sur le pouvoir. Ces faiblesses résident en effet essentiellement dans la confusion des rôles entre amante et souveraine, situation source d’un puissant dilemme tragique entre passion et devoir, entre ethos et pathos, les deux éléments constitutifs du caractère d’un personnage au théâtre.

Amante ou reine : la confusion des rôles et ses conséquences politiques

30La réflexion que nous offre Boyer porte sur l’incapacité de la Reine à séparer nettement la femme et la souveraine dans ses rapports avec ses favoris. Ce thème était présent chez Thomas Corneille, puisque Élisabeth répétait à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas les agissements que l’on pouvait attendre de sa part, en tant que souveraine. Mais dans sa pièce, Boyer montre tout le processus entraîné par une telle confusion dans la pratique du pouvoir. Il met en avant l’incapacité de la souveraine à rester maître de son esprit et les conséquences qui s’en suivent : dans le dilemme entre ethos et pathos, le pathos l’emporte largement, au détriment de la fonction royale. On peut sur ce point établir un parallèle avec les propos tenus par Louis XIV dans ses Mémoires pour l’année 1667, où le souverain mentionne clairement la nécessité de cette séparation :

  • 25 François Bluche, Louis XIV, 1994, édition Fayard 1986, p. 388.

La seconde considération, qui est la plus délicate, et la plus difficile à pratiquer, c’est qu’en abandonnant notre cœur nous demeurions maîtres de notre esprit ; que nous séparions les tendresses d’amant d’avec les résolutions du souverain ; […]25

31En ce sens, Le Comte d’Essex propose une réflexion qui dépasse la question du pouvoir exercé par une femme et met en scène des interrogations qui touchent un souverain, quel que soit son sexe.

32Boyer donne à voir les conséquences de cette confusion chez Élisabeth. Le premier effet se traduit par une perte de lucidité pour la reine dans l’analyse des discours qui lui sont tenus. Blessée par la supposée trahison d’Essex, elle n’est plus en mesure d’exercer son esprit critique face aux propos des séditieux et notamment de Coban. Elle oublie les exploits du Comte, ne considère que le manquement à sa personne de reine et d’amante et sa clairvoyance politique s’en trouve entachée. Ce que le Comte en personne lui reproche :

  • 26 Acte I, scène 7, op. cit.. p. 12. (Nous soulignons).

Ma Reine cependant a pû me soubçonner,
Et déjà dans son cœur semble me condamner.
Elle croit le raport de ces esprits serviles,
Des infames Cobans, des Ralegs, des Ceciles,
Que la haine et l’envie animent contre moy,
Pestes de Cour, sans nom, sans courage et sans foy,
Sans vertu dans la paix, sans valeur dans la guerre,
La honte et le mépris de toute l’Angleterre,
Flatteurs interressez, Delateurs achetez.
Que dira-t-on de vous si vous les écoutez ?26

33La Reine interprètera le discours et la réaction du Comte comme des marques d’une attention excessive à sa gloire personnelle. Cette perte de lucidité, les « Pestes de Cour » l’ont parfaitement comprise, puisqu’ils s’en servent et qu’elle devient même l’un des ressorts de fonctionnement de la pièce. Coban relève au début du quatrième acte l’inégalité de l’amante, soulignant bien qu’elle risquerait de ne pas agir en Reine en se laissant émouvoir par le sort qui attend le Comte d’Essex. Et la réponse de Raleg est encore plus explicite sur les confusions de la Reine :

  • 27 Acte IV, scène 1, op. cit.. p. 44.

Si la Reine a pour luy des vœuxtrop inconstans,
L’amour parle à son tour, mais la haine a son tems.
Un moment favorable et c’est fait de sa teste,
La main qui doit l’abattre est déjà toute preste.
Pour irriter la Reine il la faut allarmer.
La revolte est icy facile à s’allumer27.

  • 28 « […] Tous d’eux d’intelligence / Veulent vous enlever la supréme puissance. » Acte IV, scène 2, v. (...)
  • 29 Il n’est pas anodin que la reine, dans le monologue qui suit cette confrontation avec Coban, se lai (...)

