Navigation – Plan du site
Varia

Récits de vie et « naissance de l’écrivain » : An Account of the Life and Writings of Mr Abraham Cowley (1668) de Thomas Sprat

Violaine Lambert

Résumés

La Vie d’Abraham Cowley, qui paraît en préface de ses œuvres complètes peu après sa mort, renouvelle la vision de la figure de l’auteur en tant que sujet biographique. Dans ce court récit, le biographe Thomas Sprat assume l’identité de créateur littéraire de son sujet, illustrant ainsi une nouvelle conception de la littérature telle qu’elle se fait jour au XVIIe siècle. La biographie liminaire joue ici un rôle de promotion de l’œuvre de Cowley, contrairement aux biographies plus précoces qui tentaient de minimiser l’activité littéraire de l’auteur. En revanche, alors que le récit de vie anglais expose de plus en plus l’intimité du sujet, Sprat refuse de se plier à cette nouvelle pratique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thomas Sprat, « An Account of the Life and Writings of Mr Abraham Cowley. Written to Mr M. Clifford (...)
  • 2 Le volume connaît un grand succès : on recense douze éditions, la dernière paraissant en 1721, et c (...)
  • 3 Le texte est généralemnet considéré comme une source. Par exemple : Stella P. Revard, « Cowley’s Pi (...)
  • 4 Sprat, op. cit., sig. a1.
  • 5 Donne compose par exemple A Hymne to God the Father (reproduit dans le texte) dans sa maladie. Izaa (...)
  • 6 Fulke Greville, The Life of the Renowned Sir Philip Sidney. With the True Interest of England, Lond (...)
  • 7 Walton, op. cit.

1La première biographie d’Abraham Cowley, « An Account of the Life and Writings of Mr Abraham Cowley », qui apporta son lot de louanges au poète et contribua à sa gloire aussi éclatante que brève, propose une vision originale de la figure de l’écrivain. Elle fut publiée en 1668, un an après sa mort, en guise de préface à la première édition de ses œuvres au format in-folio, alors qu’il était encore tenu en haute estime par le public1. En effet, la fortune littéraire de Cowley est pour le moins originale : après avoir été encensé de son vivant puis enterré à l’abbaye de Westminster auprès de Chaucer et Spenser dont il était considéré l’égal, le poète ne tarda pas à passer au second plan dès le XVIIIe siècle. Son biographe, Thomas Sprat, était également l’éditeur des œuvres de Cowley, qui lui avaient été confiées par le poète lui-même2. Le récit de vie en question est court (vingt-quatre pages), en prose, et prend la forme d’une épître à Martin Clifford, un ami de longue date de Cowley avec qui il entretint une correspondance toute sa vie. Cette biographie, peu étudiée jusqu’à maintenant3, constitue pourtant un jalon important dans le contexte des évolutions majeures subies par le genre de la biographie au XVIIe siècle. En effet, si le récit revêt un caractère plutôt conventionnel et se construit autour d’éléments typiques des récits de vie du XVIIe siècle, comme la figure de l’enfant prodige par exemple, il traduit en revanche une évolution dans le traitement de l’auteur en tant que sujet biographique. Sprat, en tant qu’éditeur des œuvres de Cowley, n’est pas un simple biographe, il est également un fin connaisseur de ses écrits. L’œuvre du poète, dont la biographie est la préface, est ainsi mentionnée dès les premières lignes : « Mr Cowley in his will recommended to my care the revising of all his works that were formerly printed4 ». Pour la première fois, l’œuvre du sujet ne sert pas d’illustration à certains éléments biographiques, comme c’est le cas dans la célèbre biographie de Donne par Izaak Walton, par exemple, où le biographe mentionne un poème composé à une occasion particulière pour révéler les sentiments de l’auteur à ce moment-là5, mais est considérée pour ses qualités intrinsèques. D’ailleurs, Sprat concentre son analyse de l’œuvre sur quelques pages, neuf en tout, la présentant ainsi comme un tout cohérent, détaché de tout rôle dans les événements de la vie de l’auteur. Le biographe adopte ici une démarche inverse de celle de Fulke Greville, qui dans The Life of the Renowned Sir Philip Sidney, publiée en 1652 (mais rédigée plus tôt6) mettait l’accent sur les fonctions de Sidney à la cour et tentait de minimiser ses activités littéraires, ou encore d’Izaak Walton, qui insistait dans The Life and Death of John Donne (1640) sur la carrière ecclésiastique de ce dernier et tentait de camoufler l’existence de sa poésie profane7. Les titres de ces récits de vie étaient d’ailleurs éloquents : The Life of the Renowned Sir Philip Sidney with the true interest of England as it then stood in relation to all forrain princes : and particularly for suppressing the power of Spain stated by him. His Principal actions, counsels, designes, and death. Together with a short account of the maximes and policies used by Queen Elizabeth in her Government et, plus sobrement, The Life and Death of John Donne, Dr in Divinity, and Late Dean of St Pauls Church London. Ce qui est nouveau avec Sprat, ce n’est pas d’écrire la vie d’un écrivain, mais d’assumer ce statut en tant que tel. Dans quelle mesure cette approche traduit-elle un changement d’attitude envers la littérature, à la fois dans les récits de vie et dans un contexte plus large ? On tentera de répondre à cette question en retraçant l’évolution historique des récits de vie, qui commencent au XVIIe siècle à s’intéresser à la figure de l’auteur, puis en tentant de comprendre comment Sprat se positionne par rapport à cette évolution en cours et présente Cowley comme étant écrivain avant d’être un homme.

