Navigation – Plan du site
I. Newssheets et feuilles volantes : Influences et transferts culturels dans les presses ‎anglaise et française, 1600-1830

Les périodiques anglo-parisiens de la première moitié du XIXe siècle : passeurs de culture et de modèles éditoriaux

Diana Cooper-Richet

Résumés

Dès le début du XIXe siècle, des revues et de magazines littéraires en anglais sont publiés à Paris, plus particulièrement par le libraire-éditeur et homme de presse Giovanni Antonio Galignani, puis par ses fils. Ces publications s’inspirent, tant en ce qui concerne leur format, que leur contenu, du modèle qui voit le jour à Édimbourg en 1802 avec le lancement de The Edinburgh Review, puis à Londres en 1809 de The Quarterly Review. Ils devancent, sur la scène parisienne, dans le domaine de la critique littéraire, des revues telles que La Revue Britannique (1825) et la Revue des Deux-Mondes (1829).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Paul Gerbod, Voyage au pays des mangeurs de grenouilles. La France vue par les Britanniques du (...)

1L’existence d’une importante presse en anglais à Paris, à la fin du XVIIIe siècle et dans les premières décennies du XIXe siècle, aussi surprenante soit-elle, est désormais avérée. Elle témoigne de la présence de visiteurs anglophones en nombre suffisant1 pour s’y abonner, mais également de leur souhait de ne lire pour l’essentiel, dans leur langue maternelle, que des informations en provenance des îles britanniques, bien qu’ayant choisi, pour la plupart d’entre eux, de séjourner en France pour le plaisir et l’attrait que ce pays et sa capitale, sa culture et ses nombreux divertissements, exercent sur eux.

  • 2 Référence est faite ici aux revues emblématiques que sont The Edinburgh Review (1802) et The Quarte (...)

2Cette presse, dont l’étude mériterait d’être approfondie, participe à l’enrichissement des échanges trans-Manche à la fin du XVIIIe et dans les premières décennies du XIXe siècle, en offrant dans ses pages un aperçu de nombreux articles empruntés aux meilleures revues paraissant à Londres et à Édimbourg, notamment. Elle contribue à faire connaître, sur le Continent, la littérature britannique en version originale. Pendant près d’un demi-siècle, ces périodiques sont porteurs de l’essentiel de la production éditoriale anglaise, qui est ainsi très rapidement disponible en France. Elle est, dans le même temps, à l’origine de l’introduction, de ce côté-ci de la Manche, de modèles éditoriaux, tels que les prototypes de la grande revue de critique littéraire et du magazine hebdomadaire, à une époque où, en France, de pareils formats n’existent pas sous cette forme2. Ainsi, en dépit de l’obstacle linguistique, elle est sans doute, à l’origine de transferts culturels et de pratiques journalistiques entre l’Angleterre et la France.

Les périodiques anglo-parisiens

  • 3 Giles Barber, « English Newspapers and Magazines Published in Paris (1814-1850) », The Library, 16. (...)
  • 4 Eugène Hatin, Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, Firmin (...)
  • 5 Diana Cooper-Richet, « Aux marges de l’histoire de la presse nationale : les périodiques en langue (...)
  • 6 Elle ne l’est peut-être pas moins à Londres, comme semble l’indiquer la publication dans cette vill (...)

3Il y a plus d’un demi-siècle, Giles Barber publiait dans la revue The Library une toute première liste des « journaux et magazines anglais publiés à Paris » 3, dressée à partir des annonces parues dans la Bibliographie de la France. Il y soulignait qu’aucun de ces organes n’est mentionné dans la très classique Bibliographie historique et critique de la presse périodique française d’Eugène Hatin4. Ce silence préfigure celui de quasiment tous les spécialistes de la presse pour tout ce qui touche aux organes rédigés dans une langue autre que le français5. Cette liste de plus de trente titres, en comporte un certain nombre dont il est impossible de retrouver la trace matérielle dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Mais la seule référence à leur titre témoigne de la volonté d’un certain nombre de personnes présentes sur le territoire français d’y publier un journal en anglais, parce qu’elles pensent que les conditions s’y prêtent et qu’elles peuvent espérer, tout à la fois diffuser des informations et en tirer un bénéfice financier. Ces tentatives sont parfois restées à l’état d’annonce ou de prospectus. Ce fut par exemple le cas, en 1829, pour The English Journal and General Continental Intelligencer, prévu pour être quotidien, mais pour lequel les promoteurs cherchant des fonds, mettent en vente 200 actions à 1000 francs chacune. Sans doute, n’ont-ils pas trouvé preneur. Cet essai montre, néanmoins, l’importance de l’effervescence éditoriale qui existe sur le marché français de la presse, y compris pour des organes anglophones, entre la Révolution française et la Monarchie de Juillet6. Elle est, à la fois, le fait d’un certain nombre d’hommes de l’imprimé français, mais aussi et surtout des Galignani, père et fils.

