Navigation – Plan du site
II. Curiosité et géographie en Orient et en Occident, XVIe – XVIIIe siècles‎

Le Musée académique de Göttingen et ses collections extra-européennes, de la Curiosité aux Lumières

The Academic Museum in Göttingen and its extra-European collections, from Curiosity to Enlightenment
Céline Trautmann-Waller

Résumés

Le Musée académique de Göttingen fut fondé en 1773 et illustre la tension entre des pratiques de collection relevant plutôt de la curiosité (autant d’un point de vue institutionnel que d’un point de vue méthodologique) et des pratiques guidées par un enseignement universitaire et une science de l’homme dans l’esprit des Lumières. Après une présentation du contexte politique, institutionnel et intellectuel qui vit naître le Musée académique, cet article suit l’entrée des principales collections extra-européennes dans le musée à la fin du XVIIIe siècle : les collections issues des trois expéditions de Cook et rassemblées entre le début des années 1770 et 1799, et la collection orientale, russe et sibérienne de Thomas von Asch entrée au musée entre 1771 et 1806. Combinant ambition encyclopédique, volonté de systématicité, mais aussi contingence, ces collections peuvent être envisagées aujourd’hui comme archive des circulations qui ont mis Göttingen, comme lieu savant, en relation avec d’autres régions du monde.

Haut de page

Texte intégral

1Le 7 juin 1801, Goethe, arrivé la veille à Göttingen, notait dans son Journal :

  • 1 Johann Wolfgang von Goethe, Tagebücher, dans Goethes Werke, herausgegeben im Auftrage der Großherzo (...)

Chez M. le conseiller de justice Heyne. Discussion sur la situation politique, surtout Hanovre.
Chez M. le conseiller de la cour Schlözer, n’ai pas été admis.
Chez M. le conseiller de la cour Blumenbach. Collection de crânes de ce dernier, dessins et tableaux de divers peuples, autres curiosités.
[…] Après déjeuner visite de M. Wendel – – – un élève de Heyne natif de Hildburghausen ; à 3 heures chez le conseiller de la cour Blumenbach, ai regardé de plus près sa collection de crânes, les dents du Mastodon giganteus, divers autres incognita, surtout des fossiles.
Ensuite au musée, les fabrications des peuples des Mers du Sud.
Tous les tressages particulièrement beaux.
Chez Blumenbach pour le thé, minéraux des îles des Mers du Sud, beaucoup de roches talqueuses, une néphrite particulièrement belle. Un morceau de pluie de pierres. De l’aérolithe, une sorte de tuf gris avec un peu de fer et de sulfure de fer.
Le soir, dîner chez Blumenbach1.

2Les jours suivants, Goethe retourna au Musée pour y examiner notamment les « vêtements et ustensiles d’Amérique du Nord » ainsi que les collections consacrées au monde animal et minéral. Il visita également le Jardin botanique, la Maison d’accouchement (Accouchierhaus), loua le catalogue de la bibliothèque, œuvre du philologue Christian Gottlob Heyne, et fut admis finalement chez l’historien August Ludwig von Schlözer. Cet épisode de la vie de Goethe réunit ainsi plusieurs des protagonistes du Musée académique qui, à côté de la bibliothèque, constitua un des lieux centraux de la vie universitaire de Göttingen autour de 1800. À partir des notations goethéennes, cet article voudrait interroger le projet, la naissance et les premières décennies du Musée et, plus particulièrement, l’histoire de deux de ses collections extra-européennes évoquées par Goethe, celle des Mers du Sud et celle d’Amérique du Nord, en insistant sur la dimension complexe et contingente de leur constitution : chacune d’elles renvoie à des réseaux dus aux liens politiques et/ou scientifiques de Göttingen avec la Couronne d’Angleterre, d’une part, avec l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg et avec les grandes explorations conduites sous l’égide des Tsars, d’autre part. Comme le montrent les commentaires de Goethe, on pouvait être sensible, autour de 1800, au côté novateur des installations muséales de Göttingen et y voir malgré tout – le terme de « curiosités » le prouve – la continuation de pratiques de collection et d’exposition plus anciennes. Ainsi, dans ce musée, qui se voulait d’un genre nouveau, et dans son rapport aux mondes extra-européens se rencontrèrent et entrèrent en concurrence les logiques d’ordonnancement propres aux traditions de la Curiosité, au projet encyclopédique des Lumières et – si l’on intègre le regard de Goethe sur ce musée – aux débuts du classicisme-romantisme. Loin de nuire à l’influence scientifique, voire poétique et esthétique, de ce Musée, ces tensions paraissent y avoir contribué de manière essentielle.

Göttingen, université des Lumières allemandes

3Pour comprendre la naissance du Musée académique de Göttingen en 1773, il faut tout d’abord faire un bref retour en arrière sur l’histoire de l’université elle-même et sur l’évolution des disciplines qui y furent enseignées. Fondée en 1734 par le Prince-Électeur Georges Auguste de Hanovre qui, sous le nom de Georges II, fut en même temps roi de Grande-Bretagne et d’Irlande, puis inaugurée en 1737, l’université de Göttingen fut, durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, avec celle de Halle, l’une des universités centrales des Lumières allemandes. Pour réformer l’enseignement universitaire, on introduisit à Göttingen l’égalité entre les facultés, abolissant ainsi le primat de la théologie ; on mit fin à la surveillance des cours et à la censure et on rejeta toute forme de dogmatisme, permettant le libre exercice de l’enseignement et de la recherche. Durant les quatre décennies de son mandat, le curateur Gerlach Adolph von Münchhausen (1688-1770) parvint à laisser sa marque sur l’université. Il recruta des professeurs qui imposèrent à Göttingen un enseignement universitaire moderne, en l’étayant sur les recherches en cours et en lui garantissant des applications pratiques. Il parvint à faire venir à Göttingen des savants de renom comme les philologues Johann Matthias Gesner (1691-1761) et Christian Gottlob Heyne (1763-1812), ou le médecin et naturaliste Albrecht von Haller (1708-1777), qui créa le Jardin botanique de Göttingen et devint également le premier président de l’Académie des sciences de Göttingen.

  • 2 Autour de 1800 elle comptait déjà près de 150 000 ouvrages, à la mort de Heyne en 1812, 25 000. À t (...)
  • 3 « ununterbrochene planmäßige Anschaffung desjenigen, was […] nöthig ist für eine Bibliothek, welche (...)
  • 4 Frank William Peter Dougherty, Commercium epistolicum J. F. Blumenbachii. Aus einem Briefwechsel de (...)
  • 5 Frank William Peter Dougherty (dir.), The Correspondence of Johann Friedrich Blumenbach, Revised, A (...)

4Une des pièces maîtresses du dispositif scientifique mis en place à Göttingen et destiné à rendre la ville et son université attrayante pour des chercheurs de qualité était la bibliothèque universitaire. Conçue comme instrument indispensable de la recherche scientifique, elle était constituée à l’origine de 12 000 volumes et devint, sous la direction de Heyne, qui dura presque cinquante ans, l’une des plus importantes d’Allemagne2. Heyne décrivit, en 1810, les principes encyclopédiques qui l’avaient guidé dans la direction de la bibliothèque et qui entretiennent des parallèles intéressants avec ceux qui préludèrent à la création et au développement du Musée académique : « […] l’acquisition ordonnée et ininterrompue de ce qui est nécessaire pour une bibliothèque organisée d’après un projet scientifique et non pas d’après la curiosité de l’amateur (Liebhaberey) pour certains domaines, organisée donc non pas selon le goût du faste et d’après l’apparence extérieure mais selon la quintessence et la totalisation (Umfassung) des écrits de tous les temps et de tous les peuples dans toutes les sciences »3. On retrouve parmi les libraires, diplomates, savants et érudits qui facilitèrent les acquisitions et donnèrent naissance aux domaines privilégiés de la bibliothèque – les domaines anglo-américain et slave et les sciences exactes – les mêmes réseaux que ceux qui permirent d’alimenter le Musée. Ces réseaux s’appuient, d’une part, sur l’union personnelle entre l’Électorat de Hanovre et la couronne d’Angleterre, d’autre part, sur les liens étroits entre Göttingen et l’Académie de Saint-Pétersbourg, fondée en 1724 et qui compta, au départ, beaucoup de savants allemands parmi ses membres, plus largement encore sur les relations privilégiées entre les Académies européennes dans leur ensemble. La correspondance de Johann Friedrich Blumenbach, à laquelle fut consacrée une exposition à Göttingen en 19844, et dont la publication est désormais quasiment achevée5, constitue une bonne illustration de l’ensemble de ces réseaux, qui donnèrent lieu à des échanges d’enseignants et d’étudiants, à un tissu de recensions croisées, mais aussi à des dons réciproques de livres et d’objets de collection.

  • 6 Luigi Marino, I Maestri della Germania. Göttingen 1770-1820, Turin, Einaudi, 1975.
  • 7 Voir, par exemple, concernant les étudiants venus de Russie : Reinhard Lauer, « Russische Studenten (...)

5Renforcée encore par la création de l’Académie des sciences de Göttingen en 1751, avec laquelle l’université entretint, dès le début, des relations étroites, la vie académique de Göttingen acquit ainsi un renom important. Durant plusieurs décennies, c’est à Göttingen que furent formées les élites allemandes, comme l’a très bien étudié Luigi Marino dans un livre déjà ancien6. Son envergure internationale fit qu’elle attira également de nombreux étudiants étrangers7.

