Navigation – Plan du site
Poétique de la catastrophe ? Représentations du régicide aux XVIe et XVIIe siècles en Europe
Varia

Histoire des pirates et pirate(s) de l’Histoire dans quelques écrits de Daniel Defoe

Emmanuelle Peraldo

Résumés

L’écriture de l’histoire que Defoe livre dans ses écrits concerne à la fois l’Histoire avec un H majuscule, dans la mesure où il s’intéresse à l’événement historique, au fait réel et vérifiable, et l’histoire avec un h minuscule, celles des petites gens, de la vie quotidienne. Le sujet de la piraterie se situe au carrefour de ces deux acceptions de l’histoire/Histoire, puisqu’il s’agit de raconter la vie de criminels, de personnages exclus de la société par leur statut, mais qu’en même temps, les pirates que le lecteur de Defoe découvre sont en quelque sorte les Princes des pirates, avec de grands noms de la piraterie comme Avery ou Kidd, ce qui permet de lire ces histoires de pirates comme une autre version de l’Histoire. La piraterie se présente ainsi comme une contre-histoire et c’est en ce sens qu’elle peut être entendue comme une lecture particulière de l’Histoire. Cette étude s’intéresse au fonctionnement de la piraterie chez Daniel Defoe, c’est-à-dire à la façon dont Defoe, écrivain hack fasciné par les pirates, détourne le genre historique pour écrire une histoire des parias, des laissés-pour-compte de la société, et donc de l’Histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilles Lapouge, Les Pirates. Forbans, flibustiers, boucaniers et autres gueux de mer, Paris, Phébus (...)

La piraterie appartient à l’Histoire comme un parasite à sa branche (…) La piraterie se loge dans les ’fadings’ de l’Histoire.1

  • 2 L’expression « grand récit » est ici utilisée pour tout ce qui relève du public, des faits qui marq (...)

1Si cette citation de Lapouge met l’accent sur l’existence d’une inter-relation entre l’Histoire et la piraterie, elle souligne néanmoins en même temps le caractère très problématique de ce lien puisque la piraterie appartient bien à l’Histoire mais de façon dissimulée, dans son ombre, tel un parasite qui viendrait la saper de l’intérieur. Le pirate se définit négativement par la relation marginale qu’il entretient avec l’espace et le temps historiques : il est en effet mécontent de l’espace restreint et inconfortable que lui alloue la société et sa vie adopte la chronologie de la progression du bateau sur lequel il opère, c’est-à-dire qu’elle est rythmée par le rythme chaotique des aventures criminelles de ces délinquants des mers et par son souci de préserver sa liberté. Sa situation en marge de l’espace-temps semble l’exclure du territoire habituel de l’historiographie des XVIIe et XVIIIe siècles. La piraterie n’est en effet pas l’objet de l’Histoire, elle n’entre pas dans le territoire « classique » de l’historien de l’époque qui est davantage le récit des grandes batailles et des grands noms qui ont fait et qui ont marqué l’Histoire. L’écriture de l’histoire que Defoe livre dans ses écrits concerne à la fois l’Histoire avec un H majuscule, dans la mesure où il s’intéresse à l’événement historique, au fait réel et vérifiable, et l’histoire avec un h minuscule, puisqu’il manipule l’Histoire pour écrire ses histoires anecdotiques et ses romans. L’histoire de Defoe n’est pas celle des « grands récits », des grands rois, des chefs d’armée et des batailles historiques (historic), mais bien celle des « petits récits »2, des petites gens, à l’image de ses lecteurs. Il semble bien que c’est cette façon d’envisager l’histoire qui a fait de cet auteur volontiers qualifié de hack (pirate ou pilleur littéraire) un grand écrivain. Le matériau de Defoe était piégé : tout ce qu’on dit des pirates est en effet déformé par des années de croyances, de mythes et légendes, et les auteurs d’histoires de pirates étaient perçus davantage comme des raconteurs d’histoires, voire des affabulateurs, que comme des historiens, puisque la piraterie n’était pas un objet jugé digne du genre historique.

2Le sujet de la piraterie se situe ainsi au carrefour de ces deux acceptions de l’histoire/Histoire : il s’agit de raconter la vie de criminels, de personnages exclus de la société par leur statut, mais les pirates que le lecteur de Defoe découvre sont en quelque sorte les Princes des pirates, de grands noms de la piraterie comme Avery ou Kidd, ce qui permet de lire ces histoires de pirates comme une version parodiée des récits historiques, comme une autre version de l’Histoire. La piraterie se présente alors comme une révolte contre l’ordre établi, une contre-histoire, et c’est en ce sens qu’elle peut être entendue comme une lecture particulière de l’Histoire. C’est sur ce fonctionnement de la piraterie chez Daniel Defoe, anti-conformiste ardent qui a écrit de nombreux récits de voyage durant la grande époque de la piraterie que cette étude entend porter, c’est-à-dire sur la façon dont Defoe, fasciné par les pirates, détourne le genre historique pour écrire une histoire des parias, des laissés-pour-compte de la société, et donc de l’Histoire. Comment la révolte qui caractérise l’activité des pirates fait-elle précisément l’Histoire dans les textes de Defoe et, plus généralement, dans son écriture de l’Histoire ?

  • 3 John Robert Moore, A Checklist of the Writings of Daniel Defoe, 2e édition, Hamden, Conn., Archon B (...)
  • 4 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Joh (...)
  • 5 Maximillian Novak, « The Defoe Canon : Attribution and De-Attribution », The Huntington Library Qua (...)
  • 6 Voir par exemple P.N. Furbank et W.R. Owens, Defoe De-Attributions ; A Critique of J. R. Moore’s Ch (...)
  • 7 Defoe se réclame de Plutarque et inscrit son texte dans la tradition du genre biographique et donc (...)

3En raison du statut de la piraterie, à mi-chemin entre les deux pôles que sont l’Histoire et l’histoire, le référentiel et le fictionnel, cette étude portera sur des textes variés qui touchent à l’un comme à l’autre. Il s’agit de proposer une analyse de la figure du pirate dans un corpus large qui inclura romans et textes historiques, bien qu’il semble nécessaire de préciser que Defoe n’est pas le même selon qu’il écrit l’un ou l’autre type de récit. Le roman pirate The Life, Adventures and Pyracies of the Famous Captain Singleton (1720), écrit sur le mode d’un « progress », trajectoire individuelle et spirituelle où le héros (fictif) croise les routes d’Avery, de Kidd, de Wilmot (personnages historiques) illustrera ce « détournement » de l’Histoire par Defoe. Le deuxième texte, important au sens où il a fixé les traits et tout le folklore de la piraterie est A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Johnson (1728) dont l’attribution pose problème, car si de grands spécialistes de la question comme Moore3, Schonhorn4 ou Novak5 restent persuadés que Defoe est l’auteur d’au moins une partie de ce texte, tout une tradition d’érudits pense que ce texte n’est pas de lui6. Ce texte se présente comme une histoire7. D’autres textes de Defoe entreront dans l’analyse comme The King of Pirates, Being an Account of the Famous Enterprises of Captain Avery with Lives of Other Pirates and Robbers (1719), Madagascar, or Robert Drury’s Journal (1728), Robinson Crusoe (1719) ou encore The Fortunes and Misfortunes of the Famous Moll Flanders (1722), du fait de l’emprunt qu’ils font aux thématiques et aux motifs de l’univers des pirates.

  • 8 Didier Souiller, Le Roman picaresque, Collection Que sais-je ? PUF, 1980, p. 8. Didier Souiller ins (...)
  • 9 Robert H. Tawney, La Religion et l’essor du capitalisme (1926(, trad. Odette Merlat, Paris, Librair (...)
  • 10 Expression empruntée à G. Lapouge, op. cit., p. 27.
  • 11 « L’histoire est un roman dont le peuple est l’auteur ». Cf. Jules Michelet, Histoire de la révolut (...)
  • 12 G. Lapouge, op. cit., p. 171.

4La piraterie chez Defoe fonctionne comme une contre-histoire inséparable de l’Histoire, on l’a dit, comme une forme de société parallèle, érigée en miroir de celle qui a exclu le pirate. La relation que le pirate entretient avec l’Histoire est intéressante chez Defoe dont les personnages sont très souvent des anti-héros inspirés de la tradition picaresque, où le personnage central « voyag[e] dans différentes classes sociales, assumant toutes sortes de conditions »8. Ces personnages sont réduits à la plus grande misère et partent en « voyage » vers nulle part en particulier, ce qui ramènera, dans l’analyse proposée ici, la piraterie à l’utopie. Puis un deuxième moment de l’analyse partira d’un regard sur les thèses de Tawney et de Weber sur l’éthique protestante et le capitalisme9. En effet, on observe chez Defoe une valorisation fascinée des pirates et des parias en général. Il n’est pas anodin que les pirates et les criminels qui parcourent ses textes puissent s’enrichir à force de « travail », et le succès est bien, pour Defoe, un signe d’élection divine. Une étude de la « sombre fraternité des parias »10 dans les textes de Defoe permettra d’affiner la définition de sa conception de l’Histoire, à savoir une histoire du peuple pour reprendre la formule de Michelet11, des petites gens, des minorités, des pauvres comme des pirates, ces « éboueurs de l’Histoire »12. Enfin, la piraterie sera envisagée comme caractéristique de l’écriture même de Defoe, lui-même encore très souvent considéré comme un menteur, un escroc, un faussaire qui a inventé de toutes pièces des monuments considérés comme solides par des générations d’historiens.

