Navigation – Plan du site
I. Newssheets et feuilles volantes : Influences et transferts culturels dans les presses ‎anglaise et française, 1600-1830

« Associer le public dans son entreprise » : les premières lettres de lecteurs dans la presse française

Denis Reynaud

Résumés

En 1631, Renaudot invitait le public à corriger les erreurs de sa Gazette: proposition qui demeura lettre morte. D’autres périodiques, tel le Mercure galant, firent dès l’origine une large place aux contributions de leurs lecteurs. Mais pouvait-on parler de courrier des lecteurs ? Pour peu que l’on donne de celui-ci une définition stricte, on constate qu’il s’agit d’un phénomène qui n’apparaît et ne se développe, en France plus tard qu’ailleurs, qu’à partir des années 1750 ; d’abord dans le Mercure de France de Marmontel ; puis, massivement, dans d’autres périodiques tels le Journal de Paris. Le courrier des lecteurs, sans doute lié au mouvement encyclopédique, devient alors le lieu où se manifeste la contestation de l’autorité exclusive, et où naît, pour le meilleur et pour le pire, une forme de journalisme participatif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les premiers sondages que nous avons effectués n’invitent pas à penser que la situation a été diffé (...)

1Les périodiques politiques furent d’abord entièrement composés de lettres, adressées au rédacteur du journal ou du moins recueillies par lui : c’est le « modèle gazette », tel qu’il naquit au Pays-Bas dans les premières années du XVIIe siècle ; tel que Théophraste Renaudot l’adapta pour le marché français et selon les exigences de Richelieu ; et tel qu’il perdura, quasiment inchangé, jusqu’à la Révolution française. Le gazetier, qui ne parle jamais en son nom, compile des lettres venues des quatre coins de l’Europe. Cette nature fondamentalement épistolaire de la presse à ses origines, fut rapidement renforcée par divers modes de contribution du public, notamment dans les périodiques scientifiques et culturels. Mais, faute de définir la nature et la fonction de ces contributions, on risque de croire que le courrier des lecteurs a toujours existé. Or ce phénomène, qui nous semble aujourd’hui si naturel, si consubstantiel à l’idée même de la presse, fut pratiquement étranger au premier siècle du développement des périodiques, du moins en France1.

2Dans la préface qu’il rédigea pour la Gazette de 1631, Théophraste Renaudot se présente très honnêtement en correspondant débordé, avant d’annoncer une sorte de presse collaborative :

Je suis bien trompé si les plus rudes censeurs ne trouvent digne de quelque excuse un ouvrage qui se doit faire en quatre heures du jour que la venue des courriers me laisse toutes les semaines pour assembler, ajuster, et imprimer ces lignes. Mais encore se trouvera-t-il peut-être des personnes curieuses de savoir qu’en ce temps-là tel bruit était tenu pour véritable, et ceux qui se scandaliseront possible de deux ou trois faux bruits qu’on nous aura donnés pour vérités, seront par là incités à débiter au public par ma plume (que je leur offre à cette fin) les nouvelles qu’ils auront plus vraies, et comme telles plus dignes de lui être communiquées.

  • 2 Le troisième est le Journal des savants, où le courrier des lecteurs stricto sensu n’a pas sa place (...)

3Mais cette promesse ne sera pas tenue, ni par Renaudot, ni par ses successeurs à la tête de la Gazette (de France). On verra que c’est dans un autre des trois périodiques officiels de la monarchie, le Mercure de France2, qu’il faut chercher la naissance et le développement du courrier des lecteurs, mais guère avant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

  • 3 Voir Hervé Guénot, « Cent questions et réponses (1704) », dans J. Sgard (dir.), Dictionnaire des jo (...)
  • 4 Plus intéressant est le cas des feuilles de type spectateur qui fleurirent en Europe à l’imitation (...)