  • 8 Sprat, op. cit., sig. a1v.
  • 9 Richard Helgerson, Self-Crowned Laureates. Spenser, Jonson, Milton and the Literary System, Berkele (...)
  • 10 Sprat, op. cit., sig. a1v.
  • 11 Un dictionnaire de 1623 donne comme seule définition du terme « writer » : « scribe ». Henry Cocker (...)
  • 12 Line Cottegnies, « Modernité du XVIIe siècle : La naissance de l’écrivain en Angleterre », Confluen (...)
  • 13 Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 89, 1991, p. (...)

2Si l’on retrouve dans An Account of the Life of Mr Abraham Cowley l’idée très courante dans les biographies du XVIIe siècle selon laquelle l’œuvre d’un auteur est une image de son esprit, Sprat prend soin d’ajouter une précision : « Yet there is still room enough left, for one of his familiar acquaintances to say many things of his poems, and chiefly of his life, that may serve for the information of his readers, if not for the encrease of his Fame8 ». Cette volonté d’informer le lecteur, qui semble ici supplanter celle de promouvoir le sujet biographique, est nouvelle. La biographie doit jouer un véritable rôle de préface et s’annonce ainsi à la fois comme un commentaire de la vie et de l’œuvre – ce que le titre avait d’ailleurs clairement annoncé. L’identité du poète occupe donc un rôle important dans la lecture qui sera faite de son œuvre. Ainsi, la fabrication de la personnalité de l’auteur par le biographe a ici un rôle crucial à jouer dans la perception de l’œuvre par le public. Si l’information des lecteurs semble être la préoccupation principale du biographe, le récit de vie sert aussi de promotion à Cowley : la publication tout entière est en effet un outil de promotion du poète lui-même, dans la lignée des poètes lauréats ou « écrivains de vocation » étudiés par Helgerson9. Cowley et son biographe se font en effet une haute idée de l’art du poète, contrairement au destinataire de la préface, Martin Clifford, dont on apprend qu’il a toujours refusé de publier ses écrits au point de refuser d’écrire cette préface lui-même. Sprat s’adresse à lui de cette manière : « I guess what pretence you have for it, and that you are confirm’d in this resolution by the prodigious multitude and imperfections of us Writers of this age.10 » Le terme « writer » qui désigne plutôt un scribe ou un copiste qu’un écrivain jusqu’au XVIIIe siècle11, et apparaît donc ici comme un terme péjoratif, met en lumière deux conceptions de la littérature, qui est vue soit comme un passe-temps (par Clifford) soit comme un art (par Sprat et Cowley). En effet, comme le rappelle Line Cottegnies dans un article sur la naissance de l’écrivain au XVIIe siècle, « Il est (…) de bon ton pour un gentilhomme d’écrire des vers, à la condition absolue de rester un poète amateur, et d’affecter de mépriser la publication en faveur de la circulation manuscrite, plus élitiste12 ». La biographie de Cowley peut ainsi se lire dans le contexte de l’émancipation en cours du champ littéraire, tel que l’a décrit Bourdieu13. Le terme littérature lui-même n’a pas encore le sens qu’on lui attribue aujourd’hui : en anglais comme en français, il désigne la connaissance acquise dans les livres, et non pas ces livres eux-mêmes et l’activité de les écrire. Si en France, le terme Belles-Lettres apparaît pour désigner les écrits à visée esthétique, aucun terme anglais ne désigne alors ce qui n’existe pas en tant que domaine autonome.

  • 14 Voir par exemple François Dosse, Le Pari Biographique. Ecrire une vie, Paris, La Découverte, 2005, (...)
  • 15 Philippe Lejeune, Le Pacte Autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975, p. 14.
  • 16 John Foxe, Actes and Monuments, Londres : 1684, (9e édition), p. 1 ; Fulke Greville, op.cit., p. 3- (...)
  • 17 Philippe Ariès et Georges Duby (éds.), Histoire de la Vie Privée. 3 : De la Renaissance aux Lumière (...)

3Jusqu’au milieu du XVIIe siècle environ, les deux formes principales de biographie sont les Vies de princes (The Historie of the Raigne of King Henry the Seventh, de Francis Bacon en 1622) et les Vies de saints (comme le fameux Actes and Monuments, plus connu sous le nom de Book of Martyrs (1552) de John Foxe), qui sont en fait le plus souvent des Vies d’ecclésiastiques écrites sur le modèle de l’hagiographie (The Mirrour of Vertue in Worldly Greatness, or The Life of Syr Thomas More (publiée en 1626) par son gendre William Roper). Il n’existe que peu de variantes d’un même schéma, et toutes font du sujet biographique un témoin de l’œuvre de la providence divine : soit il fait preuve dès son plus jeune âge de qualités exceptionnelles qui ne font que se confirmer et s’amplifier au cours de sa vie, soit il mène au départ une existence profane, qui suite à un signe divin fait place à une vie pieuse, soit enfin le récit de vie suit un schéma de « grandeur et décadence », où le châtiment divin n’est que juste rétribution. Dans tous les cas, le sujet biographique n’est pas un individu à proprement parler mais un plutôt un type14. En effet, le but des biographies, que l’on appelle alors Vies / Lives, n’est ni d’exalter un individu en particulier ni d’insister sur sa personnalité, contrairement aux objectifs de l’autobiographie ainsi que la définit Philippe Lejeune15, mais au contraire de souligner ce que cet individu a en commun avec les autres, tous soumis à la volonté de Dieu, et de proposer un exemple à suivre pour les chrétiens. C’est bien l’exigence d’exemplarité qui caractérise toutes les vies de cette époque. On lit par exemple chez Foxe : « I have addressed this present history, intending (…) not so much to delight the ears of my country in reading of News, as most specially to profit the hearts of the godly » ou bien chez Greville : « [I]will therefore stir up my drooping memory touching this mans worth, powers, wayes, and designes : to the end that in the tribute I owe him, our nation may see a sea-mark, (…) and learn to sayl through the straits of true vertue, into a calm, and spacious Ocean of human honour.16 » Le récit de vie se propose d’édifier le lecteur en lui proposant un modèle de vertu, que celle-ci soit religieuse ou politique. Mais au cours du siècle, ce modèle évolue progressivement. Alors qu’on assiste à la séparation entre sphère privée et sphère publique, ainsi que l’ont montré Philippe Ariès et Georges Duby dans leur Histoire de la Vie Privée17, avec par exemple une nouvelle forme de sociabilité que se fait jour dans les coffeehouses à partir de 1652, ce phénomène se traduit dans les récits de vie à la fois par une diversification des sujets biographiques et par une plus grande attention portée à ce qui relève de l’intime.

