Navigation – Plan du site
II. Curiosité et géographie en Orient et en Occident, XVIe – XVIIIe siècles‎

Curiosités géographiques et missions jésuites en Asie du Sud-est dans la première moitié du XVIIe siècle : La Descripsão do Reyno dos Laos, e dos circumvizinhos a ella

Dejanirah Couto

Résumés

Cet article contextualise et examine un croquis cartographique du royaume du Laos et de ses voisins, conservé à la Biblioteca do Palácio Real da Ajuda de Lisbonne, dans le manuscrit Jesuítas na Ásia, 49-V-32, fol.85. Quoique largement inaperçu, ce dessin du Laos de 30x 22cm, daté probablement de 1642/1643, constitue en lui-même une rareté, car nous ne disposons que de peu de croquis, illustrations ou plans qui puissent être attribués aux jésuites, notamment en Asie et au XVIIe siècle. Témoignage d’une curiosité jésuite teintée de pragmatisme, selon l’orientation de la Compagnie dans le contexte de la Contre-Réforme, cette carte, exécutée peut-être par le Pe Giovanni Maria Leria, reflète également les stratégies politiques et économiques de la Compagnie. Celle-ci chercha à fonder une mission au Laos destinée à ouvrir une “route missionnaire terrestre” à l’Est du Tonkin, en direction de la frontière chinoise, loin des côtes de l’Empire du Milieu et de l’archipel nippon, où la succession des événements politiques, religieux et militaires créèrent de sérieuses difficultés aux activités de la Compagnie au début du XVIIe siècle et forcèrent celle-ci à repenser ses stratégies d’implantation en Asie du Sud-Est. Fondée dans l’ombre de la mission du Tonkin, qui bénéficia elle-même de l’appui économique de la diaspora japonaise en terre indochinoise (formée en partie par des chrétiens), la mission du Laos pâtit de l’enclavement de ce royaume, de ses relations tendues avec le Siam et de la guerre qui opposait ses deux voisins de la péninsule indochinoise, les Trinh au Nord et les Nguyên au Sud. Pour sauvegarder la mission, les jésuites ont fait miroiter au roi du Laos l’ouverture de relations avec Macao, censé le renflouer en armes et en marchandises. Cependant, en dépit de la conjugaison d’une série d’efforts de la part des jésuites, la mission du Laos périclita et finit par être supprimée en 1650. Il nous reste, en témoignage de cette aventure spirituelle et matérielle, le croquis du Laos, une lecture jésuite des réalités du terrain en Asie au XVIIe siècle, où s’entremêlent dans une trame étonnamment resserrée, réalismes politiques et ardeurs missionnaires, appétits économiques, savoirs érudits et curiosités géographiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Se reporter à Ines G. Zupanov, Missionary Tropics. The Catholic Frontier in India (16th-17th Centur (...)

1Relier les missions jésuites aux curiosités géographiques semble aller de soi, tant les premières ont aidé à bâtir, depuis le XVIe siècle, en Asie en particulier, un ensemble de savoirs géographiques, ethnographiques et linguistiques, désignés dernièrement sous le nom « d’Orientalisme catholique »1. Ignorés, négligés, pillés ou tout simplement considérés comme des reliques préscientifiques par les historiographies anglo-saxonnes depuis le XVIIIe siècle (pour des raisons liées aux anciennes rivalités coloniales et à la non moins ancienne ligne de partage entre les deux Europe, la protestante et la catholique), ces savoirs, qui portent la marque d’interactions et de métissages variés et inscrivent leurs acteurs dans la première modernité scientifique européenne, demeurent fondamentaux pour comprendre les relations entre l’Europe et les mondes asiatiques.

  • 2 Voir l’introduction de Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Maria Lucia Copete, Aliocha Maldavsky et I (...)
  • 3 Ines Zupanov, « Le repli du religieux : les missionnaires jésuites du XVIIe siècle entre la théolog (...)
  • 4 Se reporter aux diverses contributions dans Tomás Pereira, S. J. (1646-1708) Life, Work and World, (...)
  • 5 Se reporter aux actes du colloque organisé par l’Institut Ricci de Paris en 2010, La Chine des Ming (...)
  • 6 Rui Manuel Loureiro, Um Tratado sobre o Reino da China. Dos Padres Duarte de Sande e Alessandro Val (...)
  • 7 Roland Jacques, Activité missionnaire et églises locales sous le régime juridique du padroado portu (...)
  • 8 A noter la thèse de doctorat d’Isabel Augusta Tavares Mourão, Gaspar do Amaral S.J. (1594-1646). La (...)
  • 9 Nous employons dans la suite de cet article le terme portugais historique “Cochinchina” pour défini (...)
  • 10 George Bryan de Souza, The Survival of Empire: Portuguese Trade and Society in China and the South (...)

2Peut-être parce que la pratique des missions jésuites en Asie interroge des questions épistémologiques importantes − dès qu’on touche à la définition de concepts de translation culturelle, d’hybridation ou d’accomodation2 −, son étude reste encore limitée, en dépit de travaux de qualité portant sur les missions en Inde, en Chine ou au Japon, dans lesquels, souvent, les jésuites de premier plan occupent une place privilégiée (Roberto da Nobili pour l’Inde3, Tomás Pereira4 et Matteo Ricci5 pour la Chine, Valignano pour le Japon6, etc.). De ce point de vue, l’Asie du Sud-Est demeure un terrain à défricher. En dépit des travaux de Georg Schurhammer et plus récemment de Roland Jacques7, les missions jésuites de la péninsule indochinoise ont fait l’objet de peu de travaux approfondis8. Notre propos, qui s’inscrit ainsi dans une recherche en cours portant sur les relations entre les communautés japonaises expatriées au Tonkin (Tun Kim) et en Cochinchina9, les missions jésuites dans ces mêmes territoires et la Mission du Japon10, a pour objet ici la mission du Laos et la production, par les différents acteurs en présence, d’une documentation la concernant.

  • 11 Sur la Chine, voir Ronnie Po-Chia Hsia, « Language Acquisition », dans Missions d’évangélisation, o (...)
  • 12 Se reporter à Ines Zupanov et Ângela Barreto Xavier, Catholic Orientalism. Pursuing Knowledge and P (...)
  • 13 Jean-Claude Laborie, « Curiosité et Contre-Réforme au XVIe siècle, la lettre édifiante et curieuse (...)
  • 14 Ibid., p. 1-4.

3En forgeant une profusion de Sumários, Relações, Informações, sur les régions asiatiques dans lesquelles ils évoluaient (avec un intérêt soutenu pour la Chine et le Japon)11, les jésuites demeurent des modèles en matière de curiosité géographique et ethnologique12. Il est vrai que la curiositas fut longtemps considérée dans le monde chrétien comme un désordre de la libido sciendi. Stigmatisée jusqu’à Saint Augustin, elle ne fut partiellement réhabilitée que par Saint Thomas d’Aquin13. Plus tard, dans le cadre de la Contre-Réforme, l’Église catholique post-tridentine et la Compagnie de Jésus entreprirent de la redéfinir. Elle devint une catégorie utile, sous réserve de demeurer un moyen et non une fin, autrement dit, de servir exclusivement l’œuvre de l’évangélisation14. Teintée ainsi de pragmatisme, ayant partie liée avec des stratégies politiques et économiques, cette curiosité « disciplinée » prit des formes très diverses ; fruit d’une connaissance approfondie et systématique du terrain, elle a pu s’épanouir en fonction des milieux sociaux fréquentés par les missionnaires de la Compagnie, mais aussi à l’ombre des collèges de l’Ordre ou bien de leurs monastères. Les missions du Tonkin ou du Laos nous offrent quelques exemples.

La route de Chine

  • 15 Sur la fondation de la mission du Tonkin voir infra, ainsi que I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. ci (...)
  • 16 Voir le récit du père jésuite Giuliano Baldinotti (1591-1631) dans sa Viagem de Tonquim, Archivum R (...)
  • 17 Martin Nogueira Ramos, Le christianisme, religion illicite dans le Japon des premiers Tokugawa : co (...)
  • 18 Rui Manuel Loureiro, « Macau and the Dutch Threat », Macau during the Ming Dynasty, p. 78-86.

4Dressons un premier constat à propos de l’une de ces deux missions, celle du Laos. Apparemment secondaire, car fondée dans l’ombre de celle du Tonkin15, la mission du Laos était destinée, au départ, à servir un projet ambitieux : ouvrir une « route missionnaire terrestre » à l’Est du Tonkin, en direction de la frontière chinoise, loin des côtes de l’Empire du Milieu16 et de l’archipel nippon, où la succession des événements politiques, religieux et militaires − édits d’expulsion des jésuites du Japon en 161417, incursions néerlandaises contre Macao18, persécution de Nanjing en 1616, attaques Mandchous de 1626-1629 − créèrent de sérieux obstacles aux activités de la Compagnie et forcèrent celle-ci à repenser ses stratégies d’implantation en Asie du Sud-Est.

  • 19 Selon Juan Ruiz-de-Medina, « La Misionacion clandestina en el Japón », Revista de Cultura (MC), 17, (...)
  • 20 João Paulo Oliveira e Costa, « Aspectos da Presença Portuguesa no Extremo Oriente no ano de 1618 se (...)
  • 21 Isabel Pina, A Residência Jesuita de Nanquim : das Origens à Restauração (1599-1633), mémoire de Ma (...)
  • 22 La mission fut d’abord placée sous la juridiction de la province du Malabar et de l’archevêque de M (...)
  • 23 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit., note 8 citant Takashi Gonoi, Tokugawa shoki kirishit (...)
  • 24 Les Portugais avaient reçu des nouvelles du Laos au début des années 1620 par le marchand António G (...)
  • 25 Voir I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 72-73 et p. 152-153, à propos des familles d’a (...)

5Plus concrètement, la fermeture de la mission du Japon, rendue effective par l’édit d’expulsion de 1614, proclamé par Tokugawa Ieyasu (cette mesure faisant suite à l’édit d’expulsion de juillet 1587 de Toyotomi Hideyoshi), entraîna une première diaspora des jésuites – qui étaient alors une centaine au Japon19 − vers Macao, Manille et la péninsule indochinoise, même si quelques prêtres demeurèrent encore clandestinement dans l’archipel jusqu’en 1623 et au-delà20. Ce mouvement d’expulsion, suivi de la persécution de Nanjing de 161621, semble avoir suscité l’idée au sein de la Compagnie (et cela dès 1617), d’ouvrir une mission au Laos. Cependant, le projet ne prit forme qu’en 1634, en raison de la priorité accordée aux missions indochinoises, celle de Cochinchina (1615)22 et celle du Tonkin, qui, de par leur position géographique, se trouvèrent aisément « en première ligne », en vue d’une « conquête spirituelle du Japon » à laquelle les jésuites n’avaient pas renoncé 23. L’importance accordée à la fondation des missions indochinoises fut aussi étroitement liée à la question du Laos. D’un point de vue logistique, il n’était pas envisageable d’y accéder sans passer soit par le Siam, soit par le Tonkin ; pour les missionnaires, cette dernière route était sans doute celle qui recelait le moins de dangers24. Renforcer la présence des jésuites en Cochinchina et au Tonkin devenait donc indispensable, et c’est pourquoi la Compagnie s’empressa de cultiver simultanément ses liens avec les communautés japonaises présentes en Indochine, notamment celle du Tonkin, au dynamisme économique reconnu et comptant des chrétiens parmi ses membres25.

  • 26 En 1633 le nombre de patentes (hôsho) des navires japonais a été limité. L’interdiction du commerce (...)
  • 27 Ibid., p. 116-117. Les marchandises en circulation étaient surtout les soieries, les bois précieux, (...)

6D’un point de vue tactique, l’installation en Cochinchina et au Tonkin donnait aux jésuites la possibilité de pallier la décroissance du trafic maritime avec l’archipel nippon, une conséquence des mesures prises par Tokugawa Iemitsu à partir de 163226 et permettait de mieux profiter des réseaux du commerce maritime − dans un contexte d’installation progressive de la contrebande − associant armateurs et marchands chuin-sen (chrétiens et non-chrétiens) des ports indochinois, de Manille et de Luzon, ainsi que des hommes de négoce de Macao27.

La mission du Tonkin

  • 28 BA, Jesuítas na Ásia, 49-V-6, Breve Relação da viagem que fizeram desde Macao até Tunquim e de sua (...)
  • 29 D. Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 116 et note 60 (p. 122) ; I. A. Tavares Mourão, Gaspa (...)
  • 30 I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 235.
  • 31 Détails du conflit dans I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 136-139 ; ARSI, Jap/Sin 80, (...)
  • 32 En 1627, dans un contexte de guerre entre les Trinh et les Nguyên de Cochinchina, Marquez et Rhodes (...)
  • 33 Le Tonkin avait attaqué la Cochinchina mais fut vaincu en mars 1627. Cette dernière aurait demandé (...)