  • 7 Voir, sur ce journal, l’article très documenté de Simon Macdonald, « English-language newspapers in (...)
  • 8 Gillet and Co, sont imprimeurs à Paris, rue Notre-Dame des Champs. Un certain T. Gillet est, quant (...)

4Quelques expériences de ce type, très différentes les unes des autres, ont été tentées par des Français. À un moment où l’Assemblée législative mène la guerre en Europe, que la patrie est en danger, le libraire-imprimeur Guéffier, installé quai des Augustins, décide de faire paraître, deux fois par semaine le lundi et le jeudi, sur quatre pages, entre mai et juin 1792, The Paris Mercury and Continental Chronicle7. Seuls huit numéros de ce journal sont mis en vente, à Paris et à Londres chez T. Gillet8. Les livraisons contiennent essentiellement des informations sur les débats qui ont lieu à l’Assemblée Nationale et, plus généralement, en France. Dans la dernière d’entre elles, un article intitulé « Comparative View of the Manners of the French and English » semble, cependant, ouvrir la voie sur une réflexion croisée. Cette feuille d’information n’offre pas d’innovation éditoriale particulière. Elle témoigne néanmoins des liens trans-Manche entre libraires et de leur volonté de tirer profit, voire d’amplifier, le « traffic » culturel entre les deux pays.

  • 9 N° 139.
  • 10 Diana Cooper-Richet, « La redécouverte des éditions aldines au XIXe siècle. Antoine-Augustin Renoua (...)

5Si le journal d’information lancé par Guéffier a été, dans un contexte difficile, de courte durée, celui repris le 13 juin 18309 par le fameux libraire Augustin Renouard10, à la tête de la « French, English and American Library », dite aussi Librairie des Étrangers, 55 rue Neuve Saint-Augustin, au coin de la rue de la Paix, l’est également. Les deux pages folio recto-verso de The London Express and Paris Advertiser (26 janvier-26 juillet 1830) s’arrêtent, en effet, après le numéro 182. Organisées sur quatre colonnes, elles comportent quelques annonces, des nouvelles du Continent et de Grande-Bretagne, des rubriques intitulées « Spirit of the London Press », « Police intelligence », « Commercial intelligence », de la correspondance privée, les taux de change et un court bulletin de nouvelles en français. La production éditoriale britannique n’y occupe quasiment aucune place.

  • 11 Diana Cooper-Richet, « Paris, capitale des polyglottes ? Édition et commercialisation des imprimés (...)
  • 12 Alain Lauzanne, « Les Français à l’heure anglaise : l’anglomanie de Louis XV à Louis-Philippe », Ar (...)

6Au cours de la même période, d’autres libraires tenteront de faire vivre, à Paris, des périodiques en anglais de nature très différente. L’éphémère version bilingue du Petit Courrier des Dames ou nouveau journal des modes, des théâtres et des arts (1822-1868), Fashion as It Flies or The Ladies Little Messenger of Parisian Fashion, mis sur le marché, tous les cinq jours, du 10 octobre au 5 décembre 1823 est un produit éditorial illustré de gravures en couleur. Fashion as flies donne des échos de la mode parisienne et des variétés littéraires. Imprimé à Paris par les fameux libraires orientalistes Dondey-Dupré11, père et fils, il est également disponible à Londres, chez S. et J. Fuller, Temple of Fancy, Rathbone Place. Robertson’s Magazine. Journal grammatical et littéraire de la langue anglaise (octobre 1827-1836), périodique didactique, contient des cours et des méthodes d’apprentissage de l’anglais, des comptes rendus d’ouvrages et des extraits de livres. Il est l’œuvre d’un certain Théodore Lafforgue qui, sous le pseudonyme de Robertson, veut profiter de la vague d’anglomanie12 qui sévit en France dans les années 1820, mais également des développements de la presse périodique pour faire connaître sa méthode. Le seul périodique à s’être aventuré sur un terrain jusque là uniquement occupé par les Galignani, celui de la revue de critique littéraire, est The Paris Monthly Review of British and Continental Literature (1822). Une revue ambitieuse que ces derniers rachètent, en janvier 1823, au bout d’un an et douze livraisons in octavo.

7Ces périodiques en anglais conçus et commercialisés par des Français sont, pour la plupart, éphémères et, en dehors du Paris Monthly, n’introduisent rien de véritablement novateur d’un point de vue éditorial. Ce sont les Galignani, le père Giovanni Antonio fondateur de la maison éponyme, et ses deux fils, qui sont à l’origine de la mise sur le marché français de formules éditoriales innovantes pour la France, c’est-à-dire les revues mensuelles et les hebdomadaires dominicaux de critique littéraire, importatrices de textes puisés dans la presse périodique britannique.

  • 13 D. Cooper-Richet, Galignani, Paris, Galignani, 1999.
  • 14 Danièle Pluvinage, Galignani’s Messenger. An English Newspaper Issued in Paris, mémoire de maîtrise (...)