4Dangereuse affirmation, que l’on aura beau jeu d’infirmer en produisant des exemples nombreux et bien antérieurs de participation des lecteurs. Par exemple, dès 1704, l’abbé Laurent Bordelon publiait à Paris un mensuel intitulé Cent questions et réponses sur différents sujets3. Cette même année, dans le n° 50 de sa Review, Daniel Defoe annonçait qu’il répondrait désormais aux questions de son choix, dans une rubrique intitulée : « Advice from the Scandal. Club. To the curious enquirers ; in answers to letters sent for that purpose ». Ce journalisme de type « Question and Answer » était inspiré par l’Athenian Mercury de John Dunton (1691-1697), dans lequel une équipe d’experts (club) répondait à des questions plus ou moins authentiques allant du plus banal (les vers intestinaux) au plus métaphysique (la nature des anges)4.

5Dans les dernières décennies du XVIIe siècle et les premières du XVIIIe, de nombreux autres périodiques publient des lettres. Mais ces exemples peuvent être écartés ou réduits au statut d’exceptions, si l’on admet une définition restreinte du courrier des lecteurs, qui nous permettra de le distinguer d’une part de la masse des productions épistolaires émanant de correspondants officiels et d’informateurs rémunérés ; d’autre part des autres formes d’intervention du « public » dans le journal.

6Nous retiendrons pour cela quatre critères :

  • l’adresse. Le courrier doit être explicitement adressé « aux auteurs du journal », « au rédacteur », et non à une tierce personne.

  • l’actualité. Le courrier doit traiter spontanément d’un sujet lié au moment, et admettre voire appeler une éventuelle réponse de la part du rédacteur ou d’autres lecteurs. Ce ne saurait être un « mémoire » où un spécialiste expose le fruit de ses recherches (le Mercure de mai 1707 annonce qu’il en reçoit tant qu’il ne peut plus en payer le port) ; ni un morceau de poésie. Ce critère de spontanéité doit nous conduire à exclure des formes d’interactivité sollicitées par le journal lui-même (notamment les réponses aux énigmes et logogryphes).

  • la gratuité. Certes un lecteur qui écrit à son journal est toujours peu ou prou à la recherche d’une récompense symbolique, sinon matérielle (publicité déguisée) ; mais il doit d’abord affirmer son appartenance à une communauté de lecteurs, ainsi que son souci de contribuer de façon désintéressée à la constitution d’une opinion publique dont le journal est le creuset. Le premier souci du courrier des lecteurs, c’est le journal lui-même.

  • la signature. La qualité de « lecteur » ou, à partir du milieu du XVIIe siècle, d’ « abonné », est ici plus importante que le titre ou l’identité professionnelle. C’est elle qui fonde l’appartenance du correspondant à une communauté démocratique.

7Examinons maintenant le rôle que les directeurs successifs du Mercure ont défini pour leurs contributeurs.

8En juillet 1681, le Mercure galant de Donneau de Visé publie un « Avis » qui fixe quelques règles concernant les contributions qu’il reçoit :

On avertit qu’il ne faut donner aucun argent pour faire recevoir les Mémoires qu’on souhaitera de voir employer dans le Mercure galant. On les mettra tous, pourvu qu’ils ne désobligent point les particuliers par quelques traits satyriques et que les histoires qu’on envoyera n’aient rien qui blesse la modestie des dames.

  • 5 Mercure galant, Paris, janvier 1678.

9Le rédacteur est soucieux de se constituer un large magasin de texte pour lesquels la presse périodique n’est qu’un mode de publication alternatif, faute de mieux. Les meilleurs peuvent d’ailleurs espérer accéder à la dignité du livre : « Je suis pressé par quantité de personnes du beau monde de donner au public un recueil des lettres que le Mercure m’attire des provinces et de plusieurs pays étrangers »5.

