Navigation – Plan du site
I. Newssheets et feuilles volantes : Influences et transferts culturels dans les presses ‎anglaise et française, 1600-1830

Du Mercure Anglois au Paris Monthly Review: Quelques réflexions sur les phénomènes de transfert et d’influence dans les presses anglaise et française du long XVIIIe siècle

Claire Boulard Jouslin

Texte intégral

  • 1 Voir l’article de Anne-Marie Chouillet et Madeleine Fabre, « Diffusion et réception des nouvelles e (...)

1Proposer une étude sur les influences et les transferts entre les presses française et anglaise durant le long XVIIIe siècle paraît à la fois paradoxal et légitime. Paradoxal car si dans leurs prémices au XVIIe siècle, les presses de France et d’Angleterre se développent à des rythmes équivalents et de manières assez semblables, il semble que les échanges auxquels elles donnent lieu sont dès le départ déséquilibrés. En effet, alors qu’au XVIIe siècle, seuls deux périodiques anglais très éphémères French Occurrence et French Intelligence (1625) traitent exclusivement de la France1, des périodiques à la durée exceptionnellement longue fournissent régulièrement des nouvelles d’Angleterre en français des deux côtés de la Manche. Ainsi, successivement, le Mercure Anglois, (1644-1648), Les Nouvelles ordinaires de Londres (1650-1663) et la Gazette de Londres (traduction de la London Gazette) témoignent de l’intérêt que l’on porte, en France et dans les cercles de français émigrés, pour la culture anglaise durant la seconde moitié du XVIIe siècle, intérêt qui semble, du moins dans la presse, bien supérieur à celui que les Anglais accordent à la France.

  • 2 Jean Sgard, (dir.), Dictionnaire des journaux : 1600-1789, Paris, Universitas, Oxford, the Voltaire (...)
  • 3 En voici les titres : Lettre d’un particulier à Monsieur Misson (oct-janv 1707-1708) : contre les C (...)
  • 4 Anne Marie Chouillet & Madeleine Fabre, « Diffusion et réception des nouvelles et ouvrages britanni (...)

2Le XVIIIe siècle semble confirmer cette tendance. Un examen du Dictionnaire des journaux de Jean Sgard2, révèle que les journaux et périodiques publiés en Grande Bretagne dans les deux langues et faisant régulièrement mention de la culture française sont limités à une petite dizaine3. On en compte le double pour la presse française qui diffuse des informations sur les événements et la culture britanniques. Il semble donc que comme l’annonçaient Madeleine Favre et Anne-Marie Chouillet, « l’Angleterre fascine les Français beaucoup plus, si l’on en juge d’après la presse périodique, que la France n’intéresse les Anglais »4. Du moins avant la Révolution française.

  • 5 Sur les limites des échanges entre les presses française et anglaise, voir l’article de Claire Boul (...)

3Par ailleurs, l’essor spectaculaire de la presse anglaise après la Glorieuse Révolution de 1689, allié à une inventivité de forme, puisque les grands types de journaux tels l’essai périodique ou le quotidien d’information ont vu d’abord le jour en Angleterre quelques années, voire quelques décennies, avant de paraître en France, accroît encore ce déséquilibre. Il en résulte que parler d’échanges, terme parfois utilisé pour évoquer les transferts culturels, paraît plutôt hasardeux puisque la notion d’échange implique la réciprocité. Elle semble particulièrement peu adaptée aux journalismes français et anglais qui ne sont pas régis par les mêmes conditions politiques, les mêmes conditions de production journalistique, ni les mêmes pratiques sociales, ce qui rend impossible d’une part toute forme de retour et d’autre part de translation in extenso d’un même phénomène5.

  • 6 Sur l’origine des études sur les transferts culturels en France, voir l’article de Béatrice Joyeux, (...)
  • 7 Béatrice Joyeux cite ici Michel Espagne, « Les transferts culturels » op.cit., p. 149. Voir aussi M (...)

