Navigation – Plan du site
Comment les femmes écrivent l’histoire

Anne Dowriche et l’histoire de France ou … d’Angleterre ?

Armel Dubois-Nayt

Résumés

Cet article consacré à l’un des premiers récits historiques rédigés par une femme au XVIe siècle, The French Historie d’Anne Dowriche, a pour objet de déterminer comment une Anglaise du début de la période moderne s’est approprié une activité d’écriture traditionnellement masculine. Il démontre dans un premier temps pourquoi il est légitime de classer ce poème dans le genre historique et plus spécifiquement dans l’historiographie protestante en dépit de sa forme versifiée. Il établit dans un second temps que le genre historique spécifique dans lequel ce texte mérite de figurer est le martyrologue. Enfin, dans un troisième temps, il revient sur le pacte de lecture établi par son titre pour montrer qu’il s’agit pour partie d’un leurre et qu’il y est autant question de l’Angleterre que de la France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anne Dowriche, The French Historie, London, Thomas Orwing for Thomas Man, 1589.
  • 2 Les cinq premiers, Elkana, Walter, Mary, Élisabeth et Anne étaient nés au moment où elle rédigea Th (...)
  • 3 Isabella Whitney, A Sweet Nosegay, London, 1573, D2.

1Selon l’historienne Nathalie Zemon Davis, les rares femmes qui s’essayèrent au genre historique au XVIe siècle privilégièrent majoritairement deux types d’histoire, l’histoire religieuse locale d’une part, l’histoire familiale offerte en héritage aux générations postérieures d’autre part. The French Historie de l’Anglaise Anne Dowriche ne rentre dans aucune de ces deux catégories, puisqu’elle relate trois épisodes des guerres de religion en France1 : le massacre de la rue Saint Jacques en 1557, le procès et l’exécution du conseiller du Parlement de Paris, Anne du Bourg en 1559, enfin le massacre de la Saint Barthélémy en 1572. Partant, la première question que soulève ce texte porte sur les motivations de cette mère de famille de six enfants2, qui n’était de toute évidence pas dégagée des corvées domestiques3, lorsqu’elle se lança dans l’écriture de manière générale et dans celle de cette histoire en particulier.

  • 4 Selon les statistiques de David Cressy, Literacy and the Social Order : Reading and Writing in Tudo (...)
  • 5 Voir sur ce point N. W. Bawcutt, « The Myth of Gentillet Reconsidered : An Aspect of Elizabethan Ma (...)

2Un début d’explication réside tout d’abord dans l’éducation que reçut Anne Dowriche et qui lui permit de faire partie du dixième d’Anglaises du début de la période moderne suffisamment chanceuses pour savoir lire4. Elle le devait à son père, Sir Richard Edgcumbe, érudit et poète, qui avait pris les dispositions testamentaires nécessaires, alors qu’elle était enfant, pour qu’elle soit instruite au même titre que son frère Piers Edgcumbe. Les bienfaits de cette formation intellectuelle transparaissent dans son histoire composée à partir de textes en anglais comme The French Commentaries de Thomas Tymme mais aussi de textes en latin à commencer par la traduction latine du Discours sur les moyens de bien gouverner de Gentillet5.

  • 6 Voir sur les exilés huguenots J. R.W. Coxhead, The Romance of the Wool, Lace and Pottery Trades in (...)

3Anne Dowriche bénéficia donc d’une éducation humaniste, de toute évidence honorable, mais elle eut également l’opportunité d’évoluer dans un contexte familial et géographique propice à l’engagement et à la création littéraire. Sa famille vivait en effet dans le Devon, un comté où les exilés huguenots et les puritains élisabéthains se rencontraient et échangeaient à l’instar des persona de son poème qui se croisent dans une forêt6. Quant à cette famille, elle était tout sauf commune. Son frère tout d’abord, à qui elle dédie sa French Historie dans son épître liminaire (prefatory epistle), siégea dans six parlements d’Élisabeth Tudor. Quant à son mari, il fut un représentant influent du mouvement puritain et se distingua en prenant publiquement position contre la via media d’Élisabeth.

  • 7 Micheline White, « Power Couples and Women Writers in Elizabethan England : The Public Voices of Do (...)
  • 8 Les vers d’Anne Dowriche figurent aux côtés du poème en latin de son ami d’Oxford William Palfry et (...)

4Anne Dowriche n’était donc pas un électron libre, une femme isolée dans son activité spirituelle et intellectuelle. Au contraire, elle appartenait à une famille dont elle était fière de faire figurer les armoiries au recto de la page de titre de l’édition de 1589 de son histoire. Par le biais de cette famille, elle eut accès à l’histoire immédiate du royaume telle qu’elle se jouait, entre autre, au Parlement. On sait également qu’elle mena son activité politico-littéraire en étroite collaboration avec son époux Hugh7, pasteur de la paroisse de Lapford puis de Honiton, qui estimait suffisamment sa poésie religieuse pour en faire figurer des vers dans les pages d’introduction de son sermon, The Jayler’s conversion, qui parut en 1596 et dans lequel il s’élève cette fois par écrit contre le manque de progrès dans la purification de l’Église réformée d’Angleterre8.

  • 9 Ainsi que sa fille Anne Moyle qui était admirée par ses contemporains pour sa maîtrise des langues (...)
  • 10 M. White, art. cit., p. 197. Anne Dowriche et Anne Lock avaient du reste un lien de famille qui con (...)

5Au-delà de son contexte familial proche, Anne Dowriche bénéficiait du soutien d’un réseau plus vaste de non-conformistes du Devon et de la Cornouaille dans les années 1580. Au sein de ce réseau, elle n’était du reste pas la seule autrice active puisque vivait à quelques lieux de chez elle, Anne Vaughan Lock9, l’illustre correspondante de John Knox et autrice du premier recueil de sonnets en anglais présentant une unité thématique et structurelle, A Meditation of a Penitent Sinner10.

  • 11 Voir note 1.

6C’est donc entourée de coreligionnaires qui partageaient son ardeur qu’Anne Dowriche composa son poème de 2400 vers en distiques rimés composés d’heptamètres et d’hexamètres iambiques à la fin des années 1580. Ce poème ne connut qu’une édition au XVIe siècle et comme tant d’autres textes de femmes du début de la période moderne, il ne fut guère étudié avant l’avènement des gender studies dans les trois dernières décennies du siècle dernier au motif somme toute banal de ses piètres qualités littéraires11.

  • 12 Elaine V. Beilin, « Writing Public Poetry. Humanism and the Woman Writer », Modern Language Quaterl (...)
  • 13 E. Beilin, « Some Freely Spake Their Minde – Resistance in Anne Dowriche’s French Historie », in Ma (...)
  • 14 R. Martin, art. cit., p. 75-81.
  • 15 M. White, art. cit.
  • 16 Voir sur ce point : M. White, Cunning in Controversies ; Puritan Women and Religious and Literary D (...)

7Depuis 1990 cependant, le poème historique de Dowriche a fait l’objet de plusieurs études qui ont remis en question un certain nombre d’idées reçues sur l’écriture féminine au début de l’époque moderne à commencer par son caractère privé, domestique et humble12. Plusieurs de ces travaux ont parallèlement cherché à établir des liens hypertextuels et intertextuels entre ce texte de femme et des écrits masculins pour montrer qu’il n’était ni marginal13, ni purement imitatif14, ni anecdotique. Dans ce but, ils ont œuvré à reconstituer le cercle littéraire et religieux auquel Dowriche appartenait15, ainsi que le climat politique dans lequel elle évoluait au moment où elle s’arma de sa plume16.

  • 17 Le texte de Philip Sidney date de 1595 (The Defence of Poesy, London, printed by William Ponsonby). (...)
  • 18 The French Historie, sig. B1r (v.6).

8Mon propos s’inscrit dans la continuité de ces études et ne vise qu’à recentrer autour du genre historique l’analyse de The French Historie pour se demander comment une Anglaise du début de la période moderne pouvait écrire de l’histoire. A la lumière du débat qui oppose histoire et poésie à l’époque où Dowriche compose son poème et auquel participe Sir Philip Sidney dans sa Défense de la poésie17, je me demanderai, dans un premier temps, s’il est légitime de classer ce poème dans le genre historique et plus spécifiquement dans l’historiographie protestante. Cela me conduira, dans un second temps, à démontrer qu’en dépit de sa forme versifiée, le poème s’inscrit pleinement dans les canons d’un sous-genre historique particulier : le martyrologue. Enfin, dans un troisième temps je m’intéresserai aux sujets dont Dowriche traite de manière oblique en obligeant son lecteur comme son persona autoriel à se demander : « what amid the woods that fearful voice shuld mean »18. Je suggèrerai que cette voix lance un appel sinon au tyrannicide du moins à la désobéissance active, que bien qu’étant une femme, Dowriche reprend à son compte l’équation entre tyrannie et gynécocratie pour s’en prendre à Élisabeth Tudor, et donc qu’il est, dans ce poème, autant question de l’histoire de France que de celle de l’Angleterre.

