Navigation – Plan du site
Essex

« Shortly they will play me in what forms they list upon the stage »: Essex et la construction fictionnelle de l’Histoire

Christine Sukic

Résumés

La révolte avortée du comte d’Essex en 1601 pourrait apparaître comme un événement historique mineur, et pourtant, le comte d’Essex est l’un des personnages les plus marquants de la fin du règne d’Élisabeth Ire, en particulier parce qu’il se situe à la frontière entre histoire et littérature : autant Essex est, sa vie durant et après sa mort, un personnage littéraire, notamment représenté en héros dans une littérature hagiographique copieuse, autant sa place dans l’Histoire est déterminée par sa position littéraire. Ainsi, à son propos, les critiques littéraires vont-ils faire œuvre d’historiens, en analysant des œuvres comme des pièces à clef, alors que les historiens utilisent des œuvres littéraires afin de mieux cerner ce personnage, qui fait partie intégrante d’une histoire culturelle, autant que politique, de l’Angleterre de l’époque. L’héroïsme d’Essex se construit dans de nombreuses œuvres littéraires au XVIe siècle célébrant ses prouesses militaires puis, après 1601, c’est sa dimension politique qui prime, et il devient un exemplum pour des auteurs jugés idéologues comme Fulke Greville, Daniel ou Chapman. Enfin, Essex est un personnage emblématique de cette période où le pouvoir doit s’affirmer de manière absolue face à des pouvoirs individuels dont la grandeur constitue un danger. Cette contradiction est littéraire et contient les germes d’une grandeur tragique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’incertitude vient de ce que le nom de l’auteur n’est pas précisé pour cette pièce décrite, dans l (...)

1Le 7 février 1601, on joue au théâtre du Globe, à Londres, une pièce que l’on suppose aujourd’hui être celle de William Shakespeare1, la tragédie de Richard II, histoire de ce roi renversé par Henry Bolingbroke, futur Henry IV. Ce sont des amis du comte d’Essex qui ont demandé que cette pièce, mettant en scène la déposition d’un monarque, soit jouée par les acteurs de ce théâtre. Le comte lui-même, déjà en disgrâce auprès de la reine Élisabeth, n’assiste pas à la représentation. Confiné chez lui, il a l’intime conviction que l’on en veut à sa vie. Essex et ses amis ne sachant s’ils doivent fuir loin de Londres ou se rendre à la cour pour plaider leur cause, il est finalement décidé que le comte, accompagné de quelques hommes, ira le lendemain trouver le Lord Maire et ses échevins afin de se mettre sous leur protection et de leur demander d’intercéder en sa faveur auprès de la reine.

  • 2 Ibid., p. 16.

2Dès le lendemain, Essex, après avoir communié, rédige une requête qu’il destine à la reine. Avant qu’il ait pu se rendre à la Cité, une délégation envoyée par le Conseil Privé de la reine se présente chez lui. Toujours persuadé que l’on vient l’assassiner, il fait enfermer les conseillers dans une pièce de sa demeure sous bonne garde, puis se rend chez le Lord Maire, accompagné d’une troupe de cavaliers. Mais le Conseil Privé lui a déjà donné l’ordre de ne pas recevoir Essex et la Cité s’arme contre lui, pensant qu’il veut renverser la reine. Acculé, Essex se rend le soir même. Arrêté avec plusieurs de ses amis, il est condamné à mort pour haute trahison et exécuté le 25 février, à l’âge de trente-cinq ans. L’historien Paul E. J. Hammer, se demandant comment Essex, qui avait une telle expérience du commandement militaire, a pu échouer aussi lamentablement dans son coup d’État, en conclut que tel n’était sans doute pas son objectif2.

  • 3 Pour un récit de ces événements, on peut se référer aux travaux de Paul E. J. Hammer, l’un des meil (...)
  • 4 Le destin d’Essex peut, dans une certaine mesure, rappeler celui de son grand ennemi Sir Walter Ral (...)

3Quelle que soit l’interprétation que font les historiens de cet épisode de sa vie – coup d’État ou naïveté politique – il est évident que le comte d’Essex, d’abord favori de la reine puis courtisan en disgrâce, est l’un des personnages les plus marquants de la fin du règne d’Élisabeth Ire, comme en témoigne l’emprise qu’il eut sur l’imaginaire de ses contemporains : les événements qui constituent la fin de sa vie donnèrent en effet lieu par la suite à plusieurs œuvres de fiction, en particulier des pièces de théâtre. On peut se demander ce qui a suscité un tel intérêt littéraire, jamais démenti. Il faut dire que, dans le déroulement même des événements3, l’ambiguïté du personnage pouvait donner lieu à une intrigue tragique mettant en scène un gentilhomme anglais dans toute sa perfection héroïque qui, après avoir été célébré pour ses victoires militaires et avoir entretenu avec la reine des relations passionnelles, voyait sa fortune décliner et sa vie se terminer par un échec presque banal. Ce qui frappe notamment dans la révolte d’Essex, c’est sa fin rapide et sans panache, alors que le personnage principal était l’un des fleurons de l’aristocratie anglaise et un héros militaire hors pair4.

  • 5 Le titre complet en est : Eclogue gratulatorie. Entituled: To the Right Honourable and renowmed She (...)
  • 6 La signification de ce mot est obscure. Hugh Gazzard suggère le sens de « resounding noise » (« 'Ma (...)

4La construction de l’héroïsme essexien ne commence pas avec la révolte qui le mènera à sa chute, mais débute avec les premières prouesses du jeune homme. En 1589, alors qu’il a 22 ans, Essex rentre du Portugal, après s’être enfui de la cour pour rejoindre Drake et Norris contre l’avis de la reine. Les Anglais n’avaient pu capturer la ville de Lisbonne et Essex, selon la légende, avait envoyé sa lance contre les murailles de la ville pour défier l’ennemi avant de battre en retraite, comme les autres. Dans les jours qui suivent son retour, il est salué par George Peele dans son églogue, Eclogue gratulatorie (1589)5. Elle est écrite à la manière de Spenser, dans un style pseudo-archaïque. Il s’agit d’un dialogue entre deux bergers, Piers and Palinode. Piers, comme l’indique son nom, est un berger anglais dont Palinode décrit l’aspect rural et fruste : « thy rude tire, and gray russet cote » (v. 13). C’est justement lui qui chante les vertus de la chevalerie et vante sa valeur : « Then give me leave, sonizance6to make, / For chivalrie, and lovely learnings sake » (v. 25-26). S’il le fait, c’est pour accueillir un berger, « To welcome home that long hath lacked beene, / One of the jolliest Shepherds of our Greene » (v. 34-35). Palinode, lui, n’est pas convaincu de la valeur de ce berger-là, et Piers s’efforce de le persuader :

Fellow in Armes he was, in their flowing deies,
With that great Shepherd good Philisides:
And in sad sable did I see him dight.
Moning the misse of Pallas peereles Knight.

With him he serv’d, and watcht and waited fate,
To keepe the grim Wolfe from Elizaes gate:
And for their Mistresse thoughten these two swains,
They moughten never take too mickle paines.

But, ah for griefe, that jolly groome is dead,
For whome the Muses silver teares have shed:
Yet in this lovelie swaine, source of our glee,
Mun all his Vertues sweet reviven bee (v. 61-74). […]
And of his dread adventures here sing I,
Equivolent with the Punic Chivalrie:
That brake his Launce, with terror and renowne,
Against the gates of slaughtered Rhemus Towne (v. 136-39).

