Navigation – Plan du site
Poétique de la catastrophe ? Représentations du régicide aux XVIe et XVIIe siècles en Europe

Marvell et l’éloge ambigu du roi martyr

Gilles Sambras

Résumés

Andrew Marvell nous a laissé l’une des plus célèbres évocations de l’exécution de Charles Ier « An Horatian Ode Upon Cromwell’s Return from Ireland », où le roi martyr se soumet à la hache du bourreau avec une élégance et un courage pathétiques (v. 53-64). Ce passage, au cœur d’une ode à la gloire de Cromwell, a suscité nombre de débats chez les spécialistes, portant en particulier sur la question des allégeances politiques du poète au moment de la composition du texte. Cependant, si on laisse de côté cette question pour se pencher sur les stratégies de représentations du régicide, mais aussi de la monarchie, dans l’ensemble des poèmes de Marvell, on constate la continuité et la cohérence remarquables de ces représentations dans des poèmes de coloration politique pourtant indiscutablement différente. Plus que sur l’acceptation ou le rejet du régicide et du système dont il marque la fin, il convient donc de se pencher sur la vision qu’en offre le poète, celle d’une monarchie en-dehors de l’histoire dont la grandeur et la faiblesse sont entièrement résumées dans la splendeur passive du roi martyr. Aussi Marvell ne nous dit pas si le régicide était bon ou mauvais, cataclysmique ou providentiel, car cet événement correspond à un bouleversement plus profond encore qu’un simple changement de régime politique. Il ne s’agit pas pour le poète d’une péripétie historique mais, d’une certaine façon, du véritable début de l’histoire, de l’entrée de l’Angleterre dans le temps historique, une entrée à la fois redoutable et pleine de promesses. Le régicide est en cela semblable au péché originel dans Paradise Lost : il est regrettable, mais il est également ce qui permet à l’Angleterre et aux Anglais de se retrouver au seuil d’une ère nouvelle avec le monde entier devant eux.

Haut de page

Texte intégral

[…] January 30th, Charles was brought to the scaffold hastily nailed together outside his own palace of Whitehall. Dense files of soldiers kept the people back, and made it impossible for their King to address them. His dignity and courageous calm impressed everyone. The London mob which had cheered the execution of Strafford now groaned when Charles’s head fell under the executioner’s axe. Even the Puritan poet Andrew Marvell, writing an Ode to celebrate Cromwell’s triumphant return from Ireland, had to comment on the King’s behaviour on that grim January afternoon :

  • 1 D. L. Farmer, Britain and the Stuarts, London, Bell & Hyman, 1965, p. 147.

He nothing common did or mean
Upon that memorable Scene ;
[...]
Nor called the Gods with vulgar spite
To vindicate his helpless Right.1

  • 2 Mentionné par N. Smith (ed.), The Poems of Andrew Marvell, London, Pearson, 2003, p. 271.

1C’est sur ces vers de Marvell que, en 1965, l’historien D.L. Farmer concluait le chapitre intitulé « The Army and the King » dans son ouvrage Britain and the Stuarts, un classique de l’enseignement secondaire de l’époque. L’invocation de Marvell dans un passage qui souligne si nettement la dignité et le courage du roi est révélatrice à plusieurs égards. Elle nous rappelle à quel point ces vers furent et restent parmi les plus célèbres évocations du régicide ; et plus particulièrement, qu’il s’agit d’une évocation idéologiquement orientée qui contribue à l’image d’un roi martyr. P. Legouis, confirmant ainsi à la fois leur notoriété et leur orientation idéologique, soulignait d’ailleurs, à peu près à la même époque, que les vers de Marvell étaient souvent appris par cœur au XIXe siècle dans les milieux royalistes2. Enfin et surtout, Farmer met incidemment en lumière ce qui constitue encore aujourd’hui le cœur du débat qu’ils ont suscité : le fait que Marvell soit un poète « puritain » (fait discutable et discuté, en tout cas au moment où Marvell compose son Ode) et que ces vers apparaissent, presque contre la volonté du poète (« had to »), dans un panégyrique de Cromwell. La présence de ces vers dans ce contexte semble d’ailleurs si déplacée que certains en vinrent à oublier qu’il s’agissait d’une Ode à Cromwell pour en faire un poème sur la mort de Charles Ier. C’est en ces termes qu’en parlait W. Hazlitt (qui n’avait pas lu le poème) :

  • 3 Cité par M. Wilding in « Marvell’s ’An Horatian Ode upon Cromwell’s Return from Ireland’, the Level (...)