  • 8 Voir, notamment : Dietrich Hoffmann et Kathrin Maack-Rheinländer (dir.), « Ganz für das Studium ang (...)
  • 9 Voir Hans-Erich Bödecker, Philippe Büttgen et Michel Espagne (dir.), Göttingen vers 1800. L’Europe (...)

6La réforme de l’enseignement universitaire à Göttingen et, plus largement, l’esprit qui y régnait conduisirent à l’émergence de nouvelles disciplines ou, du moins, à une rénovation des disciplines traditionnelles. On vit naître ainsi l’économie, la médecine pratique, une histoire et une philologie historico-critiques, des sciences de la nature empiriques8. De la physique expérimentale de Georg Christoph Lichtenberg à l’étude historico-critique de la Bible de Johann Gottfried Eichhorn, en passant par l’histoire naturelle de Blumenbach, toutes ces disciplines étaient fondées sur le rationalisme et l’empirisme et s’inscrivaient dans un vaste projet de sécularisation. Une place toute particulière revient, dans ce dispositif, au projet d’une science de l’homme9.

L’invention de l’ethnologie à Göttingen ?

  • 10 Han F. Vermeulen, « Von der Völker-Beschreibung zur Völkerkunde. Ethnologische Ansichten Gerhard Fr (...)
  • 11 Martin Gierl, « Das Alphabet der Natur und das Alphabet der Kultur im 18. Jahrhundert : Botanik, Di (...)
  • 12 Ibid., p. 6-17.

7Un grand nombre des professeurs actifs à Göttingen durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle consacrait une part de leurs recherches historiques, géographiques, philologiques, linguistiques ou naturalistes à des questions ayant trait à ce que nous appellerions aujourd’hui ethnographie ou anthropologie. À tel point qu’on a pu considérer que les termes de Völkerkunde (ethnologie et/ou anthropologie) et Ethnographie (ethnographie), utilisés à Göttingen en 1771 simultanément par l’historien Schlözer et son collègue Johann Christoph Gatterer, avaient été « inventés » dans cette ville10. Dans ce cadre, il faut évoquer également Christian Wilhelm Büttner (1716-1801) qui enseignait depuis 1758 l’histoire naturelle et la chimie à Göttingen, où il fut l’un des enseignants de Georg Christoph Lichtenberg. Un article récent a étudié la manière dont aussi bien Büttner que Gatterer ont essayé de déchiffrer ce qui était conçu, d’après Francis Bacon, comme un alphabet du monde, dans les objets empiriques de leurs disciplines, selon un échange incessant entre le monde des plantes et celui des langues et des écritures11. Büttner s’intéressait aussi à l’ethnographie et essaya d’appliquer aux langues la classification de Linné, rencontré durant ses études à Leyde. Comparant les langues et les écritures de différents peuples, Büttner crut y trouver tant de traits apparentés que, renonçant à la théorie de la constance des formes, il en déduisit – tout comme des découvertes anthropologiques de l’époque – le développement de races diverses à partir d’une forme première. Par cette conception de l’unité du genre humain, défendue à la même époque par Buffon, il devint l’un des inspirateurs de Blumenbach. Comme Büttner, Johann Christoph Gatterer (1727-1799) tenta de transposer des principes issus de la classification linnéenne aux sciences de l’homme. Professeur d’histoire universelle à Göttingen, il est connu pour avoir donné un statut scientifique aux sciences auxiliaires de la généalogie et de la diplomatique, c’est-à-dire de l’étude de la structure des documents officiels (chartes), de leur valeur, leur âge et leur authenticité, pour aboutir à une classification de ces derniers. Si Linné se servait des organes de fructification des plantes pour sa classification, les chartes sont en quelque sorte pour Gatterer, en tant que résumé des processus de formation du droit, les organes de fructification de l’histoire dans lesquels se concentrent les événements dignes d’être remarqués et, donc, mémorisés. Convaincu que les événements historiques devaient être ordonnés de manière systématique à travers une description de leurs relations causales, plutôt que par une simple chronologie des événements, Gatterer utilisait la notion de nexus rerum universalis pour étudier la connexion universelle des choses dans le monde12.

8Outre Gatterer, deux autres historiens contribuèrent à l’émergence d’une science de l’homme à Göttingen. August Ludwig von Schlözer (1735-1809) obtint en 1761, après des études de philologie et de langues orientales à Göttingen, un poste d’assistant auprès de Gerhard Friedrich Müller, historien officiel de l’Empire russe à Saint-Pétersbourg, puis y fut nommé professeur à l’Académie des Sciences. Il revint définitivement à Göttingen en 1767 pour y enseigner l’histoire universelle, la statistique, la politique, le droit international, mais maintint, depuis cette ville, des relations étroites avec la Russie, notamment à travers les nombreux étudiants russes que sa renommée de spécialiste de l’histoire russe attirait à Göttingen. Arnold Hermann Ludwig Heeren (1760-1842) poursuivit cette orientation universelle de l’histoire à Göttingen, notamment à travers ses recherches concernant l’histoire du commerce et des communications (Verkehrsgeschichte).

9Le philologue Christian Gottlob Heyne, dont il a déjà été question, contribua lui aussi indirectement à l’« invention » de l’ethnographie à Göttingen. Professeur d’éloquence et de poésie depuis 1863, il fut une figure centrale de la vie scientifique à Göttingen, dirigeant la bibliothèque durant presque cinquante ans et éditant les Göttingische Gelehrten Anzeigen, ainsi que les Commentationes Societatis Regiae Scientiarum Gottingensis (devenues, en 1843, Abhandlungen der königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen). Heyne commença sa carrière intellectuelle en traduisant des auteurs de l’Antiquité grecque et latine (notamment Épictète et Tibulle), mais il fut surtout l’un des premiers à intégrer à l’étude de la mythologie grecque les résultats de différents domaines de recherche (linguistique, archéologie, récits de voyage), devenant ainsi l’un des principaux fondateurs d’une approche scientifique moderne de l’antiquité.

10À côté de cette dimension historique, linguistique et philologique, l’anthropologie physique contribua, elle aussi, au développement de la science de l’homme à Göttingen. La figure principale en est Johann Friedrich Blumenbach (1752-1840) qui enseigna à Göttingen la médecine, l’anatomie comparée et l’histoire naturelle. Blumenbach fut l’un des savants les plus influents de cette époque et ses cours étaient suivis par les étudiants de toutes les facultés, car on y voyait un exemple de méthode pour toutes les disciplines. Son œuvre scientifique embrasse de très nombreux domaines (histoire naturelle, physiologie, anatomie comparative, géologie, histoire de la littérature médicale), mais Blumenbach est aujourd’hui principalement évoqué et étudié pour ses recherches en matière de physiologie et d’anatomie comparée, qui firent de lui le père de l’anthropologie physique. Recruté comme étudiant pour ranger et classer les collections de Büttner en vue de leur intégration au Musée académique, il en tira, comme il le dit lui-même, l’inspiration à la fois pour sa thèse De generis humani varietate nativa, soutenue en 1775 et publiée en 1776, et pour sa propre collection, composée surtout de crânes et qui compta pour finir deux cent quarante cinq pièces – crânes humains entiers ou fragments – ainsi que deux momies, et devint célèbre dans le monde entier. S’appuyant lui aussi en partie sur Linné, Blumenbach conçut de plus en plus le développement humain comme obéissant à une force formatrice (nisus formativus ou Bildungstrieb) régissant toute la sphère du vivant. Les différentes races – terme qu’il n’utilisa que tardivement et avec beaucoup de réticence – étaient pour lui des variétés (Spielarten) d’une seule et même espèce, l’homme, sans qu’il soit possible d’établir des hiérarchies entre elles et encore moins de mettre en cause une égalité fondamentale des droits. Si on l’a envisagé parfois comme un « inventeur des races », l’étude de l’anatomie et tout particulièrement des crânes humains devait à ses yeux permettre de démontrer le caractère arbitraire des frontières trop strictes établies entre les races et de mettre en évidence les transitions entre des spécimens jugés éloignés. Blumenbach est important aussi parce qu’il forma toute une génération d’explorateurs allemands. De plus, il préludaà la destinée du Musée académique, puisqu’il fut étroitement associé à son histoire dès sa création et qu’il le dirigea de 1810 jusqu’à sa mort, en 1840. Nombre d’acquisitions étaient dues aux relations (souvent purement épistolaires) qu’il avait su nouer dans toute l’Europe et à sa ténacité.

11Quant à Georg Christoph Lichtenberg (1742-1799), mathématicien et professeur de physique expérimentale, en même temps qu’un des plus grands écrivains des Lumières allemandes, il intervint de manière active dans le débat sur les races qui constitue un lieu central des discussions anthropologiques et ethnologiques de l’époque. Comme son ami Blumenbach, il s’y opposait principalement à Christoph Meiners (1747-1810), professeur de philosophie (Weltweisheit) à l’université de Göttingen mais qui y enseignait également l’histoire et l’ethnographie. C’est dans son Esquisse de l’histoire de l’humanité (Grundriß der Geschichte der Menschheit, 1785) que Meiners tenta de démontrer que l’espèce humaine, telle qu’elle était constituée à son époque, se composait de deux branches principales, caucasienne et mongole, de valeur inégale, et développa une hiérarchie des races sur laquelle il fondait une inégalité des droits.