10En mai 1714, Le Fèvre de Fontenay, rédacteur du Nouveau Mercure galant, se présente en éditeur soigneux : « Si les savants d’aujourd’hui et ceux qui ont secouru jusqu’à présent les journaux et les mercures, veulent redoubler leurs secours, je redoublerai mon attention à ne point défigurer les bonnes pièces par des fautes d’impression et de copiste. » En janvier 1717, François Buchet, rédacteur du Nouveau Mercure renouvelle cet appel à une société choisie d’auteurs-lecteurs :

La principale attention de celui qui en est chargé, doit être de se ménager des liaisons, et des correspondances, par le moyen desquelles il soit en état de satisfaire au devoir qui lui est imposé ; c’est à quoi j’ai donné mes premiers soins ; mais il s’en faut beaucoup que je sois tranquille sur la foi de ces correspondances. Je sais que pour rendre ce livre digne de l’estime publique, il faudrait que l’auteur fût soutenu d’une société de gens de lettres, qui voulussent persévéramment orner son recueil de leurs différents travaux. […] Si je puis associer le public dans mon entreprise ; ses productions deviendraient les miennes, et par là il s’y intéresserait, non seulement comme lecteur, mais comme auteur. 

11C’est ainsi qu’en octobre 1717, Buchet publie une « Lettre écrite par M. de Marivaux, auteur des Mœurs et des caractères des habitants de Paris, à l’auteur du Mercure », qui commence par ces mots : « Je vous suis obligé, Mr, d’avoir trouvé mes réflexions dignes d’avoir place dans un Mercure estimable par le choix des pièces dont vous les remplissez. »

  • 6 Le Mercure, Paris, Avertissement en tête du numéro de juin 1723.

12Le Mercure d’Antoine de La Roque ne s’écarte pas de cette politique d’anthologie. L’Avertissement placé en tête du numéro de juin-juillet 1721, insiste sur l’idée que le journal est le fruit d’un travail collégial. La Roque s’engage même à supprimer les transitions, ces « délicatesses inutiles » chères à Buchet, au profit d’une simple juxtaposition d’articles. Le rédacteur s’efface derrière les auteurs, comme le ferait un gazetier : « Dans les pièces qui contiennent la critique ou l’apologie de quelque ouvrage d’esprit, on doit considérer que ce n’est presque jamais nous qui parlons »6.

13En janvier 1755, un « Avant-propos » de Louis de Boissy, le nouveau rédacteur d’un journal qui avait pris en 1724 son titre définitif de Mercure de France, s’adresse encore aux « gens de lettres » : « Tous les écrits détachés qui n’ont pas assez d’étendue pour faire une œuvre en forme, et devenir un livre, appartiennent de droit au Mercure. […] Il est même du devoir du bon citoyen de rendre publics ses amusements. » Le Mercure doit en quelque sorte faire office de dépôt légal.

14Pendant plus de quatre-vingts ans, le Mercure a donc fonctionné comme une académie réservée à des élus qualifiés. La forme de la « lettre à l’auteur » n’y était qu’un artifice de présentation de textes que seule leur relative brièveté destinait à être publiés dans un périodique plutôt qu’ailleurs.

  • 7 Mercure de France, Paris, août 1758, Avant-Propos.

15C’est à Marmontel, qui dirigea le Mercure de France de 1755 à 1760, que revient le mérite d’en avoir fait un véritable lieu de débat entre lecteurs, accueillant les controverses intellectuelles du temps. Désormais le Mercure n’est plus la juxtaposition de voix indépendantes les unes des autres mais le lieu d’un dialogue. Le rédacteur se réserve le rôle d’intermédiaire, et le cas échéant d’arbitre : « Mon premier devoir, est de rendre compte de l’opinion du public ; mais l’opinion du public n’est pas toujours unanime et dans le cas de partage, on me permettra de peser les voix »7.

  • 8 Ibid., janvier 1760, p. 136.
  • 9 Journal de l’agriculture, Paris, octobre 1766, p. 168.

