Navigation – Plan du site
I. Newssheets et feuilles volantes : Influences et transferts culturels dans les presses ‎anglaise et française, 1600-1830

« Everything conducive to the publick good » : Les premières lettres de lecteurs dans la presse britannique au début du XVIIIe siècle

Samuel Baudry

Résumés

Les lettres adressées par les lecteurs, qu’ils soient fictifs ou réels, aux rédacteurs des périodiques du dix-huitième siècle, que ce soit dans les journaux, les essais périodiques, les revues ou les magazines, y jouent un rôle singulier : à la fois lieux de débat, de contestation, et outils de manipulation idéologique ou commerciale. Nous nous proposons ici de saisir ce phénomène à sa naissance, au début du siècle, afin de repérer les thèmes, les formes, la place et les fonctions de ce dispositif essentiel pour le développement de la presse en Europe.

Haut de page

Texte intégral

1Cette formule qu’un lecteur brandit comme un axiome pour imposer sa lettre au rédacteur du Public Register résume efficacement la place – prééminente – et la fonction – primordiale – du courrier des lecteurs dans la presse du dix-huitième siècle :

  • 1 The Public Register or The Freeman’s Journal, vol. VIII., n. 54, janvier 1, 1771 - Janvier 3, 1771, (...)

To the Committee for conducting the Free-Press.
Gentlemen, Your readiness to insert every Thing conducive to the publick Good, assures me you will not refuse the following Fact a Place in your Paper, as it may prevent a Repetition of an Action, both infamous in its Nature, as well as repugnant to every Rule of Good-breeding.
And you will oblige, MODESTUS1.

  • 2 Pour une étude des stratégies commerciales des périodiques voir Uriel Heyd, Reading Newspapers : Pr (...)

2Ce citoyen responsable nous livre ensuite les détails déplorables de l’incident : une jeune fille assaillie à la sortie d’un théâtre par des soldats ivres qui, tels des chiens lubriques, « with the lustful instinct of dogs […] wantonly drew water on her ». Tout dans cette lettre, ce qui la motive (corriger la société), l’appel à la civilité et à la sensibilité des autres lecteurs, mais également sa place parmi de nombreuses missives publiées sur la même page (précédée par les remarques astronomiques d’un lecteur qui signe « NEWTON », suivie d’une plainte, relayée par le journal, pour non-respect d’un contrat), révèle un mécanisme parfaitement maîtrisé : le courrier des lecteurs est devenu, dans cette deuxième moitié du dix-huitième siècle, un outil social et commercial dont les lecteurs ont su s’emparer pour exprimer leurs convictions politiques, religieuses ou scientifiques, auquel les journaux ont systématiquement recours et qui leur garantit des ventes2.

3Nous nous intéresserons ici à la mise en place de ce mécanisme, à ses origines et à son évolution au début du siècle. Ce qui permettra de caractériser plus précisément le type de lettre dont « Modestus » est ici l’auteur, et en quoi il diffère d’autres types que l’on trouvera dans d’autres périodiques. L’archéologie ici proposée est encore hypothétique, car elle ne porte que sur un nombre limité de publications et il faudrait la confronter à une étude plus exhaustive ; ce qu’elle révèle permet néanmoins de regrouper le courrier publié par les périodiques sous quatre formes types, et de déceler une évolution au cours du siècle. Les formes retenues se retrouvent rarement à l’état pur : il s’agit plutôt de tendances stylistiques, discursives et thématiques plus ou moins présentes dans les lettres publiées ; chacune de ces formes apparaît et se solidifie en priorité dans un type de périodique – ce qui n’empêche ni les migrations ni les hybridations. L’évolution dont ces formes témoignent (non seulement à l’intérieur de chacune d’entre elles, mais également dans la chronologie de leur apparition et disparition) est la promotion du rôle que jouent les rédacteurs et les journalistes face aux lecteurs ordinaires.

  • 3 Cette classification s’inspire de celles de Richmond P Bond dans son « Introduction », Studies in t (...)

4On peut identifier quatre types de périodiques publiés dans les îles britanniques au dix-huitième siècle : les journaux d’information, les revues scientifiques ou littéraires, les essais périodiques et les magazines3. À l’origine de chacun de ces types on retrouve une forme précise d’épistolarité : les nouvelles à la main, l’essai sous forme de lettre et la correspondance privée (le magazine, lui, les utilise toutes). Dans chacun de ces périodiques apparaît et se développe une forme particulière de courrier de lecteurs : les débats publics, les contributions, les lettres fictionnelles et les lettres à la rédaction. Le tableau suivant résume notre classification et nous présenterons successivement ces quatre types :

Sources épistolaires

Formes de CDL

Journal

Nouvelles à la main

Débat public

Revue

Essai sous forme de lettre

Contribution

Essai périodique

Correspondance privée

Lettre fictionnelle

Magazine

Sélection de lettres

Lettre à la rédaction

  • 4 Pour une présentation synthétique du débat, voir Bob Harris, Politics and the Rise of the Press: Br (...)
  • 5 L’apparition et le développement des premières gazettes sont décrits dans P. M. Handover, History o (...)
  • 6 The Daily Courant 615, mercredi, 5 avril, 1704, p. 2. Pour une présentation de ce journal on pourra (...)