12Il existait donc à l’université de Göttingen un cercle de savants représentant diverses disciplines mais tous intéressés par l’histoire universelle, le monde extra-européen, la science de l’homme. Lors de rencontres informelles, ils lisaient des récits de voyage et discutaient régulièrement de cette littérature spécifique qui constituait, certes, une source d’information, mais qui ne pouvait suffire à élaborer une science de l’homme dans l’esprit des Lumières. Convaincus qu’on ne pouvait plus se contenter de constater l’« ordre naturel » du monde, mais qu’il fallait le reconstruire à partir de matériaux empiriques, ils étaient à la recherche de « preuves matérielles », comme, par exemple, de matériaux issus de territoires jusque-là inexplorés, pouvant permettre de défendre véritablement de nouvelles idées sur le monde et l’histoire de l’humanité. Les artefacts rapportés des expéditions étaient considérés comme des objets sur lesquels pouvait se fonder l’étude des civilisations, en prenant en considération en premier lieu leurs cultures matérielles. Suivant la méthode descriptive développée par Buffon (1707-1788) en histoire naturelle, ces « documents culturels » étaient interprétés à l’aide des carnets de bord des navires, en rapport avec des informations concernant le climat ou l’environnement physique. Tout ceci explique l’importance prise à Göttingen par le Musée académique.

Le Musée académique de Göttingen : musée d’un nouveau genre

  • 13 Dominik Collet, « Das Academische Museum der Universität Göttingen (1773-1840). Inszenierung, Natur (...)
  • 14 Voir Christine Nawa, « Zum « öffentlichen Gebrauch » bestimmt. Das Academische Museum Göttingen », (...)
  • 15 Concernant les premières années du Musée, la source la plus importante est sans doute : Johann Step (...)
  • 16 « academisch[e] Sammlung, wo nichts zur Parade sondern alles zum Nutzen [dient] », Johann Friedrich (...)
  • 17 Universitatsarchiv Gottingen : Sign. Kur 4 V g 5, fol. 12r–15r. Cité par Dominik Collet, « Das Acad (...)

13Dès la fondation de l’université de Göttingen ou presque, la création d’un cabinet de curiosités naturelles fut envisagée13. Les hésitations concernant la forme à donner à ce dernier, collection privée ou institution publique, en retardèrent, néanmoins, la réalisation14. Il fallut attendre 1773 pour voir annoncer en grande pompe l’ouverture de la collection, installée dans une salle centrale du bâtiment principal de l’université15. Au moment de l’inauguration du Musée académique, les savants de Göttingen insistèrent sur la rupture avec les traditions plus anciennes de collecte et d’exposition. Blumenbach caractérisa le nouveau musée comme « une collection académique, où rien ne sert à la parade mais où tout est utile »16. Il rédigea par ailleurs un document (non publié) expliquant l’utilisation du Musée17. Lichtenberg critiqua les anciennes collections pour leur manque de goût, opposant lui aussi apparat et usage :

  • 18 « Diese älteren Sammlungen hatten doch den Fehler, dass man mehr Seltenheiten als Merkwürdigkeiten (...)

Ces anciennes collections avaient le défaut, qu’on y amassait plus de raretés que de bizarreries de la nature, donnant ainsi à l’ensemble une apparence bigarrée de mauvais goût. [À Göttingen au contraire] le cabinet académique ne sert pas à l’apparat, mais seulement à l’usage, à l’étude et à l’enseignement […] Göttingen est la première université en Allemagne, peut-être en Europe, à avoir été dotée d’un véritable Musée académique, et nous considérons comme notre devoir d’en parler déjà comme d’un phénomène qui fait date18.

  • 19 Voir Christine Nawa, « Zum « öffentlichen Gebrauch » bestimmt. Das Academische Museum Göttingen », (...)

14Et, pourtant, le Musée s’est bien construit à partir de collections plus anciennes, vestiges de la Curiosité. On peut citer, en premier lieu, les collections de Büttner qui en déterminèrent la configuration générale. Büttner avait hérité de son grand-père une collection qui servit durant de nombreuses années de support à son travail scientifique et à son enseignement. Cette collection se composait principalement d’objets d’histoire naturelle (animaux conservés dans le formol, minéraux, essences boisées), de monnaies et d’objets artistiques étrangers (dits Ethnographia). Les monnaies et les objets d’histoire naturelle furent acquis en 1773 par Heyne pour l’université, dans le but de fonder ce qu’on appela aussi, durant un temps, le « cabinet public » pour marquer la transition entre un lieu privé ou réservé à un public choisi et un lieu ouvert à un large public19.

15La collection Büttner devint, une fois classée, le premier élément constitutif de l’Academisches Museum avec la collection de minéraux de Samuel Christian Hollmann (1696-1787) et la collection encyclopédique du patricien de Francfort Johann Friedrich von Uffenbach (1687-1769), premier noyau du département des arts au sein du Musée. Plus que par des acquisitions, ces premières collections furent complétées par un grand nombre de dons, ces derniers constituant de véritables opérations de prestige. Parmi ces dons figurent la collection de tableaux de Johann Wilhelm Zschorn (1714-1795) centrée sur la peinture de paysage néerlandaise du XVIIe siècle, qui comptait environ deux cent soixante dix pièces et dont deux cents furent intégrées au Musée ; les nombreux envois effectués par Georg Thomas von Asch (1729-1807) depuis la Russie ; les collections ethnologiques de James Cook (1728-1779), de Georg Adam Forster (1754-1794) et de Reinhold Forster (1729-1798) ; les collections naturalistes et ethnographiques (notamment les représentations de peuples extra-européens) de Blumenbach lui-même, dont il fit don au Musée à sa mort. Blumenbach servit aussi d’intermédiaire entre le Musée académique de Göttingen et les Frères Moraves, qui disposaient eux-mêmes d’un cabinet de curiosités et entretenaient un système d’échanges avec d’autres collections. À Göttingen, on trouve ainsi quelques objets collectés par les Frères Moraves parmi les Esquimaux du Groenland, comme, par exemple, deux modèles réduits de kayaks ou encore des vêtements de protection contre la pluie confectionnés à partir de plumages d’oiseaux.

16Suite à l’extension croissante de la bibliothèque, le Musée dut déménager en 1796 dans un bâtiment spécifique. À la même époque, l’intégralité des collections du Musée fut préservée malgré l’occupation napoléonienne, grâce à l’intervention énergique de Blumenbach qui se rendit à Paris en 1807 pour convaincre Napoléon de protéger la vie académique de Göttingen et ses institutions. Jusque dans les années 1840, les naturalia et les collections artistiques formaient une unité du point de vue des locaux et de l’organisation. Par la suite, le Musée commença à se défaire, ne serait-ce qu’à cause de la spécialisation et de la différentiation croissante des disciplines. Certaines collections quittèrent alors le Musée pour se voir intégrées aux facultés, instituts ou séminaires correspondants. En 1878, le bâtiment du Musée dut être détruit pour permettre l’agrandissement de la bibliothèque et le Musée cessa d’exister d’un point de vue institutionnel. Le Niedersächsisches Landesmuseum à Hanovre récupéra une partie des fonds les plus prestigieux ; le reste fut réparti sur les instituts et les séminaires de l’université de Göttingen (Geowissenschaftliches Museum, Zoologisches Museum, Ethnographisches Museum). Aujourd’hui, l’ensemble est dispersé dans plus de trente collections.

17Comme c’était le cas pour la bibliothèque, le but des collections du Musée était de rendre compte du monde dans son ensemble. Les acquisitions se faisant, cependant, au gré des occasions, certains domaines ne pouvaient pas manquer d’être particulièrement bien documentés. Il s’agit, avant tout, des Mers du Sud (Pacifique Sud) et de l’Amérique du Nord.

La collection Cook du Musée académique de Göttingen : l’Angleterre, vecteur des Mers du Sud

  • 20 Pour ce qui concerne les rapports des Forster à Göttingen, il importe de souligner que Georg Forste (...)

18L’histoire du Musée académique de Göttingen et de ses collections est étroitement associée à celle des trois expéditions de l’explorateur anglais James Cook (1728-1779). Le premier de ces voyages dura de 1768 à 1771 et Cook y fut accompagné notamment par Joseph Banks (1743–1820), membre et plus tard président de la Royal Society de Londres, qui était en contact étroit avec Blumenbach. Le deuxième dura de 1772 à 1775, et le savant chargé de l’observation et de la collecte de spécimens botaniques, mais aussi de la dimension ethnographique de l’expédition, était, cette fois-ci, l’Allemand Johann Reinhold Forster, qui emmena avec lui son jeune fils Georg20. Durant le troisième voyage, en 1776-1779, Cook, accompagné cette fois-ci par l’astronome Joseph Billings, fut tué à Hawaï.

  • 21 Stephan Little et Peter Ruthenberg (dir.), Life in the Pacific of the 1700s : The Cook/Forster Coll (...)

19L’une des attractions principales du Musée académique de Göttingen était constituée par la « collection Cook », ou « collection Forster/Cook », estimée à environ cinq cents objets venant du Pacifique et dont une partie fut exposée en 2006-2007 à la Honolulu Academy of Arts, au National Museum of Australia de Canberra et au Musée du Quai Branly21. Cette collection fut rassemblée à Göttingen entre le début des années 1770, c'est-à-dire avant même le début du deuxième voyage, et 1799, date de la mort de Forster père. Dans la plupart des cas, il n’est pas possible de savoir qui a collecté ces artefacts. Le personnel des expéditions était extrêmement divers et comportait des officiers, des savants et leurs assistants, des médecins, des artistes (surtout des artistes-peintres), des artisans, des cuisiniers, des marins. Tous développèrent, à des degrés divers, des pratiques de collecte, qu’il s’agisse d’objets naturels ou d’artefacts.

