Navigation – Plan du site
Varia

Promenades désenchantées en « mer Dangereuse » : Madeleine de Scudéry, Sapho et Erinne aux prises avec le monde

Disenchanted Wanderings Across "The Dangerous Sea": Madeleine de Scudéry, Sapho and Erinna Meet the World
Anne Debrosse

Résumés

Scudéry revendique un lien particulier avec Sapho. Cependant, d’autres poétesses grecques apparaissent également dans son œuvre. Ces modèles antiques, à travers leur pluralité, servent de point d’ancrage pour le développement d’une pensée forte et cohérente sur l’écriture et sur le style préconisé, notamment pour les femmes. Toutefois, ils subissent un affadissement sensible en passant des Femmes illustres ou les Harangues héroïques (1642) à « L’Histoire de Sapho » (1649-1653, dans l’Artamène ou le Grand Cyrus) puis à la Clélie (1654-1660). Cet affadissement fonctionne comme un symptôme du désenchantement grandissant de Scudéry, bien qu’elle ne renonce pas à une mise en valeur du rôle que les femmes doivent jouer dans le domaine littéraire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La graphie « Sapho » (Sappho), comme cela apparaît chez Scudéry, s’impose. Il en ira de même pour E (...)
  • 2 Pour reprendre l’expression de B. Ledwige, in Sapho, la première voix de femme, Paris, Mercure de F (...)
  • 3 Ce phénomène est connu. Voir les références qui émaillent cet article. Nous nous permettons égaleme (...)
  • 4 Selon la caractérisation formulée par Claude Maignien, « galerie de tableaux de femmes de l’Antiqui (...)
  • 5 Partie 10, livre 2. Sapho apparaît de façon plus secondaire également au livre 3 de la partie 10, d (...)
  • 6 Clélie, une histoire romaine, Paris, Augustin Courbé, 1660 [1654-1660], quatrième partie du livre I (...)

1La Sapho1 historique, la « première voix de femme »2, apparaît à plusieurs reprises dans les œuvres de Madeleine de Scudéry3. Ainsi, Sapho est la protagoniste de la vingtième et dernière des Harangues Héroïques4 (1642), et d’une histoire insérée, l’« Histoire de Sapho », dans Artamène ou le Grand Cyrus5 (1649-1653). De plus, son nom et sa destinée sont évoqués dans l’« Histoire d’Hésiode »6, incorporée dans la Clélie (1654-1660). Madeleine de Scudéry, alias « l’illustre Sapho », n’innove pas ce faisant, en tout cas jusqu’à un certain point. En effet, les jeux réflexifs où la Moderne se définit au miroir d’une Antique estompée étaient déjà galvaudés en 1642. Mais la Sapho scudérienne, loin d’être un simple faire-valoir, respire une autorité et un prestige qui l’érigent en l’une des figures fondamentales des œuvres de Scudéry.

  • 7 Voir Danielle Haase-Dubosc (« Intellectuelles, femmes d’esprit et femmes savantes au XVIIe siècle » (...)
  • 8 Poétesse grecque du IIIe siècle avant Jésus-Christ. À cause de la notice de la Souda sur Erinne (vo (...)
  • 9 Philostrate rapporte qu’elle aurait imité la Lesbienne dans Vie d’Apollonius, I 30. Damophile n’est (...)
  • 10 Selon Linda Timmermans, dans L’Accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993, ch (...)

2Les deux premiers textes – la vingtième Harangue et l’« Histoire de Sapho » – présentent en effet un relief particulier : ils sont placés à la fin des œuvres et leur portée polémique et sociale est très forte7. Sapho y est un véritable personnage de fiction, ce qui lui apporte une profondeur inédite : devenue protagoniste et partie prenante des débats contemporains de Scudéry, elle édicte et incarne la règle de vie sociale et les exigences littéraires auxquelles aspire Madeleine de Scudéry, ce qui n’avait jamais été si clairement le cas auparavant. Par ailleurs, cette règle et ces exigences, plus encore que par l’évocation de la seule Sapho devenue persona de Scudéry, s’éclairent grâce au réseau de relations tissé entre les poétesses antiques qui peuplent les deux textes : Sapho est toujours accompagnée d’« Erinne »8. Dans le cas d’Artamène s’ajoute Damophile, autre poétesse grecque9. L’usage de plusieurs noms de poétesses antiques n’est pas inédit, mais il est suffisamment important chez Scudéry pour être singulier. En fait, Scudéry, qui devint l’initiatrice, l’incarnation et le modèle de la « femme auteur »10, vivant de l’écriture, propose dans ces deux textes une définition palpable et actualisée du style et de la place désirés pour la femme écrivain professionnelle, à l’époque où cette dernière apparaît durablement, par l’usage de confrontations binaires de poétesses grecques, au sein d’une relecture très personnelle de l’Antiquité.

  • 11 Voir son article, « Lettres de Sapho, lettres de Madeleine ? Les lettres dans la Clélie et la corre (...)
  • 12 Poétesse béotienne du VIe-Ve siècles avant Jésus-Christ. Selon d’autres hypothèses, elle daterait d (...)
  • 13 Sans dates (une génération avant Orphée ?), existence douteuse. Elle aurait vécu à Delphes, aurait (...)

3L’« Histoire d’Hésiode », en revanche, se distingue très nettement de ces antécédents. Ce phénomène est à relier, à mon avis, à l’observation de Myriam Maître, qui souligne qu’après son retour à Paris dans les années 1650, Scudéry change de stratégie : elle est moins encline à exprimer des revendications, car elle se résigne à vivre dans un monde rongé par les faux-semblants et hostile aux Précieuses11. Dans son œuvre, le statut des poétesses grecques, symboles de l’écriture féminine, s’adapte à ce tournant : Sapho, Corinne12 et Phémonoé13 s’insèrent dans un texte dont aucune n’est le héros ; elles sont simplement citées. Elles ne sont pas des personnages de fiction ; un seul petit paragraphe est consacré à chacune d’entre elles. Elles s’intègrent dans une liste de poètes célèbres destinée à retracer l’histoire de la poésie. Certes, elles servent de jalons dans l’histoire littéraire, ce qui n’est pas sans signification, mais leur contexte d’apparition est beaucoup moins polémique que dans les deux textes précédents, marqués par la Querelle des Femmes ou, en tout cas, par des prises de position fortes. Le changement de perspective est flagrant : l’affadissement des modèles antiques, qui servent pourtant de point d’ancrage pour le développement d’une pensée forte et cohérente sur l’écriture, sur le style préconisé à travers ces modèles, fonctionne comme un symptôme du désenchantement grandissant de Scudéry.

Pourquoi les poétesses ? Roman, poésie et femmes

4La plupart des autrices qui ont précédé Scudéry et qui se sont placées sous le patronage de Sapho étaient des poétesses. Scudéry est avant tout une romancière. Elle fait appel à des ressorts issus du roman grec plutôt qu’à des schémas issus de la poésie antique. Dans ces conditions, pourquoi prend-elle Sapho pour modèle, avec une insistance telle qu’il ne peut s’agir d’une simple caution élégante ? Certes, un certain nombre de raisons expliquent que les autrices soient reliées à Sapho, par elles-mêmes ou par leurs laudateurs, en-dehors de toute référence à la poésie saphique elle-même : Sapho est la première autrice historique, elle est célébrissime, louée par Platon... Elle cristallise tous les espoirs de postérité des autrices en étant l’exemple de réussite par excellence. Cependant, la raison est autre, chez Scudéry : elle est d’ordre esthétique autant que symbolique. L’assimilation ne serait pas aussi complète autrement, l’emploi de la figure de Sapho chez Scudéry ne serait pas si ostensiblement exceptionnel. En fait, le roman scudérien se définit par rapport à un modèle poétique non pas par défaut – parce qu’il n’y aurait pas d’autre référent historique féminin aussi efficace que Sapho – mais par choix.

