Navigation – Plan du site
II. Curiosité et géographie en Orient et en Occident, XVIe – XVIIIe siècles‎

L’Orient « systématique et raisonné » : L’exemple du cabinet parisien de don Pedro Davila (1767)

Myriam Marrache-Gouraud

Résumés

Au XVIIIe siècle, les chinoiseries entrent de manière de plus en plus systématique dans les cabinets de curiosités. Il devient alors indispensable de penser leur statut, entre exotica et objets d’art. Cette étude vise à définir une poétique de l’inventaire en se demandant quelle place est offerte aux objets de Chine et quels critères sont retenus pour en rendre compte : matériau, savoir-faire, valeur marchande, comparatisme culturel ? Le catalogue de vente de la collection parisienne de don Pedro Davila, publié en 1767, sera ici pris comme point de référence et comme cas d’étude représentatif pour analyser la place de tels objets dans les représentations des curieux des Lumières. Tout en restant source de plaisir et de contemplation, l’Orient devient aussi objet d’un classement et d’un raisonnement, grâce à l’adaptation d’une rhétorique de la singularité. On constatera notamment que se met en place un discours savant qui systématise la culture de l’émerveillement des siècles antérieurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Baptiste Romé de l’Isle, Catalogue systématique et raisonné des curiosités de la nature et de (...)
  • 2 Il s’agit de l’abbé de Gua de Malves pour les coquilles marines, de l’abbé Grimaud pour les bronzes (...)
  • 3 Dezallier d’Argenville, « Lettre sur le choix et l’arrangement d’un cabinet curieux », publiée dans (...)

1Don Pedro Davila est un collectionneur d’origine péruvienne qui possède un important cabinet de curiosités à Paris. Sa collection, riche de toutes sortes de naturalia mais aussi de très nombreux et remarquables objets d’art venus de tous pays, est fameuse ; elle est fréquemment citée dans les cercles d’amateurs. Néanmoins, après avoir passé trente ans à accumuler des merveilles, don Pedro Davila se décide à s’en défaire, parce qu’il est, dit-il, fatigué et souhaite retourner au Pérou pour des affaires familiales1. L’inventaire complet du cabinet nous est ainsi connu par le copieux catalogue de vente qu’il fait publier en 1767, et dont la rédaction a été confiée à différents spécialistes, comme cela se pratiquait fréquemment à l’époque2. Sous le titre Catalogue systématique et raisonné des curiosités de la nature et de l’art de don Pedro Davila..., trois volumes in-8° comptant respectivement environ 600 pages inventorient les curiosités. Ce remarquable ensemble est ordonné selon les trois règnes de la nature, classement désormais usuel au XVIIIe siècle : le premier tome est consacré aux règnes animal et végétal, le second tome au règne minéral, avec une section sur les fossiles renvoyée au début du troisième tome ; on découvre, in fine, dans une dernière section du troisième volume, différentes « curiosités de l’art », parmi lesquelles figurent de nombreux objets venus d’Orient. Ces « curiosités de l’art », aucun bon cabinet ne saurait s’en passer, si l’on en croit les textes théoriques sur l’arrangement d’un cabinet que fait paraître par exemple Dezallier d’Argenville en 1727 et 17423. Romé de l’Isle, qui préface le catalogue de Davila, se fait l’écho de cette nécessité :

  • 4 Catalogue systématique et raisonné des curiosités de la nature et de l’art, qui composent le Cabine (...)

Les Curiosités de l’Art, dont il nous reste à parler, ne sont point étrangeres à un Cabinet d’Histoire Naturelle : on peut même dire qu’elles en font une branche essentielle, puisqu’il est peu de productions de la Nature, auxquelles les Arts ne puissent ajouter un nouveau lustre et un nouveau mérite4.

2La section sur l’art abrite donc dans le catalogue des curiosités de Davila toutes sortes d’objets, dans la tradition de ce que les siècles précédents rangent sous l’appellation globale d’ « artificialia » (objets faits de la main de l’homme) : de la momie égyptienne à l’arc turc en passant par les vêtements, les porcelaines, les feux d’artifice, les laques de Chine, les statuettes antiques, les poteries mexicaines, les bijoux, les gravures de Dürer, les peintures italiennes, flamandes, françaises, en somme tout ce qui, de fabrication humaine, se donne à voir comme une merveille pour sa beauté ou sa rareté. Cet ensemble est régi par la possibilité d’un jugement esthétique, sans compter le fait que la variété des objets et des origines fait de l’assemblage une sorte d’« abrégé du monde », selon l’expression consacrée depuis le XVIe siècle, susceptible d’offrir au visiteur qui n’a pas voyagé une connaissance des cultures lointaines. Le texte du catalogue, quant à lui, en faisant état des objets, ne manque pas de transmettre à sa manière une vulgate orientale qui dit beaucoup sur les représentations qui ont cours à l’époque dans le milieu des collectionneurs.

3C’est bien la question de la perception de l’Orient qui occupera notre propos : l’étude des discours portant sur les objets de Chine, des porcelaines aux ivoires, aux laques, et autres artefacts (étoffes, objets de toilette, vêtements) nous permettra de nous interroger sur la poétique d’un tel inventaire, afin de comprendre comment l’on s’y prend pour faire entrer les objets de Chine, par définition lointains et résolument étranges, dans une forme de catalogage dite « systématique et raisonnée ». L’ambition dont il est question, si elle peut sembler incongrue, n’est toutefois, comme nous le verrons, qu’un paradoxe apparent.

Nouveauté des inventaires

  • 5 Les conditions sont favorables, avec la fondation, à la fin du XVIIe siècle par Colbert, de la 4e C (...)
  • 6 A sa mort en 1750, l’inventaire dénombre plusieurs milliers de pièces, partout dans la boutique, ré (...)

