Navigation – Plan du site

Avant-propos

Armel Dubois-Nayt et Claire Gheeraert-Graffeuille

Texte intégral

  • 1 Les articles réunis dans le numéro 18 d’Études Épistémè sont issus d’un colloque international (« L (...)
  • 2 Sur cette idée des femmes comme témoins de l’histoire, voir, en particulier, Éliane Viennot, « Marg (...)
  • 3 Cf. Grand Robert.
  • 4 « Historia vero testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae nuntia vetustatis » ( (...)
  • 5 Voir Daniel R. Woolf, « From Hystories to the Historical : Five Transitions in Thinking about the P (...)
  • 6 Voir ci-dessous, A. Dubois-Nayt, « 1603 through the Eyes of Women Historians », p. 1-21, et Sophie (...)
  • 7 Voir ci-dessous, S. Vergnes, art. cit., Fiona McIntosh-Varjabédian, « Macaulay et Wollstonecraft : (...)
  • 8 Voir ci-dessous, Marion Brétéché, « Faire profession de témoignage : les pratiques d’écriture d’Ann (...)
  • 9 Voir ci-dessous, A. Dubois-Nayt, art. cit. et S. Vergnes, art. cit.
  • 10 Voir ci-dessous, Antoinette Gimaret, « L’Autobiographie de Jeanne des Anges (1644) : histoire d’une (...)
  • 11 Voir A. Dubois-Nayt, art. cit., F. McIntosh-Varjabédian, art. cit., et N. Zimpfer, art. cit.

1Cette livraison d’Études Épistemè, « Les femmes témoins de l’histoire », poursuit l’enquête entamée dans le numéro 17 sur les femmes et l’écriture de l’histoire1. Au fil des contributions, il apparaissait alors que, contrairement aux idées reçues, les femmes de l’époque moderne, que ce soit en France ou en Angleterre, pouvaient s’intéresser à la vie publique, voire recourir aux mêmes méthodes historiographiques que leurs homologues masculins. Leur décision d’écrire l’histoire n’était pas d’abord professionnelle : si elles prirent la plume ce n’était pas tant pour devenir historiennes que pour témoigner d’événements qu’elles jugeaient essentiels. C’est ce qu’ont mis en évidence les études sur Anne Dowriche, Marguerite de Valois, Margaret Cavendish, Lucy Hutchinson et Mary Wollstonecraft, dont les témoignages, examinés précédemment, ont un intérêt historiographique incontestable2 : en rapportant des événements auxquels elles assistèrent – voire auxquels elles participèrent – ces femmes certifient que ce qu’elles ont vu est vrai, au point que leur témoignage prend parfois une signification quasi religieuse – le témoin étant aussi celui qui « affirme une croyance ou atteste une vérité, une valeur morale, par ses déclarations, ses actes ou même son existence »3. En outre, l’importance accordée à la vérité dans ces témoignages s’inscrit parfaitement dans la vision cicéronienne de l’histoire, comme « témoin des temps, lumière de la vérité », une formule très souvent reprise par les historiens de l’époque moderne4. Les auteurs, dont les écrits sont étudiés dans le numéro 19 d’Études Épistémè, ne font pas exception à la règle : toutes, dans des genres très variés, clament leur sincérité et cherchent à mettre au jour la vérité d’événements dont elles ont été les témoins5. À cette fin, Lady Margaret Hoby (c.1571-1633), Lady Ann Clifford (1590-1676), et la Grande Mademoiselle (1627-1693) ont recours aux Mémoires6, la duchesse de Longueville (1619-1679) et Mary Wollstonecraft à la controverse politique7, Anne-Marguerite Dunoyer (1663-1719) à la presse périodique8, Lady Arbella Stuart (1575-1615), la duchesse de Chevreuse (1600-1679), Madame de Motteville (1615-1689), et la Grande Mademoiselle à la correspondance9, Jeanne des Anges à l’autobiographie spirituelle10, Elizabeth Southwell (c.1586-1631), Catherine Macaulay à la narration historique11.

  • 12 Voir R. MacGillivray, Restoration Historians and the English Civil War, The Hague, Martinus Nijhoff (...)
  • 13 « the most informative histories to posterity, and such as are most highly prized by the judicious, (...)
  • 14 M. Brétéché, art. cit., p. 10.
  • 15 Francis Bacon, The tvvoo bookes of Francis Bacon. Of the proficience and aduancement of learning, d (...)
  • 16 Ibid., p. 10 : « MEMORIALLS, PARFITE HISTORIES, and ANTIQUITIES ».
  • 17 Ibid., p. 10 : « HISTORY which may be called IVST and PARFITE Historie, is of therre kinds, accordi (...)
  • 18 Ibid. p. 10 : « the first, or rough draughts of Historie ». La traduction française citée ici est t (...)
  • 19 A. Gimaret, art. cit., p. 26.