5Sapho est la grande poétesse de l’amour. Or, le roman est fils de l’amour et des vers, comme le soulignent aussi bien Scudéry que ses détracteurs, Boileau par exemple :

  • 14 Dans Dialogue des héros de roman, dans Œuvres complètes, Gallimard, coll. La Pléiade 1966 [1ère éd. (...)

voicy en peu de mots l’origine [du roman]. Honoré d’Urfé, Homme de fort grande qualité dans le Lyonnois, et tres enclin à l’amour, voulant faire valoir un grand nombre de ses Vers qu’il avoit composez pour ses Maistresses, et rassembler en un corps plusieurs avantures amoureuses qui luy estoient arrivées, s’avisa d’une invention tres agreable14.

Boileau a cette « invention » en horreur : il considère que le roman présente des héros trop féminins, comme émasculés par l’amour :

  • 15 Ibid.

Au lieu de représenter, comme elle [Scudéry] devoit, dans la personne de Cyrus, un Roy promis par les Prophètes, tel qu’il est exprimé dans la Bible, ou comme le peint Hérodote, le plus grand Conquérant que l’on eust encore veû, ou enfin tel qu’il est figuré dans Xénophon, qui a fait aussy bien qu’elle un Roman de la vie de ce Prince ; au lieu, dis-je, d’en faire un modelle de toute perfection, elle en composa un Artamène, plus fou que tous les Céladons et tous les Sylvandres, qui n’est occupé que du seul soin de sa Mandane, qui ne sçait du matin au soir que lamenter, gémir, et filer le parfait Amour15.

Pour Boileau, le héros de l’Antiquité est un conquérant viril et choisi par Dieu : il ne peut s’abaisser aux petitesses de l’amour et doit être célébré dans un style grave, qu’il soit historique (Hérodote) ou prophétique (Bible), en tout cas adéquat à sa grandeur épique.

  • 16 Voir les célèbres premiers vers des Amores.
  • 17 Clélie, op. cit., p. 798.

6Scudéry, en revanche, donne justement la parole et le premier rôle à une autrice chantre de l’amour, dont Ovide fut l’émule – lui qui abandonna le genre sublime prisé par Boileau au profit de l’élégie amoureuse, lui donnant ainsi ses lettres de noblesse : que fait-il d’autre que « lamenter, gémir »16 ? De fait, l’amour que dédaigne Boileau, car il le considère comme indigne d’intérêt dans la vie d’un Alexandre ou d’un Cyrus, occupe le premier plan chez Scudéry. L’« Histoire d’Hésiode » émet l’idée qu’il est à la base de la création littéraire. En effet, la scène s’ouvre sur l’imminence de la fête des Amours, « qu’on y celebre de cinq ans en cinq ans, aussi solemnellement que celle des Muses. Pour faire entendre que comme l’amour ne sçauroit se passer des Muses, les Muses ne sçauroient se passer de l’Amour »17.

7Les origines amoureuses et rimées du roman s’incarnent de façon privilégiée dans Sapho ; Scudéry rapproche hardiment roman – en tant qu’œuvre en prose – et poésie amoureuse en en faisant une habile versificatrice et une fine prosatrice à la fois, ce qui n’est absolument pas avéré – Scudéry le savait pertinemment :

  • 18 Artamène ou le Grand Cyrus, op. cit., p. 333 de l’éd. de 1656.

Premierement elle est née avec une inclination à faire, des Vers, qu’elle a si heureusement cultivée, qu’elle en fait mieux que qui que ce soit : et elle a mesme inventé des mesures particulieres pour en faire, qu’Hesiode et Homere ne connoissoient pas : et qui ont une telle aprobation, que cette sorte de Vers, portent le nom de celle qui les a inventez, et sont appeliez Saphiques. Elle escrit aussi tout à fait bien en Prose ; et il y a un carractere si amoureux dans tous les Ouvrages de cette admirable Fille, qu’elle esmeut, et qu’elle attendrit le coeur de tous ceux qui lisent ce qu’elle escrit. En effet je luy ay veû faire un jour une Chanson d’improviste, qui estoit mille fois plus touchante, que la plus plaintive Elegie ne le sçauroit estre : et il y a un certain tour amoureux à tout ce qui part de son esprit, que nulle autre qu’elle ne sçauroit avoir. Elle exprime mesme si delicatement les sentimens les plus difficiles à exprimer ; et elle sçait si bien faire l’anatomie d’un coeur amoureux, s’il est permis de parler ainsi, qu’elle en sçait descrire exactement toutes les jalousies ; toutes les inquietudes ; toutes les impatiences ; toutes les joyes ; tous les dégousts ; tous les murmures ; tous les desespoirs ; toutes les esperances ; toutes les revoltes ; et tous ces sentimens tumultueux, qui ne sont jamais bien connus que de ceux qui les sentent, ou qui les ont sentis. Au reste, l’admirable Sapho ne connoist pas seulement tout ce qui dépend de l’amour : car elle ne connoist pas moins bien, tout ce qui appartient à la generosité18.

8Le dénominateur commun de la prose et de la poésie saphique est l’amour avant tout. Le recours constant à Sapho indique un net penchant pour la poésie lyrique amoureuse passée par le crible de l’élégie ovidienne.

  • 19 De multiples exemples sont lisibles dans l’Artamène. Par exemple, « en matière d’amour innocente, à (...)
  • 20 Ce qui n’est pas le trait le plus original de son entreprise : Louise Labé et ses laudateurs avaien (...)

9Pourquoi l’amour ? Il est si important non pas parce qu’il serait passionnant à décrire ou parce qu’il serait un sujet particulièrement apprécié par les femmes, contrairement à ce que prétend Boileau : il permet en réalité une redéfinition totale et pacifique des rôles sexués dans la société car il aplanit les différences sexuelles19. Le rôle de l’amour et de sa porte-parole, Sapho, est donc éminemment polémique, d’où la virulence de la réaction de Boileau, qui ne se serait pas formalisé d’un simple affadissement des légendes antiques. Si Scudéry met Sapho en avant, c’est pour en tirer une justification de l’écriture amoureuse, de l’accès des femmes à l’écriture20 et d’une redéfinition des prérogatives de chacun des deux sexes.

  • 21 Laurence Plazenet, L’ébahissement et la délectation. Réception comparée et poétiques du roman grec (...)
  • 22 Référence donnée par Marie-Claire Chatelain, « L’Héroïde chez Mademoiselle de Scudéry », in Madelei (...)
  • 23 Ces questions passionnantes ont fait l’objet d’un colloque, « Roman grec et poésie », organisé par (...)
  • 24 Menagiana, II, 9-10, cité par Pierre Chambefort dans « Ménage et la poétique des genres : pour une (...)

10Cependant, la « generosite » n’est jamais très éloignée de l’amour dans les romans scudériens. En fait, Scudéry met en lumière des liens entre le roman et l’épique (ce qui était une provocation à l’égard des conceptions de Boileau). Les racines de ce rapprochement sont à trouver dans les romans grecs, dont la vogue naît au XVIe siècle et s’amplifie au XVIIe siècle : la forte coloration épique de ces ouvrages déteint sur les romans français du XVIIe siècle puisque, selon Laurence Plazenet21, on en tire une justification du genre romanesque, bien sûr, mais aussi une esthétique. Lorsque Gilles Ménage loue Scudéry, dans ses Menagiana, il classe son œuvre dans l’épopée et la hausse au rang d’Homère et de Virgile22. Chose intéressante, il compare ainsi Scudéry à des prédécesseurs qui sont des parangons de l’épopée, mais aussi des poètes. Je ne crois pas nécessaire de rappeler que le rapprochement entre prose et poésie s’opère dans les premiers siècles de notre ère23, que les romans en vers sont légion au Moyen Âge et jusqu’au XVIe siècle : les catégories se sont fixées tard ; un roman peut bien entendu être en vers, et les tonalités épiques ne s’incarnent pas uniquement dans le martèlement des vers. Pourtant, Ménage se réfère bien à Virgile et à Homère uniquement, non pas aux romanciers grecs. D’ailleurs, il précise qu’« il faut avoir bien peu de connaissance pour ne pas voir que le Cyrus et la Clélie sont dans le genre de [sic] Poème épique. [...] Ce qu’a fait Mademoiselle de Scudéry forme dans notre âme les grands sentiments de vertu que ces sortes de pièces doivent inspirer »24. Ménage suggère donc à plusieurs reprises un lien entre la poésie épique et le roman scudérien. Ce dernier se trouve ainsi à la croisée des chemins entre la poésie épique (au sens large) et la poésie amoureuse, car la poésie en général et le roman en particulier reposent sur ces deux piliers :