  • 19 La traduction était communément décrite comme un mode féminin d’écriture à l’instar de ce qu’écrit (...)
  • 20 Dans Silence But for the Word : Tudor Women as Patrons, Translators, and Writers of Religious Works(...)
  • 21 Megan Matchinske, « Moral Method, and History in Anne Dowriche’s The French Historie  », English Li (...)
  • 22 The French Historie, sig. B1r (v.14).
  • 23 Voir Elizabeth H. Hageman, « Women’s Poetry in Early Modern Britain », in H. Wilcox, op. cit., p. 2 (...)
  • 24 The French Historie, sig. A2r.
  • 25 Ibid., sig. A4r, « Restore againe some credit if I can unto Poetrie,/Having been defaced of late so (...)

9La dimension révolutionnaire du texte de Dowriche n’est cependant pas ce qui frappe à première lecture. Au contraire, The French Historie prétend en surface respecter les conventions d’usage auxquelles les autrices devaient se soumettre au XVIe siècle à commencer par celle qui voulait qu’elles se cantonnent aux activités littéraires qui répondaient à l’exigence de modestie imposée au sexe féminin comme la traduction19, la poésie et les écrits religieux20. The French Historie s’affiche ainsi comme une simple traduction versifiée du texte en prose de Thomas Tymme, ce qu’il est du reste pour partie, comme l’a mis en évidence Megan Matchinske qui a relevé les emprunts syntaxiques et stylistiques au texte source21. Cette intertextualité est par ailleurs mise en abîme dans le début du poème qui met en scène un personnage autoriel anglais rencontrant dans une forêt un huguenot en larmes auquel il cède la parole pour qu’il raconte son triste récit (« dolefull tale »22). Dowriche se prête donc sans rechigner au jeu d’humilité qu’on attend d’elle et reprend même dans son épître dédicatoire l’excuse rebattue qui veut que le lecteur impute les défauts de son texte aux défauts de son sexe23 : « If you finde anie thing that fits not your liking, remember I pray, that it is a womans doing »24. C’est cette posture qui l’incite, sans doute, à se définir comme une poétesse dont la mission est de réhabiliter la poésie en lui redonnant sa vertu et sa morale25.

  • 26 Voir sur ce point M. W. Ferguson, art. cit., p. 144.

10Mais la mise sous presse de la French Historie, qui indique que Dowriche ne concevait pas la production littéraire comme un acte privé, pas plus qu’elle n’en redoutait la diffusion au motif qu’elle était vulgaire26, laisse également penser que le projet de Dowriche n’était pas purement littéraire, mais bien informationnel et donc historiographique. Comment Dowriche combine-t-elle donc écriture poétique et écriture historique ? C’est ce que je m’attacherai à étudier dans cette première partie.

  • 27 P. Sidney, op. cit., p. 182

11Dans sa Défense de la Poésie, Sir Philip Sidney oppose radicalement les deux genres. Selon lui, la poésie s’intéresse aux considérations universelles là où l’histoire s’occupe du particulier. L’historien est obligé de dire les choses comme elles se sont passées là où le poète jouit d’une liberté totale pour transmettre les considérations universelles du savoir tout en exaltant la vertu et en punissant le vice. Il en conclut à la supériorité de la poésie sur l’histoire « non seulement parce qu’elle apporte le savoir à l’esprit mais aussi parce qu’elle met en avant ce qui mérite d’être appelé et jugé bon »27.

  • 28 Voir Andrew Kirk, « Marlowe and the Disordered Face of French History », Studies in English Literat (...)
  • 29 The French Historie, sig. C1v. (v. 282).
  • 30 Ibid., sig. C1v.(v. 284).
  • 31 Ibid., sig. C2r ( v. 341).
  • 32 Lisa Ferraro Parmelee, Good Newes from Fraunce : French Anti-league Propaganda in Late Elizabethan (...)

12Dans le cas de Dowriche, le choix entre les deux genres ne semble pas être opéré de manière aussi tranchée. D’un côté, le récit de la puritaine anglaise repose en effet entièrement sur la volonté de raconter la vérité, c’est-à-dire les choses telles qu’elles se sont passées, en s’appuyant sur des sources originales dont la nature historique ne fait pas question. The French Historie partage ainsi avec son texte source le souci de clarifier pour son lectorat anglais l’histoire française récente rendue confuse par les versions contradictoires parvenant outre-manche28. Il revendique d’être la voix de la vérité prenant le contrepied des fausses rumeurs (« false report »29) ainsi que des nouvelles fallacieuses et changeantes qui se répandent sur les côtes anglaises, (« new inuented lies to spread abroad in euery Coast »30, « fickle flying tales »31). À ce titre, il trouve sa place parmi les cent trente traductions de pamphlets et de livres français traitant des guerres de religion en France qui déferlent sur l’Angleterre entre 1585 et 159532.

  • 33 P. Sidney, op. cit., p. 168.

13De l’autre côté, le texte de Dowriche fait cohabiter des personnages historiques réels et des personnages métaphoriques comme le diable qui s’adresse directement à Catherine de Médicis et au conseil de Charles IX. L’ensemble des personnages sont par ailleurs décrits comme des « images remarquables de vertus ou de vices » dépourvues de toute dualité ou d’ambiguïtés. À ce titre, ils appartiennent au genre poétique plutôt qu’au genre historique dans la typologie de Sidney33.

  • 34 Ibid., p. 159.
  • 35 The French Historie, sig. A4r. « Many of these orations that are here fully & amplie expressed, wer (...)

14De la même manière, Dowriche reconnaît dérober ou usurper à la poésie « les longs discours mis dans la bouche » des catholiques et des protestants qui s’affrontent dans son histoire et que « ces derniers ne prononcèrent certainement jamais » pour « franchir le portail du jugement populaire », selon la formule de Sidney34. Dans son introduction, elle dit en effet avoir amplifié les oraisons des suppliciés telles qu’elles figurent dans The French Commentaries pour édifier, consoler et pousser les esprits dévots à être des défenseurs vigilants, zélés et fervents de la vérité de Dieu35.

  • 36 Ibid., sig. B3r.
  • 37 Il s’agit là d’une invention de Dowriche puisque ni Tymme, ni de Serres, dont Tymme s’inspire, n’av (...)
  • 38 Claude-Gilbert Dubois, La Conception de l’histoire en France au xvie siècle, Paris, A.G. Nizet, 197 (...)

15Enfin cette licence poétique se retrouve dans l’agencement chronologique des événements sur les trois décennies que parcourt le récit36. Dowriche n’hésite pas en effet à bouleverser l’ordre réel des événements pour rendre son propos plus didactique. Ainsi elle déplace dans le temps l’accident mortel dont est victime Henri II pour en faire un châtiment divin sanctionnant le roi tyrannique pour l’exécution inique d’Anne du Bourg37. Cette stratégie narrative ne lui est cependant pas propre et elle s’inscrit dans la méthode des historiens protestants du XVIe siècle, dont le premier dessein était de redonner aux événements leur sens comme l’a mis en évidence Claude-Gilbert Dubois dans La Conception de l’histoire en France au XVIe siècle38.

  • 39 Crespin cité dans C-G. Dubois, op. cit., p. 39.

16Cette quête de sens s’opère avec d’autant plus de détermination lorsque l’Église réformée est attaquée dans sa chair, comme c’est le cas dans les événements relatés par Dowriche. Pour elle, comme pour ses collègues masculins, il s’agit donc de « prendre le contrepied de l’argument triomphaliste qui établit l’équivalent de la puissance et de la gloire, de la vérité et de la réussite immédiate »39 et de réintroduire le cycle ternaire conspiration / martyr / vengeance pour redonner espoir à son lectorat protestant.

  • 40 « Wee must giue out that they conspire which waie to kill the King,/ So to their filed talke the Ki (...)
  • 41 Sig. C4-D1.
  • 42 « So Henrie King of France which all his force did bend/ Against the truth, did from the Lord recea (...)
  • 43 « Our Charles like vnto this from Gods reuenging hand,/ By bloodie death, repaies the blood he shed (...)

17Chacune des histoires dont se compose le poème va donc suivre ce schéma ternaire. Le premier récit présente ainsi le martyre des prisonniers de la rue Saint-Jacques comme l’œuvre d’une machination du diable qui convainc le roi que les partisans de la nouvelle religion en voulaient à sa vie40. Il s’achève sur la narration du châtiment divin qui frappe leurs « persécuteurs sanguinaires » au moment où ils confessent leurs péchés41. Dans le second épisode, Henri II prend le relais de Satan comme principal agent du complot anti-protestant qui conduit à l’exécution d’Anne du Bourg et c’est lui que Dieu punit en lui ôtant la vie42. Enfin, dans la troisième partie du poème, la reine mère, diligentée par le diable, orchestre les intrigues qui conduisent au massacre de la Saint Barthélémy et pour lesquelles son fils Charles IX est terrassé par Dieu43.