7La mission du Tonkin, autrement dit, celle qui allait être fondée dans les domaines du Bua Trinh Tráng, fut préparée lors d’un premier voyage effectué par le père Juliano Baldinotti et le frère japonais Julio Peani. Ils gagnèrent la cour des Trinh le 7 mars 162628. Les pères Pero Marquez et Alexandre de Rhodes leur ont emboîté le pas en 1627 mais n’aboutirent à aucun résultat tangible29. Le père Gaspar do Amaral (assisté du japonais Saitô) les rejoignit en 162930. Destiné théoriquement à la mission japonaise, Amaral avait reçu l’ordre de se replier sur le Tonkin en raison des persécutions anti-chrétiennes dans l’archipel nippon. Cependant, au Tonkin, la guerre entre le Chua (gouverneur) Trinh Tráng et le seigneur Nguyên de la Cochinchina (Dai-Viêt) (1626-1672)31 n’était pas propice au projet d’ouverture d’une mission catholique. De plus, les deux missionnaires, qui voyageaient accompagnés par des marchands portugais depuis Macao, héritèrent de la méfiance du Chua à l’égard de Marquez et de Rhodes, la prédication du christianisme suscitant rapidement des oppositions à la cour32. Mais des questions plus matérielles peuvent aussi expliquer la réticence du Chua : d’après les correspondances jésuites, les Portugais n’auraient pas apporté les marchandises sollicitées par le seigneur Trinh. Craignant probablement de tomber aussi sous la coupe d’accusations d’espionnage en faveur des Nguyên, Amaral et Saitô quittèrent donc le Tonkin à destination de Macao le 27 avril 163033.

  • 34 I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 246-248 (biographies sommaires de Cardim et de Fonte (...)
  • 35 Ils avaient quitté Macao le 8 février 1631. Voir António Francisco Cardim, Batalhas da Companhia de (...)
  • 36 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.. En dépit des efforts de Cardim, le roi du Siam, Sont (...)
  • 37 M. Ribeiro, art. cit., p. 68 et notes 57-58.

8Ce n’est que le 15 mars 1631 qu’Amaral gagna à nouveau le Tonkin, cette fois-ci en compagnie d’António Cardim (qui avait séjourné au Siam en 1626)34 et d’António de Fontes35. Le voyage de Cardim au Siam – une stratégie pour entrer au Laos – se solda par un échec ; cependant il aboutit à l’établissement de contacts entre le Siam et Manille et à la fondation de la mission du Siam, dirigée par le père Pedro Morejon (1562-1639) et par le frère japonais Nishi Romão (c.1569-c.1640)36. Cardim avait aussi déjà visité préalablement le Tonkin en 1631, accompagné par deux frères japonais, Miguel Matsuda et Pedro Kasui, dans le cadre des tractations avec les Trinh en vue de développer les relations économiques avec Macao37.

  • 38 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Annua do Reyno de Annam do anno de 1632 pera o Pe André Palmeiro da (...)
  • 39 Le Nguyên prit aussi des mesures contre les jésuites, en détruisant l’église de Faifô (Hoi An) : D. (...)
  • 40 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, fols 254v°-256. 

9À ses débuts, la mission du Tonkin, logée d’abord de manière très modeste, dut faire face essentiellement à la révolte anti-chrétienne, qui éclata dans les domaines des Trinh en novembre 163238. Le mouvement culmina avec l’édit de prohibition du christianisme en 163639. Pendant cette période, la maison et la chapelle des catéchistes fut démantelée et la petite imprimerie où le catéchisme de Ricci avait été composé, détruite. L’hôpital fut incendié40.

  • 41 Se reporter à la liste élaborée par I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 310, la source (...)
  • 42 I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 270. Les dôjuku, ou disciples, assistaient les prêtr (...)
  • 43 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Annua da missão do reyno de Anam a que os Portugueses chamão Ton Kim (...)
  • 44 ARSI, Jap/Sin 88, Relação dos Catequistas da Christandade de Tunquim e seu modo de proçeder pera o (...)

10En 1633, année où la province de Bô Chinh fut attaquée par les Nguyên, la mission du Tonkin rassemblait un petit groupe de prêtres permanents (Amaral, Cardim et Fontes), renforcé pendant quelque temps par deux autres missionnaires, Bernardino Régio et Jeronymo Mayorica41. Entre 1627 et 1629, trois bonzes convertis, Francisco Dite, André Tri et Ignacio Bui, servirent la mission selon le modèle des dôjuku japonais42. La communauté s’appuyait surtout sur un petit réseau de catéchistes natifs (14 en 1633, 18 en 1634, 36 en 1638)43 identifiés grâce au rapport de 1638 envoyé par Gaspar do Amaral au Visiteur Manuel Dias44.

  • 45 Les présents diplomatiques atteignaient la valeur de 50 à 60 cruzados annuels mais le Chua rétribua (...)

11Gaspar do Amaral déploya à ce moment là une intense activité diplomatique auprès des Trinh45 destinée sans doute à affermir le statut de la mission tonkinoise ; mais la situation demeurait incertaine pour les missionnaires dans la capitale Thang Long (Ké Cho).

L’alternative du Laos

  • 46 AJ, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Instrucção que o padre Andre Palmeiro Vizitador da Provincia de Japa (...)
  • 47 ARSI, Jap/Sin 88, Annua de 1630, 2a via, de Tunquin e’Maio de 1631, fol. 76.
  • 48 Voir ARSI, Jap/Sin 88, « Dos Laos » Annua de 1634…fols 189v°-190v°, document transcrit par I. A. Ta (...)
  • 49 Ibid., p. 490 ; S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.. Voir également ARSI, Jap/Sin 88, fol (...)
  • 50 ARSI, Jap/Sin 161 II, fols 188-189, lettre de Macao du 20. XII. 1637, transcrite par I. A. Tavares (...)
  • 51 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.; Version de la lettre également dans ARSI, Jap/Sin 85 (...)

12Devant l’impasse, l’option Laos fut à nouveau envisagée. En réalité, elle n’avait jamais été abandonnée, car Cardim avait été chargé par le père Visiteur António Palmeiro d’y aller46. Dans l’Annua de 1630, 2a via, de Tunquin e’Maio de 1631, il affirmait son espoir d’y parvenir. Les contacts noués à la cour avec le « mandarin des Laos » l’avaient encouragé dans sa décision d’entreprendre un voyage de deux mois47. Cependant, il renonça pour des raisons de santé et se replia sur Macao. Trois ans plus tard, la Carta Annua de Tun Kim de 1634, adressée par Gaspar do Amaral au Visiteur André Palmeiro rapporte l’état du projet de création de la mission au Laos.48 Amaral, qui s’était entretenu avec le « mandarin » en compagnie de Cardim finit par envoyer en 1634 au roi Vixai du Laos (c.1632-1637) l’interprète Thomé, un chrétien originaire de Thin-Hoa49. Une lettre du Visiteur Manoel Dias à Mutio Vitelleschi, rédigée à Macao et datée du 20 décembre 163750, fait état des efforts (qui duraient depuis deux ans), pour fonder la mission du Laos, et permet d’évaluer le succès de l’ambassade. En effet, elle s’accompagne d’une traduction de la réponse, protocolaire mais bienveillante, du roi du Laos à la letttre d’Amaral. Thomé, accompagné par l’ambassadeur Nái Muòng, était retourné du Laos en 1636 porteur de cette lettre du roi, dont on sait qu’elle fut rédigée par un membre de son entourage, Oúxá Lúong Cang51.

  • 52 Martin Nogueira Ramos, op. cit., p. 81-85, 110 ; João Paulo Oliveira e Costa, Portugal e o Japão. O (...)
  • 53 D. Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 118 ; I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. (...)
  • 54 D. Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 118, note 89 (p. 123) : BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31 (...)
  • 55 Navires japonais de commerce détenteurs d’une licence marquée d’un sceau vermillon (shuin) au début (...)
  • 56 Roderich Ptak, « Trade between Macau and Southeast Asia in Ming Times : A Survey », Macau during th (...)
  • 57 « (…) o negociar a seda, e qualquer outra veniaga, o embarcar nos navios que daqui fazem viagem, to (...)

13Adossé à la mission du Tonkin, le projet concernant le Laos n’était pas viable sans l’appui économique de la communauté japonaise du Tonkin. La collectivité avait été renforcée par l’arrivée de nouveaux émigrants chrétiens en 1633, lors de la nouvelle vague de répression contre la chrétienté japonaise52; les uns gagnèrent Macao, les autres se fixèrent dans la province de Thinh-Hoa53. La correspondance de Gaspar do Amaral (lettre de Kê Chò du 21 Avril 1634) fait d’ailleurs état de l’appui financier dispensé par la congrégation, sans laquelle la mission du Tonkin n’aurait pu survivre54. En effet, censé financer au départ la mission du Tonkin, le commerce jésuite de Macao connaissait des difficultés à ce moment-là. Les mesures nipponnes mettant un terme au trafic maritime des shuin-sen55 en 1635 y contribuèrent (même si, comme il a été dit, la contrebande se poursuivit), de même que l’arrêt temporaire de la liaison Macao-Manille, la guerre entre les Ming et les Manchous et le siège néerlandais de Malacca en 164156. À cela, il faut ajouter l’âpre concurrence parmi les marchands portugais et étrangers habitant Macao. Un passage d’un rapport d’ André Palmeiro à Mutio Vitelleschi (1633), donne d’intéressants renseignements à ce sujet. Palmeiro y déclare en effet que le commerce de la soie ou d’autres marchandises, ainsi que la possibilité de s’embarquer sur des navires en partance de Macao, était alors à la portée de tout le monde57.

  • 58 L’inventaire des dépenses de la Province du Japon en 1645 indique 4000 cruzados pour le collège de (...)
  • 59 Biographie de ce jésuite dans Isabel Pina, « Manuel Dias Sénior/Li Manuo », Bulletin of Portuguese- (...)

14On ignore, en l’absence de documentation précise sur ce point, si l’attribution de fonds au projet de la mission du Laos a affecté (ou non) la manutention de la mission du Tonkin, dont les modestes dépenses ont été annotées par le père Gaspar do Amaral dans un rapport sur les finances de la Province du Japon, envoyé de Macao en 1645 au père Général Mutio Vitelleschi. On vérifie ainsi qu’en 1645 on déboursait pour la mission du Tonkin la moitié de ce qu’on dépensait pour le Collège de Macao58. Quoi qu’il en soit, Giovanni Battista Bonelli (1585-1638), ancien recteur du Collège de Macao, nommé supérieur de la mission tonkinoise en raison de l’état de Santé de Gaspar do Amaral, fut chargé en 1638 (par Manuel Dias Sénior, Visiteur de la province du Japon et de la vice-province de la Chine) de fonder la mission du Laos59.

Vicissitudes autour de la première installation

  • 60 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit. ; BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, fols 478-478v°.
  • 61 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.. Sur la mort de Bonelli, se reporter également à I. A (...)
  • 62 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit. ; A. Francisco Cardim, Batalhas, op. cit., p. 262.
  • 63 Sa biographie a été esquissée par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 261, note 608 ; BA (...)
  • 64 Biographie de ce jésuite dans I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 232 et note 553. Il fu (...)
  • 65 Sur la mission du Cambodge se reporter à Vanessa Loureiro, « The Jesuits in Cambodia : A Look upon (...)

15Bonnelli quitta Thanh Hóa le 12 août 1538, accompagné de l’ambassadeur du Laos, de trois catéchistes et de huit serviteurs (moços)60, mais décéda sur la route du Laos le 4 novembre 163861. Témoignant d’une belle continuité dans le projet de la Compagnie, ce fut donc l’année suivante, en 1639, que Manuel Dias Sénior envoya Giovanni Maria Leria au Laos. Après avoir été expulsé de Cochinchina par le seigneur Nguyên Phúc Lan (1635-1648)62, ce jésuite63 s’était réfugié au Cambodge, où Pero Marquez64 avait été envoyé en 1616 à la demande du Visiteur Francisco Vieira. Le terrain y avait été préparé, l’ouverture de la mission datant de 1617 65.

  • 66 Sur son itinéraire et les vicissitudes du voyage, voir BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 46-46v°.
  • 67 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit. ; voir, en général, Martin Stuart-Fox, A History of L (...)
  • 68 Le terme « talapoi » était employé couramment, mais les textes portugais du XVIe siècle (voir la Pe (...)
  • 69 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.. Sa stratégie et son évaluation du climat religieux l (...)
  • 70 Liste des présents, comportant des lapins blancs, des chiots, des foulards (lenços), des confitures (...)
  • 71 ARSI, Jap/Sin 71, fol. 215v°. Se reporter également à BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 47-47v°. (...)