  • 22 Manfred Urban, « Die völkerkundliche Sammlung. Eine im Zeitalter der Aufklärung wurzelnde ethnologi (...)
  • 23 Archives de l’Institut d’anthropologie sociale et culturelle de la Georg-August Universität de Gött (...)

20Il est probable que les premiers artefacts du Pacifique Sud à parvenir à Göttingen aient été transmis par Banks, Blumenbach ayant peut-être servi d’intermédiaire. Il reste également des traces de dons qui auraient été faits à l’issue de la deuxième expédition par Georg Forster, surtout des tissages et des vanneries22. Par la suite, d’autres formes de contact entre l’Angleterre et Göttingen permirent d’enrichir encore la collection. Ainsi, l’un des textes les plus célèbres se rapportant à l’histoire du Musée académique de Göttingen est la demande que Blumenbach adressa au gouvernement du Land de Hanovre (Hannoversche Landesregierung) en 1781, et où il recommanda l’acquisition, pour le Musée académique, d’objets issus des expéditions menées par James Cook. Modestement, il s’enquiert de la possibilité « d’obtenir pour le Musée académique une partie de la surabondance de curiosités naturelles étrangères, qui ont été collectées tout particulièrement en très grande quantité lors des voyages autour du monde effectués récemment sur ordre de votre majesté [Georges III] »23.

  • 24 Adrienne L. Kaeppler, Artificial Curiosities. An Exposition of Native Manufactures Collected on the (...)
  • 25 Georg Forsters Werke, Sämtliche Schriften, Tagebücher, Briefe, vol. 12 : Tagebücher, éd. établie pa (...)

21Suite à cette demande, plusieurs personnes de renom furent associées à cette acquisition. Christian Heinrich von Hinüber (1723-1792), un Allemand qui avait fait ses études à Göttingen avant de devenir conseiller privé du roi Georges III, joua un rôle important en tant qu’intermédiaire. Peu après réception de la lettre, von Hinüber informa Blumenbach qu’une collection d’objets naturels et artificiels des îles nouvellement découvertes au Pacifique allait être constituée et envoyée au Musée. Von Hinüber paraît avoir rassemblé cette collection pour le Musée académique de Göttingen à partir de sources très diverses, comprenant également un certain nombre de marchands d’art. Une partie non négligeable serait issue de la vente de la collection privée du marchand d’art George Humphrey (imposée à ce dernier par ses débiteurs). Humphrey était connu pour avoir acheté tout ce qu’il pouvait au retour de la deuxième expédition, en se rendant directement auprès des navires à leur arrivée au port24. Après son arrivée à Göttingen en 1782, la collection Cook achetée et transmise par Georges III constitua la partie principale du département ethnographique du Musée académique. S’y ajouta, en septembre 1782, l’acquisition d’une parure de deuil complète venant de Tahiti et que Georg Forster décrivait, dans son Journal, comme l’une des pièces maîtresses de la collection25.

  • 26 Brigitta Häuser-Schäublin et Gundolf Krüger (dir.), James Cook – Gifts and Treasures from the South (...)

22Les Forster père et fils semblent avoir été parmi les seuls à collecter de manière systématique. L’une de leurs collections les plus importantes était constituée par l’herbarium, collection systématique de six cents à sept cents spécimens botaniques rares, toujours conservée à Göttingen aujourd’hui. Reinhold Forster et son fils notaient avec soin leurs acquisitions dans leur journal, y compris les acquisitions ethnographiques. Tous deux étaient de fins observateurs, intéressés aussi par les dimensions culturelles et sociales de la vie locale, ce qui explique qu’ils veillèrent à donner des descriptions précises des artefacts et à noter leurs usages in situ26. Ils constituèrent de grandes collections privées durant l’expédition, mais ils vendirent un nombre important d’objets en Europe, soit par nécessité financière, soit pour favoriser des relations avec des personnes influentes. La plus grande partie de ces objets réapparut plus tard au Musée Pitt Rivers d’Oxford. Une collection non négligeable resta, néanmoins, entre les mains de Forster père jusqu’à sa mort, en 1798, puis fut acquise par l’université de Göttingen en 1799. C’est suite à cette acquisition que la collection prit le nom de collection Forster/Cook.

23Les objets de la collection Forster/Cook à Göttingen peuvent être classés en plusieurs grandes catégories : 1) vêtements, 2) paniers et autres objets de vannerie 3) éventails, 4) ustensiles, armes et parures de guerre, équipements pour la chasse et la pêche, instruments de musique, jeux et jouets, vaisselle, objets servant de symboles du statut social et objets rituels. Ils proviennent de Tahiti, Tonga, Hawaï, des Îles Marquises et de Nouvelle-Zélande pour ce qui est de la Polynésie, de Nouvelle Calédonie et de Vanuatu pour ce qui est de la Mélanésie, ainsi que des côtes pacifiques américaines sud et nord (par exemple de la Terre de feu et de l’Alaska). Les objets les plus extraordinaires de la collection sont ceux venant de Tahiti, de Hawaï et de Tonga, comme, par exemple, quatre taumi, ou pectoraux, parfois aussi portés sur les épaules.

24Le caractère exceptionnel et la valeur de la collection Cook-Forster de Göttingen viennent du fait qu’elle constitue un témoignage des cultures du Pacifique Sud au XVIIIe siècle, c’est-à-dire avant que ne s’y exerce une quelconque influence européenne. Les artefacts se trouvant à Göttingen ne contiennent donc aucune trace des importations qu’on trouve sur les objets de collections moins anciennes : fibres et textiles, perles, verre, métal, colorants et utilisation de lames en métal plutôt que les traditionnelles lames de pierre. Blumenbach lui-même était conscient de la valeur de cette collection, pour la constitution de laquelle il s’était fortement engagé, comme indiqué précédemment. Résultant en partie de sa « curiosité » et de sa ténacité, elle illustre les possibilités offertes par les réseaux scientifiques et politiques dans lesquels s’insérait Göttingen.

La Collection von Asch à Göttingen : la Russie, vecteur de l’« Orient »

  • 27 Silke Glitsch et Elmar Mittler (dir.), Russland und die « Göttingische Seele », op. cit.

25C’est à partir du XVIIIe siècle27 que des relations scientifiques étroites existèrent entre Göttingen et la Russie, notamment parce que, parmi les savants allemands qui formèrent l’un des premiers noyaux de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, un certain nombre venait de Göttingen. Georg Thomas von Asch (1729-1807), pour sa part, devint un acteur important dans les relations scientifiques germano-russes surtout parce qu’il servit d’intermédiaire entre l’université de Göttingen et plusieurs savants allemands recrutés pour différentes expéditions scientifiques organisées sous l’égide de l’Empire russe.

  • 28 Concernant la biographie de von Asch, voir Helmut Rohlfing, « The Life of Georg Thomas von Asch / D (...)
  • 29 Voir le catalogue d’une exposition consacrée en 1998 à von Asch comme donateur de l’université de G (...)
  • 30 Helmut Rohlfing, « Eine neue russische Bibliothek in Göttingen – Georg Thomas von Asch als Förderer (...)
  • 31 Selon le titre du livre d’Arnold Buchholz, Die Göttinger Russlandsammlung Georgs von Asch. Ein Muse (...)
  • 32 Cette correspondance a été publiée dans l’édition complète de la correspondance de Blumenbach en ra (...)

26Né à Saint-Pétersbourg dans une famille allemande, Asch étudia la médecine à Göttingen de 1748 à 175028. Il y soutint une thèse sur une partie des nerfs de la moelle épinière sous la direction de Haller. Après ses études, il retourna à Saint-Pétersbourg, y exerça d’abord en tant que médecin de ville, puis devint membre du collège de médecine fondé par Catherine II en 1863, occupant ainsi une position importante dans le domaine de la santé publique. Après avoir été médecin militaire en Finlande, il avança au grade de médecin général des armées impériales russes durant la guerre russo-turque de 1768-1774. Suite à sa lutte efficace contre une épidémie de peste, il devint conseiller impérial en 1777, puis membre honoraire de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg en 1779. Il resta au service de la Russie jusqu’à la fin de sa vie, tout en maintenant des relations étroites avec l’université de Göttingen29. Entre 1771 et 1806, von Asch envoya à Göttingen de nombreux livres, manuscrits, cartes et gravures, issus soit du domaine russe soit du domaine oriental. Cette collection disposa d’un espace spécifique au sein de la bibliothèque jusqu’en 188430. Le Musée, pour sa part, entra, grâce à von Asch, en possession de témoignages culturels exceptionnels de différents peuples et de différentes régions d’Asie, de Sibérie et de l’ancienne Amérique russe (l’actuel Alaska) : monnaies, médailles, modèles réduits et objets de la vie courante. Cette collection ethnographique est riche d’environ deux cents objets. Ils furent acquis, pour la plupart, lors des grandes expéditions académiques organisées sous le règne de Catherine II, collectés par Thomas von Asch et offerts à son ancienne université en signe de gratitude. L’ensemble de la collection Asch est considéré encore aujourd’hui comme un « musée de l’histoire de la science russe au XVIIIe siècle »31. Elle est célèbre notamment parce que les objets collectés furent relativement bien documentés par Asch, qui accompagnait ses envois de listes détaillées (Transportlisten), contenant souvent des informations précises sur ces objets. De plus, grâce à la correspondance entre Heyne et Asch, qui dura plus de trente ans et qui devint assez personnelle au fil des années32, on peut à peu près reconstituer les différentes étapes de ces acquisitions, les réseaux et les situations qui les rendirent possibles.

  • 33 Voir Rolf Siemon, « The Acquisition History from Göttingen’s Pespective », dans Brigitta Häuser-Sch (...)