5La lettre de Modestus citée plus haut est un élément familier des journaux de langue anglaise dans la deuxième moitié du dix-huitième siècle. Elle aborde un sujet public – qui concerne toute la communauté des lecteurs – du point de vue d’un lecteur singulier. L’incident dont ce lecteur fut témoin est ici prétexte à critiquer la présence de soldats (anglais, vraisemblablement) dans la ville de Dublin. Le rôle de ces lettres dans les journaux d’information, en particulier leur influence sur les mutations politiques, est un sujet dont les grandes lignes ont déjà été tracées4. À l’origine des quotidiens d’information on trouve les nouvelles à la main, puis les gazettes qui donnent des nouvelles envoyées par des correspondants depuis divers lieux ; telle était l’Oxford Gazette (1665) qui devient, après son transfert à Londres en 1666, The London Gazette5. À la fin du dix-septième siècle apparaissent les premiers journaux bihebdomadaires puis trihebdomadaires. Le premier quotidien est le Daily Courant (le premier numéro paraît le 11 mars 1702) ; le premier journal provincial, le Bristol Post-Boy (1704). Au début, et pendant assez longtemps, les seules lettres de lecteurs publiées sont des annonces commerciales ou des publicités (« advertisement ») plus ou moins subtilement déguisées : « Any Merchants or others, that shall please to put up to Publick Sale, any Ships, Goods or Merchandizes at my House […] I will take care it shall be faithfully perform’d. Your Obedient humble Servant E. Lloyd »6.

6Les lettres à contenu politique n’apparaissent que bien plus tard. Le Daily Courant ouvre ses pages à de plus longues lettres à partir de 1729 ; elles ressemblent alors aux lettres que l’on trouve dans les gazettes – les lieux et les dates sont clairement identifiés, les événements sont de nature publique – mais certains aspects sont moins attendus :

  • 7 The Daily Courant 8678, lundi, 4 août, 1729, p. 2.

To the Author of the DAILY COURANT.
Kingston, August 2, 1729.
SIR, Thursday Morning I halted here in my way to Portsmouth; and upon hearing the Trumpet Sound […] I found it was the time of the Grand Assize. The Judges were at Church ; […] I ventured amidst the Congregation, and was most agreeably edify’d by a Discourse abounding with true Religion, reason and Eloquence, […] inforcing the great Duty of upright Justice in all Magistrates whatsoever7.

7Avant de livrer au lecteur tous les détails des condamnations et des acquittements, l’auteur de la lettre (anonyme) justifie sa présence en ces lieux et loue la beauté du sermon et la probité des juges. Plus loin il soulignera la mansuétude du tribunal. Les nouvelles sont ainsi rapportées à une subjectivité singulière et à une occasion précise ; elles sont l’occasion de délivrer un message politique (la justice anglaise est admirable) et religieux (l’église anglicane est parfaite). C’est la conjonction de ces deux traits qui caractérise le courrier des lecteurs dans les journaux d’information : un citoyen ordinaire (et non un journaliste, un écrivain ou un homme politique) donne son avis sur un sujet public (et non scientifique ou littéraire). Cette forme de courrier est ici primitive : les éléments épistolaires sont réduits au minimum (adresse au journal, date et lieu) et jouent un simple rôle de marqueurs – ils annoncent que l’article n’a pas été écrit par un journaliste ; la lettre est anonyme ; elle ne renvoie pas à d’autres textes ; elle n’implique pas de réponse.

  • 8 B. Harris, op.cit., p. 37-50.

8Cette forme de courrier ne prendra son essor que dans la deuxième moitié du siècle et adoptera alors ses caractéristiques définitives : le journal d’information sert de relais à des débats publics (adressés à tous les lecteurs) localisés (contrairement à la « contribution », qui elle, comme nous le verrons, aborde des questions générales). Stylistiquement, on assiste à une évolution : l’anecdote laisse place à la harangue. Que les lettres portent sur des aménagements urbains ou des questions constitutionnelles, elles finissent par adopter le langage des débats parlementaires. Cette forme de courrier est l’aspect le plus visible des lettres dans la presse : elles sont présentes dans chaque périodique et indissociablement liées aux mutations politiques du Royaume. Les lettres d’opinion sont même tellement répandues dans les années 1760-1770, que les lecteurs commencent alors à douter de l’honnêteté de la procédure et à se plaindre de ce qui est perçu comme un détournement du modèle : se faisant passer pour des lecteurs comme les autres, Membres du Parlement, juristes et ecclésiastiques défendent leurs réformes et publient leurs programmes8. Ces débats parlementaires transposés dans la vie quotidienne des lecteurs ne représentent cependant qu’une partie limitée du potentiel rhétorique et critique que permet la publication de lettres de lecteurs dans la presse. Ils négligent en particulier de mettre les lettres des lecteurs en rapport les unes avec les autres – et c’est précisément ce mécanisme que vont découvrir les revues.

  • 9 Sur les débuts des revues voir Walter Graham, The Beginnings of English Literary Periodicals, Oxfor (...)
  • 10 Par exemple « Mr Hooks Answer to Monsieur Auzout’s Considerations, in a Letter to the Publisher of (...)

9Aux sources des revues on trouve, comme pour les journaux, des lettres : celles que s’échange la république des savants dans le Journal des Sçavans (1665-1753) ou dans les Philosophical Transactions of the Royal Society (1665-)9. Dans cette dernière, de nombreux articles sont présentés comme des lettres, même si l’appareil épistolaire est, là aussi, réduit au strict minimum (elle s’ouvre sur un « Sir » et se termine par « Yours, etc. ») et le reste de ces lettres, hormis quelques « Sir » ponctuels, ne sont finalement que des comptes rendus de livres et d’expériences, des essais plus ou moins plausibles. Mais dans ces journaux se met en place un mécanisme qui va devenir essentiel pour le courrier des lecteurs au siècle suivant : dès le numéro six des Philosophical Transactions sont publiées des réponses aux articles (aux lettres) des numéros précédents10. Ainsi s’établit un dialogue entre les lecteurs auxquels le journal – qui n’est pas le destinataire principal de ces lettres – sert de relais.

10Seule la « natural philosophy » est discutée dans les Transactions ; les autres genres – littéraires, historiques, religieux, philosophiques, etc. – ne sont pas, au dix-septième siècle, objets d’analyse dans les périodiques ; au mieux ils figurent dans les « catalogues », tels le Mercurius Librarius ; or, A Catalogue of Books, le Catalogue of Books printed and published at London (1668-1670) ou encore la History of Learning, or, An Abstract of several Books lately published (1691). Les revues du dix-huitième siècle, Present State of the Republick of Letters (1728-1736), History of the Works of the Learned (1737-1743), Monthly Review (1749-1845) et Critical Reviews (1756-1817), combinent le projet d’exhaustivité de ces « catalogues » à la dimension critique des comptes rendus et des réponses que l’on trouve dans les Transactions.

