Navigation – Plan du site
I. Newssheets et feuilles volantes : Influences et transferts culturels dans les presses ‎anglaise et française, 1600-1830

Les libelles internationaux à la période moderne : étude préliminaire

Joad Raymond
Traduction de Claire Boulard Jouslin

Résumés

L'historiographie récente de libelles s’est concentrée sur leur rôle dans l'affirmation et l'application des normes et des valeurs d'une communauté – communauté sociale, linguistique, morale, ou politique. Dans cet article, je montrerai que certains libelles ont voyagé au-delà des communautés et entre les communautés. J’utilise une série d'exemples du XVIIe siècle, pour proposer une taxonomie de la façon dont les libelles pouvaient opérer internationalement ou trans-localement.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été traduit par Claire Boulard Jouslin. La traductrice remercie vivement Isabelle Bour pour sa relecture minutieuse et ses suggestions de traduction.

Texte intégral

1Les libelles voyagent bien. Le discours diffamatoire se traduit facilement, tout comme les termes utilisés pour le décrire et le dénoncer. Les libelles sont, contrairement à ce qu’on pourrait peut-être croire, un mode de discours malléable. Cet essai présente quelques réflexions préliminaires à une étude plus vaste sur la manière dont les libelles ont participé à la vie politique et économique à l’échelle internationale à la période moderne, et sur les raisons pour lesquelles ce que nous pourrions considérer comme des prises de parole à la pertinence nationale ont pu trouver un écho international.

2Tout d’abord, il convient de passer en revue les prémisses tacites sous-jacentes à notre compréhension du libelle. Les libelles répondent généralement à l’un ou plusieurs des critères suivants :

  • Ils constituent une forme de diffamation écrite, c’est-à-dire un délit commis à l’encontre d’un magistrat ou d’une personne publique ;

  • Et/ ou un mode d’écriture, en vers en particulier, qui jette l’opprobre sur une personne publique ;

  • Et/ ou, ils perturbent une communauté, et constituent une menace à l’ordre public ;

  • Et/ ou, ils sont utilisés pour maintenir l’ordre dans une communauté et expriment les valeurs d’une communauté en accusant une personne donnée de les transgresser.

  • 1 Alastair Bellany, The Politics of Court Scandal in Early Modern England : News Culture and the Over (...)
  • 2 Voir néanmoins Joad Raymond, « Exporting Impartiality » dans Anita Traninger et Kathryn Murphy, (di (...)

3Il en découle que la marge de manœuvre du libelle est limitée : le libelle n’a de sens qu’au sein d’une communauté ou d’un système juridique particulier. Une fois qu’il ne tombe plus sous le coup de la loi il cesse d’être diffamatoire au sens juridique du terme ; et une fois hors de la communauté qui lui confère sa validité sociale, il perd alors sa force discursive. Certains libelles opèrent dans un contexte national ; d’autres, comme ceux qui concernent les travailleurs migrants ou la politique de distribution des grains à Londres, fonctionnent presque exclusivement dans le périmètre d’une seule ville1. En outre, il existe des frontières et des barrières linguistiques et culturelles qui pouvaient entraver leur transmission et leur pertinence. Tout ceci semble suggérer que le libelle ne devait pas pouvoir voyager très loin sans perdre de sa force, de sa cohérence, de sa vitalité ou même de son sens. De plus, la traduction implique toujours une perte, et pour des textes tels que les libelles, textes scandaleux, éphémères, qui colportent des ragots et flirtent avec l’actualité – textes, de surcroît, qui trouvent leurs racines en partie dans la culture populaire et s’intéressent à des référents ancrés dans un contexte spécifique –, on peut s’attendre à ce que davantage encore soit perdu dans le processus de traduction dans une autre langue et dans une autre culture. Alors que les frontières linguistiques et culturelles peuvent ne pas être aussi bien définies que les frontières juridiques ou nationales, elles n’en présentent pas moins un obstacle à la communication et à la cohérence de leur propos2.

4Pourtant, il est manifeste que, à leur manière, les libelles voyagent bel et bien. On trouve ainsi des libelles produits dans un pays dans les centres urbains d’autres pays. En dépit des obstacles géopolitiques, sociaux et sémantiques, les libelles se déplacent pour des motifs précis, et de manière particulière ; et c’est la nature de cette mobilité, ainsi que les raisons pour lesquelles on peut encore les considérer comme des libelles (par opposition à des textes simplement amusants ou à des objets étrangers et curieux) quand ils se déplacent ainsi, que l’on souhaite examiner ici.

Taxonomie

5Après une enquête préliminaire, je souhaite proposer une taxonomie de quatre types de mobilité, regroupés en deux paires – ces divisions, peu arbitraires, autorisent bien sûr d’autres regroupements. La première paire concerne des libelles qui sont à cheval sur des frontières géopolitiques, mais dont la portée est pour l’essentiel primordiale d’un seul côté de la frontière. Ils incluent :

  • 1. les libelles imprimés à l’étranger afin d’éviter la censure,

  • 2. les libelles lus à l’étranger, mais pas nécessairement sous la forme de libelles.

6Dans cette seconde paire, le libelle traverse une frontière et parle à un public des deux côtés de la frontière. Dans cette catégorie, on peut intégrer :

  • 3. les libelles qui impliquent une communauté d’expatriés,

  • 4. les libelles qui s’immiscent dans des débats transnationaux.

7L’ordre dans lequel ils sont ici disposés reflète une intensité et une complexité croissantes de leur internationalisation : les libelles du premier type sont internationaux de manière superficielle ; ceux du quatrième type sont par nature internationaux.

  • 3 Simon Burrows, Blackmail, Scandal, and Revolution : London’s French Libellistes, 1758-92, Mancheste (...)

8On trouvera ci-dessous quelques exemples de chacune de ces quatre catégories. Ces exemples concernent en majorité des libelles qui attaquent des sujets britanniques ou abordent des questions portant sur l’actualité britannique mais ils sont distribués sur le continent européen. On trouve ailleurs des exemples retentissants de libelles anti-français3.

1. Les libelles imprimés à l’étranger afin d’éviter la censure

  • 4 Alastair Bellany, ‘Libel’, in Joad Raymond (dir.), The Oxford History of Popular Print Culture, vol (...)
  • 5 Paul Arblaster, Antwerp & the World : Richard Verstegan and the International Culture of Roman Cath (...)

9Certains écrits qu’on peut qualifier de libelles étaient imprimés à l’étranger simplement afin d’éviter des pratiques locales de censure. Faire imprimer outre-Manche tous les libelles séditieux était une pratique assez courante qui permettait d’éviter la censure et de réduire les risques d’arrestation des auteurs et imprimeurs. De nombreux libelles imprimés correspondent à ce cas de figure4. Cette stratégie était si commune que les demandes d’interdiction de pamphlets étaient une pratique diplomatique courante. En 1583, Richard Verstegan fut arrêté à Paris à la demande de l’ambassadeur d’Angleterre Sir Edward Strafford, pour avoir publié un pamphlet en anglais et en français. Strafford s’était mis d’accord avec Charles Arundel pour « qu’il lui transmette de temps à autre des informations ou les premières livraisons de livres nouveaux et de libelles qui paraîtraient ». Le nonce apostolique fit en sorte que Verstegan fût libéré5. Pendant les années 1650, la République anglaise comme Charles Stuart en exil déployèrent leurs efforts pour persuader les régimes voisins d’interdire des textes qui leur étaient hostiles, dont Defensio Regia (1649) de Claude Saumaise, et Defensio (1651) de Milton. En 1678, l’ambassadeur d’Angleterre William Temple reçut des instructions pour qu’il demande au prince d’Orange :

  • 6 Londres, N[ational] A[rchive], SP 29/408 f.278.

de surveiller les presses hollandaises, en particulier celles d’Amsterdam et d’Utrecht, et de veiller à ce que rien n’y puisse être imprimé en anglais ni propagé. Car certaines personnes en délicatesse avec votre gouvernement cherchent par ce biais à publier une Remontrance décrivant l’état de la nation, ainsi qu’un autre libelle infernal, cherchant à détruire l’autorité royale et les lois fondamentales de la nation6.

  • 7 B[ritish] L[ibrary], Stowe MS 176, ff. 170-1.