There is a poem of Marvel’s on the death of King Charles I which I have not seen, but which I have heard praised by one whose praise is never high but of the highest things, for the beauty and pathos, as well as the generous frankness of the sentiments, coming, as they did, from a determined and incorruptible political foe3.

2Ainsi se pose le problème qui a agité (et frustré) les spécialistes pendant des décennies − et le débat est loin d’être clos. Il ne fait de doute pour personne que la représentation du régicide offerte par Marvell est pathétique et émouvante et qu’elle fait de l’exécution du roi la destruction d’un martyr innocent qui a de son côté le droit mais non la force de le défendre (« his helpless right »). En ce sens, Marvell reprend à son compte des stratégies de représentations quasi-hagiographiques qui avaient prouvé leur redoutable efficacité dans Eikon Basilike (1649). Et on peut se demander ce qui nous permet de parler d’ « éloge ambigu », oxymore maladroit qui peine à contenir les contradictions du poème. La réponse est déjà en partie présente dans la citation de Farmer : n’en déplaise à Hazlitt, l’Ode est censée célébrer, non l’héroïsme de Charles, mais les triomphes de Cromwell en Irlande ; et cela n’apparaît pas seulement dans le titre. En effet, à côté de l’évocation pathétique de Charles, on trouve des représentations hyperboliques de Cromwell comme agent providentiel et divin :

  • 4 « An Horatian Ode », v. 13-26. Les citations des poèmes de Marvell suivent l’édition de Nigel Smith (...)

And, like the three-forked Lightning, first
Breaking the clouds where it was nursed,
Did thorough his own side
His fiery way divide.
(For ’tis all one to Courage high
The emulous or enemy ;
And with such to inclose
Is more then to oppose.)
Then burning through the air he went,
And pallaces and temples rent :
And Caesar’s head at last
Did through his Laurels blast.
’Tis madness to resist or blame
The force of angry heavens flame.4

3Cela nous renvoie à l’énigme de l’allégeance politique de l’auteur : s’agit-il d’un poème royaliste ou parlementaire ? Le héros en est-il Charles Ier ou Cromwell ? C’est sur cette question que les commentateurs ont concentré toute leur énergie. Nous n’entrerons pas dans les détails de ce long pugilat critique mais nous nous contenterons d’en rappeler les grandes lignes.

  • 5 Cleanth Brooks, « Marvell’s Horatian Ode », English Institute Essays, 1946, p. 127-158.
  • 6 H. M. Margoliouth (ed.), The Poems and Letters of Andrew Marvell (3ème édition), 2 vols, édition ré (...)

4Pour prouver que Marvell était soit royaliste, soit un partisan de Cromwell, on s’est intéressé à la circulation manuscrite du texte, qui ne sera publié qu’en 1681 après la mort de Marvell, sans toutefois qu’aucune preuve ne puisse être apportée ni dans un sens ni dans l’autre5. Nombreux sont par ailleurs ceux qui ont suivi la suggestion de H. M. Margoliouth qui, à partir de la date probable de composition du poème, y voit un texte de transition, signe d’un renversement d’allégeance politique pour Marvell, dans la mesure où il intervient juste après des poèmes explicitement royalistes (sur Lovelace et Villiers) et peu avant un poème où le soutien à la cause de Cromwell et la condamnation de la monarchie sont désormais sans ambiguïté (« The First Anniversary »)6. Les raisons de ce renversement d’allégeance ont elles-mêmes conduit à des spéculations et on y a parfois vu un poème intéressé où Marvell cherche à s’attirer les faveurs du nouveau régime, à une époque où il cherche un poste dans le gouvernement de Cromwell, tout en ayant la prudence de ne pas s’aliéner les vaincus du jour qui pourraient encore être les vainqueurs de demain. La question reste alors de savoir pourquoi Marvell n’aurait pas cherché à faire publier un texte à travers lequel il espérait contribuer à sa carrière et surtout comment il pouvait espérer obtenir les faveurs d’un parti en restant dans une telle ambiguïté idéologique.

  • 7 T.S. Eliot, Selected Essays : New Edition, New York, Harcourt, Brace and World, 1950, p. 260. T.S. (...)
  • 8 Cleanth Brooks et Robert Penn Warren, Understanding Poetry : An Anthology for College Students, New (...)

5Une approche qui a connu un grand succès fut de voir dans l’Ode une manifestation exemplaire (et presque unique) d’objectivité et d’équilibre dans la perception du régicide. Cette position, qui apparaît déjà avec T.S. Eliot dans son essai de 19217, est résumée chez Cleanth Brooks par l’expression « Olympian detachment »8. Au-dessus des débats passionnés et partisans qui entourent l’événement, Marvell apparaît comme un esprit supérieur et impartial qui juge objectivement des avantages et des inconvénients du régicide.