16Giovanni Maria Leria, accompagné par le père Mateo Cebrian et sept coadjuteurs, incluant des catéchistes et des interprètes, gagna Vientiane en 1642, en venant du Cambodge : le roi Prasat Thong du Siam (1629-1659) lui avait interdit l’accès au Laos par la voie du Siam66 − comme il l’avait fait lors du passage d’António Francisco Cardim en 1631 − peut-être aussi en réaction à l’activité missionnaire de ce dernier. De plus, la situation politique interne au Laos était tendue : le conflit qui avait opposé plusieurs candidats au trône suite à la disparition du roi Vixai, et qui se dénoua en 1637 avec la victoire de Souligna Vongsa (1637-1694)67, avait laissé des séquelles importantes dans la société laotienne. À l’instar de ce que Gaspar do Amaral avait subi au Tonkin en novembre 1632, et ses compagnons en 1633, Leria fut confronté à l’hostilité du clergé bouddhiste Theravâda (talapoes, talapois)68, et des milieux de cour, ce qui le força à rester discret, à dissimuler ses intentions et à modérer son ardeur missionnaire69. Pour gagner les bonnes grâces du souverain, mais aussi pour affermir sa position à la cour laotienne, il ramena de nombreux présents70 et offrit ses services comme intermédiaire dans le commerce qui devrait se développer entre le Laos, Macao et Manille, un trafic susceptible d’apporter quelque prospérité au Laos et le désenclaver par rapport à ses deux entreprenants et belliqueux voisins, le Tonkin et la Cochinchina71.

Giovanni Maria Leria, exemple emblématique de la curiosité jésuite

  • 72 L’équilibre entre curiosité et édification n’était pas toujours facile à trouver. Dès que la matièr (...)
  • 73 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 52v°-53, à propos de l’architecture du palais royal et des mais (...)
  • 74 Liste des livres de sa bibliothèque conservée dans BA, 49-V-11, éditée par R. M. Loureiro, Na Compa (...)

17Néanmoins, il faut rendre justice à la méfiance des talapoi. À l’exemple d’autres jésuites de son temps, Leria manifesta une grande curiosité intellectuelle, attestée par les lettres envoyées à ses supérieurs. Ses pages, qui satisfont au critère d’une curiosité au service de l’édification72, fourmillent d’informations ethnographiques : elles renseignent sur l’organisation du paysage rural, que leur auteur décrit parfois minutieusement, sur les spécimens botaniques qu’il observe, sur les pratiques sociales et religieuses de la population urbaine ou campagnarde, sur l’urbanisme des villages73. Son intérêt s’étend à la médecine et aux sciences naturelles. On ne connaît pas les livres qu’il avait à sa disposition, mais les bibliothèques d’António Cardim ou de D. Diogo Valente, évêque du Japon en 1633, donnent une idée assez précise des intérêts scientifiques et de la curiosité des jésuites en Asie dans ces années-là74.

  • 75 Voir sur cette politique missionnaire Ines Zupanov, « Un clergé missionnaire. Sédentarisation des m (...)
  • 76 Le but était d’instrumentaliser cette médecine locale en vue de la conversion. Voir Ines Zupanov, « (...)
  • 77 Des ouvrages sur ce thème sont signalés dans la bibliothèque de D. Diogo Valente : R. M. Loureiro, (...)
  • 78 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 58v°.
  • 79 Ibid. ; S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit..
  • 80 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 63v°-64.
  • 81 Ibid., fol. 64. Se reporter également à ARSI, Jap/Sin 88, fol. 189v°, Annua De 1634 do Reyno de Ana (...)

18La clé de voûte de l’activité missionnaire jésuite étant l’adaptation à la situation locale, il entreprit l’apprentissage de la langue et s’essaya à la composition de plusieurs textes en laotien, utilisant des supports locaux, comme les feuilles de palme75. Ses projets, tels qu’il les révéla à Gaspar do Amaral, comportaient la rédaction de sept livres, dont un traité intitulé Espendio das obras de Deos e de sua Santa Ley, un catéchisme (Catequismo da Sua Seyta), un livre de médecine laotienne (Livrinho de alguns remedios que cà tem, mas não conhecidos por varias doenças)76, un ouvrage sur les phénomènes naturels (météores)77, un autre encore portant sur la matière astrologique et un sixième consacré aux sciences naturelles (Varias perguntas e repostas de pouca naturalia de artes)78. Mais pour donner corps à son projet, il trouva pertinent de commencer par rédiger une réfutation du Bouddhisme, intitulée Vida d’outra e morte de seu Pagode79. Surveillé étroitement par les talapoi et sommé de rendre public le contenu de ses écrits80, il réussit à s’y soustraire, en promettant de renvoyer au Cambodge les objets liturgiques qu’il gardait chez lui, notamment les objets de grande portée symbolique (des images pieuses et des crucifix) finalement plus prisés par les Laotiens que l’instruction catéchistique ou les pratiques de piété. La population associait souvent les crucifix avec des pouvoirs magiques, comme elle associait les missionnaires aux pratiques de sorcellerie, accusées de provoquer des famines et des sécheresses81.

  • 82 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 62-62v° ; S. Akune, « The Society of Jesus », p. 7.
  • 83 Description très minutieuse du clergé bouddhiste (seita de Xaca), de ses privilèges et de ses prati (...)
  • 84 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 67-67v°. Voir supra.
  • 85 Se reporter à ARSI, Jap/Sin 88, fol. 207v°, sur l’enterrement d’une croix à l’origine d’une séchere (...)

19Un incident à la cour, dont Leria fut victime, ainsi que son adjudant, un jeune catéchiste appelé Antonio, témoigne des enjeux matériels mais aussi de l’imaginaire créé autour des parements liturgiques chrétiens. Une certaine Uruncaia ou Uluncaia, membre de la famille royale mais d’ascendence tonkinoise, entreprit de voler des images et un catéchisme afin de pouvoir acquérir des éléphants, qu’elle espérait exporter vers le Tonkin 82. Éventée, l’affaire se termina par l’exil d’Uruncaia, mais cet épisode ne fit qu’exprimer le malaise installé entre le roi, le clergé bouddhiste et les missionnaires83. Accusés de sorcellerie,84 d’avoir contribué au déclenchement de catastrophes naturelles, voire d’avoir trempé dans une tentative d’assassinat du roi85, leur position en fut encore fragilisée.

Nouvelles stratégies face à l’adversité : l’appât de Macao

  • 86 Sur la correspondance entre Leria et Gaspar do Amaral, voir I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., (...)
  • 87 Il remplissait aussi la fonction de commissaire du Saint-Office : I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. (...)
  • 88 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit. ; BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 67v°-69v°.
  • 89 Les correspondances des jésuites reviennent assez souvent sur la relative pauvreté du commerce laot (...)

20Leria sollicita de prime abord l’appui de Gaspar do Amaral86, qui, de retour à Macao, avait été nommé en 1640 Vice-provincial de la Province du Japon et recteur du prestigieux collège des jésuites87. Cependant, la réponse, et les cadeaux diplomatiques qui devaient sceller l’entente avec le Laos tardèrent à arriver. Leria fut ainsi invité à quitter le pays emportant avec lui les images et les livres destinés à la prédication88. Pour le roi Vongsa, le contact avec Macao en 1644 était capital. En paix avec la Cochinchina cette année-là, les Trinh avaient les moyens de maintenir leur pression aux frontières. Les relations de Souligna Vongsa avec le Siam étaient également tendues. Macao (dont il espérait recevoir des armes) représentait une chance unique de rompre la dynamique de l’encerclement politique et économique orchestrée par ses voisins89.

  • 90 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 71v°-73v°. La lettre anonyme, intitulée Carta do Padre Grande d (...)
  • 91 Sur cette transition voir Rui Manuel Loureiro, « Impression ibériques de la conquête manchu de la C (...)
  • 92 ARSI, Jap/Sin 80, fol. 2v° et BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, fol. 18.
  • 93 L’auteur de la lettre souligne bien que la route vers la Chine devait passer obligatoirement par le (...)
  • 94 Se reporter à la lettre de Giovanni Maria Leria du 7. X. 1643 (BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols (...)

21La réponse, sous forme d’une lettre (écrite probablement par Gaspar do Amaral), arriva en 164490, année de la mort de l’empereur Chongzheng et de la transition Ming-Qing en Chine91. Déjà esquissée par Giuliano Baldinotti en 1626 dans sa relation « Viagem do Tun Kim », assignant à la mission du Laos le rôle de tête-de-pont en direction des royaumes du nord, et au-delà de ceux-ci, vers les »royaumes de Chine »92, la stratégie du contournement y était formulée de manière plus sophistiquée. Le jésuite demandait à Souligna Vongsa l’autorisation de renforcer la mission du Laos avec des prêtres venus de Cochinchina ; il sollicitait notamment la possibilité de dépêcher des missionnaires vers les royaumes du nord et de là vers la Chine, où l’accueil officiel de la cour de Chonghzen était censé être favorable93. En échange de garanties accordées aux missionnaires et à la mise en œuvre de ce projet, on faisait miroiter une fois de plus au souverain du Laos enclavé le développement des liens commerciaux avec le grand emporium maritime et cosmopolite qu’était Macao. À moins que nous ne soyons en présence d’une construction rhétorique des pères de la Compagnie destinée à étayer la supériorité de la culture européenne, Souligna Vongsa semble avoir perçu Macao comme une sorte d’Eldorado « européen » et exotique pour lui. Véritable inventaire à la Prévert, la liste des produits demandés aux missionnaires par le roi en témoigne : diverses sortes d’arbres, des chiots, un lion, des fruits et des végétaux « étranges » (bizarros), etc .94.

  • 95 Cet isolement est néanmoins à relativiser : outre les contacts avec la Cochinchina et le Tonkin, et (...)
  • 96 ARSI, Jap/Sin 161 II, Carta de Gaspar do Amaral V. Provincial do Japão a Mutio Vitelleschi Preposit (...)
  • 97 Michael Cooper, S. J. Rodrigues o Intérprete – Um Jesuíta no Japão e na China, Lisbonne, Quetzal Ed (...)
  • 98 Voir le document déjà mentionné, ARSI, Jap/Sin 161 II, fols 302-303 (I. A. Tavares Mourão, Gaspar, (...)

22Les jésuites rassuraient le monarque sur leurs moyens de transformer le handicap géographique du Laos en atout : son isolement continental (qui le préservait néanmoins des bouleversements autour de la mer de Chine), ne compromettait pas la viabilité d’un essor économique95. La réponse de Gaspar do Amaral doit retenir notre attention ; il faut la lire en effet à l’aune d’un plan qu’il conçut lui-même à Macao, lequel, s’il venait à se concrétiser, était susceptible de mettre en péril la mission du Laos. Ce projet, éventé en 1642, consistait à essayer de gagner le Japon en passant cette fois-ci par la Corée – un autre pays considéré comme pauvre en ressources et enclavé – grâce à la fondation d’une mission dans la péninsule coréenne96. En réalité, le projet avait été évoqué par Francisco Vieira, Visiteur de la Province du Japon et de Chine entre 1515 et 1519 et par le très célèbre João Rodrigues Tçuzzu, qui noua quelques contacts avec une ambassade coréenne en Chine. Cette dernière retourna en Corée avec des présents offerts par João Rodrigues Tçuzzu, présents suffisament somptueux pour laisser des traces dans les chroniques coréennes97. Toutefois, le projet ne souleva pas l’enthousiasme au sein de la Compagnie, probablement pour des raisons économiques, la mission du Japon étant en proie à des difficultés financières conjoncturelles98. La mission du Laos ne fut donc pas concurrencée par une éventuelle mission coréeenne.

  • 99 I. A. Tavares Mourão, « Notícias do Laos », art. cit., p. 97.

23Indépendamment de la fortune du projet coréen, les échanges épistolaires de 1644 laissent entrevoir l’importance de la question commerciale, intrinséquement liée à l’ouverture de la route vers la Chine. Dans ce contexte, on comprend que la matière spirituelle et religieuse fut subtilement escamotée. En effet, la lettre de 1644 déplore les intrigues d’Urucaia et les avanies subies par Leria (dans lesquelles il eut son quote-part de responsabilité en refusant le protocole des audiences royales99). Elle annonce l’envoi d’un nouveau missionnaire (João Borges) au Laos, mais elle n’encourage Vongsa qu’assez mollement à suivre les préceptes de la religion chrétienne.

  • 100 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 71v°-73v°. Les présents incluaient des étoffes, des couverts en (...)
  • 101 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 73v°.
  • 102 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit., citant Cardim, Batalhas, op. cit., p. 279.

