Navigation – Plan du site
I. Newssheets et feuilles volantes : Influences et transferts culturels dans les presses ‎anglaise et française, 1600-1830

Les journaux anglophones sous la Révolution française

Simon Macdonald
Traduction de Laurent Turcot

Résumés

Cet article s’attache à étudier les journaux anglophones écrits et publiés en France à l’époque révolutionnaire qui sont, pour la grande majorité, destinés à l’exportation en Grande-Bretagne. Ces périodiques, avec en tête le Paris Mercury (1792), cherchent à tirer profit de l’intérêt des Britanniques pour les récents événements d’outre-Manche, ces journaux ayant même la priorité et l’exclusivité de ces informations sur la presse nationale britannique. La liberté de la presse nouvellement instituée en France va même amener certains à dire que les journaux extraterritoriaux sont de meilleure qualité, surtout en ce qui a trait au contenu éditorial. Nous entendons ici retracer l’histoire de la publication de ces journaux, déterminer leurs auteurs, analyser leur contenu, s’interroger sur leur raison d’être commerciales et politiques et, enfin, les raisons de leurs échecs.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le présent article est à l’origine une communication présentée en anglais à la journée d’étude sur les transferts culturels et la presse organisée en 2012 par le centre de recherches CREA XVIII de l’Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle. L’auteur l’ayant publiée sous le titre « English Language Newspapers in Revolutionary France », dans Journal for Eighteenth-Century Studies, 36, 2013, p. 17-33, nous en proposons, avec l’autorisation de l’auteur et de la revue britannique, une version en français. La traduction est de Laurent Turcot.

Texte intégral

  • 1 Jeremy D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution: Jean Luzac’s « Gazette de Leyde », It (...)
  • 2 Hannah Barker, Newspapers, Politics and Public Opinion in Late Eighteenth-Century England, Oxford, (...)
  • 3 « The Thunderer » in the Making, p. 42-43, 63; Arthur Aspinall, Politics and the Press: c.1780-1850 (...)

1La Révolution française va stimuler la demande en Grande-Bretagne de reportages sur les événements d’outre-Manche. Alors que peu de Britanniques ont l’occasion de se rendre en France, nombreux sont ceux qui s’informent à l’aide des rapports qui leur parviennent de l’étranger. Les périodiques sont des vecteurs essentiels de l’information et les événements qui se déroulent en France deviennent un élément central de la presse britannique. Les comptes rendus qui s’y retrouvent font rapidement place à toute une série de produits culturels. Avec un marché dont la priorité est de donner les nouvelles les plus complètes et les plus fraîches, une variété très grande d’éditeurs et de journalistes va s’efforcer d’offrir les informations les plus complètes possible. Avant la Révolution française, les journaux londoniens n’accordaient pas un grand intérêt aux nouvelles étrangères1. Plutôt qu’employer des correspondants étrangers, on préférait réutiliser les informations contenues dans les gazettes étrangères, parfois complétées par des informations provenant directement des gouvernements2. Cette manière de faire va changer complètement après 1789 avec des journaux britanniques qui améliorent leur collecte de données à Paris et au-delà ; du moins c’est ce qu’on prétend3.

  • 4 Oscar Browning (dir.), Despatches from Paris, 1784-1790, 2 vol. , Camden 3rd ser., 16, 19, Londres, (...)
  • 5 Jeremy D. Popkin, Revolutionary News: The Press in France, 1789-1799, Durham, North Carolina, Duke (...)
  • 6 Hans-Jürgen Lüsebrink et Jeremy D. Popkin, « Some Paradoxes of the Eighteenth-Century Periodical  (...)

2Pendant ce temps, en France, la Révolution transforme la manière dont les presses sont gérées et organisées. Ainsi que le rapporte l’ambassadeur britannique peu après la prise de la Bastille : « la liberté de la presse semble à présent n’avoir aucune limite »4. L’abrogation de la censure gouvernementale va rendre plus facile la publication de journaux et les coûts de démarrage des presses semblent avoir diminué de manière spectaculaire. Le magnat de la presse Charles-Joseph Panckoucke remarque en 1790 que la création d’un journal est plus facile à Paris que dans le marché plus établi de Londres5. Avec une augmentation rapide et massive du nombre de titres de journaux, Paris détrône Londres comme centre de la presse européenne6.

3Dans le contexte d’une demande soutenue de la part du public britannique de nouvelles fréquentes de la France, mais également des libertés de la presse récemment décrétées en France, plusieurs tentatives seront faites pour contourner la presse londonienne afin de donner des nouvelles directement du lieu où se déroule la Révolution, et ce sont des journaux anglophones, basés à Paris, destinés à être exportés et lus par les lecteurs en Grande-Bretagne qui vont occuper ce créneau. L’exemple le plus abouti de ce type d’entreprise, et qui sera le cœur du présent article, est le Paris Mercury; and Continental Chronicle, dont la durée de vie s’étend du printemps 1792 à l’automne de la même année (image 1). Au début de l’année 1792, La France est un royaume encore en paix, et les circonstances politiques intérieures permettent de croire à un compromis constitutionnel. Cependant, la situation politique française va rapidement dégénérer en violence, bientôt suivie par la chute de la Monarchie en août 1792 et les massacres de Paris en septembre. Pendant ce temps, l’échiquier international a grandement évolué avec l’entrée en guerre de la France contre différents États européens.

Paris Mercury; and Continental Chronicle

Paris Mercury; and Continental Chronicle
  • 7 The World (21 avril 1792); Morning Chronicle (23 avril 1792); The Star (25 avril 1792); The World ((...)

4Le Paris Mercury avait le projet ambitieux d’enjamber la Manche. Journal bihebdomadaire de quatre pages in-folio, il était imprimé à Paris et pouvait aussi être acheté dans la capitale française. Mais la grande majorité des exemplaires était destinée à être mise en circulation en Grande-Bretagne, où se trouvait la plupart des revendeurs. La publicité annonçant sa parution en avril 1792 se retrouve dans plusieurs journaux londoniens7. Dans ces textes, on peut lire que le Paris Mercury est sous la responsabilité de « plusieurs gentilshommes anglais respectables à Paris » et on y promet que le contenu sera dédié essentiellement à « l’ensemble des nouvelles du continent, qui sont particulièrement intéressantes en ce moment, qui seront transmises de manière beaucoup plus complète et plus copieuses que ce qui a été offert jusqu’ici au lecteur anglais ». Aucun journal britannique n’avait les ressources journalistiques sur le terrain de la capitale française pour se mesurer au Paris Mercury, qu’il s’agisse du volume d’informations ou de l’authenticité de celles-ci.

5Parce qu’il était imprimé en anglais à Paris, puis envoyé directement à Londres avec les mêmes informations qu’utilisait la presse londonienne, le Paris Mercury était, en principe, en mesure d’offrir aux lecteurs britanniques des nouvelles de la capitale française provenant directement des bateaux de la poste, volant ainsi l’exclusivité aux journaux britanniques qui étaient condamnés à se servir des rapports déjà connus, donc dépassés et moins vendables. Cette stratégie avouée préside à toute l’entreprise de la construction du Paris Mercury. La poste arrivant de France deux fois par semaine, il convenait alors de faire imprimer le journal à la même fréquence. On soutient alors aux abonnés en Grande-Bretagne que « le jour où arriverait la poste française; ils [les abonnés] auraient reçu, bien sûr, les renseignements un ou deux jours plus tôt qu’ils ne le pourraient faire par l’entremise des journaux de Londres ».

6Ces renseignements qui provenaient de Paris, dépassaient largement les affaires intérieures de la France révolutionnaire, allant même jusqu’à donner une image de tout le continent. Les premières publicités pour le futur Paris Mercury parurent à Londres peu de temps après la déclaration de guerre de la France contre l’Autriche et quand le premier numéro parut, la Prusse s’était également engagée dans le conflit ; les guerres révolutionnaires vont alors augmenter l’intérêt journalistique du projet. Dans le premier numéro, on peut lire dans un éditorial : « où mieux qu’à Paris, la capitale de ce peuple généreux, qui combat maintenant dans une bataille pour la liberté, et se défend contre les conspirations des despotes et des esclaves de la cause de la race humaine, un spectateur peut-il établir son poste d’observation? »

7En plus de dépasser ses concurrents sur des pratiques comme la rapidité de l’information venant de Paris, on affirme que le Paris Mercury sera libre de toute ingérence politique parce qu’éloigné de la corruption qui entache la presse londonienne :

  • 8 Paris Mercury (28 juin [i.e. mai] 1792). Dans la date de publication du premier numéro du journal, (...)

Trop longtemps les mercenaires des abus anciens ont obscurci, par leur art, le soleil levant de la liberté, trop longtemps les merveilleux progrès de la Révolution française ont été transmis de manière fausse et déformée par les imprimés anglais. Nous sauver des mauvaises interprétations les plus appliquées de ce peuple patriote, et pour fournir à nos compatriotes un compte rendu précis et franc des affaires les plus importantes en France, voilà la tâche que nous menons – une tâche qui, fidèlement remplie, ne peut manquer d’être encouragée par le public8.

8En agissant de la sorte, les commanditaires du journal cherchent à faire avancer et profiter de la rhétorique associée à la presse qui se développe alors en France, ce qui a pour effet, avec la fin de la censure gouvernementale, de faire que les journaux de Paris soient à l’avant-garde de la liberté de la presse, dépassant et supplantant les grands centres médiatiques étrangers tels que Londres. Dans ce contexte, en renversant les modèles existants, le public britannique peut être informé diligemment par une presse plus libre à Paris. Si une telle publicité a ainsi offert une base commerciale suffisante pour intéresser les bailleurs de fonds du Paris Mercury, il restait alors à voir jusqu’à quel point les lecteurs des journaux en Grande-Bretagne allaient emboîter le pas et suivre ce récit.

  • 9 Voir Emma Vincent Macleod, « British Attitudes to the French Revolution », Historical Journal 50.3, (...)
  • 10 David V. Erdman, Commerce des Lumières: John Oswald and the British in Paris, 1790 -1793, Columbia, (...)
  • 11 Albert Mathiez, La Révolution et les étrangers : Cosmopolitisme et défense nationale, Paris, La Ren (...)