27Les envois commencent en 177133, lorsque von Asch fait parvenir à l’université un manuscrit du Coran et vingt-cinq autres manuscrits arabes. Suite à la réaction très positive de Heyne, il poursuit, expédiant notamment un exemplaire enluminé du Shâhnâmeh de Ferdowsi. L’ensemble des premiers dons s’inscrit dans le contexte de la guerre russo-turque de 1868-1874. Au-delà de cette situation spécifique, ce sont les contacts de von Asch avec d’autres médecins, avec des savants, des marchands et des membres de l’administration, qui tous voyageaient beaucoup et dont les lieux de résidence étaient répartis sur l’ensemble de l’Empire, qui lui permirent d’engranger des objets de grande valeur. Certains de ces objets proviennent ainsi des expéditions menées par Vitus Bering et notamment de la première (1725-1728). C’est le cas d’une carte dessinée à la main et illustrée vers 1729, que Bering joignit à son rapport à l’issue de l’expédition en 1830. Cette carte indique le parcours de la première expédition, depuis Tobolsk jusqu’au Kamtchatka, et montre, à côté d’un tracé assez précis des côtes du Kamtchatka, les habitants du pays vêtus de leurs habits caractéristiques : un Samoyède avec des raquettes, une Jakoute, une Toungouze et un Toungouze, tous deux chevauchant un renne, un Korjak équipé de raquettes et d’un arc, un Kourile avec arc et flèches, et un Tchouktche tenant un oiseau dans sa main, un Kamtschadale sur un traîneau à chiens, ainsi qu’un Toungouze avec un carquois et un arc et une Toungouze avec un poisson dans la main.

28D’autres objets proviennent de l’expédition secrète, géographique et astronomique, que Catherine II organisa en Sibérie et vers l’Alaska à la recherche du passage du nord-est et qui fut placée sous le commandement du Britannique John Billings (1787-1794), qui était déjà venu dans cette région avec Cook. C’est précisément la venue de Cook dans cette région, lors de son troisième voyage, qui avait réveillé l’intérêt des Anglais, des Français et des Espagnols pour cette région située entre la Russie et l’Amérique et créé une situation de concurrence internationale. L’expédition devait opérer un repérage des lieux et permettre de clarifier les délimitations territoriales, mais le savant allemand Peter Simon Pallas, qui vivait à Saint-Pétersbourg, insista pour qu’un naturaliste y soit également associé. Ce fut finalement le médecin allemand Carl Heinrich Merck, installé à l’époque à Irkoutsk. C’est de lui que von Asch tenait vraisemblablement les objets et les documents issus de cette expédition qu’il fit parvenir à Göttingen. S’agissant d’une expédition secrète et censée enrichir les collections de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, cette situation est assez étrange. En tout cas, la collection ethnographique du Baron von Asch comprend environ cinquante-neuf objets venant de l’Amérique russe (ou Alaska). Ils proviennent principalement d’Unalaska, l’une des Îles Aléoutiennes, et de l’Île de Kodiak. On y trouve, par exemple, un couvre-tête en forme de phoque destiné au camouflage des chasseurs ou encore un modèle réduit de kayak.

29La collection von Asch est d’autant plus précieuse aujourd’hui que la collecte systématique de témoignages ethnographiques dans les régions lointaines de l’Est de la Russie ou en Alaska ne commença qu’au XIXe siècle. Elle en constitue donc l’un des témoignages les plus anciens. Dans ce contexte, il faut notamment évoquer une tenue de chamane qui, d’après la fiche d’acquisition, viendrait de la région située entre les fleuves Argoun et Ingoda, c’est-à-dire du sud-ouest de la Sibérie, près de l’actuelle frontière avec la Mongolie, et serait entrée au musée de Göttingen dès 1788. Von Asch évoque plusieurs fois cette tenue dans la correspondance et il rédigea également une notice insistant sur la valeur exceptionnelle et sur la rareté de cet objet.

30Parmi les fournisseurs de von Asch figuraient également les Frères Moraves, qui lui transmirent des objets collectés dans la région de la Volga inférieure. La communauté de Sarepta lui envoya des manuscrits mongoles-kalmoukes. On considère aujourd’hui qu’il s’agit des premiers témoignages de la littérature de cette région arrivés en Allemagne et qu’ils constituèrent les premières sources permettant de développer en Allemagne une recherche savante sur la culture et la religion des Mongoles.

  • 34 À ce sujet, voir par exemple Naufrage et tribulations d’un Japonais dans la Russie de Catherine II (...)
  • 35 Bibliothèque nationale et universitaire de Göttingen, cote 2° Cod. Ms. Asch 284.

31Si la première guerre russo-turque servit indirectement de médiation pour l’arrivée d’objets et surtout de manuscrits orientaux à Göttingen, on peut considérer, de manière plus générale, qu’à travers Asch, la Russie servit pour Göttingen de vecteur de l’« Orient », pour prendre le mot dans un sens aussi vaste que celui qu’il avait à l’époque. Ainsi, en raison des contacts commerciaux existant approximativement depuis le milieu du XVIIe siècle entre la Russie et la Chine, von Asch put aussi envoyer quelques objets chinois à Göttingen, comme, par exemple, des tableaux. Et c’est aussi le Tibet qui entra au musée de Göttingen grâce à von Asch, avec quelques objets du culte bouddhiste (colliers de prière, moulins à prières, statues de Bouddha), qui sont parmi les plus anciens conservés au monde. De manière semblable, les échanges (timides) entre la Russie et le Japon suite au naufrage de pêcheurs japonais échoués en 1782 sur l’une des Îles Aléoutiennes, d’abord contraints de rester en résidence surveillée en Sibérie, puis conduits à Saint-Pétersbourg pour l’un d’entre eux et, enfin, ramenés au Japon en 179234, eurent quelques retombées pour Göttingen. On y trouve ainsi, par exemple, la carte du Japon, avec ses soixante-six districts administratifs, tracée par le capitaine des naufragés, Kodayu, à la demande des Russes en 1789 et sur laquelle von Asch a inscrit la mention suivante : « reçu d’Irkoutsk en 1793 »35.

32Ces objets furent recueillis, collectés, rassemblés, exposés, organisés à Göttingen dans une ambition encyclopédique, mais, par rapport au projet d’une saisie du monde, ils apparaissent, du moins rétrospectivement, comme fragmentaires, datés, c'est-à-dire difficiles à synchroniser, à tel point qu’on ne voit pas bien comment on pourrait construire une totalité à partir d’eux, même en les accumulant en grand nombre.

De la Curiosité aux Lumières ?

33Insister sur l’historique de ces deux collections permet de mettre en évidence comment elles se sont constituées de manière assez contingente et de les envisager comme reflet d’un savoir éminemment fragile, même s’il est en progrès. Il y a, il est vrai, une rupture entre un cabinet de curiosités et un Musée public, porté par un projet scientifique dans l’esprit des Lumières, mais il peut sembler malgré tout qu’une part d’exagération entrait dans la mise en scène de cette rupture au moment de l’inauguration du Musée académique de Göttingen et que les continuités furent plus nombreuses qu’on ne pourrait le supposer.

  • 36 Voir Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVe-XVIIIe siècles, Pa (...)

34Assurément, le degré d’organisation systématique des collections était nouveau. Il ne s’agissait plus de disposer les objets dans l’espace de manière à créer une image aussi exotique et étonnante que possible, mais de les présenter de manière ordonnée, cataloguée, pour en permettre un usage réglé. Mais il serait erroné de penser qu’avant la naissance des musées au sens moderne, il n’y avait dans les cabinets de curiosités que recherche de faste et d’effets bariolés comme le laissaient entendre, par exemple, les commentaires de Blumenbach ou de Lichtenberg. Ce n’est pas un hasard si ce dernier se référait, dans son opposition entre Cabinet et Musée, à un critère de goût, car cet aspect est essentiel ici, quasiment impossible à dissocier de la dimension épistémologique, de même que, dans l’anthropologie physique de Blumenbach, les critères esthétiques interviennent de manière décisive. Il y avait bien aussi dans les collections des anciens cabinets de curiosités la recherche d’un ordre, même s’il s’agissait parfois plus d’analogies, y compris au sens d’un ésotérisme ou d’une démarche qui voyait dans l’« extraordinaire » un accès privilégié à la connaissance. Toujours est-il que les efforts pour « discipliner » la curiosité, tels qu’analysés par Krzysztof Pomian, précèdent les Lumières36. Inversement, une démarche analytique et empirique comme celle dont se réclamait Blumenbach, par exemple, reste dépendante de collections anciennes, comme on le voit dans le cas de la thèse de Blumenbach sur la variabilité de l’espèce humaine, jugée révolutionnaire et, pourtant construite à partir d’une collection ancienne, certes complétée au fur et à mesure.

  • 37 Voir par exemple Dominik Collet, « Das Academische Museum der Universität Göttingen (1773-1840) », (...)

35Pour s’opposer au modèle des cabinets de curiosité, les savants de Göttingen et les promoteurs du Musée académique mirent également en avant son utilité et le fait qu’il était destiné à un usage savant. Il est connu que Blumenbach, sans doute inspiré sur ce point par Büttner, accordait un rôle important aux artefacts et aux dessins dans ses cours sur l’anthropologie comparée, mais on sait aussi que, de ce point de vue, il constituait plutôt une exception parmi les professeurs de Göttingen. Seul Arnold Hermann Ludwig Heeren (1760-1842) paraît avoir réellement poursuivi et même développé cet usage des collections. Ainsi illustrait-il ses cours de « géographie et d’ethnologie régionale générale », assurés à partir de 1803, avec des vêtements, des armes et des outils provenant des collections ethnographiques du Musée académique37.