2Ces écrits se présentent toujours comme des récits de première main et peuvent, par conséquent, être considérés comme des sources fiables12. Pour l’historien de l’Église, Thomas Fuller (1608-1661), « les histoires les plus instructives sont celles qui furent écrites par les témoins oculaires, comme Thucydide, qui rapporte la guerre du Péloponnèse »13. Anne-Marguerite Dunoyer l’a bien compris dans la mesure où ses récits d’actualité émanent toujours d’une figure de témoins, « celle qui voit, qui entend, qui questionne »14 : la Provinciale des Lettres historiques et galantes (1697-1715), vraisemblablement un double de l’auteur, fait ainsi le récit du congrès d’Utrecht où elle s’est rendue ; c’est sa présence lors de cet événement qui donne au récit sa portée historique. De la même façon, les témoignages examinés ici, parce qu’ils se présentent comme des récits authentiques, trouvent leur place dans les typologies de la science historique, dont les contours deviennent plus nets au début de la période moderne. Si l’on se réfère, par exemple, à la classification de Francis Bacon, l’histoire se divise en quatre branches, l’histoire naturelle, l’histoire civile, l’histoire ecclésiastique et l’histoire littéraire15. Au sein de l’histoire civile – qui nous intéresse ici – on trouve trois ramifications16 : les mémoires, les Antiquités et l’ « histoire parfaite », cette dernière étant de « trois espèces » : les chroniques, les vies et les relations17. Certains témoignages étudiés ici relèvent de la catégorie des « mémoires », au sens de « premiers et grossiers linéaments d’une histoire »18, le récit de possession de Jeanne des Anges pouvant être décrit comme une « matière brute que l’historien devra par la suite mettre en forme »19. D’autres sont des « relations » plus abouties qui représentent quelque partie du temps – la Révolution française vue par Mary Wollstonecraft – ou qui se concentrent sur un personnage digne de mémoire – la mort d’Elisabeth Ire traitée par Elizabeth Southwell.

  • 20 F. Bacon, op. cit. p. 10 : « the inward resorts thereof » p. 11.
  • 21 Ibid., p. 10 : « actions both greater and smaller, publique & priuate haue a commixture ».

3En outre, ces témoignages féminins possèdent les mêmes finalités pragmatiques et morales que l’histoire à l’époque moderne : Arbella Stuart souhaite informer et divertir, Anne Clifford, promouvoir et transmettre, Elisabeth Southwell, instruire et informer, Margaret Hoby, rendre compte et honorer Dieu, Jeanne des Anges, édifier, les Frondeuses, instruire, Mary Wollstonecraft et Catherine Macaulay convaincre. Ces écrits sont cependant singuliers, en raison du point de vue subjectif qu’ils adoptent : moins pompeux et moins panoramiques que les chroniques de la Renaissance, ils délaissent souvent les hauts faits. Exprimant un point de vue individuel, ils sont souvent plus perspicaces et plus critiques, puisque leurs auteures ont souvent eu accès aux « textures les plus délicates »20 des événements et des personnages historiques. Enfin, parce qu’ils relatent des actions « tant légères que graves, tant petites que grandes, tant privées que publiques », ils concernent à la fois l’histoire particulière et l’histoire générale21. Dunoyer traite aussi bien du Congrès d’Utrecht que d’anecdotes qui circulent à la cour ; Arbella Stuart préfère les bagatelles aux grandes nouvelles mais s’intéresse néanmoins à ce qui se passe à la cour ; enfin, les préoccupations familiales d’Anne Clifford sont indissociables des faveurs distribuées par le roi et la reine.

  • 22 Voir Christian Jouhaud, Dinah Ribard, et Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage. Écrir (...)
  • 23 Ibid., p. 12 : cette définition, courante chez les historiens, n’est pas retenue par les auteurs qu (...)