La piraterie comme contre-histoire inséparable de l’Histoire

  • 13 G. Lapouge, op. cit., p. 20.
  • 14 Daniel Defoe, The Life, Adventures & Piracies of the Famous Captain Singleton, E-book, The Project (...)
  • 15 Lincoln B. Faller, Crime and Defoe ; A New Kind of Writing, Cambridge, Cambridge University Press, (...)
  • 16 Moll Flanders, 1722, p. 167. Toutes les citations de ce texte renvoient à cette édition (désignée p (...)
  • 17 Timothy C. Blackburn, « The Coherence of Defoe’s Captain Singleton », The Huntington Library Quarte (...)

5L’univers de la piraterie reproduit le monde et le bateau fonctionne comme un microcosme de la société, comme le remarque Gilles Lapouge : « La typologie de la révolte pirate reproduit en miroir celle de toute révolte – comme l’histoire du piratariat décalque l’histoire du monde »13. En effet, le XVIIIe siècle est la grande période de l’essor du commerce et donc de l’activité maritime. La piraterie est un corollaire du commerce maritime et la frontière est mince entre l’histoire et la contre-histoire, comme entre un pirate et un « privateer » (corsaire) à tel point qu’on les a parfois appelés des « pirateers ». Le flou terminologique qui existe entre corsaires, pirates et flibustiers reflète le caractère flou de la frontière entre l’Histoire et son contrepoint pirate. La piraterie entre dans l’histoire comme une forme de commerce comme le dit le Capitaine Singleton : « so I resolved now that we would leave off being pirates and turn merchants  »14. Dans son ouvrage intitulé Crime and Defoe : A New Kind of Writing, Lincoln B. Faller, citant Hobbes, souligne la proximité entre les activités de commerce et le crime : « ‘It was thought no dishonour to be a Pyrate, or a High-Way Theefe ; but rather a lawful Trade’. Nor was there all that much difference between trade and crime in the present age either, according to some. ‘Trade is almost universally founded upon Crime’. »15 D’ailleurs, Moll Flanders parle de son activité criminelle en employant le mot « trade » : « one of the greatest Dangers I was now in, was that I was too well known among the trade »16. Dans Captain Singleton, Defoe se livre à une quasi parodie des pirates, notamment à travers le personnage du Quaker William qui fait de la piraterie une sorte de plaisanterie, une activité agréable et presque humoristique. De cette façon, comme le souligne Timothy C. Blackburn, Defoe montre la limite ténue qui sépare le commerce officiel de la piraterie officieuse : « Defoe lessens the violence and romance of piracy and demonstrates the similarities between pirates and merchants »17. La piraterie se pose donc en s’opposant à la société ; elle fonctionne comme une contre-société.

  • 18 Paul Veyne analyse les traces, les tekmeria de l’Histoire dans Comment on écrit l’histoire, Paris, (...)

6Le pirate agit toujours « en dehors » et le plus loin possible de la société qui l’a engendré. Gilles Lapouge souligne la difficulté et la complexité de la relation que le pirate entretient avec l’Histoire : « Sa passion est de fuir les abattoirs de l’Histoire mais il est né dans les terres de l’Histoire et l’Histoire l’a souillé, frappé au cœur de son poinçon noir, mutilé » (op. cit., p. 165). Il porte, d’ailleurs, dans l’imaginaire collectif, des mutilations tels une jambe coupée, un œil crevé, une balafre au visage, autant de « traces » de l’Histoire sur son apparence18. La piraterie est l’occasion de forger une contre-société préservée des malheurs de l’Histoire. Il s’agit d’un terrain vierge d’Histoire comme une page blanche sur laquelle le pirate peut écrire sa propre histoire, en marge de l’Histoire si celle-ci ne va pas dans son sens ou s’il ne veut pas s’y intégrer. Ainsi, lorsque Singleton part avec les Portugais, il dit qu’il rentre dans une « société » nouvelle, qui lui correspond mieux que la société dont il est exclu à cause de sa naissance et de son statut social :

I had indeed nothing to do, my master being generally on shore, but to learn everything that is wicked among the Portuguese, a nation the most perfidious and the most debauched, the most insolent and cruel, of any that pretend to call themselves Christians, in the world. […] I was exactly fitted for their society indeed ; for I had no sense of virtue or religion upon me. (CS, p. 11).

  • 19 Les Chemins de Fortune ; Histoire Générale des plus fameux pirates I, Paris, Editions Phébus, 1990, (...)
  • 20 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Joh (...)
  • 21 Hans Turley, Rum, Sodomy and the Lash : Piracy, Sexuality and Masculine Identity, New York, Londres (...)

7Peter Lamborn Wilson parle de « position proto-anarcho-individualiste » en décrivant l’idéologie de la piraterie. En effet, les pirates érigent une contre-société anarchique, comme c’est le cas par exemple pour Bartholomew Roberts et son équipage dans The General History of Pirates qui ont des « pratiques anarchiques et illégales »19. Dans son chapitre sur la description de Mogadiscio (Magadoxa), Defoe écrit : « in respect to one another they observe the laws of society very well, and perhaps there is less fraud and fewer acts of injustice committed among them, than in any Christian country we can name »20. Hans Turley écrit à ce sujet que la violence du pirate et le fait qu’il suive ses propres règles font partie de la définition de cette figure mystique : « The pirate’s violence is part of his mystique. He lives in a society against the state, an anarchic world to outsiders that actually has its own rules and customs »21. Le monde des pirates est une anti-histoire faite par des antihéros, ce qui rapproche l’écriture de l’histoire de la piraterie chez Defoe du genre picaresque.

  • 22 Daniel Defoe, The King of Pirates, Being an Account of the Famous Enterprises of Captain Avery with (...)

8Une histoire de pirates est toujours une histoire aventureuse. Defoe s’est largement inspiré des aventuriers de son époque. Tout comme on a des pirates des mers, les romans du XVIIIe siècle de Fielding à Defoe abondent en pirates de la route, ces voleurs de grands chemins qui sont des figures cruelles et picaresques. Il existe, à l’époque de Defoe, toute une littérature « encanaillée », tels ces « newgate novels » librement adaptés du picaresque espagnol, qui était alors en vogue. Singleton a de fait de nombreux attributs du picaro, dont le doute sur ses origines (« I had nobody to vouch for me what I was, or from whence I came », op. cit., p. 12), ou l’absence d’éducation (« Education, I had none », p. 15). La sémantique (« single », « outcast ») vient confirmer son exclusion, tout comme que le fait qu’à leur retour en Angleterre, William et lui ne doivent plus parler anglais en public. Cette interdiction touchant une langue qui représente l’appartenance à une communauté, souligne à quel point leur vie les empêche d’entrer à nouveau dans la société. À la fin de la deuxième lettre d’Avery dans The King of Pirates, ce dernier évoque la nécessité pour lui de se retirer loin du monde, de vivre caché : « I intend to go and live in some inland town where […] they will not be inquisitive after us »22. Le pirate se caractérise par le fait qu’il est en dehors du système et de la société. La piraterie devient, par conséquent, le seul moyen de définition identitaire. Singleton qui n’avait pas d’origine, pas de famille, est maintenant défini par l’appartenance à la piraterie, comme il le dit lui-même au diable dans un cauchemar :

I had frightful dreams all night ; and, particularly, I dreamed that the devil came for me, and asked me what my name was ; and I told him. Then he asked me what trade I was. ’Trade ?’ says I ; ’I am a thief, a rogue, by my calling : I am a pirate and a murderer, and ought to be hanged (CS, p. 188).

9Il est défini par sa différence, par son exclusion, ce qui le rapproche également du dissident religieux. Y a-t-il un lien entre les pirates et les dissidents ? Peut-être puisque les dissidents n’avaient pas leur place au sein de la société, mais les procès de pirates que l’on compte par centaines ne donnent pas la religion des captifs libérés, pendus ou emprisonnés – les preuves sont donc minces pour étayer une telle hypothèse.

  • 23 Le Grand Rêve Flibustier ; Histoire Générale des plus fameux pirates II, Editions Phébus, Paris, 19 (...)