  • 25 C’est ainsi que, dans l’« Histoire d’Hésiode », Calliope définit la poésie pour Hésiode. Clélie, op (...)

la poésie, c’est le langage des Dieux, & que l’amour & la gloire l’ont mise en usage parmy les hommes. Que sans elle les Heros mourroient sans recompense, que leurs noms mourroient bien tost apres eux, que les Amants souspireroient sans plaisir & que l’art de se rendre immortel, en immortalisant les autres, seroit inconnu au monde25.

11Dans les textes de Scudéry et dans ceux de ses amis ou ennemis, le discours des origines emprunte ainsi à deux modèles poétiques concurrents perçus comme complémentaires – c’est justement ce qui déplaît à Boileau.

12Scudéry va plus loin : les femmes nourrissent des liens particuliers avec la poésie selon elle. Au début de l’« Histoire d’Hésiode », le protagoniste, tout jeune homme et pas encore poète, fatigué par une partie de chasse, s’assied au bord de la fontaine Hippocrène et s’assoupit. Fruit du contexte, il s’imagine entouré des Muses et, sous la houlette de Calliope, fait un rêve sur la poésie et les poètes. Calliope lui énumère la liste des grands poètes qui lui succéderont. La première figure qu’elle évoque est Phémonoé,

  • 26 Ibid., p. 802.

la premiere Prophetesse de ce Temple [Delphes], qui a inventé la plus belle maniere de vers, car par un privilege accordé aux femmes, on peut dire qu’elles ont plus de part à la Poësie que les hommes, puis que si elles ne font des vers, elles inspirent du moins le desir d’en faire26.

  • 27 Selon mes recherches, seul Jodelle entretient des liens avec Sapho comparable à ceux d’Ovide, d’une (...)

13Ainsi, une femme est l’ancre où vient s’arrimer toute la poésie, donc toute production littéraire. Scudéry fomente ainsi un coup d’État contre la République des Lettres, détenue par des hommes qui ont tendance à oublier leur dette (réelle ou fantasmée) envers les femmes. En effet, si Horace ou Ovide rendaient hommage à Sapho, une telle allégeance est rare dans la France des XVIe et XVIIe siècles, comme s’il était devenu plus délicat de revendiquer qu’on est redevable d’une autrice-modèle27.

14Quand on est une femme, néanmoins, il faut se conformer à des règles précises de comportement et d’écriture. L’« Histoire de Sapho » l’explicite à travers « l’opposition de ces deux Personnes » que sont Sapho, cette « admirable fille », et Damophile, « fort ennuyeuse ». Deux éléments opposent le plus Sapho et Damophile. Le premier, c’est la masse et la polyvalence des connaissances. Celle de Sapho est multiple et profonde, tandis que celle de Damophile est limitée et aride. Le deuxième, c’est l’ostentation de la connaissance : Sapho est humble et discrète, Damophile, véritable précieuse ridicule, s’entoure de savants, étalant une science qu’elle n’a que médiocre pourtant. Bien plus, elle est prête à échanger ses faveurs contre du savoir afin de briller davantage. Voici tout d’abord le portrait de Sapho :

  • 28 Artamène, op. cit. p. 359.

[Sapho] sçait enfin si parfaitement escrire, et parler de toutes choses, qu’il n’est rien qui ne tombe sous sa connoissance. Il ne faut pourtant pas s’imaginer que ce soit une science infuse : car Sapho a veû tout ce qui est digne de l’estre : et elle s’est donné la peine de s’instruire de tout ce qui est digne de curiosité. Elle sçait de plus, joüer de la Lire, et chanter : elle dance aussi de fort bonne grace : et elle a mesme voulu sçavoir faire tous les Ouvrages où les Femmes qui n’ont pas l’esprit aussi eslevé qu’elle, s’occupent quelquesfois pour se divertir. Mais ce qu’il y a d’admirable, c’est que cette Personne qui sçait tant de choses differentes, les sçait sans faire la sçavante : sans en avoir aucun orgueil ; et sans mespriser celles qui ne les sçavent pas. En effet sa conversation est si naturelle, si aisée, et si galante, qu’elle avoit les yeux attachez sur ces Vers, elle entendit et des hommes, et des femmes derriere elle, qui parloient de son esprit, de ses Vers, et de son sçavoir : la montrant à d’autres, et disant chacun ce qu’ils en pensoient selon leur fantaisie. En effet, les uns disoient qu’elle n’avoit pas la mine d’estre si sçavante : les autres au contraire, trouvoient qu’on voyoit bien à ses yeux qu’elle en sçavoit encore plus qu’on n’en disoit. Il y eut mesme un homme qui dit qu’il n’eust pas voulu que sa Femme en eust sçeu autant qu’elle : et il y eut une Femme qui souhaita d’en sçavoir seulement la moitié : si bien que chacun suivant son inclination, la loüa ou la blasma, pendant qu’elle faisoit semblant de lire bien attentivement28.

Voici ensuite le portrait de Damophile :

  • 29 Artamène, op. cit., p. 350.

