Navigation – Plan du site
I. Newssheets et feuilles volantes : Influences et transferts culturels dans les presses ‎anglaise et française, 1600-1830

D’Addison à Marivaux : le modèle du Spectator à l’épreuve des contraintes françaises

Alexis Lévrier

Résumés

Cette étude s’interroge sur les libertés que Marivaux a prises en adaptant en France le modèle du Spectator. Elle tente de montrer qu’il ne s’agit peut-être pas seulement, précisément, de « libertés » : pour une partie d’entre elles, ces transformations sont en effet subies, dans la mesure où Marivaux doit faire face aux contraintes politiques, techniques, professionnelles et culturelles qui ont longtemps freiné le développement du journalisme en France. Il lui est en particulier presque impossible d’aborder frontalement l’actualité politique et sociale, comme le faisaient Addison et Steele dans leur périodique.
Certes, les six premières feuilles du Spectateur français peuvent malgré tout être considérées comme des chroniques de la vie sociale parisienne : dans ces premières livraisons, Marivaux, à l’image de ses modèles anglais, fait de son Spectateur un promeneur attentif aux scènes qui se déroulent sous ses yeux. Mais, même lorsqu’il tente de saisir l’actualité sur le vif, il fait le choix du détour et raconte les marges de l’événement plutôt que l’événement lui-même.
Pourtant, Marivaux a bel et bien fait la preuve, dans ses trois journaux, de son goût pour un journalisme polémique, et pour une écriture mordante, incisive, engagée. Il est ainsi capable de réagir dans l’urgence, d’invectiver un adversaire et de modifier au dernier moment le contenu d’un numéro pour tenir compte de l’actualité. Mais il ne le fait que dans le cadre restreint, et autorisé par la censure, des querelles littéraires de son temps ou des débats qui l’opposent aux détracteurs de son style.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antoine-François Prévost, Le Pour et contre. Ouvrage périodique d'un goût nouveau, Paris, Didot, 17 (...)

1Peu de journalistes du XVIIIe siècle ont contribué autant que l’abbé Antoine François Prévost aux échanges entre presses anglaise et française. Mais l’auteur du Pour et Contre s’est également interrogé sur les raisons qui ont permis de tels transferts culturels et, plus largement, sur les affinités particulières qui unissent les cultures anglaise et française. Il développe ainsi à plusieurs reprises l’idée qu’il existe entre Français et Anglais une ressemblance singulière, une proximité de goût qui n’a pas d’équivalent en Europe. Dans le nombre 54, il consacre par exemple un article peu élogieux aux périodiques de type Spectator parus en Allemagne et en Suisse, et cherche à expliquer le retard de ces « spectateurs » germanophones. Selon lui, l’une des raisons est qu’il manque à ces pays « cette délicatesse et cette légèreté qui distinguent des climats plus heureux1. Quelques semaines plus tard, dans le nombre 57, Prévost développe cette comparaison entre le goût des nations européennes et précise les liens privilégiés qui unissent la France et l’Angleterre. Le titre de cet article, « Ressemblance des Français et des Anglais », est lui-même sans équivoque. Le contenu lui-même traduit une conscience aigue des liens entre cultures française et anglaise :

  • 2 Ibid., 57, p. 283-284.

Les deux nations sont aujourd’hui dans l’Europe ce qu’étaient autrefois les Grecs et les Romains. […] Les uns et les autres sont dans la voie qui conduit au même terme, et les Français s’y trouvent seulement un peu plus avancés, par le bonheur qu’ils ont eu d’y entrer les premiers. De là vient qu’il manque assez souvent aux meilleurs ouvrages d’Angleterre une certaine perfection de goût, qui se fait désirer plus rarement dans les nôtres. Mais c’est une perfection à laquelle on voit qu’ils touchent, et que du pas dont ils marchent, ils ne sauraient manquer d’acquérir bientôt tout entière. Nous sentons leurs défauts. Ils les sentent aussi ; et ce qui doit faire juger qu’ils ne tarderont pas longtemps à s’en délivrer, ils sentent en même temps ce qui nous donne encore quelque supériorité sur eux2.

  • 3 Prévost traduit de la sorte le terme « newspapers ». (Voir par exemple le premier nombre : Le Pour (...)
  • 4 La traduction française du Spectator, publiée à partir de 1714 sous le titre Le Spectateur ou le So (...)

2Si Prévost estime qu’une proximité particulière unit ces deux cultures, le ton de son jugement demeure, on le voit, relativement condescendant à l’égard de l’Angleterre. En matière de journalisme, et notamment de journalisme personnel, ces remarques peuvent même être considérées comme injustes, dans la mesure où le phénomène spectatorial est né en Angleterre et où Prévost lui-même s’inspire des « papiers de nouvelles »3 anglais. En outre, il est possible de se demander si les similitudes entre journaux anglais et français sont aussi nettes que le prétend Prévost. Certes, il ne saurait être question de nier la force des liens qui ont uni la presse de ces deux pays tout au long du siècle des Lumières. Le succès du périodique de Prévost, comme celui des « spectateurs » parus en France, suffirait à prouver l’ampleur de la dette contractée par les journalistes français à l’égard de leurs confrères anglais. Pourtant, des différences très nettes, et parfois spectaculaires, sont apparues entre ces journalismes au moment même où leurs échanges paraissaient les plus productifs. Pour ce qui est de la tradition spectatoriale, cet écart peut s’expliquer par le rôle joué par des traducteurs ou par des journalistes qui ont fait office de passeurs entre l’Angleterre et le continent4. Toutefois, nous voudrions montrer, en prenant l’exemple de l’œuvre journalistique de Marivaux, qu’un autre facteur explique aussi ces divergences : il s’agit des spécificités propres à chaque contexte national, et notamment de l’existence de contraintes politiques et techniques bien plus fortes dans le cas de la France que dans celui de l’Angleterre. Que penser, ainsi, des transformations opérées par Marivaux dans ses trois journaux par rapport au modèle du Spectator dont il avoue s’inspirer ? Il ne s’agit pas, bien-sûr, de minimiser la liberté dont il a délibérément fait preuve vis-à-vis de son prédécesseur. Mais pour expliquer l’écart qui existe entre le Spectator et ces trois journaux, ne peut-on pas, ne doit-on pas aussi invoquer des facteurs externes, d’ordre politique et économique en particulier ?