11Les lettres de lecteurs n’apparaissent pas immédiatement dans les revues. La toute première lettre est publiée en mars 1728 dans le troisième numéro de la Present State of the Republick of Letters [dorénavant : PSRL], la première de ces revues, mais le dispositif et ses conséquences ne seront explicitement admis qu’au mois d’avril 1729. Comme les catalogues du dix-septième siècle, la revue propose une liste d’ouvrages récemment publiés (par W. et J. Innys, également imprimeurs de la PSRL : la liste est donc évidemment très incomplète). Suivent deux sortes d’articles : dans les cinq dernières pages du numéro (qui en comporte environ 75), sous la rubrique « New Books », des présentations rapides (moins d’une page) et peu polémiques de livres récents ; le reste est consacré à de longs essais (entre 10 et 20 pages) savants, parfois dogmatiques, parfois descriptifs, le plus souvent liés à des comptes rendus d’ouvrages, parfois sous forme de lettres adressées au journal et non liées à une publication. Par exemple, dans le numéro 3, un article commence ainsi :

A LETTER to the Author of The present State of the Republick of Letters, concerning the Greek Accents.

[This, the ingenious Writer acquaints me, is intended as a Specimen of a larger Performance, which will quickly follow, if this Coup d’Essay should meet with a favourable reception from the learned, as I do not doubt but it will.]

  • 11 PSRL, mars 1728, p. 211-7. Sur ce périodique voir R.S.Crane et F.B. Kaye op.cit., p. 47, 53, 92 (n. (...)

Sir, […]11.

12Les éléments épistolaires sont réduits : adresse au journal, formule de politesse, signature (« I am, Sir, Your Humble Servant, W.X. Waldham Coll. Oxon. Febr. 21. 1728 »), date et lieu. Après le premier « Sir » et jusqu’à la fin, rien ne rappelle au lecteur qu’il lit une lettre ; celle-ci n’est qu’un essai déguisé en correspondance ; le périodique offre à un savant la possibilité de tester ses hypothèses, mais n’entretient nulle correspondance avec le lecteur. Néanmoins, cet appareil épistolaire, même minimal, sous-entend, d’une part, la possibilité que chaque lecteur puisse envoyer ses propres contributions, mais aussi qu’il puisse réagir à ce qui n’est qu’un « coup d’essai » et non un ouvrage définitif, et ainsi infléchir, par de potentielles réponses, une recherche en cours.

  • 12 PSRL, février 1729, p. 89.

13Ce coup d’essai de la revue semble sans lendemain. Il faut attendre février 1729 pour qu’une nouvelle lettre soit publiée, sans lien, cependant, avec la précédente ni, d’ailleurs, avec quelque publication que ce soit : « An ENQUIRY into the original Meaning of COCK-THROWING on Shrove-Tuesday. In a Letter to a Friend ».12 Cette « enquiry » est à la fois une étude historique et une dénonciation de cette coutume populaire et carnavalesque, ici jugée comme barbare, qui consistait à projeter toute sorte de missiles (pierres, légumes, assiettes, etc.) sur un coq attaché en place publique le jour du mardi-gras. L’essai, qui était, comme on nous l’explique, d’abord destiné à un ami, est inclus dans une lettre adressée au journal et présenté ainsi :

  • 13 Ibid., p. 90.

SIR, Your Approbation of the following Conjecture, is sufficient reason for its appearing abroad. If what is here offered should have the good fortune to contribute towards abolishing this barbarous Custom, (the only View I had in drawing up these few Pages) the Publick in great measure will be obliged to you for it.
I am
, SIR, Your most obedient Servant,
The AUTHOR13.

  • 14 Ces mots apparaissent un peu plus loin dans la lettre – que l’auteur souhaite « agreeable and enter (...)

14La revue fonctionne ici comme une plate-forme de circulation entre gens civilisés (ennemis des « barbarous customs ») qui donne à lire au public (« appearing abroad ») des essais (« conjecture ») qui peuvent l’éduquer et le réformer (« we hope in due time useful also to the Publick »14). Comme dans l’exemple précédent un système d’échange est envisagé : le public (d’autres lecteurs) peut théoriquement réagir et faire imprimer ses réactions. Cette possibilité va se concrétiser deux mois plus tard.

  • 15 Ibid., avril 1729, p. 287-8.

A LETTER from Oxford, relating to the Writers against Sir Isaac Newton’s New System of Chronology ; and particularly Mr. Bedford’s late book, &c.
THE following Letter should have been printed in the last Journal, had it not come too late: And therefore we think this a proper place for it.
SIR, IN your Journal for the Month of February last, you very impartially sum up the Reverend and Learned Mr. Bedford’s Arguments against Sir Isaac Newton’s Chronology, and lay them in the clearest light before your Readers. […] I have examined Mr. Bedford’s Objections with the closest Attention I am capable of; and cannot but declare, that, in my opinion, they are very weak and inconclusive. […] I am, Sir, Your Humble Servant, W.X. Wadham Coll. Mar. 2915.

  • 16 Ces renvois sont dans le corps de la lettre, aux pages 287 et 286 de l’article. « W.X. » a déjà été (...)

15C’est un article publié dans le journal qui fournit au lecteur le motif de sa lettre et justifie sa réaction. La lettre n’est pas un simple essai détachable de son contexte spatio-temporel : elle s’inscrit dans l’histoire de la revue elle-même – elle construit et infléchit cette histoire. Il est d’ailleurs remarquable que cette lettre ne contient aucune réfutation, aucune analyse. Elle se contente de renvoyer les lecteurs à des essais déjà publiés (« two small essays which were by your means introduced into the world ») et à une lettre à venir (« The result of this examination I cannot communicate to you before May next ») ; de plus, le signataire est un familier du journal, une figure récurrente, nullement journaliste mais composante substantielle du journal16.