  • 18 On entend ici par récits de vie les ouvrages dont le titre contient « the life of ». Même si certai (...)
  • 19 Michael McKeon, « Biography, Fiction, and and the Emergence of ‘Identity’ in Eighteenth-Century Eng (...)

4En Angleterre, on constate dès 1640 une multiplication du nombre de biographies publiées. Une recherche rapide dans le Short Title Catalogue de la British Library permet de le confirmer : entre 1600 et 1641, seuls 91 récits de vie sont publiés, contre 533 entre 1642 et la fin du siècle, dont 119 pour la seule période 1642-166018. Si la rupture provoquée par la Guerre Civile ne suffit pas à expliquer ce phénomène, elle correspond en tout cas au moment où la biographie subit de grandes transformations. La levée de la censure mais aussi la nécessité de témoigner et de trouver des héros à la cause puritaine ou royaliste expliquent en partie cette évolution, à laquelle s’ajoute un autre changement : l’évolution du statut du sujet biographique. En effet, les biographies ne sont plus seulement réservées aux rois et aux hommes d’église. On voit apparaître des récits de vie d’hommes ordinaires, acteurs ou simples témoins des événements politiques, mais aussi des Vies de criminels, des Vies d’artistes (sur le modèle des Vies des plus illustres peintres, sculpteurs et architectes (1550) de Vasari), et des Vies d’auteurs. Un intérêt pour un sujet plus commun se fait jour. Michael McKeon souligne d’ailleurs le caractère crucial du terme « common » (aussi valable en français) dont la richesse sémantique exprime à la fois un intérêt pour l’ordinaire et le familier et pour le général, autrement dit ce qui est commun à l’humanité19. C’est donc l’approche à la fois de l’individu et de la société qui se trouve modifiée dans le récit de vie, en plein processus de démocratisation. Pour autant, l’intérêt porté à de nouvelles catégories d’individus, plus communes, ne va pas de pair avec la fin de l’exemplarité. On assiste plutôt à l’émergence d’une nouvelle exemplarité. En effet, dans les dernières pages de la biographie de Cowley, Sprat justifie le choix de son sujet en expliquant que le récit de la vie d’un homme ordinaire présente davantage d’occasions d’émulation et d’imitation que celle d’un homme illustre :

  • 20 Thomas Sprat, op. cit., sig. [e2v]. Il ajoute, à propos de Cowley : « For what he wanted in titles (...)

For certainly that is a more profitable instruction, which may be taken from the eminent goodness of men of lower rank, than that which we learn from the splendid representations of the battels, and victories, and buildings, and sayings of great commanders and princes. Such specious matters, as they are seldom delivered with fidelity, so they serve but for the imitation of a very few, and rather make for the ostentation than the true information of humane life. Whereas it is from the practice of men equal to our selves, that we are more naturally taught how to command our passions, to direct our knowledge, and to govern our actions.20

  • 21 Michael McKeon, The Origins of the English Novel 1600-1740, Baltimore, The Johns Hopkins University (...)
  • 22 McKeon, « Biography, Fiction, and and the Emergence of ‘Identity’ », op. cit., p. 345.

5Sprat vise ainsi une exemplarité plus universelle – on retrouve l’intérêt pour le commun. Le récit se doit d’instruire un public aussi large que possible et pour cela, il doit être irréprochable, rapporté « avec fidélité », contrairement aux vies souvent fantaisistes des rois et des saints. La biographie ne doit pas fournir seulement un idéal abstrait mais un modèle pratique pour l’imitation directe. Michael McKeon voit en cette nouvelle approche de la biographie le résultat d’une plus grande exigence d’historicité encouragée par la nouvelle science fondée sur l’empirisme21. Cette exigence se fait sentir à travers l’insistance nouvelle sur les sources du biographe et sur des détails qui contribuent à la véracité du récit : dates, lieux, noms d’éventuels témoins ou sources, transcription de conversations, profession de sincérité. La caution historique permet aussi de s’assurer du caractère unique de l’individu dépeint dans la biographie et contribue à sa personnalisation : on n’a plus affaire à un à « type », mais à une personne ancrée dans l’histoire. Cette plus grande attention prêtée à l’individu est l’une des prémices du roman, selon McKeon22. Les premiers romans prennent d’ailleurs des faux airs de documents historiques : romans épistolaires, biographies ou autobiographies fictives…

  • 23 Jean-Marie Goulemot, « Les pratiques littéraires ou la publicité du privé », in Philippe Ariès et G (...)
  • 24 Il écrit ainsi : « [The English] have been always judiciously sparing, in printing such composures, (...)