4Rappelons tout d’abord qu’il y a au XVIIIe siècle deux nouveautés essentielles concernant les objets d’Orient dans la culture de la curiosité. D’une part on assiste à la généralisation de l’arrivée de certains objets venus de loin, qui auparavant entraient en très petites quantités dans les cabinets. C’est un véritable engouement qui se manifeste pour les objets de Chine5, comme le montre le choix significatif d’un Gersaint, marchand mercier qui en 1740 réoriente son commerce de tableaux – commerce destiné, déjà aux collectionneurs – sous une nouvelle enseigne, « À la pagode », qui lui permet de se spécialiser dans tous types d’objets d’Extrême-Orient, objets de luxe (meubles, vases, statuettes...) ou de consommation courante (services à thé, boîtes, plateaux...)6. Les objets d’Extrême-Orient envahissent les boutiques, qui elles-mêmes alimentent les collections, en nourrissant un désir constant qui montre que l’intérêt des amateurs reste intact alors que l’objet de Chine est de moins en moins rare. Mais la profusion appelle les distinctions savantes, et l’abondance, à condition d’être disciplinée, permettra de former de belles collections.

  • 7 Selon G. Glorieux, c’est Gersaint qui invente l’idée, le public et même le nom du « catalogue raiso (...)

5D’autre part, une deuxième nouveauté se fait jour, qui découle de la précédente. Ce n’est pas un hasard si une nouvelle forme d’écriture de l’inventaire fait son apparition : il est devenu nécessaire de présenter les objets sous un angle méthodique. Le « catalogue raisonné », qui doit son appellation, si ce n’est son invention en tant que forme, au même Gersaint7, invite chacun à réfléchir au classement de ces objets jusque là intégrés aux catégories floues et très larges des « exotica » ou des « artificialia », posant la nécessité d’une démarche rigoureuse et ordonnée qui se donne pour ambition de décrire, de rassembler et d’organiser le savoir, de toucher un large public, et même de susciter des débats : le catalogue est conçu à la fois comme un outil au service des clients et comme un manuel de description des objets, plus accessible au lecteur qu’un traité scientifique, mais qui aurait en commun avec l’ouvrage scientifique un impératif de précision et de classement. Il propose notamment de classer les objets exotiques parmi les objets d’art. C’est peut-être la fin de leur coexistence avec les naturalia. Néanmoins, il faut encore pouvoir leur trouver une place pertinente. On ne peut tout de même pas les ranger avec les statuettes italiennes ou avec les toiles de Raphaël.

6C’est par la systématisation de la réflexion à son endroit que l’Orient devient tout à coup objet de savoir, sans cesser d’être objet d’émoi et d’émerveillement. La difficulté de méthode fait tout le paradoxe (et tout l’intérêt) de l’entreprise : comme les objets prennent place dans un cabinet de curiosités, il importera de ne pas effacer leur singularité – sans quoi ils ne mériteraient plus de figurer parmi les « curiosités de l’art » – et en même temps il conviendra de les intégrer dans une organisation qui se veut rationnelle. En somme l’Orient doit rester l’Orient et ne pas se dénaturer, ni se couper de son étrangeté, et dans le même temps son immensité irréductible doit entrer dans les limites du « raisonnement », selon la nouvelle conception du « catalogue ». Voyons, en croisant les enjeux financiers, rhétoriques, scientifiques et de prestige qui sont tous à la fois présents dans le catalogue de don Pedro Davila, comment l’écriture de l’inventaire fera son affaire de ces difficultés.

Le collectionneur et le rédacteur

  • 8 Franklin et Leonardo Barriga López, Diccionario de Literatura Ecuatoriana, Guayaquil, Equateur, Cas (...)
  • 9 Juan Sempere y Guarinos, Ensayo de una Biblioteca Espanola de los mejores Escritores del Reynado de (...)

7Il est bon d’évoquer d’emblée les enjeux financiers qui sont à l’œuvre dans ce catalogue, d’abord parce qu’ils permettront d’évoquer le profil un peu particulier du collectionneur, ensuite parce qu’ils éclaireront certains procédés d’écriture du catalogue. Davila est à Paris depuis 1740. Selon les différentes notices biographiques consultées, les raisons annoncées par Davila en avant-propos pour motiver sa vente ne sont à l’évidence que des prétextes. Il est peut-être fatigué, il souhaite sans doute retourner au Pérou pour des raisons familiales, mais ce qu’il ne dit pas, c’est que pour réunir les quelque 40 000 objets de sa collection, il a dilapidé sa fortune personnelle et celle de ses sept frères jusqu’à engager la somme de 100 000 pesos8. L’homme, criblé de dettes, est aux abois, et s’il décide de vendre sa précieuse collection, c’est plutôt par nécessité que par choix : il s’agit pour lui d’une obligation absolue. Il indique qu’il souhaiterait que la collection soit acquise dans son intégralité, mais ce ne sera pas le cas. Elle sera dispersée entre différents acquéreurs, et il en tirera finalement 800 000 réaux, ce qui d’après les commentateurs de l’époque ne représente pas même la valeur de la moitié du fonds. Néanmoins cette somme lui permet de payer ses arriérés qui s’élevaient à 300 000 réaux. Il lui reste alors 500 000 réaux, et sa passion le rattrape : il va s’empresser de réinvestir ce montant dans la constitution d’une nouvelle collection, qu’il aura l’intelligence et la chance de revendre intégralement deux ans plus tard à Charles III, le roi d’Espagne, qui souhaite en 1769 fonder à Madrid un Cabinet royal d’histoire naturelle. Davila a compris les enjeux politiques de la curiosité, et sait que l’Espagne souhaite s’aligner sur les autres puissances européennes en important le modèle du cabinet savant. L’homme est habile et sait se rendre indispensable : pour veiller sur la collection du Cabinet royal, en majeure partie issue de la sienne, en d’autres termes pour veiller à l’extension de sa propre collection, qu’il a réussi à vendre, il parvient à s’imposer comme directeur perpétuel de ce Cabinet royal, moyennant un logement et une pension de 60 000 réaux par an9. L’ensemble est d’un très bon rapport, mais ne serait pas arrivé si la vente de 1767, promue par son catalogue impressionnant, n’avait pas fait de Davila une véritable célébrité. On peut dire que notre Péruvien est un personnage hors du commun, car il a su retourner à son avantage une situation embarrassante, et faire de son catalogue le complément indispensable de sa collection.

8En 1767, on aura compris que la vente doit réussir. Pour ce faire, le catalogue, instrument de diffusion et de publicité, doit être irréprochable : Davila met toutes les chances de son côté en choisissant différentes plumes. La rédaction des notices est clairement soumise à un enjeu de mise en valeur des objets de la vente, dans un objectif avant tout pragmatique. Il faut vendre, car il faut gagner de l’argent.