4Pendant longtemps, ce mélange de petites et de grandes affaires, typique des témoignages féminins, n’a pas été considéré comme digne d’intérêt par l’historien. À présent, il existe un regain de curiosité pour « ces traces écrites »22, mais le « genre » du témoignage est parfois restreint, à tort, nous semble-t-il, à des textes écrits par des « individus ordinaires sinon des humbles, au plus loin en tout cas du monde des professionnels des lettres, et que l’on ne considère jamais comme des auteurs »23. Il nous semble au contraire que ce terme de « témoignage » a le mérite d’englober aussi bien les écrits d’historiens majeurs et reconnus comme tels (Mary Wollstonecraft et Catherine Macaulay), de journalistes professionnels (Anne-Marguerite Dunoyer), de mémorialistes (la Grande Mademoiselle, Anne Clifford), de pamphlétaires (la duchesse de Longueville), que d’auteurs méconnus comme Elizabeth Southwell et Arbella Stuart. De surcroît, au croisement de l’histoire générale et de l’histoire particulière, le témoignage historique révèle le désir constant de rapporter la vérité des faits et de l’expérience – une obsession que nos auteures partagent avec nombre d’historiens. Chez les protestantes Anne Clifford et Margaret Hoby, c’est le souffle divin, la providence, qui fait marcher l’histoire. Pour la catholique Elizabeth Southwell, il s’agit de se battre pour Rome en s’attaquant à l’histoire officielle de l’Angleterre diffusée par Robert Cecil. Les Frondeuses poursuivent leur combat politique au travers de leur récit historique, tandis que, chez Mary Wollstonecraft et dans les récits féminins de la mort d’Elisabeth, on retrouve une vision binaire de l’histoire eschatologique à travers la confrontation des forces du bien et du mal, incarnées respectivement par les républicains et les royalistes. La figure la plus singulière parmi ces témoins est Jeanne des Anges, qui assume la possibilité de transmettre un savoir reposant sur l’expérience, un savoir qu’elle juge supérieur à celui des historiens et des théologiens.

  • 24 Cette distinction apparaît dans Of The Advancement and Proficiencie of Learning, II, X, London, 167 (...)

5Ces récits, qui cherchent à mettre au jour la vérité des faits ou de l’expérience, prennent des formes variées ; pour reprendre à nouveau la terminologie de Bacon, on penche tantôt vers « l’histoire pure » (simple history), qui se contente de livrer les faits, tantôt vers « l’histoire mixte » (mixt history ), qui propose une lecture commentée des événements24. Alors que la puritaine Margaret Hoby se contente de répertorier des faits dans son journal, d’autres, comme les Frondeuses, mais aussi Catherine Macaulay et Mary Wollstonecraft intègrent les événements à leur analyse politique de l’histoire. À ces deux sortes de témoignages, il faut ajouter ceux qui ne comportent aucun commentaire extradiégétique, mais qui orientent le sens du récit au niveau intradiégétique, comme, par exemple, celui d’Elizabeth Southwell. On voit dans cette typologie combien sont rares les exemples d’histoire « pure » : même les journaux (comme celui de Hoby) résultent toujours d’un choix de la part de leurs auteurs, et force est de constater que le désir de rapporter uniquement des faits bruts demeure illusoire. Ainsi, malgré leur prétention à l’objectivité et à la vérité, toutes ces histoires sont partiales et engagées – sur ce point aussi, elles ne se distinguent guère de celles écrites par les hommes.

  • 25 F. McIntosh-Varjabédian, art. cit., p. 91.
  • 26 S. Vergnes, art. cit., p. 51.

6On constate, en outre, que la plupart des textes examinés ici prennent le contre-pied d’un récit antérieur, le plus souvent masculin, comme si c’était « par l’opposition polémique que se construis[ait] l’autorité de l’historienne »25. Southwell donne une version alternative de la mort d’Élisabeth I, encore contestée par les historiens actuels, qui se méfient d’un récit publié grâce au soutien du jésuite Robert Parsons. Arbella Stuart et Anne Clifford critiquent le nouveau règne de Jacques Ier et sa cour dissolue et dispendieuse. La Grande Mademoiselle (Anne-Marie Louise de Montpensier) propose « une contre-histoire, partisane et assumée comme telle, dans laquelle elle revendique à la fois la légitimité de son action passée et celle du regard féminin porté sur elle »26. Mary Wollstonecraft s’attaque à la version tory de la révolution française, notamment à la lecture de Burke. Plus modeste dans ses ambitions, Jeanne des Anges ne prétend que compléter le récit du Père Surin, mais l’enjeu de sa prise de plume est bien de reprendre possession de la voix dont elle a été privée successivement par le diable puis par les historiens de la possession. Arbella Stuart, que son statut de prisonnière de la couronne a privé d’une existence publique, cherche également, par le biais de sa correspondance, à retrouver la parole. Quant au récit d’Anne Clifford, il ne se comprend qu’au travers de son combat pour inscrire sa propre place dans l’histoire de sa famille alors que l’ordre masculin tentait de la faire disparaître en l’excluant de la succession de son père.

  • 27 Ibid., p. 50.