10Dans une lettre écrite à Bruxelles en 1617 pour le compte de Jacques Ier d’Angleterre et destinée à un correspondant français, William Trumbull regrette que « plusieurs livres scandaleux, & séditieux, & des libelles fameux, & virulents, fabriques (z), imprimez, & disséminez » en France soit diffusés à partir de la France. Selon Trumbull, ceci viole les accords et traités mutuels, ainsi que « la conservation de l’amitié réciproque »7. Une de ses préoccupations est « l’infâme & pestilent libelle fameux Corona regia » (sur lequel je reviendrai) ; mais son intervention est à resituer dans une longue histoire de coopération internationale en matière de censure. Trumbull rappelle à son correspondant les lois de 1529, 1542, 1544, ainsi qu’un traité signé à Londres en 1604, qui, assure–t-il, encouragent tous l’interdiction de tels libelles.

  • 8 Michael Dalton, The Countrey Justice, 1618 ; Londres, 1643, p. 233-4 ; Alastair Bellany, « The Emba (...)

11Ceci correspond à l’une des définitions contemporaines du libelle qui le décrit comme un écrit, un discours ou une image qui tend à perturber la paix8. Ces libelles, qui peuvent très bien ne pas tomber sous le coup de la loi d’un des pays, menacent les relations entre les pays dans la mesure où ils sont transmis de l’un à l’autre. C’est ce qui en fait précisément des libelles dans un sens international du terme.

2. Les libelles qui usent d’un idiome international et sont lus outre-Manche par intérêt, tandis qu’ils perdent leur nature de libelle

  • 9 Helen Pierce, Unseemly Pictures : Graphic Satire and Politics in Early Modern England, New Haven, Y (...)

12Certains libelles qui usaient d’un idiome international étaient lus par intérêt à l’étranger, alors qu’en traversant des frontières géopolitiques, ils perdaient leur propriété de libelle. Ce qui distingue les libelles de cette seconde catégorie de ceux de la première est que leur circulation est due à un accident ou à des circonstances accidentelles davantage qu’à une stratégie. Parmi ceux qui entrent dans cette catégorie, nombreux sont les libelles composés d’images, car le langage visuel se traduit plus facilement. Dans une perspective britannique, ceux-ci sont particulièrement importants, car la culture visuelle et la production d’images imprimées étaient limitées en Grande-Bretagne. La recherche récente, et notamment les travaux passionnants de Helen Pierce et d’Alastair Bellany, ont toutefois nuancé l’affirmation selon laquelle durant les années 1580 en Grande-Bretagne, « la société souffrait d’une crise sévère d’anorexie visuelle », et ont étudié l’étendue et l’intensité sémantique de la satire visuelle de cette période9.

  • 10 Joad Raymond, « Visual Anorexia in Early Modern British Print Culture », Oxford Art Journal, 34.3, (...)

13Quoi qu’il en soit, une telle richesse visuelle en Grande-Bretagne dépendait de manière frappante des échanges internationaux, qu’il s’agisse de l’importation de gravures, ou de l’importation d’artistes et d’artisans, comme les Droeshout et les Wenceslas Hollar, ou encore de l’importation d’un vocabulaire visuel. L’histoire du livre ne peut se comprendre en Grande-Bretagne sans prendre en compte le commerce international du livre, mais aussi le commerce des idées et des biens de consommation. Il était normal de faire venir des marchandises et des savoir-faire d’outre-Manche en raison de la spécialisation des tâches et des économies d’échelle induites (en priorité, le coût d’une presse à rouleaux qu’on n’utilisait de ce fait que de manière occasionnelle). Mais il faut aussi ajouter que les Britanniques n’avaient pas de grands dons pour produire de la culture visuelle. Ils étaient meilleurs lorsque les images étaient centrées sur du texte ou des caractères typographiques. C’est pourquoi l’internationalisation du commerce britannique des gravures reflète leur compétence limitée en matière de culture visuelle10.

  • 11 Mes remerciements à Helmer Helmers pour cette traduction ; mes remerciements à Noah Moxham pour les (...)

14Des exemples de ce type de libelle – qui s’expriment dans un idiome international par le biais du visuel –, sont fournis par ces images de médaillons hollandais datant de 1672, gravées par Romeyn de Hooghe, alors que la République hollandaise était en guerre contre la Grande-Bretagne et la France. La Figure 1 représente Charles II ; la Figure 2 représente Johan et Cornélius de Witt ; la Figure 3, Louis XIV ; la Figure 4, Christophe Bernard Van Galen, évêque de Münster. Sur la cinquième, on peut voir Maximilien Henri van Beieren, évêque de Cologne. On y lit le texte suivant : « Dees leijt in Colenlant en steden van syn Stift,/ Schent Keur en Kijsers trouvw, om Gout een Esels Gift » (« Celui-ci qui réside dans le comté de Cologne et les cités de son évêché / salit la loyauté de l’Électeur et de l’Empereur contre de l’or, le cadeau d’un âne »)11. Ce sont des libelles, car lorsqu’on les retourne, les sujets deviennent des animaux et révèlent ainsi leur véritable caractère. Maximilien Henri devient un âne qui vomit des pièces d’or ; Christophe Bernard un sanglier ; Louis XIV, un lion, mais un lion fiscal (ce qu’au prime abord on a du mal à considérer comme une insulte) ; Charles II se transforme en tigre, les De Witt se métamorphosent en renard et en loup et signalent ainsi la nature politique clairement orangiste de cette série). Les inscriptions en néerlandais semblent indiquer que le marché initial était celui de la République des Provinces-Unies ; le latin aurait orienté vers un marché plus international. Ce sont là les ennemis de Guillaume III, stadhouder de Hollande, dont le portrait (voir Figure 6) est le seul à être flatteur : il prend la forme de Mars, le Dieu de la guerre. Mais ces images, sinon leurs inscriptions, se traduisent aisément, et pouvaient être lues et interprétées en d’autres lieux – et l’ont été. En France, une insulte à l’encontre du monarque britannique Charles II avait une signification différente, mais somme toute la différence de sens était légère.

Figure 1. Charles II 

Figure 1. Charles II 

Figure 2. Johan et Cornélius de Witt 

Figure 2. Johan et Cornélius de Witt 

Figure 3. Louis XIV

Figure 3. Louis XIV

Figure 4. Christophe Bernard Van Galen, évêque de Münster

Figure 4. Christophe Bernard Van Galen, évêque de Münster

Figure 5. Maximilien Henri van Beieren, évêque de Cologne

Figure 5. Maximilien Henri van Beieren, évêque de Cologne

Figure 6. Guillaume III, stadhouder de Hollande

Figure 6. Guillaume III, stadhouder de Hollande

15Le choix du sujet et le fait de les imprimer comme une série ou un ensemble, semble indiquer que Romeyn de Hooghe et/ou son éditeur envisageai(en)t un public secondaire et pan-européen en sus du lectorat hollandais d’origine12. À l’évidence ces libelles circulaient au dehors du cercle de la République des Pays-Bas. Les reproductions présentées ici se frayèrent un chemin jusqu’aux documents officiels des Archives nationales de Londres. La cour de Hollande était sensible à l’impact international de ces gravures, et à leur influence diplomatique. L’ambassadeur d’Angleterre protesta contre la vente des ces imprimés, et la cour de Hollande les fit retirer de la vente en avril 1674, peu après l’ouverture des pourparlers de paix avec l’Angleterre. Un libelle peut donc être la continuation de la diplomatie par d’autres moyens.

16En 1655, John Thurloe, secrétaire d’État de Cromwell et chef des services secrets de la République, reçut de Paris une lettre secrète qui incluait le rapport suivant :

  • 13 T. Birch, (dir.), A Collection of the State Papers of John Thurloe, 7 vols., Londres, 1742, 3 : 658 (...)

À propos, j’ai entendu parler d’une plaisante histoire d’image vendue sur le Pont-Neuf, sur laquelle le Lord Protecteur était à son affaire, assis sur une chaise percée, entouré d’un côté par le roi d’Espagne, et de l’autre par le roi de France, qui lui offrent du papier pour s’essuyer le derrière. Mais les images suscitèrent une grande indignation, et furent retirées13.

  • 14 Raymond, « El Rostro Europeo del Periodismo Inglés ».