16Ce qui apparaît ici n’est pas un simple essai présenté sous forme de lettre. Les éléments épistolaires sont certes minimisés mais ils existent bien : d’une part, ils supposent un droit de réponse des autres lecteurs de la revue, qui peuvent à leur tour demander à ce que l’on publie leurs lettres ; d’autre part, ils présument la possibilité de revenir et de corriger ce que l’on a écrit – ces coups d’essais ne sont pas des textes figés, des livres achevés. On peut ainsi observer dans les premières années des revues la mise en place de ce qui va devenir la « contribution » du lecteur : une sorte d’essai, en lien ou non avec d’autres publications, adressée par l’intermédiaire du journal à l’ensemble du public lettré (et non à des individus identifiés), qui ne distingue pas le simple lecteur du savant reconnu ou de l’écrivain professionnel, et qui peut entraîner réponses ou controverses (qui restent normalement sérieuses – elles ne traitent que de sujets littéraires ou scientifiques – et polies – c’est-à-dire, dépourvues d’invectives, d’ironie ou de satire).

  • 17 Sur les revues à la fin du dix-huitième siècle, voir Derek Roper, Reviewing before the Edinburgh. 1 (...)

17Cette forme de courrier des lecteurs disparaît peu à peu des revues ; on ne trouve plus de lettres dans les grandes revues du dix-neuvième siècle17. Cependant des lettres critiques et polémiques continuent d’être envoyées – elles ont simplement changé de destinataire et on les retrouve dans les magazines, où, nous le verrons, s’élabore également une autre forme de courrier. Pour comprendre les particularités de ce dernier, il nous faut faire un détour par un troisième type de périodique, dans lequel un nouveau mécanisme s’élabore : la signature fictionnelle.

  • 18 Sur l’histoire des essais périodiques voir Robert DeMaria, « The Eighteenth-Century Periodical Essa (...)
  • 19 À la question « Is there [ ?] a Poet among the Athenian Society [les journalistes de l’Athenian Gaz (...)
  • 20 Ainsi, les premières questions-réponses de l’Observator n°12 (May 11, 1681) constituent-elles une a (...)

18L’essai périodique du type Spectator, qui forme la plus typiquement anglaise des publications périodiques, s’inspire de deux sources : les périodiques de type « questions-réponses » et les compilations de lettres dérobées18. Au dix-septième siècle plusieurs publications sollicitent de leurs lecteurs des questions auxquelles le, ou les journalistes fournissent des réponses. Le principe est parfois artificiel (le journal évite de répondre aux questions19 ) et parfois arbitraire (le journal ne publie que des questions qui justifient la défense d’une idéologie religieuse ou politique précise20), cependant, s’établit ici un rapport, certes inégal, mais concret, entre lecteurs et journaux : la voix du public s’imprime et se lit ; elle influence la voix du journaliste qui, même s’il est en position de supériorité (c’est lui qui détient le savoir) doit rendre des comptes, se justifier et parfois se disculper. Le procédé en tant que tel disparaît après la Review (1704-1713) de Daniel Defoe.

  • 21 Quelques exemples : A Poste with a madde Packet of Letters, 1602 ; Il Coriere svaligiato, 1644 ; La (...)

19Seconde source, le recueil de lettres privées, égarées ou dérobées, que l’on imprime pour le public et que l’on agrémente, parfois, des commentaires de lecteurs voyeuristes21. Le procédé disparaît également au dix-huitième siècle. La fictionnalité de ces lettres, loin d’être dissimulée, est clairement mise en avant (noms au symbolisme transparent, situations stéréotypées, signification morale soulignée…) et fait de ces recueils une des origines vraisemblables du roman épistolaire. Mais cette fictionnalité fonde également un élément essentiel de l’essai périodique.

  • 22 Voir par exemple Alain Bony, Joseph Addison et la Création littéraire : Essai périodique et moderni (...)

20Celui-ci naît avec le Tatler (1709) de Richard Steele et le Spectator de Joseph Addison et Steele (1711-1712). La place de lettres de lecteurs est centrale : soit publiées en entier, soit points de départ de la réflexion du journaliste, elles sont indispensables et on les retrouve dans chaque numéro dès l’apparition du genre. Ce mode de fonctionnement s’inspire, d’une part, du rôle de conseiller que les journaux « questions-réponses » jouaient auprès de leur lectorat, et, d’autre part, du statut fictionnel revendiqué des recueils de lettres volées. Pièce indispensable de ce mécanisme, la « persona » des journalistes et des lecteurs. Les lettres et leurs réponses sont en effet systématiquement et explicitement écrites dans un style reconnaissable : le positionnement idéologique, l’origine géographique, et la provenance sociale comptent autant que le contenu et sous-entendent toujours une possible distance critique de la part du lecteur de l’essai. Cet aspect est particulièrement évident dans les lettres aux thématiques proches du roman (satire sociale ou incertitudes sentimentales), mais il n’empêche nullement d’aborder des questions sérieuses et on le retrouve même dans les essais périodiques à visée politique. Le déploiement de ces stratégies énonciatives est bien étudié du point de vue des journalistes22, il l’est un peu moins du côté des lecteurs. Les conséquences pour le développement du courrier des lecteurs sont, quoi qu’il en soit, évidentes et singulières. Les échanges qui s’y publient sont de nature unique : ils affirment partout leur caractère fictionnel – ils ne prétendent pas provenir d’un lecteur réel, mais d’une construction discursive plus ou moins réaliste ou caricaturale, plus ou moins éloignée de ses convictions personnelles, plus ou moins mercenaire. Cette fictionnalité, en particulier les jeux complexes qu’introduisent les signatures des lettres – acronymes, sobriquets ou allusions –, va s’exporter et devenir un élément rituel dans toutes sortes de lettres. Ainsi, dans les magazines, les lettres vont se doter de cette signature, généralement fictive, mais toujours suggestive et singularisante : les lettres ne serons plus générales (comme dans les revues) mais personnelles.