5Aux deux premiers vers de cet extrait, Peele associe Essex à « Philisides », c’est-à- dire à Sidney, selon le nom utilisé par Sidney lui-même dans l’Arcadia. Peele évoque aussi la mort de Sidney, survenue trois ans auparavant, en 1586, afin de montrer que c’est Essex qui est désormais le successeur de Sidney – dont il avait épousé la veuve – en tant qu’éminent représentant de la chevalerie anglaise. Puis Peele abandonne la veine pastorale pour prendre un ton épique, la chevalerie d’Essex s’inscrivant aussi dans la tradition romaine des guerres puniques. Il est à noter que Palinode, le berger sceptique, change de nom à la toute fin du poème et devient « Palin », nom à la sonorité beaucoup plus anglaise, au moment où il change d’avis sur Essex. Ce changement est déjà contenu dans son nom originel, Palinode, dont l’étymologie (du latin palinodia, « rétraction poétique », emprunté au grec) indique l’action de se dédire.

  • 7 David Horne a fait le compte des archaïsmes de ce court poème et en a noté la proximité avec les œu (...)
  • 8 Essex apparaît d’ailleurs également en « swaine » dans Britannias Pastorals (1625) de William Brown (...)

6Essex est donc transformé en personnage littéraire par l’intermédiaire de Sidney, dont il avait également reçu en héritage l’épée, symbole suprême du statut chevaleresque. Cette construction littéraire est de tradition pastorale, afin d’établir un lien avec Sidney, auteur de l’Arcadia et berger-poète, et de suggérer une relation amoureuse entre la reine et Essex. Piers déclare par exemple: « He is a great Herdgroome, certes, but no swaine / Save hers that is the Flowre of Phaebes plaine » (v. 48-9). Utilisant le mot « swain », terme obligé de la pastorale anglaise, Peele prend soin d’en rejeter le sens de jeune homme au service d’un chevalier, donc de basse extraction, ce qui aurait été une insulte au jeune aristocrate. Mais Essex peut néanmoins être un swain, puisque ce mot veut dire aussi « amant ». Le poème, en plus de la dimension pastorale, fait également allusion aux valeurs chevaleresques et martiales. Cette églogue est donc voulue comme spécifiquement anglaise, notamment à travers le personnage de Piers, berger rustique anglais qui est le seul capable de percevoir toute la valeur d’Essex, et de l’exprimer dans un anglais pseudo-archaïque. L’emploi de cette langue, que l’on remarque également chez Spenser, peut être perçu comme une volonté de revenir – de manière fictionnelle – à un anglais « pur », non latin, non catholique donc7. Essex est donc représenté comme une figure de l’anglicité8.

7Le statut héroïque d’Essex, qu’il acquiert dans ses faits d’armes ou dans ses exploits, prend une dimension littéraire dans la célébration poétique qui en est faite. Peele exalte encore Essex dans Polyhymnia (1590), consacré à ses prouesses dans un tournoi organisé pour la reine. Il réutilise son association d’Essex et de Sidney, en évoquant cette fois la couleur d’Essex, le noir, qu’il interprète comme le deuil qu’Essex porte en souvenir de Sidney :

  • 9 In The Life and Minor Works of George Peele, op. cit., p. 231-44.

His staves were such, or of such hue at least,
As are those banner staves that mourners beare,
And all his companie in funerall blacke,
As if he mourn’d to thinke of him he mist,
Sweete Sydney, fairest shepheard of our greene,
Well lettred Warriour, whose successor he
In love and Armes had ever vowed to be (
Polyhymnia, v. 108-114)9.

8Il est intéressant ici que Peele mette l’accent sur ce deuil à propos d’Essex, comme s’il suggérait que l’héroïsme anglais était mort avec Sidney. Essex ayant juré d’en être le successeur « en amour et dans les armes », il est donc, de manière symbolique, le dépositaire de cet héroïsme disparu et sur lui se portent tous les espoirs.

9Jusqu’à la fin du XVIe siècle, Essex conserve ce statut héroïque à dimension littéraire, grâce notamment aux nombreuses œuvres qui lui sont dédiées, ou qui comportent des allusions à ses faits d’armes ou à sa personne. Pendant cette période, il devient héros national, notamment grâce à ses victoires dans la guerre opposant l’Angleterre à l’Espagne, et dont le point culminant est sans doute la prise de Cadix en 1596, célébrée notamment par Edmund Spenser dans son poème Prothalamion, publié la même année.

  • 10 Dans les récits du procès, le terme « private » est d’ailleurs récurrent.

10Mais c’est la révolte de 1601 qui va donner à Essex son véritable statut littéraire. Elle débute par la représentation d’une pièce de théâtre, mais l’intérêt dramatique de la vie d’Essex ne tient pas vraiment à ce « Richard II », d’autant plus que la pièce ne semble pas avoir eu une quelconque incidence sur le déroulement de ces fameuses journées des 7 et 8 février 1601. En revanche, ce qui est théâtral, c’est le fait qu’Essex représente un point focal de cette période, en particulier en cette fin de règne marquée par la question de la succession d’Élisabeth. Soupçonné de vouloir prendre le pouvoir, il est placé dans une position névralgique où il concentre toutes les haines, notamment de la part de Sir Walter Raleigh et surtout de Sir Robert Cecil. Il se trouve également au centre d’un imbroglio politico-religieux — lié à la succession — qui le fait passer soit pour un partisan des catholiques, soit pour un protestant avéré. Il y a donc dans ce personnage à la grandeur potentiellement tragique matière à construire une intrigue dramatique, qui s’enrichit aussi des aspects secrets de son histoire, tout emplie de missives confidentielles et de rencontres discrètes10.

  • 11 Le titre complet du sermon est à cet égard éloquent: William Barlow, A Sermon preached at Paules Cr (...)
  • 12 Sur le sermon, voir l’article de Thomas S. Nowak, « Propaganda and the Pulpit : Robert Cecil, Willi (...)
  • 13 « The earl underwent a violent revulstion, and repudiated almost all of the positions he had taken (...)
  • 14 « When the lord Grey was called, the earl of Essex laughed upon the earl of Southampton, and jogged (...)
  • 15 Par exemple: « Will your lordships give us our turns to speak, for he playeth the Orator, and abuse (...)
  • 16 Essex accuse en fait Cecil d’être en faveur de l’Infante d’Espagne pour la succession d’Élisabeth : (...)