24À la suite de cette lettre, Leria, qui avait dépensé avant l’arrivée de celle-ci une somme considérable en présents destinés à Souligna Vongsa100, finit par être autorisé à retourner à Vientiane101. Sa situation matérielle s’améliora : il fut reçu avec une certaine bienveillance à la cour, put exposer au souverain divers dogmes de sa religion et, dans une belle opération de « relations publiques », célébra Noël, installant dans la chapelle de la mission une crèche qui remporta un franc succès au vu du nombre de visiteurs qui défilèrent pour la voir102.

L’échec de la mission du Laos

  • 103 La mission diplomatique de Leria, qui nécessite une recherche approfondie, est étudiée dans ses gra (...)

25En dépit de la conjugaison de tous ces efforts, la mission du Laos périclita et finit par être supprimée en 1650. Entre-temps, en 1647, Giovanni Maria Leria fut chargé par Vongsa d’une mission diplomatique au Tonkin. Il s’agissait de donner au roi du Laos la main d’une fille (ou d’une petite-fille) du Trinh Tráng. L’alliance matrimoniale tombait à point nommé pour le Chua, qui préparait à nouveau une campagne militaire contre les Nguyên de Cochinchina, opération qui se déroula effectivement en 1648103.

  • 104 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-13, fol. 647 et 49-V-32, fol. 498 : « […] no tocante a pregação, e promu (...)
  • 105 ARSI, Jap/Sin 64, fol. 291 et BA, Jesuítas na Asia, 49-IV-61, fol. 203.

26Il semble que Leria s’acquitta de la tâche convenablement, car il retourna au Tonkin en 1648, mais cette activité diplomatique donna à Souligna Vongsa le prétexte pour fermer la mission. Souligna Vongsa était plus intéressé par les talents diplomatiques des jésuites que par leur message spirituel. Plus concrètement, l’instrumentalisation de Leria en tant que négociateur donnait au monarque la possibilité de continuer à entretenir le projet des relations avec Macao. De son côté, le missionnaire essaya encore de négocier la réouverture de la mission, mais ce fut en vain. Soutenu par les talapoi et par d’autres segments de la société laotienne, le souverain, tout en autorisant les Pères à retourner au Laos, leur interdit la prédication ou toute autre activité religieuse104. Selon l’Annua de la Province du Japon en 1652, il n’avait pas changé sa position cette année-là ; les missionnaires pouvaient entrer au Laos mais n’étaient pas autorisés à s’adonner à la prédication, à importer des catéchismes ou des images105.

  • 106 Selon le décompte de I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 315 (Annua de Tun Kim de 1654, (...)
  • 107 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 498 : « […] Com tudo esta dos Laos se não deve largar, como lar (...)
  • 108 Sur le voyage de Marini se reporter à BA, Jesuítas na Asia, 49-IV-61, fols 293-297, Principião as n (...)

27La Compagnie fit encore des efforts pour sauver la mission dans les deux années suivantes. On songea même à Macao à réunir les deux missions, celle du Tonkin et celle de Cochinchina, une stratégie qui aurait pu aider au moins à suppléer les carences matérielles106. L’argument principal, exposé par le Provincial, le père João Cabral (1599-1669) tournait autour de la nécessité de maintenir ouverte la voie qui conduisait à l’intérieur de la péninsule indochinoise, route qui conditionnait le commerce entre le Laos, le Tonkin et la Cochinchina, et par extension, avec Macao. Celle-ci simplifiait la circulation des jésuites, qui pouvaient aisément voyager avec les caravanes marchandes, et leur donnait la possibilité d’atteindre des régions où la Compagnie croyait encore pouvoir faire œuvre spirituelle, ou tout au moins dispenser une connaissance élémentaire de la doctrine.107 C’est dans ce contexte de recherche d’alternatives à l’échec de la mission du Laos qu’il faut inscrire la tentative de Giovanni Filippo de Marini. Ce jésuite voyagea en 1654 dans le nord du Tonkin (Son Tây) et se rendit dans le royaume de Bâu − riche en mines d’argent – dans le but de visiter la communauté chrétienne de Son Tây et de cerner les relations entre Bâu et Cao Bang. La démarche ne fut pas sans rappeler le projet coréen de 1642. Dans l’un et l’autre cas, les provinces côtières de la Chine et l’archipel nippon demeuraient une priorité pour les jésuites, qui savaient toutefois que la stabilisation des missions dans la péninsule indochinoise aurait, plus concrètement, un impact positif sur la fortune de Macao108.

Curiosité et diplomatie : le croquis anonyme du royaume du Laos

Curiosité et diplomatie : le croquis anonyme du royaume du Laos
  • 109 Outre nous-mêmes, qui l’avions remarquée il y a une dizaine d’années, elle est signalée par S. Akun (...)
  • 110 Voir Giovanni Filippo de Marini, Histoire Nouvelle et Curieuse des Royaumes de Tonkin et de Lao (Pa (...)

28Giovanni Maria Leria est-il l’auteur de l’intéressant croquis cartographique du royaume du Laos et de ses voisins, conservé à la Biblioteca do Palácio Real da Ajuda de Lisbonne, dans le manuscrit Jesuítas na Ásia, 49-V-32, fol.85 un ensemble qui comporte un grand nombre de correspondances jésuites ? Quoique passé largement inaperçu109, ce dessin du Laos de 30 x 22 cm constitue en lui-même une rareté, car nous ne disposons que de peu de croquis, d’illustrations ou de plans qui puissent être attribués aux jésuites, notamment en Asie et au XVIIe siècle. Nous conservons, certes, une belle représentation iconographique, en couleur, des rituels funéraires en Cochinchina, intitulée Breve idea del modo, ed ordine, onde con cerimonia sacro-pagana si celebrano in Cochincina i funerali e si portano i cadaveri a seppellir nel cimitero da cristina, à peu près de la même époque (seconde moitié du XVIIe siècle ?). Cette illustration se trouve aujourd’hui à l’Archivio Storico de Propaganda Fide, au Vatican, mais à notre connaissance, elle n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie110.

  • 111 ARSI, Jap/Sin 88, fols 171-219 (fols 189v°-190), transcrite par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. c (...)
  • 112 ARSI, Jap/Sin 161 II, fols 188-189, lettre de Macao du 20. XII. 1637, transcrite par I. A. Tavares (...)

29Dans la mesure où ce croquis en noir et blanc n’est ni signé ni daté, la tentation serait, de prime abord, de la dater de 1634, année de l’envoi du chrétien Thomé au Laos et de la réponse écrite du roi Vixai, ou des années qui suivirent. Cette carte/croquis, dont il est difficile de déterminer s’il s’agit de l’original ou d’une copie qui a circulé, a pu accompagner le texte, riche d’informations, sur les « Laos », dont un large extrait figure dans la Carta Annua de 1634, mentionnée à plusieurs reprises dans le cadre de cet article111. Mais elle a peut-être aussi été jointe à la traduction de la « réponse du roi des Laos » (une missive datée de décembre 1637, insérée dans la lettre adressée par le père Visiteur Manoel Dias au Préposé Géneral Mutio Vitelleschi), ou à une autre version de la traduction de la même lettre, en circulation au sein de la Compagnie112.

  • 113 Cette datation n’est pas incompatible avec celle de Susumu Akune, puisque cet auteur note (« The So (...)
  • 114 I. Zupanov, « La science et la démonologie. Les missions des jésuites français en Inde (XVIIIe sièc (...)
  • 115 Luís Filipe F. R. Thomaz, « De Malacca a Pegu. 1a Parte. As duas Viagens do Feitor Pero Pais (1512- (...)
  • 116 L’extraction de la laque naturelle (coccus lacca) fait l’objet du Diálogo 29 des Colóquios dos Simp (...)
  • 117 Le commerce du benjoin et du musc est déjà signalé par Duarte Barbosa au début du XVIe siècle à pro (...)
  • 118 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 84-84v° (texte sur le benjoin, la cochenille et le musc) et fol (...)

30Compte tenu du faisceau d’indices dont nous disposons, une seconde hypothèse, plus convaincante, voit en Giovanni Maria Leria l’auteur de la carte, et place son exécution quelques années plus tard, c’est-à-dire vers 1642/1643113. De fait, « la mission et le commerce étaient des alliés naturels dans l’espace et dans le temps de la « conquête » initiale »114, et Leria rédigea, dans une lettre du 7 octobre 1643, une intéressante digression de nature assez érudite sur les principaux produits du Laos à privilégier à l’exportation (três mercancias de porte se podem aqui fazer) : le benjoin (bejoim) extrait du stirax benzoin115, la laque naturelle (nacar), produite par la secrétion d’une cochenille asiatique (la kerria lacca ou coccus lacca)116 et le musc (almíscar), la secrétion de l’abdomen d’un petit cervidé, le Moschus moschiferus117. Sont également détaillées dans ce passage les techniques de ramassage du benjoin, de l’extraction de la sécrétion de la kerria lacca et du musc. De telles descriptions, associant botanique et sciences naturelles, témoignent de sa curiosité, de ses intérêts scientifiques et de son sens aïgu de l’observation ; elles faisaient peut-être partie des notes réunies en vue de la rédaction des traités qu’il se proposait d’écrire. Sans que l’on puisse éliminer l’hypothèse d’un assemblage ultérieur des correspondances jésuites conservées dans le manuscrit mentionné − qui aurait rapproché, sur le même folio, la description et la carte −, il faut souligner également que le croquis se situe dans la continuité de la description savante : la correspondance entre texte et image est tangible118.

  • 119 La province de Lu est signalée par le jésuite Giovanni Filippo de Marini (1608-1682) : se reporter (...)
  • 120 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 75.

31Leria était bien familiarisé avec le terrain, comme en témoigne sa lettre adressée à Gaspar do Amaral, datée du 4 septembre 1644, à Vinciane. Il s’y s’attarde sur le présent fait au roi et sur la géographie politique du Laos et de ses voisins, égrenant les noms des royaumes du nord, « Lu » (probablement une région du Sipsong Panna)119 « Cao », « Bang » (Cao Bang, territoire des Mac), « Dai » « Dum » « Kem » et Chine120.

  • 121 Le Laos était nommé « Lanjam » ou « Lanchang » (la forme « Lanchãa » apparaît également) dans les s (...)

32En effet, notre carte situe la capitale Vientiane (Corte do Laniao)121 au centre d’un dispositif radial, dont on peut supputer la double connotation, à la fois symbolique (le centre coincide avec celui du pouvoir politique et religieux) et pragmatique (le dispositif permettait également d’établir une échelle approximative des distances) autour duquel s’agglutinent les noms des royaumes tributaires du Laos. Ce simple dessin − donnant à voir apparement une représentation cartographique idéale et imaginaire − présente néanmoins quelques analogies avec ce que nous appelons aujourd’hui un croquis technique de repérage en langage cartographique. La représentation est concise et efficace, les données d’ordre politique, sociale et économique, trop complexes pour le lecteur, sont simplifiées à outrance en vue d’une compréhension et d’une exploitation immédiates. En effet, la carte est investie d’une fonction performative, elle identifie avec un soin particulier la géographie politique de la zone frontalière avec la « province de Chine » (Ho provincia de Cina), autrement dit le Yunnan.

33Grâce à de brèves légendes déictiques, sont ainsi nommés les royaumes tributaires du Laos, à l’exemple du « petit Lu, tributaire du Ava » ( Lu’ reino pequeno, tributario do Ava), « V. R. tributaire des Laos » (V. R. tributario aos Laos), soit des provinces. Beaucoup moins importants, le Siam, comme d’ailleurs le royaume d’Ava et le Pégu, le Cambodge ou le Champa sont simplement signalés par leurs noms, sans autres précisions.

  • 122 Pour une approche de la reconstruction de l’anthropologie du regard, voir l’introduction de Kirsten (...)
  • 123 La question de la sécurité sur les routes est soulignée par le père João Cabral dans BA, Jesuítas n (...)

34D’un point de vue strictement visuel122, le croquis trace la route « missionnaire » de Chine. On signale les obstacles pratiques et les dangers de ce chemin – brigandage ou confrontation avec des ethnies belliqueuses − à l’intention des missionnaires jésuites censés parcourir tôt ou tard ces parages à pied ou intégrés dans des caravanes marchandes123. Une légende apposée sur la carte, au sud de la frontière chinoise, indique en effet que des « montagnards » (gente do mato) y « combattent pendant cinq jours et respectent cinq jours de trêve » (aonde 5 dias tem de briga e 5 tregoa). La présence de montagnards est également signalée par une autre légende, dans la partie sud-est de la carte, non loin de Vientiane.