8Cette famille de libraires-éditeurs investis dans le secteur de la librairie étrangère à Paris13 dès le tournant du XIXe siècle, est à l’initiative du lancement du premier quotidien en anglais, le célèbre Galignani’s Messenger (1814-1895), sur lequel quelques travaux existent14, mais qui mériterait un nouveau regard. Les Galignani sont également les initiateurs, entre 1807 et 1848, de deux revues mensuelles et de trois hebdomadaires. Or, mettre sur le marché parisien, un mensuel de critique littéraire en anglais, en 1807 et un magazine hebdomadaire en 1818, à une époque où aucun support comparable n’existe en français, est très audacieux, mais également commercialement risqué. La première de ces publications, The Monthly Repertory of English literature [] (1807-1818), semble avoir rencontré le succès. Sa longévité en atteste – onze années d’existence – tout comme sa formule éditoriale, empruntée à la presse anglaise, reprise par la suite à peu de choses près pour tous les autres périodiques de cette maison anglo-italienne : Galignani’s Monthly Review and Magazine (1822-1825), Galignani’s Weekly Repertory or Literature Gazette and Journal of Belles Lettres (1818-1821), The Weekly Register (1823-1825) et The London and Paris Observer or Weekly Chronicle of News, Science, Literature and the Fine Arts (1825-1848). Pour les Galignani, il s’agit d’offrir à leurs lecteurs, à côté de leur journal quotidien, le fameux Messenger, un périodique littéraire. Ils hésitent visiblement, à différentes reprises au cours de la première moitié du siècle, sur la périodicité la plus adaptée, faisant ainsi se succéder un mensuel et un magazine dominical, sans pour autant vraiment changer leur programme éditorial. Il est clair, au vu de la chronologie, que les Galignani se rendent compte qu’il n’y a de place, à côté du Messenger, que pour une seule autre publication périodique en anglais. En effet, la publication simultanée d’un mensuel et d’un hebdomadaire ne dure que trois ans de 1823 à 1825. Sur le long terme, c’est le rythme hebdomadaire qui l’emporte avec un total de 30 années de parution pour les 3 titres successifs et seulement 15 ans en ce qui concerne les deux mensuels.

9The Monthly repertory of English literature est donc la première publication périodique lancée par Galignani et son beau-père anglais Parsons, imprimeur, avec lequel il est arrivé à Paris en 1800, après un passage par Londres. C’est l’époque au cours de laquelle leur Libraire Française et Étrangère possède sa propre imprimerie, employant des typographes anglais. Celle-ci ferme ses portes au début des années 1830, au moment où la librairie française traverse une grave crise et où leurs ouvriers britanniques se considérant mal payés, se mettent en grève. Ce mensuel d’une centaine de pages se compose de quelques articles originaux et d’une sélection de textes extraits des meilleurs revues et magazines.

10En 1818, ce mensuel est remplacé par un hebdomadaire de 24 pages in octavo, intitulé Galignani’s Weekly Repertory or Literary Gazette and Journal of Belles Lettres (1818-1821), qui se fixe pour objectif d’apporter, plus rapidement, aux lecteurs une information critique sur la littérature. En février 1821, il change de titre pour devenir Galignani’s Literary Gazette or Sunday Messenger being an Impartial Account of all the Works relative to Literature, Arts, Sciences, History, Biography, Agriculture, Chemistry, Poetry, the Drama, etc..; together with Memoirs of distinguished Persons, Anecdotes, Sketches of Society and Manners, proceedings of literary Societies, philosophical Intelligence […] Forming a most valuable Selection from the most esteemed English Reviews and Magazines.

11En février 1822, les Galignani décident de proposer de nouveau à leurs lecteurs un mensuel, une périodicité abandonnée quatre ans auparavant. Galignani’s Monthly Review and Magazine paraît, donc, tous les 15 du mois sur plus de 100 pages revêtues d’une couverture bleue distinctive. Dès le n° 9 d’octobre 1822, elle reprend à son compte le long sous-titre de l’hebdomadaire précédent, qui a disparu en février 1822, montrant clairement ainsi la filiation entre les deux publications, avant de disparaître en mai 1825 et après avoir, en janvier 1823, absorbé l’ambitieux, et peut-être concurrentiel, Paris Monthly Review of British and Continental Literature (1822-janvier 1823).

12Dans cette succession de périodiques, à vocation littéraire, l’hebdomadaire dominical The Weekly Register (2 novembre 1823 au 29 mai 1825) après un numéro spécimen bien accueilli, a pour but de fournir des informations que le Messenger ne peut pas inclure, faute de place. Cet périodique, qui porte un titre moins littéraire que les autres publications de la maison Galignani, est effectivement d’un autre type, plus proche du quotidien, avec lequel il a sans doute fait doublon, ce qui explique sa courte durée de vie. C’est à partir du 5 juin 1825, date du changement de titre de cet organe, qui devient 23 ans durant The London and Paris Observer, or Weekly Chronicle of News, Science, Literature and the Fine Arts, que les éditeurs semblent avoir trouvé la formule la mieux adaptée au public anglophone parisien. Au bout de plus de 1200 livraisons, cet hebdomadaire disparaît en 1848.