  • 44 Pierre Janton à propos de John Knox, « John Knox et l’histoire », in M-T. Jones-Davies (éd.), L’His (...)
  • 45 Pharaon, Achab, Amasias, Zedechias, David, Saül, Abimelech et Jézabel pour n’en citer que quelques- (...)

18S’il faut intervertir des événements pour gagner en persuasion, cela ne pose aucun problème à Dowriche qui ne partage pas les précautions méthodologiques de certains de ses contemporains et notamment des membres de la Society of Antiquaries, relancée en 1586. Ces pionniers de la science historique estiment en effet que l’accumulation de sources et de preuves est un pré-requis pour établir la véracité des faits. Dowriche appartient à un autre courant historiographique, qui ignore l’importance de croiser des sources nombreuses et fiables. Sa French Historie repose sur peu de sources et sur des informations de troisième main puisque Tymme a lui-même emprunté à Jean de Serres. Pour elle, comme pour ses collègues réformés, la méthode pour atteindre la vérité historique est ailleurs. Elle consiste à retrouver la référence au passé biblique dans un événement pour lui donner son sens en retrouvant le message divin qu’il dissimule. Cette lecture analogique de l’histoire repose sur la conviction que le Dieu qui gouverne l’histoire est immuable et donc que « l’histoire sacrée anticipe le présent et le présent anticipe le plan divin »44. La démonstration de l’autrice passe donc par un va-et-vient continu entre l’histoire de France et l’histoire biblique, entre la France et l’Egypte, la Judée ou Jérusalem, entre les tyrans papistes français et les rois bibliques tyranniques45.

  • 46 Philip Sidney, op.cit., p. 179.

19Au sortir de cette lecture croisée, Dowriche pense donc avoir déchiffré la logique divine dans l’histoire récente et expliqué les choix de la providence divine. Cette recherche de causalité peut paraître en soi anhistorique et propre à la poésie selon un Sidney qui estime que l’historien « avec son fut sans voiles se voit très souvent obligé, à cause de ce que nous appelons le destin, de rejeter la grande sagesse »46. Elle est en fait caractéristique de l’historiographie protestante au temps des guerres de religion, qui chercha, exclusivement à partir de l’histoire sacrée, à rationaliser la direction que Dieu a fait prendre aux hommes dans le passé récent. Elle est aussi la marque d’une histoire aux ambitions pédagogiques et populaires fortes. Dowriche écrit en effet avec la volonté de vulgariser le texte de plus de mille pages de Tymme qui retrace trente épisodes de l’histoire de la réforme en France. Pour ce faire, elle le raccourcit en ne sélectionnant que trois épisodes marquants, et elle le versifie en utilisant le vers des Psaumes si facile à mémoriser.

  • 47 To the Reader. « My onelie purpose in collecting & framing this worke, was to edifie, comfort and s (...)
  • 48 Ibid. sig. A4r.
  • 49 Ibid.

20Ainsi pense-t-elle pouvoir participer à l’édification de ses coreligionnaires comme elle s’en était fixé l’objectif dans son adresse au lecteur47. Pour édifier son lectorat, Dowriche choisit par ailleurs un thème récurrent bien spécifique, celui du martyre, faisant de sa French Historie un type particulier d’histoire, le martyrologue, dont les principaux représentants, Foxe pour l’Angleterre et Crespin pour la France, sont des hommes. Dowriche fait d’ailleurs elle-même référence à cette illustre généalogie autorielle lorsqu’elle indique qu’elle souhaite faire connaître les excellentes histoires françaises (« the excellent French Histories »)48 comme Foxe a fait connaître les nobles martyrs d’Angleterre (« the noble martirs of England »)49. Il convient donc dans un deuxième temps de s’interroger sur la façon dont Dowriche s’approprie le genre hagiographique.

  • 50 Franck Lestringant (éd.), Le Théâtre des Cruautés de Richard Verstegan (1587), Paris, éditions Chan (...)

21L’histoire de Dowriche respecte pour l’essentiel les canons de la martyrologie réformée. Cela apparaît tout d’abord sur le plan de la structure du récit qui consiste pour l’essentiel en un catalogue retraçant les aventures de fidèles français persécutés pour leur foi. À ce titre, The French Historie, dont la dynamique repose en grande partie sur l’effet rhétorique d’accumulation, témoigne de cette manie comptabilisatrice mise en relief par Frank Lestringant dans son étude des martyrologues50. Le martyre des suppliciés de la rue Saint-Jacques précède celui d’Anne du Bourg qui précède lui-même celui des héros de la foi massacrés à la Saint-Barthélémy, l’amiral de Coligny, Théligny, la noblesse de Paris et de Lyon, mais aussi Francis Collute, les protestants d’Angers et leur martyr Masson de Rivers.

  • 51 David El Kenz, Les bûchers du roiLa culture protestante des martyrs (1523-1572), Paris, Champ Va (...)

22Au niveau narratif inférieur, celui du récit du martyre, Dowriche se plie également aux règles du genre puisqu’elle reprend les trois étapes du martyre héritées des modèles hagiographiques traditionnels : emprisonnement, interrogatoire donnant lieu à la profession de foi et supplice. Cette trame conventionnelle permet elle-même d’authentifier le martyre protestant selon les cinq principes calvinistes « du témoignage du Christ, de la défense de la doctrine, de la condamnation pour religion excluant ipso facto l’esprit de sédition, et de la patience devant les tribulations »51.

  • 52 The French Historie, sig. C1r., v. 254.
  • 53 Sig. C1r, v. 259-v. 264.
  • 54 Ibid., v. 268.
  • 55 Ibid., v. 276.

23Dans le cas des Parisiens arrêtés rue Saint-Jacques, le canon martyrologique est intégralement respecté. Les vers 253-274 décrivent leur emprisonnement dans leurs fosses froides et laides d’où se dégageait une puanteur mortelle (« their colde & vglie pits which breathd a deadly stinke »)52. Dowriche les dépeint serrés les uns contres les autres par manque d’espace mais parvenant à sublimer leur douleur avec l’aide de Dieu en chantant des psaumes53. Elle les décrit aussi lisant la Bible en langue vernaculaire pour réaffirmer leur appartenance à la religion nouvelle tout en priant54, en signe de soumission à l’autorité royale, pour que la vengeance divine ne s’abatte pas sur le roi et la France55. Enfin, pour mieux souligner que c’est la cause et non la peine qui fait le martyr, Dowriche conclut les vers consacrés à cette scène par :

  • 56 Sig. C1r, v. 279-280.

Now this was all the hurt which they did then procure
For which this raging tumult rose, & they these paines indure.56

  • 57 Sig. C2r., v. 312.
  • 58 « Thus did they still remaine ; to God they did commend /Themselves, their case, content to beare w (...)
  • 59 Sig. C3r, v. 415-420.
  • 60 Sig E4r, v. 964-967, puis Sig E4v, v. 977-979.

24Viennent ensuite le procès de ces « hommes inoffensifs »57 qui leur donne l’occasion de faire leur profession de foi et d’affirmer qu’ils acceptent la mort pour témoigner du Seigneur58, puis le supplice des flammes au milieu duquel ils endurent ces souffrances avec une gaieté surnaturelle qui trahit la présence divine à leurs côtés59. Le martyre d’Anne du Bourg, embastillé sur ordre d’Henri II pour avoir dénoncé publiquement, lors d’un lit de justice, la politique de persécution royale suit, quant à lui, la trame du martyre à la différence près que Dowriche n’évoque pas son emprisonnement. Le procès relaté des vers 735 à 954 est cependant l’occasion pour le conseiller du Parlement de Paris de renouveler sa profession de foi avant que le supplice ne lui donne l’occasion d’illustrer sa constance et de redire la cause de son supplice60. Enfin, dans la troisième partie de la French Historie consacrée aux héros de la foi massacrés en 1572, Dowriche multiplie les stratagèmes discursifs pour rester dans le registre martyrial en l’absence des épreuves de la prison et du procès pour les victimes de la Saint-Barthélémy. Elle prend ainsi le soin d’ajouter une profession de foi en amont de chaque meurtre et d’insister sur la constance des fidèles devant les tribulations.

  • 61 F. Lestringant, op. cit., p. 42.