11On se rend compte aussi en examinant les différents récits dans les sources primaires que l’histoire d’Essex est en perpétuelle construction, ce qui en fait un matériau littéraire de choix. En effet, le pouvoir de l’époque a voulu livrer une version officielle de la révolte d’Essex, que l’on peut voir à l’œuvre dans les minutes du procès d’Essex et de son ami Southampton, de même que dans le sermon prononcé par William Barlow à St Paul, le 1er mars 1601 sur ordre de Robert Cecil, censé justifier l’exécution et empêcher toute manifestation en faveur du comte. Ce sermon fut de plus publié la même année, afin de mieux convaincre les sujets anglais de la culpabilité du comte et du bien-fondé de son supplice11. Le caractère édifiant de ce texte ne fait pas de doute12. Quant aux différentes versions du procès – il n’y a en effet pas une, mais des histoires officielles –, elles montrent bien le caractère mouvant de ce récit, de ce work in progress. Elles ont également un but d’édification, mettant en scène un Essex hautain et sûr de lui dont le comportement change du tout au tout après sa condamnation à mort. Mervyn James a expliqué ce retournement en montrant comment l’attitude d’Essex était dictée par une culture de l’honneur, issue d’un sens aigu du lignage et de la supériorité du métier des armes. En apprenant qu’il allait être décapité à la Tour de Londres, Essex aurait pris conscience que ce sens de l’honneur ne lui était plus d’aucune utilité et que ce qu’on attendait de lui désormais, c’était une reconnaissance, sincère ou non, de sa culpabilité et le choix d’une rhétorique religieuse conforme à son rang et à sa situation13. Au cours de son procès, on l’aura vu successivement rire à l’arrivée d’un des témoins14, contester le déroulement du procès15, et accuser son rival Sir Robert Cecil de trahison16. Puis, après que la sentence de mort a été prononcée, le Comte reconnaît soudain sa faute et se soumet à la loi des hommes et à celle de Dieu :

  • 17 A Complete Collection of State Trials, op. cit., p. 1356.

I only say this, that since I have committed that which hath brought me within the compass of the law, I may be counted the law’s traitor in offending the law, for which I am willing to die, and will as willingly go thereto as ever did any. But I beseech your Lordship and the rest of the Lords here to have consideration of what I have formerly spoken, and do me right as to think of me as a Christian, and that I have a soul to save, and that I know it is no time to jest17.

12Néanmoins, il est difficile de considérer le récit du procès comme un reflet objectif de la vérité historique. La littérature officielle qui concerne cette affaire va toujours dans le même sens, celui de la soumission et de l’humilité du comte, comme s’il était indispensable de faire rendre gorge au grand héros, mais surtout de justifier l’arrestation et le procès. Cela se confirme à la lecture du texte qui suit le sermon de William Barlow, « The true copy, substance, of the late Earle of Essex, his behaviour, speach, and prayer, at the time of his execution », dans lequel il est évident que Barlow a construit un coupable idéal :

  • 18 A Sermon Preached at Paules Crosse, op. cit., E4.

My Lordes, and you my Christian Brethren, who are to be witnesses of this my just punishment, I confesse to the glory of God, that I am a most wretched sinner, and that my sinnes are more in number then the hayres of my heard, I confesse that I have bestowed my youth in wantonnesse, lust, and uncleannesse, that I have bene puffed up with pride, vanitie, and love of this worlds pleasures. And that notwithstanding diverse good motions inspired into me from the spirit of God, The good which I would, I have not done, and the evill which I would not, that have I done18.

  • 19 « I lament the great fall of this man in Israel » (The Prose Works of Fulke Greville, Lord Brooke, (...)

13La dimension littéraire du comte est aussi liée à l’histoire même de la conspiration, qui inscrit la rébellion d’Essex dans la tradition de la littérature de conspiration, inspirée de Cicéron et de Salluste et devenue en Angleterre un topos du théâtre politique au XVIIe siècle. Cette tradition est établie dès 1601, après l’exécution d’Essex, dans le sermon prêché par Barlow. Il y inscrit Essex dans une généalogie, d’une part, de conspirateurs, et d’autre part, de héros passionnés dans le droit fil du théâtre politique anglais de cette époque. Les conspirateurs sont d’abord ceux de la Bible : « all the famous rebellions either in Gods booke ». Barlow donne l’exemple d’Abner (« Abners discontment »). Il est d’ailleurs à noter que Fulke Greville compare aussi Essex à Abner dans sa biographie de Sidney19, consacrée pour une bonne part à Essex. Les autres rébellions auxquelles Barlow fait allusion sont anglaises (« in our own land »). Evidemment, Barlow évoque les conspirateurs catholiques en Angleterre, dont Robert Parsons, auteur présumé du pamphlet A Conference on the Next Succession to the Crown of England (1595), dédié à Essex, qui avait été obligé de nier toute implication. Barlow cite également la rébellion de Bolingbroke (« of Henrie Duke of Lancaster, against Richard the second »), mais il prend bien garde d’ajouter qu’il ne s’agit de la part d’Essex que d’une piètre imitation.

14Évoquant ensuite les grands hommes à propos d’Essex, Barlow le compare au Coriolan de Plutarque, dont on sait la dette que lui doit Shakespeare :

Men of great mindes and parts, prove either excellently good, or dangerously wicked; it is spoken by Plato, but applyeth by Plutarch unto Coriolanus, a gallant young, but a discontented Humane, who might make a fit parallel for the late Earle, if you read his life and this was caused, as he oft confessed to us, by the inducement of vanity. I told him it was pride, but his word was vanitie and lewd counsell.

15Incidemment, la description du Comte rappelle ces grands héros qui arpentent les scènes du théâtre anglais de l’époque et qui ont nom Byron, Philotas ou Coriolan. Ce sermon ne saurait bien sûr être considéré comme une source de ces pièces, mais il montrerait plutôt l’intérêt pour un type de situation politique et psychologique particulière et qui peut s’appliquer, entre autres, aux héros de Chapman et de Daniel – la confrontation entre un monarque qui se doit de se maintenir dans une situation de pouvoir et un grand héros militaire accusé de haute trahison ou en disgrâce soudaine avec son souverain. Nous allons revenir sur ce modèle théâtral.

  • 20 « Propaganda and the Pulpit », art. cit.

16Enfin, ce qui est intéressant dans le sermon de Barlow, c’est son caractère un peu ambigu – qu’a d’ailleurs bien analysé Thomas S. Nowak20– sans doute parce qu’il a été entièrement commandité par Robert Cecil. La lettre qu’il a adressée au prêtre a été conservée, si bien qu’on peut en retrouver dans le sermon des citations in extenso. Mais en même temps, Barlow semble toujours être sur la défensive, montrant ainsi combien le sujet est dangereux. Il faut dire qu’en 1596 , il avait déjà prêché, à Saint-Paul, un sermon célébrant le triomphe d’Essex. Barlow doit donc montrer à Cecil qu’il accepte toute soumission au pouvoir, mais il doit aussi faire comprendre sa volte-face à un public qui est plutôt en faveur d’Essex. Dans ce document de propagande, qui dissimule et déforme la réalité, il est frappant que l’on trouve abondance de termes évoquant la divulgation, la révélation, la publication. Ce sermon est censé justifier l’action des autorités et le procès et l’exécution d’Essex mais il fait aussi partie de la construction d’une version officielle et fournit le portrait d’un Essex que ses partisans vont s’efforcer de modifier.