34Raleg joue de la situation et va tâcher d’exciter les sentiments de devoir de la Reine pour qu’ils l’emportent sur les sentiments de l’amante. Cette démarche sera doublée par celle de Coban qui révèlera à la Reine qu’elle a une rivale sur le plan amoureux, et que ces deux amants veulent prendre sa place28 : c’est alors l’amante délaissée qui poussera la reine à la condamnation29.

35La Reine constate d’ailleurs elle-même son incapacité à lire les discours. À la fin de l’acte I, alors qu’elle vient de renvoyer Essex devant un tribunal, et que, à la scène 9, elle se trouve face à Clarence et Coban, qui lui opposent des arguments antithétiques, elle ne peut trancher :

  • 30 Acte I, scène 9, op. cit.. p. 15.

J’écoute l’un et l’autre, et j’aime vostre zele ;
Mais de tous vos conseils quel est le plus fidèlle ?
Reunissez vos soins, je m’abandonne à vous.30

36Elle finit donc par déposer son autorité dans les mains de subalternes. On retrouve là ce que pouvait reprocher Louis XIV : l’incapacité de la souveraine à trancher entre son ethos de reine et ses sentiments, donc son pathos, la pousse à remettre son pouvoir dans les mains d’une tierce personne, donc à abdiquer sa fonction de reine.

37Cette perte de lucidité l’amène à une véritable inversion des valeurs puisqu’elle délègue son pouvoir, mais également qu’elle pousse le Comte à un déshonneur pour retrouver son rang. Autrement dit, ce n’est plus l’honneur, le courage et la vertu qui seraient source de reconnaissance mais le mensonge. C’est le Comte qui lui fait observer l’inversion des valeurs lorsqu’il lui objecte :

  • 31 Acte III, scène 5, op. cit.. p. 37.

Si vous pouvez m’aimer, quoy que chargé d’un crime,
Cet amour m’est bien cher, mais vaut-il vostre estime ?
Un Amant de la sorte a de foibles apas,
Et l’amour meurt bien tost où l’estime n’est pas.31

38La réponse de la Reine dévoile la gêne de cette dernière et surtout la conscience qu’elle demande à Essex de s’abaisser :

  • 32 Acte III, scène 5, op. cit.. p. 37.

Aimons comme je veux, daignez enfin me croire,
Et croyez un peu moins ces scrupules de gloire.32

39Cette inversion des valeurs, résultat d’une confusion des rôles, se traduit enfin sur le plan politique par une pratique tyrannique du pouvoir. Alors qu’elle l’invite à se déshonorer, elle finit son propos en usant de la menace, avec un changement de posture, puisqu’elle dit : « Mais je vous parle en Reine ». Autrement dit, elle glisse en toute connaissance de cause d’un rôle vers un autre pour parvenir à ses fins. Elle considère la constance du refus du Comte comme une marque d’orgueil et de remise en cause de son autorité. Mais ce qui la pousse réellement à le faire avouer, ce sont ses sentiments amoureux. Sous le masque de la reine revendiquant l’obéissance politique se dessine nettement l’amante. C’est alors en tyran amoureux qu’elle agit, abusant de son pouvoir pour agir sur un sujet. Ce que le Comte ne manque pas de lui faire observer immédiatement :

  • 33 Acte III, scène 5, op. cit.. p. 38. (Nous soulignons).

Vous me le commandez, quel est vostre dessein ?
Abuse-t-on ainsi du pouvoir souverain ?
J’ay toûjours respecté la grandeur souveraine ;
Nul n’a porté si loin les ordres de ma Reine,
Je n’ay rien menagé pour les executer ;
Les plus affreux perils n’ont pû m’épouvanter.
Vostre voix redoubloit ma force et mon courage :
J’ay vaincu, j’ay tout fait, je ferois davantage,
Mais le sacré pouvoir que je dois adorer,
Ne sçauroit me contraindre à me deshonorer,
Je n’ay pas moins d’horreur, malgré vostre colere,
D’avoüer des forfaits que j’aurois de les faire,
Et me le commander c’est me faire une loy
Trop indigne, Madame, et de vous et de moy.33