25Les grands absents de ces scènes de martyre sont les corps meurtris des suppliciés que Dowriche évoque avec une pudeur extrême et un désintérêt manifeste pour l’exhibitionnisme. Les instruments du martyre, le feu ou le fer, sont bien présents mais évoqués de manière furtive pour mieux laisser place aux paroles édifiantes que les réformés prononcent juste avant leur mort. Cette primauté donnée à la parole proférée in extremis sur « les avatars de la chair à l’agonie » n’est encore une fois pas propre à la puritaine anglaise. Elle est l’un des emblèmes de la représentation réformée de la mort du saint, comme l’a relevé Franck Lestringant qui voit dans cette esthétique « une réduction du corps à un symbole raide et schématique dont les gestes étriqués soulignent par contraste la puissance du message délivré à l’instant suprême »61. Seuls les cadavres de Coligny et des nobles, jetés par-dessus les fenêtres la nuit de la Saint-Barthélémy, sont exhibés avec plus d’insistance pour dénoncer la barbarie accrue lorsque les guerres de religion entrent dans « le temps de fers ». Cette évolution traduit la progression globale de la French Historie qui suit le mouvement ternaire, encore une fois, des martyrologues d’un Crespin ou d’un Foxe tel qu’il a été mis en évidence par Claude-Gilbert Dubois.

  • 62 C-G.Dubois, op. cit., p. 39.

26Comme ses prédécesseurs plus illustres, Dowriche voit en effet une progression trinitaire dans les persécutions répondant aux trois grandes étapes de l’histoire ecclésiastique. Selon Claude-Gilbert Dubois, cette progression trinitaire reprend la dialectique chrétienne de la création, de la chute et de la rédemption pour l’appliquer non pas à l’histoire de l’âme mais à celle d’une institution. Dans les martyrologues protestants, « cette orientation surnaturellement préétablie et conforme aux enseignements scripturaires et à la dogmatique chrétienne ; procède par crescendo jusqu’au terme dernier de la vérité »62, pour montrer l’Église établie s’enfoncer progressivement dans l’obscurité, les contradictions et les scandales. Dans le cas de Dowriche, cette progression trinitaire est plus spécifiquement appliquée à l’histoire des persécutions puisque les trois événements relatés sont l’occasion de montrer une évolution chez les adversaires des martyrs réformés et plus spécifiquement de la politique royale en matière de tolérance religieuse.

27L’exécution des prisonniers de la rue Saint-Jacques est en effet présentée comme une sanction par le roi de justice de ce qu’il pense être un délit de religion. Elle s’inscrit à cet égard dans une politique œuvrant au maintien de l’unité religieuse et à la défense du catholicisme. Avec le martyre du conseiller du Parlement de Paris Anne du Bourg, l’ennemi des héros de la foi franchit une étape supplémentaire en optant pour la concentration monarchique du pouvoir religieux et en attaquant le pouvoir des conseillers du Parlement. Ce bâillonnage indique que le roi sombre dans l’absolutisme. Mais comme dans le premier épisode, on est encore dans ce que Agrippa d’Aubigné a appelé le « temps des feux ». Le massacre de la Saint-Barthélémy, troisième moment de l’histoire de Dowriche, ouvre en revanche un cycle nouveau, « le temps de fers », celui où le diable entre dans la partie pour convaincre le roi et son conseil de renoncer aux règles de l’honneur de caste et de basculer dans la tyrannie en assassinant, non pas le peuple, mais la noblesse convertie à la religion nouvelle.

  • 63 Voir I. Ross Bartlett, « John Foxe as Hagiographer : The Question Revisited », Sixteenth Century Jo (...)
  • 64 Voir A. d’Andrea, « The Political and Ideological Context of Innocent Gentillet’s Anti-Machiavel », (...)

28C’est sur ce dernier point que Dowriche prend ses distances avec les canons de l’hagiographie protestante puisque, d’une part, elle donne la préséance au débat politique sur le débat religieux et que, d’autre part, elle confère une place peu commune au martyre nobiliaire dans son récit. Dowriche s’attarde en effet plus sur la théorie politique qui sous-tend les guerres de religion que sur la doctrine protestante que défendent les martyrs. Leur mort est rarement l’occasion pour eux d’exprimer en profondeur leurs vues sur des points de doctrine comme le font les martyrs foxiens63, mais en revanche elle est systématiquement l’occasion pour Dowriche de présenter les dangers d’un gouvernement imprégné des thèses machiavéliennes telles qu’elles ont été abusivement interprétées par Gentillet64.

  • 65 David El Kenz, op. cit., p. 210.

29Par ailleurs, la sociologie des martyrs de Dowriche est atypique puisqu’elle privilégie les martyrs de haut rang sur les martyrs de rang modeste. Cela n’est pas anodin si l’on en croit l’historien David El Kenz, qui considère la mort des grands comme un non-événement martyrologique dans la culture protestante des martyrs. David El Kenz a en effet montré qu’« à l’exception de l’assassinat de l’amiral Coligny, les martyrologues sont […] peu prolixes sur l’aspect hagiographique de la mort nobiliaire »65, car, selon lui :

  • 66 Ibid., p. 209-210 et 212-213.

les intérêts de la noblesse ne coïncident guère avec ceux de l’Église réformée. Ils sont ou bien étroitement aristocratiques ou bien nationaux […]. Les morts des nobles huguenots traduisent un parcours spécifique à leur ordre. Bien qu’elles manifestent le dévouement à la protection de l’Église, elles ne mettent pas en scène la parole du Très-haut ; elles expriment la vocation de la guerre juste face au tyran.66

  • 67 En chaire, Calvin pouvait être plus virulent. Voir sur ce point Max Engamare, « Calvin monarchomaqu (...)

30L’intérêt singulier de Dowriche pour le sacrifice aristocratique invite donc à ne pas la considérer comme une simple avocate d’une certaine attitude théologique ou spirituelle ayant à cœur la seule édification de son lectorat comme elle le prétend. Les spécificités de son texte signalent au contraire la présence d’une théorie politique engagée derrière une théologie de l’histoire. Dans une troisième et dernière partie, il convient donc de déterminer de quelle théorie politique il s’agit et à qui elle s’adressait. Les guerres de religion ont, on le sait, relancé le débat sur la tyrannie et le tyrannicide et ont progressivement consommé la rupture avec le principe d’obéissance chrétienne hérité de saint Paul. Du loyalisme du peuple vis-à-vis du magistrat en toutes circonstances, défendu théoriquement par Calvin67, à la légitimation du tyrannicide par les plus radicaux des monarchomaques, la pensée protestante chemine pendant toute la seconde moitié du XVIe siècle, au même titre qu’elle traverse l’Europe. Le texte de Dowriche témoigne de ce cheminement idéologique en illustrant, au travers des trois décennies qu’il couvre, différentes positions.

  • 68 Voir sur ce point, Mario Turchetti, Tyrannie et tyrannicide de l’Antiquité à nous jours, Paris, PUF (...)
  • 69 Il reflète également l’idée initialement défendue par les prédicants exilés, John Ponet, Christophe (...)

31Par le biais du récit des martyrs de la rue Saint-Jacques, que leurs ennemis dans The French Historie qualifient de luthériens, Dowriche illustre dans un premier temps l’adhésion des réformés au respect du principe d’obéissance civile et à l’opposition au tyrannicide défendue par Luther avant 153068. Face à la tyrannie papiste, les personnages de Dowriche s’en remettent à la justice divine tout en exerçant leur droit de conscience, prêts à perdre la vie, au motif que le domaine de la conscience est en dehors des compétences de l’autorité civile. À ce stade de l’histoire, l’image du roi, du reste, est préservée, puisque, de manière très conventionnelle, Dowriche impute ses erreurs aux mensonges et aux mauvais conseils de son entourage. À la fin du récit, le roi est d’ailleurs épargné par la justice divine et seuls les « persécuteurs sanguinaires » qui l’ont induit en erreur sont victimes de la vengeance divine. Ce premier épisode illustre donc le sacrifice des huguenots pour leur foi mais aussi pour la défense de l’autorité civile dans les premières années des conversions à la religion nouvelle69.

32Dans un second temps, à travers le cas d’Anne du Bourg, The French Historie met en scène les prérogatives du magistrat intermédiaire telles qu’elles ont été défendues par les théologiens de Magdebourg en 1550, mais aussi dans la prose séditieuse des exilés anglais sous le règne de Marie Tudor. Ces prérogatives consistent à défendre la vraie religion et à lutter contre la perdition spirituelle du royaume. La résistance, on le voit, se met en place mais de manière encore passive puisqu’il s’agit simplement de revendiquer la liberté cultuelle au nom de tous sans pour autant recourir à la force. Dans cette deuxième phase, le récit de Dowriche porte néanmoins atteinte à la dignité royale d’Henri II qu’il ravale au rang de roi idolâtre haineux et sanguinaire. Il ne renonce cependant pas à l’idée que, d’une part, la désobéissance civile ne peut en aucun cas être active et que, d’autre part, il revient à Dieu seul de sanctionner le tyran mécréant. La mort accidentelle du roi de France au tournoi de la rue Saint-Antoine à Paris s’insère à la perfection dans cette grille de lecture théologico-politique de l’histoire.

33Dans un troisième et dernier temps, le massacre de la Saint-Barthélémy est l’occasion pour Dowriche d’affiner ses positions sur le droit de résistance au tyran manifeste. En effet, dans la continuité de ce que l’histoire d’Anne du Bourg illustrait, elle réaffirme dans les pas d’un Christopher Goodman que :

  • 70 Traduction de Mario Turchetti, op. cit., p. 405.