35La carte désigne également le Laos comme étant le véritable « don du Mékong ». Le royaume est représenté symboliquement par un serpent, en allusion à ses nombreux méandres et à ses gorges. En occupant presque entièrement le centre de la carte/croquis, le fleuve, dont le lit est orné de minuscules vagues représentant le mouvement des eaux, configure et donne une unité territoriale au Laos, limité aux rives qui jalonnent son cours, depuis son estuaire jusqu’aux regions montagneuses du Nord. Sa source est aussi représentée sous forme d’un grand lac, la légende indiquant « langue [sic], tête du fleuve » (lingua cabeça do rio). Celui-ci est situé à l’extrémité nord du fleuve, au-delà de la frontière chinoise.

  • 124 Selon João de Barros, les six fleuves de la péninsule indochinoise avaient une origine commune dans (...)
  • 125 La cartographie portugaise du XVIe siècle représentant le Japon donne un exemple des régions connue (...)

36Une telle représentation de la source du Mékong, apparemment élémentaire, ne sort pourtant pas tout droit de l’imagination de l’exécuteur de la carte. Elle s’inspire entièrement d’une longue tradition transmise par les textes portugais du XVIe siècle, reprise dans la cartographie européenne contemporaine avec peu de variantes124. Nous sommes donc en présence d’une représentation savante, qui donne une idée des modèles géographiques utilisés par les jésuites dans des régions qu’ils connaissaient mal125.

37Mais si la minutie apportée à la représentation de cette artère vitale doit être associée à l’idée de « route missionnaire » vers la Chine, la représentation du Mékong, et les légendes de la carte elle-même, remplissent une autre fonction : de façon bien plus réaliste, elles sont destinées à attirer l’attention sur le potentiel productif et commercial du Laos. En effet, le Mékong apparaît comme l’instrument économique du désenclavement, grâce auquel la circulation des produits et des marchandises pouvait se faire de façon aisée : c’était la voie de pénétration par excellence vers des régions du Nord, inconnues, ou presque inconnues des jésuites.

38Un second groupe de légendes déictiques instruit parfaitement sur la visée commerciale et économique du plan. En accord avec les conventions cartographiques portugaises de l’époque tardo-médiévale et moderne, elles informent sur l’almíscar et le benjoin du Laos, intéressantes productions du point de vue des exportations vers Macao (et peut-être même vers Manille). Quelques légendes portent mention du benjoin, du musc et de la lacque sous la forme suivante : « Quân, province où il y a beaucoup de benjoin » (Quân provincia aonde tem muito bejoim) ; « montagnes où il y a du musc » (terra de parte do mato que tem almiscar) ; « ici se trouve le naquar/jungle » (aqui esta o naquar/matos).

39En conclusion, ce que l’un et l’autre offrent, de manière éclatante, c’est une lecture jésuite des réalités du terrain en Asie au XVIIe siècle, où s’entremêlent dans une trame étonnamment resserrée réalisme politique et ardeurs missionnaires, appétits économiques, savoirs érudits et curiosité géographique.

Haut de page

Notes

1 Se reporter à Ines G. Zupanov, Missionary Tropics. The Catholic Frontier in India (16th-17th Centuries), Ann Arbor, University of Michigan Press, 2005, p. 4.

2 Voir l’introduction de Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Maria Lucia Copete, Aliocha Maldavsky et Ines G. Zupanov dans Missions d’évangélisation et circulation des savoirs, XVIe-XVIIIe siècles, Madrid, Casa de Velásquez, 2011, p. 1-18.

3 Ines Zupanov, « Le repli du religieux : les missionnaires jésuites du XVIIe siècle entre la théologie chrétienne et une éthique païenne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 6, 1996, p. 1201-1223 ; Ines Zupanov, « One Civility, but Multiples Religions : Jesuit Mission among St.Thomas Christians in India (16th-17th centuries) », Journal of Early Modern History, 9.3-4, 2005, p. 322-323 ; Ines Zupanov, « Conversion Historiography in South Asia : Alternative Indian Christian Counter-Histories in Eighteenth Century Goa », The Medieval History Journal, 12.2, 2009, p. 314-315.

4 Se reporter aux diverses contributions dans Tomás Pereira, S. J. (1646-1708) Life, Work and World, Luís Filipe Barreto (dir.), Lisbonne, Centro Científico e Cultural de Macau, 2010 ; Tomás Pereira (1646-1708) Um Jesuita na China de Kangxi/A Jesuit in Kangxi’s China, Lisbonne, Centro Científico e Cultural de Macau /FCT, 2009 (catalogue de l’exposition).

5 Se reporter aux actes du colloque organisé par l’Institut Ricci de Paris en 2010, La Chine des Ming et de Matteo Ricci (1552-1610) : le premier dialogue de savoirs avec l’Europe, Isabelle Landry-Deron (dir.), Paris, Les Éditions du Cerf, Institut Ricci, 2013 ; Ronnie Po-Chia Hsia, « Language Acquisition and Missionary Strategies in China, 1580-1760 », dans Missions d’évangélisation, p. 215-216 ; François Lachaud, « Matteo Ricci et les excentriques : épisodes curieux de la « connaissance de l’Occident et l’Orient », dans Empires éloignés. L’Europe et le Japon (XVIe-XIXe siècles), Dejanirah Couto et François Lachaud (dir.), Paris, EFEO, 2010, p. 85-106.

6 Rui Manuel Loureiro, Um Tratado sobre o Reino da China. Dos Padres Duarte de Sande e Alessandro Valignano (Macau 1590), Macao, Instituto Cultural de Macau, 1992 ; Engelbert Jorissen, « Alessandro Valignano e o Japão. Duas Visitas e três Documentos. Os Advertimentos (1581/82) ; Sumario del Japón (1583) ; Adiciones del Sumario del Japón (1592) », Revista de Cultura de Macau (RC), 17, 1993, p. 49-72 ; I gesuiti ai tempi di Claudio Acquaviva. Strategie politiche, religiose e culturali tra Cinque e Seicento, Brescia : Morcelliana, 2007 ; Rui Manuel Loureiro, « Turning Japanese ? The Experiences and Writings of a Portuguese Jesuit in the 16th Century Japan », dans Empires éloignés, op. cit., p. 160-166 ; Pedro Lages Correia, « Some Aspects of Alessandro Valignano’s Presence in Macao between 1578 and 1594 », dans Macau during the Ming Dynasty, Luís Filipe Barreto (dir.), Lisbonne, Centro Científico e Cultural de Macau, 2009, p. 272-284.

7 Roland Jacques, Activité missionnaire et églises locales sous le régime juridique du padroado portugais d’Orient, mémoire de DEA, Université de Paris-Sud (XI), Faculté de Droit Jean Monnet de Sceaux, Institut catholique de Paris, Faculté de Droit Canonique, 1995 ; Roland Jacques, L’œuvre de quelques missionnaires dans le domaine de la linguistique viêtnamienne jusqu’en 1650, mémoire de DEA, Paris, INALCO, 1995 ; Roland Jacques, De Castro Marim à Faïfo : naissance et développement du Padroado portugais d’Orient des origines à 1659, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, Serviço de Educação, 1999.

8 A noter la thèse de doctorat d’Isabel Augusta Tavares Mourão, Gaspar do Amaral S.J. (1594-1646). La vie et l’œuvre d’un jésuite portugais fondateur de la mission jésuite du Tun Kim à la cour des Trinh. Paris, École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, 3 vols, 2011; Isabel Augusta Tavares Mourão, Portugueses em Terras do Dai-Viêt (Cochinchina e Tun Kim) 1615-1660, Macao, Instituto Português do Oriente, 2005; Susumu Akune, « Jesuit Surveillance of Japan from Southeast Asia in the Mid-Seventeenth Century », communication présentée au colloque Eurasian Tracks. Connections and Intellectual Exchanges. Early Modern Japan in European Archives », Institute for Research in Humanities, Kyoto University, Italian School of East Asian Studies (Kyoto, 29 septembre 2012).

9 Nous employons dans la suite de cet article le terme portugais historique “Cochinchina” pour définir le territoire du Viêtnam du Sud au XVIIe siècle et non “Cochinchine”, terme qui se reporte à la province méridionale du Viêtnam du Sud, colonisée par les Français en 1862. Sur les limites géographiques du Tonkin (Tun Kim) et de la Cochinchina aux XVIe et XVIIe siècles, voir I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 40-56.

10 George Bryan de Souza, The Survival of Empire: Portuguese Trade and Society in China and the South China Sea, 1630-1754, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 111-115 ; Peter Phan, Mission and Catechesis: Alexandre de Rhodes and Inculturation in Seventeenth century Vietnam, Maryknoll, N.Y., Orbis Books, 1998 ; Gonoi Takashi, « Jyūroku jyūshichi seiki betonamu ni okeru kirisutokyō fukyō ni tsuite », Eichidaigaku Kirisutokyō Bunka Kenkyūsho Kiyō, 22.1, 2002, p. 49-82 ; Dejanirah Couto, « On the Threshold of Japan. Gaspar do Amaral, the « Jesuit Network » and the Contribution of the Japanese Mission and the Japanese Diaspora to the Deployment and in the Settlement of the Jesuit Mission in Tun Kim », RC, Revista de Cultura de Macau/ Review of Culture of Macau, International edition, 44, 2013, p. 111-123.

11 Sur la Chine, voir Ronnie Po-Chia Hsia, « Language Acquisition », dans Missions d’évangélisation, op. cit., p. 211-231 ; Rui Manuel Loureiro, Um Tratado, op. cit., p. 17-24. Voir aussi Rui Manuel Loureiro, Na Companhia dos Livros. Manuscritos e impressos nas missões jesuitas da Asia Oriental 1540-1620, Macao, Universidade de Macau, 2007.

12 Se reporter à Ines Zupanov et Ângela Barreto Xavier, Catholic Orientalism. Pursuing Knowledge and Possession in Portuguese India, 16th-18th c., (chap. 1 à 3, dossier d’habilitation à diriger des recherches d’Ines Zupanov, 2011, base de l’ouvrage du même nom).

13 Jean-Claude Laborie, « Curiosité et Contre-Réforme au XVIe siècle, la lettre édifiante et curieuse jésuite », Camenæ, 15, mai 2013, p. 1 (notre pagination) (www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/10-Laborie.pdf, consulté le 7/11/2014).

14 Ibid., p. 1-4.

15 Sur la fondation de la mission du Tonkin voir infra, ainsi que I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 232-267. I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 310 (tableau des jésuites au Dai-Viêt et au Tonkin) ; Roland Jacques, Activité missionnaire, op. cit., p. 113-114.

16 Voir le récit du père jésuite Giuliano Baldinotti (1591-1631) dans sa Viagem de Tonquim, Archivum Romanum Societatis Iesu (dorénavant ARSI), Jap/Sin 80, fols 1-2v°. Se reporter également à Biblioteca da Ajuda, Lisbonne (dorénavant BA), Jesuítas na Asia (dorénavant JA), 49-V-31, f°18.

17 Martin Nogueira Ramos, Le christianisme, religion illicite dans le Japon des premiers Tokugawa : commentaire de la correspondance épistolaire de trois jésuites de la Mission du Japon, Mémoire de Master 2, École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, 2009, p. 12.

18 Rui Manuel Loureiro, « Macau and the Dutch Threat », Macau during the Ming Dynasty, p. 78-86.

19 Selon Juan Ruiz-de-Medina, « La Misionacion clandestina en el Japón », Revista de Cultura (MC), 17,1993, p. 175, il y avait au Japon, en mars-octobre 1614, 149 religieux, dont 115 jésuites, 15 franciscains, 8 dominicains, 4 augustins et 7 prêtres diocésans. En partant de Fukuda, une joncque, se dirigeant vers le Siam (en faisant escale à Macao) avait pris 3 prêtres et trois frères (avant le 6 novembre). D’autres religieux sont partis sur trois autres joncques le 6 novembre. La nef de Manille emporta 23 jésuites (parmi lesquels 15 frères japonais) et 25 ou 26 religieux d’autres ordres (dont 14 nonnes de Miyako no Bikuni et le prêtre japonais Tomé dos Anjos accompagné d’un groupe de laïcs). Macao reçut 62 jésuites et 63 dôjuku (dont 28 élèves du séminaire) outre le Pe japonais Paulo dos Santos. Sur le terme dôjuku voir infra, la note 42.

20 João Paulo Oliveira e Costa, « Aspectos da Presença Portuguesa no Extremo Oriente no ano de 1618 segundo um Carta do padre João Rodrigues Girão », Revista de Cultura (MC), 17, 1993, p. 184. Seraient restés dans l’archipel, selon Juan Ruiz-de-Medina « La Misionacion clandestina », p. 175, 27 jésuites, 7 ou 8 franciscains, 5 dominicains, 3 augustins et 5 diocésans japonais.