10Cette omniprésence de la pauvreté, de l’exclusion chez les personnages de Defoe crée un lien entre la piraterie et l’utopie. En effet, Moll Flanders, le Capitaine Singleton et les pirates décrits dans The General History ont comme point commun un rapport difficile à l’espace, qu’ils soient des pirates ou pas. Ils sont hors de l’espace, « nulle part », d’où la situation d’utopie : u-topia. Ces hommes et ces femmes exclus de la société tentent de reconstruire un lieu, ailleurs. Le mouvement vers la mer marque leur volonté de s’approprier un espace symbolique puisque la société ne leur a pas alloué d’espace et, par conséquent, les pillages peuvent être lus comme autant d’acquisitions symboliques pour combler un manque, comme en témoignent les abondantes négations qui définissent Moll Flanders : « I was now a loose unguided creature, and had no help, no assistance, no guide » (MF, p. 101). Cette négation définitionnelle amène les pirates et autres parias à chercher un ailleurs, comme le montre cette question de Lapouge : « Le pirate n’est-il pas celui dont aucune géographie terrestre ne peut contenir les vagabondages essentiels ? » (op. cit., p. 77). Ainsi, Singleton dit : « We were as miserable as nature could well make us to be, for we were upon a voyage and no voyage, we were bound somewhere and nowhere » (CS, p. 28). La piraterie fonctionne comme un « monde à l’envers », avec sa cohérence, ses règles, sa culture propre, son organisation sociale et c’est bien la définition d’une utopie. Par exemple, dans l’histoire de l’équipage de Misson, quelques pirates qui veulent s’établir sur une île (qui est le lieu par excellence de l’utopie), réclament leur part du butin qui leur est équitablement remise23. Tout au long du XVIIIe siècle, Madagascar paraît cristalliser les rêves d’un autre monde. Il s’agit d’un rêve utopique de fonder une société libre et égalitaire qui permettrait d’échapper aux contraintes du monde, d’où la création, par Defoe, de Libertalia, cette communauté pirate qui l’émerveille.

Une valorisation fascinée des pirates : piraterie et éthique protestante

  • 24 Sara Soncini, « The Island as Social Experiment : A Reappraisal of Daniel Defoe’s Political Discour (...)
  • 25 The King of Pirates, op. cit., p. 20-21.

11Il est fascinant de voir l’importance qu’ont aux yeux de Defoe les criminels, les escrocs, les femmes de peu de vertu, les voleurs et les pirates. Il semble intéressant de s’interroger à présent sur les raisons d’une telle fascination pour le moins inhabituelle pour les « successful crooks », les brigands parvenus. Les personnages de Defoe recherchent insatiablement à acquérir des objets comme Moll Flanders lorsqu’elle commet ses différents larcins, ou bien Singleton dans ses activités de pirate. Sara Soncini souligne que Moll, Roxana, Singleton ont pour seul but l’acquisition de biens sur le mode de la piraterie : « the ’piratical’ acquisition of wealth and the subsequent consolidation of their possessions »24. Dans cette phrase, les termes « acquisition », « wealth », « possession » appartiennent au lexique du capitalisme et l’on remarque, dans les textes de Defoe, un goût de l’accumulation à travers la récurrence de listes, d’inventaires et d’énumérations comme, par exemple, aux pages de The King of Pirates où Avery livre quantités de chiffres pour inventorier la prise25 , « his prize », ou encore lorsque Moll Flanders fait l’inventaire du paquet qu’elle a volé :

Taking the bundle up into my chamber, I began to examine it : It is with horror that I tell what a treasure I found there ; ’tis enough to say, that besides most of the family plate, which was considerable, I found a gold chain, an old fashion’d thing, the locket of which was broken, so that I supposed it had not been us’d some years, but the gold was not the worst for that ; also a little box of burying rings, the lady’s wedding-ring, and some broken bits of old lockets of Gold, a gold watch, and a purse with about 24l value in old pieces of Gold coin, and several other things of value. This was the greatest and the worst prize that ever I was concern’d in. (op. cit., p. 161, c’est moi qui souligne).

  • 26 Voici quelques exemples d’inventaires faits par les personnages defoéens : « three or four Compasse (...)

12Dans ce passage, le vol de Moll est implicitement comparé à la prise d’un pirate avec l’utilisation du terme « prize » qui fait écho au passage de The King of Pirates précédemment mentionné. Le terme « treasure » qui ouvre l’inventaire n’est pas sans rappeler les trésors des pirates, sans parler du motif de l’or qui est repris cinq fois dans l’énumération. L’ambivalence du verbe anglais « tell » reflète parfaitement l’utilisation problématique des chiffres dans la narration : en effet « to tell » signifie « raconter », « dire », mais aussi « compter » et, par conséquent, lorsque Moll dit « I tell what a treasure I found », elle en donne un compte précis (« about 24l »). L’argent et sa valeur semblent être primordiaux au sein de la narration de Defoe. Mais le terme « horror » souligne un rapport paradoxal à l’argent. Ces énumérations précises participent également au réalisme de Defoe. Dans The Rise of the Novel (1957), Ian Watt propose la définition suivante du réalisme à l’époque de Defoe, qui met l’accent sur la manière de narrer, plus que sur le contenu des récits : « the novel’s realism does not reside in the kind of life it presents, but in the way it presents it » (Watt, 1957, 11). L’accent est mis, dans sa conception du réalisme formel, sur la caractérisation des personnages et sur la peinture détaillée de l’univers dans lequel ils évoluent (« characterization and presentation of background », op. cit., p. 17). Defoe fait un inventaire des objets réels et référentiels, pour mieux laisser libre cours à l’invention26.

  • 27 D. Defoe, Les Chemins de Fortune ; Histoire Générale des plus fameux pirates, p. 107.
  • 28 R. H. Tawney, op. cit., p. 107.
  • 29 Capitaine Charles Johnson, The Successful Pyrate, Theatre Royal, Drury Lane, London, 1713.

13Les thèses de Tawney et de Weber sur l’éthique protestante et le capitalisme semblent offrir des lectures parallèles et intéressantes pour les récits de pirates de Defoe, en ce que ces deux penseurs se penchent sur les liens entre l’argent, le capital, le travail et la religion. Max Weber, dans son célèbre ouvrage L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904), analyse l’influence du protestantisme et du puritanisme sur le développement de l’esprit capitaliste, alors que R. H. Tawney affirme, dans La Religion et l’essor du capitalisme (1926), que c’est le protestantisme qui a adopté l’éthique capitaliste de la prise de risques et de la poursuite du profit et non pas l’inverse. Les deux penseurs convergent, cependant, dans l’établissement d’une relation intrinsèque entre le protestantisme et le capitalisme qui se fait par l’adhésion rationnelle, contre le traditionalisme du catholicisme. De nombreux principes du protestantisme se trouvent au cœur des histoires de pirates et des romans de Defoe où les personnages semblent souvent être les jouets de la Providence. Il n’est pas toujours aisé de discerner la religion de tel ou tel personnage ou pirate des textes de Defoe, mais quelquefois le lien entre piraterie et protestantisme est explicite, comme dans le récit du pirate français Misson et de Carracioli au chapitre 20 de The General History of Pirates puisque de nombreux membres de l’équipage étaient des protestants de la Rochelle. La notion protestante de prédestination est très présente dans Captain Singleton, lorsqu’un homme s’adresse à Singleton en ces termes qui résonnent comme des imprécations divines : « Thou art born to do a world of mischief ; thou hast commenced pirate very young ; but have a care of the gallows, young man ; have a care, I say, for thou wilt be an eminent thief » (CS, op. cit., p. 24). L’énergie des pirates comme Avery ou Singleton est employée dans l’activité et le travail, et l’on rejoint ici la valorisation protestante du mouvement, de l’action bien que l’errance des pirates sur les mers puisse également être interprétée comme une absence de mouvement dans l’espace confiné du bateau. Une force de travail disciplinée, organisée rationnellement, comme on la voit sur les bateaux-pirates comme celui du Capitaine Teach (dit Barbe-Noire) renvoie à la conception du capitalisme de Weber. Sur le navire de Teach, un ensemble de lois égalitaires et démocratiques règlent la vie à bord, incluant l’élection de capitaines et de maîtres de timonerie (« quartermasters »), la signature de contrats, la division équitable du travail, etc.27. Tawney écrit : « les œuvres ne sont pas un moyen d’atteindre le salut, mais elles sont indispensables en tant que preuve qu’on a atteint le salut »28. La réussite qui en découle est interprétée comme une bénédiction divine, comme un signe d’élection, une manière de s’assurer paradoxalement de son état de grâce ; or la piraterie était une bonne façon de s’enrichir, comme le souligne Singleton : « What we had taken was indeed so considerable, that it was not only enough to satisfy the most covetous and the most ambitious minds in the world, but it did indeed satisfy us, and our men declared they did not desire any more » (CS, p. 142). Une pièce de théâtre d’un certain Charles Johnson – qui n’a apparemment aucun lien avec le Capitaine Charles Johnson-alias Defoe qui signe The General History of Pirates – , intitulée The Successful Pyrate29, voit le jour en 1713. Ce titre associe bien piraterie et succès, comme le fait Defoe, et particulièrement dans ce passage de Moll Flanders qui met en parallèle le crime et le succès : « being hardened by a long race of crime, and success unparallel’d » (MF, p. 210).