17Malheureusement, je n’ai pu localiser aucun exemplaire de cette image. Il y a là, semble-t-il, un exemple assez simple d’utilisation de symboles reconnaissables au niveau international pour produire un libelle qui circule seulement en France et se moque de la pusillanimité de Louis XIV à une époque où la réputation de Cromwell était à son apogée. Néanmoins, que l’incident ait été signalé à Thurloe montre qu’il avait une résonance internationale, même si on l’interprétait différemment à Westminster et au Pont-Neuf. L’accueil réservé à Paris à cette satire a sans doute été façonné par le journal londonien Mercurius Politicus, qui faisait le maximum pour opposer l’image héroïque de Cromwell à celle des monarques du continent, présentés comme des incapables. Aussi improbable que cela puisse sembler, le Mercurius Politicus circulait à Paris à cette époque14, si bien que ce libelle se caractérise en fait par une dimension internationale plus ambiguë que, par exemple, une satire anglaise hostile à Rome.

18La seconde paire de catégories dans ma taxonomie inclut des libelles qui ont un sens dans plus d’un pays et sont plus qu’une riposte à voir au niveau des relations diplomatiques.

3. Les libelles impliquant les communautés d’expatriés

  • 15 Robert T. Fallon, Milton in Government, University Park, PA, Penn State University Press, 1993, p. (...)
  • 16 Fallon, p. 35.

19Les libelles pouvaient s’en prendre, et le faisaient fréquemment, à des communautés d’expatriés d’une nationalité particulière, que ce soit des communautés d’exilés politiques ou religieux ou de personnes migrant pour des motifs économiques. Des exemples frappants incluent les royalistes anglais exilés avant 1660 et les républicains après la Restauration de la monarchie en 1660. D’autres, moins liés à une période précise, concernent les marchands. Les libelles, et la diffamation en général, constituaient un danger pour la sécurité de toutes ces communautés et minaient leur statut. Dans les premiers jours de la République en 1649, son ambassadeur, Isaac Dorislaus fut assassiné à La Haye ; en mai 1650, Anthony Ascham fut assassiné à Madrid. Bien qu’ayant tous deux été tués par des royalistes anglais exilés, ils avaient tous les deux été déstabilisés par une propagande hostile (ceci eut des effets durables sur les relations anglo-hollandaises, mais qui fut moins dommageable aux relations entre l’Angleterre et l’Espagne). La même propagande a pu inciter le Tsar Alexis 1er à expulser les négociants anglais de Russie15. Au lendemain de l’exécution du roi, la communauté des marchands anglais de Hambourg était divisée par l’agitation royaliste destinée à perturber le commerce avec le Commonwealth. Ces communautés étaient vulnérables à l’action des libelles16.

  • 17 BL, Add MS 41820, ff. 1, 3, 10-11.

20Le scandale à grande échelle ou la diffamation pouvait affecter le crédit ou le statut de négociants particuliers ; c’est en ce sens que les libelles transnationaux participent aux échanges commerciaux. Un incident qui eut lieu à Rotterdam en 1686 nous livre une image plus complexe du rôle joué par les libelles. Thomas Bedingfeeld fit envoyer à tous les marchands anglais de la cité un libelle hostile à Jacques II et au nouveau consul anglais dans cette ville, James Kennedy. C’est avec ressentiment que Kennedy décrit comment, après un premier accueil chaleureux, la communauté des marchands anglais, ces « fanatiques anglais », comme il les appelle, se ligua contre lui à cause de ce libelle qui le présente comme un « papiste écossais » et qui met en cause en ces termes la prérogative de cet autre « papiste règnant », Jacques II : « Bien qu’il soit soutenu et appuyé par des bouseux irlandais et d’autres pauvres diables insignifiants qui, dans l’espoir d’être secourus lorsqu’il sera retourné en son royaume, chantent ses précieux mérites aux oreilles du peuple […] » 17. Les marchands envoyèrent alors une pétition aux magistrats de Rotterdam pour faire savoir qu’ils n’avaient pas besoin d’un consul à Rotterdam et qu’un consul en résidence à La Haye était bien suffisant. Kennedy écrit une réfutation de cette pétition, qu’il qualifie également de libelle.

Ils veulent faire passer tous les signataires pour des marchands, alors que nombre d’entre eux ont d’autres activités ; ce sont des barbiers, des tireurs de bière, des potiers, et des apprentis, &c et des marchands qui ont quitté le négoce, et d’autres qui ont encore crédit, mais qui ne sont pas plus éminents [en cette matière comme dans d’autres] que ceux qui, mus par un principe de loyauté et de devoir envers le pouvoir de sa Majesté et de l’État, ont refusé de signer un libelle si insolent à l’encontre des lois et de l’autorité de ces derniers.

  • 18 Ibid., ff. 12-17, ici, f. 12.
  • 19 BL, Add MS 41820, f.28, 12/22 Octobre 1686.

21Il compare ces hommes aux rebelles des années 164018. Le libelle de Bedingfeeld qui attaque le roi et le consul divisa la communauté des marchands et chaque parti chercha à miner l’autorité commerciale de l’autre en se moquant de son statut social. Kennedy assure que les magistrats prirent parti contre lui, « encourageant ainsi les Whigs anglais », dans une lettre extraordinaire adressée au Comte de Middleton, secrétaire d’État, dans laquelle il tente de se disculper d’accusations de cupidité tout en avançant l’excuse d’une progéniture nombreuse19.

22Ce libelle provoqua également des divisions entre les communautés anglaise et hollandaise, qui se soldèrent par des agressions de marchands anglais perpétrées par des citoyens hollandais. Quelques semaines plus tard, Kennedy écrivait :

De bien troublantes insolences ont été commises quelques heures après le départ du bateau de votre honneur, car vers midi les Bourgeois s’attaquèrent à la plupart des Anglais qu’ils rencontraient dans les rues, en battirent certainsn et en poursuivirent d’autres avec une telle fureur que Mr. Hill, le Pasteur, faillit bien être roué de coups pour avoir sauvé le porteur, Mr. Butler, bien qu’il ne fût pas un fervent Tory.

  • 20 Lettres du 13/23 octobre 1686 et du 19/29 octobre 1686, adressées en principe à Middleton, BL, Add. (...)

23La raison en était que « les gens ordinaires » (hollandais) avaient « été excités par des Anglais déloyaux »20. Que ce phénomène ait affecté les seuls marchands Tory ou que le libelle ait miné le crédit de tous les marchands anglais n’est pas clair, mais l’incident montre bien la dynamique particulière à l’œuvre, car la communauté dépend de la juridiction d’une puissance étrangère et fait l’expérience d’une lutte pour le contrôle du pouvoir en son sein.

24Tous les libelles internationaux avaient la capacité de perturber les communautés d’expatriés. Le désir de contrôler les libelles au niveau international pouvait provenir du souci de limiter leur impact sur marchands et diplomates. Néanmoins, ils méritent d’être identifiés comme une catégorie distincte pour deux raisons, l’une formelle, l’autre sémantique. Tout d’abord, certains libelles avaient pour objet spécifique de s’adresser à la communauté d’expatriés et de traiter des relations avec leur entourage. Ils constituent ainsi un sous-genre dans une perspective littéraire autant qu’en termes d’usage. Au contraire, les libelles de la catégorie suivante (les libelles qui participent à des débats transnationaux) ont un but moins précis ; ils sont plus incontrôlés et plus imprévisibles. Ensuite, alors que ces libelles fonctionnaient en s’adressant à deux publics distincts mais voisins, leurs significations sont liées voire complétement interdépendantes : ils démoralisent un groupe, offrent un divertissement, qui génère aussi du mépris, à l’autre. Ces deux procédés sémantiques sont intimement mêlés, si bien qu’en réalité leur mode est homogène, voire uniforme, et affecte leurs lectorats, même s’ils ne sont pas co-nationaux au sein d’un même pays.

4. Les libelles qui participent à des débats transnationaux

25La quatrième catégorie est la plus internationale de toutes, au sens où, en traitant de sujets ou de thèmes transnationaux, elle évolue et trouve sa cohérence plus librement ; elle est aussi des plus polyvalentes sémantiquement. Ce sont des libelles qui participent à des débats transnationaux ou les suscitent. Certains portent sur l’honneur des princes, un thème courant de la diplomatie, mais jamais de manière exclusive. C’est dans ce groupe qu’apparaissent les exemples les plus intéressants. J’en aborderai quatre.