  • 23 Voir Robert Wieder, Pierre Motteux et les débuts du journalisme en Angleterre au XVIIe siècle, Pari (...)
  • 24 Sur la naissance des magazines voir A. Sullivan, op. cit., vol. I, viii-xvii. Sur la place du magaz (...)

21Le premier véritable magazine est le Gentleman's Magazine or Trader’s Monthly Intelligencer (1731-1868), édité par Edward Cave. Ces publications prétendaient être de véritables « magasins » d’informations, des dépôts de nouvelles utiles ou amusantes. Le prototype de ce genre de miscellanées est le Gentleman's Journal (1692-1694) de Peter-Anthony Motteux (né Pierre Antoine Motteux) ; il offrait, sous forme de lettres mensuelles, un recueil généraliste d’informations, d’essais, de littérature et de traductions23. Le magazine de Cave va connaître un grand succès et servir de modèle à plusieurs concurrents aux dix-huitième et dix-neuvième siècles24. Il est partagé en deux parties : la première (Gentleman's Magazine) propose un résumé des meilleurs essais, articles lettres publiées par d’autres périodiques ; la seconde (Trader’s Monthly Intelligencer) signale les naissances, décès et mariages notables, annonce les banqueroutes et les promotions, donne le cours des actions du cuivre et du blé. La première partie, qui est une sélection des meilleurs passages des essais périodiques, revues et journaux d’informations publiés au cours du mois contient de fait de nombreuses lettres (adressées à ces journaux, revues, essais). Cependant, jusqu’en 1734, les seules contributions que le Gentleman accepte de ses lecteurs sont sous forme de poèmes. Au mieux, quelques lignes introduisent le thème traité ou les motivations du poète :

  • 25 The Gentleman’s Magazine, décembre 1731, p. 536. Sur ce magazine voir A. Sullivan, op. cit., vol. I (...)

To the Author of the Gentleman’s Magazine.
SIR, I am a young Man who divert some of my unbended hours with Poetry; if you think the following essay worthy your notice, your publishing it will be a great encouragement to
Your respectful Admirer, and humble Servant, J.B-l25.

22L’ « essai » poétique annoncé est ici une longue églogue sur la Nativité. Ces essais poétiques (la section s’intitule « Poetic Essays » – à la fois contributions semblables à celles que l’on trouve dans d’autres périodiques et tentatives, coups d’essais d’amateurs), adressés à « Sylvanus Urban », le nom de plume du rédacteur, ou à d’autres lecteurs, deviennent, dans les années qui suivent, un lieu d’échange et de critique. Un dialogue se noue, un droit de réponse, une possibilité de publier ses réactions à la lecture du magazine apparaissent :

  • 26 The Gentleman’s Magazine, novembre 1734, p. 619.

To SYLVANUS URBAN, Gent.
Indeed Mr URBAN, I must tell you ’tis hard
That you, to my poem, should shew no regard;
You might have said something, had it been the less
But to send no return, but my own from the press,
Makes me almost wish I had kept to my stitching26!

23« Fidelia », poétesse ignorée par le Gentleman, qui ne daigna pas publier un de ses poèmes (qui portait sur un sujet religieux), rétorque par une missive où elle accuse Sylvanus Urban de préférer les auteurs masculins, même s’ils ont moins de talent. À quoi Mr Urban répond :

  • 27 Ibid., p. 619-20.

To FIDELIA in Answer to her two EPISTLES.
Bright maid! since URBAN you accuse
That no regard is paid your muse,
And at his wonted silence vex
(A hateful penance to your sex,)
Left this misconstrued slight to merit27 […]

24Et il conclut sa réponse en expliquant que seul le talent, ou son absence, est un critère d’insertion ou de rejet : qu’elle soit femme ou homme, son poème religieux ne présentait nul intérêt – alors que sa lettre courroucée méritait, elle, d’être reproduite. Il ne restait dès lors qu’un pas minime à franchir pour qu’une véritable correspondance entre le journal et ses lecteurs se mît en place ; c’est chose faite un mois plus tard.

25Dans le numéro de décembre 1734, et sur la première page, apparaissent en effet deux lettres directement adressées au magazine. La première débute ainsi :

  • 28 Ibid., décembre 1734, p. 1.

To the Author of the Gentleman’s Magazine.
MR URBAN, The Time drawing near which must determine the Part great Britain will take in the present War, it may not be amiss to lay before your Readers the Answer of King Stanislaus to the Proposal of renewing his Pretensions to the Crown of Poland 28 […].

  • 29 Ibid.

26Ces quelques lignes introduisent ce que nous avons défini plus haut comme étant une contribution : la forme épistolaire est ici une convention qui permet d’insérer un essai envoyé par un lecteur au sein d’un périodique. La conclusion de cette lettre souligne l’aspect novateur de cet article dans les pages du magazine : « If I find you inclinable to insert prose Essays, as you do many in verse, I may frequently be your Correspondent »29. L’innovation est ainsi soulignée par le correspondent lui-même : les essais poétiques sont dorénavant remplacés (même s’ils ne disparaissent pas entièrement) par des essais en prose. Cette mutation n’est pas seulement formelle, car la place de ces lettres va devenir centrale dans le magazine et finir par en constituer l’essentiel. De plus, une autre transformation se déroule dans les pages de ce numéro de décembre 1734, qui va donner naissance à une forme novatrice de courrier de lecteur – sa forme la plus achevée : la lettre à la rédaction.

  • 30 Daniel Waterland, The Importance of the Doctrine of the Holy Trinity asserted, in Reply to some lat (...)
  • 31 Phillips Glover, A Letter to the Reverend Dr. Waterland, concerning the Nature and Value of Sinceri (...)
  • 32 P. Glover, 1.
  • 33 Ibid., 2.
  • 34 The Gentleman’s Magazine, mai 1734, p. 260-1. La lettre fut initialement publiée dans le Weekly Mis (...)
  • 35 Ibid., p. 261.
  • 36 Ibid., juillet 1734, p. 370.
  • 37 Ibid., juillet 1734, p. 370.