6Or dans une certaine mesure, An Account of the Life (…) va à contre-courant des évolutions de la biographie. Si le biographe s’intéresse à un homme plus ou moins ordinaire, conformément à l’évolution retracée ci-dessus, il refuse en revanche d’exposer l’intimité de son sujet afin d’en prouver le caractère historique. Dans leur Histoire de la Vie Privée Philippe Ariès et Georges Duby ont étudié les rapports entre la naissance de la sphère privée et celle de l’individu, et ont souligné l’ambiguïté de la littérature du for privé, qui, par la mise en récit de l’intime, valide son existence et en même temps, par sa publication, l’expose au regard du public23. La position du biographe de Cowley est très claire : rendre publiques des choses privées est du plus mauvais goût. George Paule avait été le premier, dans The life of the most reverend and religious prelate John Whitgift, Lord Archbishop of Canterbury, parue en 1612, à publier des extraits de la correspondance de son sujet. Sprat, lui, rejette catégoriquement cette pratique de plus en plus répandue24 :

  • 25 Thomas Sprat, op. cit., sig. d1.

The truth is, the letters that pass between particular friends, if they are written as they ought to be, can scarce be fit to see the light. They should not consist of fulsom complements, or tedious polities, or elaborate elegancies, or general fancies. But they should have a native clearness and shortness, a domestical plainess, and a peculiar kind of familiarity ; which can only affect the humour of those to whom they were intended. The very same passages, which make writings of this nature delightful amongst friends, will loose all manner of taste, when they come to be read by those that are indifferent. In such letters the souls of men should appear undress’d : and in that negligent habit, they may be fit to be seen by one or two in a chamber, but not to go abroad into the streets.25

7L’accès à la sphère privée est condamnable pour des raisons morales. Elle doit être protégée des regards du public parce qu’elle appartient à l’individu. Sprat utilise une rhétorique moralisante, mettant sans cesse en balance ce qui est convenable et ce qui ne l’est pas (« written as they ought to be », « can scarce be fit », « they should », « they shouldn’t »). C’est par une image de la nudité qu’il associe la correspondance à la sphère privée. On retrouve quelques années plus tard cette image chez Dryden, à propos de la biographie, qui dans « The Life of Plutarch » explique que le récit de vie mène aux appartements privés de l’homme, dans lesquels celui-ci est mis à nu :

  • 26 John Dryden, « The Life of Plutarch », in Plutarch, Plutarch’s Lives, Vol. I, London, 1683, p. 94.

Here you are led into the private Lodgings of the Heroe : you see him in his undress, and are made familiar with his most private actions and conversations. You may behold a Scipio and a Lelius gathering Cockle-shells on the shore, Augustus playing at bounding stones with Boyes ; and Agesilaus riding on a Hobby-horse among his Children. The Pageantry of Life is taken away ; you see the poor reasonable Animal, as naked as ever nature made him ; are made acquainted with his passions and his follies, and find the Demy-God a Man.26

  • 27 C’est d’ailleurs ce que John Aubrey recommandait dans une lettre à Anthony à Wood, à qui il demanda (...)
  • 28 Maren-Sofie Røstvig, The Happy Man. Studies in the Metamorphoses of a Classical Ideal 1600-1700. Ox (...)
  • 29 Dans « The Wish », on lit ainsi : « Ah, yet, ere I descend to th’grave / May I a small House, and l (...)

8Si Dryden y voit un atout pour le récit, Sprat souligne l’indécence qu’il y a dans le fait de vouloir révéler ce qui n’appartient pas à la sphère publique. Ce qui relève du domestique et du familier doit rester caché au public, par pudeur.27 Cowley lui-même passe d’ailleurs une grande partie de sa vie retiré loin du monde. Ici encore, Sprat rechigne à donner des détails qui attenteraient à cette intimité : il ne donne pas de date, ni même de lieu précis : « in his last seven or eight years », « two or three villages on the banks of the Thames ». La retraite bucolique du poète s’apparente à celle chantée par Horace, comme le souligne Maren-Sofie Røstvig, qui rappelle que la retraite néo-stoïcienne est un phénomène aussi bien littéraire que biographique au XVIIe siècle. Pendant les années de la guerre civile et de l’interrègne, on l’associe aux royalistes modérés, qui se réfugient loin des turpitudes politiques de la ville28. On retrouve ce thème dans de nombreux poèmes de Cowley, dont « The Country Life », « The Wish » ou « Of Myself »29. Sprat s’attache à démontrer que cette retraite est en fait utile au reste du monde. En effet, Cowley conserve le souci d’instruire par ses écrits :

  • 30 Sprat, op. cit., sig. e1.

For he withdrew himself out of the crowd, with desires of enlightning, and instructing the minds of those that remain’d in it. It was his resolution in that Station to search into the secrets of Divine and Humane Knowledge, and to communicate what he should observe. He always profess’d, that he went out of the world, as it was mans, into the same World as it was Natures, and as it was Gods. The whole compass of the Creation, and all the wonderful effects of the Divine Wisdom, were the constant Prospect of his Senses, and his Thoughts.30

  • 31 Alexander Lindsay, « Cowley, Abraham (1618–1667) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford (...)
  • 32 John Evelyn, The Diary of John Evelyn, vol. II, London, Macmillan, 1906, p. 277.
  • 33 Lindsay, op. cit..