7Un tel scepticisme à l’égard de la lecture masculine de l’histoire invite à se demander si les témoignages dont il sera ici question défendent un rôle particulier des femmes dans l’histoire. Il arrive que leurs auteurs aient pour objectif de réintroduire leurs contemporaines dans le récit historique au moment même où celui-ci a tendance à les occulter. C’est le cas, en particulier, des femmes pendant la Fronde, « rayées de l’histoire » par l’historiographie royale27, et de Jeanne des Anges qui clame la légitimité de son expérience spirituelle. Cependant, les historiennes se montrent parfois très sévères à l’égard leurs congénères, et ce désir de visibilité ne va pas de pair avec un programme de réhabilitation du sexe féminin. La grande Mademoiselle livre un portrait sans concession de Marie d’Orléans et critique sa belle-mère la duchesse de Longueville. Mary Wollstonecraft et Catherine Macaulay, qui s’approprient le discours anti-monarchiste et anti-absolutiste, n’exaltent pas le rôle politique des femmes dans la Révolution Française, mais reprennent au contraire le poncif misogyne du pouvoir royal efféminé et tyrannique. La première attribue des attributs féminins à son opposant Burke pour le décrédibiliser auprès de son lectorat ; quant à Macaulay, elle s’en prend aux catholiques irlandaises. Cette attitude ambiguë par rapport aux femmes transparaît également dans la revendication d’un statut d’exception (la Grande Mademoiselle, Arbella Stuart, Anne Clifford, Jeanne des Anges, Catherine Macaulay), voire dans l’adoption d’une voix masculine (Mary Wollstonecraft tente de se viriliser pour se rendre crédible). À l’instar des « femmes fortes » du Grand Siècle, certaines historiennes s’estiment d’autant plus remarquables que leur faiblesse naturelle est censée leur interdire d’accéder aux sphères de l’esprit, mais elles n’avancent nullement la cause de tout le sexe ; leur écriture engagée s’en prend souvent au discours des hommes, mais ne conteste pas la hiérarchie sociale des sexes.

  • 28 On rejoint ici la perspective de l’ouvrage de C. Jouhaud et alii, op. cit., p. 15 : « Au contraire, (...)

8Ainsi, si les femmes « témoins de l’histoire », évoquées dans ce numéro d’Études Épistémè, n’écrivent pas d’abord pour défendre leur sexe, elles n’en participent pas moins à l’élaboration d’une histoire complexe, dans laquelle le particulier se mêle au général, l’expérience à l’analyse intellectuelle et rationnelle, les femmes aux hommes. À condition de ne pas les considérer comme de simples illustrations, leurs témoignages, souvent en marge de l’histoire officielle, enrichissent la compréhension du passé et rendent possible l’écriture d’une histoire mixte, dont beaucoup de pages restent encore à rédiger28.

Haut de page

Notes

1 Les articles réunis dans le numéro 18 d’Études Épistémè sont issus d’un colloque international (« Les femmes témoins de l’histoire dans les îles britanniques et en France [16e-18e siècles] ») qui a eu lieu à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 les 14 et 15 mai 2010).

2 Sur cette idée des femmes comme témoins de l’histoire, voir, en particulier, Éliane Viennot, « Marguerite de Valois et l’écriture de histoire, 1574-1614 » ; Armel Dubois-Nayt, « Anne Dowriche et l’histoire de France ou … d’Angleterre ? » ; Sandrine Parageau, « Catching ‘the Genius of the Age’ : Margaret Cavendish, Historian and Witness » ; Claire Gheeraert-Graffeuille, « L’atelier de l’historienne : ‘The Life of John Hutchinson’ de Lucy Hutchinson » ; Devoney Looser, « Catharine Macaulay : The ‘Female Historian’ in Context », Études Épistémé, 17 (2010).

3 Cf. Grand Robert.

4 « Historia vero testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae nuntia vetustatis » (Cicéron, De Oratore II, 9). « Et l’histoire, ce témoins des temps, cette lumière de la vérité, cette mémoire vivante qui nous instruit à vivre, cette interprète des temps anciens » (Dialogues de l’orateur, Paris, C. L. F. Panckouke, 1830, II, 9, p. 259).

5 Voir Daniel R. Woolf, « From Hystories to the Historical : Five Transitions in Thinking about the Past, 1500-1700 », The Huntington Library Quarterly, 69.1-2, 2005, p. 62 : « There is not doubt, however, that by the middle of the seventeenth century those who were drawn to the study of the past were beginning to settle on the following points : that there was a variety of literary forms through which the past could be represented ; that not all of these were actually « histories » according to the strict classical definition of the scope and language that were to be found in works so called » .