27Sur la deuxième page, après une seconde contribution écrite en réaction à un essai publié dans les Philosophical Transactions, apparaît une troisième lettre adressée, comme les autres, au magazine, et, par son intermédiaire à l’ensemble des lecteurs, mais qui est de plus, contrairement aux deux premières, liée à une correspondance antérieure. Pour comprendre ce qui se noue ici, il nous faut retracer l’histoire d’une controverse religieuse mineure. En 1734 le Dr. Daniel Waterland (1683-1740) publie un ouvrage intitulé The Importance of the Doctrine of the Holy Trinity30 dans lequel il combat les tendances arianistes qui se manifestent à Cambridge dans les années 1710-1720. Parmi les réponses que ce texte occasionne paraît une longue lettre adressée au Dr Waterland, A Letter to the Reverend Dr. Waterland, Concerning the Nature and Value of Sincerity31, dans laquelle l’auteur (le pamphlet est anonyme : il s’agit vraisemblablement de Phillips Glover) reproche en des termes assez vifs (« a very careless and contemptuous, not to say ludicrous and immoral, manner »32) à ce défenseur de l’orthodoxie anglicane de n’avoir pas accordé à la Doctrine de la Sincérité la place qu’elle mérite, et condamne vigoureusement son recours permanent à l’autorité de l’Église (« the artillery of Fathers, Councils, Creeds, and Churches »33). Dans le Gentleman’s Magazine de mai une lettre signée « Academicus » s’en prend au pamphlet de Glover, « who, after 30 Pages capering and curvetting in the Philosophical Mode, leaves you just as wise as he found you »34, dont le style pompeux trahit à chaque ligne une grande confusion mentale et une absence totale d’idées, « swelling words without sense or meaning »35. En Juillet 1734, au milieu de sa sélection d’articles et de lettres tirés des essais périodiques récemment parus, le Gentleman’s Magazine publie une réponse à Academicus. Cette lettre, signée « PHILALETHES », débute par une justification : « Mr Urban, as you have been pleased to give room to some scurrilous remarks of one who stiles himself Academicus, you are desired, in justice to […] afford as much Room for a short Defence […] »36. Défense qui prend vite la tournure d’une attaque contre le Dr Waterland : « the Doctor has given Reason to think that he is one of the greatest and worst Heretick that ever lived »37. Glover, l’auteur de la Letter to Dr Waterland concerning Sincerity, se sentant incompris à la fois par ceux qui le condamnent et par ceux qui le défendent décide alors d’envoyer à son tour une lettre au Gentleman’s Magazine afin d’exposer sa position. Il commence par ces mots :

  • 38 Ibid., décembre 1734, p. 2.

To the Author of the Gentleman’s Magazine.
SIR, For the Sake of Truth, you are desired to insert in your next Magazine what follows.
The Author of a Letter to Dr. Waterland concerning Sincerity, […] is willing to rectify any Mistake either of his Friends or Enemies ; and therefore desires it may be known, that Philatethes, in his Letter to you […] has mistaken his Design ; which was not […] to prove, that Dr. Waterland was the greatest Heretick that ever lived. […] The Letter of Academicus, […] so far as concerns him, he looked on as a great Instance of ill-manners and want of Judgment38.

  • 39 Sur les tissages spatio-temporels voir U. Heyd, op. cit., p. 231-248.

28Glover réfute ensuite point par point les erreurs commises dans les lettres précédentes. Le journal devient ici un lieu d’échange de correspondances qui tisse des liens temporels (les numéros se répondent de mois en mois) et spatiaux (les lecteurs s’interpellent de ville en ville39).

  • 40 Publié sous trois titres différents : London Magazine ; or Gentleman’s Monthly Intelligencer, 1732- (...)

29La lecture des premières années du London Magazine40, le concurrent Tory du Gentleman’s Magazine, dont la sensibilité était plutôt Whig, permet de faire le même constat : il reproduit de nombreuses lettres publiées ailleurs ; la première correspondance originale est sous forme d’essais poétiques ; les premières lettres de lecteurs adressées directement à « the Author of the London Magazine » apparaissent quelques années plus tard (en février 1737), puis ces lettres s’insèrent dans un réseau de correspondance où sont impliqués d’autres lecteurs, d’autres numéros du magazine et d’autres publications (mars 1737).

30Les magazines, dont la nature est de collecter ce qui s’imprime dans les autres périodiques, reproduisent toutes les formes de correspondance existante. Ce faisant ils les mettent en contact, les confrontent, et ils finissent par publier des lettres de lecteurs à propos de celles-ci. On peut voir ici la mise en place de la forme canonique du courrier des lecteurs, que j’ai appelée la « lettre à la rédaction » : des lettres signées (même si le signataire se cache sous un pseudonyme), qui exposent des opinions personnelles et non des vérités universelles, liées à la publication d’un article ou d’une lettre antérieure et qui s’adressent à la fois au public en général, aux auteurs antérieurs en particulier et au rédacteur du magazine.

31Au terme de ce tour d’horizon des différentes formes de publications périodiques au dix-huitième siècle, on s’aperçoit que les lettres de lecteurs qui s’y publient sont de nature différente, renvoient à des fonctions dissemblables. On constate également une nette évolution diachronique qui produit, à la fin du siècle, une forme aboutie et stable de courrier, la lettre à la rédaction, que nous retrouvons au siècle suivant et qui s’est peu à peu dégagée des formes antérieures (exposant non plus les vérités universelles des « contributions », les essais dégagés de tout contexte des « lettres fictionnelles » ou les discours parlementaires détournés des « débats publics ») : ces lettres sont adressées à la communauté des lecteurs (le public) et au rédacteur du journal (qui garantit un droit de réponse, une équité de traitement des opinions et une libre circulation épistolaire) ; elles sont signées par un lecteur singulier (son point de vue est partiel) et identifiable (même s’il utilise des initiales ou un pseudonyme, car ceux-ci sont significatifs) ; elles abordent des sujets topiques (liés à des thèmes ou des interrogations contemporaines et locales) ; elles sont liées à d’autres lettres ou articles publiés (elles sont prises dans une correspondance, un espace et une temporalité).