9L’idée de l’immanence de Dieu dans la nature est centrale. Depuis sa position retranchée, Cowley accède ainsi à un état spirituel supérieur. La retraite de Cowley apparaît dans le récit comme un repos mérité, après des années passées à la cour qui ont testé la solidité de sa vertu ; en se rapprochant de la nature, il se rapproche de Dieu. Dans les faits, de manière plutôt ironique, il semblerait que cette retraite n’ait pas été véritablement à la hauteur de ce qu’attendait Cowley, qui n’aurait pas obtenu les récompenses attendues pour les services rendus à la famille royale, comme on le voit dans ses lettres qui ont survécu31. Malgré l’absence de cette information dans le récit, Sprat concède tout de même que c’est cette retraite à la campagne qui a causé sa mort, car le poète, selon lui, était si pressé de se retirer du monde qu’il n’aurait pas pris le temps de veiller à la salubrité de son logement – en réalité ce manque de confort serait plus certainement dû à des difficultés financières. A sa mort, cependant, Cowley est réintégré dans l’espace public : ses funérailles sont suivies par de nombreuses personnes et son corps inhumé parmi d’autres grands poètes. John Evelyn note dans l’entrée du 3 août 1667 de son journal : « Went to Mr Cowley’s funeral, whose corpse lay at Wallingford House, and was thence conveyed to Westminster Abbey in a hearse with six horses and all funeral decency, near a hundred coaches of noblemen and persons of quality following32 ». Alexander Lindsay, son biographe pour l’Oxford Dictionary of National Biography, écrit même : « Cowley received the most lavish funeral which had ever been given to a mere man of letters in England33 ».

  • 34 Sprat, op. cit.., sig. [d2v].
  • 35 Sprat, Ibid., sig. [A2].

10Sprat refusant de dévoiler l’homme dans son intimité, le récit de vie est donc plutôt l’occasion de parler de Cowley en tant qu’auteur. Ce n’est pas l’homme lui-même qui intéresse le biographe, car il a finalement des aspirations sociales modestes, contrairement aux modèles des récits de vie aristocratiques : « his thoughts were never above nor below his condition34 », ou encore « the condition of his fortune was equal to the temper of his mind, which was always content with moderate things35 ». Le poète symbolise l’aurea mediocritas, ou happy medium, dans lequel s’incarne la vertu. Si Cowley est exemplaire par sa modération et l’acceptation de son sort, il transcende pourtant son identité sociale grâce à son œuvre. Les neuf pages dédiées à celle-ci sont présentées comme un « Character », qui s’apparente à un passage en revue de tous ses écrits dans l’ordre chronologique. C’est précisément son œuvre qui lui donne une identité particulière, selon Sprat.

  • 36 Sprat, Ibid., sig. [A2].
  • 37 Richard Helgerson, The Elizabethan Prodigals, Berkeley, University of California Press, 1976, p. 15 (...)

11En effet, à travers le récit, Sprat trace les contours d’une nouvelle définition du poète. Cowley est d’abord présenté comme un enfant prodige, comme presque tous les sujets biographiques au XVIIe siècle. A propos de sa lecture précoce de The Fairie Queene, Sprat écrit ainsi : « That indeed is a Poem fitter for the examination of men, than the consideration of a Child. But in him it met with a Fancy, whose strength was not to be judged by the number of his years36 ». Son soutien à la monarchie se manifeste lui aussi dès son plus jeune âge ; Lord Falkland et lui tissent une amitié malgré leur différence d’âge. Mais au-delà du topos, l’image du génie précoce aide Sprat à justifier la poésie amoureuse de Cowley. Traditionnellement, la poésie de jeunesse n’est pas assumée à l’âge adulte – Helgerson le montre dans son étude des poètes élisabéthains qui s’approprient la parabole du fils prodigue et dénigrent les vers écrits dans leur jeunesse37 – mais pour Sprat, elle doit être tolérée, rétrospectivement, au vu de la future carrière de Cowley. Ces poèmes sont en effet des ébauches de la suite de son œuvre :

  • 38 Sprat, op. cit., sig. [b2].

If there needed any excuse to be made, that his Love-Verses should take up so great a share in his Works, it may be alledg’d that they were compos’d when he was very young. But it is a vain thing to make any kind of Apology for that sort of Writings. (…) For the exercises of all Mens Wits, must be always proper for their Age, and never too much above it. And by practice and use in lighter Arguments, they grow up at last to excel in the most weighty.38

12Sprat conçoit donc la création poétique comme un cheminement qui peut se continuer et s’assumer à l’âge adulte. La poésie accède ainsi à un statut supérieur. La traduction est également valorisée, et l’imitation est admirée comme une forme de création à part entière :

  • 39 Sprat, Ibid., sig. [c1].

Besides this imitating of Pindar, which may perhaps be thought rather a new sort of Writing, than a restoring of an Ancient, he had also been wonderfully happy, in translating many difficult parts of the Noblest Poets of Antiquity. (…) This way of leaving Verbal Translations, and chiefly reagarding the Sense and Genius of the Author, was scarce heard of in England, before this present Age.39

  • 40 Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique. Paris, Les Ed (...)
  • 41 Voir l’analyse d’Alain Viala, op. cit., p. 282. L’OED donne comme définition de « author » : « the (...)