Des contextes radicalement différents

  • 5 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, Frédéric Deloffre et Michel Gilot (dir.), Paris, Classiques (...)

3Rappelons d’abord que Marivaux est un Moderne, à l’image de Van Effen. Il est donc logique que, comme ce dernier, il ait cherché à s’émanciper de la tutelle du Spectator. Ces convictions affleurent du reste constamment dans ses journaux. Dans la 7ème feuille du Spectateur français, il affirme ainsi qu’un auteur ne doit être ni le « copiste » ni le « singe » « d’aucun auteur ancien ou moderne »5. Il va même plus loin dans la feuille suivante puisqu’il déclare :

  • 6 Ibid., huitième feuille, p. 149.

[…] je pourrai bien, un de ces jours, argumenter dans les formes et prouver qu’écrire naturellement, qu’être naturel n’est pas écrire dans le goût de tel Ancien ni de tel Moderne, n’est pas se mouler sur personne quant à la forme de ses idées, mais au contraire, se ressembler fidèlement à soi-même, et ne point se départir ni du tour ni du caractère d’idées pour qui la nature nous a donné vocation ; qu’en un mot, penser naturellement, c’est rester dans la singularité d’esprit qui nous est échue, et qu’ainsi que chaque visage a sa physionomie, chaque esprit aussi porte une différence qui lui est propre6.

  • 7 Ibid., p. 172.

4Cette « singularité d’esprit » revendiquée par Marivaux s’accompagne qui plus est d’une distance critique vis-à-vis du Spectator. Certes, il se réfère directement à lui dans le douzième numéro, pour justifier son choix de consacrer sa feuille à deux lettres de lecteurs. Mais il le fait de manière très désinvolte, puisque son Spectateur français affirme simplement : « […] mon confrère vaut mieux que moi, puisqu’il pense mieux et qu’il est venu le premier »7. L’ironie de Marivaux est ici évidente, dans la mesure où l’admiration qu’il prétend éprouver pour le Spectator repose seulement ou presque sur l’antériorité du journal d’Addison.

  • 8 Votée en 1662, cette loi avait établi un contrôle strict de la production livresque, et notamment d (...)
  • 9 Cette loi, introduite en août 1712, portait sur toute une série de produits, mais avait surtout pou (...)

5Mais l’originalité revendiquée par Marivaux ne suffit pas à expliquer la manière dont il s’affranchit de son modèle. À l’image de la plupart de ses confrères français, il ne pouvait de toute façon se permettre d’aborder certaines thématiques pourtant essentielles dans le Spectator. De même, contrairement à Steele et Addison, il pouvait difficilement espérer satisfaire les exigences d’une parution soutenue et régulière. Les contraintes qui pèsent à l’époque sur les journalistes français, d’un point de vue matériel comme d’un point de vue politique, n’ont en effet rien de commun avec la relative liberté dont jouit la presse anglaise depuis la Révolution glorieuse de 1688. Il convient évidemment de se garder de toute naïveté : le non renouvellement du Licensing Act en 16958 n’empêchera pas l’État d’essayer de contrôler la presse en Angleterre. Sous le règne de Guillaume, comme sous celui d’Anne, les journalistes encourent des procès, ils sont victimes de pressions de toutes sortes, et peuvent difficilement aborder certains sujets, tels que la succession du Trône. En outre, tous sont frappés durement par l’entrée en vigueur du Stamp act, en 17129. Mais plus qu’à un rétablissement de la censure, c’est plutôt à une association entre presse et pouvoir que l’on assiste en Angleterre : Whigs et Tories s’assurent la collaboration d’auteurs prestigieux, ce qui explique la forte présence de la dimension politique dans les journaux littéraires. Et, malgré les protestations de neutralité de l’auteur fictif, le Spectator lui-même est concerné par cet état de fait. Certes, la question politique n’est abordée que de manière policée et apparemment consensuelle, mais la tonalité whig du journal ne fait de doute pour aucun lecteur.

  • 10 Voir notamment, pour une présentation de la mise en place de cette organisation tripartite, l’artic (...)
  • 11 Gilles Feyel, La Presse en France des origines à 1944. Histoire politique et matérielle, Paris, Ell (...)

6À la même époque, les journaux littéraires français n’auraient pu ni s’engager de la sorte, ni même accorder une telle importance à l’actualité politique et sociale. En ce début du XVIIIe siècle, la France vient en effet d’achever de mettre en place un système très élaboré de contrôle de l’information. La Gazette, créée en 1631, occupe depuis déjà depuis plus d’un demi siècle l’espace de l’information politique. Ce journal dispose d’un privilège perpétuel, et donc d’un monopole de principe sur ce domaine de l’actualité. Or, La Gazette est étroitement surveillée par le pouvoir, et ce depuis son lancement, puisque Richelieu et Louis XIII écrivaient parfois eux-mêmes les nouvelles qui les concernaient. En 1665, la création du Journal des savants a permis de s’adresser à un autre type de public, celui des érudits et des savants, qui souhaitent être informés des publications sérieuses les plus récentes. Enfin, Jean Donneau de Visé fonde en 1672 le Mercure galant, troisième et dernier périodique français disposant d’un privilège perpétuel. Ce journal au ton plus léger est destiné à un public mondain, en partie féminin, qui s’intéresse aux nouvelles de la Cour et à l’actualité des belles lettres. Ces trois journaux couvrent donc de manière efficace trois types d’information nettement délimités et s’adressent à trois types de public clairement identifiés. Tous pratiquent en outre un journalisme de célébration, et se montrent d’une constante servilité à l’égard du pouvoir10. Cela n’empêche pas, bien sûr, les lecteurs français qui le souhaitent de se nourrir à d’autres sources lorsqu’ils veulent accéder à une information diversifiée. Dès le XVIIe siècle sont ainsi publiés aux frontières du Royaume, et notamment en Hollande, des journaux et des gazettes rédigés en langue française. Ces journaux se multiplient à la suite de la Révocation de l’Édit de Nantes, et sont souvent rédigés par des protestants émigrés. Évidemment très critiques à l’égard de la politique de Louis XIV, ces périodiques sont lus avec avidité en France. Il n’empêche : le public français a pris dès le XVIIe siècle l’habitude d’une verticalité dans la transmission de l’information. Pour reprendre une expression de Gilles Feyel, il s’est accoutumé à ce qu’elle vienne « d’en haut »11.