Rien ne peut excuser les conseillers et les magistrats supérieurs ou inférieurs qui, par leur obéissance aux ordres partis d’en haut, participent aux persécutions ou aux cruautés exercées envers les enfants de Dieu. S’ils ne se soustraient pas à de tels ordres, s’ils ne font pas tout ce qu’ils peuvent pour sauver les victimes des persécutions, ils deviennent les complices des puissants.70

  • 71 Ibid., p. 427.

34Pour ce faire, Dowriche montre à plusieurs reprises des officiers du royaume ou des membres des états « s’opposant selon leur degré à la violence manifeste »71 conformément aux injonctions d’un Théodore de Bèze pour ne citer que lui.

  • 72 Sig.I1r, v. 1743-1745.
  • 73 Ibid.

35Ainsi, De Nance le premier, qui incarne le magistrat inférieur, refuse de tuer Rouchfoucault après s’être demandé : « Shall I […] consent to doo this fearfull thing, To shed this blood, because I am commanded by the King ? » et avoir répondu de lui-même : « No, God forbid, I know I haue a soule to saue ;/ So bloodie spot, to saue my life, my name shall neuer haue »72. Il érige par la suite sa réponse en règle générale adressée aux sujets de moindre rang : « Obaie the dking, that’s true, in things that honest be, / when I obey in wicked hests, wo worth the time to me »73. Cette règle est appliquée dans les vers qui suivent, par le bourreau d’abord, officier de la justice royale, qui refuse d’exécuter aveuglément les huguenots, puis par les soldats qui regimbent à l’idée de déroger aux règles de la guerre.

  • 74 Cela témoigne d’un haut degré de tolérance au magistrat inique chez eux comme chez l’autrice.
  • 75 Sig. K4v (v. 2205-2206).

36The French Historie se referme cependant sans que le passage de la désobéissance active à la résistance active n’ait été consommé puisque même face à la folie sanguinaire du souverain et de ses suppôts, les personnages de Dowriche continuent de s’en remettre à Dieu74. Au final, le texte de Dowriche cautionne en effet la désobéissance civile, mais il ne reconnaît ni la résistance armée, ni le droit individuel à la rébellion, positions auxquelles les monarchomaques français avaient abouti au moment où Dowriche rédige l’histoire. Cette impassibilité de l’autrice et de ses personnages, en dépit de la gravité de l’action tyrannique, s’explique pour partie par les contingences historiques dont Dowriche était prisonnière. Charles IX n’est pas mort assassiné par un magistrat civil ou un huguenot. Il était donc impossible à Dowriche de présenter la mort du roi à l’âge de vingt-quatre ans comme autre chose qu’un châtiment divin75. Une seconde explication tient à l’ouverture finale du texte sur l’Angleterre. The French Historie se referme en effet sur une mise en garde qui n’est pas adressée comme les précédentes aux souverains de France mais à l’Angleterre et à sa reine :

  • 76 Sig. L1v (v. 2252).

To England for to shun the like, may now a warning be ;
And where our wound is seene as yet so fresh to bleede,
Lord grant to England that they maie in time take better heede.76

  • 77 Comme ont pu le faire The History of the Reformation de John Knox et la Rerum Scoticarum Historia d (...)

37On peut en déduire que la finalité ultime du texte n’est pas de justifier une rébellion passée77, mais d’en empêcher une nouvelle en mettant en garde Élisabeth Tudor contre la tentation de la tyrannie. Pour ménager la susceptibilité royale, Dowriche se garde donc d’entrer sur le terrain périlleux de la sédition.

  • 78 Rebecca W. Bushnell, Tragedies of Tyrants – Political Thought and Theater in the English Renaissanc (...)
  • 79 Sig. D4r., v. 705. On peut néanmoins évoquer à ce titre qu’on y reproche à Henri II d’avoir pris la (...)
  • 80 Sig. F2r, v. 1099.

38Élisabeth Tudor aurait cependant eu d’autres raisons de se courroucer de l’histoire de Dowriche, si elle l’avait lue, ce que nous ne pouvons ni affirmer ni infirmer, au motif premier que bien qu’écrite par une femme, elle succombait, d’une part, à l’usage qui voulait que l’on genre la tyrannie pour la polariser du côté des femmes et que d’autre part, elle portait les traces du malaise de la communauté politique et religieuse face à l’autorité d’une femme, même lorsque celle-ci n’est pas tyrannique. The French Historie reprend en effet l’équation entre tyrannie et féminité que la Renaissance a héritée de l’Antiquité grecque comme l’a montré Rebecca Bushnell dans son étude sur la tragédie des tyrans78. Cette équation tient chez Platon et Aristote à l’attribution de trois caractéristiques communes à la femme et au tyran : l’irrationalité, le désir et les faux-semblants. Le poème de Dowriche qui donne à voir en parallèle à un martyrologue protestant une tragédie des tyrans, celle d’Henri II et de Charles IX, ne met pas seulement à contribution l’insatiabilité des rois de France pour mettre en relief leur féminité coupable. Il évoque également sommairement leurs décisions impulsives79. The French Historie s’attarde en revanche sur la propension du tyran à jouer la comédie, une caractéristique de genre censée être du côté des femmes selon les Anciens. Le drame de la Saint-Barthélémy est ainsi présenté comme une pièce de théâtre composée pour partie par Satan, pour partie par Catherine de Médicis et dans laquelle Charles IX a le premier rôle : « The King as chiefest man, this plaie must first begin »80.

  • 81 « The mother Queene in this must also play her part ». (Sig. F3r, v. 1117).

39Sa mère est également présente sur scène81, ce qui à nouveau est conforme aux conventions de la tragédie des tyrans où, pour mieux genrer la tyrannie du côté du féminin, il est d’usage de faire intervenir une femme qui par son esprit d’entreprise menace la virilité du tyran à l’instar de Clytemnestre dans l’Agamemnon d’Eschyle. L’image de Catherine de Médicis est sans conteste une figure castratrice chez Dowriche comme en atteste la tirade dans laquelle elle justifie son intervention dans la décision politique qui conduira au massacre de la Saint-Barthélémy. Elle y ironise la première sur l’inertie masculine et l’indésirable inversion de la hiérarchie des sexes :

  • 82 Sig. G4r (v. 1433-1437).

What shame is this that I (a woman by my kinde)
Neede thus to speake, or passe you men in valure of the minde ?
For heere I doo protest, If I had bene a man,
I had my selfe before this time this murder long began
Why doo you doubting stand, and wherefore doo you staie.82

  • 83 Randall Martin, art.cit., p. 77. L’argument de Randall Martin repose sur la comparaison qu’il fait (...)
  • 84 Du reste, la présence de femmes dans la liste des martyrs de Dowriche n’a rien de singulier et peut (...)
  • 85 Sig. G3r (v. 1419-1420).

40Difficile à ce titre d’interpréter, comme le fait Randall Martin83, le dynamisme de la reine mère sous un angle positif et de le mettre sur le même plan que l’engagement des huguenotes parisiennes ayant accepté le martyre84, en considérant que l’un et l’autre relèvent d’une même démarche historiographique consistant à revaloriser le rôle moteur des femmes dans l’histoire. Certes Catherine de Médicis est un adjuvant du tyran qui porte la marque de son époque en reprenant à son compte l’adage du tyran machiavellien « For wisdome doth allow the Prince to plaie the dfoxe,/ And Lion-like to rage : but hates the plainnesse of an Oxe »85, mais derrière son apparente modernité, elle n’est qu’une énième incarnation littéraire de l’association féminité/tyrannie qui entrava, en imprégnant la doxa, les progrès des femmes vers la sphère publique.

  • 86 Rien ne permet de dire si Dowriche était familière des textes de Ponet, Goodman et Knox mais on peu (...)

41Force est donc de constater que l’image du pouvoir des femmes véhiculée par le texte de Dowriche rejoint in fine celui de la première génération de réformateurs anglais qui s’étaient élevés contre la tyrannie papiste incarnée par Marie Tudor86. Dowriche semble également avoir adhéré aux thèses de ses coreligionnaires qui toléraient l’empire d’une femme à la condition que celui-ci soit jugulé par des conseillers parmi lesquels figuraient les membres du Parlement dotés d’une liberté d’expression pleine et entière.

  • 87 Voir John Guy, « The Rhetoric of Counsel in Early Modern England », in Dale Joak (éd.), Tudor Polit (...)