6Cette dernière vision est tentante mais reste toutefois insatisfaisante : si Marvell se pose effectivement en juge supérieur qui évalue froidement les différents aspects de la question, pourquoi une telle charge émotionnelle ? Pourquoi une insistance presque caricaturale sur le pathétique de Charles en victime innocente ? Pourquoi, également, une représentation si enthousiaste et hyperbolique de Cromwell comme agent foudroyant de la providence divine ?

  • 9 La tendance à « politiser » les poèmes de Marvell est ancienne. Elle remonte à l’étude fondamentale (...)
  • 10 Il est à noter que David Norbrook est l’un des rares à s’être intéressé à la nature des représentat (...)

7La question que se sont posée les commentateurs est donc bien de savoir comment Marvell représente le régicide, mais cette question a toujours été formulée en termes de valorisation ; j’entends par là de la valeur plus ou moins positive de cette représentation afin de pouvoir en tirer des conclusions quant au positionnement idéologique du poète et du texte, ce qui revient à traiter ce dernier non comme un texte littéraire mais davantage comme un témoignage historique, à l’instar des pamphlets et des sermons qui abondent à l’époque. Une telle approche n’est certes pas condamnable car, d’une part, la littérature de la période semble s’y prêter admirablement dans la mesure où la frontière toujours artificielle entre le politique et le littéraire est des plus minces, et, d’autre part, parce que le poème de Marvell, en raison de sa nature même (une ode composée pour saluer l’avènement d’un nouveau chef politique), se situe précisément à l’intersection des deux champs. Néanmoins, après des décennies et des dizaines d’articles consacrés à cette question de la valorisation idéologique du poème qui se heurtent tous in fine à son irréductible ambivalence9, peut-être est-il temps de rendre les armes. Cet aveu d’échec n’est pourtant que partiel : il ne s’agit pas de renoncer à expliquer le texte mais simplement de renoncer à l’étudier dans sa dimension politique ou, plus précisément, de renoncer à l’aborder par le biais de ses implications idéologico-politiques. Cela veut dire qu’il ne s’agit plus de traiter la question de la représentation (de Charles et de Cromwell) comme une étape dans une réflexion visant à mettre à jour un positionnement idéologique, mais comme une fin en soi et donc de façon proprement littéraire. En d’autres termes, nous partons du constat que la représentation de Charles est positive ; celle de Cromwell est également positive : la question de la valorisation vient inévitablement s’échouer sur cet écueil ; mais elle laisse de côté une question à laquelle on s’est trop rarement intéressé : quelle est la forme de ce « positif », ou plutôt, quelles en sont les formes ? Car si les deux représentations sont positives, elles n’en sont pas moins extrêmement différentes et même, de bien des manières, foncièrement opposées. À côté de la valeur des images se pose donc la question des images elles-mêmes et de leur nature : la foudre céleste et le martyr innocent correspondent à des stratégies de représentation, certes également laudatives, mais radicalement différentes10. C’est à cette question que nous proposons de nous intéresser maintenant.

8Il paraît également nécessaire, pour aborder la question sur des bases claires, de séparer les concepts trop souvent superposés d’objectivité et d’impartialité. La superposition de ces concepts nous semble être la cause de la popularité d’une des lectures du poème mentionnées plus haut visant à faire de l’auteur un observateur politique objectif qui évalue avec impartialité les événements dont il est le témoin. A l’évidence, les vers de Marvell ne sont pas objectifs ; le poème au contraire manifeste la subjectivité de son auteur et appelle à l’adhésion sentimentale plus qu’à l’évaluation raisonnée en oscillant entre le pathétique de Charles et le sublime de Cromwell. Subjectif cependant ne signifie pas partial. Marvell parvient en effet à être à la fois subjectif et impartial en proposant des visions subjectives mais concurrentes des deux aspects de la question, en nous faisant tantôt pleurer sur la victime, tantôt applaudir le bourreau, ce qui est en soi un tour de force.