  • 41 Pour une étude de ces évolutions, voir Samuel Baudry, « « The Reviewers reviewed » : criticism in e (...)

32Mais cette évolution conduit également à une redistribution de ces lettres au sein des formes de périodiques. Ainsi les contributions publiées dans les revues dépassent peu à peu leur statut d’essais auxquels l’épistolarité fournit un simple prétexte de publication pour devenir de véritables lettres qui répondent à d’autres lettres ; puis, après les années 1770, cette forme de courrier n’est plus publiée dans les revues, qui entendent alors exprimer les opinions de critiques professionnels, si bien que les lecteurs n’auront d’autres solutions pour communiquer leurs réactions d’amateurs que de se tourner vers les magazines. Les lettres de lecteur qui s’y publient – et il s’en publie abondamment – commentent cette mutation et, en particulier, la position d’autorité adoptée par les revues : elles vont à l’encontre du principe de réciprocité que le courrier des lecteurs avait permis jusqu’alors ; en confisquant la parole directe, non médiatisée, du public, en marginalisant les contributions d’amateurs, elles annoncent la professionnalisation du critique et, plus généralement, du journaliste41.

Haut de page

Notes

1 The Public Register or The Freeman’s Journal, vol. VIII., n. 54, janvier 1, 1771 - Janvier 3, 1771, p. 214. Ce journal est répertorié sous la référence n. 767 dans Ronald Salmon Crane et Frederik B. Kaye, (dir.), A Census of British Newspapers and Periodicals 1620-1800 Londres, Holland Press, 1966, p. 94 ; voir également Robert B. White, Jr., The English Literary Journal to 1900, Detroit, Gale Research Company, 1977, p. 153.

2 Pour une étude des stratégies commerciales des périodiques voir Uriel Heyd, Reading Newspapers : Press and the Public in Eighteenth-Century Britain and America, Oxford, Voltaire Foundation, 2012, p. 81-107.

3 Cette classification s’inspire de celles de Richmond P Bond dans son « Introduction », Studies in the Early English Periodical, Richmond P. Bond, (dir.), Chapel Hill, N.C., 1957, p. 15-44 et de Jason Solinger dans « Eighteenth-Century Journalism », The Oxford Encyclopedia of British Literature, David Scott Kastan, (dir.), 5 vols, Oxford, Oxford University Press, 2006, vol. II, p. 239-42.

4 Pour une présentation synthétique du débat, voir Bob Harris, Politics and the Rise of the Press: Britain and France 1620-1800, Londres, Routledge, 1996, et Hannah Barker et Simon Burrows, (dir.), Press, Politics and the Public Sphere in Europe and North America, 1760-1820, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

5 L’apparition et le développement des premières gazettes sont décrits dans P. M. Handover, History of the London Gazette 1665-1965, Londres, Her Majesty’s Stationary Office, 1965.

6 The Daily Courant 615, mercredi, 5 avril, 1704, p. 2. Pour une présentation de ce journal on pourra consulter R. Harris op. cit., p.10, R. S. Crane et Kaye p. 30 (n. 164).

7 The Daily Courant 8678, lundi, 4 août, 1729, p. 2.

8 B. Harris, op.cit., p. 37-50.

9 Sur les débuts des revues voir Walter Graham, The Beginnings of English Literary Periodicals, Oxford, Oxford University Press, 1926.

10 Par exemple « Mr Hooks Answer to Monsieur Auzout’s Considerations, in a Letter to the Publisher of these Transactions », Philosophical Transactions of the Royal Society 6, 1665, p. 64.

11 PSRL, mars 1728, p. 211-7. Sur ce périodique voir R.S.Crane et F.B. Kaye op.cit., p. 47, 53, 92 (n. 747, 380, 316) et Alvin A. , (dir.), British Literary Magazines, 4 vols, Westport, Greenwood Press, 1983-6, vol I, p. 276-80, 160-3.

12 PSRL, février 1729, p. 89.

13 Ibid., p. 90.

14 Ces mots apparaissent un peu plus loin dans la lettre – que l’auteur souhaite « agreeable and entertaining », Ibid.

15 Ibid., avril 1729, p. 287-8.

16 Ces renvois sont dans le corps de la lettre, aux pages 287 et 286 de l’article. « W.X. » a déjà été rencontré en mars 1728 (voir plus haut).

17 Sur les revues à la fin du dix-huitième siècle, voir Derek Roper, Reviewing before the Edinburgh. 1788-1802, Londres, Methuen, 1978.

18 Sur l’histoire des essais périodiques voir Robert DeMaria, « The Eighteenth-Century Periodical Essay », dans The Cambridge History of English Literature, 1660-1780, John Richetti (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 527-48. Le rôle des lettres de lecteurs dans les essais périodiques a été étudié par Donald F. Bond, « Introduction », dans The Spectator, Donald F. Bond (dir.), 5 vols, Oxford, Clarendon Press, 1965, vol. I, xxxvi-xliii, et par Alain Bony, Joseph Addison, Richard Steele: The Spectator et l'essai périodique, Paris, Didier Érudition, 1999, p. 199-206.

19 À la question « Is there [ ?] a Poet among the Athenian Society [les journalistes de l’Athenian Gazette], and suppose a Question shoul’d be sent in Verse, should it be answer’d in the same ? », le journal répond : « ’Twill be time enough to answer this when the Querist has made the Experiment », The Athenian Gazette: or Casuistical Mercury, décembre 1691, p. 1. Sur l’Athenian Gazette voir R. S. Crane et F. B. Kaye, op. cit., p.16 (n. 32) et. R. B. White, op. cit p. 55-6.