40Ce comportement tyrannique se retrouve lorsque Coban lui a dévoilé les sentiments réciproques du Comte pour Clarence. On retrouve alors le schéma classique du tyran abusant de son autorité sur un couple d’amants innocents. (Ici, c’est l’antériorité des sentiments des deux jeunes gens qui fonde leur innocence). Elle les menace de mort, mais encore une fois, sous la raison d’État alléguée, c’est l’amour qui lui fait prendre ses décisions. Ainsi au quatrième acte, alors que Clarence a reconnu devant la souveraine la nature des liens qui l’unissent au Comte, la Reine prononce leur mort :

  • 34 Acte IV, scène 4, p. 51-52. (Nous soulignons).

Aussi jamais courroux ne fut si bien servy.
Je le verray bien-tost pleinement assouvy.
Je vous verray gemir et trembler l’un pour l’autre ;
Je soûleray mes yeux de son sang et du vostre,
De vostre Amant, l’Etat me va faire raison,
Et je me la feray de vostre trahison
.34

  • 35 Cet aspect ne se trouve pas dans la pièce de Thomas Corneille qui a supprimé la mise en scène du pr (...)

41Cette confusion des rôles entre amante et souveraine amène non seulement Élisabeth à une pratique tyrannique du pouvoir qui perd de vue la valeur de l’honneur, mais également à une pratique singulière de la justice35.

La Confusion des rôles : regard critique sur la justice

  • 36 Acte III, scène 7, op. cit.. p. 42.

42La tragédie se présente comme le procès injuste d’un favori et sa condamnation. Or, dans tout le cours de la pièce, la Reine cherche à faire échapper à sa propre justice celui que l’on accuse de crime de lèse-majesté, crime dont elle semble persuadée puisqu’elle lui demande d’avouer. Ce sont ses sentiments qui la poussent à agir de la sorte, plaçant ainsi le personnage d’Essex dans une position d’exception vis-à-vis de la Justice. Elle le formule clairement à Clarence à la fin du troisième acte. Alors que la résistance du Comte lui avait fait décider la reprise du procès, Clarence lui révèle la perfidie de Coban. Tandis que la jeune femme s’alarme du sort du Comte, la reine lui répond : « Ne craignez rien, l’amour est au dessus des loix. »36

43Dans le premier acte, il s’agit pour la Reine, en raison de ses sentiments, de le faire échapper au procès. La première rencontre entre les deux personnages se veut, à l’instigation de la Reine une forme de « procès », une audience privée qui permettrait à Essex d’échapper à la Justice. La Reine le dévoile devant le refus du Comte d’avouer le prétendu crime de lèse-majesté, et devant son geste – il vient de déchirer la lettre :

  • 37 Acte I, scène 5, p. 13. (Nous soulignons).

C’est fort mal ménager ma gloire et mon estime :
Ce billet déchiré redouble vostre crime.
Je voulois te soustraire à la rigueur des Lois,
Ingrat, je te voulois absoudre par ma voix.
Ma gloire en ta faveur s’est presque démentie,
Seule j’estois icy ton juge et ta partie;
Ton juge et ta partie alloit parler pour toy ;
D’autres Juges, ingrat, te parleront pour moy.37

  • 38 Acte I, scène 7, op. cit.. p. 13.

44Juge et parti : aucune impartialité de la part de la Reine, et la scène est un simulacre de procès, dans lequel le Comte refuse de rentrer, puisqu’il rejette toute rhétorique judiciaire lorsqu’il oppose comme seuls arguments ses actions : « Je laisse à mes exploits à répondre pour moy »38. On voit donc combien les sentiments de la reine font oublier à cette dernière toute justice régulière avant que le refus du Comte ne l’amène à le renvoyer devant une juridiction, qui pour autant, se révèle également singulière.

