Navigation – Plan du site

Avant-propos

Armel Dubois-Nayt et Claire Gheeraert-Graffeuille

Texte intégral

  • 1 Les articles réunis dans ce numéro de la revue Études Épistémè sont issus d’une journée d’études qu (...)
  • 2 Elle est l’auteure de The History of England from the Accession of James I to that of the Brunswick (...)
  • 3 Elle est l’auteure d’une Histoire d’Élisabeth, reine d’Angleterre (1787). Voir sur ce point l’artic (...)

1Contrairement au lieu commun qui voudrait qu’elles ne s’intéressent qu’à des questions domestiques ou à des bavardages frivoles, les femmes de l’époque moderne, en France comme en Grande-Bretagne, ne délaissent pas la grande histoire qui, jusqu’au XVIIIe siècle, s’écrit dans de nombreux genres : mémoires, autobiographies, lettres, théâtre, etc.1 Bien avant les historiennes de profession que furent Catharine Macaulay (1731-1791)2 pour l’Angleterre et Louise-Félicité Guynement de Kéralio-Robert (1758-1822)3 pour la France, les femmes n’ont cessé de raconter l’histoire, à travers des récits d’une grande variété. C’est ce que confirment les articles réunis dans le numéro 17 d’Études Épistémè, qui examinent à nouveaux frais les incursions de huit femmes dans le champ de l’histoire nationale, religieuse et politique, habituellement considérée comme un monopole strictement masculin.

  • 4 Elle a écrit The French Historie, That is, A Lamentable Discourse of Three of the Chiefe, and Most (...)
  • 5 Voir en particulier ses Mémoires, in Mémoires et autres récits, Éliane Viennot (ed.), Paris, Honoré (...)
  • 6 Margaret Cavendish est en particulier l’auteure de The Life of the Thrice Noble, High, and Puissant (...)
  • 7 Voir « The Life of John Hutchinson of Owthorpe in the County of Nottinghamshire », publiée pour la (...)
  • 8 Désormais deux histoires du règne d’Edward II lui sont attribuées : The History of the Life, Reign, (...)
  • 9 Sur Eliza Haywood, voir Claire Boulard, « August Caesar to Livia Drusilla’ : théories de l’Histoire (...)
  • 10 Sur cet essai, voir Isabelle Bour, « Mary Wollstonecraft as Historian in An Historical and Moral Vi (...)
  • 11 Voir D. R. Woolf, « A Feminine Past ? Gender, Genre and Historical Knowledge in England, 1500-1800  (...)

2Sans exception, ces travaux montrent l’intérêt que pouvait revêtir la vie publique pour les femmes à l’époque moderne, surtout pendant les périodes troublées que sont les guerres de religion en France, la Révolution anglaise ou, plus tard, la Révolution française. Anne Dowriche ( ?-1613)4 et Margaret de Valois (1553-1615)5 décrivent et commentent les guerres de religion en France à la fin du XVIe siècle ; Margaret Cavendish (1623 ?-1673)6 et Lucy Hutchinson (1620-1681)7 se concentrent sur les guerres civiles qui ravagent l’Angleterre du milieu du XVIIe siècle en prenant pour fil directeur la vie de leur mari ; Elizabeth Cary (1585-1639)8 relate la chute d’Edward II, dans le but de mettre en lumière le danger que représentent les favoris pour le pouvoir royal, en particulier dans les années 1620 ; dans The Female Spectator, Eliza Haywood (1693 ?-1756)9 s’intéresse à l’histoire antique, comme source d’instruction et de réflexion ; enfin Mary Wollstonecraft (1759-1797) consacre un essai à la Révolution française, An Historical and Moral View of the Origin and Progress of the French Revolution (1794), composé pendant son séjour en France (1792-1795)10. Sans exception, ces écrits portent sur des sujets que l’on croit habituellement réservés aux hommes ; ils relèvent de l’ « histoire véritable », non de ce que certaines féministes des années 70 et 80 appelaient « her-story » (une histoire « des femmes » ou une histoire « pour les femmes »), catégorie aujourd’hui délaissée ou, du moins nuancée et corrigée par Daniel R. Woolf, Bonnie Smith, Roha Maitzen, Devoney Looser, Megan Matchinske mais aussi, plus tardivement en France, par Nicole Pellegrin, Sylvie Steinberg et Jean-Claude Arnould11. Il est désormais acquis que les femmes n’écrivent pas seulement pour elles-mêmes, sur des sujets qui les concerneraient exclusivement, mais qu’elles s’intéressent aussi à la vie publique et ont parfois recours aux mêmes méthodes historiographiques de leurs contemporains.