42Comme l’a montré A.N. McLaren dans son étude sur la culture politique sous le règne d’Élisabeth, sous l’effet de la féminisation de la royauté, une nouvelle conception du « conseil » vint compléter les théories humanistes et féodales qui existaient déjà dans la théorie politique du début de la période moderne87. Après l’accession au trône d’Élisabeth, la notion de « counsel » continua de renvoyer aux conseillers officiels de la reine qui formaient son Conseil Privé, et que l’on appelait en anglais « councillors », mais elle se mit également à recouvrir ses « counsellors », c’est-à-dire tous ceux qui avaient le sentiment d’être appelés par Dieu pour lui prodiguer leurs conseils. La liste était longue et s’y promurent tous ceux qui, poussés par leurs velléités réformatrices, corrélaient le zèle et la vertu : membres de la chambre des communes, nobles et évêques siégeant à la chambre des Lords, mais aussi tous les prédicateurs missionnés par leur supériorité de sexe.

  • 88 Les propos de l’évêque d’Ely, Richard Cox sont là pour en attester. Ce dernier déclara en effet que (...)

43Cet élargissement conséquent des rangs des conseillers fut, comme l’a montré McLaren, une des incidences majeures de la gynécocratie sur la pensée politique anglaise et la manière dont les différentes institutions du royaume se mirent à envisager leur rôle. Si tous crurent légitimement devoir assumer cette fonction, c’est qu’ils partageaient la conviction qu’il fallait pallier les insuffisances du sexe du monarque et notamment sa faible propension naturelle au raisonnement88.

  • 89 « For those whom you doo hate and push with heauie hand,/ In verie truth are godlie men, the best i (...)
  • 90 Elaine Beilin a déjà mis en évidence l’ancrage du poème de Dowriche dans le contexte politique des (...)
  • 91 C’est dans des termes identiques que l’on jugea la décision d’Élisabeth de priver Edmund Grindal de (...)

44Dans le poème d’Anne Dowriche, l’appel du persona d’Anne du Bourg pour qu’un conseil légitime tranche en lieu et place du monarque [Henri II] sur les questions religieuses89, n’est donc pas anodin90. Cet appel, replacé dans le contexte des années 1580, semble traduire l’adhésion de l’autrice à l’idée qu’en période de gynécocratie on doit permettre à une nation politique mâle d’exister pour guider un souverain de sexe féminin et, si nécessaire, contrecarrer ses décisions. La référence à un conseil légitime au vers 684, par opposition à un conseil non officiel, s’inscrit, elle aussi, dans la continuité des peurs des Élisabéthains de voir leur souveraine sous l’emprise de mauvais conseillers intervenant sans mandat officiel. La scène du poème de Dowriche (sig. F2, v. 1061-1084) où Catherine de Médicis prend ses conseils auprès du diable peut, dans cette perspective, être interprétée comme une illustration à la fois du piètre jugement politique que l’autrice accorde à cette femme ainsi que du danger que ce manque de discernement peut faire courir à la « nation des pieux » (godly nation)91.

  • 92 « To speake or thinke as we haue heard we deemd no subject durst » (Sig. D.4, v. 708-709).
  • 93 J.E. Neale, Elizabeth I and Her Parliaments, London, 1957, vol. II, 1584-1601, p. 220.
  • 94 Voir Linda Levy Peck, « Kingship, Counsel and Law in Early Stuart Britain », in J.G.A. Pocok (ed.),(...)
  • 95 Voir A.N. McLaren, op. cit., p. 149 ; John Guy, Tudor England, Oxford, OUP, 1988, p. 322-323 et M.  (...)

45De même, l’attaque contre le bâillonnage du Parlement dans The French Historie est en lien direct avec le combat pour la souveraineté entre un monarque de sexe féminin et un Parlement revendiquant sa masculinité, c’est-à-dire sa suprématie. Lorsque le personnage d’Henri II condamne la liberté de parole d’Anne du Bourg92, il fait écho à la position d’Élisabeth qui, après avoir été malmenée par plusieurs Parlements, finit par renvoyer les représentants de la Chambre des Communes dans les cordes au Parlement de 1589. L’année précisément où The French Historie fut publiée, sa reine déclara en effet devant l’assemblée : « Many come hither ad consulendum qui nescuint quid sit consulendum [Nombreux sont ceux qui viennent ici pour conseiller sans savoir ce que conseiller veut dire] »93. Elle mettait ainsi un terme aux prétentions des membres du Parlement qui pendant deux décennies (1560-1580) s’étaient imaginés en responsables publics et conseillers du monarque94, sortes d’auxiliaires des conseillers officiels du Conseil Privé, dont la mission spécifique était d’exercer une pression semi-publique sur la reine dans le but de conduire la réforme de l’Église à son terme95.

  • 96 Celle-ci a été clairement mise en relief par les travaux de A. N. McLaren qui a souligné avec juste (...)
  • 97 John Aylmer, An Harborowe for Faithfull and Trewe Subjects, against the late blowne Blaste, concern (...)
  • 98 Puritains et défenseurs de l’épiscopalisme avaient en effet en commun de croire que si l’Angleterre (...)

46En prenant le parti des Parlementaires qu’elle pose en victimes, Dowriche prend aussi, intentionnellement ou non, celui des détracteurs de la gynécocratie et on ne peut manquer de souligner cet élément au regard de la dimension genrée du débat sur la liberté d’expression du Parlement à la période élisabéthaine96. Cette présence en filigrane d’un propos misogyne nous pousse à conclure que si l’écriture de l’histoire par une femme est l’expression d’une revendication intellectuelle pour les femmes, celle de transmettre le savoir, celle-ci ne se double pas nécessairement d’une revalorisation globale des capacités cognitives des femmes. L’adhésion latente de Dowriche aux thèses phallocrates de ses coreligionnaires laisse au contraire penser que chez elle, la défense du puritanisme primait sur la défense des femmes, même si en définitive, Genève et Cantorbéry97, divisés sur la question de la hiérarchie épiscopale, se rejoignaient sur celle des sexes98.

Haut de page

Notes

1 Anne Dowriche, The French Historie, London, Thomas Orwing for Thomas Man, 1589.

2 Les cinq premiers, Elkana, Walter, Mary, Élisabeth et Anne étaient nés au moment où elle rédigea The French Historie.

3 Isabella Whitney, A Sweet Nosegay, London, 1573, D2.

4 Selon les statistiques de David Cressy, Literacy and the Social Order : Reading and Writing in Tudor and Stuart England, Cambridge, CUP, 2006, p. 121-122.

5 Voir sur ce point N. W. Bawcutt, « The Myth of Gentillet Reconsidered : An Aspect of Elizabethan Machiavellianism », The Modern Language Review, 99.4, 2004, p. 872-873. Dans cet article, N. W. Bawcutt prend le contrepied de Randall Martin dans « Anne Dowriche’s The French History, Christopher Marlowe, and Machiavellian Agency », Studies in English Literature 1500-1900, 39.1, 1999, p. 69-87. Celui-ci avait défendu la thèse selon laquelle The French Historie incorporait des idées machiavéliennes empruntées à Gentillet, via une lecture de la traduction anglaise de Simon Patericke, notamment dans le discours de 56 vers de la reine mère Catherine de Médicis, dans lequel elle enjoint les chefs du parti catholique d’ignorer les promesses de sauf-conduit faites aux huguenots et de saisir l’opportunité qui se présentait de les massacrer. Selon N. W Bawcutt, la référence de Dowriche à l’Anti-Machiavel aux vers 1417-1418 et la note qu’elle y ajoute (« That a prince must not care to be accompted cruel, so that anie profit came by it. 8. The or. Politico ») indiquent en réalité qu’elle avait lu la version latine du texte de Gentillet traduite par un huguenot réfugié à Genève et imprimée en 1577. L’abréviation « The or » aurait était tronquée en raison de l’étroitesse de la marge. Elle renverrait aux « théorèmes politiques » dont il est question dans la version latine là où les versions françaises et anglaises parlent de « maximes ». Cette capacité à lire couramment le latin est confirmée selon N. W. Bawcutt par sa référence au fol. 36v à l’œuvre de l’historien juif Flavius Josèphe, « Iosephus Antiquit. Iud. Lib. 13. Capro », dont il n’existait pas de traduction anglaise à l’époque, ainsi que par sa traduction d’un dicton latin au fol. 37r (« Hee that cannot dissemble, knoweth not how to raigne / quid nescit dissimulare nescit regnare »).

6 Voir sur les exilés huguenots J. R.W. Coxhead, The Romance of the Wool, Lace and Pottery Trades in Honiton, 6th ed., Honiton, P. H. Thrower, 1968, p. 23. Ce jeu de miroir renvoie in fine à Jean de Serres, l’auteur du Commentariorum de statu religionis & reipublicae in regno Galliae libri (1572-1575), à qui Tymme a lui-même emprunté. (The fourth parte of Co[m]mentaries of the ciuill warres in Fraunce, and of the lovve countrie of Flaunders : translated out of Latine into English, by Thomas Tymme minister. Seene and allowed, Imprinted at London, By Henrie Binneman, for Humfrey Toy, Anno. 1576).