  • 15 D. Cooper-Richet, « Distribution, diffusion et circulation du Galignani’s Messenger (1814-1890), pr (...)

13Quels sont ces lecteurs de périodiques littéraires en anglais publiés à Paris ? Essentiellement, les mêmes que ceux du quotidien Galignani’s Messenger15, c’est-à-dire les Britanniques visitant Paris ou y séjournant pour une période plus ou moins longue. Cette lecture journalière d’un quotidien, dont l’information est internationale et puisée aux meilleures sources journalistiques, explique l’évolution suivie par les périodiques de la Librairie française et étrangère. Pendant la période au cours de laquelle le Monthly Repertory est publié – 1807-1818 – les revues ne traversent la Manche ni rapidement, ni régulièrement. Le Repertory offre, donc, un utile succédané. Par la suite, lorsque leur diffusion devient meilleure, les lecteurs privilégient la formule hebdomadaire, qui leur permet d’avoir le dimanche, de l’information, mais également un panorama critique des ouvrages les plus récemment publiés au Royaume-Uni.

14L’édition ininterrompue à Paris, pendant plus de quatre décennies, de revues et de magazines littéraires en anglais, puisant directement chez les meilleurs de leurs confrères anglais et écossais, s’inspirant du modèle mis au point par les initiateurs de The Edinburgh Review en 1802 et présentant un tableau très complet de la production livresque d’outre-Manche, a-t-elle été à l’origine de transferts éditoriaux de l’Angleterre vers la France ? Ou bien la langue, dans laquelle ils sont écrits, constitue-t-elle une barrière telle que rien n’a filtré, vers la presse française, des innovations dont ils sont les vecteurs ?

« I am but a gatherer… »

  • 16 « a modern invention, in which the French took the lead and were followed first by the English ». T (...)
  • 17 Ibid., p. V.

15Lorsqu’en 1807 Galignani, arrivé de Londres dans la capitale française depuis quelques années, décide d’y publier un périodique en anglais il choisit, pour cette toute première expérience, de lancer une revue littéraire mensuelle. L’homme du livre anglo-italien souligne, dans la « Préface » du premier numéro de The Monthly Repertory, l’importance prise par les revues dans la diffusion des connaissances. Il s’agit, selon lui, d’une « invention moderne, où les Français excellaient, suivis bientôt par les Anglais »16. Il rappelle la nouveauté que représente la publication, en 1665, par Denis de Sallo, dit sieur d’Hédouville, son fondateur, du Journal des Savans à une époque où la distinction entre journal et revue n’est pas encore claire, suivi en 1683, en Angleterre, par celle de Weekly Memorials for the Ingenious. Pour Galignani, depuis cette époque, avec le succès du Gentleman’s Magazine (1731), puis de The Edinburgh Review (1802), les revues sont devenues des produits de première nécessité. Grâce à elles, le public est en mesure de suivre ce qui se publie, ce qu’il faut lire et ce qui est le plus distrayant17.

  • 18 Ibid., VI, p. III.

16En ce début du XIXe siècle, cet homme de presse anglo-italien est conscient de mettre sur le marché français, à un moment où la littérature anglaise connaît un regain d’intérêt, un produit éditorial novateur, dont il n’existe aucun équivalent « on the Continent ». Deux ans plus tard, il se félicite du succès rencontré par sa revue, un mensuel dense. The Monthly Repertory n’a pas uniquement pour but de fournir à ses abonnés des comptes rendus d’ouvrages récemment publiés, il vise également à donner, à un public le plus large possible, aux – « lecteurs éclairés », mais aussi à ceux qui ont des centres d’intérêts plus populaires toute l’information utile dont ils peuvent avoir besoin18.

  • 19 Ibid., XXIV, 1818, p. 52. «Je suis un assembleur et je regroupe des matériaux fournis par d’autres (...)

17Galignani avoue humblement : « I am but a gatherer and a disposer of other men’s stuff »19 ce qui résume, somme toute assez justement, sa carrière professionnelle, de même que celle de ses deux fils. Car, au sein de cet établissement, rare est le travail original qui est produit, tant dans le domaine de l’édition d’ouvrages, que dans celui de la production d’organes de presse. Leurs livres sont presqu’exclusivement des rééditions de volumes publiés en Angleterre, les journaux – y compris, à partir de 1814, le quotidien Galignani’s Messenger – ne sont que des compilations d’articles choisis dans la presse britannique et internationale. Peu coûteuse, la méthode bien appliquée est une assurance de qualité, puisque la petite équipe rédactionnelle familiale n’emprunte qu’aux meilleures sources.

  • 20 Ibid., VI, p. III.
  • 21 Sylvain Cypel, « Cinquante ans de Review », Le Monde, vendredi 8 février 2013, p. 9. 