9Examiner l’histoire de ce journal, en conséquence, permet une meilleure compréhension des dynamiques changeantes qui animent les transferts franco-britanniques sur le marché des médias à cette époque, mais aussi les stratégies rhétoriques et les occasions d’affaires qui créent de nouvelles conditions favorisant ces entreprises. De manière plus générale, cette étude s’insère également dans une historiographie sur les réactions des Britanniques face à la Révolution française9. Depuis quelques années, une littérature foisonnante a émergé dans ce domaine, mais peu de recherches ont été entreprises sur la présence britannique dans le cœur du Paris révolutionnaire. Les quelques recherches menées en ce sens ont surtout été conduites par des littéraires plutôt que des historiens10. Même si le Paris Mercury a été mentionné en passant par l’éminent historien français Albert Mathiez, dès 1918, jusqu’à présent le journal n’a jamais été étudié d’une manière approfondie11. Comme on le verra, la production de plusieurs journaux anglophones imprimés à Paris entre 1789 et 1792, dont le Paris Mercury est le parangon, a été associée à une communauté anglophone expatriée. Le présent article vise donc à la fois à révéler et à remédier aux manques de l’historiographie dans ce domaine.

10Cet article se divise en trois parties: la première s’attache au contenu des numéros du Paris Mercury qui ont survécu, afin de reconstruire, dans la mesure du possible, l’histoire de sa publication et de ses antécédents ; la deuxième partie touche à la logique politique et commerciale de la création d’un journal de langue anglaise dans le Paris révolutionnaire, logique qui s’articule sur le modèle inverse, propre à l’Ancien Régime, offert par le Courrier de l’Europe produit à Londres ; et enfin, dans la troisième partie, sont examinés les raisons pour lesquelles le Paris Mercury a échoué. On soutient ici que, bien que le concept d’un journal anglophone rapportant les nouvelles des événements de Paris à Londres soit ambitieux, il existait un marché potentiel pour ce type de produit. Néanmoins, si le fait de prendre des nouvelles directement de Paris était la marque de commerce du Paris Mercury, ce modèle d’entreprise spéculative a rendu le journal otage des changements de fortune de la Révolution elle-même. En fin de compte, cependant, quelle que soit l’importance de la demande des lecteurs-en-devenir, le Paris Mercury a peut être été gêné par la structure interne du marché de la presse britannique et notamment par la collusion existant entre les agents de la poste et les éditeurs de journaux pour barrer la route aux concurrents étrangers.

  • 12 Trois numéros du Paris Mercury se trouvent à la Bibliothèque Nationale de France [BNF], cote FOL-LC(...)
  • 13 Ibid. (14-18 juin 1792).

11Si seuls quelques numéros du Paris Mercury ont pu être retrouvés, ceux-ci ont été suffisants pour comprendre les caractéristiques principales de l’œuvre12. Au cœur des colonnes du journal se retrouvent de grandes sections entièrement dévolues aux hauts faits de la politique française, et plus spécifiquement à l’Assemblée Législative et, ensuite, à la Convention Nationale. Les informations de ces comptes rendus sont spécifiquement sélectionnées en fonction des lecteurs d’outre-Manche13. Dans le premier numéro, on signale que le Paris Mercury sera le « thermomètre de l’opinion politique » parisienne. En ce qui concerne l’évolution politique qui se produit, il devient évident que la ligne éditoriale met à mal la position de la Grande-Bretagne:

  • 14 Ibid. (28 juin [i.e. mai] 1792).

Les informations continentales rempliront en grande partie The Paris Mercury : mais nous devrons parfois tourner notre attention vers ce qui se passe en Grande-Bretagne. Dans ce pays, une agitation politique commence à se faire sentir qui, depuis Charles I, n’a pas été à l’avant-plan des discussions. Que les abus du gouvernement nécessitent des réformes, tous s’entendent là-dessus14.

  • 15 John Oswald (voir ci-dessous) a assisté à cette discussion aux Jacobins : voir François-Alphonse Au (...)
  • 16 Paris Mercury (31 mai-4 juin 1792).

12Dans ce même numéro inaugural, les sympathies politiques du journal sont mises en évidence, notamment par les rapports substantiels et emphatiques des séances du Club des Jacobins et par la description de la lecture d’une lettre, lors d’une de ces séances, envoyée par la radicale Society for Constitutional Information de Londres15. Une semaine plus tard, un compte rendu favorable des ouvrages d’Anacharsis Cloots amène des discussions sur la proposition selon laquelle on doit se donner les moyens « d’établir la liberté et le bonheur de la race humaine sur des fondations solides » sur l’idée de « se fondre dans une masse homogène de différentes composantes nationales ». Plus provocante encore est la citation de Cloots qui, sans être critiquée, souligne que « nous n’aurions jamais aucun démêlé sanglant avec Londres et la Haye, si la France s’étendoit aussi loin au Nord de Paris qu’au Midi de Paris »16.

  • 17 Ibid. (11-14 juin 1792). Ce sonnet, avec la phrase d’ouverture « Full many a conflict hath my breas (...)
  • 18 Archives Nationales [AN], AF III/517/227. Ce mémoire n’est pas signé mais il contient des référence (...)
  • 19 Quand Elizabeth, comtesse de Sutherland, la femme de l’ambassadeur, accoucha d’un fils, le journal (...)

13Aucune des contributions du Paris Mercury ne semble avoir été signée, mais avec un peu de travail, il est possible d’identifier quelques résidents britanniques à Paris. Un sonnet qui apparaît dans un des numéros du journal a été réimprimé plusieurs années après sous le nom de Benjamin Beresford, un pasteur anglican et écrivain expatrié17. L’implication de Beresford dans le Paris Mercury est confirmée par une note écrite par le gouvernement du Directoire en 1796-1797 : « Un Ministre Anglican, nommé Beresford, qui a été le coopérateur d’une feuille Anglaise qui s’imprimait à Paris en 1792, n’avait pas d’autre existence, lorsque sa feuille fut tombée, que les bienfaits du Lord Gower et de Mr. Fitz-Gerald »18. Le comte Gower mentionné ici, l’ambassadeur britannique, avait été en fait rappelé de Paris avant la disparition du Paris Mercury. Cependant, même si on exagère les liens entre Beresford et Gower, cette archive souligne néanmoins que le Paris Mercury a été remarqué par des observateurs français et était connu de l’ambassade britannique19. La référence à « Fitz-Gerald », selon toute évidence Lord Edward Fitzgerald, très admiratif de la Révolution, donne quelques indications sur le réseau d’expatriés à Paris avec lequel Beresford était associé.

  • 20 Ibid. (31 mai-4 juin 1792). Voir Jean-Marie Collot d’Herbois, The Spirit of the French Constitution (...)
  • 21 Ibid. (14-18 juin 1792).
  • 22 Lawrence E. Klein, « Politeness for Plebes: Consumption and Social Identity in Early 18th-Century E (...)

14Les autres numéros du Paris Mercury mettent en vedette des traductions anglaises de l’Almanach du père Gérard de Collot d’Herbois. Ce texte avait déjà été traduit à Londres en 1791, et son traducteur, l’Écossais radical et publiciste John Oswald était en France au même moment et peut-être a-t-il été impliqué dans le Paris Mercury20. Le journal proposait également des contributions soi-disant non sollicitées de la part des lecteurs, avec notamment des articles sur les « Finances de la France et de la Grande-Bretagne » et sur les « Changements dans le caractère national français »21. Quel que soit leur auteur véritable, ces textes suggèrent l’existence d’un lectorat cosmopolite, éclairé et largement étendu, et cela va dans le sens de l’image des échanges, de l’engagement et d’imitation outre-Manche que le journal entend promouvoir. D’ailleurs, le titre du Paris Mercury peut en partie avoir été choisi pour cette raison, car Mercure est à la fois le gardien des frontières et le symbole du commerce et de l’éloquence22.

  • 23 Paris Mercury (11-14 juin 1792) ; Ibid. (18-21 juin 1792).

15Les stratégies commerciales transnationales du Paris Mercury peuvent être reconstruites en partie grâce aux publicités et aux numéros retrouvés dans les archives. Le bureau éditorial et les presses sont situés à « Gillet and Co. No. 1412, Rue Notre Dame des Champs » ; l’imprimeur-libraire Gueffier, installé au Quai des Augustins, est aussi impliqué dans le processus de publication. En plus des revendeurs à Paris, le journal est disponible à Londres chez T. Gillet à Smithfield, James Ridgway à St-James’s, John Owen sur Piccadilly et Thomas Axtell au Royal Exchange. À partir du sixième numéro, un nouveau revendeur apparaît, Robert Hall Westley avec son « Newspaper Office » dans le Strand, tandis qu’à partir du huitième numéro une notice signale qu’on peut se procurer le journal chez « tous les News-carriers en ville et en campagne »23. Les abonnements annuels sont au coût de 2 guinées à Londres et 42 livres à Paris, mais c’est la livre sterling qui est choisie comme la seule monnaie pour se procurer un numéro, au prix de 5 pence, confirmant ici que le lectorat visé et attendu est plutôt celui de la Grande-Bretagne.

  • 24 Ian Maxted, The London Book Trade, 1775-1800: A Preliminary Checklist of Members, Folkestone, Dawso (...)
  • 25 I. Maxted, op. cit., p. 7, 28, 243; Simon Burrows, French Exile Journalism and European Politics, 1 (...)
  • 26 I. Maxted, op. cit, p. 167; John Barrell, Imagining the King’s Death: Figurative Treason, Fantasies (...)

16Ce réseau de distribution signifie que dès son lancement le Paris Mercury est en relation avec toute une série d’imprimeurs et de revendeurs de livres à Londres dont les activités sont largement tournées vers l’actualité et les débats politiques. Ces entreprises sont d’ailleurs situées dans les différents centres économiques, administratifs et les différents quartiers à la mode de la ville et servent ainsi une clientèle très large et diverse. Certains de ces revendeurs sont reconnus pour leurs positions politiques radicales et leur intérêt pour la France s’explique aisément : par exemple, Ridgway a été emprisonné pour avoir vendu des libelles, notamment la seconde partie de Rights of Man de Thomas Paine24. Westley a été l’imprimeur entre 1790 et 1791 du Morning Chronicle, journal d’opposition ; tandis qu’Axtell, de son côté, est reconnu pour être un revendeur de journaux internationaux25. Les presses d’Owen semblaient avoir été établies depuis peu, sa trajectoire politique était visiblement anti-radicale26.