Car imaginez vous Madame, qu’il y a une Femme à Mytilene [Damophile], qui ayant veû Sapho dans le commencement de sa vie, parce qu’elle estoit alors dans son voisinage, se mit en fantaisie de l’imiter : et elle creut en effet l’avoir si bien imitée, que changeant de Maison, elle pretendit estre la Sapho de son Quartier. Mais à vous dire la verité, elle l’imita si mal, que je ne crois pas qu’il y ait jamais rien eu de si opposé que ces deux Personnes. Je pense Madame, que vous vous souvenez bien que je vous ay dit qu’encore que Sapho sçache presques tout ce qu’on peut sçavoir, elle ne fait pourtant point la sçavante : et que sa conversation est naturelle, galante, et commode. Mais pour celle de cette Dame, qui s’apelle Damophile, il n’en est pas de mesme, quoy qu’elle ait pretendu imiter Sapho. Cependant pour vous la dépeindre, et pour vous faire voir l’oposition de ces deux Personnes ; il faut que je vous die que Damophile s’estant mis dans la teste d’imiter Sapho, n’entreprit pas de l’imiter en destail, mais seulement d’estre scavante comme elle : et croyant mesme avoir trouvé un grand secret pour aquerir encore plus de reputation qu’elle n’en avoit, elle fit tout ce que l’autre ne faisoit pas. Premierement elle avoit tousjours cinq ou six Maistres, dont le moins sçavant luy enseignoit je pense l’Astrologie : elle escrivoit continuellement à des hommes qui faisoient profession de science : elle ne pouvoit se resoudre à parler à des Gens qui ne sçeussent rien : on voyoit tousjours sur sa Table quinze ou vingt Livres, dont elle tenoit tousjours quelqu’un quand on arrivoit dans sa Chambre, et qu’elle y estoit seule : et je suis assuré qu’on pouvoit dire sans mensonge, qu’on voyoit plus de Livres dans son Cabinet, qu’elle n’en avoit leû : et qu’on en voyoit bien moins chez Sapho, qu’elle n’en lisoit. De plus, Damophile ne disoit que de grands mots, qu’elle prononçoit d’un ton grave, et imperieux ; quoy qu’elle ne dist que de petites choses : et Sapho au contraire ne se servoit que de paroles ordinaires, pour en dire d’admirables. Au reste, Damophile ne croyant pas que le sçavoir pûst compatir avec les affaires de sa Famille, ne se mesloit d’aucuns soins domestiques : mais pour Sapho elle se donnoit la peine de s’informer de tout ce qui estoit necessaire pour sçavoir commander à propos, jusques aux moindres choses. De plus, Damophile non seulement parle en stile de Livre, mais elle parle mesme tousjours de Livres : et ne fait non plus de difficulté de citer les Autheurs les plus inconnus, en une conversation ordinaire, que si elle enseignoit publiquement dans quelque Accademie celebre. Mais ce qu’il y a eu de plus rare en la vie de cette Personne, est qu’elle a esté soubçonnée d’avoir promis à un homme à qui sa beauté avoit donné quelques sentimens tendres, de l’escouter favorablement, quoy qu’il fust tres desagreable : à condition qu’il feroit des Vers qu’elle diroit qu’elle auroit faits, afin de ressembler mieux à Sapho : jugez apres cela si la passion de passer pour sçavante, peut faire faire de plus bizarres choses que celle là. Ce qui rend encore Damophile fort ennuyeuse, est qu’elle cherche mesme avec un soin estrange, à faire connoistre tout ce qu’elle sçait, ou tout ce qu’elle croit sçavoir, dés la premiere fois qu’on la voit : et il y a enfin tant de choses fâcheuses, incommodes, et desagreables en Damophile, qu’on peut assurer que comme il n’y a rien de plus aimable, ny de plus charmant qu’une Femme qui s’est donné la peine d’orner son esprit de mille agreables connoissances, quand elle en sçait bien user ; il n’y a rien aussi de si ridicule, ny de si ennuyeux, qu’une Femme sottement sçavante. Damophile estant donc telle que je vous la dépeins, estoit cause que ces sortes de Gens qui ne voyoient ny Sapho, ny ses Amies, s’imaginoient que nostre conversation estoit telle que celle de Damophile, qu’ils disoient avoir imité Sapho : de sorte qu’ils en disoient mille bizarres choses, dont nous nous divertissions quand on nous les racontoit : nous estimant bien heureux, de ce que l’opinion que ces sortes de Gens avoient de nostre societé, les empeschoit de nous importuner, et de la venir troubler par leur presence29.

  • 30 Linda Timmermans, in L’Accès des femmes, op. cit. p. 51.
  • 31 In « Sapho vs Damophile », sur www.artamene.org

15Scudéry ne fait pas preuve d’originalité en conspuant la femme savante : Linda Timmermans a bien montré que le personnage de la « femme sçavante », symbole d’une dignité nouvelle au XVIe siècle, devient au XVIIe siècle « une burlesque figure »30. Néanmoins, le contraste entre deux autrices antiques historiquement proches amplifie l’image et incarne de façon saisissante, « à travers l’idéalisation et la parodie », deux conceptions antagonistes du savoir féminin, ainsi que le souligne Barbara Selmeci31. Scudéry parvient à approfondir ses conceptions grâce à un jeu subtil sur les modèles antiques, qu’ils soient stylistiques ou incarnés par des personnalités historiques.

Sapho et Erinne, ou les destinées malheureuses de l’écriture féminine

16Radicalement opposé au couple formé par Sapho et Damophile, le deuxième couple de poétesses qui apparaissent dans Le Grand Cyrus, formé par Erinne et Sapho, illustre une amitié et une émulation plutôt qu’une confrontation. Scudéry introduit le personnage d’Erinne de façon particulière. Le narrateur présente les quatre amies les plus proches de Sapho, sa sœur Cydnon, Amithone, Erinne et Athys :

  • 32 Artamène, op. cit., p. 338-339.

17Amithone est une grande Femme de belle taille et de bonne mine : et qui sans estre admirablement belle, ne laisse pas d’attirer les regards, et de plaire infiniment. Son humeur est douce, et commode ; elle parle agreablement, et juste ; et sans avoir jamais rien apris, que par la conversation de Sapho, et par celle de tous les honnestes Gens qu’elle a veûs, elle entend assez finement les choses les plus difficiles à bien entendre : et ce grand esprit naturel que les Dieux luy ont donné, et que la seule société du monde a esclairé, luy fait parler de tout avec beaucoup de jugement. Pour Erinne, il n’en est pas de mesme : car elle a cultivé ce qu’elle a d’esprit fort soigneusement : si bien qu’encore quelle n’en ait pas naturellement un si grand qu’Amithone, l’Art a si bien supléé à la nature, que sa conversation est infiniment charmante. Son imagination ne va pas tousjours si loin que celle d’Amithone, mais elle marche encore plus seurement : elle fait mesme de fort agréables Vers : & si l’on vouloit croire la modestie de Sapho, on les mettroit au dessus des siens. Pour la belle Athys...32

18Amithone puis Athys et Cydnon sont décrites aussi bien intellectuellement que physiquement. En revanche, Erinne reste sans visage et sans que le lecteur sache quelle est son humeur. Seule sa qualité intellectuelle et poétique est mise en avant : elle se caractérise par son écriture ; elle est donc surtout une figure de l’autrice. À ce titre, elle est forcément à comparer à Sapho dans sa dimension auctoriale – elle a pour fonction d’aider le lecteur à affiner sa perception de Sapho.

  • 33 Elle dit en effet : « car enfin il faut que j’avouë [...] qu’encore que je sois ennemie declarée de (...)

19Scudéry évoque Erinne, alors que Sapho était jusqu’alors traditionnellement plutôt associée à Corinne : elle renouvelle ainsi une image déjà éculée en ce milieu de XVIIe siècle, en substituant un lien historique – on supposait alors qu’Erinne était l’élève de Sapho – au lien symbolique qui avait été tissé entre les deux poétesses les plus célèbres de l’Antiquité grecque. Scudéry met ainsi l’accent sur un rapport de filiation. Elle trouve dans la légende antique de Sapho l’Erinne dont elle a besoin pour créer une continuité du talent littéraire féminin se propageant à travers les siècles. Elle-même, Scudéry, se trouve au bout de cette lignée matrilinéaire et devient à son tour un modèle, nécessaire pour exhorter les femmes à investir le champ des Lettres et de la connaissance. Dans les Harangues héroïques tout comme dans l’Artamène, Sapho incite Erinne à écrire et, plus généralement, les femmes à se cultiver et à apprendre33. Là encore, Scudéry ne fait pas œuvre nouvelle : Louise Labé enjoignait déjà les « Dames Lyonnoises » à agir ainsi. Cependant, Scudéry renouvelle le propos en inscrivant dans l’histoire une continuité féminine, de Phémonoé à Erinne, en passant par Sapho, et à Scudéry : la lignée existe, il faut la prolonger.

  • 34 Ibid., p. 567 sq. Pour ces questions de falsification et d’entorse tout à fait assumée à l’histoire (...)
  • 35 Ce point n’est pas une invention de Scudéry : les sources antiques attribuent une mort précoce à ce (...)
  • 36 Artamène, op. cit. p. 608.