  • 12 Il s’agit du Daily Courant, publié à Londres à partir du 11 mars 1702.
  • 13 Voir la thèse de Michel Gilot, Les Journaux de Marivaux. Itinéraire moral et accomplissement esthét (...)
  • 14 Les autres éditeurs sont François Le Breton et Noël Pissot, qui rejoignent les Cavelier à partir du (...)

7Ces contraintes commencent il est vrai à se relâcher au moment où Marivaux lance son Spectateur français : des périodiques de petit format, à la durée de vie aléatoire, sont tolérés à partir du début du XVIIIe siècle, et les « spectateurs » n’ont pu se développer en France que grâce à ce relatif assouplissement. Mais le retard de la France du point de vue du développement du journalisme n’en demeure pas moins considérable. Ce retard, encore accru par les avancées économiques et techniques dont bénéficie alors l’Angleterre, se traduit notamment par le fait que le premier quotidien anglais est lancé en 170212, alors que la France ne verra paraître son équivalent qu’en 1777, avec le Journal de Paris. Il aurait donc été impensable en 1721 que Marivaux puisse envisager un rythme de publication comparable à son modèle. Et pourtant, il est incontestable que les ambitions de Marivaux étaient très élevées au moment où il a fondé Le Spectateur français. L’année 1721 est un simple galop d’essai, puisqu’une feuille seulement paraît chez François Fournier, petit libraire dont les difficultés financières expliquent peut-être l’interruption de la parution pendant six mois13. Au début de l’année suivante, Marivaux relance son périodique en s’assurant cette fois la collaboration de plusieurs libraires, dont les Cavelier père et fils, qui éditent alors le Mercure14.

  • 15 La publication est annoncée comme hebdomadaire au moment du premier lancement du périodique, en 172 (...)
  • 16 Signalons par exemple la coupure de quatre mois entre la publication des sixième et septième numéro (...)

8Mais si Marivaux annonce une périodicité hebdomadaire puis bimensuelle15, ce rythme ne sera en réalité jamais vraiment respecté. La périodicité sera même très irrégulière, et marquée par plusieurs longues interruptions16. Au final, seuls 25 numéros paraîtront en tout, sur une période pourtant supérieure à trois ans, puisque la publication du périodique s’échelonne entre les mois de mai 1721 et d’août 1724. Cette discontinuité s’explique peut-être en partie par les succès de dramaturge de Marivaux : ruiné par le désastre de Law, Marivaux attendait sans doute au départ de la presse une source de revenus réguliers, qui lui a finalement été apportée par le succès de ses comédies. Mais, à l’évidence, il s’est aussi heurté à des freins très nombreux, d’ordre politique et technique bien sûr, mais également d’ordre professionnel et culturel. D’un point de vue professionnel, Marivaux n’est en effet lui-même qu’un journaliste débutant et, à l’exception des Cavelier, ses éditeurs sont jeunes, peu expérimentés, et n’appartiennent pas au sérail des grands libraires parisiens. Cette caractéristique vaut d’ailleurs pour presque toutes les « feuilles volantes » qui paraissent au cours des années 1720, et explique à la fois la souplesse et la fragilité de ce phénomène journalistique. Ces handicaps sont aussi d’ordre culturel car le public lui-même est peu préparé à l’arrivée de journaux de ce genre : les périodiques publiés sous la forme de « feuilles volantes » sont encore peu nombreux, et l’activité journalistique comme le support de la feuille volante resteront durablement méprisés en France.

9On le voit, d’importants blocages s’opposaient au développement du genre spectatorial en France. Il nous faut dès lors nous demander comment Marivaux est parvenu à s’accommoder de ces entraves. Dans quelle mesure, en particulier, a-t-il tenté de surmonter les freins qui rendaient si difficile de créer un équivalent français du Spectator ? L’œuvre journalistique de Marivaux est trop complexe et trop diverse pour répondre à cette question de manière uniforme. Toutefois, il est possible d’identifier une évolution, perceptible à la fois dans les feuilles du Spectateur français et à l’échelle des trois périodiques de Marivaux. Ce mouvement est nous semble-t-il caractérisé par une mise à distance progressive de l’actualité, et par un basculement assumé vers la généralité et vers la fiction.

Un mouvement vers l’abstraction

  • 17 Nous ne tenons pas compte ici de la première interruption, due probablement, nous l’avons dit, à un (...)
  • 18 Cette pièce est Romulus, dont la première représentation avait eu lieu le 8 janvier, et qui était e (...)
  • 19 L’Infante espagnole a fait son entrée dans la capitale française le 22 mars 1722. La cinquième feui (...)

10Les six premières feuilles du Spectateur français, publiées avec un réel effort de régularité17, sont de très loin celles qui se rapprochent le plus de leur modèle anglais. Les feuilles 3 à 6 en particulier sont autant de petites chroniques de la vie parisienne, et se font l’écho de l’actualité culturelle comme de l’actualité sociale. Le Spectateur français raconte ses déambulations au sein de la capitale française et relate les scènes dont il a été le témoin. Ainsi, il évoque dans le troisième numéro la sortie de la Comédie-Française, après une représentation d’une pièce de La Motte qui, à cette date, est effectivement jouée avec succès au Théâtre-Français18. Dans la quatrième feuille, il rapporte sa conversation avec une jeune fille menacée de prostitution qu’il dit avoir rencontrée dans la rue. Il consacre ensuite le cinquième numéro à l’entrée de l’Infante Marie-Anne-Victoire à Paris, qui vient d’avoir lieu au moment où il publie cette feuille19. Quant à la sixième feuille, elle est en partie consacrée à une anecdote que le Spectateur situe dans la boutique d’un libraire parisien. Dans cette série de quatre numéros, le journaliste fictif se comporte donc en promeneur attentif aux pulsations de la vie parisienne, de la même manière que « Mr Spectator » cherchait à exprimer le bouillonnement de la vie londonienne. En outre, la dimension politique n’est pas niée, puisque l’entrée de l’Infante espagnole à Paris en particulier est un événement qui a mobilisé à l’époque l’attention de l’opinion publique française et européenne.