45La suite de la pièce offre en effet le procès du Comte mais sa forme présente les caractéristiques d’une juridiction d’exception, puisque Popham précise au début :

  • 39 Acte III, scène 1, op. cit.. p. 30.

Comte d’Essex voyez les bontés de la Reine :
Quelques Juges suspects d’interest ou de haine
Luy paroissant icy trop à craindre pour vous,
Son choix pour vous juger s’est arresté sur nous.
Des Juges Souverains la nombreuse assemblée
Feroit quelque embarras à vostre ame accablée.39

46L’intervention de la Reine donne ainsi une forme particulière au procès. À ce stade de la pièce, le choix des juges relève de l’ironie tragique de la part de Boyer : c’est en voulant ménager le Comte que la Reine le livre en pâture à ceux qui fomentent son élimination. Mais, l’intention de la Reine était bien de le faire échapper à une juridiction ordinaire. C’est stigmatiser un fonctionnement singulier de la justice, qui n’est peut-être pas sans écho avec le procès de Fouquet.

47Plus significatif encore d’une réflexion sur le système judiciaire : la reprise par Boyer d’un détail délaissé par ses prédécesseurs : la demande du Comte de pouvoir récuser certains de ses juges. Cette demande est attestée dans les sources historiques : Matthieu, Cayet, de Thou, Du Chesne et Camden, sources qui précisent le rejet de cette demande. Ni La Calprenède, ni Thomas Corneille n’avaient exploité ce détail. Boyer fait même de ce refus de récusation une loi, lui permettant ainsi que rien ne puisse être opposé à des juges qui ne sont pas impartiaux et que seul leur rang assoit dans cette position :

  • 40 Acte III, scène 1, op. cit.. p. 32.

C’est pour mes ennemis un trop grand avantage
De voir abandonner par une injuste Loy
À des hommes comme eux un homme comme moy.40

48Et Popham lui rappelle un peu loin cette loi :

  • 41 Ibidem, p. 33.
    Pour plus de détail concernant la possibilité de récuser les juges dans ce procès, on (...)

Quand il faut récuser des Juges équitables
On n’écoute jamais la fureur des coupables,
Et c’est mesme une loy dont l’Etat est jaloux
De ne point recuser des hommes comme nous.41

49Ainsi le fonctionnement du système judiciaire se trouve soumis à la question, puisque l’on sait que le Comte d’Essex se trouve en face de juges qui veulent sa perte. Et s’il en appelle à volonté de la souveraine, il faut comprendre que c’est à la Reine qu’il s’adresse et non à l’Amante.

50Le fait que le Comte d’Essex en appelle à la justice royale explique l’échec de l’intervention d’Élisabeth qui suspend le procès dans le troisième acte. Cette suspension stigmatise encore le fonctionnement particulier de la justice, qui semble dépendre de la volonté et de l’humeur des personnes et non suivre un système établi par la loi (loi dont on voit aussi les limites). Mais elle se comprend aussi parce qu’Essex refuse de céder à une justice qui est celle de l’amante et non celle d’une Reine lucide. Une telle justice se caractérise par une pratique particulière de la clémence, puisque celle-ci est littéralement monnayée, liée à un aveu et non accordée. On peut mesurer ici tout ce qui sépare un Auguste d’une Élisabeth. Enfin, dans cette vision de la justice, on constate que l’exécution de la décision judiciaire dépend également de la volonté d’une personne, la reine…ou l’amante sous le masque royal, ce que les séditieux ont bien compris.

51L’exécution finale du Comte témoigne de l’inefficacité de toute rhétorique judiciaire de la vérité. Essex meurt parce que Coban a pu devancer en parole l’émissaire de la Reine qui voulait s’opposer finalement à l’exécution. Et c’est en ce sens qu’il faut interpréter le sentiment de victoire qui habite Coban au moment de sa mort :

  • 42 Acte V, scène dernière, op. cit.. p. 73.

Tourné vers l’Echafaut de ses yeux il devore
Sa victime au milieu du sang qui fume encore,
De sa barbare joye étale le transport,
Triomphe encor du Comte, et joüit de sa mort.42

52Ces paroles prononcées par le Comte de Salisbery font tragiquement écho aux propos tenus par le même personnage au début du deuxième acte lorsqu’il disait au Comte d’Essex :

  • 43 Acte II, scène 1, op. cit.. p. 20.