  • 30 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Joh (...)

14Les valeurs de l’individualisme et le principe de la grâce seule sont également au cœur des textes de Defoe puisque la valeur d’une personne ne dépend que de l’amour de Dieu, et non de ses qualités, de son mérite, ou de son statut social. Ainsi, Moll a droit à une nouvelle chance, elle peut se repentir malgré ses crimes si bien qu’on en arrive à une redéfinition du crime et elle peut réussir en dépit d’origines sociales dignes d’une picara, et finir sa vie dignement et sobrement en Angleterre après un passage par les colonies : « her application to a sober life, and industrious management at last in Virginia » (Ibid., p. 5). Un peu plus loin, le narrateur de Moll Flanders ajoute : « an unwearied industry will go a great way to deliver us from it, will in time raise the meanest creature to appear again in the world, and give him a new cast for his life » (Ibid., p. 5). Le polyptote sur les termes « industry » et « industrious » renvoie bien évidemment à la valorisation protestante du travail. La même remarque s’applique à Singleton qui souhaite se repentir de sa vie de criminel. Cependant, si un acte royal accordait le pardon aux pirates repentis, celui-ci n’était qu’un moyen de les arrêter et de les envoyer à la potence, comme l’indique Defoe dans son chapitre sur le Capitaine Samuel Burgess. Le repentir ne donnait donc pas toujours une deuxième chance dans la société réelle : « Most of the pirate’s passengers thought themselves cleared by the Act of Grace, but some of them, not willing to trust to it, got off with what gold they could, in a Dutch boat. They who trusted to the pardon were clapped in gaol and died in their irons »30.

15La façon dont les pirates disposent de leurs prises montre que pour eux l’or n’est pas une substance à utiliser dans la société : très souvent ils enterrent leur butin ou le gaspillent lors d’orgies. Le Capitaine Singleton ne jouit donc pas de ses richesses : il fait envoyer la plupart de son argent à la sœur de son ami William le Quaker, veuve qui vit en Angleterre. Cette bonne action lui permet en quelque sorte de se racheter, comme si l’argent accumulé lors d’actes criminels pouvait permettre d’atteindre un état de grâce. En effet, le Capitaine Avery associe l’argent accumulé à une prise de risques, lorsqu’il dit dans The King of Pirates : « we were all of the opinion that our treasure was so great that wherever we went, we should be a prey to the government of that place » (op. cit., p. 26). L’argent acquis par la piraterie attente à la liberté du pirate et de son équipage. Le bateau devient une prison, avec, en prime, la menace permanente de mort par noyade. Avery remarque qu’ils sont trop riches pour accoster (« too rich to go onshore »). De même, Singleton qui a accumulé beaucoup d’argent, ressent le besoin de s’en séparer car il craint pour le salut de son âme :

I began sincerely to hate myself for a dog ; a wretch that had been a thief and a murderer ; a wretch that was in a condition which nobody was ever in ; for I had robbed, and though I had the wealth by me, yet it was impossible I should ever make any restitution ; and upon this account it ran in my head that I could never repent, for that repentance could not be sincere without restitution, and therefore must of necessity be damned. There was no room for me to escape (CS, p. 187).

16Une telle phrase n’est pas sans rappeler la ligne puritaine des journaux des pèlerins et des récits de repentance.

  • 31 Peter Lamborn Wilson, Utopies pirates ; Corsaires Maures et Renegados, traduit de l’anglais par Her (...)

17Les textes de Defoe sont empreints d’une fascination pour les minorités, qu’il fait parler, pour les parias, les pauvres gens ; par conséquent, les pirates en tant que société à l’envers sont au cœur de son intérêt. En effet, comme on peut le lire dans le chapitre 3 du récent ouvrage de Marcus Rediker intitulé Villains of All Nations : Atlantic Pirates in the Golden Age, qui analyse les origines sociales et la démographie des équipages pirates, une écrasante majorité des pirates étaient de pauvres marins industrieux. Les pirates ne sont pas des hommes instruits, mais pauvres et marginalisés. Peter Lamborn Wilson écrit qu’au sein de l’histoire officielle, « ils ne pouvaient avoir de véritables idées ou de véritables projets. (…) Ils sont considérés comme des particules insignifiantes, balayées hors du cours de l’histoire par un tourbillon d’irrationalité exotique »31. Mais c’est précisément la voix de ces « particules insignifiantes », de ces hommes révoltés qui se mutinent que Defoe laisse entendre. Il accorde également une place particulière aux femmes qui sont doublement minoritaires et marginalisées, dans ses récits de pirates avec, dans The General History, un chapitre consacré à Ann Bonny et Mary Read, deux célèbres femmes pirates, mais aussi dans ses romans comme Moll Flanders ou encore Roxana, The Fortunate Mistress (1724). Dans les deux types de textes évoqués, la femme est représentée travestie. Le déguisement est d’ailleurs une problématique centrale dans l’écriture de Defoe. Le monde pirate était masculin et Ann Bonny et Mary Read ont donc dû vivre travesties en homme afin d’échapper à leur condition et se libérer des limites imposées par leur corps et leur statut au sein d’un monde d’hommes. Il n’est pas anodin que Moll soit caractérisées, à cet égard, par son goût des vêtements et de la dissimulation dans Moll Flanders : « I conceal’d myself » (MF, p. 51) ; « I loved nothing in the world better than fine clothes  » (ibid., p. 89à). Les vêtements permettent aux deux femmes-pirates d’exister au sein d’un monde d’hommes. Moll se déguise également pour voler : « I went out in an equipage quite different from any I had ever appear’d in before ; I dress’d myself like a beggar woman, in the coarsest and most despicable rags I could get, and I walk’d about peering, and peeping into every door and window I came near  » (MF, p. 197). C’est le cri de la révolte féminine qui est perceptible à la lecture des histoires de ces femmes pirates ou criminelles –paradoxalement sous la plume d’un homme. Un grand nombre de points convergents existent entre les deux femmes pirates et Moll, probablement en raison du caractère romanesque de leur vie. Ainsi, Defoe débute le chapitre qu’il leur consacre en insistant sur la véracité de leur histoire qu’il compare à celle de pirates hommes :

  • 32 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Joh (...)

The odd incidents of their rambling lives are such that some may be tempted to think the whole story no better than a novel or romance ; but since it is supported by many thousand witnesses, I mean the people of Jamaica who were present at their trials and heard the story of their lives upon the first discovery of their sex, the truth of it can be no more contested than that there were such men in the world as Roberts and Black-Beard, who were pirates32.

18La naissance illégitime et la pauvreté les rapprochent ainsi que le montre l’expression « the offspring of debauchery and vice » qui ouvre Moll Flanders (p. 3). Ces femmes sont définies par leur dénuement le plus extrême, comme le souligne la répétition du privatif « without » dans cette citation de Moll Flanders : « a poor desolate girl without friends, without cloaths, without help or helper in the world » (MF, p. 7). Les mères de Moll et d’Ann Bonny étaient enceintes en prison. Les héroïnes sont donc dans le milieu criminel dès l’origine, avant même de naître, comme si le crime était constitutif de leur personne. Toutes les trois mèneront une vie d’errance que l’on peut qualifier de picaresque. Moll affirme notamment avoir erré avec des gens de la route : « I had wandred among a crew of those people they call gypsies or Egyptians » (MF, p. 8). Toutes trois seront aussi accusées de crimes. Cette attention portée aux femmes dans un monde d’hommes fait partie des fondements du mythe de la piraterie comme rêve utopique d’un monde à l’envers, avec la conjonction de la liberté, de l’égalité, de l’esprit rebelle et du crime. Dans un entretien accordé en 2003, Michel le Bris dit que Delacroix se serait inspiré du frontispice de The General History of Pyrates de Defoe pour son tableau La Liberté guidant le peuple. La gravure représentait deux femmes pirates, Ann Bonny et Mary Read, marchant, poitrine nue et sabre à la main, sur les cadavres de leurs ennemis vaincus. Cette réutilisation illustre l’élévation de ces personnages marginaux chez Defoe au rang de figures mythiques, atemporelles et exemplaires.

  • 33 Jeffrey Hopes, « De l’histoire aux histoires : Le Récit historique romancé au début du dix-huitième (...)
  • 34 Robert Mayer, History and the Early English Novel : Matters of Fact from Bacon to Defoe, Cambridge, (...)