18The Edinburgh Review, née cinq ans plus tôt dans la capitale écossaise, est l’un des modèles, à côté de celui de The Critical Review et de quelques autres, dont s’inspire Galignani20. Grâce à des articles empruntés à ces périodiques, il promet de rendre sa revue de plus en plus attrayante et de plus en plus représentative des progrès de la littérature et des arts en Grande-Bretagne. Il s’agit, en effet, de littérature, mais au sens large. Car, comme pour le rédacteur de la fameuse New York Review of Books, fondée en 1963, « Littéraire est à comprendre dans un sens strict et large à la fois. L’exigence d’écriture y est primordiale et rien de ce qui est écrit ne lui est étranger : des relations internationales au roman, de l’art aux neurosciences [] »21. Tout comme les rédacteurs des grandes revues britanniques, Galignani veut embrasser toute la production éditoriale de qualité de son temps. En effet, comme le montre le titre complet de The Monthly Repertory of English Literature or an impartial Criticism of all Books relative to Literature, Arts, Sciences, History, Biography, Architecture, Commerce, Chemistry, Physics, Medicine, theatrical Productions, Poems, Novels, etc , le spectre des domaines de la connaissance visés est très large, tout comme celui de la production éditoriale, puisqu’il s’agit de l’ensemble des livres publiés, en Grande-Bretagne, sur ces sujets.

  • 22 Isabelle Kelly, The Secret, Londres, Longman and Co., 1805.
  • 23 Elizabeth Helme , The Pilgrim of the Cross or the Chronicle of Christabelle of Mowbray, an ancient (...)
  • 24 Charlotte Bournon-Malarmé, Can We Doubt it ? History of Two Families of Norwich, Londres, Crosby an (...)
  • 25 Thomas Holcroft, Memoirs of Bryan Perdue, Londres, Longman and Co., 1805.
  • 26 Miss Owensen, The Novice of Saint-Dominick, Londres, R. Philipps, 1806.
  • 27 The Monthly Repertory of English Literature, 30 septembre 1808, p. 212-216.
  • 28 Ibid., décembre 1807-janvier/février/mars 1808.

19Dans le numéro 2 de mai 1807, un certain nombre de romans sont présentés et commentés. The Secret d’Isabella Kelly22 y est sévèrement critiqué. Le compte-rendu de The Pilgrim of the Cross or the Chronicle of Christabelle of Mowbray, an Ancient Legend23 d’Elizabeth Helme est très mitigé, mais il est féroce pour la traduction en français de Can we doubt it ? History of Two Families of Norwich par Charlotte Bournon-Malarmé24. Seuls Thomas Holcroft avec Memoirs of Bryan Perdue25 et Miss Owensen avec the Novice of Saint-Dominick26 trouvent grâce aux yeux des essayistes. The Repertory offre régulièrement, à ses lecteurs, des rétrospectives sur des thèmes tels que « the most celebrated modern novel-writers […] 27 » – Mr Pratt, Miss Porter, Miss Ann Plumbtree, Mrs Parsons, Mrs Radcliffe, Mrs Roche, Mrs Robinson –, ce qui ne l’empêche pas de suivre l’actualité scientifique et technique. La page de titre du volume III est, ainsi, suivie d’une gravure figurant un système de chauffage domestique à la vapeur28. Car les sciences, médicales notamment, sont toujours présentes dans les pages du Repertory.

20La nature de la critique est également précisée dans son titre, comme pour souligner l’importance qu’elle revêt pour sa rédaction. L’école de la critique impartiale, dont se réclame Galignani est nouvellement née, en Écosse, avec l’apparition de The Edinburgh Review. Ses caractéristiques principales sont des articles non signés supposés garantir la liberté de leurs auteurs qui, par ailleurs, ne sont pas rémunérés pour leur travail de rédaction et ne doivent avoir aucun lien avec les maisons d’édition productrices des livres examinés, des articles longs et argumentés, « essays » comprenant fréquemment des extraits des ouvrages commentés et, enfin, des « essayists » réputés pour leur compétence. Ne pouvant assurer ce travail lui-même à Paris, Galignani se contente de reproduire les articles qu’il sélectionne dans les revues qui respectent ces règles.

21En 1814, alors que la Charte proclame la liberté de la presse et la loi du 21 octobre exige pour la création de tout journal une autorisation du Roi, Galignani décide de se lancer dans l’aventure, tout en continuant à publier tous les mois The Monthly Repertory. Dans un premier temps, Galignani’s Messenger ne paraît que deux fois par semaine, puis à partir de 1815, il devient quotidien six jours par semaine, sauf le dimanche. C’est sans doute pour permettre à ses abonnés d’avoir de la lecture le jour du Seigneur que Galignani décide, en 1818, de transformer sa revue mensuelle en magazine dominical. Galignani’s Weekly Repertory or, Literary Gazette and Journal of Belles Lettres reprend en partie le titre de son prédécesseur.