  • 27 Paris Mercury (28 juin [i.e. mai] 1792). Cette explication apparaît également dans les publicités a (...)
  • 28 John Oswald, Review of the Constitution of Great-Britain, Paris, printed at the English Press by Gi (...)

17Pourtant, le personnage central du journal est sans aucun doute « Gillet ». À partir du septième numéro, un nouvel en-tête est ajouté sur la première page sur laquelle on peut lire : « Imprimé à PARIS par GILLET ET Co. ». Le Paris Mercury semble être une des premières productions des presses de Gillet à Paris, et une annonce de la rédaction attribue la parution tardive de la première édition aux différentes réquisitions de la part de « l’armée sous le commandement de La Fayette » qui a été la cause de « rétention imprévue du matériel d’impression à Rouen » ; cette explication sert à mettre en évidence l’actualité du journal et son implication intime dans les événements révolutionnaires27. Pourtant, si la production du journal est sa principale activité, Gillet a également d’autres projets. Notamment, des exemplaires ont survécu de la « troisième édition, avec des ajouts considérables », d’un pamphlet de John Oswald, Review of the Constitution of Great-Britain, un ouvrage d’une soixantaine de pages daté de 1792 et sur lequel on peut lire : « Paris: printed at the English Press by Gillet and Co. rue Notre-Dame-des-Champs, No. 1412 »28.

  • 29 Jefferson Looney et al. (dir.), The Papers of Thomas Jefferson: Retirement Series, 6 vol, Princeton (...)
  • 30 The Universal British Directory of Trade and Commerce, Londres: printed for the patentees and sold (...)
  • 31 [Thomas Archard], Suppression of the French Nobility Vindicated, in an Essay on their Origin, and Q (...)

18Ce n’est apparemment pas un hasard si « T. Gillet » de Smithfield arrive en tête de la liste des revendeurs du journal à Londres, car ses presses parisiennes semblent être une antenne de son entreprise à Londres. D’autres sources révèlent que le nom complet de l’imprimeur est Thomas Gillet29. Son entreprise à Londres était établie peu avant son pendant parisien. Il a d’ailleurs été inscrit dès 1790 dans un annuaire de commerce et les premières productions avec la mention « T. Gillet » datent de 179130. Plusieurs ouvrages imprimés au cours de 1792 suggèrent des liens avec des cercles politiques réformistes des deux côtés de la Manche : Suppression of the French Nobility Vindicated, écrit par Thomas Archard, pasteur anglican installé à Paris, et A Letter to the Right Honourable William Pitt, on his Apostacy from the Cause of Parliamentary Reform de James Mackintosh31.

  • 32 La tâche d’établir la biographie de Gillet est compliquée par l’existence d’un contemporain nommé T (...)
  • 33 Lettre de R. Taylor [à un correspondant inconnu], 12 octobre 1792, Paris, Archives des Affaires Étr (...)
  • 34 Magazine of Paris (8-11 octobre 1792). Le prix, la périodicité et l’adresse de publication restaien (...)

19Alors que l’entreprise de Gillet en 1792 semble avoir eu comme objectif une production qui touche les deux côtés de la Manche, les déplacements personnels de Gillet restent flous32. Cependant, si Gillet est la figure de proue des imprimeurs du Paris Mercury, sa direction éditoriale semble avoir été dans d’autres mains. Si on se détourne du versant public du journal pour considérer les documents d’archives une image plus complète se dessine. En octobre 1792, un homme signant « R. Taylor » écrit aux autorités françaises en se présentant comme le directeur du Paris Mercury et des presses anglophones à Paris auxquelles le journal est associé33. Demandant que sa lettre soit portée à l’attention du ministre des Affaires étrangères, Taylor déclare qu’il a soutenu financièrement le journal pendant six mois, mais qu’il se trouve aujourd’hui dans l’obligation de demander un financement du gouvernement français. Il déclare également qu’il a déjà demandé, le 25 septembre, l’aide du ministre de l’Intérieur, Jean-Marie Roland, mais qu’il n’a reçu aucune réponse. La démarche trahit sans doute une situation économique difficile, mais Taylor avait décidé de relancer le Paris Mercury dans un format plus modeste, en in-octavo. Le projet devait prendre le nom de Magazine of Paris, or Gazette of the Republic of France. Ci-devant the Paris Mercury, et Taylor prend soin de joindre une copie du premier numéro dans sa lettre34.

20Taylor affirme que le Paris Mercury s’était attelé à la tâche de présenter la Révolution française sous un jour favorable aux lecteurs d’outre-Manche, corrigeant ce qu’il décrivait comme des fausses nouvelles colportées par la presse britannique. Il avance l’idée qu’avec le financement français, il pourrait faire circuler près de deux mille exemplaires de son journal hebdomadaire en Grande-Bretagne et en Irlande, ce qui voudrait dire près d’un millier de copies pour chaque numéro du bihebdomadaire. Sans aide, il semblerait que la diffusion ait été inférieure à ce niveau.

  • 35 Morning Chronicle (3 novembre 1792).
  • 36 Voir S. Burrows, French Exile Journalism and European Politics, p. 96.
  • 37 Charles Popham Miles (dir.), The Correspondence of William Augustus Miles on the French Revolution, (...)
  • 38 « Papier Nouvelle ou Gazette en faveur de l’humanité à Londres », mémoire non signé, daté du 20 sep (...)

21Il est impossible de connaitre la manière dont a été reçue la demande de Taylor. Certes, l’échantillon qu’il a fourni du Magazine de Paris ne contenait rien d’offensant contre le nouveau régime républicain. L’impression s’est poursuivie pendant quelque temps alors que la publicité faite à Londres en novembre 1792 sur la relance de l’entreprise révèle des objectifs inchangés : le « PARIS MAGAZINE, anciennement Paris Mercury », est décrit comme étant « imprimé à Paris, en anglais, les lundis et jeudis, à temps pour le courrier », atteignant Londres « aussi vite que les journaux français »35. Cette publicité a été faite par le libraire Rieder de Mitre Court, qui avait des liens avec l’ambassade française36. Il y avait des suspicions de la part du gouvernement britannique sur la potentielle ingérence française dans la presse britannique37. Ce type d’entreprise correspond sans aucun doute à un besoin identifié par les représentants français visant à influencer l’opinion publique encore neutre en Grande-Bretagne ; mais, comme le montre la correspondance diplomatique française, les propositions de subventionner les journaux pour la diffusion en Grande-Bretagne n’a pas dépassé le stade de la discussion38. En tout cas, quelle que soit la situation financière du Magazine de Paris, la pétition de Taylor semble confirmer que le Paris Mercury a été, tout au long de son existence, une entreprise commerciale plutôt qu’une entreprise financée par le gouvernement français.

  • 39 Dépot de bail, Antoine Schnetz/Robert Taylor, Paris, AN, Minutier central, ET/XVIII/953, 9 brumaire (...)
  • 40 AN, T* 1147/2, fol. 44.
  • 41 Journal de la Liberté (12 mai 1790), p. 1-2. En 1787 Marshall a établi sa famille à Paris et a ouve (...)

22Ce « R. Taylor » donne son adresse au « Passage des Carmalites [i.e., Carmelites] » dans la rue Saint-Jacques à Paris, et il est possible, grâce aux archives notariales, d’en faire un portrait plus complet. Celles-ci donnent le nom de l’homme, Robert Taylor, et il est décrit comme un « négociant et fabricant » irlandais, vivant à Paris avec sa femme, Anne Nelligan39. Davantage d’informations sur Taylor peuvent être trouvées dans les archives d’un marchand de vin établi à Paris du nom de William Bousie. Une entrée dans les livres de Bousie en 1789 établit que Taylor est un associé de Thomas Marshall, un marchand anglais à Paris40. Cette information est particulièrement intéressante, car c’est à cette même date que Marshall soutient une tentative, de courte durée, de publication d’un journal anglophone à Paris41.

  • 42 Un exemplaire de ce prospectus se trouve à la BNF, cote 8-LC2-277.
  • 43 Voir Pierre Rétat, Les Journaux de 1789 : bibliographie critique, Paris, Éditions du Centre Nationa (...)

23Cette entreprise s’est alors concrétisée sous la forme d’un journal bilingue avec le double titre : The Union: or, Journal of Liberty, ou L’Union : ou, Journal de la Liberté. Selon le prospectus, cette entreprise prend son origine dans la « liberté de la presse » que la Révolution a « heureusement établie » en France. Les propriétaires de L’Union déclarent vouloir offrir aux lecteurs en France une couverture complète des nouvelles internationales tandis que les lecteurs en Grande-Bretagne, pendant ce temps, seront à même de recevoir des nouvelles fiables de France : « Depuis le commencement de la plus glorieuse révolution que l’Univers ait encore admiré, ils ont vu, avec beaucoup de regret, le grand nombre de fausses nouvelles, dont la plupart des journaux Anglois sont remplis, au sujet de la conduite que tiennent les braves habitans de la France »42. Lancée en novembre 1789, la configuration initiale de L’Union se compose de deux pages en anglais et de deux en français. Ce format est rapidement laissé de côté, quoique des revendeurs soient signalés à Paris comme à Londres ; après les quatre premiers numéros le texte est uniquement offert en français43.

  • 44 Lettre de James Clark à Samuel Meeke, 26 septembre 1790, AN, T 779. Plus tard, Marshall entre comme (...)
  • 45 F.-A. Aulard, La Société des Jacobins, vol. I, p. 369, 387 ; Monique Stern, « Lettres inédites de m (...)

24À la suite de l’échec de L’Union au printemps 1790, Marshall s’engage dans une nouvelle entreprise de publication, la Gazette Générale. Ce journal entièrement écrit en français implique de nombreux expatriés britanniques, y compris Samuel Meeke, un résident depuis plusieurs années en France, qui a trouvé un investisseur habitant Paris, James Clark, pour prendre part à la moitié du financement ; on fait comprendre à Clark que la part de Marshall serait fournie par « Mr Boyd », le premier banquier britannique à Paris44. Ces détails sur la gestion de l’entreprise ont été gardés secrets, car le journal était présenté avec un comité de rédaction anonyme, mais à la fin de 1790 Meeke est dénoncé au Club des Jacobins pour son implication avec la « très-aristocrate » Gazette Générale ; cette dénonciation vient alors du radical Louis-Philippe d’Orléans, duc de Chartres, de qui Meeke a été le tuteur45. Il est difficile de dire si Robert Taylor a été impliqué dans une des entreprises de publication des journaux, mais étant donné que les deux hommes étaient des associés à cette époque, il a sans doute eu connaissance de ces ouvrages.