  • 10 Voir Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVIe – XVIIIe siècle, (...)

9C’est pourquoi il ne serait pas pertinent d’écrire soi-même son catalogue : un rédacteur extérieur, par définition moins soumis à la séduction des objets, n’entretenant aucun rapport affectif à la collection, paraîtra plus convaincant pour les acheteurs, et plus indépendant. C’est du reste une pratique qui se généralise au XVIIIe siècle, que de publier des catalogues de vente rédigés par des instances autres que le collectionneur lui-même. Certains rédacteurs s’en font une véritable spécialité. Ils apparaissent comme des experts qui ont pour eux le prestige du savoir et de l’impartialité10 : Gersaint par exemple rédige différents « catalogues raisonnés » pour des ventes restées célèbres (La Roque, Bonnier de la Mosson, Lorangère).

  • 11 Nous empruntons ces renseignements biographiques sur Romé de l’Isle à un article de Lydie Touret, « (...)
  • 12 Il sait aussi quelle est la fonction d’une vente, selon la définition qu’en donne Gersaint en 1737  (...)

10C’est principalement à Jean-Baptiste Romé de l’Isle, dont c’est alors la première expérience en matière de rédaction de catalogues, qu’est confiée la majeure partie de l’inventaire des collections de Davila. Quelques précisions s’imposent sur cet intéressant personnage11. Fils de militaire, il revient tout juste, dans ces années-là, d’un voyage en Inde et en Chine où, après avoir été fait prisonnier par les Anglais, il a mené une vie itinérante pendant trois ans. De retour à Paris, sans argent, il se rapproche des milieux scientifiques, s’intéressant notamment à la minéralogie et à la chimie. C’est son maître Georges Balthazar Sage, sollicité par Davila mais trop occupé pour accepter cette tâche, qui va le recommander pour rédiger l’inventaire de la fameuse collection, qui abonde en richesses minéralogiques. Possesseur lui-même d’une collection de cristaux, grand admirateur de Linné, Romé de l’Isle publiera cinq ans plus tard un Essai de cristallographie qui le rendra célèbre, puisqu’il y fonde la discipline même de la cristallographie, en systématisant les formes des cristaux et leur nomenclature. Cela lui attirera les foudres de Buffon, violemment opposé aux modélisations et aux classificateurs. Retenons pour l’heure que le rédacteur principal du catalogue de Davila est un homme de formes, de systèmes, et qui a une bonne connaissance de l’Orient ; notons également qu’il s’engage avec ce travail dans un exercice qui le fera connaître, et qui lui vaudra de rédiger beaucoup d’autres catalogues12.

Rhétorique et présentation scientifique

Les enjeux du classement

  • 13 Voir Anne Lafont, « Du cabinet à l’encyclopédie. Avoir l’œil et la main à l’esprit », dans 1740, Un (...)

11Cette entrée en matière aura permis de cerner les impératifs économiques du collectionneur, et leur relation avec les enjeux discursifs du rédacteur. Nous sommes à présent en mesure d’étudier les autres enjeux de la présentation de l’Orient de Davila. L’intérêt principal de l’écriture énumérative consiste à organiser ce qui aurait pu rester un grand bric à brac d’objets, en opérant des sériations conceptuelles par l’observation. Dezallier avait déjà appelé de ses vœux de tels protocoles en 1742, en insistant sur la notion d’« arrangement » : il s’agit, en arrangeant les curiosités du cabinet, de suggérer au lecteur une vision claire des choses, l’arrangement étant à réaliser dans l’organisation générale du lieu de sa présentation – le catalogue – et dans chacune de ses parties, voire dans chaque développement consacré à un objet13. Le classement et la minutie de la description auront donc un rôle déterminant à jouer pour la simple intelligibilité de l’objet.

12Si l’on considère d’abord la question du classement, il apparaît que l’organisation de la partie consacrée aux objets de l’art se décline dans le catalogue de Davila en sept sections :

  1. Habits, meubles, armes et ustensiles de divers Peuples anciens et modernes (16 p.)

  2. Bijoux, vases précieux et Ouvrages curieux (classés ensuite en 8 groupes selon le matériau : or, grenat, cristal, coquille, ivoire, laque, porcelaine)

  3. Modèles, instruments de mathématique, etc.

  4. Pierres et coquilles gravées en creux et en relief (2 groupes : pierres gravées antiques / modernes)

  5. Bronzes, sculptures, bas-reliefs et médailles (10 groupes)

  6. Estampes, dessins, peintures à gouaches, tableaux, miniatures, émaux, etc (12 groupes)

  7. Livres (8 groupes)

  • 14 Edme-François Gersaint, Catalogue raisonné des différens effets curieux & rares contenus dans le Ca (...)

13Au sein de chaque section, les objets sont numérotés, parfois rassemblés en lots sous un seul numéro, lots qui peuvent associer jusqu’à 44 objets pour les besoins de la vente. Les 266 pages consacrées aux objets d’art sont paginées à part et commencent par les exotica pour se terminer par les tableaux et les livres : Pourquoi les bronzes et les estampes ou tableaux, dont Davila possède des pièces tout à fait extraordinaires, sont-ils consignés en fin de catalogue ? Sans doute parce qu’à cette époque, ils ne sont plus la vraie gloire d’un cabinet de curiosités, ayant été détrônés par des objets plus remarquables, plus rares encore : « La porcelaine n’est pas une partie de curiosité qui se trouve si communément et en si grand nombre dans les Cabinets des Curieux, que les Tableaux, les Desseins, les Estampes, les morceaux d’Histoire naturelle, etc. », dit Gersaint en 174514. L’ordre adopté met clairement en valeur les grandes raretés, selon le goût du moment. De même, chaque section s’ouvre par l’objet le plus emblématique et le plus remarquable de l’ensemble défini. Un effort manifeste est donc consenti pour que le lecteur s’oriente convenablement parmi les très nombreux objets et soit systématiquement ébloui, dès l’entrée dans le texte.

14Lire plus précisément la description des objets ou des lots permet de constater l’extraordinaire luxe de détails fournis pour chaque objet. Là encore, ce sont les recommandations de Gersaint qui sont mises en application :

  • 15 Edme-François Gersaint, Catalogue raisonné des bijoux, porcelaines, bronzes, lacqs, lustres de cris (...)