7 Micheline White, « Power Couples and Women Writers in Elizabethan England : The Public Voices of Dorcas and Richard Martin and Anne and Hugh Dowriche », in Diane Wolfthal et Rosalynn Voaden (eds.), Framing the Family : Representation and Narrative in the Mediaeval and Early Modern Periods, Tempe, AZ, Medieval and Renaissance Texts and Studies, 2005, p. 119-138.

8 Les vers d’Anne Dowriche figurent aux côtés du poème en latin de son ami d’Oxford William Palfry et de sa dédicace à Knightley ; comme l’a souligné Micheline White in « Women Writers and Literary-Religious Circles in the Elizabethan West Country : Anne Dowriche, Anne Lock Prowse, Anne Lock Moyle, Ursula Fulford, and Elizabeth Rous », Modern Philology, 103.2, 2005, p. 200.

9 Ainsi que sa fille Anne Moyle qui était admirée par ses contemporains pour sa maîtrise des langues mortes.

10 M. White, art. cit., p. 197. Anne Dowriche et Anne Lock avaient du reste un lien de famille qui confirme l’étroitesse de ce réseau de puritains de l’Essex puisque la fille du troisième époux d’Anne Lock, Richard Prowse, épousa le cousin de Hugh Dowriche, Thomas Dowriche.

11 Voir note 1.

12 Elaine V. Beilin, « Writing Public Poetry. Humanism and the Woman Writer », Modern Language Quaterly, 51.2, 1990, p. 249-271.

13 E. Beilin, « Some Freely Spake Their Minde – Resistance in Anne Dowriche’s French Historie », in Mary E. Burke, Jane Donawerth, Linda L. Dove et Karen Nelson (eds.), Women, Writing and the Reproduction of Culture, Syracuse, Syracuse University Press, 2000, p. 119-140.

14 R. Martin, art. cit., p. 75-81.

15 M. White, art. cit.

16 Voir sur ce point : M. White, Cunning in Controversies ; Puritan Women and Religious and Literary Debates 1580-1615, thèse non publiée, Loyola University of Chicago, 1998.

17 Le texte de Philip Sidney date de 1595 (The Defence of Poesy, London, printed by William Ponsonby). Les citations sont celles de la traduction de Bernard Hoepffner, Défense de la Poésie, Nyons, L’or des fous, 2006.

18 The French Historie, sig. B1r (v.6).

19 La traduction était communément décrite comme un mode féminin d’écriture à l’instar de ce qu’écrit John Florio dans sa préface à sa célèbre traduction des Essais de Montaigne. Voir sur ce point : Margaret W. Ferguson, « Renaissance Concepts of the Woman Writer », in Helen Wilcox (ed.), Women and Literature in Britain, Cambridge, CUP, 1996, p. 158.

20 Dans Silence But for the Word : Tudor Women as Patrons, Translators, and Writers of Religious Works, Kent, Ohio, Kent State University Press, 1985, Margaret Hannay défend la thèse selon laquelle nombre des productions des femmes de la première modernité était de nature religieuse sans que cela signifie pour autant la soumission de ces autrices à l’ordre masculin.

21 Megan Matchinske, « Moral Method, and History in Anne Dowriche’s The French Historie  », English Literary Renaissance, 34.2, 2004, p. 177.

22 The French Historie, sig. B1r (v.14).

23 Voir Elizabeth H. Hageman, « Women’s Poetry in Early Modern Britain », in H. Wilcox, op. cit., p. 200.

24 The French Historie, sig. A2r.

25 Ibid., sig. A4r, « Restore againe some credit if I can unto Poetrie,/Having been defaced of late so many waies by wanton vanities ».

26 Voir sur ce point M. W. Ferguson, art. cit., p. 144.

27 P. Sidney, op. cit., p. 182

28 Voir Andrew Kirk, « Marlowe and the Disordered Face of French History », Studies in English Literature, 35.2, 1995, p. 197.

29 The French Historie, sig. C1v. (v. 282).

30 Ibid., sig. C1v.(v. 284).

31 Ibid., sig. C2r ( v. 341).

32 Lisa Ferraro Parmelee, Good Newes from Fraunce : French Anti-league Propaganda in Late Elizabethan England, Rochester, N.Y, Woodbridge, University of Rochester Press, 1996, p. 31.

33 P. Sidney, op. cit., p. 168.

34 Ibid., p. 159.

35 The French Historie, sig. A4r. « Many of these orations that are here fully & amplie expressed, were in the French Commentaries but onely in substance lightly touched ».

36 Ibid., sig. B3r.

37 Il s’agit là d’une invention de Dowriche puisque ni Tymme, ni de Serres, dont Tymme s’inspire, n’avaient ainsi renversé la chronologie.

38 Claude-Gilbert Dubois, La Conception de l’histoire en France au xvie siècle, Paris, A.G. Nizet, 1977, p. 32.

39 Crespin cité dans C-G. Dubois, op. cit., p. 39.

40 « Wee must giue out that they conspire which waie to kill the King,/ So to their filed talke the King will giue no heed,/ But giue us leave, and ioyne with vs against them to proceede » sig. B4r. (v. 188-190).

41 Sig. C4-D1.

42 « So Henrie King of France which all his force did bend/ Against the truth, did from the Lord receave a fearfull end » sig. F1r. (v. 1023-1024).

43 « Our Charles like vnto this from Gods reuenging hand,/ By bloodie death, repaies the blood he shed within his land ». sig. K1r. (v. 2205-2206).

44 Pierre Janton à propos de John Knox, « John Knox et l’histoire », in M-T. Jones-Davies (éd.), L’Histoire au temps de la Renaissance, Paris, Klincksieck, 1995, p. 168.

45 Pharaon, Achab, Amasias, Zedechias, David, Saül, Abimelech et Jézabel pour n’en citer que quelques-uns.

46 Philip Sidney, op.cit., p. 179.

47 To the Reader. « My onelie purpose in collecting & framing this worke, was to edifie, comfort and stirre up the godlie minds unto care, watchfulnesse, zeale, & feruentnesse in the cause of Gods truth ». sig. A3v.

48 Ibid. sig. A4r.

49 Ibid.

50 Franck Lestringant (éd.), Le Théâtre des Cruautés de Richard Verstegan (1587), Paris, éditions Chandeigne, 1995.

51 David El Kenz, Les bûchers du roiLa culture protestante des martyrs (1523-1572), Paris, Champ Vallon, 1997, p. 128.

52 The French Historie, sig. C1r., v. 254.

53 Sig. C1r, v. 259-v. 264.

54 Ibid., v. 268.

55 Ibid., v. 276.

56 Sig. C1r, v. 279-280.

57 Sig. C2r., v. 312.

58 « Thus did they still remaine ; to God they did commend /Themselves, their case, content to beare what euer God should send ». Sig. C2r. (v. 335-336).

59 Sig. C3r, v. 415-420.

60 Sig E4r, v. 964-967, puis Sig E4v, v. 977-979.

61 F. Lestringant, op. cit., p. 42.

62 C-G.Dubois, op. cit., p. 39.

63 Voir I. Ross Bartlett, « John Foxe as Hagiographer : The Question Revisited », Sixteenth Century Journal, 26.4, 1995, p. 721.

64 Voir A. d’Andrea, « The Political and Ideological Context of Innocent Gentillet’s Anti-Machiavel », Renaissance Quarterly, 23.4, 1970, p. 397-411.

65 David El Kenz, op. cit., p. 210.

66 Ibid., p. 209-210 et 212-213.

67 En chaire, Calvin pouvait être plus virulent. Voir sur ce point Max Engamare, « Calvin monarchomaque ? Du soupçon à l’argument », Archiv für Reformations Geschichte, 89, 1998, p. 207-225.

68 Voir sur ce point, Mario Turchetti, Tyrannie et tyrannicide de l’Antiquité à nous jours, Paris, PUF, 2001, p. 377-378.

69 Il reflète également l’idée initialement défendue par les prédicants exilés, John Ponet, Christopher Goodman et John Knox, sur le continent sous le règne de Marie Tudor selon laquelle, s’il doit y avoir une sanction, elle sera divine.

70 Traduction de Mario Turchetti, op. cit., p. 405.

71 Ibid., p. 427.

72 Sig.I1r, v. 1743-1745.

73 Ibid.

74 Cela témoigne d’un haut degré de tolérance au magistrat inique chez eux comme chez l’autrice.

75 Sig. K4v (v. 2205-2206).

76 Sig. L1v (v. 2252).

77 Comme ont pu le faire The History of the Reformation de John Knox et la Rerum Scoticarum Historia de George Buchanan.

78 Rebecca W. Bushnell, Tragedies of Tyrants – Political Thought and Theater in the English Renaissance, Ithaca and London, Cornell University Press, 1990, p. 20-25, p. 34-36.

79 Sig. D4r., v. 705. On peut néanmoins évoquer à ce titre qu’on y reproche à Henri II d’avoir pris la résolution de faire exécuter Anne du Bourg et de terrasser la secte dite des Luthériens « in fiery heat ».