  • 20 Marivaux, op. cit., p. 123.
  • 21 Ibid., quatrième feuille, p. 127.
  • 22 Ibid., sixième feuille, p. 137.
  • 23 Ibid., p. 123.
  • 24 Ibid., p. 137.
  • 25 « Je suis à la campagne, et hier je rendis visite à une dame assez jolie, et d’un assez bon air. Je (...)
  • 26 Il s’agit des vingt-et-unième, vingt-deuxième, vingt-quatrième et vingt-cinquième livraisons.
  • 27 Ibid., neuvième feuille, p. 154.
  • 28 Ibid., dixième feuille, p. 160.
  • 29 Ibid., quinzième feuille, p. 193.
  • 30 Ibid., dix-septième feuille, p. 206.

11Jamais Marivaux ne sera aussi proche de son prédécesseur anglais que dans ces feuilles où il tente de décrire Paris au quotidien et de saisir l’actualité sur le vif. Toutefois, même dans ces quatre numéros, il fait preuve d’une relative imprécision dans les références spatiales et temporelles. Ainsi, à l’exception de la Comédie française, mentionnée explicitement dans la troisième feuille20, la plupart des lieux ne sont pas nommés et le Spectateur se contente d’expressions telles que « dans le détour d’une rue »21 ou « dans la boutique d’un libraire »22. Marivaux fait preuve d’une imprécision comparable du point de vue chronologique puisqu’il utilise seulement des formules très vagues comme « il y a quelques jours »23, dans la troisième feuille, ou « l’autre jour »24, dans la sixième. Encore très relative dans les premiers numéros, l’imprécision va devenir la règle dans les livraisons suivantes, après la longue interruption qui sépare la publication de la sixième et de la septième feuille. Lorsque la publication reprend après cette coupure de plusieurs mois, le Spectateur français ne fait plus référence à la vie parisienne, et il affirme même dans la huitième feuille se trouver à la campagne25. Par la suite, jamais plus Marivaux ne tentera de refléter l’actualité de la vie parisienne autrement que par petites touches allusives. Il délègue du reste de plus en plus souvent la parole à des narrateurs seconds, qu’il s’agisse d’épistoliers, d’amis ou d’auteurs de manuscrits trouvés. Ces délégations de parole sont en outre de plus en plus longues, et de plus en plus détachées de toute référence à l’actualité. Les deux dernières d’entre elles sont même des récits de vie, situés dans un passé indéterminé, qu’il s’agisse du Mémoire de la dame âgée qui occupe les dix-septième, dix-huitième et dix-neuvième numéros, ou des aventures de l’Inconnu, auxquelles sont consacrées quatre des cinq dernières feuilles26. À partir de la septième feuille, les lieux sont par ailleurs presque toujours abstraits, et les indications temporelles ont tendance à se raréfier. Certes, quelques précisions viennent encore situer les faits racontés par rapport au moment de l’énonciation supposée, mais elles sont toujours particulièrement approximatives. Le lecteur doit se contenter d’indications telles que « il y a quelques jours »27, « un jour »28, « il y a quelque temps »29, « l’autre jour »30 – et c’est à peu près tout.

12Ce mouvement vers l’abstraction est encore plus spectaculaire à l’échelle de l’œuvre journalistique de Marivaux. Ce dernier a choisi en effet de rendre plus flou encore le cadre de l’énonciation supposée dans les deux autres périodiques qu’il a successivement lancés, L’Indigent philosophe et Le Cabinet du philosophe. L’Indigent philosophe, auteur supposé du second journal de Marivaux, lancé en 1727, est en effet un individu coupé de tout et rejeté par tous. De ce fait, il adopte une attitude plus distante encore à l’égard de ses semblables que ne l’avait fait le Spectateur français. Ainsi, aucun événement marquant de la vie parisienne n’est évoqué dans les sept numéros qui ont successivement paru sous ce titre. Surtout, le lecteur ignore jusqu’au bout dans quelle ville l’Indigent se situe, et donc quelle population l’Indigent est censé observer. Dans un premier temps, celui-ci ouvre son journal en affirmant qu’il se trouve très loin de Paris :

Je m’appelle l’Indigent philosophe, et je vais vous donner une preuve que je suis bien nommé ; c’est qu’au moment où j’écris ce que vous lisez (si pourtant vous me lisez ; car je ne suis pas sûr que ces espèces de Mémoires aillent jusqu’à vous, ni soient jamais en état d’avoir des lecteurs).

  • 31 Ibid., p. 275.

Donc, je dis qu’au moment que je les écris, je suis à plus de cinq cent lieues de ma patrie, qui est la France, et réduit en une extrême pauvreté31.

13Certes, l’Indigent ne donne aucune indication permettant de déterminer avec certitude quel est ce lieu, mais l’essentiel semble de suggérer, à ce stade, que le narrateur n’est pas là où on l’attendrait, dans la capitale. Marivaux a cependant choisi, de manière délibérée, de remettre en question cette affirmation au sein du cinquième numéro :

  • 32 Ibid., p. 304.

Je gagerais pourtant bien que vous croyez que je suis à Paris, quoique je vous aie dit que j’en étais à plus de quatre cent lieues. Eh bien, si j’y suis, tant mieux pour moi, car j’aime à rire, et Paris est de tous les théâtres du monde celui où il y a la meilleure comédie, ou bien la meilleure farce, si vous le voulez32.

14Il est difficile de ne pas voir derrière cette contradiction affichée comme telle une intention malicieuse de la part de Marivaux, qui sape l’indication qu’il avait lui-même délivrée au début de l’ouvrage. D’indéterminés dans Le Spectateur français, les repères spatiaux deviennent donc, dans ce second périodique, particulièrement ambigus, pour ne pas dire purement et simplement incohérents. Marivaux semble avoir renoncé à tout projet de refléter l’actualité, au point de brouiller volontairement l’ancrage spatio-temporel de son journal.

  • 33 L’éditeur fictif censé assuré la publication posthume de ses écrits précise seulement à son propos, (...)
  • 34 Il le dit explicitement dans la première feuille, avant de livrer le premier texte attribué à ce «  (...)
  • 35 Ibid., p. 351.