9Cette « subjectivité impartiale » n’est cependant pas un artifice rhétorique ou politique ; elle est liée, pensons-nous, à la nature profonde du texte. Pourquoi Marvell est-il aussi pleinement subjectif dans son évocation de Charles comme dans celle de Cromwell ? Pourquoi donne-t-il autant de force et d’attrait à chacun des camps en présence ? Une telle stratégie n’a pas de sens dans un poème public. La rhétorique de Marvell est celle du panégyriste, mais un panégyrique ne saurait s’embarrasser d’aussi flagrantes incohérences idéologiques. Aussi, bien que le poème se présente dans son titre comme un poème public, est-il peut-être profitable de l’envisager comme un poème privé ; la question alors n’est plus tant de savoir comment Marvell représente le régicide (pour un lectorat mystérieux et incertain), mais comment il se le représente, c’est-à-dire, ce que le régicide représente pour lui. Le texte devient ainsi le lieu d’un véritable dialogue intérieur à travers lequel Marvell met sincèrement en balance les qualités qu’il trouvait à Charles (et le regret qu’il éprouve à l’égard de son exécution) et à la monarchie contre les qualités qu’il attribue à Cromwell (et l’enthousiasme qu’il est susceptible d’éprouver pour le nouveau régime). Ce qui a pu donner l’impression que ce poème était extrêmement intéressé est sans doute, paradoxalement, son honnêteté. L’éloge de chacun des deux partis est sincère et subjectif, mais Marvell ne cherche à travers ce texte les faveurs d’aucun des deux partis, et c’est pourquoi il peut rester si irréductiblement impartial.

10Si la question est « que représente le régicide pour Marvell ? », la réponse apportée est claire même si elle reste embarrassante : le régicide correspond à la destruction nécessaire de l’innocence par la providence divine.

  • 11 Voir Andrew Lacey, The Cult of King Charles the Martyr, Woodbridge, Boydell Press, 2003 ; Andrew La (...)

11Une telle vision du régicide ne va pas sans complications et la position de Marvell, pour originale qu’elle soit, est également inconfortable entre, d’une part, ceux qui présentent le régicide comme un cataclysme absolu dont le seul précédent historique est le sacrifice du Christ et qui développent dans poèmes et sermons le parallèle typologique qui était déjà au cœur de la stratégie rhétorique d’Eikon Basilike11 et, d’autre part, ceux qui y voient un acte providentiel justifié à la fois par le droit humain et le droit divin à l’instar de Milton :

  • 12 John Milton, The Tenure of Kings and Magistrates, in Stephen Orgel et Johnathan Goldberg (eds.), Jo (...)

But this I dare own as part of my faith, that if such a one there be by whose commission whole massacres have been committed on his faithful subjects, his provinces offered to pawn or alienation as the hire of those whom he had solicited to come in and destroy whole cities and countries, be he king, or tyrant, or emperor, the sword of justice is above him, in whose hand soever is found sufficient power to avenge the effusion and so great a deluge of innocent blood. For if all human power to execute, not accidentally but intendedly, the wrath of God upon evildoers without exception, be of God, then that power, whether ordinary, or if that fail, extraordinary, so executing the intent of God is lawful and not to be resisted12.

12On peut souligner en passant les similarités frappantes entre la prose de Milton et les vers de Marvell : « the wrath of God » fait écho à « the force of angry heaven’s flame » et les agents divins sont, dans les deux cas, littéralement irrésistibles. À côté de ces échos apparaissent toutefois des divergences qui font apparaître de façon plus évidente les incertitudes du texte marvellien. Dans la représentation partisane (et donc cohérente) de Milton, le régicide est un acte de justice ; Marvell quant à lui s’égare dans d’étranges incohérences en opposant la justice au destin : « Though Justice against Fate complain, / And plead the ancient rights in vain » (« An Horatian Ode », v. 37-38).

  • 13 Voir Gilles Sambras, « Le pouvoir, source de l’autorité ou la révolution justifiée chez Andrew Marv (...)

13Ces seuls vers pourraient appeler de nombreux commentaires, en particulier sur la nature de cette justice qui ne serait plus divine, d’un destin qui s’opposerait à la providence13. Retenons simplement qu’ils nous renvoient à l’ambiguïté fondamentale du texte et que cette ambiguïté est bien une spécificité du texte marvellien. Celle-ci devient en fait plus palpable lorsque l’on replace les vers de l’Ode dans le contexte plus large des poèmes de Marvell où le récit de la destruction de l’innocence et du martyr est un élément étrangement récurrent.

  • 14 M. C. Bradbrook and M. G. Lloyd Thomas, Andrew Marvell, Cambridge, Cambridge University Press, 1940 (...)