22Il est clair que sur 24 pages, in octavo, cet hebdomadaire suit les lignes éditoriales fixées dès 1807, mais que la rédaction est à la recherche d’une formule à offrir aux abonnés du Messenger qui, le dimanche, se retrouvent dépourvus de lecture. En février 1822, les Galignani sentant, pour la première fois, le vent de la concurrence souffler, avec la mise sur le marché, par un groupe qui se dit formé d’« English Gentlemen » – mais pour lesquels aucun nom n’est donné – épaulés par deux des meilleurs spécialistes de la librairie étrangère parisienne – Théophile Barrois junior et de Mongie senior, d’une revue de haute tenue scientifique, The Paris Monthly Review of British and Continental Literature, ils décident de transformer leur hebdomadaire en mensuel : Galignani’s Monthly Review and Magazine.

  • 29 The Paris Monthly Review, 5, juin 1822, p. 116 et 127.
  • 30 Ibid., XI, décembre 1822, p. 352-356.

23En quoi The Paris and Monthly Review peut-il représenter un danger pour les Galignani ? Tout simplement parce que la démarche de ses promoteurs est en tous points semblables à la leur. En effet, la « Society of English Gentlemen » souligne, elle aussi, les récents et importants développements dans le domaine des publications périodiques en Grande-Bretagne, l’augmentation de la circulation et de la qualité de leurs collaborateurs. Ils citent, eux aussi en exemple, The Edinburgh Review, The Quarterly Review, mais également The Monthly Review, des revues qui contiennent des comptes rendus des publications les plus récentes, des informations scientifiques anglaises et étrangères, ainsi que des textes originaux. Étant donné, écrivent-ils, que ces journaux littéraires mettent un certain temps à arriver sur le Continent, une sélection mensuelle de leur contenu apparaît donc comme pouvant être très utile, d’où l’idée de ce périodique nouveau. Imprimé par le Britannique installé à Paris, Smith, sponsorisé par les libraires spécialisés dans l’édition et la vente d’ouvrages et de journaux en langues étrangères, The Paris Monthly Review, forte de 150 à 200 pages, dit vouloir accorder une attention toute particulière à la littérature française. En vente dans une quarantaine de librairies en France et une trentaine à l’étranger, notamment en Suisse et en Allemagne, la revue fournit des indications sur la programmation théâtrale à Londres et à Paris. Elle est reçue en Italie, pays d’où lui écrivent plusieurs lecteurs29. Elle présente, à différentes reprises, des articles en français et des essays dans lesquels la France et l’Angleterre, les Français et les Anglais, sont mis en parallèle. Il en est ainsi « De l’Angleterre et de la France dans leurs rapports moraux et littéraires », rédigé par un certain G. B. Battur, avocat à la Cour Royale de Paris30. Cette revue, qui emprunte aux meilleures sources périodiques britanniques, est de grande qualité intellectuelle et très informative. Un an plus tard, en février 1823, elle est absorbée par Galignani’s Monthly Review and Magazine qui saisit l’occasion pour mixer les deux titres : Galignani’s Magazine and Paris Monthly Review. Les Galignani dominent alors, complètement, le marché.

24Après le décès du fondateur de la maison en 1822, ses deux fils ont de nouveau recours au levier que constitue pour eux le changement de périodicité. Ils décident de revenir à la parution hebdomadaire dominicale, avec un produit de conception nouvelle, The Weekly Register, qui ne fournit que de l’information et quasiment aucune critique littéraire. En dépit du bon accueil qui semble avoir été réservé au spécimen du 2 novembre 1823, le journal disparaît en mai 1825, au profit de The Paris and London Observer. Si la périodicité est conservée, le contenu constitue un retour à la tradition fixée par The Monthly Repertory, dès 1807.

Ce journal paraîtra tous les dimanches, renfermera les choses les plus intéressantes contenues dans les feuilles hebdomadaires, les revues et les magazines les plus estimés à Londres, ainsi que des extraits de journaux quotidiens, l’analyse très détaillée des ouvrages de littérature, un résumé de toutes les sociétés savantes et littéraires de l’Angleterre, et les articles les plus remarquables sortis de la plume des écrivains qui concourent à la rédaction des meilleurs écrits périodiques anglais.

  • 31 Traduction du Prospectus (sd) de The London and Paris Observer, or Weekly Chronicle of News, Scienc (...)

L’objectif principal que les rédacteurs de cette gazette ont en vue est de tenir constamment les lecteurs français au courant de ce qui se fait et s’écrit de remarquable en Angleterre 31.

25Parmi les périodiques mentionnés par les rédacteurs de The London and Paris Observer comme étant la source du contenu de leur organe, figurent toujours The Edinburgh Review, The Quarterly Review, The Westminster Review, The Monthly Review, Blackwood’s Magazine, Frazer’s Magazine, The Monthly Magazine, The Gentleman’s Magazine, ainsi que des publications étrangères, plus particulièrement américaines, comme The American Quarterly Review ou The North American Review. Cette fois, la formule semble aboutie. L’Observer ne disparaît qu’en 1848. Il correspond, sans aucun doute, aux besoins des lecteurs anglophones du Continent. Ce qui manquait sur le marché c’était, donc, une gazette d’informations générales, mais également littéraires, pour meubler les dimanches sans Messenger.

  • 32 Sur la question de la revue anglaise en tant que modèle éditorial, voir D. Cooper-Richet, « Les gra (...)