17Dans cette figure héroïque qu’est Essex, s’entremêlent donc histoire et littérature : autant Essex est, sa vie durant et après sa mort, un personnage littéraire, notamment représenté en héros dans une littérature hagiographique copieuse, autant sa place dans l’Histoire est déterminée par sa position littéraire. Ainsi, à son propos, les critiques littéraires vont-ils faire œuvre d’historiens, en analysant des œuvres comme des pièces à clef, alors que les historiens utilisent des œuvres littéraires afin de mieux cerner ce personnage, qui fait partie intégrante d’une histoire culturelle, autant que politique, de l’Angleterre de l’époque. Dans son étude fondatrice sur l’image du personnage d’Essex, Mervyn P. James a invoqué Samuel Daniel et George Chapman pour tenter de définir la mystique essexienne de l’honneur, qu’il situe dans une perspective éthique, celle du baroque. Mettant l’honneur au centre de la problématique essexienne en tant que valeur obsolète, il établit un lien entre Essex en tant que personnage historique et sa transformation littéraire par des auteurs tels que Daniel et Chapman :

  • 21 Op. cit., p. 437. Sur les pièces « essexiennes » de Chapman et de Daniel, je renvoie le lecteur à m (...)

there was George Chapman, who also aimed at a revival of honour and heroic virtue, to be effected however, he hoped, by the dissemination of his translation of Homer into English, which was then in progress. Chapman dedicated the first instalment of his Iliad in 1598 to Essex [...]. Samuel Daniel saw Essex in similar terms, and as destined to lead the chivalry of Europe in a renewed crusade against the infidel. The writers and intellectuals were building up Essex into the image of the baroque charismatic hero, heightening the hopes and expectations which centred on him21.

  • 22 Voir la très bonne édition de ce livre: The First and Second Parts of John Hayward’s The Life and r (...)
  • 23 « Shakespeare’s Richard II », art. cit., p. 32-35.

18Essex serait donc un personnage historique dont l’héroïsme aurait une dimension littéraire. Les œuvres littéraires qui concernent Essex, directement ou indirectement, sont d’ailleurs traitées, à juste titre, comme des sources historiques. On sait par exemple l’importance politique de l’ouvrage en prose de John Hayward, The First Part of the Life and Raigne of King Henrie the IIII (1599)22, dédié par son auteur à Essex, puisqu’il fut même évoqué lors du procès qui fit suite au retour d’Irlande du comte d’Essex en 1599, après qu’il eut désobéi aux ordres de la reine en concluant une trêve avec le comte de Tyrone. Richard II tient également une place de choix dans la chronique. Paul E. J. Hammer établit par exemple un véritable parallèle entre l’intrigue de cette pièce et le déroulement de la révolte, sans toutefois aller jusqu’à affirmer que la représentation ait pu faire partie intégrante de la rébellion23. Il s’agit plutôt pour lui d’une sorte de mise en scène de l’exemplarité, les trois premiers actes de la pièce pouvant montrer aux spectateurs qui en avaient financé la représentation qu’Essex pouvait devenir un nouveau Bolingbroke – son ancêtre – alors que les deux derniers actes constituaient une sorte d’avertissement contre ce qu’il fallait éviter.

  • 24 Sur ce sujet, je me permets de renvoyer le lecteur à mon article, « The Earl of Essex, From One Rei (...)

19Sous le règne d’Elisabeth, le discours sur Essex est sous l’autorité exclusive de Robert Cecil, sans nul doute avec l’assentiment de la reine. Après l’accession au trône de Jacques Ier, les partisans d’Essex pensent sans doute qu’ils pourront s’exprimer de manière plus libre sur leur héros24. Cecil étant demeuré Secrétaire dans le Conseil Privé du roi, la censure continue de s’exercer sur ce sujet, mais de manière moins sévère, puisque le début du règne de Jacques Ier voit la publication de plusieurs œuvres faisant allusion à Essex de manière élogieuse. Déjà, immédiatement après la mort du héros, sa construction littéraire peut se développer sous différentes formes.

  • 25 Voir à ce sujet l’article d’Alzada Tipton, « The Transformation of the Earl of Essex: Post-Executio (...)

20Il existe tout d’abord de nombreuses ballades consacrées à Essex25, donc anonymes et difficiles à dater. Néanmoins, on peut penser que beaucoup d’entre elles furent diffusées avant la mort d’Élisabeth, puisqu’elles échappaient plus facilement à la censure que les œuvres publiées. Cette fois, la construction du héros vise à contrer le récit officiel, puisqu’elle s’efforce d’effacer toute idée de trahison, de conspiration ou de rébellion ; ou bien, si conspiration il y a, elle s’est exercée contre Essex lui-même. Parfois, il est simplement victime du mauvais sort. La plus célèbre de ces ballades est sans doute « A Lamentable Ditty composed upon the Death of Robert Devereux, late Earle of Essex », publiée quelques années plus tard, en 1625. Les premiers vers en montrent bien l'esprit, que l’on retrouve dans toutes les ballades portant sur le même sujet :

  • 26 Cité par Diana Poulton, John Dowland, Londres, Faber & Faber, 1972, p. 402-403.

Sweet England's pride is gone,
welladay, welladay,
Which made her sigh and groan,
evermore still;
He did her fame advance,
In Ireland, Spain and France,
And by a sad mischance
is from us tane
26.

  • 27 « A 'mournefull dittie' on the Death of the Earl of Essex, Queen Elizabeth's Favourite », éd. W. L. (...)
  • 28 Je renvoie ici à un site Internet consacré à ces libelles et qui est d’une grande richesse : « Earl (...)

21Le héros guerrier qui a tant œuvré à la grandeur de l’Angleterre est donc victime de la Fortune, et n'est en rien responsable de son sort, décidé par une « triste malchance ». On le voit, l’accent est mis sur les prouesses guerrières du comte. Dans une autre ballade, « A mournefull dittie made on the death of the late Earle of Essex », publiée en 1603, c'est encore le patriote-martyr qui est célébré. Après avoir décrit tous ses faits d'armes, l'auteur affirme : « He neve[r] wrong'd queene Elisabeth »27. Dans le même esprit, de nombreux libelles sont composés à la même période contre Robert Cecil ou Walter Ralegh, tous deux considérés dans ces textes comme des ennemis d’Essex28.

  • 29 Honors Fame in Triumph Riding. Or, the Life and Death of the Late Honorable Earle of Essex, London: (...)

22D’autres vont plus loin dans l’hommage en évoquant Essex dans des œuvres élégiaques. Un certain Robert Prickett fut un temps emprisonné pour avoir publié, en 1604, un poème consacré entièrement à Essex, Honors Fame in Triumph Riding29, qui lui valut quelque renommée à l’époque. Pensant sans doute qu’avec l’avènement de Jacques Ier le temps était venu de réhabiliter la mémoire du Comte, Prickett poussa assez loin l’éloge de celui qu’il nomme « the late Honorable, and yet still honored Earle of Essex », allant jusqu’à dédier l’œuvre au comte de Southampton, ami d’Essex emprisonné en 1601 mais réhabilité par Jacques Ier. Prickett affirme que le Comte n’en voulut jamais à la Reine, et que celle-ci lui garda également toute son affection.

  • 30 Cette propension à faire l’éloge du père à travers le fils se renouvellera au moment de la mort du (...)

23La publication du poème de Pricket, en dépit de son emprisonnement – qui ne fut que de courte durée – montre que les partisans d’Essex avaient une certaine latitude pour exprimer leurs sentiments et participer à la construction posthume d’un héros. La réhabilitation d’Essex, en même temps que celle de son fils, le troisième comte, qui venait de retrouver ses droits et son héritage et allait devenir un ami du Prince de Galles, Henry, se fit essentiellement par voie littéraire. L’éloge du fils était d’ailleurs parfois l’occasion d’un éloge posthume du père30, comme dans un sonnet de John Davies of Hereford datant de 1603, adressé au troisième comte d’Essex, où l’auteur n’hésite pas à évoquer le père, « To the Right honorably honored and right wel-beloved yonge Earle of Essex » :

  • 31 Le sonnet fait partie de la première édition de Microcosmos (1603). Voir The Complete Works of John (...)