6 Voir ci-dessous, A. Dubois-Nayt, « 1603 through the Eyes of Women Historians », p. 1-21, et Sophie Vergnes, « Des discours de la discorde : les femmes, la Fronde et l’écriture de l’histoire », p. 50-65.

7 Voir ci-dessous, S. Vergnes, art. cit., Fiona McIntosh-Varjabédian, « Macaulay et Wollstonecraft : écriture féminine de l’histoire ou remise en question républicaine de la société patriarcale ? », p. 86-96 ; Nathalie Zimpfer, « Sense and Sensibility : Mary Wollstonecraft as Active Witness to History », p. 97-112.

8 Voir ci-dessous, Marion Brétéché, « Faire profession de témoignage : les pratiques d’écriture d’Anne-Marguerite Dunoyer (1707-1719) », p. 66-85.

9 Voir ci-dessous, A. Dubois-Nayt, art. cit. et S. Vergnes, art. cit.

10 Voir ci-dessous, Antoinette Gimaret, « L’Autobiographie de Jeanne des Anges (1644) : histoire d’une âme ou réécriture d’une affaire de possession », p. 22-49.

11 Voir A. Dubois-Nayt, art. cit., F. McIntosh-Varjabédian, art. cit., et N. Zimpfer, art. cit.

12 Voir R. MacGillivray, Restoration Historians and the English Civil War, The Hague, Martinus Nijhoff, 1974, p. 11-12.

13 « the most informative histories to posterity, and such as are most highly prized by the judicious, are such as were written by the eye-witnesses thereof, as Thucydides, the reporter of the Peloponnesian War » (Thomas Fuller, Church of History of Britain, 1842, III, p. 160).

14 M. Brétéché, art. cit., p. 10.

15 Francis Bacon, The tvvoo bookes of Francis Bacon. Of the proficience and aduancement of learning, diuine and humane, London, 1605, 2nd book, p. 7.

16 Ibid., p. 10 : « MEMORIALLS, PARFITE HISTORIES, and ANTIQUITIES ».

17 Ibid., p. 10 : « HISTORY which may be called IVST and PARFITE Historie, is of therre kinds, according to the object which it propoundeth, or pretendeth to represent : for it either representeth a TIME, or a PERSON, or an ACTION. The first we call CHRONICLES, the second LIVES, and the third NARRATIONS, or RELATIONS. Of these although the first bee the most compleate and asbolute kinde of Historie, and hath more estimation and glory : yet the second excelleth it in profit and use, and the third in veritie & sinceritie ».

18 Ibid. p. 10 : « the first, or rough draughts of Historie ». La traduction française citée ici est tirée de F. Bacon, Dignité et accroissement des sciences in Œuvres de Bacon¸ trad. M.-F. Riaux, Paris, 1852, p. 168. Les autres traductions sont tirées de cette édition.

19 A. Gimaret, art. cit., p. 26.

20 F. Bacon, op. cit. p. 10 : « the inward resorts thereof » p. 11.

21 Ibid., p. 10 : « actions both greater and smaller, publique & priuate haue a commixture ».

22 Voir Christian Jouhaud, Dinah Ribard, et Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage. Écrire les malheurs du temps, coll. « Folio Histoire », Paris, Gallimard, 2009, p. 11.

23 Ibid., p. 12 : cette définition, courante chez les historiens, n’est pas retenue par les auteurs qui traitent aussi bien des Mémoires du cardinal de Retz que de témoignages beaucoup plus anonymes.

24 Cette distinction apparaît dans Of The Advancement and Proficiencie of Learning, II, X, London, 1674, p. 64 (la première traduction anglaise de De augmentis scientiarum, 1623). Elle est moins nette dans The Advancement of Learning cité plus haut.

25 F. McIntosh-Varjabédian, art. cit., p. 91.

26 S. Vergnes, art. cit., p. 51.

27 Ibid., p. 50.

28 On rejoint ici la perspective de l’ouvrage de C. Jouhaud et alii, op. cit., p. 15 : « Au contraire, vouloir restituer la puissance du témoignage des écrits du passé suppose de considérer ceux qui les ont produits à la fois comme les témoins de ce qu’ils rapportent et comme les témoins de leur pratique d’écriture, qu’il faut prendre en considération comme une médiation pleinement historique entre la réalité passée et ses représentations. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armel Dubois-Nayt et Claire Gheeraert-Graffeuille, « Avant-propos », Études Épistémè [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://episteme.revues.org/623

Haut de page

Auteurs

Armel Dubois-Nayt

Articles du même auteur

Claire Gheeraert-Graffeuille

Articles du même auteur

Haut de page
  • Revues.org