1634 : le Duc de Lorraine

26En 1634, Anthony Fortescue, agent de Charles IV, Duc de Lorraine, envoie une requête à Charles Ier d’Angleterre concernant un libelle hostile à Lorraine qui avait à l’origine été imprimé à Paris avant d’être réimprimé à Londres. Fortescue soutient qu’il a été imprimé par Georg Rudolf Weckherlin, un poète, diplomate et espion allemand résidant à Londres qui travaillait à la fois pour le Palatinat et pour le gouvernement anglais, ou avec son imprimatur. La mise en cause de Weckherlin dans cette affaire se fonde probablement sur une médisance ou peut-être une contrefaçon. Cependant l’implication de Weckherlin obéit à une certaine logique : Lorraine s’opposait à Richelieu et était, d’un point de vue de politique française, considéré comme un partisan des Habsbourg. Sa disgrâce, ou encore des démonstrations d’antipathie contre lui à Londres auraient pu avoir pour effet de faciliter le déroulement des négociations en cours pour la signature d’un traité de paix entre l’Angleterre et la France ; et une paix avec la France aurait accentué les pressions sur Charles I afin qu’il intervienne au Palatinat.

  • 21 NA, SP 78/96, f.534.

27Dans sa requête, Fortescue demande à Charles I « de ne pas permettre qu’un prince si souverain, votre allié, [...] soit ainsi insulté publiquement ». En échange, Fortescue promet que « de même la renommée fera savoir au monde entier la justice de votre majesté et sa capacité à punir un crime si haineux commis à l’encontre de personnes si souveraines et incitera tous les autres princes souverains à être dans leurs dominions fort jaloux de l’honneur de votre majesté »21. Il y a un échange de bons procédés implicite dans cette supplique. Pour lui, les magistrats devaient soutenir de telles requêtes dans leur propre intérêt: « détruis mon libelle, et je détruirai le tien », en quelque sorte.

  • 22 Arrest De La Covr de Parlement (Paris, 1634), Arrest of the covrt of Parliament, Whereby the preten (...)

28L’édition parisienne de ce pamphlet a pour titre Arrest de la cour de Parlement, par lequel, le prétendu marriage de Mounsieur avec la Princesse Marguerite de Lorraine, est déclaré non valablement contracté : Et le Duc Charles de Lorraine, vassallige de la Couronne, pour le rapt par luy commis, condemné avec Nicolas François son frère, & Henriette de Lorraine, Princesse de Phalsebourg, sa sœur. Elle est datée du 5 septembre 1634 et porte le privilège royal. L’édition londonienne, publiée par Nathaniel Butter et Nicholas Bourne n’ajoute rien et reproduit le français littéralement, privilège royal compris. Rien ne conforte l’idée que Weckerlin ait été impliqué22.

29Les princes avaient conclu une sorte de traité concernant la censure internationale. Cet exemple de libelle se distingue de ceux de la troisième catégorie par sa mobilité géographique et sémantique. Un libelle français était importé à Londres puis réimprimé en anglais, avec l’imprimatur d’un Allemand, au moment même où le roi de Grande-Bretagne négociait un traité de paix avec la France qui aurait pu entraîner la Grande-Bretagne dans les guerres du Palatinat. Ainsi, ce libelle semble avoir été réimprimé parce qu’ils abordait la politique britannique contemporaine. Il avait un sens dans le contexte français et un autre, lié mais non-identique, et toujours d’essence diffamatoire, dans le contexte anglais ; quant au Duc de Lorraine, il souhaitait éliminer les deux.

1664 : le Duc d’York

30En 1664, un libelle attaquant le Duc d’York circule aux Provinces-Unies et suscite le scandale. Intitulé « Un billet d’Obligation, ou Action et Réclamation de 696 Livres Sterling à son Altesse Royale le Duc d’York », il fut imprimé et distribué à Middlebourg en Zélande. En mars, l’État de Zélande enregistre des missives de Charles II qui demandent qu’on supprime un libelle et que les autorités « n’omettent pas de punir ceux qui par malveillance entreprennent de causer le déshonneur ou le déplaisir de si grands personnages qui sont tenus ici en si haute estime ». Les autorités réagirent, selon leurs propres archives, de manière appropriée :

  • 23 « Extract of the Minute Booke of the Honble Mty Lods. States of Zeland », NA, SP 84 169, f. 239.

Et par conséquent nous avons ordonné qu’une enquête rigoureuse soit faite à ce sujet, mais avons trouvé qu’il ne s’agit de rien de plus qu’une invention stupide et infondée sans intention de nuire & provenant de deux pauvres bateliers désespérés qui méritent pitié et compassion23.

  • 24 Ces événements coïncident avec la résolution sur le commerce d’avril 1664 adoptée par le Parlement (...)
  • 25 NA, SP 84/169, f. 269.

31Un incident diplomatique s’ensuivit néanmoins, dû en partie à la manière dont la République avait traité l’affaire, mais aussi parce que la Cour d’Angleterre esquissait alors une politique plus agressive envers les Pays-Bas afin d’obtenir des compensations financières24. Les Anglais s’adressèrent aux magistrats des différentes Provinces arguant que la publicité faite à ce libelle était « une action malavisée, impertinente et irrespectueuse qui mettait injustement le nom d’un personnage si illustre et si distingué sur le devant de la scène »25. Ils exigèrent une réaction plus cohérente et plus décisive à l’encontre de ce libelle : ils voulaient qu’il soit publiquement mis en pièces.

  • 26 NA, SP 84/170, f. 51

32Peu après, Joseph Bampfield écrit de La Haye au Secrétaire d’État Joseph Williamson : « Je crois que la Hollande encourage la Zélande en sous-main, dans son refus de satisfaire le roi concernant l’affront fait au Duc d’York, bien que les [les libelles] ayant condamné elle-même et l’ayant fait publiquement ». Il imagine que ceux qui en Zélande sont partisans d’une union avec la Hollande usent de cet expédient auprès des Anglais afin de susciter des craintes sur leur sécurité nationale pour rendre l’union plus souhaitable26. Le même jour, l’ambassadeur Sir George Downing écrivait à Henry Bennet (qui prit peu après le titre de Lord Arlington) un commentaire acerbe sur les représentants de la Zélande qui présidaient sa rencontre avec les États-généraux des Provinces-Unies. Lors de cette réunion, il se plaignit de l’insuffisance des réactions des Provinces-Unies, faisant remarquer que la Hollande avait puni des coupables alors que la Zélande s’était montrée tiède. Il ajoute qu’il reçut en retour ce qu’il appelle une « harangue » du républicain Johan de Witt sur la nécessité pour les Provinces-Unies de s’entraider et d’être considérées comme une seule entité. Après quelques échanges vifs, ils s’accordèrent sur des actions à mener sur divers points. Tout d’abord,

que tandis que je m’étais plusieurs fois plaint que le placard dénonçant le libelle n’était pas aussi complet qu’il aurait dû l’être, car il disait seulement que l’affichage de ce libelle était une action irrespectueuse, impertinente et malavisée par laquelle le nom d’un personnage si illustre et si haut placé était injustement mis sur le devant de la scène […], sur quoi nous convînmes qu’un nouveau placard serait rédigé & qu’il y serait noté qu’une une telle obligation n’existait pas et était mensongère.

  • 27 NA, SP 84/170, f. 55 ; voir aussi NA, SP 84/170, f. 160.

33L’obligation était le titre de ce libelle ; il semble que le placard dénonçant le libelle n’était pas allé jusqu’à préciser que son contenu était mensonger, et indiquait seulement qu’il était irrespectueux. Ainsi, aux yeux du Duc et de son frère, le placard avait disqualifié le libelle de manière équivoque. De plus, « tandis que le premier placard avait été publié et affiché à La Haye, celui-ci devait être publié et affiché à Dordrecht, Amsterdam & Rotterdam, puisque les libelles avait été affichés dans ces villes. » Le dernier point concernait la sévérité des condamnations27.

  • 28 Voir également Edward Adams, A brief Relation of the surprizing several English merchants Goods by (...)
  • 29 Sur la sphère publique anglo-hollandaise, voir Helmer J. Helmers, « The Royalist Republic : Literat (...)

34L’intérêt de cet exemple réside dans sa multivalence. Ce libelle attaquait l’honneur du Duc, qui était, et ce n’est pas une coïncidence, le chef de l’Amirauté ; ce texte autant que son traitement reflétait les intentions belliqueuses des Hollandais durant l’année 166428. Aux yeux des Anglais, il diffamait le Duc, dont l’honneur était un élément important sur la scène européenne ; pour les Hollandais, il était un moyen d’opposer davantage les Orangistes des Républicains ; pour l’axe anglo-hollandais – et plusieurs des exemples que j’ai donnés suggèrent que les collaborations étaient étroites au sein de ce réseau, qui constitue une réelle communauté avec des intérêts et des discours communs­ –, ce libelle est un lieu de négociation et de diplomatie qui menace encore davantage la paix29.