26Le rôle joué par Galignani dans la diffusion, en France dès 1807, de l’archétype de la revue de critique littéraire32, tel qu’il est né en Écosse en 1802, est pionnier. Il l’est également dans la présentation en anglais de ce que la production éditoriale, livres et revues, d’outre-Manche propose de meilleur. La réception parisienne de ce modèle et de ce qu’il contient a, un temps, été freinée par la barrière que constitue la langue dans laquelle ces revues sont rédigées. À cet égard, La Revue britannique fait figure d’exception. Dès 1825, à une époque où il n’existe pas encore, à Paris, de revues de critique littéraire, suivant l’exemple des périodiques d’outre-Manche son promoteur, Sébastien-Louis Saulnier, décide d’offrir chaque mois aux Parisiens des traductions en français d’articles sélectionnés dans les magazines anglais les plus réputés. Ce n’est que quatre ans plus tard, en 1829, qu’arrivent enfin sur le marché parisien des revues publiant de la critique littéraire originale en français – la Revue des Deux Mondes et la Revue de Paris (1829-1845) –, comparables à celles lancées, au Royaume-Uni, près de trois décennies auparavant. Le fondateur de cette dernière, l’original Louis-Désiré Véron, déclare d’ailleurs clairement vouloir faire de son mensuel un recueil dans le style anglais.

Haut de page

Notes

1 Voir Paul Gerbod, Voyage au pays des mangeurs de grenouilles. La France vue par les Britanniques du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Albin Michel, 1991 et « Voyageurs et résidents britanniques en France au XIXe siècle. Une approche statistique », Acta Geographica, 5.76, 1988, p. 19-35. Dominique Escribe, « Les Anglais à Nice au XIXe siècle », Actes du colloque de mars 2011 « 250 ans de présence britannique sur la Riviera », Recherches régionales, Alpes maritimes, contrées limitrophes, 197, 2011, https://www.cg06.fr/documents/Import/decouvrir-les-am/recherchesregionales197-04.pdf. Dernière visite 04/09/2014.

2 Référence est faite ici aux revues emblématiques que sont The Edinburgh Review (1802) et The Quarterly Review (1809), des trimestriels de 200 à 300 pages, contenant des articles de 20 à 40 pages, présentant l’essentiel de la production éditoriale britannique du temps, mais également celles d’autres pays comme la France, plus particulièrement. Ces « essays », non signés par leurs auteurs qui, par ailleurs, ne sont pas rémunérés pour leur travail, ont pour but, grâce en partie aux bonnes feuilles des ouvrages présentés, d’être le plus objectifs et le plus universalistes possible dans le choix des sujets traités.

3 Giles Barber, « English Newspapers and Magazines Published in Paris (1814-1850) », The Library, 16.5, 1961, p. 284-286. Ces périodiques sont, pour la plupart, présents dans les collections de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Publiés à Paris, ils ont fait l’objet du dépôt légal.

4 Eugène Hatin, Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, Firmin-Didot frères, fils, 1866.

5 Diana Cooper-Richet, « Aux marges de l’histoire de la presse nationale : les périodiques en langue étrangère publiés en France (XIXe-XXe siècles) », Le Temps des Médias, 16, 2011, p. 173-185.

6 Elle ne l’est peut-être pas moins à Londres, comme semble l’indiquer la publication dans cette ville à partir de juin 1822 du Musée des variétés littéraires, mis sur le marché par Samuel Leigh, libraire-éditeur sur le Strand. Il est également disponible dans les succursales londoniennes de Treuttel et Würtz, de Dulau, de Boosey et de Bossange, ainsi qu’à Paris. La revue comporte, chaque mois, 45 à 50 pages. Cinq volumes de cette revue ont vu le jour, le dernier est en date du 1824. Chaque livraison mensuelle se compose d’une « Biographie », de « Mélanges », de « Poésie » et de « Notices scientifiques et littéraires ». Ces rubriques ne s’intéressent qu’aux œuvres et aux auteurs français. Le tout est à destination de « l’homme du monde ».

7 Voir, sur ce journal, l’article très documenté de Simon Macdonald, « English-language newspapers in Revolutionary France », Journal for Eighteenth-Century Studies, Vol. 36.1, 2013, p. 17-33 et sa version française dans le présent volume.

8 Gillet and Co, sont imprimeurs à Paris, rue Notre-Dame des Champs. Un certain T. Gillet est, quant à lui, installé Salisbury Square, à Londres. Cette connexion, sans doute familiale, explique peut-être la raison pour laquelle ce journal est mis en vente, au même moment, dans les deux capitales.

9 N° 139.

10 Diana Cooper-Richet, « La redécouverte des éditions aldines au XIXe siècle. Antoine-Augustin Renouard, bibliophile, collectionneur et passeur culturel », dans The Renaissance in the Nineteenth Century/Le XIXe siècle renaissant, Yannick Portebois et Nicholas Terpstra (dir.), Toronto, Center for Reformation and Renaissance Studies, 2003, p. 179-197.