20Pourtant, Scudéry semble faire preuve d’un pessimisme grandissant à mesure que le temps passe – en tout cas, elle assourdit ses clameurs triomphantes. Dans les Harangues, Scudéry laissait les parcours de Sapho et d’Erinne en suspens : c’est le propre de l’écriture épistolaire, qui correspond à un moment très précis, celui du temps de l’écriture de la lettre. Scudéry proposait donc une photographie de Sapho et d’Erinne figeant le moment triomphal de la passation de flambeau entre les deux poétesses. Dans l’« Histoire de Sapho » en revanche, on nous donne à voir la fin et cette fin est en demi-teinte. En effet, la Sapho de Scudéry s’enfuit avec Phaon au « Païs des nouveaux Sauromates », « petit Estat qui n’a point de voisins », où on « n’entre mesme pas, si l’on n’en est jugé digne » et, surtout où « on fait promettre [au visiteur étranger] de ne sortir jamais du Païs, sans la permission du Prince, qui ne la donne que rarement »34. Si Sapho trouve la félicité, mais au prix d’un exil dans l’utopique royaume des Amoureux, Erinne se meurt d’une maladie languissante35 : les deux seules poétesses auréolées d’une aura positive dans l’« Histoire de Sapho » endurent un destin marqué par la disparition. Le triomphe d’une lignée de femmes en littérature est ainsi contrebalancé par le constat de la difficulté qu’ont les femmes écrivains à s’imposer dans le monde. En choisissant l’écriture, la femme s’exclut des chemins habituels et donc de la société : Amithone se marie, Athys épouse Alcée et Cydnon va retrouver sa mère. La « belle Troupe » se scinde entre femmes poètes et femmes qui n’écrivent pas, les premières ayant un destin exceptionnel et dramatique, les secondes savourant une vie tranquille et banale. Pour l’autrice, la seule solution est l’exil, la réclusion, voire même la résignation au mutisme. En effet, Sapho continue d’écrire, mais dans un lieu idéal d’où ses écrits ne pourront jamais sortir, puisque personne ne peut vraiment quitter ce lieu utopique. Sa voix demeurera confinée à jamais. Bien plus, Sapho et Phaon, accueillis avec les plus grands égards dans le Pays des nouveaux Sauromates, « ont obligé la Reine à faire une deffence exacte de recevoir nuls Estrangers dans ce Païs là durant dix ans », par « peur que quelqu’un de Mytilene n’allast troubler leur repos »36. Pour vivre heureuse, la poétesse doit vivre cachée : elle est exclue mais, surtout, elle s’exclut d’une société qui ne sait pas l’accueillir.

  • 37 Clélie, op. cit. : « son nom sera celebré par plusieurs Poëtes Grecs, qui feront des hymnes sur sa (...)
  • 38 Ibid., p. 806.

21Après les éclats triomphants des Harangues, après le succès en demi-teinte de l’Artamène, Scudéry semble de plus en plus en proie au doute dans sa Clélie. On l’a dit, elle y convoque Sapho, Corinne et Phémonoé. Elle rejoint donc un schéma beaucoup plus connu et traditionnel, qu’il vaut la peine d’expliciter pour montrer son changement d’attitude. Nous avons vu plus haut comment Phémonoé apparaissait, qu’elle était somme toute une marque indubitable de la grandeur des femmes. Sapho apparaît ensuite à deux endroits : brièvement dans le passage sur Linius, qui ne retiendra pas notre attention37, puis, enfin, dans le paragraphe qui porte sur elle38 :

  • 39 Ensuite, Alcée, Thespis, Épicharme, Théognis, Phocylide, et Stésichore sont évoqués. À l’occasion d (...)

Hesiode vit une isle, & sur le haut d’un rocher une femme brune de mediocre taille, & de mediocre beauté. Elle avoit pourtant les yeux vifs, & plein d’esprit, & la taille assez bien faite. Celle que tu vois, dit alors Caliope à Hesiode, est la fameuse Sapho de Mytilene, qui sera celebre dans tous les siecles, par la beauté de ses vers, principalement par un certain caractère amoureux et passionné, qui sera presque inimitable. Elle inventera l’usage de l’archet sur la lire, qui en perfectionnera le son, elle aimera un infidelle qui sera cause de sa mort, mais quoy que presque tous ses ouvrages doivent perir, son nom vivra pourtant eternellement, elle sera nommée la dixiéme Muse, & d’âge en âge on luy fera de nouveaux honneurs. Mais c’est assez parlé de cette illustre Lesbienne, regarde donc Alcée39...

  • 40 Ibid., p. 809-810.

22Sapho saute du Leucade dans la Clélie : elle retrouve la dimension ovidienne dont Scudéry l’avait dépouillée dans l’Artamène. Quand on en vient à Corinne, il n’y a guère plus d’originalité, mis à part peut-être que la poétesse grecque, citée dans le passage sur Pindare40, phagocyte le paragraphe. Scudéry rappelle deux fois dans le passage que Corinne, « une fort belle fille », a vaincu Pindare à cinq reprises, malgré l’excellence du poète. Elle évoque les hypothèses que Pausanias avait proposées pour expliquer ce phénomène :

  • 41 Clélie, op. cit., p. 809.

Les uns diront que ce sera parce qu’estant fort belle, ses vers en paroistront plus beaux ; les autres que se servant du langage Æolien, & Pindare du Dorique, qui ne sera pas si élegant, cela luy donnera de l’avantage. Mais pour te decouvrir une verité qui ne sera jamais sceuë que de toy, c’est qu’il en sera amoureux, & qu’il prendra plaisir à s’en laisser vaincre. Ce n’est pas que cette femme ne doive estre si admirable pour ses vers, que les Tanagriens luy esleveront une statuë41.

23Calliope conclut son portrait de Pindare en soulignant à quel point il fut redevable de Corinne pour améliorer son style, information tirée de Plutarque (à propos des images, elle lui recommande à la fois d’en user mais de ne pas en abuser en les semant à pleines mains).

  • 42 Voir les premiers vers du chant xx. Le schéma mis en place par l’Arioste dans ces quelques vers a e (...)
  • 43 L’association entre Corinne et Sapho est issue des canons de poètes lyriques grecs, constitués par (...)
  • 44 « À propos de Corinne : Corinne aussi a excellé dans le domaine du savoir, comme Suidas le rapporte (...)

24Deux remarques s’imposent concernant les poétesses de la liste de la Clélie. D’abord, celles qui sont citées sont les plus célèbres : elles apparaissent dans toutes les listes de femmes illustres avant Scudéry. De plus, Scudéry rejoint un schéma qui remonte au moins à l’Arioste42, sans doute au-delà43. Qu’Erinne et Damophile laissent leur place à Corinne et à Phémonoé est un indice fort du changement de ton et d’objectif de Scudéry. Ensuite, les trois poétesses apparaissent sous leur jour le plus traditionnel. Sapho n’est plus ce personnage atypique de l’Artamène, qui survivait au Pays des Sauromates. Bien au contraire, elle meurt à cause de Phaon, ce qui est la version officielle du mythe, selon la vulgate ovidienne. Scudéry n’apporte pas grand chose. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les listes de femmes savantes tirées de trois types de traités : ceux de la Querelle des Femmes, ceux à dimension encyclopédique et ceux de poétique. Je voudrais donner un exemple de chacun de ces trois types de textes, les plus connus, afin que la disposition et la répétition d’élément entre ces ouvrages et la liste de la Clélie soient évidentes. Prenons Corinne. Voici ce qu’en dit Fregoso dans son ouvrage encyclopédique : « De Corinna : Pariter Corinna quoque, adeo eruditione excelluit, quemadmodum Suidas tradit, ut praeter ea quae ingenti laude scripsit : Thebis de poetica, cum Pindaro contenderet, ac quinquies (quae rara fuit) gloria eum superaret »44 ; ce qu’en dit Giraldi, dans son traité d’histoire de la poésie :

  • 45 « Je vais à présent vous parler en détail de Corinne, que j’ai presque oubliée ainsi que d’autres, (...)