  • 12 D. Looser, op. cit., p. 1-3.

3Les travaux qui cherchent à mieux comprendre comment les femmes écrivent l’Histoire, dont elles sont en théorie exclues, doivent beaucoup aux études de ces spécialistes. Certes, seule Catharine Macaulay revendique le titre d’« historienne », mais les auteures dont les œuvres sont ici analysées en ont les qualités et les ambitions, attentives qu’elles sont à leurs sources et aux choix qu’implique toute narration historique. Les évolutions de l’historiographie au XVIIe et au XVIIIe siècles ne concernent pas seulement les hommes : loin de rester des observatrices passives de ces grands changements, elles prennent part aux débats de leur temps, soucieuses d’établir les faits et de les expliquer, voire de corriger ou de compléter les écrits de leurs homologues masculins12. Éliane Viennot avance l’idée que Marguerite de Valois rédige ses mémoires pour refaçonner à son goût le récit de son historien officiel Brantôme, en fournissant par exemple des descriptions politiques très précises, ou en donnant une vision inédite d’un événement – c’est le cas de la Saint-Barthélémy dont elle a été un témoin privilégié (art. cit., p. 6). Armel Dubois-Nayt explique pourquoi Anne Dowriche décide de rectifier les vérités mensongères qui, selon elle, circulaient alors en Angleterre sur les guerres de religion en France ; elle montre aussi comment Dowriche recrée un récit à partir de ses traductions d’œuvres de Protestants français, dont elle reprend la théologie de l’histoire. Elizabeth Cary ne se présente pas comme une « historienne », mais c’est le terme qu’utilise pourtant l’éditeur de The History of the Life, Reign, and Death of Edward II (art cit., p. 31), qui mentionne dans la préface son style « masculin » (ibid. p. 32). Karen Britland montre bien dans quelle mesure ce qualificatif est mérité par Cary, qui construit méticuleusement l’histoire de la chute d’Edward II à partir de la chronique du protestant Richard Grafton (A Chronicle at Large, 1568), sa source principale (art. cit., p. 7) ; en outre, à travers ses deux histoires d’Edward II, Cary aborde la question de l’autorité politique, un sujet très controversé au début du règne de Charles Ier. De son côté, Sandrine Parageau met en évidence, les connaissances historiographiques de Margaret Cavendish, qu’elle applique à l’histoire de sa famille entièrement dévouée à la cause du roi ; elle considère la biographie de son mari comme « a short History », rappelant dans la préface son attachement à la vérité et la rigueur avec laquelle elle a rassemblé les faits. On retrouve des préoccupations similaires dans « The Life of Colonel Hutchinson », où Lucy Hutchinson fait la preuve de ses talents d’historienne, en s’appuyant sur des sources fiables, et en tissant habilement ensemble histoire locale, histoire nationale et projet divin. De même, Eliza Haywood laisse apparaître sa connaissance des débats historiographiques, lorsqu’elle donne à lire des lettres fictives échangées entre Auguste et Livie, avant de suggérer, dans son commentaire, des parallèles avec l’histoire contemporaine. Claire Boulard-Jouslin développe l’idée que ces missives – qui se présentent comme de véritables sources historiques – sont à la fois « une attaque politique voilée contre George II et ses pratiques » (art. cit., p. 100), et une façon adroite de tourner en dérision les pratiques des antiquaires qui, à cette époque, rejettent complètement l’usage de la fiction en histoire. Catharine Macaulay, plus que toutes les autres femmes dont il est question dans cette livraison, est une historienne érudite, respectée par ses pairs, dont l’histoire d’Angleterre a, selon Devoney Looser, profondément modifié le regard porté sur l’écriture féminine de l’histoire. Enfin, Isabelle Bour montre que malgré les nombreuses sources françaises et britanniques utilisées par Mary Wollstonecraft dans An Historical and Moral View of the Origin and Progess of the French Revolution, on ne doit pas considérer cet ouvrage comme une simple compilation. Elle repère l’intervention du narrateur aussi bien dans la narration elle-même que dans certains passages théoriques, et démontre comment ce récit présente les premiers mois de la Révolution française comme le moment d’une crise avant tout psychologique et morale. Cette orientation du récit et ses contradictions internes, précise-t-elle, résultent à la fois de l’influence des penseurs écossais Adam Smith et Adam Ferguson et de l’utilisation chez Wollstonecraft du paradigme de la sensibilité.