19Il faut bien se rendre compte du caractère inhabituel et tout à fait novateur de l’écriture de l’histoire du peuple ou encore, pour prendre un autre texte de Defoe, d’un événement comme la peste de 1722. Cela peut paraître parfaitement commun au lecteur d’aujourd’hui, mais, au dix-huitième siècle, l’ « Histoire » était surtout celle des rois, des Etats, des batailles, des défaites et des victoires. Qui sont les acteurs de l’Histoire que peint Defoe ? Les « Grands » (hommes politiques, etc.), ceux dont les noms figurent dans les chronologies, n’ont qu’un rôle périphérique. Ils apparaissent par le biais de métonymies. Par exemple, les autorités de la ville dans A Journal of the Plague Year et Due Preparations for the Plague sont représentées par l’intermédiaire des tables de mortalité peu fiables. Dans The General History of Pirates, le gouverneur de Caroline du Nord n’apparaît qu’à travers les actes de soumission. Les grands noms de l’Histoire se réduisent à des textes et à des lois promulgués sans grand souci de la détresse du peuple, de ces familles qui étaient enfermées dans leur maison lors de la peste. En revanche, les récits des deux familles de Due Preparations for the Plague, ceux des différents personnages du Journal, sans oublier celui du narrateur HF, occupent la majeure partie des textes et viennent contredire les récits des « Grands ». Rappelons que Defoe était un écrivain populaire et que son but était de rendre l’histoire familière afin qu’elle fût ouverte à tous. La peste de 1665 n’est pas un événement qui entrait dans le « répertoire de l’histoire classique »33, comme le rappelle Jeffrey Hopes. Le mélange des discours de l’histoire et de la fiction permet à Defoe d’entremêler le public et le privé : les pirates que le lecteur de Defoe découvre comprennent à la fois des petits pirates comme Singleton mais aussi les Princes des pirates, les grands noms de la piraterie. L’anonyme côtoie le connu ; le petit côtoie le grand : Defoe crée une sorte d’interaction entre les différents niveaux de l’histoire, ce qui lui permet d’écrire l’Histoire (« the historic ») comme une histoire. Son écriture était motivée par le souhait d’ouvrir le roman à toutes les couches sociales. Comme le remarque Robert Mayer, c’est dans l’analyse de son statut d’écrivain populaire qu’il est possible de comprendre son mélange des discours historique et fictionnel : « Defoe’s status as a popular writer provides us with a starting point in searching for an understanding of his use of fiction in historiography »34. L’Histoire à l’époque où écrit Defoe inspire le respect, contrairement à la fiction, qui est fortement discréditée. Or c’est en ayant recours à la fiction que Defoe parvient à rendre les événements historiques intelligibles pour tous. Ce recours à la fiction ne vient-il pas déstabiliser l’Histoire, la « pirater » ?

Defoe, pirate de l’écriture de l’histoire

  • 35 Daniel Defoe, A Journal of the Plague Year, 1722, Penguin Classics, 1986, p. 57-66.
  • 36 William Camden, Britannia : or a chorographical description of Great Britain and Ireland, together (...)
  • 37 Gérard Genette, Palimpsestes, la littérature au second degré, Paris, le Seuil, 1982, p. 8.
  • 38 Voir sur ce point Emmanuelle Peraldo, Daniel Defoe et l’écriture de l’histoire, Paris, Honoré Champ (...)
  • 39 A Tour thro’ the Whole Island of Great Britain, 1724-26, Vol. I, p. 53, 56, 59, 60, 79, 87, 91, 169 (...)
  • 40 John Macky, A Journey Through England. In Familiar Letters from a Gentlemam [sic] Here, to his Frie (...)
  • 41 In NQ, 204, 1959, p. 399.
  • 42 John Mullan, in Daniel Defoe, Memoirs of a Cavalier, 1720, Oxford, New York, Oxford UP, The World’s (...)
  • 43 William Minto, Daniel Defoe, London, English Men of Letters, John Morley (ed.), MacMillan & Co, 187 (...)
  • 44 John Robert Moore, « Defoe, Stevenson, and the Pirates », English Literary History, Vol. 10, N°1, 1 (...)

20Pour revenir au titre de cette étude : « Histoire des pirates et pirate(s) de l’Histoire dans quelques écrits de Daniel Defoe », il est possible de lire « pirates de l’histoire » au pluriel pour ce qui est des personnages de Defoe et de la façon dont ils sapent l’Histoire tout en la construisant. Mais il est tout autant possible de lire « pirate de l’Histoire » au singulier et, cette fois-ci, nous renverrons à la figure auctoriale, Defoe lui-même, qui utilise les figures de pirates comme autant d’outils pour écrire l’Histoire, en prenant le masque du pirate dans une forme de manipulation de l’écriture, de flottement identitaire ; c’est en ce sens que l’on peut parler de piraterie littéraire à l’œuvre dans l’écriture de l’Histoire chez Defoe. Doris Dalglish a intitulé Presbyterian Pirate sa biographie de Stevenson, l’auteur de Treasure Island, célèbre histoire de pirates. Une biographie de Defoe pourrait porter le même titre. Le pirate est à la fois objet et sujet écrivant dans les textes de Defoe. En effet, Defoe est souvent décrit comme un auteur mineur de Grub Street, de ceux que l’on appele aussi « hacks ». Le terme qui n’est pas sans rappeler les « hackers », qui sont des pirates d’une nouvelle sorte, les pirates informatiques. Par glissement de sens, un pirate informatique désigne un individu s’adonnant à des détournements de données, de fonds par Internet ou à des copies d’œuvres en dépit du droit d’auteur. Il en existe d’autres formes plus crapuleuses comme le « phishing », qui consiste à se faire passer pour un autre, ce qui peut rappeler la pratique de l’anonymat et l’utilisation de déguisements, masques ou personae par Defoe. Ce dernier n’hésitait pas à recopier des pages complètes de documents pour faire du remplissage, à la manière des auteurs payés à la ligne. C’est le cas, par exemple, dans A Journal of the Plague Year (1722), dans lequel Defoe insère non seulement de nombreuses tables de mortalité mais aussi un document de quelque dix pages intitulé : « Orders conceived and published by the Lord Mayor and Aldermen of the City of London concerning the infection of the Plague, 1665 »35. Pour compléter ses propos dans le Tour thro’ the Whole Island of Great Britain (1724-26), Defoe renvoie à de multiples reprises à William Camden (1551-1623), auteur érudit de la monumentale Britannia (1586)36, œuvre qui inspire beaucoup Defoe dans le Tour. Il y a bien une relation de « co-présence » entre le texte de Camden et celui de Defoe, selon la définition genettienne de l’intertextualité. En effet, Genette fait référence à la « présence effective d’un texte dans un autre »37, pour définir l’intertextualité. Or Defoe cite Camden (Tour, op. cit., pp. 32-33), en manipulant parfois ses citations, notamment en les tronquant38. Il a parfois recours à certains auteurs pour fournir une information sur une partie de l’Angleterre où il n’est jamais allé, comme le pays de Galles. Le Tour comporte au moins quatre-vingt allusions et références à Camden39. Defoe fait également allusion à d’autres historiens, dont John Leland, William Dugdale, Robert Plot, Clarendon, ou Hobbes. Il renvoie également plusieurs fois à John Macky et son Journey Through England in Familiar Letters publié en 171440. On peut voir dans cette riche intertextualité historique une autre forme de co-présence, le plagiat, thèse que soutient J. H. Andrews dans son article « A Case of Plagiarism in Defoe’s Tour »41. John Mullan, qui souligne ce trait caractéristique de l’auteur, emploie un verbe habituellement utilisé pour parler des pirates : « Defoe was a hack, and where he didn’t have the time to invent, he had to pillage »42. L’utilisation de ce verbe « piller » souligne bien le lien intrinsèque entre Defoe et ses personnages pirates, et l’abondance des pratiques intertextuelles dans les textes de Defoe exprime parfaitement le lien entre piraterie et écriture. Le pirate fonctionne chez Defoe comme une persona, et ceci pourrait jeter le doute sur l’ensemble de l’Histoire des pirates de Defoe. Il est ainsi possible de se demander si le livre-somme sur la piraterie, The General History, n’est pas lui aussi une escroquerie sortie du cerveau fertile d’un faussaire. La piraterie est en effet l’une des caractéristiques de l’écriture même de Defoe qui fut et est encore très souvent considéré comme un escroc, comme le montre la célèbre phrase de William Minto : « He was a great, a truly great liar, perhaps the greatest liar that ever lived  »43. Ce point est central lorsqu’on parle de l’écriture de l’Histoire par Defoe, puisque la frontière est impossible à discerner entre le référentiel et le fictionnel. La piraterie entre parfaitement dans cette problématique puisque tout ce qui est dit sur les pirates a été déformé par des années de croyances, de mythes et légendes. Il y a un flottement générique dans l’écriture de l’histoire des pirates par Defoe puisqu’il invente des pirates dans une trame factuelle. Par ailleurs, le deuxième volume de The General History fait alterner des histoires de pirates réels et des histoires de pirates fictifs. Defoe connaissait des pirates qui lui avaient raconté leur histoire lorsqu’il était à Newgate, comme le rappelle Moore : « He himself had lain in Newgate prison only two years after Captain Kidd had been confined there »44.