  • 38 Dominik Collet, « Wissenspraktiken im Akademischen Museum », dans Georg-August-Universität Göttinge (...)
  • 39 Christine Nawa, Sammeln für die Wissenschaft. Das Academische Museum Göttingen (1773-1840), mémoire (...)
  • 40 Dominik Collet, « Das Academische Museum der Universität Göttingen (1773-1840) », art. cit., p. 475

36Les visiteurs du Musée académique, quant à eux, n’ont pas toujours perçu la rupture entre cabinet de curiosités et musée, comme le montrent les notes prises sur place et où le musée est parfois qualifié de « Naturalien Cabinet ». Ce qui ne pouvait passer inaperçu, en revanche, c’était le caractère public du Musée, puisque, pour le visiter, il suffisait de prendre rendez-vous et de payer un droit d’entrée. Il est donc vrai qu’il y a une différence non négligeable entre la dimension aristocratique de la plupart des cabinets de curiosités et le caractère public dont se réclamait le Musée académique de Göttingen. La sociabilité qui réglait l’usage de ce cabinet paraît, néanmoins, avoir été marquée elle-aussi par une certaine théâtralité sociale et avoir obéi à certains mécanismes de la distinction38. Une analyse du livre d’or du Musée (Besucherbuch des Museums)39 a permis de rassembler des informations sur le public du musée, mais aussi sur ses usages des collections, ainsi que sur la sociabilité associée à ce lieu et à cette institution. On sait ainsi que le musée attirait des visiteurs dans un rayon très large et qu’en dix ans, plus de trois mille visiteurs non-étudiants vinrent le visiter, parmi lesquels de nombreuses femmes, mais aussi, par exemple, des officiers basés à Göttingen. Parmi les visiteurs les plus illustres figurent Alexandre de Humboldt, Goethe, Jérôme Bonaparte. Particulièrement appréciées étaient les visites « guidées », lorsqu’un savant spécialiste d’un domaine commentait les objets. Tout cela, ainsi que le fait que la plupart des visiteurs se contentaient d’un seul passage, fait dire à Dominik Collet que la visite du musée académique servait aussi de démonstration d’un statut social et de divertissement, que ce dernier faisait, donc, d’une certaine manière presque office de salon40.

  • 41 Concernant le séjour de Goethe à Göttingen et son rapport à la vie universitaire locale : Georg Sch (...)

37Ce sont ces transitions qui rendent le Musée de Göttingen si particulier. Pour insister sur les continuités entre curiosité (baroque) et science moderne, on peut revenir à Goethe et à un extrait de son roman Les Affinités électives qui constitue une vaste réflexion sur les rapports entre la science et la nature, la science et le mythe. Le roman parut en 1809, donc huit ans après la fameuse visite-éclair à Göttingen (6-12 juin 1801), prolongée, plus tard durant ce même été, par un séjour de presque quatre semaines (19 juillet-14 août 1801) destiné à lui permettre de compléter le volet histoire des sciences de sa théorie des couleurs. Dans l’extrait du roman qui nous intéresse ici, il peut sembler que les réflexions suscitées par la visite des collections de Göttingen se sont poursuivies pendant plusieurs années et que Goethe, à la fois admiratif devant la vie savante de Göttingen et conscient des « dangers » qu’elle comportait, tente d’en tirer la leçon dans ce roman41. Il s’agit d’un extrait du chapitre 7 de la deuxième partie du roman, où Ottilie suit les cours d’un professeur de dessin. Ce dernier feuillette, un soir, au salon, un volume de gravures contenant les diverses espèces de singe. Ce recueil n’étant pas à son goût, il le referme presque aussitôt, mais il paraît avoir donné lieu à une conversation dont le lecteur retrouve les principaux traits dans le journal d’Ottilie, qui forment une partie de ce chapitre. Elle y commence en disant son dégoût pour les singes et sa réprobation contre ceux qui y retrouvent les traits de leurs connaissances :

  • 42 Goethe, Les Affinités électives, traduit de l’allemand par Aloïse de Carlowitz, Paris, Charpentier, (...)

C’est toujours par un travers d’esprit que nous aimons à nous occuper des charges et des caricatures. Je remercie beaucoup mon bon professeur de ne m’avoir pas imposé l’étude de l’histoire naturelle ; je n’aurais jamais pu me familiariser avec les vers et les scarabées.
Il vient de m’avouer qu’il est de mon avis à ce sujet, et que nous ne devrions connaître la nature qu’en ce qu’elle fait immédiatement mouvoir et vivre autour de nous. Chaque arbre qui verdit, fleurit et porte ses fruits sous nos yeux, chaque plante que nous trouvons sur notre passage, chaque brin d’herbe que nous foulons à nos pieds, ont des rapports directs avec nous et sont nos véritables compatriotes. Les oiseaux qui sautent de branche en branche dans nos jardins et qui chantent dans nos bosquets, nous appartiennent et parlent un langage que, dès notre enfance, nous apprenons à connaître. Mais, qu’on se le demande à soi-même, chaque être étranger arraché à son entourage naturel, ne produit-il pas sur nous une impression inquiétante et désagréable que l’habitude seule peut vaincre ? Il faut s’être façonné à un genre de vie tumultueux et bizarre, pour souffrir tranquillement autour de soi des singes, des perroquets et des nègres.
Quand parfois une curiosité instinctive me fait désirer de voir des objets étrangers, j’envie le sort des voyageurs ; car ils peuvent observer ces merveilles dans leur harmonie avec d’autres merveilles vivantes, et qui ne sont pour elles que des relations ordinaires et indispensables. Au reste, le voyageur lui-même doit se sentir autre chose que ce qu’il était au foyer paternel. Oui, les pensées et les sensations doivent changer de caractère dans un pays où l’on se promène sous des palmiers où naissent les éléphants et les tigres.
Le naturaliste ne devient réellement estimable, que lorsqu’il nous représente les objets inconnus et les plus rares avec les localités et l’entourage qui forment leur véritable élément. Que je m’estimerais heureuse, si je pouvais une seule fois entendre Humboldt raconter une partie de ce qu’il a vu !
Un cabinet d’histoire naturelle ressemble à un sépulcre égyptien, où l’on voit les plantes et les animaux dont on a fait des dieux soigneusement embaumés et symétriquement classés. Que la secte des prêtres s’occupe sous le voile du mystère religieux d’une pareille collection, je le conçois ; mais jamais rien de semblable ne devrait entrer dans l’enseignement universel, où son moindre inconvénient est d’occuper une place qui pourrait être remplie par quelque chose de nécessaire et d’utile.42

38Dans cette méditation sur l’« inquiétante étrangeté » des objets exotiques, sur les effets moraux du voyage et d’un « déracinement » qui est autant celui de ces objets que celui des hommes qui en font la chasse, on peut voir combien Goethe obéit déjà, à sa manière, à un paradigme vital que le romantisme et le classicisme allemand partagent et se disputent selon des interprétations différentes. C’est surtout aux vestiges de la Curiosité, inscrits de façon masquée dans le collectionnisme des Lumières qui est celui du Musée Académique de Göttingen, qu’il paraît réagir ici. Son premier reproche, exprimé par la bouche de la sensible Ottilie, concerne la séparation essentielle entre homme et animal : une certaine manière de collectionner (ou de livrer une image du monde à travers des dessins) porterait atteinte à la dignité de l’espèce humaine. L’histoire naturelle ne peut être valable que si elle est soumise à l’ordre divin et, partant, à une certaine hiérarchie des êtres alors qu’il y aurait un nivellement dans les collections qui abolirait les frontières entre les ordres.

39Le deuxième reproche concerne l’arrachement et l’embaumement des objets dans les collections. Selon Ottilie, l’objet doit être vu et connu dans son contexte, comme le montrent les expressions « autour de nous », « sous nos yeux », « ont des rapports avec nous, sont nos véritables compatriotes », « dans leur harmonie avec d’autres choses vivantes », « des relations ordinaires et indispensables », « les localités et l’entourage qui forment leur véritable élément ». Les objets étrangers, au contraire, « arraché(s) à son/leur entourage naturel » imposent une matérialité dérangeante, envahissante, provoquent une défamiliarisation qui n’est jamais loin de la monstruosité. Quel regard faut-il donc porter sur le monde ? Implicitement, ce passage et, surtout, l’évocation d’Alexandre de Humboldt, orateur célèbre, renvoie à la conversation avec le savant (qui supplée, dans le cas du Musée, à l’absence du contexte), et peut-être aux usages du Musée académique de Göttingen évoqués plus haut. Et, pourtant, même ainsi, il semble que l’« inquiétante étrangeté » de ces objets ne soit pas entièrement levée, car l’idée de « classement » elle-même est associée à celle d’un « embaumement » et ne contredit pas le côté cultuel et sépulcral du cabinet de curiosités. Évoquer ici Alexandre Humboldt, qu’Ottilie aimerait entendre parler de ce qu’il a vu, c’est se référer à une tradition qui incarne déjà une certaine rupture avec Göttingen, puisque le célèbre explorateur allemand était, certes, un ancien élève de Blumenbach, plein de respect pour l’ardeur scientifique de ce dernier, mais qu’il le critiqua aussi assez sévèrement. Humboldt représente l’explorateur qui rompt définitivement avec le cabinet de curiosités, parce qu’il va sur place, rapporte les objets qu’il a pu observer dans leur milieu naturel et qu’il a lui-même soigneusement choisis pour les livrer à l’examen scientifique à son retour.