Nunc jam vobis Corinnam describam, cujus pene oblitus fueram, & aliarum, quae inter Lyricos claruere. Corinna igitur Achelodori & Procratiae filia fuit. Thebana : a Pausania vero in Boeoticis, & ab aliis Tanagraea dicta est. Eadem qua Pindarus tempestate floruit, quem etiam, ut fama est, in certamine quinquies vicit, quamobrem Tanagraei ejus imaginem in gymnasio in loco illustri posuerunt, ut scribit Pausanias, caputque illi taenia revinctum victoriae causa. Quare autem Pindarum vicerit, duplicem idem autor causam affert, & quod Corinna Aeolica lingua usa est, non autem Dorica, qua Pindarus : & quod cum formosa esset foemina, facile judicum animos in se convertit. Aliam Plutarchus de Pindaro & Corinna historiam recitat, in eo qui inscribitur, Utrum bello an sapientia illustriores Athenienses : quae quoniam nostrorum temporum plerosque non modo adolescentes, sed adultos etiam poetas admonere potest, vobis eam ideo meis verbis utcunque recitabo. Corinna, inquit, Pindarum adhuc juvenem, cum arroganter admodum abuteretur eloquentia, admonuit, quo parum esset ipse elegans, nec fabulas consigneret, id quod poeticae maxime convenit : lingua etenim, abusiones, & tralationes, & versus, & numeri dulcedines rebus sufficiunt. Igitur bis Corinnae verbis persuasus Pindarus, carmen hoc composuit : Ismaron, aut auream colum habentem Melian, aut Cadmon, aut spartarum, hoc est, satorum sacrum genus hominum, vel ingens robur Herculis dicam : quod carmen ubi Corinna ostendisset, illa ridens, Manu, inquit, serere oportet, non tota canistro : hoc est, si Graece mavultis, τῇ χειρὶ δεῖ σπείρων, ἀλλὰ μὴ ὅλῳ τῳ θυλάκῳ. Commiscuerat enim Pindarus & confuderat quandam quasi fabularum struem & congeriem. Fuit autem Corinna ut traditur, Myrtidis discipula, de qua alibi dictum, & est Myia, id est, Musca ab aliquibus, ut ait Suidas, cognominata. Ejus pleraque carmina traduntur, inter quae libri quinque, Nomi lyrici, Epigrammata, & quod Aegis inscribitur : & ejusdem poemation Athenaeus memorat, in quo de pompilio, qui sacer piscis dicitur, mentionem fecit. Ab hac peritiores existimant Nasonem Ovidium amicam Corinnam falso nomine nuncupasse, ut ait Sidonius. Fuerunt praeter hanc & alia duae hujus nominis Corinnae, ambae illae quidem Lyricae, quarum prior Thespia fuit seu Corinthia, quae & ipsa nomos lyricos scripsit: altera junior Thebana, quae ipsa quoque Myia, hoc est, Musca, est cognominata. Corinnae meminit Propertius in secundo, Et sua cum antiquae committit scripta Corinnae. Meminit & Papinius in patris Epicedio, & Hephaestion in Enchiridio, & Athenaeus, & Pausanias, & Plutarchus, & Eustathius, & Suidas, Graeca item epigrammata. Fuit & Corinnus poeta...45

  • 46 Dans Abrégé des vies des poètes grecs, Saumur, Lerpinière et Lesnier, 1664 [Paris, C. de Cercy, 166 (...)

25Ce qu’en dit Tanneguy Le Fèvre aussi, dans un ouvrage comparable à celui de Giraldi mais contemporain de la Clélie46 :

Voici donc l’excellente personne, dont je vous dîs quelque chose dans le chapitre que je vous envoyay il y a huit jours. (Cette excellente personne c’est Corinne, comme vous pouvez bien penser ;) Quelques Autheurs ont écrit qu’elle remporta le prix quatre ou cinq fois sur Pindare ; Ce qui peut estre veritable : & ce que quelques autres ont écrit pourroit bien n’estre pas faux. Ils nous ont voulu persuader, (car il y a toujours d’etranges gens au monde,) que ce fut sa beauté seule, qui luy procura cet avantage, & que l’on verifia en elle ce qui a esté dit depuis par un des plus excellens Poetes Latins, La vertu produit bien des effets plus puissans / Quand les Graces & la Ieunesse / Viennent à son secours pour captiver nos sens. Quoy qu’il en soit, il est bien certain que l’Ancienne Grece eut pour elle une estime toute particulière, l’ayant appelée La MUSE LYRIQUE. Quelques-uns ont estimé qu’elle estoit native de Thespies ville de Béotie : D’autres ont dit qu’elle estoit de Tanagre ville de la mesme province : & d’autres encore ont écrit qu’elle n’estoit ny Thespienne, ny Tanagreene, mais qu’elle estoit de Corinthe. Quant au temps auquel elle vivoit, on le peut aisément apprendre par les choses que je vous écrivis dernièrement, & je vous en ay dit assez dès l’entrée de ce chapitre ; Je n’ay qu’un seul mot à adjouter, c’est, Monsieur, que quelques-uns ont dit qu’il y avoit en Grece plusieurs femmes sçavantes qui s’apelloient comme elle. Après quoy il seroit peut-estre à propos de vous dire aussi quelque chose de cette Corinne qu’Ovide a rendue si illustre. En effet, s’il l’en faut croire, elle estoit spirituelle, elle estoit aymable, elle estoit sçavante : Mais nous ne sommes pas encore arrivez au siecle d’Auguste ; Il y aura bien des Olympiades & des années écoulées, avant que nous en soyons là. Car depuis Pindare iusques à ce Prince, il y a environ 440 ans. Mais il ne faut pas oublier une chose que j’ay oubliée en vous parlant de la Muse Lyrique ; C’est que Pindare estoit plus avancé en âge qu’elle, & l’histoire que je vous diray un jour me le fait croire, & ne vous laissera pas lieu d’en douter.

Ce qu’en dit, enfin, François de Billon, dans son livre philogyne :

  • 47 Dans Le Fort inexpugnable du sexe feminin, Paris, J. d’Allyer, 1555, p. 30.

Et en ce ranc ne soit obmyse cete autre Poétrice Corinna, laquelle par cinq fois eüt jadis victoire d’honneur sus le Poete Pindarus, qui dans la Cité de Thebes l’avoit publiquement deffiée en contencion de l’Art Poétique, dequoy quelque jour de l’Année se faisoit en Grece jeux honorables de preis, comme ainsi se faisoit d’autres Sciences. Et si en cas de Poésie icelluy Poete Pindarus Grec, fut anciennement vaincu de ladite Damoyselle : maintenant aussi le semblable se pourroit quasi dire de notre Pindare françois, qui par sa Cassandre ne nyera pas avoir été vaincu, pour par le moyen de telle victoire, se donner le Laurier verdoyant aussi bien que Petrarque a cause de la victoire sur luy acquise par Dame Laure tant célébrée. Mais quel besoin est il de prolonger ce passage par la nomination de tant de vertueuses femmes si long temps à décédées ?47

26Ainsi, la liste de poètes célèbres dans la Clélie, qui reproduit des lieux communs rebattus depuis l’Antiquité sur les poétesses grecques, est bien moins audacieuse que ce que nous avons décrit dans les Harangues et dans l’Artamène. Néanmoins, malgré tout, la place première de Phémonoé souligne subtilement que Scudéry n’a pas abandonné toute pugnacité : pour elle, les femmes conservent une importance majeure dans le champ de l’écriture, et nul ne saurait la leur ôter, bien qu’elle choisisse de redoubler de prudence après le tournant du siècle.

Haut de page

Notes

1 La graphie « Sapho » (Sappho), comme cela apparaît chez Scudéry, s’impose. Il en ira de même pour Erinne (Érinna) et Damophile (Damophylè).

2 Pour reprendre l’expression de B. Ledwige, in Sapho, la première voix de femme, Paris, Mercure de France, 1987.

3 Ce phénomène est connu. Voir les références qui émaillent cet article. Nous nous permettons également de renvoyer à nos travaux (« L’« Histoire de Sapho » dans Artamène ou le Grand Cyrus de Madeleine de Scudéry : supériorité de la biographie empathique sur la biographie érudite », colloque international « Biographie et roman », université Paul-Verlaine, Metz, 30 septembre-1er octobre 2010. Actes réunis par Jean-Michel Wittman, PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, Centre Écritures, coll. recherches en littérature, n. 7, 2012, p. 229-241, et notre thèse, « « La souvenance et le désir » : la réception des poétesses grecques dans l’Antiquité et aux xvie et xviie siècles (France et Italie) », thèse de l’université Paris-Sorbonne, Centre de Recherche en Littérature comparée, sous la direction du Professeur François Lecercle, soutenue le 29 juin 2012).