  • 45 En 1711, Harley crée la compagnie des mers du Sud qui restera en existence jusqu’aux années 1850, e (...)
  • 46 Maximillian Novak, « ‘Appearances of Truth’ : The Literature of crime as a narrative system (1660-1 (...)

21Lire le texte de Defoe comme un livre de fiction, contenant de multiples passages de plagiat, c’est-à-dire comme le butin d’un pirate hacker, reviendrait cependant à ignorer l’originalité dont il fait preuve dans l’historiographie du XVIIIe siècle en entremêlant ainsi histoires et Histoire. Defoe, écrivain « hack » fasciné par la piraterie et les marginaux, détourne le genre historique pour écrire une histoire des parias, ceux qui sont exclus de la société et donc de l’histoire – pratiquant en outre une forme de mise en abyme des pratiques de pirates dans ses écrits, puisqu’il utilise lui-même le pillage de textes déjà publiés et la citation frauduleuse par le recours à la fiction. Le contexte politico-historique des années 1720-22, celui de la « Bulle des mers du Sud » (« The South-Sea Bubble »45) était une période de détresse financière et psychologique pour la population. Comme le souligne Maximillian Novak, cette situation a eu une influence directe sur l’augmentation de la criminalité et a certainement déterminé la manière dont Defoe présente, en les valorisant presque, ses pirates et ses voleurs : « Compared to the despair produced by the directors of that company, the robberies of hungry and desperate men and women seemed almost heroic »46. Ce contexte permet de comprendre les textes de Defoe sur les pirates comme des allégories des problèmes de l’époque, plutôt que comme la défense de tel ou tel groupe sociologique.

  • 47 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Joh (...)
  • 48 John Robert Moore, op. cit., p. 59.
  • 49 Michel le Bris, « L’histoire et le mythe », actes du colloque de Brest 3-4 mai 2001, L’Aventure de (...)
  • 50 G. Lapouge, op. cit., p. 168.

22La piraterie, suprême représentation de l’aventure, est un sujet doublement fascinant pour un auteur polygraphe comme Defoe en ce qu’elle éclaire l’Histoire et qu’elle est extrêmement romanesque, ce qui lie les deux grands intérêts de Defoe, l’Histoire et la fiction, la science et la littérature. Lire les récits de pirates de Defoe permet de rendre compte d’un phénomène historique, la piraterie, et de son rayonnement littéraire. En effet, si The General History, par exemple, peut être étayée par de nombreux documents, il n’en reste pas moins un ouvrage captivant et haut en couleurs dans lequel l’authenticité flirte avec l’invention. Dans sa préface, l’auteur s’en explique en ces termes : « If there are some incidents and turns in their stories which may give them a little the air of a novel, they are not invented or contrived for that purpose, it is a kind of reading this author is little acquainted with »47. Moore présente Defoe comme l’historien des pirates et leur porte-parole littéraire : « Defoe has come down to us as the historian of pirates and as their literary spokesman »48. L’Histoire a donné des pirates et Defoe se les est appropriés et en a refondu la réalité historique, contribuant ainsi à faire d’eux un mythe ou une légende. La complexité du rapport entre le pirate et l’Histoire se reflète dans l’intrication des discours. Chez Defoe, l’histoire se définit par le mélange de la fiction, du mythe et du réel. Le Capitaine Singleton croise ainsi dans le roman qui porte son nom des pirates réels. Cette convergence du référentiel et du fictionnel n’affaiblit en rien la véracité de l’histoire racontée. Histoire et fiction se nourrissent mutuellement dans les textes de Defoe. Ce qui est, en revanche, plus déstabilisant pour le lecteur, c’est qu’il n’est pas habituel d’étudier l’Histoire du point de vue des marginaux, des pirates, ou, pour prendre un exemple plus récent des terroristes. Le point de vue est essentiel dans la représentation de l’histoire. La focalisation est un outil littéraire permettant de donner tel ou tel éclairage sur un événement historique connu et il s’établit une relation très complexe entre les deux. L’Histoire est donc toujours subjective, car elle est écrite selon un certain point de vue. Pourtant, Defoe a l’originalité d’utiliser des points de vue pour le moins différents. Comme le souligne Michel le Bris, « une société ne se donne jamais mieux à lire que dans ce qu’elle refoule sur ces marges »49. Lorsque Defoe écoute la clameur des laissés-pour-compte, il s’éloigne des convenances de l’écriture de l’Histoire. Il écrit l’histoire d’un peuple dont nul ne se soucie et donne à voir l’Histoire sous des angles insolites. Les pirates n’existent qu’à travers l’Histoire, mais à travers l’histoire qu’ils écrivent en marge de l’Histoire. Lapouge dit qu’ils « refont volontiers l’histoire si l’histoire ne coule pas dans leur sens »50, un peu comme Defoe lui-même.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires :

CAMDEN, William, Britannia : or a chorographical description of Great Britain and Ireland, together with the adjacent islands. Written in Latin by William Camden, ... and translated into English, with additions and improvements. The second edition. Revised, digested, and published, with large additions, by Edmund Gibson, 1586, London, 1722, 2 vols, Eighteenth Century Collections Online. Gale Group. http://galenet.galegroup.com/servlet/ECCO. (Consulté le 25 novembre 2011)

DEFOE, Daniel, The King of Pirates, Being an Account of the Famous Enterprises of Captain Avery with Lives of Other Pirates and Robbers, 1719, Boston, David Nickerson Company, 1903.

—————, Robinson Crusoe, 1719, London, Penguin Popular Classics, 1994.

—————, La Vie, les aventures et les pirateries du capitaine Singleton, 1720, traduit de l’anglais par G. Charbonnier et A. Frédérique, Rennes, Editions maritimes et d’outre-mer, 1991.

—————, The Life, Adventures and Pyracies of the Famous Captain Singleton, London, 1720. The Project Gutenberg E-Book, http://www.gutenberg.org/ebooks/6422, Consulté le 20 décembre 2011.

—————, The Fortunes and Misfortunes of the Famous Moll Flanders, 1722, Edward Kelly (ed.), New York, Norton, 1973.

—————, A Journal of the Plague Year, 1722, London, Penguin Classics, 1986.

—————, Due Preparations for the Plague as Well for Soul as for Body. 1722. The Works of Daniel Defoe, G. H. Maynadier (ed.),vol. 15, Boston, David Nickerson Company, 1903.

—————, Roxana, The Fortunate Mistress, 1724, Oxford, Oxford World’s Classics, 1998.

__________, A Tour thro’ the Whole Island of Great Britain,1724-26, John McVeagh (ed.), Writings on Travel, Discovery and History by Daniel Defoe, W. R. Owens & P. N. Furbank (eds.), London, Pickering & Chatto, 2001.

————— (?), A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Johnson, 1728, Arthur L. Hayward (ed.), 1926, London, Routledge & Kegan Paul, 1955.

————— (?), A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Johnson, 1728, Manuel Schonhorn (ed.), Columbia, University of South Carolina Press, 1972.

—————, Les Chemins de Fortune ; Histoire Générale des plus fameux pirates I, traduit de l’anglais par Henri Thiès et Guillaume Villeneuve, préface de Michel Le Bris, Paris, Editions Phébus, 1990. (Titre original : A General History of the Pyrates, 1728).

—————, Le Grand rêve flibustier ; Histoire générale des plus fameux pirates II, traduit de l’anglais par Henri Thiès et Guillaume Villeneuve, préface de Michel Le Bris ; Paris, Editions Phébus, 1990. (Titre original : A General History of the Pyrates, 1728)

—————, Madagascar, ou le Journal de Robert Drury, Traduit de l’anglais par Anne Molet-Sauvaget, Paris, L’Harmattan, 1992 (Titre original : Madagascar, or Robert Drury’s Journal, 1728).

JOHNSON, Charles, The Successful Pyrate, Theatre Royal, Drury Lane, London, 1713.

MACKY, John, A Journey Through England. In Familiar Letters from a Gentlemam [sic] Here, to his Friend Abroad. The second edition with large additions, London, 1724, 2 vols., Eighteenth Century Collections Online. Gale Group. http://galenet.galegroup.com/servlet/ECCO. Consulté le 25 novembre 2011.

Sources secondaires :

ANDREWS, J. H, « A Case of Plagiarism in Defoe’s Tour », Notes and Queries, 204, 1959, p. 399.

_____________, « Defoe’s Tour and Macky’s Journey », Notes and Queries, 205, 1960, p. 290-292.

BAER, Joel H, « ’Captain John Avery’ and the Anatomy of a Mutiny », Eighteenth-Century Life, 18.1, 1994, p. 1-26.

BLACKBURN, Timothy C, « The Coherence of Defoe’s Captain Singleton », Huntington Library Quarterly, 41, 1977-78, p. 119-136.