Conclusion

40À un moment où les collections extra-européennes s’agrandissent de manière considérable – avec l’arrivée d’un nombre grandissant d’objets et avec l’émergence de provenances nouvelles et toujours plus lointaines – la problématique de l’« arrachement » et de la défamiliarisation renvoie à une tension entre accumulation et mise en ordre et à une mobilité des objets et des hommes qui est envisagée par Ottilie (et Goethe) d’un point de vue moral. Non pas qu’il y ait ici une interrogation sur la domination des peuples colonisés et sur le pillage de leurs trésors artistiques ; les expressions utilisées par Ottilie (« un genre de vie tumultueux et bizarre », « ne devient estimable que … », la « secte des prêtres ») ne renvoient qu’aux effets douteux de la vie loin de « chez soi ». C’est le voyage lui-même qui, aux yeux de l’hypersensible Ottilie, apparaît comme moralement dangereux et douteux, comme nuisible au sens de la dignité humaine.

  • 43 Julius Schlosser, Les Cabinets d’art et de merveilles de la Renaissance tardive. Une contribution à (...)

41D’un côté, il pourrait donc sembler que le roman de Goethe présente une réaction presque « conservatrice » à l’égard d’un degré de défamiliarisation supporté et favorisé par les acteurs de la science de l’homme de Göttingen et incarné par leur Musée. Inversement, si le roman de Goethe tout entier est lui-même comme un cabinet de curiosités des mythes de l’humanité et incarne un classicisme goethéen comme hanté par le baroque, il peut paraître que Goethe avait perçu, derrière l’apparente rationalité du Musée Académique de Göttingen, l’« inquiétante étrangeté » que Julius Schlosser, insistant sur les continuités entre Curiosité et collectionnisme moderne, invitera à redécouvrir derrière l’apparent sérieux de l’institution muséale, plus d’un siècle plus tard, en 1908, dans son livre sur les cabinets d’art et de merveilles43. Ainsi, pour rompre avec le subjectivisme des collections privées, le Musée académique se présente comme lieu de la science, comme une sphère obéissant à une logique strictement scientifique, mais il peut sembler, rétrospectivement, que cela ne suffit pas pour masquer la contingence qui préside à la constitution de ses collections. De plus, relativiser d’un point de vue chronologique la rupture entre non-science et science, telle qu’elle est défendue par les protagonistes du Musée de Göttingen, permet de la relativiser aussi d’un point de vue géographique cette fois-ci, pour problématiser un certain rapport d’inégalité entre, d’un côté, l’objet observé et la culture à laquelle il appartient, de l’autre, le sujet observant et la culture à laquelle il appartient. Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui des collections comme celles de Göttingen peuvent intéresser d’une autre manière, comme archive des circulations qui ont mis Göttingen, comme lieu savant, en relation avec d’autres régions du monde et permis, ainsi, leur arrivée au sein du Musée académique.

Haut de page

Notes

1 Johann Wolfgang von Goethe, Tagebücher, dans Goethes Werke, herausgegeben im Auftrage der Großherzogin Sophie von Sachsen, III. Abtheilung, 3. Band (1801-1808), Weimar, Verlag Hermann Böhlaus Nachfolger, 1889, p. 18-19. Sauf indication contraire, les traductions de l’allemand sont miennes. 

2 Autour de 1800 elle comptait déjà près de 150 000 ouvrages, à la mort de Heyne en 1812, 25 000. À titre de comparaison, l’université de Halle en comptait 12 000 en 1780. Voir, notamment, Georg Schwedt, « Goethe und die Göttinger Bibliothek », dans Georg Schwedt, Goethe in Göttingen und zur Kur in Pyrmont, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, p. 69-85, ici p. 72 ; et Helmut Rohlfing, « « In der Gegenwart eines großen Capitals, das geräuschlos unberechenbare Zinsen spendet ». Goethe und die Göttinger Bibliothek », dans Elmar Mittler, Elke Purpus et Georg Schwedt (dir.), « Der gute Kopf leuchtet überall hervor ». Goethe, Göttingen und die Wissenschaft, Göttingen, Wallstein, 1999, p. 53-65.

3 « ununterbrochene planmäßige Anschaffung desjenigen, was […] nöthig ist für eine Bibliothek, welche für einen wissenschaftlichen Plan, nicht nach Liebhaberey einzelner Fächer, nicht nach Prachtliebe, nicht nach dem Schein des Aeußerlichen, sondern nach Inbegriff und Umfassung der wichtigsten Schriften aller Zeiten und Völker in allen Wissenschaften ... eingerichtet ist ». Rapport de Christian Gottlob Heyne concernant la bibliothèque, paru de manière anonyme sous la rubrique « Göttingen », Göttingische Gelehrte Anzeigen, 86, 1810, p. 849-855, ici p. 852.

4 Frank William Peter Dougherty, Commercium epistolicum J. F. Blumenbachii. Aus einem Briefwechsel des klassischen Zeitalters der Naturgeschichte, Katalog zur Ausstellung im Foyer der Niedersächsischen Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen, 1. Juni-21. Juni 1984, Göttingen, Hubert & Co, 1984.

5 Frank William Peter Dougherty (dir.), The Correspondence of Johann Friedrich Blumenbach, Revised, Augmented and Edited by Norbert Klatt, 5 vols. parus, Göttingen, Norbert Klatt, 2006-2013.

6 Luigi Marino, I Maestri della Germania. Göttingen 1770-1820, Turin, Einaudi, 1975.

7 Voir, par exemple, concernant les étudiants venus de Russie : Reinhard Lauer, « Russische Studenten in Göttingen im 18. Jahrhundert und in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts », dans Silke Glitsch et Elmar Mittler (dir.), Russland und die « Göttingische Seele » : 300 Jahre St. Petersburg. Ausstellung in der Paulinerkirche Göttingen, Göttingen, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen, 2003, p. 323-339.

8 Voir, notamment : Dietrich Hoffmann et Kathrin Maack-Rheinländer (dir.), « Ganz für das Studium angelegt ». Die Museen, Sammlungen und Gärten der Universität Göttingen, Göttingen, Wallstein, 2001.

9 Voir Hans-Erich Bödecker, Philippe Büttgen et Michel Espagne (dir.), Göttingen vers 1800. L’Europe des sciences de l’homme, Paris, Le Cerf, 2010.

10 Han F. Vermeulen, « Von der Völker-Beschreibung zur Völkerkunde. Ethnologische Ansichten Gerhard Friedrich Müllers und August Ludwig Schlözers », dans Erich Donnert (dir.), Europa in der Frühen Neuzeit. Festschrift für Günter Mühlpfordt, Köln/Weimar/Wien, 2008, Band 7, S. 781-801 ; du même, « Von der Empirie zur Theorie : Deutschsprachige Ethnographie und Ethnologie von Gerhard Friedrich Müller bis Adolf Bastian (1740–1881) », Zeitschrift für Ethnologie 134(2), 2009, p. 253-266.

11 Martin Gierl, « Das Alphabet der Natur und das Alphabet der Kultur im 18. Jahrhundert : Botanik, Diplomatik, Linguistik und Ethnographie nach Carl von Linné, Johann Christoph Gatterer und Christian Wilhelm Büttner », NTM Zeitschrift für Geschichte der Wissenschaften, Technik und Medizin 18 (1), 2010, p. 1-27.

12 Ibid., p. 6-17.

13 Dominik Collet, « Das Academische Museum der Universität Göttingen (1773-1840). Inszenierung, Naturalisierung und « Disziplinierung » aufgeklärten Wissens », dans Frauke Berndt et Daniel Fulda (dir.), Die Sachen der Aufklärung, Hambourg, Felix Meiner, 2012, p. 470-478, ici p. 471-472.

14 Voir Christine Nawa, « Zum « öffentlichen Gebrauch » bestimmt. Das Academische Museum Göttingen », Göttinger Jahrbuch, 58, 2010, p. 23-62

15 Concernant les premières années du Musée, la source la plus importante est sans doute : Johann Stephan Pütter, Versuch einer academischen Gelehrten-Geschichte von der Georg-August-Universität zu Göttingen, Zweyter Theil von 1765. bis 1788., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1788. Voir plus particulièrement dans la partie V traitant des bâtiments et des établissements de l’université, la sous-partie consacrée au Musée, p. 232-240. Voir aussi Hans Plischke Die Ethnographische Sammlung der Universität Göttingen. Ihre Geschichte und ihre Bedeutung, Göttingen, 1931.

16 « academisch[e] Sammlung, wo nichts zur Parade sondern alles zum Nutzen [dient] », Johann Friedrich Blumenbach, « Einige Nachrichten vom academischen Museum zu Göttingen », Annalen der Braunschweigisch-Lünebürgischen Churlande, 1, 1787, p. 84-99.

17 Universitatsarchiv Gottingen : Sign. Kur 4 V g 5, fol. 12r–15r. Cité par Dominik Collet, « Das Academische Museum der Universität Göttingen (1773-1840) », art. cit., p. 474.

18 « Diese älteren Sammlungen hatten doch den Fehler, dass man mehr Seltenheiten als Merkwürdigkeiten der Natur zusammenraffte und dadurch dem Ganzen ein buntschäckiges geschmackloses Ansehen gab [… In Göttingen dient] das akademische Cabinett dagegen nicht zum Prunck, sondern lediglich zum Gebrauch, zur Untersuchung und zum Unterricht […] Göttingen ist die erste Universität in Deutschland, vielleicht in Europa, die mit einem eigentlich akademischen Museum versehen worden, und wir halten uns verpflichtet, von ihm, auch schon als epochemachendem Phänomen (zu sprechen) », Georg Christoph Lichtenberg, « Etwas vom Akademischen Museum in Göttingen », Taschenbuch zum Nutzen und Vergnügen fürs Jahr 1779 […], Göttingen, 1778, p. 45–57, ici p. 47 sq. L’article est paru de manière anonyme.