  • 13 Sur l’idée que les femmes seraient peu enclines à écrire l’histoire en savantes, voir S. Steinberg, (...)
  • 14 Voir Natalie Zemon Davis, « Gender and Genre : Women as Historical Writers, 1400-1820 », in Patrici (...)

4Les huit femmes évoquées ici sont toutes, à leur façon, des figures singulières : lors des débats qui ont jalonné la journée d’études, les participantes n’ont cessé de répéter que les femmes qui entreprennent d’écrire la « grande histoire » sont peu nombreuses, y compris au XVIIIe siècle : selon D. Looser, si Macaulay compte si peu d’émules, c’est sans doute parce que la discipline historique se professionnalise, et laisse de côté les femmes qui pratiquent l’histoire en amatrices et qui sont peu enclines à l’érudition13. Par ailleurs, les raisons avancées par Natalie Zemon Davis pour expliquer la discrétion des femmes sur la scène de l’histoire, se vérifient une nouvelle fois14. Celles qui sont présentées dans les articles qui suivent ont toutes accès aux sources de l’histoire, soit en tant que lectrices, soit parce qu’elles sont au contact de la vie publique – le plus souvent les deux. Marguerite de Valois est « fille de roi et de reine, sœur de rois et de reines, femme de roi et reine elle-même » (art. cit., p. 4). Cary, Cavendish, Hutchinson sont des femmes instruites, au contact de l’histoire, grâce à des maris dont les rôles politiques et militaires furent importants. Haywood possède une certaine culture antique. Quant à Macaulay et Wollstonecraft, leurs ouvrages témoignent d’une utilisation rigoureuse des sources – les pamphlets anglais dans le cas de la première, les documents et ouvrages relatifs à la Révolution française dans le cas de la seconde.

5Cependant, même pour ces femmes qui se trouvaient dans une situation favorable pour écrire l’histoire, devenir narratrices d’un passé plus ou moins distant ne va pas de soi et exige souvent qu’elles se justifient. La première dans l’ordre chronologique, Marguerite de Valois qui, en tant que reine, était sans doute la moins susceptible d’être entravée dans son entreprise par des pressions masculines, maritales ou sociales, ne s’excuse jamais de prendre la plume. Au contraire, elle défend la capacité des femmes à être non seulement narratrices, mais aussi actrices de l’histoire. Comme plusieurs de ses consœurs, elle fut encouragée dans son entreprise par un homme, son historien officiel Pierre de Bourdeille, abbé de Brantôme, qui croyait non seulement en son excellence mais même à son droit héréditaire de gouverner le royaume de France Dowriche fut elle aussi soutenue dans son entreprise historiographique par un époux et un frère dont elle partageait les convictions politiques et religieuses. Son ambition littéraire n’a cependant rien d’inconvenant puisqu’elle empruntait les trois chemins autorisés aux femmes à la Renaissance : la traduction, la poésie et les écrits religieux. Cary s’excuse d’écrire, mais elle ne met pas en avant son statut de femme ; ses histoires d’Edward II seront publiées anonymement au moment de la crise de l’Exclusion. Cavendish, en revanche, se sent obligée de prendre des précautions rhétoriques avant de pénétrer le territoire masculin de l’histoire de la guerre, opérant des distinctions subtiles entre histoire particulière, histoire nationale et histoire générale, et laissant entendre qu’il existe un point de vue féminin sur l’histoire (art. cit., p. 56). Cependant, contrairement à la plupart de ses devancières, Cavendish publie la biographie de son mari, affichant ici le privilège que lui donne son rang et son audace, mais aussi l’appui d’un mari qui respectait son goût pour la philosophie et l’écriture. Quant à Hutchinson, elle écrit officiellement pour ses enfants, ce qui la dispense de plus amples justifications, et sa biographie, jusqu’en 1806, reste à l’état de manuscrit. La mémorialiste prend toutefois soin de décrire « Mistriss Hutchinson » comme une bonne épouse, respectueuse en tous points de l’ordre patriarcal. Cette gêne, au moins implicite, à l’idée d’empiéter sur une zone interdite n’est plus perceptible chez Haywood qui se joue, non sans espièglerie, des moqueries masculines à l’encontre des femmes historiennes, qui renvoient, en réalité, à la triste ré-institutionnalisation des pré-carrés intellectuels des deux sexes au XVIIIe siècle, les femmes étant confinées à l’écriture de l’histoire privée et secrète, jugée amorale, ainsi qu’à la lecture de l’histoire noble que seuls les hommes revendiquaient pouvoir écrire. Enfin, pour Macaulay, un auteur n’a « pas de sexe », elle n’est ni homme ni femme (art. cit., p. 113) et n’a donc aucune raison de s’excuser ; cependant, comme l’indique Devoney Looser, elle sait paradoxalement tirer parti de sa réputation d’historien femme, en assurant sa propre publicité et en acceptant le véritable culte qui lui était voué.