14On peut commencer par évoquer brièvement la mort du faon dans « The Nymph Complaining for the Death of her Fawn ». L’animal est tué par un acte de malveillance gratuit de la part des « Wanton troopers ». Or, les commentateurs ont largement souligné combien la mort de cet animal de compagnie était présentée dans des termes qui évoquent irrésistiblement le sacrifice du Christ14, mais qui font également écho à l’exécution de Charles :

Though they should wash their guilty hands
In this warm life-blood, which doth part
From thine, and wound me to the heart,
Yet could they not be clean : their stain
Is dyed in such a purple grain.
There is not such another in
The world, to offer for their sin[.] (v. 18-24)

15Les mains sanglantes des soldats de Cromwell rappellent inévitablement celles que les « Troopers » baignent dans le sang du faon. Rappelons encore que le mot « Trooper » est le point de départ des interprétations historiques et politiques de ce texte puisque le mot apparaît en anglais durant les guerres civiles pour désigner les soldats des armées parlementaires.

16On retrouve une semblable victime dans « The Unfortunate Lover » Le héros est un amant qui se trouve précipité hors d’un jardin de fraîches fontaines et d’ombres vertes (« Fountains cool, and Shadows green », v. 4) pour être soumis à des tortures prométhéennes (des cormorans dévorent son cœur tandis qu’il est enchaîné à un rocher) qui s’achèvent dans sa mort. Il apparaît, comme Charles, sous les traits d’une victime passive de la colère divine (« angry Heaven », v. 41), victime qui est :

Forced to live in storms and wars ;
Yet dying leaves a perfume here,
And music within every ear :
And he in story only rules,
In a field sable a lover gules. (v. 60-64)

  • 15 Pour un rapprochement entre Charles I et le Faon, voir Yvonne Sandstreom, « Marvell’s Nymph Complai (...)

17Nous ne pouvons entrer dans une analyse détaillée de ces poèmes mais il est important de souligner que la majorité des critiques ont montré de façon convaincante qu’à travers ces deux récits fictifs, et même mythiques, on pouvait facilement entrevoir la figure historique de Charles. Nous avons déjà souligné les résonances historiques du mot « Trooper » pour le faon. Mentionnons simplement, en ce qui concerne l’amant, le fait que sa mort laisse un blason aristocratique et, surtout, que la façon dont il est exposé à la violence de la nature est comparée à « This masque of quarrelling Elements », le mot masque prenant bien sûr des résonances toutes particulières lorsque l’on songe à l’exécution de Charles devant Whitehall15. À l’instar donc du faon et de l’amant, le roi semble devoir être cette figure de l’innocence pastorale foudroyée par la violence de l’histoire. Cette stratégie « pastorale » de la représentation du héros royaliste est d’ailleurs conforme à ce que l’on trouvait dans les poèmes antérieurs dédiés à Hastings et à Francis Villiers.

18Cependant, ces récits pathétiques de l’innocence pastorale, qui suggèrent la vision d’un Marvell royaliste et nostalgique, doivent être comparés à d’autres textes qui témoignent de positions idéologiques fort différentes. Dans « The First Anniversary », Marvell laisse entrevoir le revers de la médaille de cette innocence pastorale, à savoir l’inactivité historique, une incapacité à s’inscrire dans l’histoire qui était déjà dénoncée dans le cas de « The Unfortunate Lover » (« Nor can they to that region climb, / To make impression upon time », v. 8) :

While heavy monarchs make a wide return,
Longer, and more malignant then Saturn :
And though they all Platonic years should reign,
In the same posture would be found again.
Their earthly projects under ground they lay,
More slow and brittle then the China clay :
Well may they strive to leave them to their son,
For one thing never was by one king done. (« The First Anniversary », v. 15-22)

19À ce héros royaliste, pastoral, terrestre et passif s’oppose le héros puritain, Cromwell, qui s’incarne exclusivement, et de façon récurrente, dans les images de l’oiseau et de la foudre. Ainsi, toujours dans « An Horatian Ode », Cromwell, éclair divin est également le faucon victorieux du nouveau régime :

So when the falcon high
Falls heavy from the sky ;
She, having killed no more does search,
But on the next green bough to perch ;
Where, when he first does lure,
The falc’ner has her sure.
What may not then our isle presume
While Victory his Crest does plume ? (« An Horatian Ode », v. 91-98)

20Ce héros céleste est également actif et seul capable de maîtriser et même d’accélérer le temps :

Cromwell alone with greater vigour runs,
(Sun-like) the stages of succeeding suns :
And still the day which he doth next restore,
Is the just wonder of the day before.
Cromwell alone doth with new lustre spring,
And shines the jewel of the yearly ring.
’Tis he the force of scattered Time contracts,
And in one year the work of ages acts [.] (« The First Anniversary », v. 7-14)

21On constate que si les positionnements idéologiques de Marvell sont extrêmement incertains et instables, ses stratégies de représentations sont au contraire cohérentes et stables.