21 Isabel Pina, A Residência Jesuita de Nanquim : das Origens à Restauração (1599-1633), mémoire de Master, Université nouvelle de Lisbonne, 1999 ; Adrianus Dudink, « The inventories of the Jesuit House at Nanking made up during the Persecution of 1616-1617 », Western Humanistic Culture Presented to China by Jesuit Missionaries, Rome, IHSI, 1996, p. 119-158 ; Adrianus Dudink, « Opposition to the Introduction of Western Science and the Najing Persecution (1616-1617) », dans Statecraft and Intellectual Renewal in Late Ming China. The Cross-Cultural Synthesis of Xu Guangqi (1562-1633), Catherine Jami, Peter M. Engelfriet et Gregory Blue (dir.), Leiden, Brill, 2001, p. 191-223 ; Liam Brockey, Journey to the East : The Jesuit Mission to China, 1579-1724, Cambridge, Mass., Belknap Press of Harvard University Press, 2007, p. 66-69 ; Isabel Pina, Os Jesuítas em Nanquim (1599-1633), Lisbonne, CCCM, 2008.

22 La mission fut d’abord placée sous la juridiction de la province du Malabar et de l’archevêque de Malacca. Elle fut ensuite transférée vers la province du Japon par le Visiteur Francisco Vieira (c.1553-1619). Voir Susumu Akune, « The Society of Jesus and the Kingdom of Laos − A New Propagation Field in 17th Century Southeast Asia », article non-publié. Nous devons à l’amabilité de l’auteur, que nous remercions, l’autorisation de citer une version encore manuscrite de cet article. Voir également I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 236.

23 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit., note 8 citant Takashi Gonoi, Tokugawa shoki kirishitanshi Kenkyû, Tokyo, Yoshikawa Kôbunkan, 1983, p. 231.

24 Les Portugais avaient reçu des nouvelles du Laos au début des années 1620 par le marchand António Gonçalves Cavalleiro. Voir Juan Ruiz-de-Medina, « Presencia Cristiana en Laos en el Siglo XVII : Mateo Cebrian confundador de la Misión », Boletin de la Asociación Española de Orientalistas, 26, 1990, p. 267-268 ; I. A. Tavares Mourão, « Notícias do Laos », Oceanos, 32, 1997, p. 94.

25 Voir I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 72-73 et p. 152-153, à propos des familles d’agents diplomatiques japonais dans le Dai-Viêt, d’après Robert L. Innes, The Door Ajar, Japan’s Foreign Trade in the Seventeenth Century, Thèse de Doctorat, Université du Michigan, 1980, vol. I, p. 61. Voir également, I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 153, sur l’expulsion de quelques commerçants japonais de Cochinchina en 1617 ; Dejanirah Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 116-117.

26 En 1633 le nombre de patentes (hôsho) des navires japonais a été limité. L’interdiction du commerce des embarcations japonaises a été prononcée en 1635 : R. I. Innes, The Door Ajar, op. cit., I, p. 137 et 151-152. Entre 1604 et 1635, 365 bateaux pourvus de shuin-jô, dont 87 vers la Cochinchine et 37 vers le Tonkin ont été recensés. I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 152-153, et D. Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 116.

27 Ibid., p. 116-117. Les marchandises en circulation étaient surtout les soieries, les bois précieux, les épices et les peaux. Voir Jorge Manuel dos Santos Alves, Um Porto entre Dois Impérios. Estudos sobre Macau e as Relações Luso-Chinesas, Lisbonne, Instituto Português do Oriente, 1999, p. 199.

28 BA, Jesuítas na Ásia, 49-V-6, Breve Relação da viagem que fizeram desde Macao até Tunquim e de sua tornada, fols 336-342, suivi de Primeira Jornada que fez ao reino de Tunquin Juliano Baldinotti, fols 342-346.

29 D. Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 116 et note 60 (p. 122) ; I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 234-235. Elle n’a donc pas été fondée en 1626, comme déclaré par Madalena Ribeiro, « The Japanese Diaspora in the Seventeenth Century, according to Jesuit Sources », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 3, 2001, p. 67. 

30 I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 235.

31 Détails du conflit dans I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 136-139 ; ARSI, Jap/Sin 80, Carta de Pero Marquez à André Palmeiro [du Tun Kim, 25. VII. 1627], fols 3-8v° ; ARSI, Jap/Sin 71, Ânua da Cochinchina de 1627, fol. 89 ; S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.

32 En 1627, dans un contexte de guerre entre les Trinh et les Nguyên de Cochinchina, Marquez et Rhodes ont été suspectés d’espionnage. Par ailleurs, il semble que les esclaves noirs qui les accompagnaient depuis Macao déclenchèrent des troubles par leur comportement dans les bazars. I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 238-239 et ARSI, Jap/Sin 80, « Viagem de Tonquim », fol. 2v°.

33 Le Tonkin avait attaqué la Cochinchina mais fut vaincu en mars 1627. Cette dernière aurait demandé du secours au Laos et compté sur l’aide de soldats portugais munis d’artillerie, ce qui probablement renforça la méfiance du Chua à l’égard des missionnaires. Se reporter également à I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 139 et 241. Voir encore ARSI, Jap/Sin 80, fols 3-8v°. 

34 I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 246-248 (biographies sommaires de Cardim et de Fontes). Le Portugal avait une tradition de contacts diplomatiques avec le Siam depuis la première moitié du XVIe siècle, plus précisément depuis l’ambassade de Duarte Fernandes en 1511. Se reporter à Ronal Bishop Smith, The First Age of the Portuguese Ambassies, Navigations and Peregrinations to the Kingdoms and Islands of Southern Asia (1509-1521), Bethesda, Maryland, Decatur Press, 1968, p. 7-20.

35 Ils avaient quitté Macao le 8 février 1631. Voir António Francisco Cardim, Batalhas da Companhia de Jesus na sua Gloriosa Província do Japão (1650), Luciano Cordeiro (dir.), Lisbonne, Imprensa Nacional, 1894, p. 79. Description du voyage et de l’accueil à la cour des Trinh dans la lettre de Fontes au père Visiteur, datée du 25. VI. 1631, Tun Kim, dans BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, fols 119-121v° (transcription dans I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 408-411, annexe 3).

36 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.. En dépit des efforts de Cardim, le roi du Siam, Sontham, n’autorisa pas l’entrée au Laos par la frontière du Siam.

37 M. Ribeiro, art. cit., p. 68 et notes 57-58.

38 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Annua do Reyno de Annam do anno de 1632 pera o Pe André Palmeiro da Compa de Jesvs Vizitador das Provincias de Japão e de China, de Tun Kim Gaspar do Amaral 31. XII. 1632, fol. 215 et fols 253v°-256. Se reporter également à I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 265.

39 Le Nguyên prit aussi des mesures contre les jésuites, en détruisant l’église de Faifô (Hoi An) : D. Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 117 et note 72 (p. 123).

40 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, fols 254v°-256. 

41 Se reporter à la liste élaborée par I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 310, la source étant BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Princípio da Missão de Tun Kim e progresso della, fol. 2.

42 I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 270. Les dôjuku, ou disciples, assistaient les prêtres dans la prédication quotidienne. Voir Sebastião Rodolfo Dalgado, Glossário Luso-Asiático, II, New Delhi, Madras, Asia Educacional Services, 1988, I, p. 365-366.

43 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Annua da missão do reyno de Anam a que os Portugueses chamão Ton Kim, 1633, fol. 265 (signée par Gaspar do Amaral) ; BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Annua de 1634 do reyno de Anam para o Padre André Palmeiro Vizitador das Provincias de Japão e China, fol. 307 (début du document fols 307-321v° : le registre final peut être consulté dans ARSI, Jap/Sin 88, fols 20-235, voir infra). Le document a été transcrit intégralement dans une autre copie de l’ARSI, Jap/Sin 88, fols 171-219, par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 414-469 (annexe 5). La mention des 18 catéchistes de 1634 se trouve dans ce document au fol. 171, et quelques noms sont donnés fol. 173v°.

44 ARSI, Jap/Sin 88, Relação dos Catequistas da Christandade de Tunquim e seu modo de proçeder pera o Pe Manoel Diaz Vizitador de Jappão e China, fols 348-354v° [27. III. 1638] liste des catéchistes et coadjuteurs temporels (5) fols 353v°-354v° ; transcription intégrale du document dans I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 474-483 (annexe 7) ; ARSI, Jap/Sin 80, fols 45-47, Instrução para os Cathequistas deste reino de Anam, ou Tum Kim, (transcription par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 486-489) ; sur l’action des catéchistes, ibid., II, p. 274-275.

45 Les présents diplomatiques atteignaient la valeur de 50 à 60 cruzados annuels mais le Chua rétribuait avec du benjoin, des coupons de soie et des tissus fins. Voir ARSI, Jap/Sin, 161 II, Carta do Padre Vizitador André Palmeiro a Mutio Vitelleschi, [Macao, 28. IV. 1633], fol. 146v° (transcription dans I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 412-413, annexe 4).

46 AJ, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Instrucção que o padre Andre Palmeiro Vizitador da Provincia de Japam e China deu ao Padre Gaspar do Amaral mandando o por Superior daquela missam,, fol. 42 (transcription du texte par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 405-406, annexe 2) ; I. A. Tavares Mourão, « Notícias », art. cit., p. 94.

47 ARSI, Jap/Sin 88, Annua de 1630, 2a via, de Tunquin e’Maio de 1631, fol. 76.

48 Voir ARSI, Jap/Sin 88, « Dos Laos » Annua de 1634…fols 189v°-190v°, document transcrit par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 490-491 (annexe 10).

49 Ibid., p. 490 ; S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.. Voir également ARSI, Jap/Sin 88, fol. 189v°, Annua De 1634 do Reyno de Anam pera o Padre Andre Palmeiro Vizitador das Provincias de Jappão e China, transcription par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 436 (annexe 5).

50 ARSI, Jap/Sin 161 II, fols 188-189, lettre de Macao du 20. XII. 1637, transcrite par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 494-495 (annexe 12).

51 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.; Version de la lettre également dans ARSI, Jap/Sin 85, fol. 177v° (le document occupant les fols 177v°-178) (voir aussi BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, Carta do Rey dos Lâos, fols 40-40v°) ; cette version, intitulée « Lettre envoyée par le roi des Laos au Père Gaspar do Amaral qui se trouvait au Tun Kim » est transcrite par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 492-493 (annexe 11) ; une autre version peut-être consultée dans ARSI, Jap/Sin 88, fols 279-280. Sur les différentes versions, voir le commentaire d’I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 259, note 602 : la version Jap/Sin 88 escamote des détails de la traduction. Elle aurait été tronquée « par la censure du père Amaral » mais présente des similitudes avec la version Jap/Sin 161 II, fols 188-189, intitulée « Lettre du Père Visiteur Manoel Dias, datée du 20 décembre 1637, Macao, adressée à Mutio Vitelleschi ». Cette dernière fut également transcrite par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 494-496 (annexe 12).

52 Martin Nogueira Ramos, op. cit., p. 81-85, 110 ; João Paulo Oliveira e Costa, Portugal e o Japão. O Século Namban, Lisbonne, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1993, p. 83-84 ; Peter Nosco, « Early Modernity and State’s Policies towards Christianity », Bulletin of Portuguese-Japanese Studies, 7, 2003, p. 12-14.

53 D. Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 118 ; I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 72-73.

54 D. Couto, « On the Threshold », art. cit., p. 118, note 89 (p. 123) : BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, 1634 : 4a carta – Como se houverão os padres na perseguição de 1634 e como se hão com os catequistas ao Padre Visitador [Gaspar do Amaral, de Ké Chò, 21. IV. 1634] fol. 304v°. (Une coquille s’est glissée dans cette note 89, la référence étant BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31 et non 49-V-3) ; se reporter également à I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 324.

55 Navires japonais de commerce détenteurs d’une licence marquée d’un sceau vermillon (shuin) au début du XVIIe siècle.

56 Roderich Ptak, « Trade between Macau and Southeast Asia in Ming Times : A Survey », Macau during the Ming Dynasty, p. 105.

57 « (…) o negociar a seda, e qualquer outra veniaga, o embarcar nos navios que daqui fazem viagem, todos nesta terra (Macau) o fazem (…) » ARSI Jap/Sin 161 II, [28. IV. 1633], f°146.

58 L’inventaire des dépenses de la Province du Japon en 1645 indique 4000 cruzados pour le collège de Macao et 2000 cruzados pour la mission du Tonkin : ARSI, Jap/Sin 161 II, fol. 302 [Gaspar do Amaral, de Macao, le 21. XI. 1645], voir I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 513-516 (annexe 16), ici p. 513.