Mon objet principal dans ces sortes de catalogues, c’est de tâcher de faire sentir aux curieux l’état de chaque chose, par une description circonstanciée, pour qu’elles puissent se tracer dans leur imagination, telles qu’elles sont effectivement. Voilà mon premier devoir.15

Séductions d’un savoir-faire

15Adossée et associée à l’émerveillement qui prévalait aux siècles précédents, la description scrupuleuse répond aux attentes de l’acheteur potentiel en lui fournissant par le détail tous les éléments nécessaires à la représentation la plus exacte possible de l’objet, en l’absence d’illustrations :

1. Un Habillement Chinois complet, composé d’une chemise et de trois vestes ou surtout de soie, des caleçons, bas, bottines, souliers et bonnet, en tout neuf pièces.

2. Un Ornement Chinois destiné à parer l’endroit le plus distingué de l’appartement d’un Mandarin. C’est une espèce de réseau de soie de toutes les couleurs, avec des écussons brodés en or, placés de distance en distance avec des grains de senteurs, dorés et autres disposés par compartimens dans toute sa longueur qui est de deux aunes et demie. […]

8. Trois serviettes de mousseline de la Chine, peintes de diverses couleurs et pliées de maniere à imiter des fleurs et des feuillages.

9. Une serviette de la Chine pliée en forme de Crabe. […]

11. Un Soulier de Dame Chinoise, avec la pièce de satin blanc brodé qui leur tient lieu de Bas. (Ibid., p. 1-3)

16Ou encore :

139. Un Chapeau tissu en Ivoire, dans le goût des Chapeaux de paille ; il est doublé de taffetas blanc, et est flexible au point de pouvoir se plier pour être mis dans la poche. […]

141. Un petit Vaisseau Chinois, fait en Ivoire avec ses Rameurs et Matelots ; il est garni de banderoles et autres ornements du pays ; son intérieur contient un ressort à rouages, qui fait aller le Vaisseau lorsqu’il est monté. (Ibid., p. 25)

  • 16 Ibid., p. 26. La livre de thé atteignait au début du XVIIIe siècle le prix d’un beau meuble, bien q (...)

17Outre le fait que de telles descriptions permettront de se représenter ce qui est parfois au-delà de toute imagination (comme le chapeau d’ivoire), avec un texte parfois auto-référencé, renvoyant à la description qui précède et lui ajoutant un simple détail pour distinguer deux objets singuliers (comme pour les serviettes de la Chine), la précision des descriptions servira à justifier le prix, la valeur, l’importance de tel objet par rapport aux autres : en témoigne cette « Boëte à Thé, de la Chine, recouverte en Ivoire, d’un fort joli travail » dont il est dit, car cela en rehausse considérablement la valeur, qu’« elle est remplie de Thé »16.

18La description, rigoureuse, assume dès lors des fonctions diverses et complexes. D’une part, elle témoigne de l’insuffisance du rapport affectif et comme médusé à l’objet qui prévalait aux siècles antérieurs, où la simple mention d’un « papier de la Chine » pouvait stimuler l’imagination, provoquer le rêve et l’admiration : le rédacteur, qui n’est pas le collectionneur, ne se perd plus seulement dans la contemplation du singulier et du rare, mais s’efforce, de surcroît, de faire entrer la singularité insigne de chaque objet dans l’esprit d’analyse où se bâtit une échelle du goût, sur laquelle on placera l’objet évoqué. L’intérêt de l’objet dépend désormais aussi de sa nature et des détails de sa description, soigneusement choisis pour mettre en valeur, par exemple, la coupe en nautile :

Une coupe de forme très-élégante, faite d’un Nautile dépouillé jusqu’à la Nacre et orné de Gravures Japonoises ; cette Coupe dont les bords sont garnis en vermeil, est portée sur trois figures d’homme, adossées en triangle sur un petit Socle aussi triangulaire ; le milieu de la spirale du Nautile est aussi chargé de divers ornemens, qui se terminent au sommet par un Triton monté sur un Dauphin. Toute cette garniture est de vermeil. (Ibid., p. 23)

Valeur de l’objet

19D’autre part, la description approfondie permet à la singularité exotique d’être appréhendée de manière quasi-scientifique – ce qui est un véritable défi, à bien y réfléchir. À la différence des catalogues des XVIe et XVIIe siècles qui étaient très rarement rédigés pour des ventes, la description répond dans notre contexte à un objectif pratique, puisqu’elle doit séduire l’éventuel acheteur, et devient dans cette mesure un procédé stratégique du catalogue, qui par elle exercera sur l’œil une forme d’attraction, si ce n’est de grâce :

65. Un très-beau Poignard Persan à manche de dent d’Hippopotame, enrichi de turquoises et de grenats, et à lame repercée, avec de petites perles qui jouent dans les cannelures qu’on y a ménagées ; il est dans une gaine d’argent doré ; plus une plaque d’Agathe de ceinture Turque en argent, ornée de grenats, dont le fond est de turquoises serties en or. […]

84. Un grand et très beau Bouquet d’or en filigrane, de la Chine, d’un travail fort délicat, orné de Papillons et autres Insectes aussi d’or, légèrement émaillés. (Ibid., p. 14 et p. 17)

20Le rédacteur, tout linnéen qu’il est, ne souhaite pas négliger la fascination, cet autre aspect essentiel qui fera venir à lui la clientèle des curieux, et s’ingénie à disperser çà et là des marqueurs d’appréciation esthétique tels que « d’un fort joli travail », « très élégant », « fort beau », « d’un goût exquis », « très belle ». Si tous ces modalisateurs sont disposés au bénéfice de l’émerveillement de l’œil, il faut aussi mentionner tous ceux qui s’adressent au plaisir de l’esprit : « très délicatement fait », « très curieux », « rare et curieux », « de forme fort singulière », « fort anciennes » sont des termes qui disent la qualité d’un objet sur le marché de la curiosité :

25. Un petit Paravent très curieux, fait en soie et en bâtons d’Encre de la Chine de la premiere qualité ; les figures en sont dorées et très-délicatement faites.