13Si les capacités de l’auteur moderne à faire comme les anciens et à transmettre leurs œuvres sont louées, c’est surtout le penchant de Cowley pour l’innovation qui fait ici l’objet d’un éloge. Alain Viala, qui affirme que le nom de poète s’appliquait à tous les domaines de la littérature présentant un caractère artistique avant l’apparition du terme écrivain, cite Furetière : « Pour être poète, ce n’est pas assez de faire des vers, il faut aussi inventer et faire des fictions40 ». L’originalité et la création deviennent des caractéristiques essentielles de ce qu’on commence à appeler en France un écrivain, alors qu’en anglais le terme « author » recouvre à la fois les auteurs d’ouvrages savants (théologie, philosophie) et les auteurs de belles-lettres41. Par son association avec la création, l’identité d’auteur acquiert de l’importance. Ainsi, Sprat fait presque du Davideis une œuvre autobiographique :

  • 42 Sprat, op. cit.., sig. [c2v].

The truth is, Sir, methinks in other matters, his wit excell’d most other mens : but in his Moral and Divine Works it outdid itself. And no doubt it proceeded from this Cause, that in other lighter kinds of Poetry, he chiefly represented the humours and affections of others ; but in these he sat to himself, and drew the figure of his own mind42.

14L’auteur se trouve ainsi valorisé par son association avec la poésie morale ou religieuse, qui est la plus à même de laisser s’exprimer son être profond.

  • 43 Sprat, ibid., sig. [b2v].

15Enfin, Sprat présente la poésie comme un art utile. Il anticipe les critiques éventuelles contre les odes pindariques de Cowley en affirmant que c’est à Pindar lui-même qu’il faudrait reprocher son style : « If any are displeas’d at the boldness of his Metaphors, and length of his Digression, they contend not against Mr. Cowley, but Pindar himself43 ». Le nombre de pieds irréguliers de ce type d’ode en fait une forme adaptée à de nombreux styles et plus divertissante qu’une forme régulière, selon lui, mais surtout, par sa proximité avec la prose, elle devient un modèle d’élévation pour le langage du quotidien :

  • 44 Sprat, ibid., sig. [c1].

But now this loose, and unconfin’d measure has all the Grace, and Harmony of the most confin’d. And withal, it is so large and free, that the practice of it will only exalt, not corrupt our Prose : which is certainly the most useful kind of writing of all others : for it is the style of all business and conversation.44

  • 45 Thomas Sprat, The History of the Royal Society of London, for the Improving of Natural Knowledge, L (...)
  • 46 Sprat, Ibid., p. 112-113.
  • 47 Ce n’est pas l’avis du Dr. Johnson, qui en 1779 inventera le terme de poète métaphysique à propos d (...)

16Ces remarques rappellent que dans The History of the Royal Society, dont il est l’auteur, Sprat appelle de ses vœux une réforme du langage en faveur du « plain style », style le plus approprié au discours scientifique : « Who can behold without indignation, how many mists and uncertainties, these tropes and figures, have brought on our knowledge ?45 » Sa solution est la suivante : « reject all the amplifications, digressions, and swellings of style ; to turn back to the primitive purity, and shortness, when men deliver’d so many things, almost in an equal number of words46 ». Malgré son rejet de la rhétorique dans The History, Sprat réussit à justifier et même à promouvoir la poésie de Cowley, qui était lui-même très proche de la Royal Society (une des ses odes en l’honneur de la société savante est d’ailleurs publiée dans l’ouvrage de Sprat), en présentant Cowley comme un poète scientifique. À travers un discours de l’adéquation de la forme et du fond qui démontre l’utilité d’une telle poésie pour l’avancement de la connaissance, Cowley apparaît finalement comme un auteur qui suit à la lettre les principes de la Royal Society, que Sprat avait énoncés dans The History : il met le langage au service de la science, et n’empêche pas l’accès à la connaissance par un langage trop obscur47. Dans Librii Plantarum, une série de poèmes qu’il rédige lors de sa retraite, il rend compte en vers de ses observations botaniques :

  • 48 Sprat, « The Life of Abraham Cowley », op. cit., sig. [e1].

And indeed he enter’d with great advantage on the Studies of Nature, even as the first great Men of Antiquity did, who were generally both Poets and Philosophers. He betook himself to its contemplation, as well furnish’d with sound Judgment, and diligent Observation, and good Method to discover its Mysteries, as with Abilities to set it forth in all its Ornaments.48

17Pour Sprat, poésie et science sont complémentaires. L’art du poète permet de décrire la nature, examinée selon des principes scientifiques. Le poète devient ainsi un vecteur de transmission du savoir.

  • 49 Johnson, op.cit., p. 1.
  • 50 Cottegnies, art. cit., p. 72.

18Malgré les critiques cinglantes de Samuel Johnson envers Sprat, accusé d’avoir produit « a funeral oration rather than a history »49, en référence à sa volonté de ne pas exposer l’intimité du poète, la biographie de Cowley marque une étape importante dans l’évolution du statut de l’auteur à la fois dans les récits de vie et dans les pratiques sociales. Le poète est donné comme exemple à suivre par le commun des mortels. Cet individu n’est toutefois pas dévoilé dans son intimité, car c’est sa dimension sociale qui importe, dimension qui est elle-même en pleine transformation. La biographie de Cowley témoigne du frémissement d’une nouvelle conception de la littérature comme champ autonome, dont l’auteur est l’acteur principal. A cette même période, les auteurs commencent à réclamer davantage de protection de leurs œuvres, afin d’éviter le plagiat et le vol dans un marché du livre florissant, qui permet au profit commercial de remplacer progressivement le mécénat aristocratique50. Le récit de vie, qui propose ici une nouvelle définition de l’écrivain, subit lui aussi des transformations, ce dont témoigne l’apparition du terme « biographist » dans la langue anglaise au début des années 1660, puis de « biography » en 1683. Même si les récits de vie plus tardifs ne suivront pas les recommandations de Sprat et multiplieront au contraire les incursions dans l’intimité de leurs sujets, les réticences de Sprat aux évolutions en cours reflètent les tensions d’un genre en pleine mutation qui, lui aussi, s’émancipe progressivement de ses anciens modèles.