59 Biographie de ce jésuite dans Isabel Pina, « Manuel Dias Sénior/Li Manuo », Bulletin of Portuguese-Japanese Studies, 15, 2007, p. 79-94.

60 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit. ; BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, fols 478-478v°.

61 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.. Sur la mort de Bonelli, se reporter également à I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 260. Sur sa biographie, ibid., p. 260, note 606 ; se reporter également à BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 40-40v° et BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, Lembrança do padre João Baptista Bonelli pa os Padres de Tun Kim e pa o que uier aos Laos, fols 435-436 et sq. ; accessoirement, I. A. Tavares Mourão, « Notícias », art. cit. p. 94.

62 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit. ; A. Francisco Cardim, Batalhas, op. cit., p. 262.

63 Sa biographie a été esquissée par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 261, note 608 ; BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 78v°-83, Vida do Padre João Maria Leria tirada da Carta Ânua da provincia do Japão de 1665.

64 Biographie de ce jésuite dans I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 232 et note 553. Il fut confondu avec un autre jésuite luso-nippon, Pero Marques, né à Nagasaki en 1613, qui se trouva en Cochinchina entre 1652 et 1660.

65 Sur la mission du Cambodge se reporter à Vanessa Loureiro, « The Jesuits in Cambodia : A Look upon Cambodian Religiousness (2nd half of the 16th Century to the 1st quarter of the 18th Century) », Bulletin of Portuguese-Japanese Studies, 10.11, 2005, p. 193-222 et p. 202 citant la Carta Annua du collège de Macao du 8 janvier 1617, dans João Paulo Oliveira e Costa et Ana Pinto, Cartas Anuas do colégio de Macau (1594-1627), Lisbonne, Comissão Territorial de Macau para as Comemmorações dos Descobrimentos Portugueses/Fundação Macau, 1999, p. 164 ; sur les premiers portugais au Cambodge voir Rui Manuel Loureiro, « The Hydrography of Cambodia in Early Modern Portuguese Textual and Cartographic Sources », RC, Revista de Cultura de Macau, 22, 2007, p. 133-134.

66 Sur son itinéraire et les vicissitudes du voyage, voir BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 46-46v°.

67 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit. ; voir, en général, Martin Stuart-Fox, A History of Laos, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

68 Le terme « talapoi » était employé couramment, mais les textes portugais du XVIe siècle (voir la Peregrinação de Fernão Mendes Pinto) utilisaient également le terme « talagrepo » ou « menigrepo », selon les régions de Chine ou de la péninsule indochinoise. Sur l’étymologie (pali « tâlapannam », sansc. « tâlaparnam ») se reporter à S. Rodolfo Dalgado, op. cit., II, p. 341-343. Le français « talapoin » est très répandu dans les textes ainsi qu’en témoigne la grande somme de Bernard et Picart, Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde représentées par des figures dessinées de la main de Bernard Picart :avec une explication historique, & quelques dissertations curieuses, 7 vols., Amsterdam, J. F. Bernard, 1723-1737.

69 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit.. Sa stratégie et son évaluation du climat religieux local peuvent être appréciées dans ARSI, Jap/Sin 71, fol. 221 et BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 53-53v°.

70 Liste des présents, comportant des lapins blancs, des chiots, des foulards (lenços), des confitures, un reliquaire serti dans du cristal, des aiguilles, des couteaux, des étoffes de velours, dans BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 47v°-48.

71 ARSI, Jap/Sin 71, fol. 215v°. Se reporter également à BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 47-47v°. Il prenait exemple sur André Palmeiro, qui reconnaissait son activité de marchand à la cour des Trinh ; voir le document déjà mentionné, ARSI, Jap/Sin, 161 II, Carta do Padre Vizitador André Palmeiro a Mutio Vitelleschi, [Macao, 28. IV. 1633], fols 146 -146v° (transcription dans I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 412-413 (annexe 4)).

72 L’équilibre entre curiosité et édification n’était pas toujours facile à trouver. Dès que la matière ethnologique ou géographique était trop singulière, l’édification pouvait passer au second plan. Datée de 1560, la lettre du père Joseph de Anchieta (1534-1596) sur le Brésil en constitue un bon exemple: voir J. -C. Laborie, art. cit., p. 3-4.

73 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 52v°-53, à propos de l’architecture du palais royal et des maisons villageoises, des pratiques commerciales et des denrées de consommation populaire en général.

74 Liste des livres de sa bibliothèque conservée dans BA, 49-V-11, éditée par R. M. Loureiro, Na Companhia, op. cit., p. 253-265. Cette liste fut éditée une première fois par Manuel Cadafaz de Matos, « A Produção Tipográfica da Companhia de Jesus no Oriente, entre os Séculos XVI e XVII ao Serviço da Missionação Portuguesa, Actas do Congresso Internacional de História « Missionação e Encontro de Culturas », vol. II, Braga, Universidade Católica Portuguesa & Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses, 1993, p. 424-444. Se reporter également, à titre d’exemple, à Ângela Barreto Xavier, « Les bibliothèques virtuelles et réelles des Franciscains en Inde au XVIIe siècle”, Missions d’évangélisation, p. 151-169.

75 Voir sur cette politique missionnaire Ines Zupanov, « Un clergé missionnaire. Sédentarisation des missions et apprentissage des langues », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, t. 111-1, Rome, 1999, p. 295-302.

76 Le but était d’instrumentaliser cette médecine locale en vue de la conversion. Voir Ines Zupanov, « Conversion, Illness and Possession. Catholic Missionary Healing in Early Modern South Asia », dans Divins remèdes. Médecine et religion en Asie du Sud, Ines Zupanov et Caterina Guenzi (dir.), Paris, éditions EHESS, 2008, p. 263-299. Se reporter également à l’introduction de ce même volume, p. 11-32.

77 Des ouvrages sur ce thème sont signalés dans la bibliothèque de D. Diogo Valente : R. M. Loureiro, Na Companhia, op. cit., p. 270. À propos des météores, Leria prend position contre les croyances locales : « […] tem huam matematica muy redicula todos os meteoros affirmão vir dos anjos que brigão com trovoadas, assoprão o vento suão descarregão o corpo com chuva […] ». BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 52.

78 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 58v°.

79 Ibid. ; S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit..

80 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 63v°-64.

81 Ibid., fol. 64. Se reporter également à ARSI, Jap/Sin 88, fol. 189v°, Annua De 1634 do Reyno de Anam pera o Padre Andre Palmeiro Vizitador das Provincias de Jappão e China (transcription par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 436), annexe 5, déjà mentionné ; Ibid., p. 454 (fols 205-205v°) sur le pouvoir magique de la Croix voir ibid., p. 456 (fol. 207v°). Se reporter également à I. Zupanov, « Conversion », p. 278-279.

82 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 62-62v° ; S. Akune, « The Society of Jesus », p. 7.

83 Description très minutieuse du clergé bouddhiste (seita de Xaca), de ses privilèges et de ses pratiques dans BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 51v°.

84 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 67-67v°. Voir supra.

85 Se reporter à ARSI, Jap/Sin 88, fol. 207v°, sur l’enterrement d’une croix à l’origine d’une sécheresse.

86 Sur la correspondance entre Leria et Gaspar do Amaral, voir I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 261 et note 609 citant le fonds de la Real Academia de la Historia, Madrid (RAH), Jesuítas, Legajo 21, fasc. 16, Laos 1643Breve Relaçom do que passou na Missam dos Laos o Anno de 1643. Tiradas das Cartas do Pe Joam Maria Leria pa o Pe Vice Proual de Japam, fols 201-205v°. Document rédigé à Macao par António Barbosa le 30. X. 1644.

87 Il remplissait aussi la fonction de commissaire du Saint-Office : I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 353-354.

88 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit. ; BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 67v°-69v°.

89 Les correspondances des jésuites reviennent assez souvent sur la relative pauvreté du commerce laotien. Les produits (musc, benjoin, lacre et or) étaient achetés aux marchands qui sillonnaient les campagnes. Les siamois vendaient des étoffes en échange d’or et les ambassadeurs du Tonkin et de Cochinchina venaient chercher des éléphants. Les transactions en numéraire étaient limitées. BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 53 et ARSI, Jap/Sin 71, Annua dos Laos de 1642, fol. 220v°.

90 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 71v°-73v°. La lettre anonyme, intitulée Carta do Padre Grande de Macao pera o Senhor grande do Reyno de Lamjam que viva muitos anos, est transcrite intégralement dans la lettre de Leria adressée à Gaspar do Amaral en 1644 ; elle doit être attribuée, comme le suggère Susumu Akune, à Gaspar do Amaral, qui était alors le seul jésuite de haut rang présent à Macao après le départ d’António Rubino et de Pero Marquez vers Manille en 1642 (S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit., note 47).

91 Sur cette transition voir Rui Manuel Loureiro, « Impression ibériques de la conquête manchu de la Chine », dans actes du Colloque du 7-8 novembre 2011, Empires en marche : rencontres entre la Chine et le Japon à l’âge moderne (XVIe-XIXe siècles), Dejanirah Couto et François Lachaud (dir.), Paris, EFEO, 2015 (publication en préparation).

92 ARSI, Jap/Sin 80, fol. 2v° et BA, Jesuítas na Asia, 49-V-31, fol. 18.

93 L’auteur de la lettre souligne bien que la route vers la Chine devait passer obligatoirement par le Laos, car il s’agissait du seul chemin qui pouvait épargner les forces physiques des jésuites : BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 72.

94 Se reporter à la lettre de Giovanni Maria Leria du 7. X. 1643 (BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 60-60v°) : on y suggérait l’envoi de boutures de vigne, de figuiers du Portugal, ainsi que de graines de raves, de salades, de choux, de fèves, de blé de semence, etc.

95 Cet isolement est néanmoins à relativiser : outre les contacts avec la Cochinchina et le Tonkin, et dans une certaine mesure avec le Siam, le Laos avait aussi des relations avec plusieurs « royaumes du nord » (autrement connus sous le nom de Lu, Cao, Bang, Dai, Dum, Kem) mentionnés dans les lettres des Pères de la Compagnie. En 1643 leurs marchands apportaient à Vientiane des chevaux, du musc et des tissus très fins utilisés par plusieurs couches de la population : BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 63-63v°.

96 ARSI, Jap/Sin 161 II, Carta de Gaspar do Amaral V. Provincial do Japão a Mutio Vitelleschi Preposito Geral da Compa de Jesus em Roma [Macao, 29. IV. 1642], fols 265-266 (fol. 265v°), transcription d’I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 508-511 (annexe 14).

97 Michael Cooper, S. J. Rodrigues o Intérprete – Um Jesuíta no Japão e na China, Lisbonne, Quetzal Editores, 1994, p. 356-359. Sur Tçuzu, voir François Lachaud, « Un “art du thé” portugais : sur quelques pages de L’História da Igreja do Japão (1562-1633) », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 2009.1, 2010, p. 21-53, republié dans « Un “art du thé” portugais : sur quelques pages de L’História da Igreja do Japão (1562-1633) », L’œuvre scientifique des missionnaires en Asie, P. S. Fillozat et J. Leclant (dir..), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres /Société Asiatique, 2012, p. 107-148. Enclavement et difficultés de la christianisation de la Corée sont soulignés par Pierre-Emmanuel Roux, La croix, la baleine et le canon. La France face à la Corée au milieu du XIXe siècle, Paris, Les Éditions du Cerf, 2011, p. 22. Sur la christianisation voir encore I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., II, p. 357 et note 891, ainsi que Juan Ruiz-de-Medina « Métodos misionales para la evangelización de Corea », A Companhia de Jesus e a Missionação no Oriente, Actas do Colóquio Internacional, Nuno Silva Gonçalves (dir.), Lisbonne, Brotéria, Fundação Oriente, 2000, p. 133-159.

98 Voir le document déjà mentionné, ARSI, Jap/Sin 161 II, fols 302-303 (I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 513-516, annexe 16).

99 I. A. Tavares Mourão, « Notícias do Laos », art. cit., p. 97.

100 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 71v°-73v°. Les présents incluaient des étoffes, des couverts en argent et de l’or en barres.

101 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 73v°.

102 S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit., citant Cardim, Batalhas, op. cit., p. 279.

103 La mission diplomatique de Leria, qui nécessite une recherche approfondie, est étudiée dans ses grandes lignes par J. Ruiz-de-Medina, « La entrada del Evangelio en Camboya en los Siglos 16-18 » Boletín de la Asociación Española de Orientalistas, 27, 1991, p. 275. Se reporter également à Cardim, Batalhas, op. cit., p. 280-282 ; sur la campagne militaire de 1648, voir I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 339.