15L’imprécision du cadre spatial et temporel culmine enfin en 1734 dans les onze feuilles du Cabinet du philosophe, troisième et dernier périodique de Marivaux. Le « philosophe » censé être l’auteur de ce texte est en effet décédé à une date qui ne sera jamais précisée33. Ce « philosophe » n’est donc pas un journaliste, puisque la publication périodique est présentée comme disjointe du moment de l’écriture supposée. En outre, l’éditeur prétend livrer au hasard les fragments que ce « philosophe » a écrits durant sa vie34. Or, dans l’un ces fragments, publié au début de la troisième feuille du journal, celui-ci déclare qu’il écrit depuis plusieurs décennies : « J’ai près de soixante ans, et il y en a trente-cinq que je n’ai pas passé un jour sans écrire quelques réflexions qui me sont venues sur-le-champ »35.

  • 36 Ce périodique intègre ainsi bien plus de maximes que les deux autres périodiques de Marivaux. Il co (...)

16En toute logique, les renvois explicites à l’actualité politique ou sociale parisienne sont absents de ce troisième périodique, qui comporte même beaucoup de fragments dont la portée morale se veut à la fois intemporelle et universelle36. L’évolution perceptible à partir de la septième feuille du Spectateur français semble donc trouver ici son aboutissement. Le lien avec l’actualité s’est désormais totalement dilué, au point de laisser place à un énonciateur insituable et à une indétermination généralisée. Il n’empêche : nous voudrions montrer à présent que Marivaux n’a jamais renoncé pour autant à se comporter en journaliste ni à participer, à la manière du Spectator, à certains des débats qui divisent son époque.

Le regard oblique de Marivaux

  • 37 Ibid., p. 124.

17On ne peut bien-sûr invoquer seulement le poids des contraintes françaises pour expliquer ce mouvement vers la mise à distance de l’actualité politique et sociale. Il est même possible de se demander si ces contraintes n’ont pas été utilisées par Marivaux, de manière très habile, pour porter sur l’actualité un regard original et volontairement en décalage avec les attentes de ses lecteurs. Elles l’ont conduit en effet à privilégier les à-côtés des événements plutôt que les événements eux-mêmes. Sous sa plume, le Spectateur devient ainsi non seulement un observateur en marge de l’actualité, comme l’était déjà « Mr Spectator », mais un spectateur des marges de l’actualité. C’est le cas en particulier dans les petites chroniques qu’il propose au cours des premiers mois de parution du Spectateur français. C’est le cas aussi dans quelques feuilles ultérieures où le Spectateur français raconte, par petites touches, d’autres scènes de la vie parisienne. Dans l’ensemble de ces récits, l’auteur fictif semble toujours contempler ses contemporains non seulement sur un mode distancié, comme le faisait déjà son modèle anglais, mais de manière oblique, en privilégiant l’accessoire et le détail. Au final, sont pourtant évoqués dans le premier périodique de Marivaux non seulement l’espace de la rue mais celui du théâtre et du café, autrement dit les principaux lieux publics envisagés dans les journaux d’Addison et de Steele. Mais à chaque fois ces lieux ne servent que de point de départ au Spectateur français, puisque seules des scènes marginales retiennent vraiment son attention. Ainsi, lorsqu’il évoque Romulus dans la troisième feuille, il n’évoque que brièvement la pièce elle-même et ne s’attarde même pas sur le spectacle offert par la salle, comme l’avait fait Montesquieu dans la vingt-huitième des Lettres persanes. Il observe longuement en revanche, à la sortie de la pièce, la foule qui s’apprête à quitter le théâtre et, de manière symptomatique, il emploie l’expression « porteurs de visages »37 à propos des jeunes gens et surtout des femmes, dont il dénonce les mines et la coquetterie. Cette expression montre bien que Marivaux traite en spectacle non la pièce elle-même, mais le moment qui la prolonge, qui devient la matière même de ses réflexions.

  • 38 The Spectator, Donald F. Bond, (dir.), Oxford, Clarendon Press, 1965, I, p. 15. 

18Marivaux fait également le choix du détour lorsqu’il livre une scène de café dans la vingt-troisième feuille de son premier journal. Au reste, alors que « Mr Spectator » mentionnait avec précision dès le premier numéro les principaux cafés de la ville, tels le Will’s, le Child’s ou le Saint James38, le Spectateur français ne désigne ce lieu que par le biais d’une périphrase :

  • 39 Marivaux, op. cit., p. 246.

J’entrai l’autre jour dans un de ces endroits où s’assemblent de fort honnêtes gens, la plupart amateurs de belles lettres, ou savants ; je les connais presque tous ; ils sont dans le particulier de la plus aimable société du monde, raisonnables autant que spirituels ; se trouvent-ils ensemble, vous ne les reconnaissez plus ; ils sont à l’instant saisis de la fureur d’avoir plus d’esprit les uns que les autres39.

  • 40 Ibid., p. 134 : « Je me suis amusé quelque temps de la populace qui se renversait la tête pour cons (...)
  • 41 Ibid., p. 135.
  • 42 Ibid., p. 134-135 et 136-137. 

19Dans la suite de ce récit, il fait encore le choix des marges plutôt que de l’événement attendu. Ainsi, il ne livre à aucun moment le contenu précis de la discussion qui l’a opposé à l’un des caféistes, préférant s’attarder sur les conditions de cette dispute, et en particulier sur les gestes et l’emphase de son interlocuteur. Mais c’est évidemment dans la cinquième feuille du Spectateur français que culmine cette mise à distance de l’événement. L’essentiel de ce numéro est en effet consacré à l’arrivée de l’Infante espagnole à Paris, nous l’avons dit, mais à aucun moment le Spectateur ne décrit réellement le passage du cortège. Il se contente de quelques mentions des arcs de triomphe qui attirent les regards de la foule40, et signale très brièvement le passage du Roi, à la fin du récit41. Mais le véritable spectacle qu’il choisit d’observer est plutôt celui que lui offre la foule elle-même, dont il cherche à comprendre l’enthousiasme, ou celui de nouvellistes, dont il rapporte les propos sur l’actualité politique42. Surtout, au début de cette feuille, il s’attarde longuement sur la conversation qu’il a engagée avec un simple savetier, et il cite les paroles de ce dernier, qui refuse de se mêler aux réjouissances et manifeste un complet désintérêt pour de telles cérémonies :

  • 43 Ibid., p. 133.