  • 46 Un exemplaire de ce prospectus se trouve dans la collection Daniel Lysons à la BL, cote C.191.c.16, (...)
  • 47 En tête de la liste des revendeurs imprimée dans la publicité pour l’Universal Patriot se trouve «  (...)

25Entre L’Union en 1789 et le Paris Mercury en 1792, il y a eu au moins une autre tentative de publication d’un journal transnational anglophone. Cela s’est produit avec un journal intitulé l’Universal Patriot, dont, selon la publicité, le premier numéro serait daté du 3 mai 1790 ; ce périodique serait bihebdomadaire et fournirait des informations de France qui seraient précises et introuvables par « le truchement vénal des journaux britanniques » et sa direction éditoriale serait aux mains « de quelques gentilshommes, Britanniques par naissance, mais par sentiment et par principe, des patriotes universels »46. Une série de lieux sont énumérés à Paris, Calais et Londres pour s’abonner, et le journal serait imprimé en France : « l’éditeur n’aura pas devant les yeux la peur du pilori, ni la crainte de ces poursuites vexatoires pour diffamation, moteurs dont les ministères britanniques sont si prompts à mettre les mains ». Le personnage central derrière cette aventure semble être John Oswald, qui, comme il a été dit, a peut-être aussi été impliqué dans le Paris Mercury. Cependant, aucune copie de ce journal n’est connue aujourd’hui, et son existence effective demeure incertaine47.

  • 48 Ivon Asquith, « James Perry and the Morning Chronicle 1790-1821 », thèse de doctorat, Université de (...)
  • 49 Pour la vente du Morning Chronicle dans la France révolutionnaire, voir la Gazette Nationale ou le (...)
  • 50 Jeremy Black, « The Challenge of the Revolution and the British Press », dans Harvey Chisick (dir.) (...)

26Le fait qu’aucune autre entreprise ne semble avoir été mise en place avant la publication du Paris Mercury au printemps de 1792 peut s’expliquer en partie par le rôle intérimaire du Morning Chronicle, principal journal antiministériel en vogue en Grande-Bretagne. Au cours de 1791, son rédacteur en chef, James Perry, s’établit à Paris pour six mois et rapporte les informations directement de la capitale française48. Cela fait alors du Morning Chronicle le journal britannique le mieux représenté à Paris. À cette époque, certains des événements les plus dramatiques – notamment la fuite de la famille royale à Varennes, le massacre du Champs de Mars et l’acceptation de la constitution par le Roi – passionnent les lecteurs britanniques, et ces comptes rendus ont l’avantage sur les concurrents londoniens ; le journal a également un lectorat en France49. Si le séjour de Perry sert à montrer le potentiel commercial d’un journalisme transnational à cette époque, son départ peut avoir représenté, pour les commanditaires du Paris Mercury, un vide à combler dans le marché de l’édition. Sans l’ombre d’un doute, l’intérêt médiatique des événements en France n’a pas diminué quand le Paris Mercury a été lancé au printemps suivant50.

27La reconstitution de l’histoire de la publication du Paris Mercury montre qu’il s’agit, en fait, du point culminant d’une série d’efforts visant à produire un journal anglophone qui donnerait des nouvelles directement du Paris révolutionnaire spécifiquement destinées à la Grande-Bretagne. Ses principales caractéristiques sont en lien direct avec celles de L’Union et de l’Universal Patriot, et le modèle a été brièvement utilisé par le Magazine of Paris. À Londres, ces journaux étaient en lien avec un certain nombre d’éditeurs et de libraires de premier plan, et notamment certains notables radicaux ou qui avaient des sympathies réformistes ; à Paris, les entrepreneurs expatriés responsables de cette production étaient tous, dans une certaine mesure, en relation les uns avec les autres.

28Ces entreprises de presse ont toutes partagé une ligne éditoriale vantant les mérites de la Révolution en faisant la promotion de la France alors présentée comme le nouveau bastion de la liberté politique et de la liberté de presse. Cette rhétorique met en l’avant l’idée que les journaux anglophones des expatriés établis à Paris ont une plus grande liberté que la presse britannique. Pourtant, alors que le lectorat cible du Paris Mercury semble être le public anglophone qui est favorable à la Révolution française, on avance l’idée de l’exclusivité et de la priorité des nouvelles émanant de Paris par rapport au concurrent basé en Angleterre ce qui prouve que le journal a un intérêt bien au-delà de ce marché. Le profit, plus que la propagande, semble bien avoir été la motivation sous-jacente à l’entreprise : le Paris Mercury n’a pas été financé par les autorités françaises ; et, alors qu’il était associé à l’inauguration d’une entreprise de presse anglophone à Paris, le journal a été apparemment l’axe principal de ce projet plutôt que seulement un canal pour faire la promotion d’autres activités de cette presse.

  • 51 Madeleine Fabre, « Papiers Anglais (1760) », dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux : 16 (...)
  • 52 Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France : avec une introduction histo (...)
  • 53 Julian P. Boyd et al. (dir.), The Papers of Thomas Jefferson, 36 vol. , Princeton, New Jersey, Prin (...)

29Le Paris Mercury semble avoir été la première tentative soutenue pour produire un journal anglophone à l’étranger destiné au public britannique. Les précédents prérévolutionnaires ont été quelque peu inadéquats. Pendant la guerre de Sept Ans, une poignée de numéros bilingues intitulés Papiers Anglois ont été imprimés à Paris. Pris en charge par le ministère des affaires étrangères français, il ne s’agissait pas vraiment d’un journal, mais plutôt d’un recueil d’articles tirés de la presse britannique51. Au cours des années 1760, un autre journal bilingue a été lancé avec le double titre: Magazin Anglois or British Magazine ; pourtant, cette entreprise semble avoir été abandonnée rapidement52. En 1788, Thomas Jefferson, alors qu’il était ministre américain à Paris, a encouragé une entreprise visant à « publier une gazette anglaise et américaine imprimée ici en anglais une fois par semaine, qui commence à peine et qui mérite d’être lue » ; les suites de cette initiative sont inconnues53. Aucune de ces entreprises ne semble avoir été destinée à l’exportation en Grande-Bretagne.

  • 54 Voir Gunnar von Proschwitz et Mavis von Proschwitz, Beaumarchais et le « Courier de l’Europe » : Do (...)

30Pourtant, si le format du Paris Mercury est une nouveauté pour le lectorat anglophone, le modèle de publication extraterritoriale est connu depuis longtemps des lecteurs du continent ; et la fortune du journal de Gillet et Taylor ne peut être comprise sans prendre en considération ce contexte particulier. Le plus proche précurseur du Paris Mercury est sans aucun doute le journal établi à Londres qui a pour titre Courier de l’Europe, Gazette Anglo-Française, publiée entre 1776 et 179254. Cette entreprise commerciale a pu prospérer dans la France de l’Ancien Régime en s’appuyant sur les libertés des presses britanniques tant vantées, les présentant comme pourvoyeuses de nouvelles fiables de Grande-Bretagne et même au-delà de tout ce qui était accessible de la presse française nationale contrôlée par les autorités.

  • 55 J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution, op. cit., p. 54.
  • 56 Robert Darnton, The Literary Underground of the Old Regime, Cambridge, Massachussetts, Harvard Univ (...)
  • 57 S. Burrows, Blackmail, Scandal and Revolution: London’s French Libellistes, 1758-92, Manchester, Ma (...)
  • 58 O. Browning, Despatches from Paris, vol. I, p. 148.

31Le directeur du Courier de l’Europe asseyait son succès commercial sur les comptes rendus des débats parlementaires britanniques, et le point culminant de son succès est venu de la Guerre d’indépendance américaine, Londres étant alors le point de transit pour disséminer les informations à propos des combats55. Le Courier de l’Europe était un des éléments dans un phénomène beaucoup plus large des activités d’édition française en dehors de la France56. Comme Simon Burrows l’a démontré, Londres, avec le « régime de presses le plus libéral en Europe », a été un élément déterminant de ce commerce international57. En 1786, Daniel Hailes, diplomate britannique à Paris, souligne « l’introduction sans retenue, et presque quotidienne, de nos publications » en France, en ajoutant que cela est « toléré par le Gouvernement sur la certitude qu’il est impossible de l’empêcher » ; selon Hailes, ces périodiques importés « attirent l’attention des individus vers la liberté et les avantages de notre constitution »58.

  • 59 J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution, op. cit., p. 161.
  • 60 François Moureau, Répertoire des nouvelles à la main : dictionnaire de la presse manuscrite clandes (...)
  • 61 Elizabeth L. Eisenstein, Grub Street Abroad: Aspects of the French Cosmopolitan Press from the Age (...)
  • 62 J. D. Popkin, « Le Paris révolutionnaire dans le système journalistique européen », dans P. Rétat, (...)

32L’équivalent anglophone du Courier de l’Europe rapportant des nouvelles de Paris pour éclairer le public britannique ne sera réalisable qu’après la Révolution française. Pendant l’Ancien Régime, le peu de périodiques pouvant rivaliser avec la liberté de la presse britannique amène le public britannique à se tourner presqu’exclusivement vers la presse nationale plutôt que la presse internationale pour être informé des événements étrangers59. Ceux qui voulaient des informations encore plus fraîches ou supposées privilégiées de Paris pouvaient s’abonner à des lettres d’information manuscrites60. En s’éloignant du contrôle de la presse exercée par les Bourbons, la Révolution a sapé le modèle des journaux extraterritoriaux pour la France. Pour les lecteurs de la France révolutionnaire, les publications extraterritoriales ne signifient plus une liberté éditoriale plus grande, ce qui les conduit naturellement à s’impliquer dans la Contre-Révolution ; le Courier de l’Europe est parmi les premiers touchés par ces transformations61. La Révolution a également créé une demande auprès des lecteurs étrangers pour accéder aux produits des presses libres parisiennes62. En conséquence, le Paris Mercury, en reprenant et en inversant le paradigme du Courier de l’Europe d’une édition londonienne pour un public français symbolise l’idée que Paris surpasse Londres comme centre de nouvelles et comme centre de production journalistique libre.