11 Diana Cooper-Richet, « Paris, capitale des polyglottes ? Édition et commercialisation des imprimés en langues étrangères sous la Restauration. », Repenser la Restauration, Jean-Yves Mollier, Martine Reid et Jean-Claude Yon, (dir.), Paris, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 197-209.

12 Alain Lauzanne, « Les Français à l’heure anglaise : l’anglomanie de Louis XV à Louis-Philippe », Arob@se. Journal des Lettres et Sciences Humaines, Université de Rouen, 3, 1999, p. 1-14. M. Moreau, Souvenirs du Théâtre anglais à Paris, Paris, H. Gauguin, Lambert, Testu, 1827.

13 D. Cooper-Richet, Galignani, Paris, Galignani, 1999.

14 Danièle Pluvinage, Galignani’s Messenger. An English Newspaper Issued in Paris, mémoire de maîtrise, Prof. Nordman, (dir.) Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Paris, 1968 et Nicolas Bénard-Dastarac, Le Galignani’s Messenger. Naissance et évolution d’un quotidien anglais à Paris (1814-1852), mémoire de maîtrise, Diana Cooper-Richet et Jean-Yves Mollier (dir.), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 1999.

15 D. Cooper-Richet, « Distribution, diffusion et circulation du Galignani’s Messenger (1814-1890), premier quotidien parisien en anglais », La Distribution et la diffusion de la presse du XVIIIe siècle au 3e millénaire, Gilles Feyel (dir.), Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2002, p. 121-139.

16 « a modern invention, in which the French took the lead and were followed first by the English ». The Monthly Repertory, I, p. III, 1807.

17 Ibid., p. V.

18 Ibid., VI, p. III.

19 Ibid., XXIV, 1818, p. 52. «Je suis un assembleur et je regroupe des matériaux fournis par d’autres hommes. »

20 Ibid., VI, p. III.

21 Sylvain Cypel, « Cinquante ans de Review », Le Monde, vendredi 8 février 2013, p. 9. 

22 Isabelle Kelly, The Secret, Londres, Longman and Co., 1805.

23 Elizabeth Helme , The Pilgrim of the Cross or the Chronicle of Christabelle of Mowbray, an ancient Legend, Londres, P. Norbury, 1805.

24 Charlotte Bournon-Malarmé, Can We Doubt it ? History of Two Families of Norwich, Londres, Crosby and Co., 1805.

25 Thomas Holcroft, Memoirs of Bryan Perdue, Londres, Longman and Co., 1805.

26 Miss Owensen, The Novice of Saint-Dominick, Londres, R. Philipps, 1806.

27 The Monthly Repertory of English Literature, 30 septembre 1808, p. 212-216.

28 Ibid., décembre 1807-janvier/février/mars 1808.

29 The Paris Monthly Review, 5, juin 1822, p. 116 et 127.

30 Ibid., XI, décembre 1822, p. 352-356.

31 Traduction du Prospectus (sd) de The London and Paris Observer, or Weekly Chronicle of News, Science, Literature and the Fine Arts.

32 Sur la question de la revue anglaise en tant que modèle éditorial, voir D. Cooper-Richet, « Les grandes revues britanniques du XIXe siècle, un modèle matriciel ? », dans L'Europe des revues (1860-1930) II: réseaux et circulations des modèles, Evanghelia Stead et Hélène Védrine (dir.), Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne (PUPS), coll. « Histoire de l'imprimé », à paraître en 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diana Cooper-Richet, « Les périodiques anglo-parisiens de la première moitié du XIXe siècle : passeurs de culture et de modèles éditoriaux », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://episteme.revues.org/317 ; DOI : 10.4000/episteme.317

Haut de page

Auteur

Diana Cooper-Richet

Diana Cooper-Richet est chercheuse au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle a dirigé les publications suivantes : Diana Cooper-Richet et Michel Rapoport (dir.), Nos meilleurs ennemis. Les relations culturelles franco-britanniques revisitées (XIXe-XXe siècles) (Atlande, 2014) et « La presse en langue étrangère », dans La Civilisation du Journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Eve Thérenty, Alain Vaillant (dir.) (Nouveau Monde éditions, 2011). Elle est l’auteur de nombreux articles dont les plus récents sont : « Diffusion du modèle victorien à travers le monde. Le rôle de la presse en anglais publiée en France au XIXe siècle », dans Presse, nations et mondialisation au XIXe siècle, Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant (dir.), (Nouveau Monde éditions, 2010) ; « Des journaux parisiens à l’enseigne des deux capitales : écriture et rivalité (1802-1848) », Paris et Londres, capitales du XIXe siècle / Paris and London, Capitals of the Nineteenth Century, Dana Arnold, Tore Rem et Helle Waahlberg (dir.) Synergies Royaume-Uni et Irlande, 3, 2010 ; « Paris, carrefour des langues et des cultures : édition, presse et librairie étrangères à Paris au XIXe siècle », Histoire et civilisation du livre, revue internationale, 5, 2009.

Haut de page
  • Revues.org