Pardi ! […] Monsieur, cela est trop beau pour de petites gens comme nous ; cela ne nous appartient pas, de voir ces beautés-là ; cela est bon pour vous autres gens qui avez votre pain cuit, et qui avez le temps de mettre votre journée à rien faire. Voyez-vous, Monsieur, quand on a de l’ouvrage qu’il faut rendre, […] le Cheval de bronze marcherait de ses quatre pattes, que j’aimerais, mardi, mieux le croire que de l’aller voir43.

  • 44 Voir sur ce point Alexis Lévrier, Les Journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », Paris, (...)
  • 45 Marivaux, op. cit., p. 133.

20Ici, on le voit, Marivaux ne se contente pas de s’attarder sur les marges de l’actualité politique : il met en scène le rejet de l’événement qu’il était censé raconter. Dans le cas de l’entrée de l’Infante, ce choix du détour est sans doute en partie dicté par la volonté d’échapper à la censure. Le Mercure et la Gazette ont en effet consacré des dizaines de pages à cet événement au cours des semaines précédentes, mais ils en sont restés, en toute logique, au registre de la célébration admirative44. Mais en adoptant cette stratégie du contournement, Marivaux retrouve paradoxalement une liberté qu’il n’aurait pu obtenir en abordant l’événement de face. Certes, le « brute Socrate »45 que constitue le savetier aux yeux du Spectateur français manifeste d’abord son indifférence pour l’événement. Mais le journaliste fictif achève lui-même son récit par une mise en garde adressée aux « Rois » et autres « Princes de la terre », dont il dénonce longuement les excès :

  • 46 Ibid., p. 135-136.

Rois, princes de la terre ! ce n’est ni la garde qui vous environne, ni cette foule d’hommes soumis qui composent votre cour, ni vos richesses, ni votre vaste puissance, qui feraient mon envie. Ceux qui, parmi vous, ne sont sensibles qu’à ces avantages, sont simplement des hommes riches, redoutables, puissants, et ne sont pas rois. […] Rois ! qu’est-ce donc que votre condition a de flatteur ? Quel est celui qui règne ? Quel est le prince qui jouit des vrais biens attachés au trône ? C’est celui qui sait faire un généreux usage de la crainte et du respect que la majesté de son rang inspire […]46.

  • 47 Ibid., p. 129-130.
  • 48 Ibid., p. 307-309.

21De telles généralisations à partir d’une scène urbaine sont courantes dans Le Spectateur français et même dans L’Indigent philosophe. Ainsi, dans sa quatrième feuille, le Spectateur français raconte sa rencontre avec une jeune fille menacée de prostitution, avant d’interpeller longuement les « hommes riches » qui abusent de leur pouvoir47. De même, dans la cinquième feuille de L’Indigent philosophe, l’auteur fictif contemple le spectacle de la rue du haut de son grenier, et dégage immédiatement des types sociaux à partir des scènes dont il est le témoin48. La dimension politique et sociale des journaux de Marivaux est donc indéniable, mais son discours est plutôt celui d’un moraliste, qui tire aussitôt de l’anecdote des considérations générales. Les contraintes propres à la presse française ne constituaient donc pas pour lui un handicap insurmontable : elles ne l’ont pas empêché d’écrire un authentique « spectateur », qui respecte l’essentiel des caractéristiques héritées de son modèle, à commencer par la volonté d’observer la société et de porter un jugement sur elle.

  • 49 Ibid., p. 159-160.
  • 50 Ces Lettres sont parues durant l’été 1722, quelques semaines seulement avant la publication de la s (...)
  • 51 Marivaux, op. cit., p. 143.
  • 52 Ibid., p. 145. Dans sa brochure, Desfontaines attaque avec virulence l’« excès d’esprit » des « bea (...)
  • 53 Desfontaines avait par exemple écrit : « Il est étonnant qu’après le dégoût que le public a marqué (...)

22Toutefois, Marivaux n’est pas seulement un journaliste moral, qui s’efforcerait systématiquement de mettre à distance l’événement pour mieux en tirer des considérations abstraites. Il manifeste aussi, malgré le poids des contraintes françaises, les qualités d’un journaliste polémique, partisan, attentif aux soubresauts de l’actualité de son temps. Mais, volontairement ou par force, il ne manifeste ces qualités que dans un domaine bien défini : celui des joutes liées aux questions culturelles et littéraires. Le ton mordant et parfois la violence ad hominem dont il fait preuve en ce domaine tranchent singulièrement avec la retenue qu’il respecte sur un plan politique et moral. C’est le cas, par exemple, lorsqu’il livre une plaisanterie hostile aux Anciens à la fin de neuvième feuille du Spectateur français49. C’est le cas, plus encore, lorsqu’il cherche à se défendre des critiques dont il a lui-même été l’objet. La septième feuille de son premier journal est ainsi une longue réponse à ses détracteurs, et notamment à Desfontaines, qui venait de multiplier les critiques à son égard dans une brochure intitulée Lettres de M. l’abbé *** à M. l’abbé Houtteville au sujet du livre de la Religion chrétienne prouvée par les faits50. Le journaliste fictif justifie d’ailleurs la longue interruption de la parution entre les sixième et septième feuilles en avouant qu’il a été affecté par les « mépris »51 de plusieurs critiques. En outre, Marivaux répond longuement, quoique de manière indirecte, au principal reproche que lui avait fait Desfontaines, celui de « courir après l’esprit »52. Dix ans plus tard, il va jusqu’à modifier l’agencement de son dernier périodique pour répliquer au même Desfontaines qui, dans le nombre XXX du Pour et Contre, venait de s’en prendre une nouvelle fois à son style. Les feuilles du Cabinet du philosophe avaient pourtant été conçues d’emblées comme un tout, et ce journal ne se prêtait donc nullement à une intervention dans l’urgence. Mais, en journaliste né, Marivaux insère in extremis deux nouveaux fragments dans la sixième feuille, qui s’intitulent respectivement « Du style » et « De la critique ». Si le premier de ces deux développements demeure assez général, le deuxième fragment, beaucoup plus court, est aussi beaucoup plus véhément. Marivaux vise cette fois directement Desfontaines, au point de reprendre littéralement, pour mieux les désamorcer, les principaux reproches formulés dans le nombre XXX du Pour et Contre53.