  • 63 Robert Pigot[t], Liberty of the Press. A Letter Addressed to the National Assembly of France, by Ro (...)
  • 64 Pigot[t], Liberty of the Press, p. 15. Pour la « prophétie » de Montesquieu, voir Michael Sonensche (...)

33Pour certains commentateurs contemporains, ce changement de dynamique de la liberté de presse qu’a provoqué la Révolution française ne représente pas seulement la nouvelle prééminence de la France, mais aussi le déclin de la Grande-Bretagne. Robert Pigott, un excentrique propriétaire terrien qui a quitté la Grande-Bretagne pour un séjour de longue durée, et qui s’est installé en France par sympathie pour la Révolution, compare les presses britanniques et françaises dans un pamphlet publié en 1790 qu’il adresse à l’Assemblée Nationale. Selon Pigott, « si la liberté de la presse a autrefois triomphé en Angleterre, et à laquelle nous devons tous nos droits, ce n’est plus le cas aujourd’hui »63. En retraçant l’histoire de la presse britannique en passant par l’éclipse de la Guerre d’indépendance américaine et au-delà, Pigott voit la conjoncture actuelle comme la réalisation de la prédiction de Montesquieu qui a affirmé que la Grande-Bretagne deviendrait inévitablement corrompue64.

  • 65 The World (6 août 1790); « An Englishman », Letters on the Subject of the Proper Liberty of the Pre (...)
  • 66 « Englishman », Letters, p. 69.
  • 67 Pour des articles sur l’inauguration des Amis de la liberté de la presse, voir The Gazetteer and Ne (...)
  • 68 Martin John Smith, « English Radical Newspapers in the French Revolutionary Era, 1790-1803 », thèse (...)

34Des critiques similaires sont alors faites en Grande-Bretagne. Une série d’articles publiés sous le pseudonyme « An Englishman » dans le journal The World en 1790, et ensuite réimprimé sous forme de pamphlet, compare l’état actuel de la liberté de presse des deux côtés de la Manche : « La presse a donné la liberté à la France! […] En Angleterre, elle est envahie de tous les côtés. De votre vivant, allez-vous laisser la liberté de presse mourir dans l’indifférence ? »65. Dans ce texte, la liberté de la presse en Grande-Bretagne devient une fiction, la règlementation des libelles et les droits de timbre (stamp taxes) sont alors vus comme un arsenal de « lois apparemment faites à d’autres fins » par lesquelles les autorités étouffent la liberté de parole66. Ces préoccupations sont à mettre en relation avec la mise sur pied des Amis de la liberté de la presse (Friends of the Liberty of the Press) en 1791 ; l’année suivante une nouvelle loi, le Libel Act, voté à l’initiative de Charles James Fox, semble renforcer les protections en faveur de la presse, mais la proclamation royale sur les écrits séditieux promulguée par le gouvernement de William Pitt représente plutôt un pas dans la direction opposée67. Pendant ce temps, la capitale de la liberté de la presse s’est installée de l’autre côté de la Manche et l’approbation symbolique de ce transfert de Londres vers Paris se concrétise par l’arrivée d’écrivains subissant la pression des autorités en Grande-Bretagne, notamment Paine et Sampson Perry68.

  • 69 S. Burrows, « The Courier de l’Europe », p. 191-192.

35Pour plusieurs radicaux, la Révolution française bouleverse la polarité de l’Ancien Régime qui oppose la liberté de la presse britannique à une presse fortement encadrée en France. Et pourtant, rhétorique mise à part, avant et après la Révolution, l’ordinaire de la mise en place d’un journal extraterritorial pose de nombreux défis qui impliquent des compromis éditoriaux importants. Ainsi, l’idée d’une indépendance journalistique particulière sur laquelle s’appuie le Courier de l’Europe pour se vendre à ses lecteurs ne résiste pas à l’analyse si on l’examine de plus près. Comme plusieurs gazettes extraterritoriales qui cherchent à exploiter le marché français, le Courier de l’Europe est un modèle d’affaires qui oblige à éviter, purement et simplement, un antagonisme direct avec le gouvernement Bourbon, car il s’appuie sur son autorisation pour être diffusé en France. Bien qu’aucune preuve n’ait été trouvée de quelque forme de financement gouvernemental, les relations du journal avec les gouvernements français et britannique ont toujours été ambigües69.

  • 70 Jared Sparks (dir.), The Diplomatic Correspondence of the American Revolution, 12 vol. , Boston, Ma (...)
  • 71 J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution, op. cit., p. 41, 44-5, 49-50, 54-6, 150, (...)

36Ainsi que John Adams note en 1783, alors qu’il sert en tant que représentant américain à Paris, le Courier de l’Europe « accommode continuellement les gouvernements français et anglais. S’il devait offenser essentiellement le gouvernement anglais, on ferait cesser sa publication, et si il venait à pêcher contre l’impardonnable France, le gouvernement aurait immédiatement arrêté sa diffusion »70. En effet, au cours de la Guerre d’indépendance américaine que le Courier de l’Europe avait soutenue, il a subi moins de contraintes de la part du gouvernement français que de celui de Grande-Bretagne qui a cherché alors à freiner son exportation. Le propriétaire du journal, Samuel Swinton, avait alors paré ces attaques en installant une entreprise de réimpression à Boulogne. Ainsi que Jeremy D. Popkin l’a souligné, le Courier de l’Europe constitue simplement un « simulacre ingénieux d’un journal indépendant »71.

37L’histoire du Courier de l’Europe montre ainsi d’importantes mises en garde contre la vision manichéenne d’une opposition noire et blanche entre des contraintes imposées aux presses françaises et la liberté britannique alors en vigueur dans ce domaine. En conséquence, en inversant le modèle du Courier de l’Europe, n’importe quel journal anglophone de Paris était bien avisé d’imiter sa rhétorique et, de manière plus pratique, ses politiques commerciales. On ne sait pas dans quelle mesure le Paris Mercury réussit ou non à relever ce défi quand il s’agit de s’approprier et de remodeler le Courier de l’Europe dans une formule transnationale. Bien que sa ligne éditoriale mette en évidence l’ingérence du gouvernement dans la presse britannique, son propre modèle commercial semble reposer sur le présupposé que la diffusion du journal en Grande Bretagne soit libre et sans restriction. Comme les gazettes internationales de l’Ancien Régime, sa rhétorique radicale a donc été affaiblie par une dépendance implicite à un système médiatique qu’il affirme critiquer.

38Vu sous cet angle, la marge de manœuvre d’un journal anglophone extraterritorial a été plus limitée que les journaux internationaux de langue française sous l’Ancien Régime. Au moins, ont-ils été en mesure de toucher un public francophone à travers l’Europe, alors que le lectorat anglophone se limite largement à la Grande-Bretagne et à l’Irlande : la viabilité commerciale du Paris Mercury dépendait donc particulièrement de sa capacité à circuler dans cet espace anglophone. Dans le même temps, le Paris Mercury était davantage susceptible de devenir l’objet de suspicion de la part du gouvernement britannique, ce qui n’était pas le cas pour les publications importées en langue étrangère, parce qu’étant en anglais le Paris Mercury avait le potentiel d’atteindre une frange beaucoup plus grande du lectorat britannique.

  • 72 Mavis von Proschwitz et Gunnar von Proschwitz, « Launay, Louis de ( ?-1782) », dans Jean Sgard (dir (...)

39On peut ainsi poser la question suivante : quelles sont les raisons et les circonstances de l’échec du Paris Mercury ? Le fait de n’avoir pas accès à la totalité des numéros ne permet pas de saisir pleinement les détails précis de l’entreprise. Cependant, d’autres individus suggèrent que le succès commercial n’a pas été au rendez-vous. Le journal ne contenant aucune publicité, les revenus ne pouvaient venir que de la vente et, comme Taylor demande l’assistance des autorités françaises, il y a fort à parier qu’il n’y a pas eu assez d’abonnés pour couvrir les coûts d’exploitation. Le nombre d’abonnements pour des journaux extraterritoriaux comparables montre qu’il est possible d’atteindre l’équilibre avec aussi peu que 800, voire 400 abonnés72. Ces chiffres peuvent donc indiquer le nombre minimum d’abonnements que le Paris Mercury n’arrive pas à atteindre.

  • 73 The Trial of William Stone, for High Treason, at the Bar of the Court of King’s Bench, on Thursday (...)

40Ensemble, la durée de vie du Paris Mercury et du Magazine of Paris est d’un peu plus de six mois. Bien sûr, ils n’ont pas été les derniers journaux anglophones à Paris faisant des comptes rendus au public britannique. L’imprimerie anglophone dirigée par John Hurford Stone et Helen Maria Williams, entreprise qui d’une certaine manière a repris ce que Gillet et Taylor avaient commencé, envisage de faire envoyer les journaux de France en Grande-Bretagne. En décembre 1793, Stone écrit à son frère à Londres à propos de cette idée en précisant que « Gillet en connaît qui ont été fabriqués par Taylor et compagnie » ; Stone était alors particulièrement préoccupé par l’éventualité d’une stamp tax73.

  • 74 Paul Morande, « Un journal napoléonien de propagande : Lewis Goldsmith », Revue des Deux Mondes (15 (...)

41La période est alors peu propice à une telle entreprise. La guerre entre la Grande-Bretagne et la France révolutionnaire venait de commencer, la Terreur s’était installée et les mesures visant à arrêter les sujets britanniques en France décrétées en octobre 1793 avaient mené Stone et Williams en prison pour quelques semaines ; en Grande-Bretagne, la répression gouvernementale visant les cercles radicaux avait pris de l’ampleur. Rien ne semble s’être concrétisé dans le projet de Stone, et aucun autre journal de ce genre n’a été imprimé au cours des années suivant le conflit franco-britannique. Ce n’est qu’en 1802, dans des circonstances très différentes sous le régime napoléonien et par un bref retour à la paix, qu’une nouvelle entreprise a pu voir le jour; The Argus; or, London Review’d in Paris de Lewis Goldsmith. On adopte alors la même stratégie que celle employée par le Paris Mercury, soit une publication de Paris destinée à un large public à Londres, et, bien sûr, en avançant les mêmes prérogatives sur l’idée d’un contenu d’une presse soi-disant plus libre qu’en Grande-Bretagne74.

  • 75 Lettre de Francis Freeling à Thomas Pelham, 2e baron Pelham, 20 novembre 1802, BL Add. MS 33, 110, (...)