DE MICHELIS, Lidia, « ’A Tale-Gathering in those Idle Desarts’ : Movement as Improvement in Defoe’s Captain Singleton », in Marialuisa Bignami (ed.), Wrestling with Defoe. Approaches from a Workshop on Defoe’s Prose, Quaderni di Acme, 30, Cisalpino, 1997, p. 45-90.

DESCHAMPS, Hubert. Les Pirates à Madagascar aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Editions Berger-Levrault, 1972.

—————, Pirates et flibustiers, Collection Que-sais-je ? N° 554, Paris, Presses Universitaires de France, 1973.

FALLER, Lincoln B, Crime and Defoe ; A New Kind of Writing, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

FURBANK, Philip Nicholas & OWENS, Bob W. R, The Canonisation of Daniel Defoe, New Haven & London, Yale University Press, 1988.

—————, Defoe De-Attributions ; A Critique of J. R. Moore’s Checklist, London & Rio Grande, The Hambledon Press, 1994.

—————, A Critical Bibliography of Daniel Defoe, London, Pickering and Chatto, 1998.

GENETTE, Gérard, Palimpsestes. La Littérature au second degré, Paris, le Seuil, 1982.

HILL, Christopher, « Radical Pirates ? », The Collected Essays of Christopher Hill, Vol. 3, The University of Massachusetts Press, 1986. Traduit de l’anglais par Isabelle Chapman et reproduit dans les actes du colloque de Brest 3-4 mai 2001, L’Aventure de la Flibuste, Michel Le Bris (ed.), Paris, Hoëbeke, Abbaye de Daoulas, 2002, p. 13-50.

HOPES, Jeffrey, « De l’histoire aux histoires : Le Récit historique romancé au début du dix-huitième siècle », BSEAA XVII-XVIII, 42, 1996, p. 73-82 ;

JAEGER, Gérard A, Pirates, flibustiers et corsaires ; Histoire et légendes d’une société d’exception, Avignon, Aubanel, 1987.

JORRAND, Sophie, « Daniel Defoe, les pirates et la littérature », Esprit N° 7, « De la piraterie aux piratages », 2009, p. 146-153.

LAPOUGE, Gilles, Les Pirates. Forbans, flibustiers, boucaniers et autres gueux de mer, Paris, Phébus, Libretto, 1987.

LE BRIS, Michel (éd.), L’aventure de la Flibuste, actes du colloque de Brest, 3-4 mai 2001, Paris, Hoëbeke, Abbaye de Daoulas, 2002, p. 13-50.

LESTRINGANT, Frank, « Quelle religion pour les flibustiers ? La question du protestantisme », in L’Aventure de la Flibuste, Actes du colloque de Brest 3-4 mai 2001, Michel Le Bris (éd.), Paris, Hoëbeke, Abbaye de Daoulas, 2002, p. 119-144.

LINON-CHIPON, Sophie, « Sous le prisme de la flibuste », in Actes du colloque de Brest 3-4 mai 2001, L’Aventure de la Flibuste, Michel Le Bris (éd.), Paris, Hoëbeke, Abbaye de Daoulas, 2002, p. 313-325.

MAYER, Robert, History and the Early English Novel : Matters of Fact from Bacon to Defoe, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

MICHELET, Jules, Histoire de la révolution française, Paris, Chamerot, 1847.

MINTO, William, Daniel Defoe, John Morley (ed.), London, MacMillan & Co, 1879.

MOORE, John Robert, « Defoe, Stevenson, and the Pirates », English Literary History, 10.1, 1943, p.35-60.

_________________, A Checklist of the Writings of Daniel Defoe, 2nd edition, Hamden, Conn., Archon Books, 1971.

NOVAK, Maximillian, « The Defoe Canon : Attribution and De-Attribution » (Review Essay sur FURBANK P. N. & OWENS W. R, Defoe De-Attributions ; A Critique of J. R. Moore’s Checklist), Huntington Library Quarterly, 59.1, 1997, p.83-102.

_____________. « ‘Appearances of Truth’ » : The Literature of crime as a narrative system (1660-1841) », The Yearbook of English Studies, 11, II Special Nb, 1981, p. 29-48.

PERALDO, Emmanuelle, Daniel Defoe et l’écriture de l’histoire, Paris, Genève, Honoré Champion, 2010.

REDIKER, Marcus, Between the Devil and the Deep Blue Sea : Merchant Seamen, Pirates and the Anglo-American Maritime World, 1700-1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

_______________, Villains of All Nations ; Atlantic Pirates in the Golden Age, London, New York, Verso, 2004.

SCHONHORN, Manuel, « Defoe’s Pirates : A New Source », The Review of English Studies, New Series, 14.56, 1963, p. 386-389.

SONCINI, Sara, « The Island as Social Experiment : A Reappraisal of Daniel Defoe’s Political Discourse(s) in Robinson Crusoe and The Farther Adventures », Marialuisa Bignami (ed.), Wrestling with Defoe. Approaches from a Workshop on Defoe’s Prose, Quaderni di Acme, 30, Cisalpino, 1997, p. 11-43.

SOUILLER, Didier, Le roman Picaresque, collection Que sais-je ? Paris, Presses Universitaires de France, 1980.

TOUSSAINT, Auguste, Histoire des corsaires. Collection Que-sais-je ? 1702, Paris, Presses Universitaires de France, 1978.

TURLEY, Hans, « Piracy, Identity and Desire in Captain Singleton », Eighteenth-Century Studies, 31.2, 1997-98, p. 199-214.

____________, Rum, Sodomy and the Lash : Piracy, Sexuality and Masculine Identity, New York, London, New York University Press, 1999.

TAWNEY, Robert H, La religion et l’essor du capitalisme, 1926, trad. Odette Merlat, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1951.

WEBER, Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, 1904-05, collection « les Classiques de sciences sociales », consulté le 2 février 2011 sur le site web suivant : http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html (Consulté le 20 décembre 2011)

WILSON, Peter Lamborn. Utopies pirates ; Corsaires Maures et Renegados, traduit de l’anglais par Hervé Denès et Julius Van Daal, Paris, Éditions Dagorno, 1998.

Haut de page

Notes

1 Gilles Lapouge, Les Pirates. Forbans, flibustiers, boucaniers et autres gueux de mer, Paris, Phébus, Libretto, 1987, p. 19.

2 L’expression « grand récit » est ici utilisée pour tout ce qui relève du public, des faits qui marquent l’humanité et qui apparaissent dans les livres d’histoire et les chronologies ; l’expression « petit récit » est utilisée pour ce qui relève de l’individuel.

3 John Robert Moore, A Checklist of the Writings of Daniel Defoe, 2e édition, Hamden, Conn., Archon Books, 1971.

4 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Johnson, London, 1728, Manuel Schonhorn (ed.), Columbia, University of South Carolina Press, 1972.

5 Maximillian Novak, « The Defoe Canon : Attribution and De-Attribution », The Huntington Library Quarterly, 59.1, 1997, p. 83-102.

6 Voir par exemple P.N. Furbank et W.R. Owens, Defoe De-Attributions ; A Critique of J. R. Moore’s Checklist, London and Rio Grande, The Hambledon Press, 1994.

7 Defoe se réclame de Plutarque et inscrit son texte dans la tradition du genre biographique et donc de l’histoire particulière, contrairement à ce qu’annonce le titre, qui promet une histoire générale.

8 Didier Souiller, Le Roman picaresque, Collection Que sais-je ? PUF, 1980, p. 8. Didier Souiller insiste sur la problématique sociale dans sa définition du personnage picaresque, notamment sur l’idée d’une naissance infamante qui influence le personnage, mais il met également l’accent sur des motifs récurrents dans l’intrigue picaresque comme l’itinéraire géographique souvent symbolique, des récits librement insérés dans la narration, des épreuves rituelles (comme l’amour ou la prison) et des thématiques structurantes comme l’argent, le voyage, l’errance, la fortune, l’apparence et l’illusion. Un grand nombre de ces caractéristiques sont communes au personnage picaresque et au pirate.

9 Robert H. Tawney, La Religion et l’essor du capitalisme (1926(, trad. Odette Merlat, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1951 ; Max Weber, L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-05(, Collection « les Classiques de sciences sociales », http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html, Consulté le 26 novembre 2011.

10 Expression empruntée à G. Lapouge, op. cit., p. 27.

11 « L’histoire est un roman dont le peuple est l’auteur ». Cf. Jules Michelet, Histoire de la révolution française, préface, Paris, Chamerot, 1847, p. x.

12 G. Lapouge, op. cit., p. 171.

13 G. Lapouge, op. cit., p. 20.

14 Daniel Defoe, The Life, Adventures & Piracies of the Famous Captain Singleton, E-book, The Project Gutenberg, p. 139 (http://www.gutenberg.org/ebooks/6422, Consulté le 20 décembre 2011). Toutes les citations de ce texte seront tirées de cette édition (désignée par les lettres CS).