Haut de page

Notes

1 Thomas Sprat, « An Account of the Life and Writings of Mr Abraham Cowley. Written to Mr M. Clifford », in Abraham Cowley, The Works of Mr Abraham Cowley, London, 1668. Le récit rapporte les faits suivants : Cowley est né à Londres en 1618. Si la plupart des récits de vie du XVIIe siècle débute par la généalogie du sujet, ici on n’est informé que du strict minimum : « His parents were citizens of a virtuous life and sufficient estate ». Ce qui importe, ce n’est pas d’où Cowley vient – ce n’est pas un aristocrate – mais ce qu’il est : un enfant précoce. Il lit The Fairie Queene alors même qu’il vient à peine d’apprendre à lire et publie ses premiers vers à l’âge de 13 ans. Le présentant comme un adulte en miniature, Sprat insiste sur sa maturité exceptionnelle. C’est ainsi que, sous prétexte qu’il ne parvient pas à retenir les règles de la grammaire grecque et latine afin de traduire les auteurs de l’Antiquité, le jeune prodige entreprend de lire leurs œuvres directement dans leur langue d’origine. Entré très tôt à Cambridge, il poursuit ses études à Oxford lorsque la guerre éclate. Apprécié à la cour, il accompagne la famille royale en exil en France durant 12 ans, qu’il passe au service de la reine. Sa tâche principale consiste au départ à maintenir la continuité de la correspondance entre le roi et la reine à l’aide d’un système de cryptage des lettres. Il est ensuite envoyé en éclaireur à Londres durant le Protectorat, mais il est brièvement emprisonné puis repart pour la France jusqu’à la Restauration. A plus de 40 ans, il peut enfin rentrer en Angleterre, où il refuse toute fonction officielle et mène une vie retirée, consacrée à l’étude de la philosophie de la nature et à la poésie. Il meurt d’une fièvre contractée à la campagne.

2 Le volume connaît un grand succès : on recense douze éditions, la dernière paraissant en 1721, et chacune comportant le récit biographique de Sprat. Ce récit apparaît encore dans des recueils d’œuvres choisies de Cowley, en 1772 puis 1826.

3 Le texte est généralemnet considéré comme une source. Par exemple : Stella P. Revard, « Cowley’s Pindarique Odes and the Politics of the Interregnum », Criticism, 35.3, Summer 1993, p.391.

4 Sprat, op. cit., sig. a1.

5 Donne compose par exemple A Hymne to God the Father (reproduit dans le texte) dans sa maladie. Izaak Walton, « The Life and Death of Dr Donne, Late Deane of St Pauls London » in John Donne, LXXX Sermons Preached by that Learned and Reverend Divine John Donne, Dr in Divinity, Late Dean of the Cathedral St Pauls in London, London, 1640, sig. [B4].

6 Fulke Greville, The Life of the Renowned Sir Philip Sidney. With the True Interest of England, Londres, 1652.

7 Walton, op. cit.

8 Sprat, op. cit., sig. a1v.

9 Richard Helgerson, Self-Crowned Laureates. Spenser, Jonson, Milton and the Literary System, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press, 1983.

10 Sprat, op. cit., sig. a1v.

11 Un dictionnaire de 1623 donne comme seule définition du terme « writer » : « scribe ». Henry Cockeram, The English Dictionarie : Or, an Interpreter of Hard English Words, London, 1623, (Consultation le 16/06/2012). L’OED donne comme définition possible : « One whose business or occupation consists in writing ; a functionary, officer, etc., who performs clerical or secretarial duties ; a scribe, clerk, or law-writer ». « writer, n. », The Oxford English Dictionary, OED Online, Oxford University Press, (Consultation en ligne le 16/06/2012).

12 Line Cottegnies, « Modernité du XVIIe siècle : La naissance de l’écrivain en Angleterre », Confluences VI Ecriture(s) et Modernité, 1993, p. 68.

13 Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 89, 1991, p. 3-46.

14 Voir par exemple François Dosse, Le Pari Biographique. Ecrire une vie, Paris, La Découverte, 2005, p. 213 ; Irena Backus, Life-writing in Reformation Europe, Aldershot, Ashgate, 2008, p. xvi ; Sarah Salih, A Companion to Middle English Hagiography, Cambridge, D.S. Brewer, 2006, p. 14.

15 Philippe Lejeune, Le Pacte Autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975, p. 14.

16 John Foxe, Actes and Monuments, Londres : 1684, (9e édition), p. 1 ; Fulke Greville, op.cit., p. 3-4.

17 Philippe Ariès et Georges Duby (éds.), Histoire de la Vie Privée. 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 1985.