Deere offspring of that all-belooued One,
Deere vnto all, to whom that one was deere;
The Orphanes God requites thy cause of mone
By Him, that doth to all like God appeere.
Al those that loue you (al-beloued Two)
Will blesse and loue him for it; blest of God
To comfort Innocents, and Orphanes too,
That ruin'd were by fell Disasters Rod.
Liue like His Sonne, that liv'd too like him selfe;
And dide like one, deere to Him without like;
He wrackt his fortunes on false Favors shelfe,
Which are this worlds; that smiles whe it doth strike.
And, that thou mai'st thy country glorifie
No lesse then hee, all pray; then needes must I.
31

  • 32 Voir en particulier, sur Philotas, Hugh Gazzard, « `Those graue presentments of antiquitie': Samuel (...)
  • 33 Voir par exemple John Loftis, qui a bien montré combien la relation entre Byron et Essex était à l’ (...)
  • 34 Ben Jonson, éd. C. H. Herford et P. Simpson, Oxford University Pres, 1925-1952, vol. 1, p. 141.
  • 35 Sur le contenu « essexien » de la pièce, voir Susan E. Krantz, « Thomas Dekker’s Political Commenta (...)
  • 36 Pour un possible lien entre la révolte d’Essex et des modifications op érées dans le texte de la pi (...)
  • 37 Kevin Lindberg, « Thomas Heywood’s The Royall King, and the Loyall Subject and the Fall of Robert D (...)

24Enfin, on voit apparaître sur les scènes londoniennes des pièces qui ne portent pas encore sur le comte d’Essex proprement dit, mais qui comportent des similitudes certaines avec la rébellion. Il est inutile de revenir ici en détails sur le contenu de ces pièces, puisqu’il a déjà été discuté ailleurs32, mais il est important de rappeler que se développe à l’époque un modèle d’intrigue théâtrale fondé sur une opposition de pouvoir entre un souverain et un grand noble ou un héros militaire. On pourrait dire également que ces pièces opposent un héroïsme fort, donc une individualité, à un ordre politique représenté par un souverain. Il ne s’agit pas exactement d’un théâtre de la conspiration, car l’ambiguïté concernant le personnage principal est en général maintenue et on ne fournit pas au spectateur une clef morale et psychologique lui permettant d’attribuer ou non une culpabilité au héros. C’est en cela que ces pièces se démarquent de la version officielle de l’histoire d’Essex, et notamment le sermon de William Barlow. Ce modèle correspond peu ou prou à la pièce de Samuel Daniel Philotas (1605), dont l’auteur fut un temps inquiété par le Conseil Privé du roi pour cette raison même, ainsi qu’à celle de George Chapman, The Conspiracy and Tragedy of Charles, Duke of Byron (1608), dont le contenu même fait allusion à la proximité de Byron et d’Essex33. Ce modèle est également utilisé par Ben Jonson dans Sejanus (1603), pour lequel le dramaturge, si l’on en croit les « Conversations with William Drummond of Hawthornden »34, fut également convoqué par le Conseil Privé du roi. On retrouve cette même structure dans les pièces de Thomas Dekker, The Whore of Babylon (1605-6)35et, quelques années plus tôt, Old Fortunatus (1600)36. Récemment, Kevin Lindberg a montré que la pièce de Thomas Heywood, The Royall King and the Loyall Subject (publiée pour la première fois en 1637) pouvait être lue selon le schéma essexien de la menace constituée par la présence d’un favori à la cour, objet de toutes les jalousies de la part d’autres courtisans37. Le grand noble n’est donc pas uniquement une menace en soi pour le monarque, mais – et c’est là d’ailleurs un des lieux communs de la littérature essexienne – il constitue un rival que les autres courtisans jaloux veulent perdre.

25Le goût pour ce modèle d’intrigue à l’époque ne doit pas nécessairement favoriser une lecture « à clef » de ces œuvres – souvent pratiquée d’ailleurs – et le personnage historique d’Essex n’est peut-être pas la source de ces œuvres dramatiques. Néanmoins, la vogue pour ce sujet est caractéristique d’une époque où la présence d’un grand noble dans le contexte d’une monarchie absolue pouvait constituer une menace pour le pouvoir. Avant la rébellion d’Essex proprement dite, il n’y a pas d’ambiguïté dans le traitement littéraire de son héroïsme. Les événements de 1601 modifient inévitablement le sujet, et le théâtre est le lieu où la représentation d’un sujet politique au statut instable peut le mieux s’exercer. L’ambiguïté du sujet tient d’une part à l’existence de différentes versions de l’histoire d’Essex, qui fournissent des perspectives contradictoires sur le même événement. C’est en effet une mosaïque de textes (dédicaces à Essex, correspondances, chroniques, ballades, récits pseudo-historiques, sermons, poèmes…) qui constitue les sources du traitement théâtral du comte d’Essex au XVIIe siècle (et également celles de la construction moderne du comte comme figure héroïque de rébellion pour les historiens d’aujourd’hui). Mais l’ambiguïté propre à la figure d’Essex est également conforme à une période de mutation politique où se pose la question d’un droit à la rébellion, voire d’un droit au tyrannicide.

  • 38 Due storie inglese, due miti europei. Maria Stuarda e il Conte di Essex sulle scene teatrali, a cur (...)
  • 39 The Prose Works of Fulke Greville, op. cit., p. 133.

26Le traitement politique de la révolte d’Essex dans le théâtre anglais de l’époque tient peut-être à des raisons de censure, puisqu’il ne se manifeste en général que de manière détournée, en particulier au théâtre, alors qu’en Europe, le personnage d’Essex devient assez rapidement, pour reprendre le titre d’un ouvrage récent, un mythe européen, comme celui de Marie Stuart38. En revanche, il faut attendre 1682 avec The Unhappy Favourite de John Banks pour qu’en Angleterre, Essex devienne personnage de théâtre à part entière. Sur le continent, en particulier en France avec les pièces de La Caprenède (1639) de Claude Boyer et de Thomas Corneille (1678), il est rapidement fictionnalisé et sa transformation est littéraire. En Angleterre, Essex est un exemplum, comme dans le Byron de Chapman, où il est invoqué afin d’éclairer le destin du grand noble français. La littérature essexienne anglaise aborde la révolte de manière indirecte, mais est idéologiquement plus marquée dans son traitement d’un affrontement entre un grand noble et un pouvoir monarchique qui se sent menacé. Fulke Greville, dans son texte sur Sidney, évoque le but qu’il s’était fixé en écrivant ses tragédies (Mustapha, Alaham, et la pièce détruite par l’auteur lui-même, Antony and Cleopatra), et qui était clairement idéologique: « to trace out the highways of ambitious governors, and to show in the practice of life that the more audacity, advantage and good success such sovereignties have, the more they hasten to their own desolation and ruin »39. Comme nombre de ses contemporains, Fulke Greville envisageait avant tout l’Histoire dans sa fonction didactique, et son utilisation dans une œuvre littéraire comme une illustration exemplaire. En évoquant Antony and Cleopatra, la pièce détruite, il établit un parallèle entre son intrigue et la chute d’Essex, même si son but est de se défendre de s’en être inspiré :

  • 40 Ibid., p. 93.

this sudden descent of such a greatness, toegether with the quality of the actors in every scene, stirred up the author’s second thoughts to be careful, in his own case, of leaving fair weather behind him, he having, in the Earl’s precipitate fortune, curiously observed how long that nobleman’s birth, worth and favour had been flattered, tempted and stung by a swarm of sect-animals whose property was to wound and fly away40.