26. Trois bâtons d’Encre de la Chine au Carmin dans une boëte de laque noir ; cette encre est rare. (Ibid., p. 6)

21La description, qui intéresse aussi bien l’œil que l’esprit, est dès lors destinée à offrir des arguments aidant d’une part à l’analyse, voire à l’expertise, fournissant d’autre part à l’acheteur des raisons de faire un choix. En somme, la suite des objets décrits ne proposera plus seulement, comme aux siècles antérieurs, une vision du monde construite à travers ses formes les plus intrigantes, mais à cette approche globale s’ajoute la volonté de faire connaître un domaine particulier dans ses moindres détails : ceux-ci permettront de déterminer une échelle du beau, c’est-à-dire de fonder une hiérarchie des objets d’art. Et pour cela il faut en passer par des critères partagés, considérés comme des éléments distinctifs. Qu’on en juge par l’insistance, dans la partie consacrée aux laques ou aux porcelaines, sur les précisions données systématiquement quant à la qualité : « ancien laque du Japon, fond noir et or », « laque rouge du Japon », « Porcelaine de la Chine fond noir », « Porcelaine de la Chine coloriée », « Porcelaine japonée », « ancienne porcelaine grise et truitée du Japon », « Porcelaine bleue et blanche de la Chine » (ibid., p. 27-30). Ces mots renvoient précisément à des normes discriminantes, ainsi que le montrent les commentaires de Gersaint. Dans le catalogue qu’il consacre à la vente des curiosités de La Roque (1745), où il définit avec les mêmes termes les critères du beau pour un laque :

Le Lacq est encore une sorte de curiosité peu connuë ; et par consequent aussi, peu générale. Les morceaux de choix, sont de même, extremement rares à trouver, particulierement quand ils sont anciens. Ils sont quelquefois portez à des prix qui étonnent, même en Hollande. Il est cependant difficile d’en trouver aujourd’hui de beau et d’ancien dans ce pays-là, par la quantité de morceaux qu’on en a tiré. J’en ai fait l’expérience dans mon dernier voyage, malgré toutes les recherches que je pus faire pour m’en procurer, il me fut impossible de pouvoir en rapporter quelques Pieces satisfaisantes. […] Mais j’y ai entendu dire plusieurs fois, que cet ancien Lacq étoit encore plus estimé, et plus cher au Japon que chez eux ; qu’ils n’y achetoient jamais ces sortes de morceaux, par rapport à leur rareté et à leur cherté, et qu’ils ne tomboient entre leurs mains que par l’occasion des Présens que faisoient les Japonnois aux principaux Chefs ou Négocians d’entr’eux.

  • 17 Edme-François Gersaint, Catalogue raisonné des différens effets curieux & rares contenus dans le Ca (...)

On trouve quelquefois de cet ancien Lacq, qui par sa dureté est comparable au métal, et dont la durée est, pour ainsi dire, à l’épreuve du temps ; au-lieu que le nouveau est beaucoup plus tendre, moins couvert et bien plus facile à s’écorcher.17

22C’est grâce à la répétition des éléments discriminants (couleur, matériau, datation ancienne, origine géographique) dans d’autres catalogues qu’un jugement esthétique commun, partagé, sur la qualité d’une pièce pourra advenir. Le jugement peut désormais s’appuyer sur des critères classables, identifiables et compris de tous, nouveaux « lieux communs » attendus pour telle ou telle pièce. Les éléments distinguant la porcelaine de Saxe de celle de Chine, dans le même catalogue, fournissent également des critères très sûrs, qui seront repris chez Davila notamment, pour estimer la rareté et la valeur des choses :

  • 18 Ibid., p. 85-87.

On ne peut pas disconvenir que la Porcelaine de Saxe ne soit séduisante à l’œil par la beauté du dessein, le choix des sujets, l’agrément des formes, la légereté dans l’exécution de certains morceaux, et le brillant de ses couleurs. Cependant, malgré tous ces avantages, elle n’est regardée par les vrais Connoisseurs que comme du faux en ce genre, et de foibles copies, en comparaison de l’ancienne. Le brillant séduisant des couleurs, est une des parties qui leur plaît le moins, comme étant totalement opposé à ce bel accord et à cette douce union qui se trouvent sur-tout dans celle du Japon, et qui, selon eux, en font un des principaux mérites. Pour la matiere dont sont formées ces différentes Porcelaines, il est constant que celle de Saxe participe d’une nature de verre, aigre, et seche qui en rend l’usage très risquable, au-lieu que celle de la Chine et du Japon est beaucoup plus grenuë, et que la pâte en est mieux faite, plus solide, et par conséquent d’un bien meilleur service. Nous avons cependant quelques Curieux qui connoissent le mérite et la rareté de cette ancienne Porcelaine, et s’il se trouvoit un plus grand nombre de ces Curieux, certains morceaux seroient ici d’un prix excessif, comme ils le sont en Hollande […]. Celle qui est d’ancien bleu et blanc y est sur-tout très-estimée et fort chère18.

Discours à l’usage des collectionneurs

23Ce discours théorique sur la valeur des objets permet de comprendre l’intérêt, dans la description du catalogue de Davila, de certaines précisions (« de la Chine », « bleu et blanc »...). Afin que la compréhension et la perception visuelle puissent être partagées, il revient à la description d’être capable d’expliquer cette intensité de l’effet que produit un objet remarquable : les mots « ancien laque » ou « porcelaine du Japon » sont là pour montrer que l’expérience de l’objet d’art s’inscrit dans un projet qui n’est pas totalement éloigné de celui qu’on applique à l’histoire naturelle. Il faut trouver des catégories (des genres, des espèces) et les nommer pour les discriminer. En outre, grâce aux commentaires et aux éléments significatifs qui viennent en surimpression compléter la description, le catalogue invite à une lecture réfléchie, à la fois guide de vente et manuel à l’usage du futur collectionneur qui souhaiterait connaître les critères du beau pour à son tour ne pas se tromper. C’est pourquoi on y trouvera parfois, quand le propos l’exige, des analyses qui justifient les choix du rédacteur :

233. Un Dieu et une Déesse tenant une Enfant dans ses bras, assis à côté l’un de l’autre sur une espèce d’autel.
Un autre Groupe disposé de même avec des attributs différents. L’enfant est debout entre son pere et sa mere, nommés Rutren & Parvatty.
Plus, une Vache avec des colliers et grelots. L’on ne fait qu’un lot de ces trois Bronzes pour présenter aux Savans le moyen de comparer avec les Monumens Egyptiens, un Osiris, une Isis, un Orus et un Apis, métamorphosés à l’Indienne. […]

  • 19 Catalogue de Davila (op. cit.) : 5e partie consacrée aux bronzes, section des bronzes indiens, p. 7 (...)