18 On entend ici par récits de vie les ouvrages dont le titre contient « the life of ». Même si certains récits biographiques sont inclus dans des ouvrages dont le titre ne comporte pas ces termes, « the life of », outre qu’il s’agit de la forme de titre la plus fréquente, dénote une volonté de la part de l’auteur de se concentrer sur le récit de vie (et pas sur un récit historique de la période, par exemple).

19 Michael McKeon, « Biography, Fiction, and and the Emergence of ‘Identity’ in Eighteenth-Century England », in Kevin Sharpe et Steven Zwicker (eds.), Writing Lives, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 342.

20 Thomas Sprat, op. cit., sig. [e2v]. Il ajoute, à propos de Cowley : « For what he wanted in titles of honour, and the gifts of fortune, was plentifully supplied by many other excellencies, which make perhaps less noise, but are more beneficial for example. ». Je souligne.

21 Michael McKeon, The Origins of the English Novel 1600-1740, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1987, p. 104.

22 McKeon, « Biography, Fiction, and and the Emergence of ‘Identity’ », op. cit., p. 345.

23 Jean-Marie Goulemot, « Les pratiques littéraires ou la publicité du privé », in Philippe Ariès et Georges Duby (éds.), Histoire de la Vie Privée, op. cit., p. 363.

24 Il écrit ainsi : « [The English] have been always judiciously sparing, in printing such composures, while some other witty nations have tyr’d all their presses, and readers with them ». Sprat fait sans doute référence ici à la publication des « lettres familières », courante en France et en Italie. Cf. Sprat, op. cit., sig. d1.

25 Thomas Sprat, op. cit., sig. d1.

26 John Dryden, « The Life of Plutarch », in Plutarch, Plutarch’s Lives, Vol. I, London, 1683, p. 94.

27 C’est d’ailleurs ce que John Aubrey recommandait dans une lettre à Anthony à Wood, à qui il demandait de faire des coupes dans les notes biographiques qu’il lui avait fournies : « I here lay-downe to you (out of the conjunct friendship between us) the Trueth ; the naked and plain Trueth : (and, as neer as I can and that religiously) as a Poenitent to his Confessor, nothing but the Trueth : which is here exposed so bare that the very pudenda are not hid, and affords many passages that would raise a Blush in a young Virgin’s cheeke. So that after your perusall, I must desire you to make a castration (as Raderus to Martial) and to sowe-on some Figge-leaves – ie. to be my Index expurgatorius ». Cité dans Anthony Powell, John Aubrey and his Friends, London, The Hogarth Press, 1988 (1948(, p. 183.

28 Maren-Sofie Røstvig, The Happy Man. Studies in the Metamorphoses of a Classical Ideal 1600-1700. Oxford, Blackwell, 1954.

29 Dans « The Wish », on lit ainsi : « Ah, yet, ere I descend to th’grave / May I a small House, and large Garden have ! ». Dans « Of Myself » : « My House a Cottage, more / Then Palace, and should fitting be/ For all my Use, no luxury./ My garden painted o’re / With Natures’ hand, not Arts ; and pleasures yeild (sic.),/ Horace might envy in his Sabine field. »

30 Sprat, op. cit., sig. e1.

31 Alexander Lindsay, « Cowley, Abraham (1618–1667) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 (consulté le 19/01/2012).

32 John Evelyn, The Diary of John Evelyn, vol. II, London, Macmillan, 1906, p. 277.

33 Lindsay, op. cit..

34 Sprat, op. cit.., sig. [d2v].

35 Sprat, Ibid., sig. [A2].

36 Sprat, Ibid., sig. [A2].

37 Richard Helgerson, The Elizabethan Prodigals, Berkeley, University of California Press, 1976, p. 155.

38 Sprat, op. cit., sig. [b2].

39 Sprat, Ibid., sig. [c1].

40 Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique. Paris, Les Editions de Minuit. 1985, p. 274.

41 Voir l’analyse d’Alain Viala, op. cit., p. 282. L’OED donne comme définition de « author » : « the composer or writer of a treatise or book », sans précision particulière. Richelet, quant à lui, donne comme définition d’ « écrivain » : « auteur qui a fait imprimer quelque ouvrage considérable », signifiant par là le prestige littéraire associé à ce terme.

42 Sprat, op. cit.., sig. [c2v].

43 Sprat, ibid., sig. [b2v].

44 Sprat, ibid., sig. [c1].

45 Thomas Sprat, The History of the Royal Society of London, for the Improving of Natural Knowledge, London, 1667, p. 112-113.

46 Sprat, Ibid., p. 112-113.

47 Ce n’est pas l’avis du Dr. Johnson, qui en 1779 inventera le terme de poète métaphysique à propos de Cowley, soulignant son langage souvent occulte et ses images trop compliquées, et le réduisant au rang de « wit  ». Samuel Johnson, Lives of the English Poets (1779), éd. G.B. Hill, Oxford, Clarendon Press, 1905, p. 19.

48 Sprat, « The Life of Abraham Cowley », op. cit., sig. [e1].

49 Johnson, op.cit., p. 1.

50 Cottegnies, art. cit., p. 72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Lambert, « Récits de vie et « naissance de l’écrivain » : An Account of the Life and Writings of Mr Abraham Cowley (1668) de Thomas Sprat », Études Épistémè [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://episteme.revues.org/390 ; DOI : 10.4000/episteme.390

Haut de page

Auteur

Violaine Lambert

Agrégée d’anglais, Violaine Lambert est ATER à l’université Paris Diderot et rédige actuellement une thèse sur les vies d’auteurs dans l’Angleterre du XVIIe siècle.

Haut de page
  • Revues.org