22La représentation de Charles sur l’échafaud est donc bien celle d’un martyr mais l’image est aussi celle d’une victime passive de l’histoire. Sur cette « scène mémorable », Charles ne fait rien, peut-être même ne pense-t-il rien comme le laisse entendre le statut grammatical ambigu de « mean ». Àce titre, la comparaison choisie du billot à un lit doit retenir notre attention, non seulement pour son côté « positif » ou « émouvant », mais également pour sa signification littérale. Soulignons à cet égard que si Marvell, pour des raisons évidentes, n’est guère original dans sa représentation d’un roi qui se couche (ou couché), il l’est davantage dans la mesure où ce mouvement physique descendant ne s’accompagne d’aucune élévation spirituelle, d’aucune forme de transcendance : Charles ne prie pas (et refuse même de se tourner vers les dieux) ; aucune lueur, semblable à celle du célèbre frontispice d’Eikon Basilike, ne vient troubler les cieux au-dessus de Whitehall, et, surtout, aucune allusion n’est faite à l’ascension spirituelle du martyr : Charles, contrairement au Christ, ne triomphe pas dans la mort. La comparaison ici avec un panégyriste royaliste comme Henry King est éclairante puisque ce dernier, contrairement à Marvell, conclut son apologie christique par le triomphe attendu :

  • 16 « An Elegy upon King Charles the First », v. 474-480, Full text of the English poems of Henry King, (...)

In this last Wrong you did Him greatest Right,
And (cross to all You meant) by Plucking down
Lifted Him up to His Eternal Crown
With this encircled in that radiant sphere,
Where thy black murderers must ne’er appear ;
Thou from th’ enthroned Martyrs’ blood-stain’d line,
Dost in thy virtues bright example shine.16

23Interprétée de façon mythique et typologique, la mort de Charles ne représente donc pas pour Marvell une répétition de la mort du Christ, un sacrifice rédempteur qui doit guider les justes vers le salut. La dimension proprement mythique du régicide est pourtant bien présente car le régicide n’est pas une péripétie historique mais un événement fondateur, celui qui marque l’entrée de l’Angleterre dans le temps historique, un bouleversement qui implique de la violence (celle d’un sacrifice fondateur) et des dangers (comme le souligne la fin du poème) mais qui est également nécessaire et plein d’espoir. Contre la typologie christique qui fonde la majorité des représentations du régicide chez les panégyristes royalistes, Marvell semble en fait suggérer un autre prototype typologique pour le régicide : en bien des points, la mort de Charles fait écho au péché originel et à la chute hors du jardin d’Eden à la fois dans sa version biblique mais aussi dans la représentation qu’en donnera Milton quelques années plus tard. L’exécution de Charles est un péché nécessaire pour que l’Angleterre puisse entrer dans l’histoire, une forme de felix culpa. Et c’est peut-être cette nature de faute nécessaire qui résume et explique les incertitudes idéologiques du texte : l’exécution de Charles est bien un péché mais c’est un péché qui fait partie d’un plan providentiel dont Cromwell est le coupable agent dans cet incompréhensible conflit entre la justice et la providence. L’Angleterre, à l’instar du ‘Forward youth’ du début du poème, doit se détourner de la pénombre du jardin pour affronter la violence de l’histoire ; la mort de Charles est donc l’événement liminaire d’une téléologie qui conduit l’homme du jardin d’Eden à la cité céleste à travers les convulsions de l’histoire.

24Concluons sur ce qui n’est certes qu’une coïncidence mais une coïncidence intéressante. Le poème de Marvell s’achève sur l’image de l’épée brandie du héros puritain :

And for the last effect
Still keep thy sword erect :
Besides the force it has to fright
The spirits of the shady night,
The same arts that did gain
A pow’r must it maintain. (« An Horatian Ode », v. 115-120)

  • 17 John Milton, Paradise Lost, Bk XII, ll. 632-634 : « High in front advanced, / The brandished sword (...)

25Cette image n’est pas sans évoquer celle, biblique et miltonienne, de l’épée qui ferme l’accès au jardin d’Eden dans Paradise Lost17 : la violence guerrière de Cromwell est la condition redoutable et nécessaire du temps historique.

Haut de page

Notes

1 D. L. Farmer, Britain and the Stuarts, London, Bell & Hyman, 1965, p. 147.

2 Mentionné par N. Smith (ed.), The Poems of Andrew Marvell, London, Pearson, 2003, p. 271.

3 Cité par M. Wilding in « Marvell’s ’An Horatian Ode upon Cromwell’s Return from Ireland’, the Levellers, and the Junta », The Modern Language Review, Vol. 82, 1, 1987, p. 1-14, p. 1.