235. Cinq petites Figures de Divinités Indiennes, parmi lesquelles il s’en trouve une avec une tete de Singe ; elle est debout avec les mains jointes. On l’appelle aux Indes Anouman.
Nouvelle conjecture pour les Savans qui peuvent y trouver un Anubis, et un commencement de preuve de la communication des Egyptiens avec les anciens Peuples du continent de l’Asie19.

24L’intensité de l’effet, l’empreinte visuelle que procure la description agissent bien sur l’œil autant que sur l’esprit, et si les objets d’Orient sont traités selon leur technique d’exécution, c’est aussi pour inciter au comparatisme culturel entre les pays et les époques. L’émotion provoquée sur le lecteur est fonction de la justification qui en sera donnée, qu’il s’agisse d’une lampe, d’un coffre, d’une boîte, ou d’une tasse de porcelaine.

25Aux XVIe et XVIIe siècles, ces objets se distinguent par leur caractère inédit. Mais au XVIIIe siècle, parce que les objets sont « déjà vus », l’émotion se double – s’enrichit – nécessairement d’autres ressorts. Des critères objectifs deviennent possibles et tout à fait nécessaires, ils limiteront l’arbitraire du goût individuel et permettront de lui adjoindre une émotion « raisonnée » de « connaisseur », c’est-à-dire associée à un savoir partagé. Un objet ne tire pas simplement son prix d’une admiration personnelle, il a également une valeur exprimée rationnellement par des critères bien précis et répertoriés. C’est pourquoi la description met en avant des savoirs techniques (supports, couleurs, qualité de réalisation des laques) ou encore historiques (hiérarchisation des modèles selon leur ancienneté, comparatisme entre les différentes cultures anciennes). Il arrive aussi qu’elle ajoute des précisions ethnographiques, quand les récits de voyages et leurs informations nourrissent la description : tel ornement chinois est dit être destiné à « parer l’endroit le plus distingué de l’appartement d’un Mandarin » (ibid., n° 2, p. 1) ; des petites bougies odorantes faites de bois de Santal, on lit que « les Chinois en brûlent continuellement devant leurs Pagodes domestiques » (ibid., n° 28, p. 7) ; une très belle lanterne chinoise est de celles « dont ces peuples ornent les rues et les maisons, lors de la fete des Lanternes » (ibid., n° 138, p. 24), le droguier permettra d’ouvrir une note explicative de bas de page sur le densui :

Un petit Droguier Chinois, consistant en trois variétés de Densui (note a : Le Densui est une composition mercurielle Chinoise qui sert pour dissiper les humeurs et tumeurs de la peau, en le mouillant avec de la salive, et en frottant dessus les tumeurs. Il en est parlé dans le premier volume des Acta physico-medica) l’une blanche, l’autre noire, et l’autre rouge ; celle-ci est la plus forte. Divers emplâtres Chinois ; cinq flacons contenant diverses pillules : Colle de la Chine faite de peaux d’Anes qu’ils nourrissent exprès : ils s’en servent dans les dysenteries, etc. (Ibid., n° 31, p. 7)

  • 20 Certaines associations sont alors encouragées : Gersaint suggère par exemple d’associer pièces de l (...)

26En somme, un catalogue « systématique et raisonné » n’est pas simplement un catalogue ordonné capable d’entretenir l’émerveillement, c’est aussi un catalogue écrit pour construire un raisonnement et engendrer un système qui organise clairement les éléments qu’il doit ranger. L’objet d’art, fût-il lointain, étrange et oriental, se voit ainsi classé selon sa nature, et il entre, tout comme l’objet d’histoire naturelle, dans l’espace du savoir par la taxinomie. De plus, sa description concourt par ses différents procédés rhétoriques à inscrire l’objet et dans une échelle de valeur (un « système »), et dans un « raisonnement » scientifique, animé par un protocole précis, qui va permettre de le situer, de lui trouver mentalement – et par conséquent financièrement – une place parmi les autres20.

27Dans une telle conception de l’écriture, que reste-t-il cependant de la pièce unique, concept important en matière d’art ? Est-elle nécessairement logée dans une catégorie ? Certes elle le sera, comme cette lanterne chinoise ouvrant la revue des ouvrages d’ivoire, mais au sein de sa catégorie, son statut de pièce unique pourra être d’autant mieux mis en valeur qu’elle diffère absolument des autres objets qui la côtoient :

Une très belle Lanterne Chinoise, dont ces peuples ornent les rues et les maisons, lors de la fete des Lanternes ; c’est un Globe d’Ivoire d’un pied de diametre, travaillé à jour, d’un goût exquis, avec un support mince, de métal émaillé ; ce Globe est suspendu dans une espèce de couronnement fait d’écaille et de métal émaillé, d’où pendent de longues franges de soie, ornées de fleurons de Nacre de Perle, etc. Au dessous du Globe est attaché un cul de Lampe d’Ivoire fait dans le même goût, rempli de fleurs artificielles : le tout a près de quatre pieds de hauteur. (ibid., n° 138, p. 24-25)

28La complexité du motif, des décorations, les précisions quant à la façon et aux nombreux matériaux soulignent assez que la pièce est tout à fait incomparable, et reste unique à la fois parce qu’elle est classée dans un ensemble dont elle parvient à se démarquer et, en quelque sorte, malgré son classement parmi les ivoires.

Conclusion

  • 21 Cité par G. Glorieux, op. cit., p. 410.