4 Selon la caractérisation formulée par Claude Maignien, « galerie de tableaux de femmes de l’Antiquité, qui, soumises à des situations tragiques, y répondent de façon plus ou moins touchante », dans Les Femmes illustres ou les Harangues héroïques, Paris, Côté-femmes, 1991 [1ère éd. Courbé 1642].

5 Partie 10, livre 2. Sapho apparaît de façon plus secondaire également au livre 3 de la partie 10, dernière histoire secondaire, où elle apparaît seule et a pour fonction de conseiller et consoler un amoureux malheureux (Méréonte amoureux de Dorinice). Voir le site www.artamene.org, qui donne le texte entier de l’Artamène ainsi que des analyses de l’œuvre. L’« Histoire de Sapho » est l’avant-dernière et la plus longue des histoires secondaires

6 Clélie, une histoire romaine, Paris, Augustin Courbé, 1660 [1654-1660], quatrième partie du livre II, p. 794 et suivantes. Cette histoire est lue par Amilcar devant Plotine et leur groupe de courtisans.

7 Voir Danielle Haase-Dubosc (« Intellectuelles, femmes d’esprit et femmes savantes au XVIIe siècle », Clio, n. 13, 2001, Intellectuelles, [En ligne], mis en ligne le 19/06/2006, URL : http://clio.revues.org/document133.html.); Huguette Krief (La Sapho des Lumières, Publications de l’Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne, 2006).

8 Poétesse grecque du IIIe siècle avant Jésus-Christ. À cause de la notice de la Souda sur Erinne (voir la Souda à l’entrée « Erinne »), elle a été considérée comme une contemporaine et une amie de Sapho jusqu’au XIXe siècle. Elle apparaît dans les sources comme une jeune élève de Sapho morte à 19 ans.

9 Philostrate rapporte qu’elle aurait imité la Lesbienne dans Vie d’Apollonius, I 30. Damophile n’est connue que par cette source : elle est donc très peu connue et rarement évoquée, quelle que soit l’époque.

10 Selon Linda Timmermans, dans L’Accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993, chap. 3 p. 177. L’expression s’impose aussi chez Myriam Maitre, dans Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, Paris, Champion, coll. Lumière classique, 25, 1999. « Femme de lettres » est également dans le vocabulaire des scudérien (par exemple, dans Madeleine de Scudéry, une femme de Lettres au XVIIe siècle, éd. Delphine Denis et Anne-Élisabeth Spica, Artois Presses Université, coll. études littéraires, 2002).

11 Voir son article, « Lettres de Sapho, lettres de Madeleine ? Les lettres dans la Clélie et la correspondance de Mlle de Scudéry », dans L’Epistolaire, un genre féminin ?, Ch. Planté (dir.), Paris, Champion, 1998.

12 Poétesse béotienne du VIe-Ve siècles avant Jésus-Christ. Selon d’autres hypothèses, elle daterait du IIIe siècle avant Jésus-Christ. C’est la deuxième poétesse grecque la plus connue après Sapho.

13 Sans dates (une génération avant Orphée ?), existence douteuse. Elle aurait vécu à Delphes, aurait été prophétesse. Phémonoé, fille d’Apollon et première prêtresse de Delphes, aurait inventé l’hexamètre dactylique – autant dire que, dans cette interprétation, elle a permis la naissance de toute la poésie antique.

14 Dans Dialogue des héros de roman, dans Œuvres complètes, Gallimard, coll. La Pléiade 1966 [1ère éd. 1688], « Discours sur le dialogue suivant », p. 443.

15 Ibid.

16 Voir les célèbres premiers vers des Amores.

17 Clélie, op. cit., p. 798.

18 Artamène ou le Grand Cyrus, op. cit., p. 333 de l’éd. de 1656.

19 De multiples exemples sont lisibles dans l’Artamène. Par exemple, « en matière d’amour innocente, à parler sincèrement, il ne doit y avoir autre différence dans les sentiments du cœur, que ceux que l’usage a estably : qui veut que l’Amant soit plus complaisant, plus soigneux, & plus soumis : car pour la tendresse, & la confiance, elles doivent sans doute estre égalles : & s’il y a quelque différence à faire, c’est que l’Amant doit tousjours tesmoigner toute son amour, & que l’Amante doit se contenter de lui permettre de deviner toute la sienne », Partie X, livre second, p. 416 de l’éd. de 1656. Voir les réflexions de Joan DeJean à ce sujet, dans Les Fictions du désir 1546-1937, Paris, Hachette, 1994 et Tender Geographies, Women and the Origins of the Novel in France, New York, Columbia University Press, 1991.

20 Ce qui n’est pas le trait le plus original de son entreprise : Louise Labé et ses laudateurs avaient la même préoccupation.

21 Laurence Plazenet, L’ébahissement et la délectation. Réception comparée et poétiques du roman grec en France et en Angleterre aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Champion, 1997.

22 Référence donnée par Marie-Claire Chatelain, « L’Héroïde chez Mademoiselle de Scudéry », in Madeleine de Scudéry : une femme de lettres au XVIIe siècle, Actes du Colloque international de Paris (28-30 juin 2001), D. Denis et A.-E. Spica (dir.), Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 41-57.

23 Ces questions passionnantes ont fait l’objet d’un colloque, « Roman grec et poésie », organisé par Michèle Biraud et Michel Briand à l’université de Nice (21-23 mars 2013).

24 Menagiana, II, 9-10, cité par Pierre Chambefort dans « Ménage et la poétique des genres : pour une lecture du Menagiana », dans I. Leroy-Turcan et T.R. Wooldridge (dir.), Gilles Ménage (1613-1692), grammairien et lexicographe. Le rayonnement de son œuvre linguistique, Actes du colloque international tenu à l’occasion du tricentenaire du Dictionnaire étymologique ou Origines de la langue françoise (1694), Université Jean Moulin Lyon III, 17-19 mars 1994.

25 C’est ainsi que, dans l’« Histoire d’Hésiode », Calliope définit la poésie pour Hésiode. Clélie, op. cit., p. 801-802.

26 Ibid., p. 802.

27 Selon mes recherches, seul Jodelle entretient des liens avec Sapho comparable à ceux d’Ovide, d’une certaine manière. On peut comparer l’attitude d’Ovide à celle d’un Jean Racine, mise en lumière par Joan DeJean dans Les Fictions du désir, op. cit.

28 Artamène, op. cit. p. 359.

29 Artamène, op. cit., p. 350.

30 Linda Timmermans, in L’Accès des femmes, op. cit. p. 51.

31 In « Sapho vs Damophile », sur www.artamene.org

32 Artamène, op. cit., p. 338-339.

33 Elle dit en effet : « car enfin il faut que j’avouë [...] qu’encore que je sois ennemie declarée de toute Femmes qui font les sçavantes, je ne laisse pas, de trouver l’autre extremité fort condamnable : et d’estre souvent espouvantée de voir tant de Femmes de qualité avec une ignorance si grossiere, que selon moy elles deshonnorent nostre Sexe. […] On peut, et on doit sçavoir tout ce qui peut servir à escrire juste : car selon moy, c’est une erreur insuportable à toutes les Femmes, de vouloir bien parler, et de vouloir mal escrire : et le Privilege qu’elles pretendent en avoir est si honteux à tout le Sexe en general, si elles l’entendoient bien, qu’elles en devroient rougir. Il est vray, dit Nicanor, que la plus part des Dames semblent escrire pour n’estre pas entendues, tant il y a peu de liaison en leurs paroles : et tant leur ortographe est bizarre. Cependant, adjousta Sapho en riant, ces mesmes Dames qui font si hardiment des fautes si grossieres en escrivant, et qui perdent tout leur esprit dés qu’elles commencent d’escrire, se moqueront des journées entieres d’un pauvre Estranger qui aura dit un mot pour un autre. Il y a toutesfois bien plus de sujet de trouver estrange de voir une Femme de beaucoup d’esprit, faire mille fautes en escrivant en sa Langue naturelle, que de voir un Scythe qui ne parlera pas bien Grec ». Artamène, op. cit., p. 403.