  • 54 Marivaux., op. cit., p. 153-154.

23Il serait vain de se demander ce qu’aurait fait Marivaux dans le contexte d’une presse relativement libre, et permettant l’engagement politique. Répondre à ce genre de questions serait évidemment impossible, et ne présenterait de toute façon que peu d’intérêt. Il est certain en revanche que sa pratique journalistique s’accommode assez bien des contraintes qui pèsent sur la presse française au début du XVIIIe siècle : s’il observe des scènes de la vie parisienne, il cherche immédiatement à en tirer des considérations générales à valeur morale. Au reste, si ses journaux ne comportent pas de polémiques à caractère politique, il adopte une retenue assez semblable du point de vue religieux. Ainsi, il reproche aux Lettres persanes, dans la huitième feuille du Spectateur français, la trop grande liberté avec laquelle elles abordent un sujet aussi grave54.

24Et pourtant, il existe un autre Marivaux dans ces trois journaux, un Marivaux mordant, partial, insaisissable, capable de réagir dans l’urgence à une actualité brûlante, de modifier au dernier moment l’organisation d’un numéro, d’invectiver un adversaire et de participer avec vigueur aux débats qui agitent son époque. En même temps que Desfontaines, et un peu avant Prévost, il aura ainsi été l’un des premiers auteurs à avoir exploité la souplesse et la plasticité de la feuille périodique. Et il aura largement contribué en cela à faire de la feuille volante, en dépit des contraintes pesant sur la presse française, un espace de liberté à nul autre pareil.

Haut de page

Notes

1 Antoine-François Prévost, Le Pour et contre. Ouvrage périodique d'un goût nouveau, Paris, Didot, 1734, t. IV, 54, p. 208-209.

2 Ibid., 57, p. 283-284.

3 Prévost traduit de la sorte le terme « newspapers ». (Voir par exemple le premier nombre : Le Pour et contre, éd. cit., t. I, p. 12.)

4 La traduction française du Spectator, publiée à partir de 1714 sous le titre Le Spectateur ou le Socrate moderne, est en elle-même une réappropriation du modèle anglais. Les choix de cette traduction, très diffusée sur le continent, ont durablement influencé la réception du périodique anglais en France et en Europe. Voir sur ce point l’étude d’Alain Bony, « Portrait du Spectateur en “Socrate moderne” », in La Traduction romanesque au XVIIIe siècle, sous la direction d’Annie Cointre et Annie Rivara, Arras, Presses de l’Université d’Artois, 2003, p. 141-164. Rappelons par ailleurs le rôle joué par un journaliste comme Justus Van Effen qui, avec son périodique intitulé Le Misanthrope, a choisi d’imiter le Spectator quelques semaines seulement après le lancement du journal d’Addison et de Steele en Angleterre. Voir notamment l’étude de James L. Schorr dans ce volume et notre article, « Justus Van Effen, “passeur” entre les presses anglaise et française », in L. Andries, F. Ogée, J. Dunkley et D. Sanfey (dir.), An intellectual Journey. Translation, Circulation and Adaptation in England, France and Ireland in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, coll. « SVEC », 2013, p. 233-246.

5 Marivaux, Journaux et œuvres diverses, Frédéric Deloffre et Michel Gilot (dir.), Paris, Classiques Garnier, 1969, remise à jour en 1988, p. 148.

6 Ibid., huitième feuille, p. 149.

7 Ibid., p. 172.

8 Votée en 1662, cette loi avait établi un contrôle strict de la production livresque, et notamment de la presse. À la suite de la Révolution de 1688, elle n’est pas reconduite et devient caduque à partir de 1695.

9 Cette loi, introduite en août 1712, portait sur toute une série de produits, mais avait surtout pour but de limiter le nombre de journaux, en imposant une forte augmentation du prix du papier utilisé pour les publications périodiques et les pamphlets. Elle a été durcie à plusieurs reprises au cours du siècle, sans toutefois parvenir à freiner durablement le développement de la presse.

10 Voir notamment, pour une présentation de la mise en place de cette organisation tripartite, l’article de François Moureau, « Les débuts de la presse en langue française (1631-1715) », Australian Journal of French Studies, XVIII, 2 (mai-août 1981), p. 122-133.

11 Gilles Feyel, La Presse en France des origines à 1944. Histoire politique et matérielle, Paris, Ellipses, collection « Infocom », 1999, p. 15.

12 Il s’agit du Daily Courant, publié à Londres à partir du 11 mars 1702.

13 Voir la thèse de Michel Gilot, Les Journaux de Marivaux. Itinéraire moral et accomplissement esthétique, Lille, Atelier de reproduction des thèses, Paris, Honoré Champion, 1974, t. I, p. 243-244.

14 Les autres éditeurs sont François Le Breton et Noël Pissot, qui rejoignent les Cavelier à partir du quatrième numéro.

15 La publication est annoncée comme hebdomadaire au moment du premier lancement du périodique, en 1721. Six mois plus tard, le deuxième numéro s’achève par un avertissement, dans lequel le « libraire » affirme que le périodique paraîtra désormais « tous les quinze jours sans interruption ». (Cité par Michel Gilot et Frédéric Deloffre, dans Marivaux, op. cit., p. 741.)

16 Signalons par exemple la coupure de quatre mois entre la publication des sixième et septième numéros, et le silence de plus de six mois qui sépare l’approbation de la vingt-troisième et de la vingt-quatrième feuille.

17 Nous ne tenons pas compte ici de la première interruption, due probablement, nous l’avons dit, à une défaillance de l’éditeur. La publication de ces six feuilles s’échelonne entre la mi-janvier 1722 (date de la réédition de la première feuille) et le mois de mai de la même année.

18 Cette pièce est Romulus, dont la première représentation avait eu lieu le 8 janvier, et qui était encore jouée au moment où la troisième feuille du Spectateur français est approuvée, le 27 janvier.

19 L’Infante espagnole a fait son entrée dans la capitale française le 22 mars 1722. La cinquième feuille du Spectateur français est approuvée le 10 avril.