1615 : Corona Regia

35En 1615, le Gouvernement de Jacques VI d’Ecosse et 1er d’Angleterre conçut de l’inquiétude – une inquiétude curieuse et frappante –, à propos d’un traité imprimé en latin et intitulé Corona Regia. La page de titre indiquait faussement une édition londonienne, et ironiquement, elle portait le nom de l’imprimeur royal, John Bill. George Abbott, Archevêque de Cantorbéry, sollicita l’expertise de la Compagnie des imprimeurs pour que soit identifié l’imprimeur. Il utilisa notamment un autre livre imprimé par un imprimeur de Louvain qu’il soupçonnait :

  • 30 Cité par Winfried Schleiner, « « A Plott to have his nose and eares cutt of » : Schoppe as Seen by (...)

Ils me firent cette réponse, que si la ressemblance ou l’identité des lettres était un indice permettant de découvrir le lieu d’impression de l’ouvrage, alors Corona Regia pouvait aussi bien être imprimé à Londres, à Paris, à Leyde qu’à Louvain : car lorsque les blocs [pour fabriquer les caractères d’imprimerie] sont fabriqués à Cullen, à Anvers ou à Paris, ils sont ensuite exportés dans divers pays, si bien que plusieurs échoppes de la même ville et plusieurs maisons dans des pays différents peuvent imprimer avec une seule et même sorte de caractères30.

36Ainsi la nature internationale de l’imprimerie pouvait étouffer dans l’œuf des tentatives de censure internationale. Néanmoins, les imprimeurs pensèrent qu’ils pourraient identifier l’imprimeur grâce aux lettres majuscules d’ornement. Ils se trompaient.

  • 31 Winfried Schleiner, introduction, p. 21, dans Tyler Fyotek, (dir. et trad.), Corona Regia, Genève, (...)
  • 32 BL, Stowe MS 176, ff.170-1. L’expression française est une traduction littérale de l’idiome anglais (...)

37Sur la page de titre, l’ouvrage était faussement attribué à Isaac Casaubon, qui était décédé l’année précédente. On ne sait toujours pas à ce jour qui en est le véritable auteur, bien que l’on soupçonne fortement Cornelius Breda31. Ce libelle suscita au sein du gouvernement de Jacques une inquiétude singulière. Le diplomate William Trumbull traqua ce qu’il appelait « l’infâme & pestilent libelle fameux Corona regia » et il détermina qu’il venait de Louvain. Il avait probablement raison, bien que la traque et le résultat fussent loin d’être évidents32. Corona Regia est une parodie de panégyrique pénétrante, à la fois machiavélienne d’inspiration et extrêmement drôle, quoique assez longue avec ses 127 pages ; ceux qui enquêtaient la qualifiaient de libelle rédigé en anglais, français et latin, peut-être précisément pour souligner son illégalité aux yeux de ceux dont ils sollicitaient l’aide pour l’interdire.

38Pour appréhender son auteur, le gouvernement envisagea d’utiliser une version du dix-septième siècle de ce qu’on peut nommer un échange de prisonniers. Une lettre de George Calvert datée de 1619, rédigée donc quatre ans après la parution, laisse entendre que Trumbull avait un plan pour arrêter le suspect aux Pays-Bas espagnols sans le consentement de l’Archiduc :

  • 33 BL, Egerton MS 2592, f. 37v, 4 May 1619. Voir aussi Schleiner dans Fyotek, p. 18-20.

Au sujet du parti qui proposait ses services à sa Majesté pour lui ramener l’auteur de ce méchant libelle Corona Regia, sa Majesté souhaiterait que M. Trumbull s’enquière bien et le tienne au courant du coût de ce service ; et ensuite de sa possible mise en pratique, et puisque cela doit être fait par la violence, comment cela se puisse faire sans entraîner de violation de l’amitié ou de la ligue avec aucun prince en général, ni avec l’Archiduc en particulier, avec qui sa Majesté est en bons et amicaux termes33.

  • 34 BL, Add. MS 72376, f.87 ; Bruxelles.
  • 35 Bod cote : MS. Eng. c. 7065, fols. 126-137, « Journal of an interpreter at the audiences ». Trumbul (...)
  • 36 Op. cit., Scheleiner, 1995, p. 75.

39Jacques avait déjà écrit au dit Archiduc, Albert VII d’Autriche, souverain des Provinces-Unies habsbourgeoises, pour solliciter une aide plus grande dans la chasse à l’auteur et à l’imprimeur d’« un détestable et très pernicieux libelle fameux […] escrit, imprimé et divulgué en vos territoires »34. Jacques envoya également Richard Weston en ambassade extraordinaire auprès de l’Archiduc en 1617, car il croyait qu’Erycius Puteanus, un professeur de Louvain et conseiller honoraire de l’Archiduc, en était l’auteur. Les trois audiences qu’obtint Weston ne menèrent à rien35. (Pendant ce temps-là, Puteanus échappa par chance à une bastonnade montée par des sbires soudoyés par l’archevêque de Cantorbéry ; une confusion d’identité le sauva36).

  • 37 BL, Egerton MS 2595 f. 197.

40Malheureusement pour Trumbull, six années après la publication du libelle, il en était encore à chercher l’auteur et se lamentait de n’avoir pas été payé et d’avoir passé les quatre années précédentes aux Pays-Bas. Il écrivait tristement : « Je n’ai pas ménagé ma peine, ni ma bourse, pour garder un œil vigilant sur cet adversaire capital de sa Majesté, qui, poussé par Lucifer, a fait de son mieux pour souiller sa réputation, en écrivant et publiant ce libelle infernal Cor Rega [sic], farci d’autant de <fictions ?> calomnieuses qu’il contient de lignes »37.

  • 38 Op. cit., Schleiner dans Fyotek, (dir.), p. 14 ; Schleiner, « A Plott », p. 76.
  • 39 Op. cit., BL, Egerton MS 2593, f. 17r, Bruxelles, 4/14 septembre 1619.
  • 40 Ibid., BL, Egerton MS 2594 f. 19r-v, Bruxelles, 17/27 février 1620/1. La paternité de l’ouvrage est (...)

41La géographie des différents lieux où Corona Regia a circulé, incluant le large territoire de recherche de Trumbull, est vaste (voir figure 7). On le vit à la Foire aux livres de Francfort en 1615 ; il fit grande impression sur deux Jésuites qui prirent le bateau à Anvers, tout comme sur l’ambassadeur de France à Bruxelles. Moins, très certainement, sur Sir John Digby, l’ambassadeur d’Angleterre à Madrid, qui le lut aussi38. Trumbull écrit à James Hay en 1619 à propos de « ce pamphlet diabolique », alors qu’il vient de Spa et rentre à Bruxelles ; il a discuté avec un certain Dr. Heer à Spa et à Liège. Heer « prétend avoir vu la copie autographe du libelle dans les mains d’un Allemand dénommé Shryke ; qui était un ami cher ; mais qui est tombé dans la pauvreté et s’est fait Jésuite et est parti pour la Chine, sous le nom de Père Terentius »39. Heer affirme que Gaspar Scoppius ou Schoppe en est l’auteur, et que l’imprimeur est un certain Flavius, qui était passé peu de temps auparavant à Cologne. Il espère qu’en échange d’une amnistie Flavius confirmera l’identité de l’auteur. Dans une lettre ultérieure, il rapporte que Flavius « lui a fait faux bond » et il semble résigné à vivre dans la pénurie au service de sa Majesté40.

  • 41 Op. cit., Schleiner dans Fyotek, p. 21 ; Schleiner « A Plott », p. 81.

42L’intérêt de Corona Regia réside partiellement dans l’énergie qui fut dépensée pour le traquer. Trumbull assure avoir dépensé une petite fortune pendant les neuf années de sa recherche, bien que Jacques 1er semble avoir évité les dépenses en omettant de rémunérer ses agents41. Pourquoi une telle énergie ? Peut-être parce que les accusations d’inconduite sexuelle l’avaient piqué au vif, ou peut-être parce que le texte était si percutant et amusant. Avant de conclure, il faut cependant examiner un dernier exemple.