20 Ainsi, les premières questions-réponses de l’Observator n°12 (May 11, 1681) constituent-elles une attaque systématique de l’Observator Observed, publication concurrente non-conformiste. Sur l’Observator voir R. B. White, op. cit., p. 144 et R. S. Crane et F. B. Kaye, op. cit., p. 80 (n. 636 ; l’Observator Observed porte la référence n. 637)

21 Quelques exemples : A Poste with a madde Packet of Letters, 1602 ; Il Coriere svaligiato, 1644 ; La Valize ouverte, 1680 ; The Post-boy rob'd of his Mail, 1692 ; The Unknown Lady's Pacquet of Letters, 1707.

22 Voir par exemple Alain Bony, Joseph Addison et la Création littéraire : Essai périodique et modernité, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, Université de Lille III ; Lyon: C.E.R.A.N., Université Lyon-2, 1985.

23 Voir Robert Wieder, Pierre Motteux et les débuts du journalisme en Angleterre au XVIIe siècle, Paris, G. Legrand, 1944.

24 Sur la naissance des magazines voir A. Sullivan, op. cit., vol. I, viii-xvii. Sur la place du magazine dans la société anglaise du dix-huitième siècle voir Paul Langford, A Polite and Commercial People, Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 90-9.

25 The Gentleman’s Magazine, décembre 1731, p. 536. Sur ce magazine voir A. Sullivan, op. cit., vol. I, p. 136-40, R.S. Crane et F. B. Kaye, op. cit., p. 43 (n. 277), Harris, op. cit., p. 34 et R. B. White, op. cit., p. 98-104.

26 The Gentleman’s Magazine, novembre 1734, p. 619.

27 Ibid., p. 619-20.

28 Ibid., décembre 1734, p. 1.

29 Ibid.

30 Daniel Waterland, The Importance of the Doctrine of the Holy Trinity asserted, in Reply to some late Pamphlets, Londres, W. Innys et R. Manby, 1734.

31 Phillips Glover, A Letter to the Reverend Dr. Waterland, concerning the Nature and Value of Sincerity: with some Remarks on his Treatment of it, in a late Treatise, entitled, The Importance of the Doctrine of the Holy Trinity asserted, Londres, 1734, Eighteenth Century Collections Online, Gale (page consultée le 22 février 2013).

32 P. Glover, 1.

33 Ibid., 2.

34 The Gentleman’s Magazine, mai 1734, p. 260-1. La lettre fut initialement publiée dans le Weekly Miscellany du 18 mai 1734.

35 Ibid., p. 261.

36 Ibid., juillet 1734, p. 370.

37 Ibid., juillet 1734, p. 370.

38 Ibid., décembre 1734, p. 2.

39 Sur les tissages spatio-temporels voir U. Heyd, op. cit., p. 231-248.

40 Publié sous trois titres différents : London Magazine ; or Gentleman’s Monthly Intelligencer, 1732-1735 ; London Magazine and Monthly Chronologer, 1736-1782 ; London Magazine enlarged and improved, 1783-1785. Pour plus d’informations sur ce périodique on pourra consulter A. Sullivan, op. cit., vol. I, p. 202-6, R. B., op. cit, p. 123-4 et R. S. Crane et F. B. Kaye, op. cit p. 56, 73 (n. 398 et 570).

41 Pour une étude de ces évolutions, voir Samuel Baudry, « « The Reviewers reviewed » : criticism in eighteenth-century letters to the editor », RSÉAA XVII-XVIII HS3, Modernité du XVIIIe siècle, Baudouin Millet (dir.), 2013, p. 301-12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Baudry, « « Everything conducive to the publick good » : Les premières lettres de lecteurs dans la presse britannique au début du XVIIIe siècle », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 09 décembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://episteme.revues.org/302 ; DOI : 10.4000/episteme.302

Haut de page

Auteur

Samuel Baudry

Samuel Baudry est Maître de Conférences à l’Université Lumière Lyon II. Sa thèse portait sur les méthodes critiques dans l’Edinburgh Review (1802-1815). Il est membre de l’UMR LIRE 18 (CNRS-Lyon 2) où il coordonne avec Denis Reynaud un  projet sur les lettres de lecteurs dans la presse au dix-huitième siècle. Ses publications récentes liées à la presse et aux transferts culturels sont : « Imitation and translation : the debate in eighteenth-century Britain and Ireland ». Intellectual Journeys: The Transition of Ideas in Enlightenment England, France and Ireland, Lise Andries, Frédéric Ogée, John Dunkley et Darach Sanfey (dir.), SVEC 2013:12, Oxford, Voltaire Foundation, 2013, p. 17-34 ; « « The Reviewers Reviewed » : Criticism in Eighteenth-Century Letters to the Editor », RSÉAA XVII-XVIII HS3, 2013, p. 301-12 ; « Foreignizing Macpherson : Translating Ossian into French after Le Tourneur and Lacaussade ». Translation and Literature 22 :3, 2013, p. 322-42.

Samuel Baudry is Senior Lecturer at the university Lumière Lyon II. His Dphil focused on the critical methods of the Edinburgh Review (1802-1815). He is a member of the research group LIRE 18 (CNRS-Lyon2) for which he codirects with Denis Reynaud a project on the letters to the editors in the eighteenth century press. His recent publications on cultural transfers and the press include:
« Imitation and translation : the debate in eighteenth-century Britain and Ireland ». Intellectual journeys: the transition of ideas in Enlightenment England, France and Ireland, Ed. Lise Andries, Frédéric Ogée, John Dunkley and Darach Sanfey, SVEC 2013:12, Oxford, Voltaire Foundation, 2013, p.17-34.
« “The Reviewers Reviewed”: Criticism in Eighteenth-Century Letters to the Editor », RSÉAA XVII-XVIII HS3, 2013, p. 301-12.
« Foreignizing Macpherson : Translating Ossian into French after Le Tourneur and Lacaussade ». Translation and Literature 22 :3, 2013, p. 322-42.

Haut de page
  • Revues.org