27Greville, à la fois poète et théoricien de la politique, puisqu’il a écrit des traités en vers (A Treatise of Monarchy, par exemple), est emblématique de la période qui suit la révolte et la mort d’Essex. C’est un aristocrate qui a été proche d’Essex, mais il reflète aussi la tendance que l’on retrouve chez certains dramaturges idéologues de l’époque, c’est-à-dire un goût pour la chose politique, une approche idéologique de la littérature, et la contemplation nostalgique d’un passé idéalisé qu’il oppose à un présent détesté. C’est pourquoi pour lui aussi, Essex est un point névralgique de cette nostalgie. Dans sa « Vie de Sidney », il inclut une autre vie, celle d’Essex. Dans la lignée de la biographie d’Agricola par Tacite, il retrace la vie de son héros, Sidney, mais également d’Essex, procédant à un hommage des deux hommes tout en se livrant aussi à des considérations politiques et historiques. Ainsi, il replace Essex dans un contexte historique européen, le comparant à de grands nobles français comme les ducs de Joyeuse et d’Épernon, et comparant, indirectement, Henri III de France à Élisabeth d’Angleterre. Là encore, Essex est un exemplum et un moyen pour Fulke Greville de rappeler – tout en défendant son ami à tout prix – sa conception d’un pouvoir où les grands nobles peuvent donner libre cours à leur héroïsme sans que le pouvoir en soit rabaissé en aucune manière :

  • 41 Ibid., p. 96.

Neither did he, like the French favourites of that time, serve his own humours or necessities by selling seats of justice, nobility or orders of honours till they became colliers pour toute bête, to the disparagement of creating power, and discouraging of the subject’s hope or industry in attaining to advancement or profit; but suffered England to stand alone in her ancient degrees of freedoms and integrities, and so reserved that absolute power of creation sacred in his sovereign without any mercenary stain or allay41.

28Essex est ainsi intégré dans une réflexion sur le pouvoir, ce qui est d’ailleurs conforme à l’idée qu’il se faisait lui-même de l’Histoire et des exemples fournis par les grands hommes, comme il le rappelle dans sa lettre au jeune comte de Rutland du 4 janvier 1595 :

  • 42 Walter Bourchier Devereux, Lives and Letters of the Devereux, Earls of Essex, in the Reigns of Eliz (...)

Above all other books be conversant in the Histories, for they will best instruct you in matter, moral, military, and politic, by which, and in which, you must ripen and settle your judgment […]. All men that live well, do it by book or by exa mple, and in book learning your L. shall find, in what course soever you propound unto yourself, rules prescribed by the wisest men, and exa mples left by the wisest men that have lived before us42.

  • 43 Sir Henry Wotton, Reliquiæ Wottonianæ or, A Collection of Lives, Letters, Poems with Characters of (...)
  • 44 Ibid., p. 11.

29Enfin, Essex devient, sous la plume de Sir Henry Wotton, le sujet d’une « vie » à la manière de Plutarque. En effet, en 1641, soit deux ans après la mort de l’auteur, paraît A Parallell betweene Robert late Earle of Essex, and George late Duke of Buckingham, texte dans lequel Wotton s’efforce, comme Fulke Greville, de justifier les actions de celui dont il avait été le secrétaire. Là encore, Wotton mêle des éléments et des anecdotes destinés à établir la vérité sur ce qu’il nomme « a prodigious Catastrophe »43, à des généralités sur la pratique du pouvoir, ce qui l’amène par exemple à évoquer la question de la succession : « All Princes, especially those whom God hath not blessed with naturall issue, are (by wisdome of State) somwhat shye of their Successors »44.

  • 45 Op. cit., p. 62.

30On peut ainsi constater qu’Essex, après sa mort, devient une sorte de figure emblématique de la réflexion sur le pouvoir, un exemplum, c’est-à-dire un exemple de comportement humain dont on examine la vie afin d’en tirer un enseignement moral. John Hayward, dans The Life and Raigne of King Henrie IIII, montre bien l’aspect à la fois anecdotique et politique de l’exemplum: « [to] set foorth unto us not onely precepts, but lively patterns, both for private directions and for affayres of state »45. On retrouve cette tension entre le public et le privé dans le traitement littéraire d’Essex : exemplum politique en Angleterre, il devient rapidement personnage de théâtre pris dans des intrigues galantes dans le théâtre européen. Incidemment, cette tension était déjà présente dans le personnage même, poussé par ambition à se mettre perpétuellement en avant, alors que dans sa correspondance privée, il prêche constamment le refus de l’ostentation, comme dans sa lettre à Rutland :

  • 46 Walter Bourchier Devereux, op. cit., vol. 1, p. 331.

you must know, also, that the end of knowledge is clearness and strength of judgment, and not ostentation nor ability of discourse, which I do the rather put your L. in mind of, because the most of the noblemen and gentlemen of our t ime have no other use of their learning but in table talk […]; though, like empty casks, they sound loud when a man knocks upon their outside, yet, if you pierce into them, you shall find them fu ll of nothing but wind46.

31De la même manière, dans une lettre à la reine datée du 12 mai 1600, il se plaint d’être constamment sur le devant de la scène, au sens propre du terme :

  • 47 Ibid., vol. 2, p. 98-99.

I am gnawed on and torn by the vilest and basest creatures on earth. The prating tavern hunter speaks of me what he lists; the frantic libeller writes of me what he lists; already they print me and make me speak to the world, and shortly they will play me in what forms they list upon the stage. The least of these is a thousand times worse than death47.

  • 48 Ibid., vol. 1, p. 399.
  • 49 Ibid., vol. 1, p. 400.

32Néanmoins, le rôle historique du comte contredit ce goût pour la discrétion. D’ailleurs, dans une lettre à Essex dans laquelle il lui prodigue des conseils politiques, Francis Bacon lui conseille aussi de ne pas mettre en avant sa carrière militaire qui pourrait lui porter préjudice auprès de la reine (ce qu’il nomme « a suspected greatness »48). En fait, ce que Bacon conseille à Essex, c’est d’être un animal politique, capable de dissimuler sa grandeur, ou plutôt de mettre en avant sa discrétion: « to take all occasions to the Queen to speak against popularity and popular courses vehemently, and to tax it in all others; but, nevertheless, to go on in your honorable commonwealth courses as you do »49.

33On peut établir un lien entre l’intérêt littéraire pour Essex qui s’amorce au XVIe siècle, de son vivant, puis se manifeste pleinement au XVIIe siècle, et cette tension dans le personnage même, entre la mise en avant d’un héroïsme chevaleresque, fondé sur des valeurs martiales, et une forme d’intimité et de moralisme (qui s’exprime également par des références au stoïcisme dans sa correspondance). La contradiction est en elle-même littéraire et contient les germes d’une grandeur tragique. Elle renferme des zones d’ombre, des mystères non résolus qui appellent aussi une transformation fictionnelle, et que l’on pourrait mettre en relation avec le caractère indirect de son traitement littéraire au début du XVIIe siècle anglais, entre un désir d’exploiter cette matière fictionnelle, et la nécessité de le faire par des moyens détournés pour des raisons de censure. Enfin, si Essex a un tel intérêt pour les écrivains de son temps et de la période qui suit sa chute, c’est également parce qu’il est le personnage emblématique d’une période de mutation politique, où le pouvoir doit s’affirmer de manière absolue face à des pouvoirs individuels dont la grandeur constitue un danger.