20 Marivaux, op. cit., p. 123.

21 Ibid., quatrième feuille, p. 127.

22 Ibid., sixième feuille, p. 137.

23 Ibid., p. 123.

24 Ibid., p. 137.

25 « Je suis à la campagne, et hier je rendis visite à une dame assez jolie, et d’un assez bon air. Je ne la connaissais pas encore, et des amis communs m’avaient mené chez elle. » (Ibid., p. 151). La 7ème et la 8ème feuille ont été écrites et publiées coup sur coup (elles sont approuvées le 21 août et le 8 septembre), durant une période estivale où Marivaux se trouve peut-être effectivement hors de Paris.

26 Il s’agit des vingt-et-unième, vingt-deuxième, vingt-quatrième et vingt-cinquième livraisons.

27 Ibid., neuvième feuille, p. 154.

28 Ibid., dixième feuille, p. 160.

29 Ibid., quinzième feuille, p. 193.

30 Ibid., dix-septième feuille, p. 206.

31 Ibid., p. 275.

32 Ibid., p. 304.

33 L’éditeur fictif censé assuré la publication posthume de ses écrits précise seulement à son propos, au début du premier numéro : « Un homme d’esprit, très connu dans le monde, mourut il y a quelque temps. » (Ibid., p. 335.)

34 Il le dit explicitement dans la première feuille, avant de livrer le premier texte attribué à ce « philosophe » : « Voici ce que contiennent les premiers papiers que nous trouvons à l’ouverture de la cassette ; car nous les tirons au hasard, et ce sera toujours de même. » (Ibid., p. 337.)

35 Ibid., p. 351.

36 Ce périodique intègre ainsi bien plus de maximes que les deux autres périodiques de Marivaux. Il comporte aussi plusieurs fictions allégoriques (un récit sur le « Je ne sais quoi » dans la troisième feuille et des scènes intitulées le « Chemin de Fortune » dans les troisième et quatrième numéros.)

37 Ibid., p. 124.

38 The Spectator, Donald F. Bond, (dir.), Oxford, Clarendon Press, 1965, I, p. 15. 

39 Marivaux, op. cit., p. 246.

40 Ibid., p. 134 : « Je me suis amusé quelque temps de la populace qui se renversait la tête pour considérer les arcs de triomphe […]. Il est certain que ces arcs de triomphe étaient curieux, et que c’était une décoration qui avait beaucoup de dignité ».

41 Ibid., p. 135.

42 Ibid., p. 134-135 et 136-137. 

43 Ibid., p. 133.

44 Voir sur ce point Alexis Lévrier, Les Journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, collection « Lettres françaises », 2007, p. 112-115.

45 Marivaux, op. cit., p. 133.

46 Ibid., p. 135-136.

47 Ibid., p. 129-130.

48 Ibid., p. 307-309.

49 Ibid., p. 159-160.

50 Ces Lettres sont parues durant l’été 1722, quelques semaines seulement avant la publication de la septième feuille du Spectateur français.

51 Marivaux, op. cit., p. 143.

52 Ibid., p. 145. Dans sa brochure, Desfontaines attaque avec virulence l’« excès d’esprit » des « beaux esprits modernes » et renvoie explicitement au Spectateur français. (Cité dans les Journaux et œuvres diverses, éd. cit., p. 690-691.) Marivaux cherche longuement à ce reproche dans la septième feuille.

53 Desfontaines avait par exemple écrit : « Il est étonnant qu’après le dégoût que le public a marqué pour cette façon d’écrire très ridicule (il faut le dire hautement), on y revienne encore. Heureusement l’exemple n’est plus contagieux. » (Le Pour et contre. Ouvrage périodique d'un goût nouveau, II, p. 347.) Marivaux cite presque mot pour mot l’attaque de son détracteur : « Je lus l’autre jour ces mots dans je ne sais quel livre où l’on parlait d’un auteur : Son style est ridicule, il faut le dire hautement. » (Marivaux, op. cit., p. 389.) Voir, sur cette querelle entre Marivaux et Desfontaines, notre étude « Desfontaines, Marivaux et leurs “petites feuilles” : quelques points de rencontre inattendus », dans Critique, Critiques au XVIIIe siècle, actes du colloque organisé à l’Université d’Exeter en septembre 2004, Malcolm Cook, (dir.), French Studies of the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Bern, New York, Paris, Peter Lang, 2006, p. 63-77.

54 Marivaux., op. cit., p. 153-154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Lévrier, « D’Addison à Marivaux : le modèle du Spectator à l’épreuve des contraintes françaises », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 09 décembre 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://episteme.revues.org/306 ; DOI : 10.4000/episteme.306

Haut de page

Auteur

Alexis Lévrier

Alexis Lévrier est maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims. Ses recherches portent sur l’histoire littéraire, culturelle et matérielle de la presse. Il est notamment l’auteur d’un ouvrage consacré au journalisme d’expression personnelle au XVIIIe siècle (Les Journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », Paris, PUPS, 2007) et d’une édition critique de La Spectatrice, périodique anonyme qui n’avait pas été réédité depuis 1730 (Reims, Épure, 2013). Il a en outre codirigé trois volumes collectifs consacrés à l’histoire de la presse (avec Françoise Gevrey : Érudition et polémique dans les périodiques anciens, Reims, Épure, 2007 ; avec Klaus-Dieter Ertler et Michaela Fischer : Regards sur les « spectateurs », Bern/New York/Paris, Peter Lang, 2012 ; avec Adeline Wrona : Matière et esprit du journal, du Mercure galant à Twitter, Paris, PUPS, 2013).

Alexis Lévrier is Senior Lecturer of French at the University of Reims. His research explores the literary, cultural and material history of the eighteenth-century press. He is the author of Les Journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », (Paris, PUPS, 2007) and of a critical edition of the periodical La Spectatrice (Reims, Épure, 2013). He has codirected the following volumes on the history of the French press : with Françoise Gevrey : Érudition et polémique dans les périodiques anciens, (Reims, Épure, 2007) ; with Klaus-Dieter Ertler and Michaela Fischer : Regards sur les « spectateurs », (Bern/New York/Paris, Peter Lang, 2012) ; and with Adeline Wrona : Matière et esprit du journal, du Mercure galant à Twitter, (Paris, PUPS, 2013).

Haut de page
  • Revues.org