16Entre cent autres, une lettre de janvier 1760 illustre ce nouveau dispositif. Ce n’est pas en tant que président de la Première chambre des enquêtes du Parlement de Paris que Charles-Jean-François Hénault d’Armorezan est admis à s’exprimer, mais à titre de lecteur : « Le président Hénault, à M. Marmontel, auteur du Mercure. En lisant, Monsieur, votre Mercure que je lis toujours avec le même plaisir, j’ai trouvé un article qui me regarde […] »8. Dès lors est en place un modèle qui se répand dans toute la presse française. Par exemple, dans le Journal de l’agriculture d’octobre 1766 : « Messieurs, Nouvellement abonné à votre Gazette et à votre Journal, je ne puis que regretter de ne l’avoir pas connu plus tôt. Je le regarde, en effet, comme une arène où tout vrai citoyen doit s’empresser de concourir […] »9.

17Ce n’est sans doute pas un hasard si le courrier des lecteurs s’impose au moment où paraissent les derniers volumes de l’Encyclopédie. Il correspond à une démocratisation du savoir dont la presse est un des agents. Depuis le Tatler, celle-ci avait contribué à la construction d’une image de civilité bourgeoise ni populaire ni aristocratique, et à l’idée d’une connaissance partagée, aisément accessible. Mais, au cours du siècle, le statut du lecteur a changé : il n’est plus en position de demande (d’une réponse à ses questions), mais d’offre. C’est lui, et non plus le rédacteur, qui détient le savoir, ou du moins une parcelle du savoir.

  • 10 Gazette, ibid.

18Le courrier des lecteurs est le lieu où se manifeste la contestation de l’autorité exclusive, dans quelque domaine que ce soit. On peut bien sûr considérer avec scepticisme les prémices d’un journalisme participatif, d’où les amateurs bénévoles ont chassé les professionnels : voici venu le règne de l’opinion, qui remplace la compétence spécifique des experts. Mais on peut aussi partager le vieil optimisme de Renaudot, dont on a vu qu’il espérait, ou feignait d’espérer, que des lecteurs avisés fussent « par là incités à débiter au public […] les nouvelles qu’ils auront plus vraies, et comme telles plus dignes de lui être communiquées »10.

Haut de page

Notes

1 Les premiers sondages que nous avons effectués n’invitent pas à penser que la situation a été différente en Angleterre. Dans presque tous les domaines liés à la presse (rythmes, formes et formats, libertés), on constate un retard de la France, mais l’évolution est la même dans les deux pays, comme nous le verrons plus loin.