42Bien que très peu d’informations subsistent concernant le lectorat du Paris Mercury, il est possible d’éclairer cet aspect avec le cas beaucoup mieux documenté de The Argus. Peu de temps après son lancement, les abonnés, notables pour la plupart, recevant le journal furent recensés par le bureau de poste à Londres75. Certains de ces acheteurs privés incluent des réformistes et de radicaux comme William Petty-Fitzmaurice, 1er marquis de Lansdowne, Charles Stanhope, 3e comte Stanhope, et Sir Francis Burdett. Figurent également sur la liste plusieurs libraires radicaux, comme Ridgway, qui étaient sans doute également des revendeurs. Les autres destinataires incluent notamment des cafés, un entrepreneur de messageries (mail coach contractor), des journaux britanniques comme le True Briton et le Morning Chronicle et de nombreux banquiers, parmi lesquels Sir Francis Baring. Cela étant, bien que ce lectorat soit essentiellement composé du milieu radical et de l’opposition, The Argus touche également des groupes plus larges, notamment des entreprises avides d’informations qui ont un intérêt à recevoir des nouvelles résumées de Paris en langue anglaise et qui ne sont pas nécessairement en accord avec la politique du journal ou qui n’accordent pas une confiance aveugle à son contenu.

  • 76 Lettre de John Hurford Stone à William Stone, 27 août 1792, National Archives, PC 1/19/27.

43Un éventail comparable de lecteurs pour le Paris Mercury de 1792 peut être envisagé avec ceux du The Argus, bien que ce parallèle ne doit pas être exagéré. Le radicalisme britannique avait perdu beaucoup de terrain depuis les années 1790 et les presses dans la France de Napoléon étaient étroitement contrôlées. Toutefois, contrairement à The Argus, qui a été subventionné par les autorités françaises, le Paris Mercury était une entreprise purement commerciale et ne pouvait fonctionner indéfiniment à perte. Dans une certaine mesure, l’échec commercial du Paris Mercury est corolaire de la difficile position politique qui était la sienne. Bien que la France et la Grande-Bretagne soient en paix jusqu’en février 1793, l’enthousiasme pour les principes de la Révolution française a cessé d’être aussi largement répandu, surtout après la chute de la Monarchie en août 1792 – qui a amené le départ de l’ambassadeur britannique – et ensuite les massacres dans les prisons en septembre. Ainsi que Stone l’écrit de Paris à cette époque : « je vois que les journaux de Londres commencent à adopter un autre ton en ce concerne la Révolution »76.

  • 77 The World (21 août 1792).

44Ce changement de régime en France est également synonyme que Paris ne représenterait plus le centre européen de la liberté de presse, et les journaux londoniens s’empressèrent de crier victoire : « la liberté de presse, à Paris, n’existe plus. Les journaux amis de la cause du Monarque ont été abattus »77. Le Paris Mercury/Magazine of Paris réussirent à rester en place malgré la radicalisation successive des régimes politiques, créant de plus en plus un climat politique tendu. En évitant d’attaquer la République française cependant, ces journaux semblent avoir perdu beaucoup de leur valeur en tant que source d’information nouvelle pour le public anglophone. Toute tentative de se tailler un lectorat commercialement viable en Grande-Bretagne était ainsi vaine.

  • 78 Magazine of Paris (8-11 octobre 1792). L’extrait de Chamfort provenait du quatorzième chapitre des (...)

45Ainsi, le premier numéro du Magazine of Paris, ne contenait que très peu de commentaires sur l’actualité française, à l’exception des rapports sans artifices des procédures officielles. Au lieu de cela, les deux premiers articles imprimés dans le journal, prenant plus de la moitié de l’espace de la colonne, étaient des réimpressions journalistiques : une traduction prise des Tableaux historiques de la Révolution française de Chamfort; et un essai flatteur sur Charles James Fox78. Quelques parties de ces deux textes avaient déjà été imprimées dans les derniers numéros du Paris Mercury du 4 et 8 octobre 1792, indiquant également que le contenu du Paris Mercury était devenu plutôt dépassé au moment de sa cessation.

  • 79 Lettre de Taylor [à un correspondant inconnu], 12 octobre 1792, AAE, CP Angleterre 582, fol. 343-34 (...)

46Mais il est également plausible que le Paris Mercury/Magazine of Paris ait été limité par de profondes difficultés structurelles tout au long de son existence, et que celles-ci se sont révélées fatales, indépendamment de la demande de la part des lecteurs. Lorsqu’il cherche à obtenir le soutien du gouvernement français en octobre 1792, Taylor souligne que si le Paris Mercury avait été « librement permis » en Grande-Bretagne, son labeur aurait été amplement récompensé79. Cette déclaration peut être interprétée comme un signe des multiples obstacles semés par les autorités officielles. De toute évidence, le journal n’a été soumis à aucune forme d’interdiction à proprement parler, mais la remarque de Taylor peut se référer aux différentes formes de contrôles en Grande-Bretagne, comme les taxes perçues sur les journaux ou encore aux difficultés rencontrées pour transporter le journal de Paris à ses destinataires.

  • 80 J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution, op. cit., p. 115.

47Les frais de port sont généralement la dépense principale dans la gestion d’un journal international80. Dans le cas de la Grande-Bretagne, un journal importé de l’étranger doit passer par le bureau de poste pour bénéficier des exemptions du courrier étranger, et les fonctionnaires qui avaient les privilèges de l’affranchissement pouvaient également percevoir des droits. Il y avait aussi la possibilité que la livraison des journaux puisse être retardée en passant par le bureau de poste à Londres. Cela est d’autant plus probable que les commis des bureaux de poste avaient, dans une certaine mesure, investi le système des médias, ce qui leur donnait la possibilité d’acquérir des revenus supplémentaires en profitant de leur contrôle sur la circulation des journaux étranger qui entrait en Grande-Bretagne. Par cette pratique abusive mais officiellement tolérée, le contenu des journaux étrangers était lu dans le bureau de poste par ceux qui étaient chargés de leur circulation, et on produisait ensuite des comptes rendus selon des domaines spécifiques ; ces comptes rendus étaient par la suite vendus à un cartel de journaux nationaux qui, en contrepartie, offraient une redevance.

  • 81 Herbert Joyce, The History of the Post Office from its Establishment down to 1836, Londres, Richard (...)

48Ce mécanisme s’est considérablement développé après 1789, et les tentatives pour contourner ces pratiques semblent toutes avoir été systématiquement contrecarrées81. Ainsi, il est possible que les supposés avantages d’importer des nouvelles fraîches de l’étranger se sont révélés illusoires à cause du système postal à l’intérieur de la Grande-Bretagne qui était loin d’être un milieu étanche aux pressions extérieures. Les pratiques monopolistiques de la couverture des nouvelles internationales de la presse londonienne sont précisément celles avec lesquelles le Paris Mercury essaie de rivaliser en rapportant des nouvelles directement du continent.

  • 82 « Englishman », Letters, p. 69.

49Ces questions techniques sont loin d’être dénuées de toutes considérations politiques. Comme nous avons pu le voir avec The Argus, les autorités britanniques surveillaient les journaux importés de l’étranger, mais la première forme de surveillance établie était celle qui se faisait au bureau de poste bien que celle-ci ne laisse que très peu de traces dans les archives. Par conséquent, le fait que le Paris Mercury ne semble pas avoir été soumis à la censure officielle en Grande-Bretagne peut démontrer que la structure d’importations des journaux rend ces mesures inutiles. Ainsi que le rapporte un commentateur du nom d’« Englishman » en 1790, le gouvernement avait déjà des mesures de contrôle sur la presse britannique avec sa batterie de « lois apparemment faites à d’autres fins »; ainsi, le bureau de poste incarne un système administratif par lequel les autorités ont placé un certain nombre d’obstacles sur la circulation des journaux importés afin que cet espace devienne une niche pour cette forme de contrôle82.

50Entrevu sous cet angle, le Paris Mercury/Magazine de Paris peut ainsi offrir deux points d’ancrage historique. Le premier se situe au niveau de la combinaison de circonstances qui a donné naissance à une telle entreprise, avec de nouvelles dimensions rhétoriques et commerciales rendues possibles par les transformations des dynamiques politiques et éditoriales franco-britanniques qu’apportent les premières années de la Révolution française. Mais cette entreprise est aussi remarquable par la nature de sa disparition et de ce que cela révèle sur la topographie du marché des périodiques en Grande-Bretagne. La circulation des journaux en Grande-Bretagne dépendait du soutien du système postal, mais les agents du bureau de poste ont également géré une sorte d’agence de presse pour les nouvelles étrangères, et cette manière de faire, qui rejoint les intérêts de la poste et des journaux nationaux, montre que la Grande-Bretagne a effectivement été tenue à l’écart de toute menace sérieuse de la part des journaux extraterritoriaux. Avec la démonstration maintenant faite de la puissance de ce cadre établi, l’échec du Paris Mercury/Magazine of Paris indique dans quelle mesure le processus de diffusion des nouvelles internationales par la presse britannique a été soumis à un procédé de filtrage semi-officiel. Plus spécifiquement, elle met en lumière quelques-unes des manières dont les nouvelles à la disposition du public britannique concernant les événements récents en France ont été canalisées et contraintes; et cette manière de renseigner permet, au final, de comprendre quel type de débat était possible en Grande-Bretagne sur la Révolution française.

Haut de page

Notes

1 Jeremy D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution: Jean Luzac’s « Gazette de Leyde », Ithaca, New York, Cornell University Press, 1989, p. 50.

2 Hannah Barker, Newspapers, Politics and Public Opinion in Late Eighteenth-Century England, Oxford, Clarendon Press, 1998, p. 25, 36-37, 140; Jeremy Black, « La presse britannique et la Révolution française », dans Pierre Rétat (dir.), La Révolution du Journal: 1788-1794, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1989, p. 316; The History of the Times: « The Thunderer » in the Making, Londres, The Times, 1935, p. 63.

3 « The Thunderer » in the Making, p. 42-43, 63; Arthur Aspinall, Politics and the Press: c.1780-1850, Londres, Home and van Thal, 1949, p. 69.

4 Oscar Browning (dir.), Despatches from Paris, 1784-1790, 2 vol. , Camden 3rd ser., 16, 19, Londres, Royal Historical Society, 1909-10, vol. 2, p. 254.