1615 : Chaos Anglicanum

43Le dernier épisode, peut-être le plus intéressant et le plus complexe, concerne un libelle hostile à Jacques 1er et aux Britanniques, intitulé Chaos Anglicanum, qui est intercepté à Paris en 1615 par John Woodford, agent de l’Ambassadeur d’Angleterre Sir Thomas Edmondes. On reconstitue l’histoire de ce libelle grâce à une série de lettres que Woodford envoie à Edmondes. Un certain Monsieur Benin, appartenant à la suite du Prince de Conti, récemment décédé, entre en contact avec Woodford en décembre 1615 et propose de rendre un « bon service » au monarque britannique. Woodford accepte et rencontre un associé espagnol de Benin, qui lui déclare posséder un livre « rédigé par une personne d’honneur et de qualité, qui a passé trois ou quatre années en Angleterre, avec Don Pedro de Valasco, et l’actuel amb[assadeu]r d’Espagne », et dont le contenu serait d’une utilité remarquable au roi. L’Espagnol propose de le transmettre à Woodford en échange d’une récompense. Woodford flaire un piège :

Il me pressa sérieusement de faire connaître en Angleterre cette offre qu’il m’avait faite. Ce langage fit que je le soupçonnai d’être un charlatan, mais je lui dis que je ne pouvais me risquer à écrire en Angleterre pour réclamer une récompense en échange de ce livre sans avoir une bonne garantie que le contenu du livre était aussi important qu’il le prétendait, et que donc, je souhaitais d’abord voir le livre. 

  • 42 BL, Stowe MS 175, f. 353r-v.

44L’Espagnol promit de consulter l’auteur et revint le lendemain : « Durant cette entretien, j’observai à sa prononciation que ce charlatan était italien, qu’il portait la tonsure, qu’il avait la croix de Malte sur sa cape, et je compris aussi grâce aux gens de la maison qu’il s’appelait Don Petro, bien qu’il ne voulût absolument pas me révéler son nom »42. On se demande bien comment il a pu ne pas remarquer ces indices la première fois.

45Le lendemain, l’agent revint en effet, avec la promesse que l’auteur était d’accord pour lui montrer certaines parties du livre chez Don Petro ou chez Benin. Woodford se fit prier et lui répondit qu’il était très pris par des travaux d’écriture pendant quelques jours : il lui demanda s’il serait possible qu’on le lui amène chez lui. Ils tombèrent d’accord et le lendemain matin Petro lui montra des pages qui se révélèrent « contenir des informations malveillantes et pleines d’opprobre ». Woodford en copia un extrait « verbatim » et fit de même lors de plusieurs visites, ce qui lui permit de transcrire les onze ou douze chapitres. Il en déduit que c’est « un libelle vicieux et méchant » qui attaque le roi Jacques et l’État, et que l’Italien,

[...] sous prétexte de montrer les travaux d’une tierce personne inconnue, avait pour dessein de me faire payer une jolie somme pour cette copie, et d’être ainsi bien récompensé de sa rouerie, et peut-être avec cet argent qu’il m’aurait soutiré, de faire imprimer une autre copie, que selon toute probabilité, il aurait réservée. 

46Woodford entreprit laborieusement de faire arrêter Petro tandis que Petro et Benin (dont Woodford pensait qu’il était aussi une dupe dans cette affaire car il ne connaissait pas le latin) le pressaient de payer un acompte sur la récompense. Woodford accepta de fixer une heure de rendez-vous :

Sur quoi, j’allai voir et je fis connaître au Lieutenant de police, le lieu et l’heure, et toutes les circonstances appropriées et il fit appeler un commissaire et des sergents, puis les accompagna en carrosse, et se saisit de mon Italien, & et de ses écrits, et ayant fait poser des scellés sur son cabinet, les emporta. Les écrits sont encore entre ses mains pour le procès ; et sa personne fut placée à la garde du commissaire, au vu du fait qu’il prétendait être sous les ordres du Nonce, envers qui le Lieutenant, par esprit de superstition montre un trop grand respect ; mais je lui dis, que d’abord il est récemment revenu d’Angleterre, deuxièmement, que pour le moment il n’est pas à son service, et troisièmement qu’il ne loge, ni ne mange dans sa maison mais dans une chambre garnie à l’aigle d’or rue St Jacques ; & enfin, que je présume que le nonce ne le reconnaîtra pas, car il a la réputation de mener une vie dissolue et d’être un menteur.

  • 43 Ibid., f. 354r-5v.
  • 44 Ibid. , f. 357.
  • 45 BL, Egerton MS 2592, f. 4v, 11 janvier 1615 (copie d’extraits).

47Woodford se plaint bientôt des obstacles inhérents à un système judiciaire étranger et soupçonne le Lieutenant de police de « partialité »43. Trois mois plus tard il cherchait encore à faire en sorte que le lieutenant lui remette le libelle (c’est le mot qu’il utilise), et demandait qu’Edmondes intervienne et l’aide dans cette entreprise44. Les Français, qui censurèrent le livre et exilèrent Don Petro de Sendulapis (un Napolitain, comme le découvre Woodford), firent avorter son projet de faire imprimer le livre Chaos Anglicanum à Cologne, mais Woodford était néanmoins mécontent de la modération du gouvernement. Il explique : « On me dit qu’ils ont mené l’affaire avec discrétion afin d’empêcher que par ce livre la grande controverse qui les avait si fortement gênés lors des derniers États généraux concernant l’autorité temporelle du Pape ne soit relancée »45.

  • 46 BL, Stowe MS 176, f. 3 ; les exemplaires de Chaos Anglicanum sont BL, Royal App. 81, 84.
  • 47 BL, Egerton MS 2593, f. 280 Bruxelles, 2/12 décembre 1620.

48En mars 1616, et à la suite de l’intervention d’Edmondes, Woodford avait obtenu deux copies du livre – peut être celles qui sont maintenant au département des manuscrits de la British Library – remises par un juge et un greffier réticents. Il explique qu’il ne sait si leur réticence « était due aux calomnies personnelles à leur encontre contenues dans le libelle, qui pouvaient expliquer leur exaspération ; ou si, ce qui semble plus naturel, elle était produite par le désir d’obtenir une récompense pour ses ministres et pour lui-même en échange de ce service. » Woodford reçut l’ordre de retourner en Angleterre parce que « vous savez quel prix on donne en Angleterre à de telles choses »46. Ces événements eurent des échos prolongés. En décembre 1620, William Trumbull, qui résidait à Bruxelles et était encore à la recherche de Corona Regia, cherchait à obtenir une copie de l’ordre d’arrestation et menaçait de traduire en français et en latin les extraits que les Britanniques avaient obtenus en décembre 1615 (l’exemplaire en sa possession avait du être traduit en anglais) comme pièce à conviction dans un procès qu’un certain Perriet lui intentait47.

49Cet exemple est particulièrement édifiant par deux aspects. D’abord, par les conditions dans lesquelles l’escroquerie de Don Pedro a été montée. Un Italien déguisé en Espagnol promet de montrer à un Anglais vivant à Paris un livre utile, dont on découvre qu’il est un libelle qu’il a lui même composé et qu’il prévoit de faire imprimer probablement en Allemagne, mais qui finalement refait surface à Bruxelles dans une action en justice qui est en apparence sans lien avec l’affaire (voir la figure 8). Les motivations de Don Pedro étaient apparemment financières, mais ses actes étaient fondés sur sa connaissance que le gouvernement britannique se préoccupait des libelles publiés outre-Manche et qu’il était prêt à payer pour les interdire. Woodford écrit: « vous savez quelle valeur on prête à de telles choses en Angleterre. » J’ignore si c’est là une pratique courante de la diplomatie dans les ambassades étrangères, mais cette tentative avortée d’extorsion semble suggérer une forme de reconnaissance du rôle des libelles dans les affaires internationales.

50Deuxièmement, cet incident nous renseigne sur la valeur plurielle qu’un libelle pouvait avoir dans plusieurs pays. Le libelle lui-même est une longue satire à propos du roi britannique, du peuple anglais et de l’Église d’Angleterre. Un tel écrit aurait très certainement été censuré pour diffamation en Grande-Bretagne même. Pourtant, les agents de Jacques Ier cherchaient à le faire interdire en Europe, et ne voulaient pas que des étrangers lisent cette satire anti-britannique et anti-protestante, peut-être parce qu’elle menaçait la paix ou parce qu’elle salissait l’honneur de Jacques Ier aux yeux des Européens.