  • 15 Voir Letters of the Lady Brilliana Harley, ed. T. T. Lewis, Camden Society, 58, 1854.
  • 16 Voir The Autobiography of Mrs Alice Thornton, ed. [C. Jackson], Surtees Society, 62, 1875.
  • 17 Voir Anne Clifford, The Memoir of 1603 and the Diary of 1616-1619, Katherine O. Acheson (ed.), Broa (...)
  • 18 Voir Joanna Moody (ed.), The Private Life of an Elizabethan Lady : The Diary of Lady Margaret Hoby, (...)
  • 19 Voir The Memoirs of Anne, Lady Halkett and Ann, Lady Fanshawe, ed. J. Loftis, Oxford, Oxford UP (19 (...)
  • 20 Lettres de la Majesté de la Royne de Navarre cité in Eugénie Pascal, « Jeanne d’Albret, la féminité (...)
  • 21 Françoise Bertaut de Motteville, Mémoires, 5 vol., M. F. Riaux (éd.), Paris, Charpentier, 1855 ; An (...)
  • 22 Mme de Villedieu, Annales galantes, Lyon, J. Guerier, 1698 ; Mme de Scudéry, Artamene ou le Grand C (...)
  • 23 Justine Guillery, Mémoires de Justine Guillery 1789-1846, Marie-Paule de Weert-Pilorge, Rennes, Pre (...)
  • 24 Pendant les périodes de calme, en revanche, des travaux ont montré que l’intérêt de ces proto-histo (...)

6Il va sans dire que les contributions que nous avons rassemblées ne fournissent pas un tableau exhaustif de la production historique des femmes à l’époque moderne ; mais elles laissent cependant apparaître deux grandes caractéristiques. La première est d’ordre générique : exception faite de Macaulay, les femmes n’écrivent pas de « grande histoire », mais choisissent plutôt de s’intéresser au passé proche ou lointain à travers des genres qui leur sont plus accessibles. Marguerite de Valois, Hutchinson, Cavendish écrivent des mémoires, autrement dit des récits qui mêlent histoire personnelle et histoire nationale. Dowriche écrit de la poésie, Haywood des lettres, tandis que Cary, Wollstonecraft et Macaulay s’essaient à des histoires relativement plus orthodoxes. Ce constat se vérifie dans les histoires qui ne font pas ici l’objet d’une étude approfondie. On peut songer par exemple à la pièce The Roundheads (1681) d’Aphra Behn, à la correspondance de Brilliana Harley15, à l’autobiographie d’Alice Thornton16, aux journaux d’Anne Clifford17 et de Margaret Hobby18, aux mémoires d’Anne Halkett et d’Ann Fanshawe19, mais aussi aux périodiques féminins, comme par exemple le Female Spectator d’Eliza Haywood pour la Grande-Bretagne. En France, on peut songer aux lettres de Jeanne d’Albret20, aux mémoires Madame de Motteville ou à ceux de Mademoiselle de Montpensier21, aux nombreuses nouvelles et romans historiques dans lesquels s’illustrèrent, par exemple, Mme de Villedieu ou Madeleine de Scudery22, ou encore aux mémoires de Mme Roland et de Justine Guillery qui ont laissé de la Révolution française une narration au féminin23. Cette multiplicité des genres à travers lesquels les femmes écrivent l’histoire persiste au XVIIIe siècle, sans doute parce que comme le suggère D. Looser, les femmes sont peu tentées par l’histoire en tant que discipline académique et semblent préférer investir des genres qui leur sont plus familiers. Le second trait distinctif de cette production féminine est qu’elle est souvent liée à l’expérience personnelle que les femmes peuvent avoir de l’Histoire, soit qu’elles assistent directement à l’événement, soit qu’elles en entendent parler par l’intermédiaire de lettres ou tout simplement de conversations. C’est le cas de Marguerite de Valois, de Cavendish, d’Hutchinson, et de Wollstonecraft qui séjourne en France au début de la Révolution. Toutes ont pour point commun de vivre des événements extraordinaires sur lesquels il leur faut exprimer un avis24.