2 Le troisième est le Journal des savants, où le courrier des lecteurs stricto sensu n’a pas sa place. Il n’existe pas d’étude sur le courrier des lecteurs dans le Mercure de France. En revanche la thèse de Roxana Fialcofschi sur Le Journal de Paris et les arts visuels, 1777-1788, M. O’Dea (dir.), Université Lyon 2, 2009, p. 461+ p. 458 s’intéresse en détail à ce phénomène dans l’autre périodique français capital dans ce domaine (notamment les chapitres : « La lettre aux Auteurs du Journal », « Visages de lecteurs », « Le courrier des lecteurs ou l’intensité de l’échange »). Voir aussi les études monographiques de Paul Benhamou, « Les lecteurs des périodiques de Desfontaines », et Hervé Guénot, « Les lecteurs des Nouvelles de la République des Lettres et des Arts (1782-1786) », dans H. Bots (dir.), La Diffusion et la lecture des journaux, Amsterdam, 1988, p. 139-152 et 73-88 ; William Trapnell, « Lettres imaginaires de Steele et Marivaux », Travaux de Littérature, 4, 1991, p. 139-160 ; Christophe Oudin, « Le courrier des lecteurs dans le Journal de Lyon (1784-1791 et 1795-1797) : exemple et évolution du discours bourgeois », mémoire de maîtrise Françoise Bayard (dir.), Université Lyon 2, 1994, 128 p. ; François Bessire, « “Je ne sais pas faire de lettres qui méritent d’être imprimées” : la lettre dans le Spectateur français et Le Cabinet du philosophe », dans Geneviève Goubier (dir.), Marivaux et les Lumières, Publications de l’Université de Provence, 1996, p. 103-113. De rares articles tentent une approche plus synthétique : Alain Nabarra, « La lettre et le journal, la lettre dans le journal », dans G. Bérubé et M.-F. Silver (dir.), La Lettre au xviiie siècle et ses avatars, actes du colloque, U. York, Toronto, Canada, mai 1993, Éditions du Gref, 1996, p. 305-326 ; Mélinda Caron « L’épistolière mondaine anonyme dans les périodiques littéraires d’Ancien Régime (XVIIe-XIIIe siècle) », article électronique, Médias 19, 2011. Pour la période révolutionnaire, voir Jean-Marie Goulemot, « Et Marat inventa le courrier des lecteurs », Histoire, 97, fév. 1987 ; Laurence Coudart, « Presse et contre-révolution : la correspondance de la Gazette de Paris », Histoire & Mesure, éd. CNRS, i, 3-4, 1986, p. 209-228, et « Lectrices d’un journal royaliste : les femmes et la Gazette de Paris (1790-1792) », dans Marie France Brive (dir.), Les Femmes et la Révolution française, Presses Universitaires du Mirail, 1989, i, p. 211-222 ; Christophe Cave et Denis Reynaud, « La fausse lettre au journal en 1793 », dans P. Lebrun-Pézerat et D. Poublan (dir.), La Lettre et le politique, Paris, Champion, 1996, p. 239-248 ; Éric Wauters, « Le procédé épistolaire dans la presse française de la Révolution à la Restauration », Médias19, 2011.

3 Voir Hervé Guénot, « Cent questions et réponses (1704) », dans J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, ii, p. 226.

4 Plus intéressant est le cas des feuilles de type spectateur qui fleurirent en Europe à l’imitation du Tatler et du Spectator, et où les lettres jouent un rôle essentiel. Ici, le lecteur supposé ne se contente pas de demander un renseignement : il accompagne sa question d’un récit d’expérience, il livre une information. Ce serait une erreur de croire que les Spectateurs reproduisent et pastichent le fonctionnement de la véritable presse d’information. Nous ferions volontiers l’hypothèse inverse : la réalité a imité la fiction. En accordant, assez tardivement, une place au courrier de ses lecteurs, la presse d’information a incorporé un modèle littéraire imaginé par Addison, Steele et leurs nombreux imitateurs.

5 Mercure galant, Paris, janvier 1678.

6 Le Mercure, Paris, Avertissement en tête du numéro de juin 1723.

7 Mercure de France, Paris, août 1758, Avant-Propos.

8 Ibid., janvier 1760, p. 136.

9 Journal de l’agriculture, Paris, octobre 1766, p. 168.

10 Gazette, ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Reynaud, « « Associer le public dans son entreprise » : les premières lettres de lecteurs dans la presse française », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 09 décembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://episteme.revues.org/300 ; DOI : 10.4000/episteme.300

Haut de page

Auteur

Denis Reynaud

Denis Reynaud est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’université Lumière-Lyon2. Il a enseigné une dizaine d’années en Angleterre, aux États-Unis et au Japon. Son activité de recherche est principalement liée aux activités de l’UMR LIRE sur la presse périodique avant et pendant la Révolution. Il est un des responsables du site http://www.gazettes18e.fr/. Il s’intéresse aussi aux machines à images et aux jeux sous l’Ancien Régime. Il a publié, en codirection avec Chantal Thomas, La Suite à l’ordinaire prochain, la représentation du monde dans les gazettes, P. U. Lyon, 1999 ; et Le Régent entre fable et histoire, CNRS éditions, 2003.

Haut de page
  • Revues.org