15 Lincoln B. Faller, Crime and Defoe ; A New Kind of Writing, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 18.

16 Moll Flanders, 1722, p. 167. Toutes les citations de ce texte renvoient à cette édition (désignée par les lettres MF).

17 Timothy C. Blackburn, « The Coherence of Defoe’s Captain Singleton », The Huntington Library Quarterly, 41, 1977-78, p. 119-136, p. 130.

18 Paul Veyne analyse les traces, les tekmeria de l’Histoire dans Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971, p. 14.

19 Les Chemins de Fortune ; Histoire Générale des plus fameux pirates I, Paris, Editions Phébus, 1990, traduit de l’anglais par Henri Thiès et Guillaume Villeneuve, préface de Michel Le Bris, p. 313.

20 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Johnson (1728), Arthur L. Hayward (ed.), London, Routledge & Kegan Paul, Ltd, 1926, réimprimé en 1955, p. 473.

21 Hans Turley, Rum, Sodomy and the Lash : Piracy, Sexuality and Masculine Identity, New York, Londres, New York University Press, 1999, p. 10.

22 Daniel Defoe, The King of Pirates, Being an Account of the Famous Enterprises of Captain Avery with Lives of Other Pirates and Robbers (1719(, Boston, David Nickerson Company, 1903, p. 86.

23 Le Grand Rêve Flibustier ; Histoire Générale des plus fameux pirates II, Editions Phébus, Paris, 1990, traduit de l’anglais par Henri Thiès et Guillaume Villeneuve, Préface de Michel Le Bris. Toutes les citations de ce texte renvoient à cette édition (Titre original : A General History of the Pyrates, 1728), p. 45.

24 Sara Soncini, « The Island as Social Experiment : A Reappraisal of Daniel Defoe’s Political Discourse(s) in Robinson Crusoe and The Farther Adventures », in Marialuisa Bignami (ed.), Wrestling with Defoe. Approaches from a Workshop on Defoe’s Prose, Quaderni di Acme, 30, Cisalpino, 1997, p. 12.

25 The King of Pirates, op. cit., p. 20-21.

26 Voici quelques exemples d’inventaires faits par les personnages defoéens : « three or four Compasses, some mathematical Instruments, Dials, Perspectives, Charts and Books of Navigation » (Robinson Crusoe, 1719, p. 67). « I had about 460l left, a great many very rich Cloaths, a Gold Watch, and some Jewels, tho’ of no extraordinary Value, and about 30 or 40l left in Linnen not disposed of » (MF, p. 61).

27 D. Defoe, Les Chemins de Fortune ; Histoire Générale des plus fameux pirates, p. 107.

28 R. H. Tawney, op. cit., p. 107.

29 Capitaine Charles Johnson, The Successful Pyrate, Theatre Royal, Drury Lane, London, 1713.

30 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Johnson, 1728, Arthur L. Hayward (ed.) , Routledge & Kegan Paul, Ltd London, 1926, réimprimé en 1955, p. 526.

31 Peter Lamborn Wilson, Utopies pirates ; Corsaires Maures et Renegados, traduit de l’anglais par Hervé Denès et Julius Van Daal, Paris, Editions Dagorno, 1998, p. 134.

32 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Johnson, op. cit., p. 130.

33 Jeffrey Hopes, « De l’histoire aux histoires : Le Récit historique romancé au début du dix-huitième siècle. », BSEAA XVII-XVIII, N° 42, 1996, p. 73-82, p. 80.

34 Robert Mayer, History and the Early English Novel : Matters of Fact from Bacon to Defoe, Cambridge, Cambridge UP, 1997, p. 168.

35 Daniel Defoe, A Journal of the Plague Year, 1722, Penguin Classics, 1986, p. 57-66.

36 William Camden, Britannia : or a chorographical description of Great Britain and Ireland, together with the adjacent islands. Written in Latin by William Camden, ... and translated into English, with additions and improvements. The second edition. Revised, digested, and published, with large additions, by Edmund Gibson, 1586, London, 1722. 2 vols, Eighteenth Century Collections Online. Gale Group. http://galenet.galegroup.com/servlet/ECCO (Consulté le 22 décembre 2011).

37 Gérard Genette, Palimpsestes, la littérature au second degré, Paris, le Seuil, 1982, p. 8.

38 Voir sur ce point Emmanuelle Peraldo, Daniel Defoe et l’écriture de l’histoire, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 66-68.

39 A Tour thro’ the Whole Island of Great Britain, 1724-26, Vol. I, p. 53, 56, 59, 60, 79, 87, 91, 169, 181, 183, 184, 187, 192, 230, 254, 264, 275 ; Vol. II, p. 3, 13, 17, 25, 26, 28, 29, 43, 138, 152, 155 ; Vol. III, p. 12, 14, 17, 32-33, 40, 46, 51, 53, 55, 82, 88, 90, 94, 95, 96, 103, 120, 129, 132, 133, 134, 136, 140, 143-44, 207, 246, 262, 264, 266, 272, 275.

40 John Macky, A Journey Through England. In Familiar Letters from a Gentlemam [sic] Here, to his Friend Abroad. The second edition with large additions London, 1724, 2 Vols. Eighteenth Century Collections Online. Gale Group. http://galenet.galegroup.com/servlet/ECCO (Consulté le 22 décembre 2011). Voir à ce sujet l’article de J. H. Andrews, « Defoe’s Tour and Macky’s Journey », NQ, 205, 1960, p. 290-292.

41 In NQ, 204, 1959, p. 399.

42 John Mullan, in Daniel Defoe, Memoirs of a Cavalier, 1720, Oxford, New York, Oxford UP, The World’s Classics 1991, Introduction, p. xvi.

43 William Minto, Daniel Defoe, London, English Men of Letters, John Morley (ed.), MacMillan & Co, 1879, p. 169.

44 John Robert Moore, « Defoe, Stevenson, and the Pirates », English Literary History, Vol. 10, N°1, 1943, p. 35-60, p. 59.

45 En 1711, Harley crée la compagnie des mers du Sud qui restera en existence jusqu’aux années 1850, et qui a pour but de payer en partie la dette gouvernementale contractée au cours de la guerre de Succession d’Espagne (qui s’achève en 1713). Cette compagnie se voit confier le monopole sur le commerce avec les colonies espagnoles en Amérique du Sud. La compagnie échange dix millions de livres en bons du Trésor contre des actions à 6%, maintenant fermement que ses effets à long terme seront positifs, même si le premier voyage commercial de la compagnie en 1717 amène peu de profits. Ceci entraîne ce qui est communément connu sous le nom de la bulle des mers du Sud. Peu avant 1720, le cours de l’action augmente rapidement pour passer de £100 à £1000, ce qui engendre une frénésie spéculative. Tout le monde veut alors investir dans les mers du Sud. C’est une bulle financière, l’illusion d’un miracle économique, dû à une spéculation trop importante. Peu après, l’action commence son déclin, ruinant ainsi des milliers d’individus. Defoe écrit ses lettres à Harley (1711), ses articles dans la Review (1711) et son pamphlet, An Essay on the South-Sea Trade (1712), avant la bulle, vers les débuts de la compagnie des mers du Sud. En revanche, son récit fictif, A New Voyage Round The World, paraît en 1724, une fois que le désastre du « South-Sea Bubble » est terminé.

46 Maximillian Novak, « ‘Appearances of Truth’ : The Literature of crime as a narrative system (1660-1841) », The Yearbook of English Studies, 11, II Special Nb, 1981, p. 29-48, p. 32.

47 A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pyrates by Captain Charles Johnson, préface, p. x.

48 John Robert Moore, op. cit., p. 59.

49 Michel le Bris, « L’histoire et le mythe », actes du colloque de Brest 3-4 mai 2001, L’Aventure de la Flibuste, Dir. Michel Le Bris, Paris, Hoëbeke, Abbaye de Daoulas, 2002, p. 6.

50 G. Lapouge, op. cit., p. 168.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Peraldo, « Histoire des pirates et pirate(s) de l’Histoire dans quelques écrits de Daniel Defoe », Études Épistémè [En ligne], 20 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://episteme.revues.org/439 ; DOI : 10.4000/episteme.439

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Peraldo

Emmanuelle Peraldo est maître de conférences en littérature britannique du dix-huitième siècle à l’Université Jean Monnet, Saint-Etienne. Elle est membre du CELEC. Elle a publié un ouvrage intitulé Daniel Defoe et l’écriture de l’histoire en 2010 chez Honoré Champion, ainsi qu’un chapitre « Narrative Cartography in the Eighteenth Century : Defoe’s Exploration of Great Britain in the Tour » pour un ouvrage collectif intitulé Narratives of Travel and Tourism (Jacqueline Tivers and Tijana Rakic (eds), Ashgate, à paraître fin 2011). Elle travaille actuellement sur un projet de recherches sur Defoe et la géographie, dans le cadre de recherches en géocritique et en écocritique.

Haut de page
  • Revues.org