51Car c’est là l’une des façons dont un libelle agissait à l’échelle européenne : il diffamait au sein d’une communauté européenne, et bien qu’il n’y eût aucun mécanisme légal pour le définir comme libelle, il existait une série de mécanismes diplomatiques informels pour réagir à la diffamation qui justifiaient qu’on le traite comme un libelle. Aussi, les Hollandais coopérèrent à la suppression d’Une Obligation et les Français aidèrent à la censure de Chaos Anglicanum plutôt que de laisser circuler ces textes si commodément – et peut-être même plaisamment – hostiles à leurs ennemis. Dans le cas de Chaos Anglicanum, Woodford estimait que les Français étaient réticents à laisser partir le texte parce qu’ils y étaient aussi soumis à la calomnie : en coulisses on les voit mettre dans la balance la nécessité de calmer les Britanniques et celle de défendre leur propre honneur. Voici qui me ramène à mon point de départ : ces libelles nous aident à comprendre la manière dont nous pouvons penser l’Europe de l’Ouest comme une communauté.

  • 48 Voir note 46.

52Mais cette valeur plurielle transparaît d’une autre façon dans le commentaire cité précédemment. « On me dit qu’ils ont mené l’affaire avec discrétion afin d’empêcher que par ce livre la grande controverse qui les avait si fortement gênés lors des derniers États généraux concernant l’autorité temporelle du Pape ne soit relancée »48. Le livre contient un autre sens additionnel pour l’opinion publique française. Les magistrats s’inquiètent de ce livre car ses réflexions sur la relation entre le clergé et l’État renvoient à des tensions au sein de leur propre constitution religieuse. La diffamation des Britanniques peut ainsi migrer dans un autre État et y être interprétée différemment : de même qu’Une Obligation, ce libelle menace de créer des divisions dans la seconde société. À l’origine, cela est dû au fait que le pouvoir temporel d’une autorité spirituelle est un problème présent dans toute l’Europe après la Réforme, même si l’intérêt qu’on porte à cette question dans les deux pays est de nature différente ; néanmoins, cet incident montre que si le même libelle fait l’objet de lectures divergentes dans des pays distincts, il peut avoir les mêmes effets et menacer la paix de la même manière danes les deux pays.

  • 49 BL, Add. MS 36530, ff. 25-6.

53Ce que Corona Regia et Chaos Anglicanum illustrent, c’est qu’il existe des libelles internationaux qui fonctionnent comme des libelles précisément parce qu’ils ont une portée internationale. Ils sont issus de réseaux transnationaux et sont disséminés grâce à eux ; on les pourchasse par le biais de l’espionnage transnational. On les qualifie de libelles parce qu’on les considère clairement comme tels dans le contexte juridique et politique des différents pays, mais aussi parce le terme se traduit facilement : libelo/defamar en espagnol, libelle/diffamation en français, libello/ diffamare en italien, laster/ lasteren ou schandaliseren en néerlandais. La traduction est peut-être moins évidente en allemand : verlemdung. Ces mots se traduisent facilement en partie parce que tous les pays concernés interdisent des textes pour motif de diffamation, ce qui signifie que, parallèlement à la création du réseau transnational de production et dissémination, on voit apparaître un contre-réseau destiné à l’interdiction de ces libelles. Une magnifique lettre adressée en 1614 par l’ambassadeur de France aux États généraux des Provinces-Unies, qui compare la culture d’interdiction des libelles dans la République et à Rome, suggère une telle conception d’ensemble49. Il résulte de telles actions font de ces textes des libelles dans un contexte international autant que dans un contexte national.

Conclusions : libelles et réseaux d’information

54Cet article, élaboré à partir des archives londoniennes, n’est qu’un compte rendu préliminaire et fragmentaire de ce que pourrait être un réseau international de libelles. Il suggère que les libelles participaient à l’élaboration d’autres réseaux de vente du livre et de publication de nouvelles. Voilà qui n’est guère surprenant, puisque les libelles faisaient partie intégrante d’une culture plus large de l’information.

55La culture de l’information, traditionnellement étudiée du point de vue national, avait aussi un caractère transnational, dont les spécificités sont la mobilité, la traduction et la mutabilité formelle. On l’associe couramment à des centres particuliers tels qu’Anvers, Londres ou Vienne, mais la suprématie de ces centres était assurée par la poste, les ambassades, le commerce et la guerre, autant de moyens qui les reliaient à d’autres centres. La figure 9 – provenant d’un autre travail en cours – est la carte de la réception de la Defensio pro Popula Anglicano (1651) de Milton qui représente la dissémination du livre de Milton à l’époque. La célébrité de Milton se répandit en suivant certains circuits d’information, entre les entrepôts commerciaux et les villes universitaires ; la carte révèle la place importante de la République hollandaise dans le lectorat de Milton, ce qui était en partie dû aux négociations internationales et en partie au fait que Claude Saumaise, l’adversaire de Milton, était établi à Leyde. Mais la carte reflète aussi l’intensité des échanges de nouvelles et des débats entre les Anglais et les Hollandais. L’altercation entre Milton et Saumaise ne constitue que l’un des nombreux dialogues que compte l’économie prospère des transactions culturelles. Elle illustre en retour la manière dont les informations se déplaçaient de manière générale en Europe, relayées par les centres commerciaux dont Anvers et Leyde étaient les plus importants.

56Un genre différent de nouvelles, tel que la prise de Constantinople par les Turcs ou le tremblement de terre de Lisbonne, produirait un autre circuit doté d’une dynamique différente – qui inclurait peut-être les ports hanséatiques et s’étendrait jusqu’à l’Espagne et au Portugal –, mais ces réseaux se recoupent. La géographie s’inscrit au cœur de la production et de la distribution de l’information. Les aspects les plus saillants et les plus travaillés de cette culture de l’information – telles que les nouvelles à la main et les périodiques imprimés que l’on étudie d’ordinaire dans une perspective locale ou nationale – sont seulement des épiphénomènes d’un réseau pan-européen de communication de l’information qui doit encore être cartographié dans son intégralité. Il est également possible que la géographie s’inscrive au cœur de la production des libelles, et que les libelles, en tant que productions culturelles, s’insèrent dans la géographie de l’information. Peut-être est-il nécessaire de concevoir les libelles comme étant non seulement les effets de la vie en communauté, de la médisance et des conflits, mais aussi comme étant intimement liés au réseau pan-européen de l’information, de la diplomatie et du commerce.

Haut de page

Notes

1 Alastair Bellany, The Politics of Court Scandal in Early Modern England : News Culture and the Overbury Affair, 1603-1660, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 100 ; Ian Archer, The Pursuit of Stability : Social Relations in Elizabethan London, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 7-8.

2 Voir néanmoins Joad Raymond, « Exporting Impartiality » dans Anita Traninger et Kathryn Murphy, (dirs.), The Emergence of Impartiality : Towards a Prehistory of Objectivity, series : Intersections, Leiden, Brill, 2003, p. 141-167 ; et « El Rostro Europeo del Periodismo Inglésé » dans Roger Chartier et Carmen Espejo (dirs.), La Aparición des periodismo en Europa : Comunicación y propaganda en el Barroco, Madrid, Marcial Pons Historia, 2012, p. 177-206.

3 Simon Burrows, Blackmail, Scandal, and Revolution : London’s French Libellistes, 1758-92, Manchester, Manchester University Press, 2006 ; Robert Darnton, The Devil in the Holy Water, or the Art of Slander from Louis XIV to Napoleon, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2010.

4 Alastair Bellany, ‘Libel’, in Joad Raymond (dir.), The Oxford History of Popular Print Culture, vol. 1 : Cheap Print in Britain and Ireland to 1660, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 141-63, ici p. 152-153.

5 Paul Arblaster, Antwerp & the World : Richard Verstegan and the International Culture of Roman Catholicism, Leuven, Leuven University Press, 2004, p. 32-3. Je remercie Paul de m’avoir transmis cette information.

6 Londres, N[ational] A[rchive], SP 29/408 f.278.

7 B[ritish] L[ibrary], Stowe MS 176, ff. 170-1.

8 Michael Dalton, The Countrey Justice, 1618 ; Londres, 1643, p. 233-4 ; Alastair Bellany, « The Embarrassment of Libels : Perceptions and Representations of Verse Libelling in Early Stuart England », dans Peter Lake and Steven Pincus (dirs.), The Politics of the Public Sphere in Early Modern England, Manchester, Manchester University Press, 2007, p. 144-67, en particulier p. 146 ; voir également Andrew McRae, Literature, Satire and the Early Stuart State, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, passim.