Haut de page

Notes

1 L’incertitude vient de ce que le nom de l’auteur n’est pas précisé pour cette pièce décrite, dans les archives nationales, comme « of Kyng Harry the iiiith and of the kyllyng of Kyng Richard the Second » (cité par Paul E. J. Hammer, « Shakespeare’s Richard II, the Play of 7 February 1601, and the Essex Rising », Shakespeare Quarterly 59, 1 (Printemps 2008), p. 1-35, ici p. 1).

2 Ibid., p. 16.

3 Pour un récit de ces événements, on peut se référer aux travaux de Paul E. J. Hammer, l’un des meilleurs spécialistes actuels de la question. Outre l’article déjà cité et de nombreux autres portant sur le destin du comte d’Essex, on consultera avec profit son ouvrage : The Polarisation of Elizabethan Politics : the Political Career of Robert Devereux, 2nd Earl of Essex, 1585-1597, Cambridge Studies in Early Modern British History , Cambridge University Press, 1999. Sur l’arrière-plan culturel d’Essex et de ses amis, on pourra se référer également aux travaux en cours d’Alexandra Gajda, qui a déjà publié « The State of Christendom : History, Political Thought and the Essex Circle », Historical Research, vol. 81, no. 213 (August 2008), et dont on attend avec impatience l’étude consacrée à l’importance de la pensée politique de Tacite sur le cercle des Essexiens (dans l’ouvrage d’A. J. Woodman à paraître en 2010, The Cambridge Companion to Tacitus).

4 Le destin d’Essex peut, dans une certaine mesure, rappeler celui de son grand ennemi Sir Walter Raleigh qui a également connu les honneurs et le pouvoir avant d’être exécuté sur ordre de Jacques Ier, après une victoire au cours d’une escarmouche contre les Espagnols, qui lui avait été formellement interdite par le roi. On retrouve dans cette fin lamentable la même symbolique de la grandeur rabaissée, d’autant plus que Raleigh est condamné et exécuté p our des faits militaires, ce qui rend sa fin encore plus dérisoire.

5 Le titre complet en est : Eclogue gratulatorie. Entituled: To the Right Honourable and renowmed Shepheard of Albions Arcadia: Robert, Earle of Essex and Ewe, for his welcome into England from Portugall, Londres, 1589. Édition utilisée: The Life and Minor Works of George Peele, éd. David H. Horne, vol. 1, New Haven, Yale University Press, 1952, p. 224-30.

6 La signification de ce mot est obscure. Hugh Gazzard suggère le sens de « resounding noise » (« 'Many a Herdsman more disposde to morne': Peele, Campion, and the Portugal expedition of 1589 », Review of English Studies 57:228 (2006), p. 16-42, ici p. 26).

7 David Horne a fait le compte des archaïsmes de ce court poème et en a noté la proximité avec les œuvres de Spenser: « In 173 lines some 33 archaisms are used, no fewer than 15 appearing in E. K.’s notes to Spenser’s work, with most of the others taken from the text of The Shepheardes Calender » (op. cit., p. 164).

8 Essex apparaît d’ailleurs également en « swaine » dans Britannias Pastorals (1625) de William Browne : He was a Swaine whom all the Graces kist,
A brave, heroicke, worthy
Martialist:
Yet on the Downes he oftentimes was seene
To draw the Merry Maidens of the Greene
With his sweet voyce... (L
ivre 1, chant 4, consulté sur Literature Online Fulltext – LION ProQuest).

9 In The Life and Minor Works of George Peele, op. cit., p. 231-44.

10 Dans les récits du procès, le terme « private » est d’ailleurs récurrent.

11 Le titre complet du sermon est à cet égard éloquent: William Barlow, A Sermon preached at Paules Crosse, on the first Sunday in Lent […], With a short discourse of the late Earle of Essex his confession, and penitence, before and at the time of his death, Londres, 1601.

12 Sur le sermon, voir l’article de Thomas S. Nowak, « Propaganda and the Pulpit : Robert Cecil, William Barlow and the Essex and Gunpowder Plot », in The Witness of Times. Manifestations of Ideology in Seventeenth Century England, éd. Katherine Z. Keller et Gerard J. Schiffhorst, Pittsburgh, Penn., Duquesne University Press, 1993, p. 34-52.

13 « The earl underwent a violent revulstion, and repudiated almost all of the positions he had taken up at his trial. The essence of the change was an abandonment of the canons of honour » (Mervyn James, « At a Crossroads of the Political Culture: the Essex Revolt, 1601 », in Society, Politics and Culture. Studies in Early Modern England, Cambridge University Press, 1986, p. 416-65, ici p. 455).

14 « When the lord Grey was called, the earl of Essex laughed upon the earl of Southampton, and jogged him by his sleeve » (Howell, T. B., (éd.) A Complete Collection of State Trials and Proceedings for High Treason and Other Crimes and Misdemeanors from the Earliest Period to the Year 1783, 21 vol. Volume 1 (1163 to 1600), London, T. C. Hansard, 1816, p. 1335-36).

15 Par exemple: « Will your lordships give us our turns to speak, for he playeth the Orator, and abuseth your lordships ears and us with slanders; but they are but fashions of orators in corrupt states » (Ibid., p. 1339).

16 Essex accuse en fait Cecil d’être en faveur de l’Infante d’Espagne pour la succession d’Élisabeth : « he, speaking to one of his fellow-counsellors, should say, That none in the world but the infanta of Spain had right to the crown of England » (Ibid., p. 1351).

17 A Complete Collection of State Trials, op. cit., p. 1356.

18 A Sermon Preached at Paules Crosse, op. cit., E4.

19 « I lament the great fall of this man in Israel » (The Prose Works of Fulke Greville, Lord Brooke, éd. John Gouws, Oxford, Clarendon Press, 1986, p. 97). Il s’agit évidemment d’une référence à « a great man fallen this day in Israel », tué par Joab sans que David en ait été informé (2 Samuel, 3 :38).

20 « Propaganda and the Pulpit », art. cit.

21 Op. cit., p. 437. Sur les pièces « essexiennes » de Chapman et de Daniel, je renvoie le lecteur à mon article, « Le héros baroque anglais : comment avoir été et être ? », Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 54, juin 2002, p. 15-25.

22 Voir la très bonne édition de ce livre: The First and Second Parts of John Hayward’s The Life and raigne of King Henrie III, éd. J. Manning, Camden Society, 4th series, 42, 1991. On peut consulter également l’article d’Alzada J. Tipton, « ‘Lively Patterns…for Affayres of State’: Sir John Hayward’s The Life and Reigne of King Henrie IIII and the Earl of Essex », Sixteenth Century Journal 33.3 (2002), p. 769-94.

23 « Shakespeare’s Richard II », art. cit., p. 32-35.

24 Sur ce sujet, je me permets de renvoyer le lecteur à mon article, « The Earl of Essex, From One Reign to the Next » (in The Struggle for the Succession in Late Elizabethan England. Politics, Polemics and Cultural Representations, éd. Jean-Christophe Mayer, Montpellier, Université Paul Valéry, 2004, p. 417-432) qui traite de cette question de manière plus approfondie.