29« N’est-ce pas une folie que de s’épuiser pour une coquille ? » dit l’abbé Desfontaines dans ses Jugements sur quelques ouvrages nouveaux (1744), quand il plaint ironiquement Quentin de Lorangère de n’avoir eu « pour amusement que des images, et pour compagnie que des curieux et des marchands d’estampes »21. Comment regarde-t-on les objets de l’Orient au XVIIIe siècle ? À peu près comme les coquilles, et en leur temps les tulipes, c’est-à-dire avec la même envie mêlée de désapprobation, et réhabilitée in extremis par la présence d’une forme de « science » de la curiosité. Le catalogue dont nous avons fait ici une lecture n’est pas le seul à mettre en scène le caractère raisonné d’un arrangement pour sauver ces objets du reproche de la frivolité. Au lieu d’être entassés dans un amas, selon une copia savante qui privilégiait l’esprit de recherche propre à la Renaissance où la voie purement méthodique était jugée stérile ou sclérosante, et où il était parfois préférable de laisser se construire une compréhension de l’objet grâce à son voisinage, même fortuit, avec un autre, c’est un ordre méthodique qui s’applique au XVIIIe siècle et qui impose différemment l’objet exotique aux collections. L’objet de Chine passe en effet du statut de bizarrerie énigmatique à celui de moyen d’accès à la connaissance des formes. C’est une transformation du point de vue, n’en doutons pas, mais qui ne saurait abolir l’émerveillement. L’intérêt premier de l’objet lointain était qu’il paraissait inaccessible : dans les premiers cabinets de curiosités, on le prise pour son irréductible opacité. En somme, ce qui fascine, c’est qu’on ne puisse pas le connaître. Au XVIIIe siècle, c’est parce qu’il est étrange, mais connaissable et classable qu’il s’impose comme essentiel et légitime dans les collections. Rendu enfin lisible, il est auréolé du prestige d’être le maillon d’un raisonnement, ce qui lui offre une double valeur, aussi bien marchande qu’épistémologique.

  • 22 Voir Charles Porset, « L’encyclopédie et la question de l’ordre : réflexions sur la lexicalisation (...)

30Dès lors, il n’est pas si surprenant que l’on puisse confier la rédaction de cette partie du catalogue à un Romé de l’Isle, même s’il est apparemment plus qualifié dans la reconnaissance des cristaux que dans celle des chinoiseries, car c’est bien de formes qu’il faut traiter ici. L’enjeu du texte est taxinomique, voire encyclopédique. Retenons l’idée de cet effort pédagogique et de diffusion qui par la vertu de son intention pense se distinguer de la stérile érudition ou de la vaine curiosité22 : le soupçon de vanité, qui dure depuis qu’existe la curiosité, n’a pas disparu.

31Néanmoins, ce n’est pas parce que l’apparat scientifique semble l’emporter que nous ne sommes pas en présence d’un nouveau type de mise en scène. Le catalogue tel qu’il est rédigé se déploie selon des enjeux de séduction qui ne sont plus ceux des « recueils » et autres « théâtres » des XVIe et XVIIe siècles, mais ils flattent toujours quelque chose chez le lecteur. Ces nouveaux catalogues « systématiques » justifient l’engouement du moment en renouvelant la dignité de ces objets splendides, recueillis en tant qu’objets d’art, et disposés non loin des œuvres de Rubens par exemple, dont les mérites ne font aucun doute pour un Occidental. La mise en scène flatte, et frappe l’esprit autant que l’œil, car la théorie et la typologie d’un système séduisent désormais autant que le plaisir de l’unicité d’une pièce sublime qui vient le contredire en faisant exception, rareté toujours placée en tête de chapitre, et forçant l’admiration.

32Le paradoxe de l’étrangeté irréductible et de l’objet inclassable, parfois jugé pure vanité, trouve à se résoudre lorsqu’on écrit en « connaisseur » pour faire partager son savoir aux « amateurs » et « curieux » : cercle vertueux qui permet à chacun d’aller vers un progrès, en présentant le catalogue comme utile, mesuré à l’aune du beau de la collection, et du vrai du discours.

Haut de page

Notes

1 Jean-Baptiste Romé de l’Isle, Catalogue systématique et raisonné des curiosités de la nature et de l’art, qui composent le Cabinet de M. Davila…, Paris, Briasson, 1767 (avant-propos).

2 Il s’agit de l’abbé de Gua de Malves pour les coquilles marines, de l’abbé Grimaud pour les bronzes et médailles, de Pierre Rémy, lui-même peintre et marchand de tableaux, pour les estampes et dessins, enfin de Romé de l’Isle pour tout le reste.

3 Dezallier d’Argenville, « Lettre sur le choix et l’arrangement d’un cabinet curieux », publiée dans le Mercure de France de juin 1727 (second volume, p. 1294-1330). Le propos est précisé et augmenté dans le traité intitulé La Conchyliologie, Paris, De Bure, 1742, deuxième partie, chap. IX, p. 191-197.

4 Catalogue systématique et raisonné des curiosités de la nature et de l’art, qui composent le Cabinet de M. Davila…(avant-propos).

5 Les conditions sont favorables, avec la fondation, à la fin du XVIIe siècle par Colbert, de la 4e Compagnie des Indes, qui permet le retour à Nantes et à Lorient de navires chargés de porcelaines de Chine. N’étant plus dépendante des marchands hollandais pour ces objets, la France voit naître une mode associée à un nouvel approvisionnement possible ; rappelons qu’en 1735 Rameau triomphe avec Les Indes galantes. L’Orient séduit le goût du public en ce premier XVIIIe siècle.

6 A sa mort en 1750, l’inventaire dénombre plusieurs milliers de pièces, partout dans la boutique, réparties en une trentaine de types d’objets. Voir Guillaume Glorieux, À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Seyssel, éditions Champ Vallon, 2002, p. 263-270, et n. 3 p. 268.

7 Selon G. Glorieux, c’est Gersaint qui invente l’idée, le public et même le nom du « catalogue raisonné », ibid. p. 385-408.

8 Franklin et Leonardo Barriga López, Diccionario de Literatura Ecuatoriana, Guayaquil, Equateur, Casa de la Cultura Ecuatoriana, Núcleo del Guayas, 2e édition, 1980, p. 311.

9 Juan Sempere y Guarinos, Ensayo de una Biblioteca Espanola de los mejores Escritores del Reynado de Carlos III, 1785, t. I-II, p. 46-48.

10 Voir Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVIe – XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 1987, p. 163-194.

11 Nous empruntons ces renseignements biographiques sur Romé de l’Isle à un article de Lydie Touret, « Jean-Baptiste Louis Romé de l’Isle (1736-1790) : des geôles britanniques aux salons parisiens », paru dans les Travaux du comité français d’histoire de la géologie, 1997, 3e série, t. XI, n° 7, p. 127-137 (http://www.annales.org/archives/cofrhigeo/rome-de-lisle.html, consulté le 21 décembre 2013) ; l’auteur insère une bibliographie en fin d’article.