5 Jeremy D. Popkin, Revolutionary News: The Press in France, 1789-1799, Durham, North Carolina, Duke University Press, 1990, p. 63-64.

6 Hans-Jürgen Lüsebrink et Jeremy D. Popkin, « Some Paradoxes of the Eighteenth-Century Periodical », dans Lüsebrink et Popkin (dir.), Enlightenment, Revolution and the Periodical Press, Oxford, Voltaire Foundation, 2004, p. 15 ; Hans-Jürgen Lüsebrink, « Horizons médiatiques et ouvertures interculturelles dans la presse au dix-huitième siècle », dans Enlightenment, Revolution and the Periodical Press, p. 27 ; Gilles Feyel, « La distribution des gazettes et des journaux, de 1740 à 1830 », dans Feyel (dir.), La Distribution et la diffusion de la presse du XVIIIe siècle au IIIe millénaire, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2002, p. 23-24.

7 The World (21 avril 1792); Morning Chronicle (23 avril 1792); The Star (25 avril 1792); The World (27 avril 1792).

8 Paris Mercury (28 juin [i.e. mai] 1792). Dans la date de publication du premier numéro du journal, le mois est erroné.

9 Voir Emma Vincent Macleod, « British Attitudes to the French Revolution », Historical Journal 50.3, 2007, p. 689-709.

10 David V. Erdman, Commerce des Lumières: John Oswald and the British in Paris, 1790 -1793, Columbia, MO, University of Missouri Press, 1986; Madeleine B. Stern, « John Hurford Stone and the English Press at Paris », dans Studies in the Franco-American Booktrade during the Late 18th and Early 19th Centuries, Londres, Pindar Press, 1994, p. 97-149, 247-251.

11 Albert Mathiez, La Révolution et les étrangers : Cosmopolitisme et défense nationale, Paris, La Renaissance du Livre, 1918, p. 32.

12 Trois numéros du Paris Mercury se trouvent à la Bibliothèque Nationale de France [BNF], cote FOL-LC2-684 : numéros 3 (31 mai-4 juin 1792), 7 (14-18 juin 1792) et 8 (18-21 juin 1792). Deux autres numéros du journal se trouvent dans la bibliothèque de l’Université de Chicago, cote fAN165.L8E5 : numéros 1 (28 juin [i.e. mai] 1792) et 6 (11-14 juin 1792).

13 Ibid. (14-18 juin 1792).

14 Ibid. (28 juin [i.e. mai] 1792).

15 John Oswald (voir ci-dessous) a assisté à cette discussion aux Jacobins : voir François-Alphonse Aulard (dir.), La Société des Jacobins : recueil de documents pour l’histoire du club des Jacobins de Paris, 6 vol. , Paris, Jouaust, Noblet, Quantin, 1889-1897, vol. 3, p. 618-623.

16 Paris Mercury (31 mai-4 juin 1792).

17 Ibid. (11-14 juin 1792). Ce sonnet, avec la phrase d’ouverture « Full many a conflict hath my breast essay’d », a été réimprimé sous le nom de Beresford dans Mary Robinson, Memoirs of the late Mrs Robinson, Written by Herself, Maria Elizabeth Robinson (dir.), 2 vol, Londres, printed for Richard Phillips by C. Mercier, 1803, vol. 2, p. 239. Sur Beresford, voir Phillip Allison Shelley, « Benjamin Beresford, Literary Ambassador », Publications of the Modern Language Association of America, 51.2, juin 1936, p. 476-501; M. B. Stern, « John Hurford Stone », p. 109-11.

18 Archives Nationales [AN], AF III/517/227. Ce mémoire n’est pas signé mais il contient des références autobiographiques qui suggèrent que l’auteur est Charles Théveneau de Morande.

19 Quand Elizabeth, comtesse de Sutherland, la femme de l’ambassadeur, accoucha d’un fils, le journal l’annonça le lendemain : Paris Mercury (31 mai-4 juin 1792).

20 Ibid. (31 mai-4 juin 1792). Voir Jean-Marie Collot d’Herbois, The Spirit of the French Constitution, or the Almanach of Goodman Gérard, for the Year 1792, trad. John Oswald, « Sold by Ridgway Bookseller London and at the Printing Office of the Social Circle, Paris », 1791.

21 Ibid. (14-18 juin 1792).

22 Lawrence E. Klein, « Politeness for Plebes: Consumption and Social Identity in Early 18th-Century England », dans Ann Bermingham et John Brewer (dir.), The Consumption of Culture, 1600-1800: Image, Object, Text, Londres, Routledge, 1995, p. 377, n.3.

23 Paris Mercury (11-14 juin 1792) ; Ibid. (18-21 juin 1792).

24 Ian Maxted, The London Book Trade, 1775-1800: A Preliminary Checklist of Members, Folkestone, Dawson, 1977, p. 188. Sur Ridgway, voir Ralph A. Manogue, « The Plight of James Ridgway, London Bookseller and Publisher, and the Newgate Radicals 1792-1797 », Wordsworth Circle, 27.3, Summer 1996, p. 158-165.

25 I. Maxted, op. cit., p. 7, 28, 243; Simon Burrows, French Exile Journalism and European Politics, 1792-1814, Woodbridge, Royal Historical Society, 2000, p. 67.

26 I. Maxted, op. cit, p. 167; John Barrell, Imagining the King’s Death: Figurative Treason, Fantasies of Regicide, 1793-1796, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 622; F. P. Lock, Edmund Burke, 2 vol. , Oxford, Oxford University Press, 1998-2006, vol. II, p. 535.

27 Paris Mercury (28 juin [i.e. mai] 1792). Cette explication apparaît également dans les publicités annonçant le premier numéro du journal : voir The Star (29 mai 1792) ; Morning Chronicle (29 mai 1792).

28 John Oswald, Review of the Constitution of Great-Britain, Paris, printed at the English Press by Gillet and Co. and sold at the Cercle-Social, 1792. Un exemplaire se trouve à la BNF, cote 8-NG-41.

29 Jefferson Looney et al. (dir.), The Papers of Thomas Jefferson: Retirement Series, 6 vol, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 2004, vol. I, p. 123; lettre de Thomas Gillet à Arthur Young, 25 juillet 1812, Londres, British Library [BL] Add. MS 35,131, fol. 381-382.

30 The Universal British Directory of Trade and Commerce, Londres: printed for the patentees and sold by C. Stalker, and Brideoake and Fell, 1790, p. 275.

31 [Thomas Archard], Suppression of the French Nobility Vindicated, in an Essay on their Origin, and Qualities, Moral and Intellectual. To Which is Added, a Comparative View of Dr. Smith’s System of the Wealth of Nations, with Regard to France and England, Londres, printed by T. Gillet for J. Debrett, 1792; [James Mackintosh], A Letter to the Right Honourable William Pitt, on his Apostacy from the Cause of Parliamentary Reform, Londres, printed by T. Gillet and sold by H. D. Symonds, 1792. Archard a envoyé des articles de Paris à la presse londonienne en 1791 : voir Public Advertiser (1, 3, 7 et 11 novembre 1791). Il remplaçait parfois le chapelain de l’ambassadeur britannique en 1789 : voir « A Register of Baptisms » et « A Register of Marriages », chapelle de l’ambassadeur britannique, Paris, 18 et 19 octobre 1789, National Archives, RG 33/58, fol. 17, 24.

32 La tâche d’établir la biographie de Gillet est compliquée par l’existence d’un contemporain nommé Thomas Sanders Gillett, qui lui aussi avait des projets touchant les deux côtés de la Manche et qui était également en butte aux soupçons du gouvernement britannique. Voir Thomas Sanders Gillett, The Trial of Mr T. S. Gillett, formerly Merchant, of Bordeaux, Charged with Going to France Without a Passport, Contrary to the Third Article of the Traitorous Correspondence Act. With his Address to the Public, in Justification of his Conduct, Londres, printed for J. S. Jordan, 1796.

33 Lettre de R. Taylor [à un correspondant inconnu], 12 octobre 1792, Paris, Archives des Affaires Étrangères [AAE], Correspondance politique [CP] Angleterre 582, fol. 343-344.

34 Magazine of Paris (8-11 octobre 1792). Le prix, la périodicité et l’adresse de publication restaient les mêmes, le bureau éditorial étant situé dans « the English Printing office, No. 1412, Rue Notre Dame des Champs » ; il n’y avait aucune référence à Gillet, ni à Gueffier ou à des revendeurs londoniens. La continuité de publication a été maintenue, avec des articles en série qui se sont étendus à travers les deux derniers numéros du Paris Mercury, datés du 4 et du 8 octobre 1792, et le numéro inaugural du Magazine of Paris. Cela implique que quarante numéros du Paris Mercury ont été publiés au total.

35 Morning Chronicle (3 novembre 1792).

36 Voir S. Burrows, French Exile Journalism and European Politics, p. 96.

37 Charles Popham Miles (dir.), The Correspondence of William Augustus Miles on the French Revolution, 2 vol. , Londres, Longmans, Green and Co., 1890, vol. I, p. 333-334.

38 « Papier Nouvelle ou Gazette en faveur de l’humanité à Londres », mémoire non signé, daté du 20 septembre 1792, AAE, CP Angleterre 582, fol. 192.

39 Dépot de bail, Antoine Schnetz/Robert Taylor, Paris, AN, Minutier central, ET/XVIII/953, 9 brumaire an 4 [31 octobre 1795], pièces jointes datées du 2 et du 3 Ventôse an 3 [20 et 21 février 1795].

40 AN, T* 1147/2, fol. 44.

41 Journal de la Liberté (12 mai 1790), p. 1-2. En 1787 Marshall a établi sa famille à Paris et a ouvert une boutique rue des Fossés Saint-Germain-des-Prés : voir le dossier de Marshall, AN, F7 4774/36 ; « A Register of Baptisms », chapelle de l’ambassadeur britannique, Paris, 21 septembre 1788, baptême d’Ann Marshall, fille de Thomas et Dorothy Marshall, National Archives, RG 33/58, fol. 23.

42 Un exemplaire de ce prospectus se trouve à la BNF, cote 8-LC2-277.

43 Voir Pierre Rétat, Les Journaux de 1789 : bibliographie critique, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1988, p. 263-265.

44 Lettre de James Clark à Samuel Meeke, 26 septembre 1790, AN, T 779. Plus tard, Marshall entre comme commis dans la maison de banque Boyd, Ker et Cie : voir le dossier de Marshall, AN, F7 4774/36.