7Au vu de ces deux caractéristiques, il nous semble essentiel, pour mieux comprendre la lecture que les femmes font du passé, de poursuivre notre enquête sur les femmes et l’écriture de l’histoire dans deux directions. Il faudra d’une part nous interroger sur la notion de témoignage et le sens que peut avoir ce mot pour les femmes de l’époque moderne en France et en Grande-Bretagne, et, d’autre part, nous pencher sur les genres en marge de l’historiographie officielle souvent choisis par les historiennes : les correspondances, les mémoires, le journalisme au féminin, la production pamphlétaire, la littérature dévotionnelle (prophétie, traités, autobiographie, poésie) – la question étant encore et toujours de savoir s’il existe une relation spécifique des femmes à l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Les articles réunis dans ce numéro de la revue Études Épistémè sont issus d’une journée d’études qui a eu lieu à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 le 6 juin 2009.

2 Elle est l’auteure de The History of England from the Accession of James I to that of the Brunswick Line, London, 1763-1783, 8 volumes. Voir ci-dessous Devoney Looser, « The ‘Female Historian’ in Context », Études Épistémè, 17, 2010, p. 105-118.

3 Elle est l’auteure d’une Histoire d’Élisabeth, reine d’Angleterre (1787). Voir sur ce point l’article de Carla Hesse, « Devenir Républicaine et Historienne. Louise de Kéralio-Robert », in Nicole Pellegrin (éd.), Histoires d’historiennes, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006, p. 203-221.

4 Elle a écrit The French Historie, That is, A Lamentable Discourse of Three of the Chiefe, and Most Famous Bloodie Broiles that haue Happened in France, for the Gospell of Jesus Christ, London, 1589. Voir l’article d’Armel Dubois-Nayt, « Anne Dowriche et l’histoire de France ou… d’Angleterre », p. 11-29.

5 Voir en particulier ses Mémoires, in Mémoires et autres récits, Éliane Viennot (ed.), Paris, Honoré Chamion, 1999 et infra l’article É. Viennot, « Margaret de Valois et l’écriture de l’histoire, 1574-1614), p. 1-10.

6 Margaret Cavendish est en particulier l’auteure de The Life of the Thrice Noble, High, and Puissant Prince William Cavendishe, London, 1667, publiée une première fois dans Natures Pictures Drawn by Fancies Pencil, London, 1656. Voir ci-dessous Sandrine Parageau, « Catching ‘the Genius of the Age’ : Margaret Cavendish, Historian and Witness », p. 55-67.

7 Voir « The Life of John Hutchinson of Owthorpe in the County of Nottinghamshire », publiée pour la première fois en 1806 par Julius Huchinson. Voir ci-dessous Claire Gheeraert-Graffeuille, « L’atelier de l’historienne : ‘The Life of John Hutchinson’ de Lucy Hutchinson », p. 69-86.

8 Désormais deux histoires du règne d’Edward II lui sont attribuées : The History of the Life, Reign, and Death of Edward II, London, 1680 et The History of the Most Unfortunate Prince King Edward II, London, 1680. Sur ces deux écrits, voir ci-dessous Karen Britland, « ‘Kings are but Men’ : Elizabeth Cary’s Histories of Edward II », p. 31-23.

9 Sur Eliza Haywood, voir Claire Boulard, « August Caesar to Livia Drusilla’ : théories de l’Histoire dans le Female Spectator d’Eliza Haywood, p. 87-103.

10 Sur cet essai, voir Isabelle Bour, « Mary Wollstonecraft as Historian in An Historical and Moral View of the Origin and Progress pf the French Revolution ; and the Effect it has Produced in Europe (1794), p. 119-128.