80 Sig. F2r, v. 1099.

81 « The mother Queene in this must also play her part ». (Sig. F3r, v. 1117).

82 Sig. G4r (v. 1433-1437).

83 Randall Martin, art.cit., p. 77. L’argument de Randall Martin repose sur la comparaison qu’il fait entre le rôle de Catherine de Médicis dans The French Historie et celui qu’elle occupe dans la pièce de Marlowe, The Massacre at Paris. Selon lui, elle est au premier plan chez Dowriche tandis que Marlowe la maintient au second plan, loin derrière les Guise. Randall module cependant son propos en soulignant que la volonté de la reine mère demeure, même chez Dowriche, soumise à la domination masculine puisque Catherine de Médicis est tour à tour l’agent de Satan et de Machiavel.

84 Du reste, la présence de femmes dans la liste des martyrs de Dowriche n’a rien de singulier et peut difficilement être interprétée comme de la fierté féminine. La littérature hagiographique a très tôt accordé aux femmes une place et la martyre inébranlable et acerbe, dont Anne Askew fut une incarnation au XVIe siècle, est une figure classique du genre au même titre que les reines qui se sanctifient par leurs pratiques de dévotion et de charité. Si l’on en croit le dernier état du martyrologue du Français Jean Crespin, 8% des martyrs furent des femmes (in V. Alemany-Dessaint, Monique et Bernard Cottret (éds.), Saintes ou sorcières ?, Paris, les Editions de Paris, 2006, p. 75.) Chez John Foxe, les femmes représentent un grand nombre des victimes même si, comme le souligne Isabelle Fernandes, il leur concéda rarement le devant de la scène narrative (Voir Le sang et l’encre : le théâtre de la religion chez John Foxe : les martyrs protestants sous Marie Tudor, thèse non publiée, Université Versailles-Saint-Quentin, 2004, p. 194). Dans The French History, le martyre au féminin n’est donc pas représenté de manière innovante. La féminité continue de faire partie de ces attributs minorants qui valorisent l’exploit de l’héroïne chrétienne plutôt que de constituer une reconnaissance positive de la valeur du féminin.

85 Sig. G3r (v. 1419-1420).

86 Rien ne permet de dire si Dowriche était familière des textes de Ponet, Goodman et Knox mais on peut penser que par l’entremise d’Anne Vaughan Lok Dering Prowse qui appartenait à son cercle puritain, elle a pu entrer en contact avec les thèses de l’auteur du Premier coup de trompette contre le monstrueux gouvernement des femmes. Anne Lok était en effet une intime du réformateur écossais qu’elle côtoya régulièrement à Genève en 1557-1558 avant de devenir l’épouse d’un autre détracteur de l’autorité royale incarnée par une femme, Edouard Dering. Voir sur ce point : A. N. McLaren, Political Culture in the Reign of Elizabeth I – Queen and Commonwealth 1558-1585, Cambridge, CUP, 1999, p. 37-38. Dans un discours au Parlement de 1572, Dering s’était en effet illustré par son questionnement de la suprématie royale sur l’Église d’Angleterre au motif à peine voilé qu’une femme frappée par l’interdit paulinien de parler devant une assemblée ne pouvait mener la réforme de l’Église.

87 Voir John Guy, « The Rhetoric of Counsel in Early Modern England », in Dale Joak (éd.), Tudor Political culture, Cambridge, CUP, 1995, p. 292-310.

88 Les propos de l’évêque d’Ely, Richard Cox sont là pour en attester. Ce dernier déclara en effet que les conseillers de la reine « performed the part of a man » lorsqu’ils s’opposaient le cas échéant à la volonté de la reine pour la rappeler à la raison. La même idée se retrouve dans les propos d’un membre du Parlement qui déclara en 1566 que la reine devenait un « roi », « un homme parfait » lorsqu’elle épousait le royaume et s’incorporait à lui en acceptant ses conseils. Voir sur ce point A.N. McLaren, op. cit., p. 136-137.

89 « For those whom you doo hate and push with heauie hand,/ In verie truth are godlie men, the best in all your land,/ Whose faith you do not see, whose life you doo not know ;/ Take heed least you in them doo seeke the Lord to ouethrow,/ Which feate by wanton will if now your Grace assay ;/ Be wise in time, least that in this, you frame your owne decay,/ But this we thinke the best, that straightway out of hand,/ A lawfull counsell may be calde to haue the matter scand ». (Sig. D3r-D4v, v. 677-684).

90 Elaine Beilin a déjà mis en évidence l’ancrage du poème de Dowriche dans le contexte politique des années 1570 et 1580 qui furent marquées par une forte agitation parlementaire. Elle a notamment relevé ses emprunts au débat lancé par Peter Wentworth et Job Throkmorton et dont il y a fort à parier que Dowriche ait eu des échos par le biais de son frère Piers Edgumbe. Ces derniers revendiquaient une liberté de parole sans limite pour le Parlement, aux dépens de la prérogative royale qui n’aurait plus eu de domaine réservé. Voir Elaine Beilin 2000, art. cit., p. 127-130.

91 C’est dans des termes identiques que l’on jugea la décision d’Élisabeth de priver Edmund Grindal de son archevêché pour avoir refusé d’y mettre un terme aux exercices de prophétie en 1576. Voir A.N. McLaren, op. cit., p. 139.

92 « To speake or thinke as we haue heard we deemd no subject durst » (Sig. D.4, v. 708-709).

93 J.E. Neale, Elizabeth I and Her Parliaments, London, 1957, vol. II, 1584-1601, p. 220.

94 Voir Linda Levy Peck, « Kingship, Counsel and Law in Early Stuart Britain », in J.G.A. Pocok (ed.), The Varieties of British Political Thought 1500-1800, Cambridge, CUP, 1993, p. 80-115.

95 Voir A.N. McLaren, op. cit., p. 149 ; John Guy, Tudor England, Oxford, OUP, 1988, p. 322-323 et M. A. R. Graves, « Managing Elizabethan Parliaments », in D. M. Dean and N. L. Jones (eds.), The Parliaments of Elizabethan England, Oxford, OUP, 1990, p. 45.

96 Celle-ci a été clairement mise en relief par les travaux de A. N. McLaren qui a souligné avec justesse : « a claim to freedom of speech, in the context of female rule, constituted an implicit assertion of civic capacity in Aristotelian and Pauline terms : the same terms that allied speech to reason, disallowed women the status of reasonable beings, and exhorted them to silence » (op. cit., p. 156). Voir aussi Donald Kelly, The Beginning of Ideology : Consciousness and Society in the French Reformation, Cambridge, CUP, 1981, p. 73.

97 John Aylmer, An Harborowe for Faithfull and Trewe Subjects, against the late blowne Blaste, concerning the Governmente of Wemen, wherein be confuted all such reasons as a stranger of late made in that behalf, with a breife exhortation to OBEDIENCE, Strasbourg, 1559, STC 1004, Fols. H21-H3. John Aylmer avait ainsi répondu à Knox qu’une femme pouvait gouverner l’Angleterre parce que l’Angleterre est une monarchie mixte au sein de laquelle le Parlement peut contenir la couronne dans son action : « The regiment of England is not a mere Monarchie… but a rule mixed of all three [monarchy, oligarchy, democracy], where in each one of these have or should have like authority … [and in which], if the parliament [senate and commons] use their privileges : the King can ordain nothing without them ».

98 Puritains et défenseurs de l’épiscopalisme avaient en effet en commun de croire que si l’Angleterre pouvait souffrir une reine, c’était grâce à son régime politique, la monarchie mixte. La mixité dont il était ici question n’évoquait aucunement l’égalité d’accès des deux sexes à la souveraineté. Elle renvoyait au partage de cette dernière entre les trois organes du gouvernement, le roi, les Lords et les Communes, trois organes genrés unilatéralement du côté du masculin dont l’omniprésence dans les affaires de la Couronne gommait l’identité sexuelle du monarque le cas échéant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armel Dubois-Nayt, « Anne Dowriche et l’histoire de France ou … d’Angleterre ? », Études Épistémè [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://episteme.revues.org/659 ; DOI : 10.4000/episteme.659

Haut de page

Auteur

Armel Dubois-Nayt

Armel Dubois-Nayt est Maîtresse de conférences à l’Université de Versailles-Saint-Quentin. Elle travaille sur les théories autour du pouvoir des femmes à la période moderne en Écosse et en Angleterre. Elle a publié avec Pascal Caillet et Jean-Claude Mailhol, L’Écriture et les femmes en Grande-Bretagne (1540-1640) – Le Mythe et la Plume (PUV, 2008) et avec Emmanuelle Santinelli- Folz, Femmes de pouvoir et pouvoir de femmes dans l’occident médiéval et moderne (PUV, 2009). Elle a signé plusieurs articles sur John Knox, Marie Stuart et George Buchanan.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Revues.org