Ah ! vous ne mourrez point, Comte, la vérité
Du mensonge toûjours perce l’obscurité.
Et de vos ennemis les honteux stratagêmes
Dans leurs pieges secrets les traîneront eux-mêmes.43

53La vérité semble donc ne pas avoir de réelle place dans un tel système, et la bague en est à ce titre le parfait symbole. Voici comment le Comte présente à Clarence ce cadeau de la Reine :

  • 44 Acte IV, scène 5, op. cit.. p. 55.

La Reine dont j’ay craint la faveur inégale,
Voulut par le present d’une bague fatale,
M’assurer pour jamais sa fidelité,
Contre son changement me mettre en seureté,
Et me donner enfin une pleine esperance,
De tout ce que le Ciel a mis en sa puissance.44

54En éprouvant le besoin de garantir celui qu’elle aime d’un changement de sa part, elle signale qu’une telle attitude fait partie de l’ordre des choses lorsque l’on occupe la position de favori. En refusant d’avoir initialement recours à cette bague, Essex refuse en réalité de sortir de son système de défense : ses actes montrent la fausseté de ce qui lui est reproché. L’utiliser symboliserait la défaite de la vérité et de l’honneur. Et s’il y recourt, c’est en le détournant, puisqu’il l’utilise pour sauver la vie de son amante.

55Rivalisant indirectement avec Racine, et avec Thomas Corneille, Boyer offrait une pièce certes susceptible de pathétique – très en vogue – mais une pièce à la dimension politique indéniable. L’exploitation dramatique d’éléments historiques et littéraires lui a permis de mettre en scène une souveraine victime de ses passions et qui devient un tyran politique par la confusion de ses rôles d’amante et de reine. Cependant, le personnage d’Élisabeth ne suscite pas que la crainte dans la mesure où elle est également victime des manipulations et ambiguïtés de son entourage. Si Coban est l’exemple de la peste de Cour dont la punition est attendue, Essex est un favori qui n’est pas exempt d’ambiguïtés quant à ses motivations réelles et Clarence, par sa position, dissimule la nature des sentiments et œuvre pour l’ascension politique du Comte. En ce sens, Boyer crée des personnages de héros de tragédies tels que la doctrine le recommande : ni tout à fait bons, ni tout à fait mauvais. Ce faisant, il donne à voir, bien davantage que dans la pièce de Thomas Corneille, les dangers de certaines relations entre souverains et favoris, et le cadre anglais lui permet une mise à distance sur la pratique du pouvoir politique français. Cependant, entre les incohérences que l’on trouve parfois dans la pièce et son intrigue chargée à la limite du vraisemblable, les innovations de Boyer qui font incliner sa pièce vers un politique prononcé expliquent peut–être le succès moindre de sa pièce.

Haut de page

Notes

1 Corneille, Thomas, Le Comte d’Essex, édition critique par Wendy Gibson, Exeter, University of Exeter Press, 2000.
Boyer, Claude, Le Comte d’Essex, tragedie. Par Monsieur Boyer de l’Academie françoise. À Paris, chez Charles Osmont dans la grande Salle du Palais, du costé de la Cour des Aydes, à l’Ecu de France, 1678. Nous nous référerons à cette édition.
Une édition critique est en ligne sur le site internet du Centre de Recherche sur l’Histoire du Théâtre, édition critique de Fabienne Régnier, mémoire de maîtrise effectué sous la direction du Professeur Georges Forestier.

2 La Calprenède, Gautier de Coste de, Sieur de, Le Comte d’Essex, édition critique de Jacques Scherer et Jacques Truchet, dans Théâtre du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1986, Tome 2, p. 205-260.