9 Helen Pierce, Unseemly Pictures : Graphic Satire and Politics in Early Modern England, New Haven, Yale University Press, 2008 ; Alastair Bellany, « Buckingham Engraved : Politics, Print Images and the Royal Favourite in the 1620s », dans Michael Hunter (dir.), Printed Images in Early Modern Britain, Ashgate, Farnham and Burlington, 2010, p. 215-35 ; pour l’‘anorexie’, voir Patrick Collinson, The Birthpangs of Protestant England, Basingstoke, Macmillan, 1988, p. 119 ; pour les corrections, voir Malcolm Jones, The Print in Early Modern England : An Historical Oversight, New Haven, Yale University Press, 2010 ; et Hunter (dir.), Printed Images.

10 Joad Raymond, « Visual Anorexia in Early Modern British Print Culture », Oxford Art Journal, 34.3, 2011, p. 488-93.

11 Mes remerciements à Helmer Helmers pour cette traduction ; mes remerciements à Noah Moxham pour les photos.

12 On peut trouver des images à haute résolution sur < https://www.rijksmuseum.nl/ >, répertorié comme « entrée 2486 » dans l’Atlas de la collection Van Stolk au Rijks Museum d’Amsterdam. Voir aussi http://www.cultuurwijzer.nl/cultuurwijzer.nl/cultuurwijzer.nl/i000256.html (consulté le 20 novembre 2014). Mes remerciements à Hans Cools pour m’avoir indiqué ce site.

13 T. Birch, (dir.), A Collection of the State Papers of John Thurloe, 7 vols., Londres, 1742, 3 : 658.

14 Raymond, « El Rostro Europeo del Periodismo Inglés ».

15 Robert T. Fallon, Milton in Government, University Park, PA, Penn State University Press, 1993, p. 26 et passim ; Charles P. Korr, Cromwell and the New Model Foreign Policy, Berkeley, University of California Press, 1975, p. 10-13 et passim ; Timothy Venning, Cromwellian Foreign Policy, Basingstoke, Macmillan, 1996.

16 Fallon, p. 35.

17 BL, Add MS 41820, ff. 1, 3, 10-11.

18 Ibid., ff. 12-17, ici, f. 12.

19 BL, Add MS 41820, f.28, 12/22 Octobre 1686.

20 Lettres du 13/23 octobre 1686 et du 19/29 octobre 1686, adressées en principe à Middleton, BL, Add. MS 41820, ff. 30, 45.

21 NA, SP 78/96, f.534.

22 Arrest De La Covr de Parlement (Paris, 1634), Arrest of the covrt of Parliament, Whereby the pretended marriage of Monsieur, with the Princesse Margaret of Lorraine, is declared not valuably contracted […] Bearing date the 5. of September. 1634 (Londres, 1634). STC 19203a, est un exemplaire de la Folger Shakespeare Library. L’exemplaire en ligne sur EEBO est mal référencé : c’est en réalité le texte français.

23 « Extract of the Minute Booke of the Honble Mty Lods. States of Zeland », NA, SP 84 169, f. 239.

24 Ces événements coïncident avec la résolution sur le commerce d’avril 1664 adoptée par le Parlement anglais ; Steven C. A. Pincus, Protestantism and Patriotism : Ideologies and the Making of English Foreign Policy, 1650-1668, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, ch. 15.

25 NA, SP 84/169, f. 269.

26 NA, SP 84/170, f. 51

27 NA, SP 84/170, f. 55 ; voir aussi NA, SP 84/170, f. 160.

28 Voir également Edward Adams, A brief Relation of the surprizing several English merchants Goods by Dutch Men, Londres, 1664.

29 Sur la sphère publique anglo-hollandaise, voir Helmer J. Helmers, « The Royalist Republic : Literature, Politics and Religion in the Anglo-Dutch Public Sphere, 1639-1660 », Thèse de doctorat, Université de Leyde, 2011.

30 Cité par Winfried Schleiner, « « A Plott to have his nose and eares cutt of » : Schoppe as Seen by the Archbishop of Canterbury », Renaissance and Reformation, 19.4, 1995, p. 69-86, en particulier p. 74.

31 Winfried Schleiner, introduction, p. 21, dans Tyler Fyotek, (dir. et trad.), Corona Regia, Genève, Droz, 2010.

32 BL, Stowe MS 176, ff.170-1. L’expression française est une traduction littérale de l’idiome anglais, apparaissant dans diverses définitions du terme de « libel » trouvées dans des dictionnaires anglais dont : Dalton, The Countrey Justice ; John Cowell, The Interpreter : or Book Containing the Signification of Words, Londres, 1607 (« Libelle (Libellus) signifie litéralement un petit livre, mais à l’usage, c’est la déclaration originale d’une action en justice en droit civil. anno [...] il signifie aussi un rapport criminel exprimé sur quiconque, ou publié illégalement par écrit ; il est alors appelé, par souci de clarté, libelle diffamatoire, famosus libellus ») ; Thomas Blount, Glossographia or a Dictionary, Londres, 1656 (qui cite Cowell).

33 BL, Egerton MS 2592, f. 37v, 4 May 1619. Voir aussi Schleiner dans Fyotek, p. 18-20.

34 BL, Add. MS 72376, f.87 ; Bruxelles.

35 Bod cote : MS. Eng. c. 7065, fols. 126-137, « Journal of an interpreter at the audiences ». Trumbull lui aussi avait un public – voir les notes sur 41820. Voir également Gilbert Tournoy, « Erycius Puteanus, Isaac Casaubon, and the Author of the Corona Regia », Humanistica Lovaniensia, 49, 2000, p. 377-90.

36 Op. cit., Scheleiner, 1995, p. 75.

37 BL, Egerton MS 2595 f. 197.

38 Op. cit., Schleiner dans Fyotek, (dir.), p. 14 ; Schleiner, « A Plott », p. 76.

39 Op. cit., BL, Egerton MS 2593, f. 17r, Bruxelles, 4/14 septembre 1619.

40 Ibid., BL, Egerton MS 2594 f. 19r-v, Bruxelles, 17/27 février 1620/1. La paternité de l’ouvrage est également attribuée à Scoppius dans un exemplaire de la bibliothèque bodléienne ; voir également Schleiner, « A Plott », passim.

41 Op. cit., Schleiner dans Fyotek, p. 21 ; Schleiner « A Plott », p. 81.

42 BL, Stowe MS 175, f. 353r-v.

43 Ibid., f. 354r-5v.

44 Ibid. , f. 357.

45 BL, Egerton MS 2592, f. 4v, 11 janvier 1615 (copie d’extraits).

46 BL, Stowe MS 176, f. 3 ; les exemplaires de Chaos Anglicanum sont BL, Royal App. 81, 84.

47 BL, Egerton MS 2593, f. 280 Bruxelles, 2/12 décembre 1620.

48 Voir note 46.

49 BL, Add. MS 36530, ff. 25-6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Charles II 
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 2. Johan et Cornélius de Witt 
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 3. Louis XIV
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 4. Christophe Bernard Van Galen, évêque de Münster
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 5. Maximilien Henri van Beieren, évêque de Cologne
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 6. Guillaume III, stadhouder de Hollande
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 7
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Figure 8
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Figure 9
URL http://episteme.revues.org/docannexe/image/297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joad Raymond, « Les libelles internationaux à la période moderne : étude préliminaire », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 23 décembre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://episteme.revues.org/297 ; DOI : 10.4000/episteme.297

Haut de page

Auteur

Joad Raymond

Joad Raymond est Professor of Renaissance Studies à l’Université Queen Mary de Londres. Il a publié de nombreux ouvrages sur Milton, l’histoire du livre et l’histoire de la presse d’information. On compte parmi ses publications Milton’s Angels: the Early-Modern Imagination (2010), Pamphlets and Pamphleteering in Early Modern Britain (2003), The Invention of the Newspaper: English Newsbooks, 1641-1649 (1996), (éd.) The Oxford History of Popular Print Culture, vol. 1: Cheap Print in Britain and Ireland to 1660 (2011) et (éd.) News Networks in Seventeenth-century Britain and Europe (2006). Il travaille actuellement sur une édition des défenses de Milton qui sera publiée dans les Œuvres Complètes de Milton chez Oxford University Press. Il écrit en outre une histoire de la diffusion des nouvelles en Europe à la période moderne.

Haut de page
  • Revues.org