45 F.-A. Aulard, La Société des Jacobins, vol. I, p. 369, 387 ; Monique Stern, « Lettres inédites de madame de Genlis à Bernardin de Saint-Pierre », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 169, 1977, p. 191, p. 261-262.

46 Un exemplaire de ce prospectus se trouve dans la collection Daniel Lysons à la BL, cote C.191.c.16, vol. II. (I), fol. 86v.

47 En tête de la liste des revendeurs imprimée dans la publicité pour l’Universal Patriot se trouve « Oswald », à l’hôtel d’Angleterre, rue Montmartre. Un pamphlet écrit par John Oswald, publié en 1792, a été présenté par son auteur comme une reprise des « brouillons » qui ont « apparu premièrement au mois de mai 1790 insérés dans l’UNIVERSAL PATRIOT, un Journal Anglais imprimé à Paris, que le Gouvernement Britannique se donnait de la peine à supprimer » (Oswald, Review of the Constitution of Great-Britain, p. 3). Sur l’affirmation que les autorités britanniques ont tenté d’étouffer l’Universal Patriot, voir aussi Révolutions de Paris (8-15 janvier 1791), p. 32.

48 Ivon Asquith, « James Perry and the Morning Chronicle 1790-1821 », thèse de doctorat, Université de Londres, 1973, p. 16-23.

49 Pour la vente du Morning Chronicle dans la France révolutionnaire, voir la Gazette Nationale ou le Moniteur Universel (9 novembre 1791) ; « Apercu de la situation de la Caisse des gazettes Étrangères », mémoire signé « Arnaud », 1 novembre 1793, AN, F7 4779.

50 Jeremy Black, « The Challenge of the Revolution and the British Press », dans Harvey Chisick (dir.), The Press in the French Revolution, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, p. 137, 139.

51 Madeleine Fabre, « Papiers Anglais (1760) », dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux : 1600-1789, 2 vol. , Oxford, Voltaire Foundation, 1991, vol. II, p. 1101-1102 ; Edmond Dziembowski, Nouveau Patriotisme français, 1750-1770 : la France face à la puissance anglaise à l’époque de la guerre de Sept Ans, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, p. 178-182. Voir aussi Dziembowski, « Le peuple français instruit : Edme-Jacques Genet et la traduction des écrits politiques britanniques pendant la guerre de Sept Ans », dans Ann Thomson, Simon Burrows et Edmond Dziembowski, Cultural Transfers : France and Britain in the Long Eighteenth Century, Oxford, Voltaire Foundation, 2010, p. 175-188.

52 Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France : avec une introduction historique sur les origines du journal et la bibliographie générale des journaux depuis leur origine, 8 vol. , Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1859-61, vol. III, p. 114-115. Un prospectus-et-prototype a été publié en octobre 1764, dont un exemplaire se trouve à la BNF, cote 16-Z PIECE-1266. Des exemplaires ont survécu également du deuxième et du troisième numéros : voir Marie Kuhlmann, Inventaire des périodiques des bibliothèques de Strasbourg, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 1937, p. 552.

53 Julian P. Boyd et al. (dir.), The Papers of Thomas Jefferson, 36 vol. , Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 1950-, vol. XIII, p. 246-247.

54 Voir Gunnar von Proschwitz et Mavis von Proschwitz, Beaumarchais et le « Courier de l’Europe » : Documents inédits ou peu connus, 2 vol. , Oxford : Voltaire Foundation, 1990 ; Simon Burrows, « The Courier de l’Europe as an Agent of Cultural Transfer », dans Thomson et al (dir.), Cultural Transfers, op. cit., p. 189-201.

55 J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution, op. cit., p. 54.

56 Robert Darnton, The Literary Underground of the Old Regime, Cambridge, Massachussetts, Harvard University Press, 1982.

57 S. Burrows, Blackmail, Scandal and Revolution: London’s French Libellistes, 1758-92, Manchester, Manchester University Press, 2006, p. 14-17. 58.

58 O. Browning, Despatches from Paris, vol. I, p. 148.

59 J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution, op. cit., p. 161.

60 François Moureau, Répertoire des nouvelles à la main : dictionnaire de la presse manuscrite clandestine XVIe-XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 433 ; nouvelles à la main de Paris adressées à William Eden, 1er baron Auckland, 1786-1788, BL Add. MS 34,463; Alfred Cobban, « British Secret Service in France, 1784-1792 », English Historical Review, 69.271, avril 1954, p. 243.

61 Elizabeth L. Eisenstein, Grub Street Abroad: Aspects of the French Cosmopolitan Press from the Age of Louis XIV to the French Revolution, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 152; S. Burrows, French Exile Journalism and European Politics, p. 18-19, 80-81.

62 J. D. Popkin, « Le Paris révolutionnaire dans le système journalistique européen », dans P. Rétat, La Révolution du Journal, p. 111-112.

63 Robert Pigot[t], Liberty of the Press. A Letter Addressed to the National Assembly of France, by Robert Pigot, Esquire, Late of Chetwynd in Shropshire, and Published by Their Order, with Notes and Supplement Afterwards Added; and Offered to the Consideration of Every Englishman, Paris, « Printed for the Booksellers in London », 1790, p. 4-6, 15. Un exemplaire de la version en langue française de cet ouvrage se trouve à la Library of Congress (collection Thomas Jefferson) : Robert Pigot[t], Liberté de la presse, Paris, De l’Imprimerie de Veuve Herissant, 1790 ; le texte de Pigott a également été publié dans le journal de Jacques-Pierre Brissot, Le Patriote François (10 février 1790).

64 Pigot[t], Liberty of the Press, p. 15. Pour la « prophétie » de Montesquieu, voir Michael Sonenscher, Before the Deluge: Public Debt, Inequality and the Intellectual Origins of the French Revolution, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 2007, p. 44ff.; Keith Michael Baker, « Politics and Public Opinion under the Old Regime: Some Reflections », dans Jack R. Censer et Jeremy D. Popkin, Press and Politics in Pre-Revolutionary France, Berkeley et Los Angeles, California, University of California Press, 1987, p. 220-221.

65 The World (6 août 1790); « An Englishman », Letters on the Subject of the Proper Liberty of the Press. First Published in the Paper of the World, Londres, printed for J. Ridgway, 1790, p. 74.

66 « Englishman », Letters, p. 69.

67 Pour des articles sur l’inauguration des Amis de la liberté de la presse, voir The Gazetteer and New Daily Advertiser (4 juin 1791) ; The Oracle (4 juin 1791) ; The Diary or Woodfall’s Register (4 juin 1791). L’idée que les « amis de la Liberté de la Presse » devraient s’organiser en un « Club » avait été suggérée dès 1790 : voir The World (15 juillet 1790).

68 Martin John Smith, « English Radical Newspapers in the French Revolutionary Era, 1790-1803 », thèse de doctorat, Université de Londres, 1979, p. 224-230.

69 S. Burrows, « The Courier de l’Europe », p. 191-192.

70 Jared Sparks (dir.), The Diplomatic Correspondence of the American Revolution, 12 vol. , Boston, Massachussetts, Nathan Hale and Gray and Bowen; New York: G. and C. and H. Carvill; and Washington, DC: P. Thompson, 1829-30, vol. VII, p. 159.

71 J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution, op. cit., p. 41, 44-5, 49-50, 54-6, 150, 252.

72 Mavis von Proschwitz et Gunnar von Proschwitz, « Launay, Louis de ( ?-1782) », dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes : 1600-1789, 2 vol. , Oxford, Voltaire Foundation, 1999, vol. II, p. 586; Harvey Chisick, The Production, Distribution and Readership of a Conservative Journal in the Early French Revolution: The « Ami du Roi » of the Abbé Royou, Philadelphie, Pennsylvanie, American Philosophical Society, 1992, p. 19-20, n. 39.

73 The Trial of William Stone, for High Treason, at the Bar of the Court of King’s Bench, on Thursday the Twenty-Eighth, and Friday the Twenty-Ninth of January, 1796. Taken in Short-Hand, by Joseph Gurney, Londres, sold by Martha Gurney, 1796, p. 83.

74 Paul Morande, « Un journal napoléonien de propagande : Lewis Goldsmith », Revue des Deux Mondes (15 août 1938), p. 787.

75 Lettre de Francis Freeling à Thomas Pelham, 2e baron Pelham, 20 novembre 1802, BL Add. MS 33, 110, fol. 179-182 (citée par Smith, « English Radical Newspapers in the French Revolutionary Era », p. 189).

76 Lettre de John Hurford Stone à William Stone, 27 août 1792, National Archives, PC 1/19/27.

77 The World (21 août 1792).

78 Magazine of Paris (8-11 octobre 1792). L’extrait de Chamfort provenait du quatorzième chapitre des Tableaux; la notice sur Fox avait été publiée précédemment dans [Samuel Parr], « Preface to Bellendus », dans A Free Translation of the Preface to Bellendus, Containing Animated Strictures on the Great Political Characters of the Present Time, Londres, printed by Stafford and Davenport for T. Payne and Son, L. Davis, and J. Debrett, 1788, p. 19-32.

79 Lettre de Taylor [à un correspondant inconnu], 12 octobre 1792, AAE, CP Angleterre 582, fol. 343-344.

80 J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution, op. cit., p. 115.

81 Herbert Joyce, The History of the Post Office from its Establishment down to 1836, Londres, Richard Bentley and Son, 1893, p. 174-175, 343-346; A. Aspinall, Politics and the Press, p. 23-24; « The Thunderer » in the Making, p. 96-97.

82 « Englishman », Letters, p. 69.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paris Mercury; and Continental Chronicle
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Macdonald, « Les journaux anglophones sous la Révolution française », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://episteme.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/episteme.314

Haut de page

Auteur

Simon Macdonald

Simon Macdonald is a Banting Postdoctoral Fellow at McGill University, and a 2013–2014 Visiting Fellow at the Houghton Library, Harvard University. The present article was first presented at the 2012 day conference on Influences and divergences in the French and English Press organised at the University Paris 3- Sorbonne Nouvelle and was published in English (Simon Macdonald, “English Language Newspapers in Revolutionary France”, Journal for Eighteenth-Century Studies, 36, 2013, p. 17-33). It is translated into French by Laurent Turcot.

Haut de page
  • Revues.org