25 Voir à ce sujet l’article d’Alzada Tipton, « The Transformation of the Earl of Essex: Post-Execution Ballads and ‘The Phoenix and the Turtle’« , Studies in Philology 99:1 (Hiver 2002), p. 57- 80.

26 Cité par Diana Poulton, John Dowland, Londres, Faber & Faber, 1972, p. 402-403.

27 « A 'mournefull dittie' on the Death of the Earl of Essex, Queen Elizabeth's Favourite », éd. W. L. Braekman, in Elizabethan and Modern Studies: Presented to Professor Willem Schrickx on the Occasion of His Retirement, éd. J. P. Vander Motten, Gand, Seminarie voor Engelse en Amerikaanse Literatuur, R. U. G., 1985, p. 21-36.

28 Je renvoie ici à un site Internet consacré à ces libelles et qui est d’une grande richesse : « Early Stuart Libels: an Edition of Poetry from Manuscript Sources », éd. Alastair Bellany et Andrew McRae, Early Modern Literary Studies, Text Series I (2005). http://purl.oclc.org/emls/texts/libels/.

29 Honors Fame in Triumph Riding. Or, the Life and Death of the Late Honorable Earle of Essex, London: Printed by R. B. for Roger Jackson, and are to be solde at his Shoppe in Fleet-streete, neere the Conduit, 1604.

30 Cette propension à faire l’éloge du père à travers le fils se renouvellera au moment de la mort du troisième comte d’Essex en 1646 pendant la guerre civile. Une importante littérature lui sera consacrée, des biographies, des élégies, dont certaines font allusion à son père.

31 Le sonnet fait partie de la première édition de Microcosmos (1603). Voir The Complete Works of John Davies of Hereford, éd. Alexander B. Grosart, 2 vol. , New York, AMS Press, Inc., 1967, vol. 1.

32 Voir en particulier, sur Philotas, Hugh Gazzard, « `Those graue presentments of antiquitie': Samuel Daniel's Philotas and the Earl of Essex », Review of English Studies (51:203) 2000, p. 423-50. Je me permets de renvoyer également le lecteur à mon article consacré aux rapports entre Essex et, entre autres, les pièces de Chapman et de Daniel : « Le comte d’Essex, figure littéraire de rébellion dans quelques œuvres dramatiques au XVIIe siècle » (in Révérence et rébellion dans la culture anglo- américaine, éd. Michael Hearn et Raymond Ledru, Arras : Artois Presses Université, 2000, p. 15-24).

33 Voir par exemple John Loftis, qui a bien montré combien la relation entre Byron et Essex était à l’époque inévitable : Renaissance Drama in England and Spain. Topical Allusions and History Plays, Princeton, NJ: Princeton University Press, 1987. Selon Loftis, le public de théâtre était conscient de la ressemblance entre ces deux personnages, dont il montre aussi combien leur héroïsme était de nature littéraire : « Most members of Chapman’s first audience had some knowledge of Byron, who had been in England in September 1601 on a diplomatic mission. They could perceive the resemblances between Byron and Essex. The historical Byron, like Essex, had something of the Marlovian overreacher in him. Both were soldiers who had won lavish rewards as well as personal favors from their sovereigns. In peacetime they could find neither channels for their energy nor scope for their ambition. They had reached the highest eminence short of sovereignty. Byron was a duke; Essex was an earl in an England that had no dukes. What, then, did they want? » (p. 91).

34 Ben Jonson, éd. C. H. Herford et P. Simpson, Oxford University Pres, 1925-1952, vol. 1, p. 141.

35 Sur le contenu « essexien » de la pièce, voir Susan E. Krantz, « Thomas Dekker’s Political Commentary in The Whore of Babylon », Studies in English Literature, 1500-1900, vol. 35, n° 2 (printemps 1995), p. 271-291.

36 Pour un possible lien entre la révolte d’Essex et des modifications op érées dans le texte de la pièce entre 1600 et 1603, voir l’article de Fredson Bowers, « Essex’s Rebellion and Dekker’s Old Fortunatus », The Review of English Studies, New Series, vol. 3, n° 12 (oct. 1952), p. 365-366.

37 Kevin Lindberg, « Thomas Heywood’s The Royall King, and the Loyall Subject and the Fall of Robert Devereux, Second Earl of Essex », Comparative Drama, Printemps 2005 (39, 1), p. 31-53. À propos de cette pièce, on peut d’ailleurs noter que dans l’édition moderne de 1906, Kate Watkins Tibbals — qui n’établissait pas de lien entre la pièce et Essex — en avait montré la similitude avec une autre pièce de Chapman, The Tragedy of Chabot (1639), fondée également sur une opposition entre un grand noble et son souverain, et la jalousie des autres courtisans (Thomas Heywood, The Royall King and Loyall Subject, éd. Kate Watkins Tibbals, Series in Philology and Literature xii, University of Philadelphia, 1906, Introduction, p. 33).

38 Due storie inglese, due miti europei. Maria Stuarda e il Conte di Essex sulle scene teatrali, a cura di Daniela Dalla Valle e Monica Pavesio, Alessandria : Edizioni dell’Orso, 2007.

39 The Prose Works of Fulke Greville, op. cit., p. 133.

40 Ibid., p. 93.

41 Ibid., p. 96.

42 Walter Bourchier Devereux, Lives and Letters of the Devereux, Earls of Essex, in the Reigns of Elizabeth, James I, and Charles I, 2 vol. , Londres, John Murray, 1853, vol. 1, p. 328-329.

43 Sir Henry Wotton, Reliquiæ Wottonianæ or, A Collection of Lives, Letters, Poems with Characters of Sundry Personages: And Other Incomparable Pieces of Language and Art, Londres, 1651, p. 31. Incidemment, Wotton constate que les faits historiques ne sont pas toujours faciles à établir, car « little was left for Writers to glean after Judges » (Ibid.).

44 Ibid., p. 11.

45 Op. cit., p. 62.

46 Walter Bourchier Devereux, op. cit., vol. 1, p. 331.

47 Ibid., vol. 2, p. 98-99.

48 Ibid., vol. 1, p. 399.

49 Ibid., vol. 1, p. 400.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Sukic, « « Shortly they will play me in what forms they list upon the stage »: Essex et la construction fictionnelle de l’Histoire », Études Épistémè [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://episteme.revues.org/684 ; DOI : 10.4000/episteme.684

Haut de page

Auteur

Christine Sukic

Christine Sukic est professeur de littérature anglaise à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Elle consacre une partie de ses recherches à George Chapman, dont elle a traduit, préfacé et annoté la tragédie Bussy d’Amboise dans Théâtre élisabéthain (éds. L. Cottegnies, F. Laroque et J-M. Maguin, vol. 1, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2009). Elle a également publié Le Héros inachevé : éthique et esthétique dans les tragédies de George Chapman, 1559 ?-1634 (Berne, Éditions Peter Lang, 2005) et dirigé deux recueils d’articles sur Shakespeare aux éditions du Temps (Antony and Cleopatra, 2000 et A Midsummer Night’s Dream, 2002), ainsi que « Silent Rhetoric », « Dumb Eloquence » : The Rhetoric of Silence in Early Modern Literature, en collaboration avec Laetitia Coussement-Boillot (Cahiers Charles V, 2007).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Revues.org