104 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-13, fol. 647 et 49-V-32, fol. 498 : « […] no tocante a pregação, e promulgação de nossa santa ley (que he o principal que lhe pediamos) a não podia conceder […] » ; S. Akune, « The Society of Jesus », p. 18-19.

105 ARSI, Jap/Sin 64, fol. 291 et BA, Jesuítas na Asia, 49-IV-61, fol. 203.

106 Selon le décompte de I. A. Tavares Mourão, Portugueses, op. cit., p. 315 (Annua de Tun Kim de 1654, BA, Jesuítas na Asia, fol. 582v°), la mission du Tonkin, dirigée alors par Onofre Borges, comptait en 1654 sur la présence de six missionnaires. Ils étaient deux en Cochinchina en 1654 (Ibid., p. 325 et ARSI, Jap/Sin 71, fol. 411v°, Annua de Coccincina de 13 di Juglio 1652 final 19 di Juglio de 1654).

107 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 498 : « […] Com tudo esta dos Laos se não deve largar, como largarão alguas das outras […] ».

108 Sur le voyage de Marini se reporter à BA, Jesuítas na Asia, 49-IV-61, fols 293-297, Principião as noticias do anno de 1654. Annua da Missam de Tunkim, ou Reino de Annam da Provincia de Jappam.

109 Outre nous-mêmes, qui l’avions remarquée il y a une dizaine d’années, elle est signalée par S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit., et par Jorge Manuel Flores, qui en donne une notice dans le catalogue de l’exposition Os Construtores do Oriente Português (Ciclo de Exposições Memórias do Oriente), Porto, Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses,1998, p. 370-371 (n°148). Elle n’est pas mentionnée par I. A. Tavares Mourão.

110 Voir Giovanni Filippo de Marini, Histoire Nouvelle et Curieuse des Royaumes de Tonkin et de Lao (Paris, Clouzier, 1666) ; J. M. Flores, art. cit., p. 371.

111 ARSI, Jap/Sin 88, fols 171-219 (fols 189v°-190), transcrite par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 414-469 (p. 436-437) (annexe 5).

112 ARSI, Jap/Sin 161 II, fols 188-189, lettre de Macao du 20. XII. 1637, transcrite par I. A. Tavares Mourão, Gaspar, op. cit., III, p. 494-495 (annexe 12).

113 Cette datation n’est pas incompatible avec celle de Susumu Akune, puisque cet auteur note (« The Society of Jesus », p. 16, notre 60) que Leria annonça dans sa lettre de 1642 l’intention d’ajouter un croquis du Laos à cette lettre. Jorge Manuel Flores la date de 1665, mais il s’agit en réalité de la date du recueil manuscrit BA, 49-V-32 ; J. M. Flores, art. cit., p. 370.

114 I. Zupanov, « La science et la démonologie. Les missions des jésuites français en Inde (XVIIIe siècle) », Missions d’évangélisation, p. 402.

115 Luís Filipe F. R. Thomaz, « De Malacca a Pegu. 1a Parte. As duas Viagens do Feitor Pero Pais (1512-1515) », De Ceuta A Timor, Lisbonne, Difel, 1994, p. 322, note 79. Le benjoin est aussi mentionné par le grand naturaliste goanais d’adoption Garcia da Orta.

116 L’extraction de la laque naturelle (coccus lacca) fait l’objet du Diálogo 29 des Colóquios dos Simples e Drogas da India de Garcia da Orta. Voir l’édition du Comte de Ficalho, Colóquios dos Simples e Drogas da India, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1895, p. 29-45 et surtout les notes érudites de l’éditeur.

117 Le commerce du benjoin et du musc est déjà signalé par Duarte Barbosa au début du XVIe siècle à propos des marchands de Reinel (en Inde) qui envoyaient leurs navires à Malacca, à Pégou et à Sumatra en vue d’obtenir ces produits : O Livro de Duarte Barbosa (Edição Crítica e Anotada), Maria Augusta da Veiga e Sousa, vol. I, Lisbonne, Ministério da Ciência e da Tecnologia, Instituto de Investigação Científica Tropical, 1996, p. 225.

118 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fols 84-84v° (texte sur le benjoin, la cochenille et le musc) et fol. 85 (croquis du royaume du Laos).

119 La province de Lu est signalée par le jésuite Giovanni Filippo de Marini (1608-1682) : se reporter à S. Akune, « The Society of Jesus », art. cit., note 61.

120 BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 75.

121 Le Laos était nommé « Lanjam » ou « Lanchang » (la forme « Lanchãa » apparaît également) dans les sources portugaises des XVIe et XVIIe siècles.

122 Pour une approche de la reconstruction de l’anthropologie du regard, voir l’introduction de Kirsten Kramer, dans Visualisierung und Kultureller Transfer, Kirsten Kramer et Jens Baumgarten (dir.), Würtzburg, Königshausen und Neumann, 2009, p. 11-28.

123 La question de la sécurité sur les routes est soulignée par le père João Cabral dans BA, Jesuítas na Asia, 49-V-32, fol. 498 : « […] porque como o caminho por ahy esta aberto, e agora com a nova amizade e a licença dos dous Reys mais facilitado. Não sò pode ir os Padres em cafilas de mercadores (que sempre he o caminhar mais comodo seguro) […] ».

124 Selon João de Barros, les six fleuves de la péninsule indochinoise avaient une origine commune dans un seul lac, le « Chiama » ou « Chiamáy ». Cependant il sépare la source du Mékong, qu’il situe dans un lac imaginaire en Chine : « aquele soberbo rio Meçon, cujo nacimento e na regiam da China ». Voir João de Barros, Asia des João de Barros. Primeira Década, Lisbonne, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1988 [1932], livre 9, chap. 1, p. 346 (fol. 109). Ce dernier topos apparaît dans la carte de Chine de Luís Jorge de Barbuda (1575), insérée plus tard dans l’édition de 1584 du Theatrum Orbis Terrarum d’Abraham Ortelius. Une description assez précise du Mékong, de sa profondeur (8, 15 et 20 brasses de profondeur) et de la navigation jusqu’au pays des « Laos or Siões mãos », qui « durait trois mois quand on naviguait contre le courant » est conservée dans le texte de Fr. Gaspar da Cruz. Après avoir séjourné à Lovek, ce dominicain retourna au Portugal où il publia le Tractado das Cousas da China (Évora, 1570). Voir R. M. Loureiro, « The Hydrography », art. cit., p. 138 ; Jacques Népote, « The Portuguese, Cambodia and the Mekong Valley : The Logic of Discovery », dans The Portuguese and the Pacific, Francis A. Dutra et João Camilo dos Santos (dir..), Santa Barbara, Center for Portuguese Studies-University of California, 1995, p. 113-128. Une observation attentive des cartes portugaises du XVIe portant sur la région montre que Leiria suivit le croquis traditionnel de la source chinoise du Mékong. Cependant, Jorge Manuel Flores fait remarquer que la structure du croquis qui nous occupe (les unités politiques sont représentées à partir des méandres du Mékong) présente des affinités avec la cartographie vietnamienne contemporaine, comme le Binh-nam do (cartes de pacifications du Sud) de 1654. Il s’agit d’une piste de recherche qu’il faudra suivre.

125 La cartographie portugaise du XVIe siècle représentant le Japon donne un exemple des régions connues. Voir par exemple le cas de la carte du Japon divulguée par les jésuites dès 1641 dans le livre de Bernardino Ginnaro édité à Naples sous le titre de Savero Orientale. Cette carte de 1641 fut diffusée en 1646 dans l’ouvrage du père Antonio Francisco Cardim, intitulé Fasciculus e Japponicis Floribus (Rome, 1646). Voir José Manuel Garcia, Tesouros da Cartografia Portuguesa, Lisbonne, Edições Inapa, 1997, p. 104-106.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Curiosité et diplomatie : le croquis anonyme du royaume du Laos
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dejanirah Couto, « Curiosités géographiques et missions jésuites en Asie du Sud-est dans la première moitié du XVIIe siècle : La Descripsão do Reyno dos Laos, e dos circumvizinhos a ella », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 23 décembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://episteme.revues.org/333 ; DOI : 10.4000/episteme.333

Haut de page

Auteur

Dejanirah Couto

Dejanirah Couto est Maître de conférences HDR à l’Ecole pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, Paris. Ses recherches portent sur d’abord sur l’Histoire politique, sociale et culturelle du Portugal continental (XIe-XXIe siècles) et de son empire en Asie (XVIe-XXe siècles) (sur les acteurs et techniques de la circulation des savoirs ; translations et transferts culturels ; ainsi que sur les métissages, acculturations, constructions identitaires, conversions religieuses. Elle s’intéresse aussi à l’histoire maritime de la Méditerranée et de l’océan Indien (incluant les pays riverains et les relations internationales), avec en particulier des études sur les villes portuaires et les réseaux marchands, la diplomatie et systèmes d’information (interprétariat, cartographie, cryptographie et réseaux d’espionnage), les techniques de navigation et les transferts de technologie navale ; les Relations luso-ottomanes (Méditerranée et océan Indien [Mer Rouge, golfe Persique, Gujerat, golfe du Bengale]) ; luso-Arabes (Oman, Yémen) et luso - Safavides, XVIe-XVIIe siècles. Enfin, elle s’intéresse asusi à l’histoire comparée des Empires européens en Asie, XVIe-XVIIe siècles. Ses publications principales incluent les ouvrages suivants, qu’elle a codirigés : Atlas historique du golfe Persique (XVIème-XVIIIèrne siècles) / Historical Atlas of the Persian Gulf / Târîhî Halig Fâris (Turnhout : Brepols, 2006), avec Jean-Louis Bacqué-Grammont, Mahmoud Taleghani (coord. Zoltán Biedermann), Revisiting Ormuz. Portuguese Interactions in the Persian Gulf Region in the Early Modern Period (Série Maritime Asia 19) (Wiesbaden : Otto Harrassowitz Verlag, 2008), avec Rui M.Loureiro, Empires Eloignés : L’Europe et le Japon, XVIe-XIXe siècles (Paris : Éd. EFEO, col. Thématique, 2010), avec François Lachaud, Seapower, Technology and Trade: Studies in Turkish Maritime History (Istanbul: Denizler Kitabevi, 2014), avec Feza Günergun et Maria Pia Pedani (éds.). Elle a aussi édité Harp ve Sulh. Avrupa ve Osmanlilar (Istanbul : Kitapyayinevi, 2010).

Dejanirah Couto is Professor of Early Modern Portuguese Overseas History at École Pratique des Hautes Études, Section des sciences historiques et philologiques, Sorbonne, Paris. A member of the French National Research Agency project on the Indian Ocean (ANR/MeDIan), she is also associated researcher of the French Institute of Anatolian Studies in Istanbul (IFEA) of the Ministère des Affaires Etrangères, for which she holds an annual seminar on Ottoman maritime history. She is also the vice-president of the International Association of Maritime Studies (IAMS) founded with Piri Reis University, Istanbul, in 2012. She also runs an annual seminar jointly at the École Française d’Extrême-Orient (Paris, 2008-) and the École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris) (2012-,). She specializes in history of the Portuguese-Ottoman-Arab-Indian relations in the early modern age. She has published widely on cross-cultural history, diplomacy, cartography, maritime warfare, port-cities and merchant networks in the Indian Ocean. She is currently working on three projects involving first the Ottoman presence in India (Gujerat, Deccan and Bijapur Sultanates), in the Bay of Bengal (Gaur) and in Insulindia (Aceh) in the 16th Century; secondly the Portuguese sources of the Kitab-ı Bahriyye of Pîrî Re’îs ; and thirdly the edition of the travels of Giovanni Francesco Gemelli Careri (18th Century) in the Ottoman Empire and Persia. Among her recent publications, she has coedited Atlas historique du golfe Persique (XVIème-XVIIIèrne siècles) / Historical Atlas of the Persian Gulf / Târîhî Halig Fâris (Turnhout : Brepols, 2006), with Jean-Louis Bacqué-Grammont, Mahmoud Taleghani (coord. Zoltán Biedermann), Revisiting Ormuz. Portuguese Interactions in the Persian Gulf Region in the Early Modern Period (Série Maritime Asia 19) (Wiesbaden : Otto Harrassowitz Verlag, 2008), with Rui M.Loureiro, Empires Eloignés : L’Europe et le Japon, XVIe-XIXe siècles (Paris : Éd. EFEO, col. Thématique, 2010), with François Lachaud, Seapower, Technology and Trade: Studies in Turkish Maritime History (Istanbul: Denizler Kitabevi, 2014), with Feza Günergun and Maria Pia Pedani (éds.), and has edited Harp ve Sulh. Avrupa ve Osmanlilar (Istanbul : Kitapyayinevi, 2010).

Haut de page
  • Revues.org