12 Il sait aussi quelle est la fonction d’une vente, selon la définition qu’en donne Gersaint en 1737 : « arriver à un point assez parfait [dans la collection] pour qu’elle puisse contenter un curieux difficile et délicat qui voudrait en un instant se procurer ce qu’il ne pourrait acquérir qu’avec beaucoup de soins, de travail, de temps et de dépense » (Edme-François Gersaint, Catalogue raisonné de coquilles et autres curiosités naturelles [...] : [vente du 30 janvier 1736]…, Paris, Prault, 1736, p. 41, au sujet de sa propre collection de coquilles).

13 Voir Anne Lafont, « Du cabinet à l’encyclopédie. Avoir l’œil et la main à l’esprit », dans 1740, Un abrégé du monde, Savoir et collections autour de Dezallier d’Argenville, Anne Lafont (dir.), Lyon-Paris, Fage-INHA, 2012, p. 7-24, en particulier p. 12.

14 Edme-François Gersaint, Catalogue raisonné des différens effets curieux & rares contenus dans le Cabinet de feu M. le Chevalier de La Roque, Paris, Jacques Barois et Pierre Guillaume Simon, 1745, p. 85-86.

15 Edme-François Gersaint, Catalogue raisonné des bijoux, porcelaines, bronzes, lacqs, lustres de cristal de roche... tableaux... coquilles... provenans de la succession de M. Angran, vicomte de Fonspertuis, Paris, Prault, 1747, p. x.

16 Ibid., p. 26. La livre de thé atteignait au début du XVIIIe siècle le prix d’un beau meuble, bien que sa valeur en soit divisée par quatre à la fin du siècle, selon G. Glorieux (op. cit., p. 286).

17 Edme-François Gersaint, Catalogue raisonné des différens effets curieux & rares contenus dans le Cabinet de feu M. le Chevalier de La Roque, Paris, Jacques Barois et Pierre Guillaume Simon, 1745, p. 95-97.

18 Ibid., p. 85-87.

19 Catalogue de Davila (op. cit.) : 5e partie consacrée aux bronzes, section des bronzes indiens, p. 72-73 (nous soulignons par l’usage de l’italique).

20 Certaines associations sont alors encouragées : Gersaint suggère par exemple d’associer pièces de laques et porcelaines (op. cit., 1747, p. 116) : « Le lacq est encore un genre de curiosité, qui s’assortit à merveille avec la porcelaine, et ils ont tant de rapport entre’eux, qu’on serait surpris de voir un beau cabinet de porcelaine, sans y rencontrer quelques-unes de ces pièces précieuses de vernis ». Une telle conception reste valable trente ans plus tard sous la plume du marchand Julliot qui possède une boutique à l’enseigne « Au curieux des Indes » (Catalogue raisonné des marbres, jaspes, agathes, porcelaines anciennes ; d’effets précieux d’anciens laques…, faisant partie du cabinet de feu M. Randon de Boisset, paru dans Pierre Rémy, Catalogue des tableaux & desseins precieux des maîtres célebres… et autres objets du cabinet de feu M. Randon de Boisset, Paris, Pierre Rémy, 1777) : « Les ouvrages précieux d’ancien laque du Japon s’assortissent parfaitement avec les porcelaines, par la singularité des formes, le goût aussi ingénieux que particulier des dessins, le beau ton de l’or, et l’excellent fini du travail » (p. 95).

21 Cité par G. Glorieux, op. cit., p. 410.

22 Voir Charles Porset, « L’encyclopédie et la question de l’ordre : réflexions sur la lexicalisation des connaissances au XVIIIe siècle », dans L’Encyclopédisme, Actes du colloque de Caen 12-16 janvier 1987, Annie Becq (dir.), Paris, Klinscksiek, 1991, p. 253-264.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Marrache-Gouraud, « L’Orient « systématique et raisonné » : L’exemple du cabinet parisien de don Pedro Davila (1767) », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://episteme.revues.org/339 ; DOI : 10.4000/episteme.339

Haut de page

Auteur

Myriam Marrache-Gouraud

Docteur en Littérature française de la Renaissance, Agrégée de Lettres Modernes, Myriam Marrache-Gouraud est l'auteur d'une thèse intitulée Hors toute intimidation, Panurge ou la parole singulière (Droz, 2003). Elle est MCF en Littérature du XVIe siècle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines Victor-Segalen de l'Université de Bretagne Occidentale, et membre de l'équipe HCTI (E.A.4249). Elle travaille principalement sur le roman rabelaisien, la singularité à la Renaissance et les récits de voyage du XVIe siècle. Elle est Webmestre du site curiositas. Ses travaux pertinents pour le thème de ce numéro incluent : Paul Contant, Jardin et cabinet poétique, texte établi et annoté par M. Marrache-Gouraud et P. Martin, Presses Universitaires de Rennes, 2004, « Quand l’aloès se pare des plumes du perroquet. Présentation énigmatique, rareté et curiosité », dans L’énigmatique à la Renaissance : formes, significations, esthétiques. Actes du colloque RHR (Lyon, 7-10 sept. 2005), études réunies par A. Tournon, D. Martin, P. Servet, Honoré Champion, 2008, p. 415-425, « L’Amérindien et le curieux : rencontre de deux mondes », dans Un continent en partage. Cinq siècles de rencontres entre Amérindiens et Français, dir. M. Augeron et G. Havard, Les Indes Savantes, 2013, p. 43-52, La Licorne et le Bézoard, Une histoire des cabinets de curiosités, Gourcuff-Gradenigo, 2013 (12 contributions, et co-direction de l'ouvrage), Bestiaire fantastique des voyageurs, ouvrage collectif dirigé par Dominique Lanni, Arthaud, 2014 (11 entrées), « Affronter et ravir la licorne des autres. Le chemin d’Ambroise Paré parmi les autorités », dans Lire, choisir, écrire. La vulgarisation des savoirs du Moyen Âge à la Renaissance, dir. Violaine Giacomotto-Charra et Christine Silvi, École des Chartes, 2014, p. 185-197.

Haut de page
  • Revues.org