3 Boyer, Le Comte d’Essex, op. cit.., non paginé.

4 On peut songer ici à la rivalité qui eut lieu l’année précédente entre la Phèdre de Racine et celle de Pradon.

5 Dans le dernier quart du XVIIe siècle, les débats se cristallisent d’abord autour de la question du merveilleux païen et du merveilleux chrétien, puis, éclate au grand jour la querelle des Anciens et des Modernes autour de la question des modèles de référence à prendre, les premiers prônant le choix des auteurs antiques et les seconds réfutant l’idée que ces auteurs antiques soient des modèles indépassables.

6 Pour une présentation de ces écrits, on se reportera à l’ouvrage de Jane Conroy, Terres tragiques. L’Angleterre et l’écosse dans la tragédie française du XVIIe siècle, Biblio 17, Tübingen, 1999, p. 243–262.

7 Avis au Lecteur dans Boyer, Le Comte d’Essex, op. cit.. non paginé.

8 Représentée pour la première fois en 1672, Bajazet met en scène le meurtre d’un frère (Bajazet) par son frère (le Sultan Amurat). Sur cette trame offrant une situation tragique par excellence, le dramaturge français a ajouté des situations amoureuses et une dimension politique complexes. Absent, Amurat a confié l’ordre d’éliminer son frère au Grand Vizir Acomat qui ne l’a pas fait pour des raisons séditieuses. La favorite d’Amurat, Roxane est amoureuse de Bajazet, et souhaite l’épouser afin de renverser Amurat. Mais Bajazet est amoureux d’Atalide, favorite de Roxane, et la jeune femme l’aime en retour. Roxane va découvrir en Atalide une rivale à éliminer et elle va se livrer à une forme de chantage, demandant à Bajazet de l’épouser. Découvrant la nature des relations amoureuses des deux jeunes gens et le fait qu’elle ait été trompée, elle prend la décision de faire exécuter Bajazet.

9 Clarence se distingue en cela de Madame Cécile dans la pièce de La Calprenède : femme mariée qui a été l’amante délaissée du Comte. Mais, elle se rapproche du personnage de la duchesse d’Irtone dans la pièce de Thomas Corneille : amoureuse du Comte d’Essex, elle s’est mariée pour soustraire son amant à la jalousie de la reine. Son attitude est présentée comme un sacrifice de l’amour au bien de l’État, mais elle est toujours amoureuse du Comte.

10 Racine, Théâtre et Poésie, édition présentée, établie et annotée par Georges Forestier, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, p. 1499.

11 Même si celle-ci était toute puissante en l’absence du Sultan Amurat, elle perd cette position dès l’annonce de son triomphe à la guerre et de son retour.

12 Dans le premier acte, Boyer mentionne le soutien du peuple au Comte d’Essex ; Coban prétend que le Comte a recherché l’appui du peuple : « Nommez-vous malheureux un perfide, un coupable, / Que son crime a rendu plus fier, plus redoutable ? Qui d’un peuple mutin se veut faire un appuy. » (acte I, scène 2, op. cit.. p. 5). À la scène 3 du même acte, lorsqu’Élisabeth donne l’ordre à Valden d’arrêter le comte d’Essex, celui-ci la met en garde et rappelle la faveur du peuple : « Madame, il ne faut point en cette extremité / Mettre en peril l’honneur de vostre authorité. / Vous serez obeïe, et ce soin me regarde ; / Mais le Comte appuyé du peuple qui le garde…[…] » (acte I, scène 3, op. cit.. p. 7)

13 Le Comte de Salysbury arrive pour annoncer ce soulèvement au Comte d’Essex et à Clarence :
« […] Ah Madame ! ah Seigneur ! / Apprenez que déjà des mutins en fureur, / Renversant l’Echaffaut qu’on dressoit dans la place, / Ont irrité la Reine et vous ostent sa grace. / Vostre frere leur teste, animant leur courroux, / Marche vers le Palais. […] », Acte IV, scène 6, op. cit., p. 56.

14 Acte IV, scène 6, op. cit.. p. 57.

15 Acte V, scène 6, op. cit.. p. 67-68.

16 Acte V, scène 5, op. cit.. p. 65. (Nous soulignons).

17 Jane Conroy, Terres tragiques. L’Angleterre et l’écosse dans la tragédie française du XVIIe siècle, op. cit.., p. 352.