4 « An Horatian Ode », v. 13-26. Les citations des poèmes de Marvell suivent l’édition de Nigel Smith, op. cit.

5 Cleanth Brooks, « Marvell’s Horatian Ode », English Institute Essays, 1946, p. 127-158.

6 H. M. Margoliouth (ed.), The Poems and Letters of Andrew Marvell (3ème édition), 2 vols, édition révisée par Pierre Legouis et E. E. Duncan-Jones, Oxford, Clarendon Press, 1971, vol. 2, p. 332-334.

7 T.S. Eliot, Selected Essays : New Edition, New York, Harcourt, Brace and World, 1950, p. 260. T.S. Eliot parle ainsi, à propos du poème, d’ “equipoise” et de “balance and proportion of tones”.

8 Cleanth Brooks et Robert Penn Warren, Understanding Poetry : An Anthology for College Students, New York, Henry Holt and Company, édition révisée, 1950 (1938).

9 La tendance à « politiser » les poèmes de Marvell est ancienne. Elle remonte à l’étude fondamentale de Pierre Legouis qui analyse les poèmes à la lumière des engagements politiques et religieux de Marvell (Pierre Legouis, Andrew Marvell, Poet, Puritan, Patriot, Oxford, Clarendon Press, 1965, publié en français en 1928). Le chapitre que Christopher Hill consacra à Marvell eut également une influence considérable (Christopher Hill, Puritanism and Revolution : Studies in Interpretation of the English Revolution, New York, Schocken Books, 1958). La légitimité de cette approche historico-politique fut remise en cause au cours d’un célèbre débat critique entre Cleanth Brooks et Douglas Bush (Cleanth Brooks, « Marvell’s Horatian Ode », English Institute Essays, 1946, p. 127-58, reproduit in Michael Wilding, Marvell. Modern Judgments, London, Macmillan, 1969, p. 93-113 ; Douglas Bush, « Marvell’s Horatian Ode », Sewanee Review, 60, 1952, p. 363-76 (repris dans M. Wilding, op. cit., p. 114-24) ; Cleanth Brooks, « A Note on the Limits of ‘History’ and the Limits of ‘Criticism’ », Sewanee Review, 61, 1953, p. 129-35. En dépit des arguments de Cleanth Brooks, la majorité des spécialistes de Marvell a suivi cette approche politique au cours des dernières décennies (John M. Wallace, Destiny His Choice : The Loyalism of Andrew Marvell, Cambridge, Cambridge University Press, 1968 ; Annabel M. Patterson, Marvell and the Civic Crown, Princeton, N. J., Princeton University Press, 1978 ; R.I.V. Hodge, Foreshortened Time : Andrew Marvell and Seventeenth Century Revolutions, Cambridge and Ipswich, D. S. Brewer, Totowa, N. J., Rowman & Littlefield, 1978 ; Warren L. Chernaik, The Poet’s Time. Politics and Religion in the Work of Andrew Marvell. Cambridge, Cambridge University Press, 1983). Plusieurs recueils d’articles importants sont presque entièrement consacrés à cet aspect de la poésie de Marvell (Conal Condren et A.D. Cousins (eds.), The Political Identity of Andrew Marvell, Aldershot, Scolar Press, 1990 ; Thomas Healy, (ed.), Andrew Marvell, London and New York, Longman, 1998 ; Warren Chernaik and Martin Dzelzainis (eds.), Marvell and Liberty, New York, Macmillan Press ; London, St. Martin’s Press, 1999). Cette lecture de Marvell fait partie d’une tendance générale chez les spécialistes de la littérature de la première modernité anglaise qui a donné lieu à des travaux remarquables (William Lamont et Sybil Oldfield (eds)., Politics, Religion and Literature in the Seventeenth Century, London, Dent ; Totowa, N. J., Rowman and Littlefield, 1975 ; Michael Wilding, Dragons Teeth : Literature in the English Revolution, Oxford, Oxford University Press, 1987 ; Leah S. Marcus, The Politics of Mirth : Jonson, Herrick, Milton, Marvell, and the Defense of Old Holiday Pastimes, Chicago and London, The University of Chicago Press, 1986). Dans un cadre plus large, cette conception du texte littéraire comme produit culturel et historique est un héritage de la pensée de philosophes et critiques marxistes comme Louis Althusser, Raymond Williams ou Terry Eagleton qui influencèrent à leur tour le mouvement ‘New Historicist’ dont les figures emblématiques, Stephen Greenblatt et Stephen Orgel, ont contribué à façonner, au cours des dernières années, notre approche politique de la littérature de la première modernité anglaise.