34 Ibid., p. 567 sq. Pour ces questions de falsification et d’entorse tout à fait assumée à l’histoire telle qu’elle a été transmise par les sources antiques, nous nous permettons de renvoyer à notre article cité supra.

35 Ce point n’est pas une invention de Scudéry : les sources antiques attribuent une mort précoce à cette poétesse (cf. AG VII 11).

36 Artamène, op. cit. p. 608.

37 Clélie, op. cit. : « son nom sera celebré par plusieurs Poëtes Grecs, qui feront des hymnes sur sa mort & particulierement par la fameuse Sapho de Mytilene, que je te feray voir tantost. »

38 Ibid., p. 806.

39 Ensuite, Alcée, Thespis, Épicharme, Théognis, Phocylide, et Stésichore sont évoqués. À l’occasion du développement sur Stésichore, Calliope donne la liste des neuf poètes lyriques, « huit hommes & une femme ». Cette femme, c’est Sapho, « qu’on appellera aussi la dixieme Muse, comme je te l’ay deja dit », ibid., p. 809.

40 Ibid., p. 809-810.

41 Clélie, op. cit., p. 809.

42 Voir les premiers vers du chant xx. Le schéma mis en place par l’Arioste dans ces quelques vers a eu une postérité assez étonnante.

43 L’association entre Corinne et Sapho est issue des canons de poètes lyriques grecs, constitués par les érudits de l’époque hellénistique puis augmentés par les Byzantins. Les premiers exemples connus sont, au XIIe siècle de notre ère, celui de Jean Tzétzès et celui d’Eustathe de Thessalonique, qui donnent ensemble les noms de Sapho, de Corinne et d’Erinne.

44 « À propos de Corinne : Corinne aussi a excellé dans le domaine du savoir, comme Suidas le rapporte, si bien que, outre le fait qu’il a écrit ses louanges : alors qu’elle avait participer à un concours de poésie contre Pindare, à Thèbes, elle l’avait vaincu cinq fois, ce qui arrivait rarement ». Battista Fregoso [Baptiste Fulgose]: Factorum dictorumque memorabilium libri IX A P. Iusto Gaillardo Campano, in Paris. Senatu advocato, aucti et restitui, Paris, ap. Petrum Cavellat, 1578 [1508]. Livre VIII Cap. III « De foeminis quae doctrina excellerunt », p. 276-278.

45 « Je vais à présent vous parler en détail de Corinne, que j’ai presque oubliée ainsi que d’autres, qui ont brillé parmi les Lyriques. Donc, Corinne était la fille d’Achelodoros et de Procratia. Elle était thébaine ; mais Pausanias dit qu’elle était béotienne, d’autres qu’elle était tanagréenne. Pindare vécut à la même époque : elle le vainquit même cinq fois, selon la rumeur. C’est pourquoi, selon Pausanias, les Tanagréens ont placé son portrait dans un gymnase, à un emplacement visible, la tête ceinte d’une bandelette en raison de sa victoire. Pourquoi a-t-elle vaincu Pindare ? Le même auteur donne deux raisons : parce que Corinne utilisait la langue éolienne, et non dorienne, celle dont Pindare usait ; parce que, étant donné qu’elle était une belle femme, elle put s’attirer facilement l’attention des membres du jury. Plutarque raconte une autre histoire à propos de Pindare et de Corinne, dans son ouvrage sur la Gloire des Athéniens [qui demande si les Athéniens sont-ils plus illustres pour la guerre ou pour le savoir] : cette histoire, parce qu’elle peut mettre en garde non seulement la plupart des jeunes poètes, mais également les adultes, je vais la raconter avec mes propres mots, à ma manière. Corinne, dit-il, mit en garde Pindare, qui était encore jeune, alors qu’il usait et abusait de l’éloquence avec arrogance : il n’était pas assez raffiné et il ne mentionnait pas suffisamment de mythes, alors que c’est ce qui convient le mieux à la création poétique. En effet, les mots, leurs dérivés, les métaphores, la mélodie et le rythme suffisent. Donc Pindare, convaincu par les paroles de Corinne, composa ce poème : “je dirai Isménos ou Mélia aux flèches d’or, ou Cadmos ou la race sacrée des hommes semés, c’est-à-dire des Spartiates, ou la force immense d’Héraclès” ; ce poème, quand il l’eut montré à Corinne, elle en rit : “il faut semer avec la main, dit-elle, et non avec toute la corbeille : c’est-à-dire, si on préfère en grec : ôῇ ÷åéñὶ äåῖ óðåßñùí, ἀëëὰ ìὴ ὅëῳ ôῳ èõëÜêῳ. En effet, Pindare avait mélangé et confondu un tas et un amas, pour ainsi dire, de mythes. À ce qu’on raconte, Corinne fut l’élève de Myrtis ; ailleurs, Suidas dit qu’elle était surnommée Mya, c’est-à-dire la Mouche, par certains. La plupart de ses poèmes sont transmis, parmi lesquels cinq livres, des nomes lyriques, des épigrammes, un poème intitulé “L’Égide” ; Athénée rappelle également un petit poème de la même poétesse, dans lequel il est fait mention du poisson-pilote, qui, dit-on, est un poisson sacré. À partir de là, de plus savants, comme Sidonius, estiment qu’Ovide a appelé son amie Corinne d’un faux nom. Outre celle-ci, il y eut deux autres Corinne, toutes deux aussi poétesses lyriques, dont la plus ancienne était de Thespies ou de Corinthe ; elle écrivit aussi des nomes lyriques. L’autre, plus récente, thébaine, était surnommée Mya, c’est-à-dire la Mouche. Properce rappelle Corinne dans le second livre : “et ses écrits rivalisent avec ceux de l’ancienne Corinne”. Stace l’évoque aussi dans le poème funèbre pour son père, ainsi qu’Héphaestion dans son Enchiridion, qu’Athénée, que Pausanias, que Plutarque, qu’Eustathe, que Suidas, et que des épigrammes grecs. Corinnus était un poète... », Historiae poetarum, tam graecorum quam latinorum, dialogi decem, quibus scripta et vitae eorum sic exprimuntur, ut ea perdiscere cupientibus minimum jam laboris esse queat, Bâle, 1545, Dialogus IX p. 486-7.

46 Dans Abrégé des vies des poètes grecs, Saumur, Lerpinière et Lesnier, 1664 [Paris, C. de Cercy, 1665], p. 67-60. Le Fèvre est plus conventionnel dans son traitement de Corinne que dans celui de Sapho, cf. l’analyse de DeJean, op. cit.

47 Dans Le Fort inexpugnable du sexe feminin, Paris, J. d’Allyer, 1555, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Debrosse, « Promenades désenchantées en « mer Dangereuse » : Madeleine de Scudéry, Sapho et Erinne aux prises avec le monde », Études Épistémè [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://episteme.revues.org/464 ; DOI : 10.4000/episteme.464

Haut de page

Auteur

Anne Debrosse

Anne Debrosse, agrégée de Lettres classiques, professeur agrégé détaché aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, membre associé du CRLC (Centre de Recherche en Littérature Comparée) de Paris-Sorbonne et du CRPHLL (Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique) de l’université de Pau et des Pays de l’Adour, a soutenu une thèse intitulée « “La souvenance et le désir” : la réception des poétesses grecques dans l’Antiquité et aux XVIe et XVIIe siècles (France et Italie »), sous la direction de François Lecercle (Paris-Sorbonne, 2012). Ses recherches portent sur la poésie grecque antique et sur la littérature des XVIe et XVIIe siècles, et ont trait aux études de genre et aux questions de réception.

Haut de page
  • Revues.org