18 Ibid. plus particulièrement les pages 352-354.

19 Acte I, scène 7, op. cit.. p. 10.

20 Maurice Soulié, Les grands procès de l’Histoire d’Angleterre, Paris, Payot, 1930.

21 Acte I, 7, op. cit.. p. 11.

22 Acte I, 7, op. cit.. p. 13.

23 Acte IV, scène 3, op. cit.. p. 49. (Nous soulignons).

24 La vision de la reine Élisabeth est en effet assez contrastée au travers des écrits. Les controversistes de l’époque élisabéthaine ont contribué à transmettre une image péjorative de la reine, tandis que les martyrologues insistent sur le sang des innocents qu’elle a versé et sur son caractère emporté. La Calprenède dans sa dédicace à Madame la Princesse de Guiméné souligne toutefois que la reine fut considéré par beaucoup comme une grande souveraine : « J’offre une excellente Reine à une excellente Princesse, et quoique sa mémoire soit en quelque horreur parmi nous, elle est en telle vénération parmi beaucoup d’autres qu’elle passe dans leur esprit pour la plus grande Princesse qui fut jamais. » (La Calprenède, Le Comte d’Essex, op. cit.. p. 205). Cette phrase résume l’ambiguïté de l’image affecté à la reine Élisabeth.

25 François Bluche, Louis XIV, 1994, édition Fayard 1986, p. 388.

26 Acte I, scène 7, op. cit.. p. 12. (Nous soulignons).

27 Acte IV, scène 1, op. cit.. p. 44.

28 « […] Tous d’eux d’intelligence / Veulent vous enlever la supréme puissance. » Acte IV, scène 2, v. 995-996, op. cit.. p. 48.

29 Il n’est pas anodin que la reine, dans le monologue qui suit cette confrontation avec Coban, se laisse aller à dire : « Coban, tu m’as donné le poison qui me tuë » (Acte IV, scène 3, op. cit.. p. 48). Ce qu’elle nomme poison est en réalité la jalousie dont elle exprime les effets dévastateurs futurs par cette exclamation : elle se laisse submergée par ses sentiments qui guident alors ses décisions de reine.

30 Acte I, scène 9, op. cit.. p. 15.

31 Acte III, scène 5, op. cit.. p. 37.

32 Acte III, scène 5, op. cit.. p. 37.

33 Acte III, scène 5, op. cit.. p. 38. (Nous soulignons).

34 Acte IV, scène 4, p. 51-52. (Nous soulignons).

35 Cet aspect ne se trouve pas dans la pièce de Thomas Corneille qui a supprimé la mise en scène du procès.

36 Acte III, scène 7, op. cit.. p. 42.

37 Acte I, scène 5, p. 13. (Nous soulignons).

38 Acte I, scène 7, op. cit.. p. 13.

39 Acte III, scène 1, op. cit.. p. 30.

40 Acte III, scène 1, op. cit.. p. 32.

41 Ibidem, p. 33.
Pour plus de détail concernant la possibilité de récuser les juges dans ce procès, on se reportera à Jane Conroy, op. cit.. p. 349-350.

42 Acte V, scène dernière, op. cit.. p. 73.

43 Acte II, scène 1, op. cit.. p. 20.

44 Acte IV, scène 5, op. cit.. p. 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence de Caigny, « Le Comte d’Essex de Claude Boyer : Élisabeth ou la confusion des rôles », Études Épistémè [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 01 mai 2017. URL : http://episteme.revues.org/686 ; DOI : 10.4000/episteme.686

Haut de page

Auteur

Florence de Caigny

Florence de Caigny a consacré sa thèse de doctorat à l’influence des tragédies de Sénèque sur le théâtre français aux XVIe et XVIIe siècles. Ses travaux actuels portent notamment sur le théâtre du XVIIe siècle et sur la réception des auteurs antiques en relation avec la question de la traduction.

Haut de page
  • Revues.org