10 Il est à noter que David Norbrook est l’un des rares à s’être intéressé à la nature des représentations en montrant que Marvell oppose au pathétique royaliste une rhétorique du « Republican Sublime ». Il réintroduit néanmoins le problème de la valorisation en s’efforçant de montrer que le poème témoigne du triomphe du « Republican Sublime » (David Norbrook, « Marvell’s Horatian Ode and the Politics of Genre », in Healy, Thomas (ed.), Andrew Marvell, Longman, London and New York, 1998, p. 110-129).

11 Voir Andrew Lacey, The Cult of King Charles the Martyr, Woodbridge, Boydell Press, 2003 ; Andrew Lacey, « ’Charles the First and Christ the Second’ : The Creation of a Political Martyr », in T.S. Freeman and T.F. Mayers (eds.), Martyrs and Martyrdom in England c.1400-1700, Woodbridge, Boydell Press, 2007 ; Jean-François Baillon, « Exégèse typologique et régicide dans les poèmes et sermons de Henry King sur l’exécution du roi Charles I » in Jean Pironon et Jacques Wagner, (éd.), Formes littéraires du théologico-politique de la Renaissance au XVIIIe siècle, Angleterre et Europe, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2003, p. 209-220 ; ou encore Anne-Laure de Meyer, « ‘Cette exécution mémorable’ : les représentations visuelles de l’exécution de Charles Ier de Milton à la glorieuse révolution », Études Épistémè, 15, 2009.

12 John Milton, The Tenure of Kings and Magistrates, in Stephen Orgel et Johnathan Goldberg (eds.), John Milton, The Major Works, Oxford, Oxford University Press, p. 277.

13 Voir Gilles Sambras, « Le pouvoir, source de l’autorité ou la révolution justifiée chez Andrew Marvell et Robert Filmer », Lignes, 4, 2007 (Revue en ligne de l’université de Pau, http://www.lines.fr/lines4/sambras.pdf, Consulté le 25 novembre 2011).

14 M. C. Bradbrook and M. G. Lloyd Thomas, Andrew Marvell, Cambridge, Cambridge University Press, 1940, p. 47-50.

15 Pour un rapprochement entre Charles I et le Faon, voir Yvonne Sandstreom, « Marvell’s Nymph Complaining as Historical Allegory », Studies in English Literature, 1500-1900, 30, 1990, p. 93-114 ; Chris Fitter, « The Slain Deer and Political Imperium : As You Like It and Andrew Marvell’s ‘Nymph Complaining for the Death of Her Fawn’ », The Journal of English and Germanic Philology, 98.2, 1999 (texte électronique, http://web.archive.org/web/20040107172850/http://www.geocities.com/magdamun/marvelldeer.html, Consulté le 20 décembre 2011). Pour un rapprochement entre Charles I et l’amant, voir Annabel M. Patterson, Marvell and the Civic Crown, p. 22 ; J. M. Newton, « What do we know about Andrew Marvell ? », Cambridge Quarterly, 6, 1972-1973, p. 125-143 ; Patsy Griffin, The Modest Ambition of Andrew Marvell, Newark, University of Delaware Press, 1995, p. 35.

16 « An Elegy upon King Charles the First », v. 474-480, Full text of the English poems of Henry King, D. D., 1592-1669, sometime Bishop of Chichester, , Lawrence Mason (ed.), http://www.archive.org/stream/englishpoemsofhe00king/englishpoemsofhe00king_djvu.txt (Consulté le 25 novembre 2011).

17 John Milton, Paradise Lost, Bk XII, ll. 632-634 : « High in front advanced, / The brandished sword of God before them blazed / Fierce as a comet ». Milton fait ici écho au texte biblique : « So he drove out the man ; and he placed at the east of the garden of Eden Cherubims, and a flaming sword which turned every way, to keep the way of the tree of life ». (Genesis 3.24).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Sambras, « Marvell et l’éloge ambigu du roi martyr », Études Épistémè [En ligne], 20 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://episteme.revues.org/432 ; DOI : 10.4000/episteme.432

Haut de page

Auteur

Gilles Sambras

Gilles Sambras est maître de conférences à l’université de Reims – Champagne Ardenne depuis septembre 2002 ; il enseigne essentiellement la littérature et la traduction. Il a soutenu en décembre 2001 une thèse de doctorat sur Andrew Marvell sous la direction de Simone Dorangeon (Président du jury : Claude-Gilbert Dubois) et a publié divers articles, essentiellement sur Andrew Marvell et John Milton. Il a aussi dirigé un recueil d’articles sur Marvell. Il a été président de la Andrew Marvell Society en 2005-2006.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Revues.org