11 Voir D. R. Woolf, « A Feminine Past ? Gender, Genre and Historical Knowledge in England, 1500-1800 », American Historical Review, June 1997, p. 645-679 ; Bonnie G. Smith, The Gender of History : Men, Women, and Historical Practice, Cambridge, Harvard UP, 1998 ; Sylvie Steinberg et Jean-Claude Arnould, Les femmes et l’écriture de l’histoire 1400-1800, Mont-Saint-Aignan, Rouen, PUHR, 2008 ; Rohan Amanda Maitzen, Gender, Genre, and Victorian Historical Writing, New York, Garland, 1998 ; Devoney Looser, British Women Writers and the Writing of History, 1670-1820, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press, 2000, p. 1-2 ; Megan Matchinske, Women Writing History in Early Modern England, Cambridge, Cambridge UP, 2009 ; Nicole Pellegrin (éd.), Histoires d’historiennes, op. cit.

12 D. Looser, op. cit., p. 1-3.

13 Sur l’idée que les femmes seraient peu enclines à écrire l’histoire en savantes, voir S. Steinberg, « Avant-propos », in S. Steinberg et J.-C. Arnould, op. cit., p. 10.

14 Voir Natalie Zemon Davis, « Gender and Genre : Women as Historical Writers, 1400-1820 », in Patricia H. Labalme (ed.), Beyond their Sex : Learned Women of the European Past, New York, New York UP, 1980, p. 153-182. L’article est traduit dans N. Pellegrin (éd.), Histoires d’historiennes, op. cit., p. 21-43.

15 Voir Letters of the Lady Brilliana Harley, ed. T. T. Lewis, Camden Society, 58, 1854.

16 Voir The Autobiography of Mrs Alice Thornton, ed. [C. Jackson], Surtees Society, 62, 1875.

17 Voir Anne Clifford, The Memoir of 1603 and the Diary of 1616-1619, Katherine O. Acheson (ed.), Broadview Press, 2007.

18 Voir Joanna Moody (ed.), The Private Life of an Elizabethan Lady : The Diary of Lady Margaret Hoby, 1599-1605, Sutton Publishing, New Edition, 2001.

19 Voir The Memoirs of Anne, Lady Halkett and Ann, Lady Fanshawe, ed. J. Loftis, Oxford, Oxford UP (1979).

20 Lettres de la Majesté de la Royne de Navarre cité in Eugénie Pascal, « Jeanne d’Albret, la féminité et le pouvoir », in S. Steinberg et J.-C. Arnould (éd.), op. cit., p. 57-72.

21 Françoise Bertaut de Motteville, Mémoires, 5 vol., M. F. Riaux (éd.), Paris, Charpentier, 1855 ; Anne-Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier, Mémoires, 2 vol., Christian Bouyer (éd.), Paris, Éditions de la Fontaine, 1985.

22 Mme de Villedieu, Annales galantes, Lyon, J. Guerier, 1698 ; Mme de Scudéry, Artamene ou le Grand Cyrus, Paris, 1649.

23 Justine Guillery, Mémoires de Justine Guillery 1789-1846, Marie-Paule de Weert-Pilorge, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, 2007 ; Mémoire de Mme Roland, Paris, Mercure de France, Le temps retrouvé, 1986.

24 Pendant les périodes de calme, en revanche, des travaux ont montré que l’intérêt de ces proto-historiennes s’est reporté sur la vie de la monarchie et notamment les mariages royaux et les cérémonies officielles qui rythmaient la vie de la cour et auxquels les femmes eurent accès en tant que spectatrices. La duchesse de Montpensier a décrit le mariage de Louis XIV, Mademoiselle de Clermont celui de Louis XV, la baronne d’Oberkirch raconte le mariage de Louis XVI. Le mariage de Catherine d’Aragon et la cour qui l’a précédé fait également l’objet des Annals of Love de Marie Catherine Hortense Desjardins, Londres, 1672. Voir Cécile Marie Fallateuf, « Évolution des récits historiques à travers des mémoires de femmes : l’exemple des mariages royaux au XVIIe et XVIIIe siècles », in S. Steinberg et J.-C. Arnould (éd.), op. cit., p. 129-141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armel Dubois-Nayt et Claire Gheeraert-Graffeuille, « Avant-propos », Études Épistémè [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://episteme.revues.org/655

Haut de page

Auteurs

Armel Dubois-Nayt

Articles du même auteur

Claire Gheeraert-Graffeuille

Articles du même auteur

Haut de page
  • Revues.org