19 Voir Christine Nawa, « Zum « öffentlichen Gebrauch » bestimmt. Das Academische Museum Göttingen », art. cit., p. 23-62. Voir également Nadine Plesker, « Das Königlich Akademische Museum in Göttingen », in Bénédicte Savoy (dir.), Tempel der Kunst. Die Geburt des öffentlichen Museums in Deutschland 1701-1815, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 2006, p. 476-483.

20 Pour ce qui concerne les rapports des Forster à Göttingen, il importe de souligner que Georg Forster épousa en 1785 Therese Heyne, la fille du philologue Heyne déjà évoqué, et qu’il était un proche de Blumenbach.

21 Stephan Little et Peter Ruthenberg (dir.), Life in the Pacific of the 1700s : The Cook/Forster Collection of the Georg August University of Göttingen, Exposition qui s’est tenue à la Honolulu Academy of Arts, Hawaï, 23 février-16 mai 2006, et au National Museum of Australia, Canberra, 22 juin-10 septembre 2006 / organisée par la Honolulu Academy of Arts avec le Institute of Cultural and Social anthropology of the Georg August University of Göttingen, 3 vols. (volume II co-edited by Brigitta Hauser-Schäublin, Gundolf Krüger), Honolulu, Honolulu Academy of Arts, 2006. Suite à cette grande exposition, les objets de la « Collection Cook-Forster » de Göttingen sont, désormais, en bonne partie visibles sur le site du Musée national australien à Canberra : http://www.nma.gov.au/online_features/cook_forster (consulté le 22 juillet 2014).

22 Manfred Urban, « Die völkerkundliche Sammlung. Eine im Zeitalter der Aufklärung wurzelnde ethnologische Sammlung – ihre Entstehung und weitere Entwicklung », dans « Ganz für das Studium angelegt ». Die Museen, Sammlungen und Gärten der Universität Göttingen, op. cit., p. 91-98, ici p. 92.

23 Archives de l’Institut d’anthropologie sociale et culturelle de la Georg-August Universität de Göttingen, dossier Blumenbach.

24 Adrienne L. Kaeppler, Artificial Curiosities. An Exposition of Native Manufactures Collected on the Three Pacific Voyages of Captain James Cook, R. N., Bernice Pauahi Bishop Museum 1978, Bishop Museum Press, 1978.

25 Georg Forsters Werke, Sämtliche Schriften, Tagebücher, Briefe, vol. 12 : Tagebücher, éd. établie par B. Leuschner, Berlin, Akademie Verlag, 1993.

26 Brigitta Häuser-Schäublin et Gundolf Krüger (dir.), James Cook – Gifts and Treasures from the South Seas : The Cook/Forster Collection, Göttingen / Gaben und Schätze aus der Südsee : die Göttinger Sammlung Cook/Forster, Munich/New York, Prestel, 1998.

27 Silke Glitsch et Elmar Mittler (dir.), Russland und die « Göttingische Seele », op. cit.

28 Concernant la biographie de von Asch, voir Helmut Rohlfing, « The Life of Georg Thomas von Asch / Das Leben von Georg Thomas von Asch », dans Brigitta Häuser-Schäublin et Gundolf Krüger (dir.), Siberia and Russian America : Culture and Art from the 1700s. The Asch Collection-Göttingen / Sibirien und Russisch-Amerika : Kultur und Kunst des 18. Jahrhunderts. Die Sammlung von Asch-Göttingen, Munich/Berlin/Londres/New York, Prestel, 2007, p. 32-35.

29 Voir le catalogue d’une exposition consacrée en 1998 à von Asch comme donateur de l’université de Göttingen : « ganz vorzügliche und unvergeßliche Verdienste » : Georg Thomas von Asch als Förderer der Universität Göttingen, Katalog einer Ausstellung im Historischen Gebäude der Niedersachsischen Staats- und Universitätsbibliothek, 20 avril-22 mai 1998, Göttingen, 1998.

30 Helmut Rohlfing, « Eine neue russische Bibliothek in Göttingen – Georg Thomas von Asch als Förderer der Georgia Augusta », dans Silke Glitsch et Elmar Mittler (dir.), Russland und die « Göttingische Seele », op. cit., p. 287-297. On estime que von Asch fit parvenir à Göttingen environ deux mille livres et deux cent cinquante manuscrits. Voir Georg Thomas von Asch als Förderer der Universität Göttingen, op. cit.

31 Selon le titre du livre d’Arnold Buchholz, Die Göttinger Russlandsammlung Georgs von Asch. Ein Museum der russischen Wissenschaftsgeschichte des 18. Jahrhunderts, Giessen, Schmitz, 1961. Voir aussi du même, « Die Russlandsammlung des Baron von Asch », Jahrbuch für die Geschichte Osteuropas, n.s. 3, 1955, p. 123-140.

32 Cette correspondance a été publiée dans l’édition complète de la correspondance de Blumenbach en raison de son importance pour comprendre l’activité de ce dernier à l’université et au Musée académique. Voir Frank William Peter Dougherty (dir.), The Correspondence of Johann Friedrich Blumenbach, vol. 3 : 1786-1790, Lettres 392-644, Göttingen, Norbert Klatt, 2010.

33 Voir Rolf Siemon, « The Acquisition History from Göttingen’s Pespective », dans Brigitta Häuser-Schäublin et Gundolf Krüger (dir.), Siberia and Russian America, op. cit., p. 220-222.

34 À ce sujet, voir par exemple Naufrage et tribulations d’un Japonais dans la Russie de Catherine II (1782-1792), Introduction, traduction et notes de Gérard Siary, Paris, Chandeigne, 2004. Je remercie Annick Horiuchi de m’avoir indiqué cet ouvrage. Concernant les rapports entre le Japon et la Russie au XIXe siècle : Annick Horiuchi, « Le Japon et la Russie au tournant du XIXe siècle : les répercussions d’une rencontre manquée », dans Dejanirah Couto et François Lachaud (dir.), Empires éloignés. L’Europe et le Japon (XVIe-XIXe siècle), École Française de l’Extrême-Orient, coll. « Études thématiques », 24, 2010, p. 171-192.

35 Bibliothèque nationale et universitaire de Göttingen, cote 2° Cod. Ms. Asch 284.

36 Voir Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : XVe-XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 1987.

37 Voir par exemple Dominik Collet, « Das Academische Museum der Universität Göttingen (1773-1840) », art. cit., p. 476.

38 Dominik Collet, « Wissenspraktiken im Akademischen Museum », dans Georg-August-Universität Göttingen (dir.), Dinge des Wissens. Die Sammlungen, Museen und Gärten der Universität Göttingen, Göttingen, Wallstein, 2012, p. 69-78.

39 Christine Nawa, Sammeln für die Wissenschaft. Das Academische Museum Göttingen (1773-1840), mémoire de maîtrise de l’université de Göttingen, 2005, non publié. Une version abrégée est disponible en ligne : http://webdoc.sub.gwdg.de/master/2010/nawa/nawa.pdf.

40 Dominik Collet, « Das Academische Museum der Universität Göttingen (1773-1840) », art. cit., p. 475.

41 Concernant le séjour de Goethe à Göttingen et son rapport à la vie universitaire locale : Georg Schwedt, Goethe in Göttingen und zur Kur in Pyrmont, op. cit. ; et Gundolf Krüger, « « Alles Geflechte besonders schön ». Begegnung mit Ethnographica des Academischen Museums », dans Elmar Mittler, Elke Purpus et Georg Schwedt (dir.), « Der gute Kopf leuchtet überall hervor », op. cit., p. 66-72.

42 Goethe, Les Affinités électives, traduit de l’allemand par Aloïse de Carlowitz, Paris, Charpentier, 1844.

43 Julius Schlosser, Les Cabinets d’art et de merveilles de la Renaissance tardive. Une contribution à l’histoire du collectionnisme, traduit de l’allemand par Lucie Marignac, Préface et postface par Patricia Falguières, Paris, Macula, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Trautmann-Waller, « Le Musée académique de Göttingen et ses collections extra-européennes, de la Curiosité aux Lumières », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://episteme.revues.org/337 ; DOI : 10.4000/episteme.337

Haut de page

Auteur

Céline Trautmann-Waller

Céline Trautmann-Waller est Professeur en études germaniques à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’histoire des sciences humaines en Allemagne au XIXe siècle, plus particulièrement sur les transferts de savoirs entre Allemagne, France, Europe centrale et Russie, et sur les transferts épistémiques entre linguistique, anthropologie, philologie, histoire de l’art et psychologie. Elle a consacré plusieurs articles à des figures de l’anthropologie et de l’ethnologie allemandes et édité ou co-édité des collectifs consacrés à l’émergence de ces dernières à Berlin (Quand Berlin pensait les peuples. Anthropologie, ethnologie et psychologie (1850-1890) en 2004) ou encore aux rapports entre philosophie et sciences dans l’anthropologie (L’Anthropologie allemande entre philosophie et sciences. Des Lumières aux années 1930 en 2009). Son livre Aux origines des sciences allemandes de la culture. Linguistique et psychologie des peuples chez Heymann Steinthal (2006) s’intéresse plus particulièrement à une figure originale de l’anthropologie culturelle.

Haut de page
  • Revues.org