4Pourtant, un tel sujet d’étude n’est pas illégitime car la nature même de la presse dont les origines sont l’épistolarité et la géographie inscrit les notions de transmission, de contact et donc d’influences au cœur du sujet. Or, si les échanges au sens strict du terme n’existent pas en matière éditoriale, ils n’excluent nullement un phénomène de transferts. La réflexion menée dans ce domaine depuis les années 1980 sur la notion de transferts culturels s’est révélée précieuse6. Car elle a permis de montrer que si les transferts se distinguent des influences, ils doivent être étudiés conjointement à ces dernières, les uns étant reliés plutôt à la circulation des pratiques, les autres à celle des idées. Mise sur pied par Michel Espagne, l’un des pionniers des études sur les transferts culturels, afin de prendre en compte les divergences structurelles et les différences de contexte, la notion de transferts implique une asymétrie qui sous entend « une transformation en profondeur liée à la conjoncture changeante de la structure d’accueil »7. Michel Espagne prend ainsi en compte les divergences nationales mais il implique que ce qui est transféré est modifié par le contexte d’arrivée. Les tenants des transferts culturels préfèrent ce terme à celui d’influence car il met en valeur le processus dynamique d’adaptation à l’œuvre dans le transfert, au contraire de la notion d’influence qui implique selon eux que le sujet influencé subit passivement. Il semble cependant que les deux termes soient complémentaires plutôt qu’antagoniques. Influence renvoie à une pression diffuse (l’anglomanie ne constituerait-elle pas une sorte d’influence collective?) alors que les transferts ramènent aux choix nécessaires, et donc parfois exclusifs, afin de s’adapter au mieux aux exigences locales. Les influences impliquent donc également que soient prises en compte les divergences.

  • 8 Notamment les ouvrages suivants : F. Ogée, op. cit., Christophe Charle, Julien Vincent et Jay Winte (...)
  • 9 S. Botein, J. R. Censor & H. Ritvo, « The Periodical Press in Eighteenth-century English and French (...)
  • 10 Voir Rori Bloom, « Une teinture anglaise : English Aesthetics in Prévot’s le Pour et le Contre », d (...)
  • 11 Voir Klaus Dieter Ertler, Alexis Lévrier et Michaela Fischer (dir.), Regards sur les « spectateurs  (...)

5De tels outils conceptuels, à l’origine destinés à mieux comprendre le fonctionnement des relations franco-allemandes à la fin du XVIIIe siècle, furent si féconds qu’ils ont été utilisés pour approfondir la connaissance scientifique des relations franco-anglaises dans leur ensemble. En témoigne la liste assez longue des publications récentes sur le sujet8. Les études portant sur les phénomènes de transferts culturels dans les presses française et anglaise en bénéficièrent aussi. En 1981, S. Botein, J. R. Censor, et H. Ritvo ouvrirent la voie en publiant un article pionnier qui proposait une analyse comparatiste du développement politique et culturel des presses des deux pays au XVIIIe siècle9. Depuis, quelques études ponctuelles portant soit sur des journaux précis10, soit sur l’évolution d’un type de publication comme l’essai périodique11 ont mis en lumière non plus simplement des similitudes ou des divergences mais des emprunts, des adaptations, des imitations formelles témoignant de transferts de pratiques journalistiques entre les deux pays. Cependant aucun ouvrage n’a encore été entièrement consacré à ces transferts dans la presse franco-britannique.

  • 12 Ce volume n’aurait pu voir le jour sans le travail et le soutien du Professeur Isabelle Bour, direc (...)

6Aussi, deux journées d’étude internationales furent organisées sur le thème des transferts et influences entre la France et l’Angleterre par les centres de recherche CREA XVIII et l’EA (4398) Prismes de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 pour faire progresser la réflexion. La première portait sur les transferts d’idées par la presse et notamment sur la manière dont la presse influait sur les représentations nationales. Il s’agissait de mieux cerner l’image que chacun des deux pays avait de son voisin et de voir comment la presse relayait le fait politique et culturel sur les deux rives. La seconde visait à analyser comment les deux presses s’influençaient l’une l’autre dans leur fonctionnement en tenant compte à la fois des réseaux d’information, des acteurs, mais aussi des restrictions propres à chaque pays ainsi que des événements. La publication partielle des communications présentées lors de ces deux journées d’études constitue le présent numéro d’Études Épistémè. Elle propose des pistes de réflexion et espère inciter le chercheur à prolonger le travail, car bien des champs restent encore inexplorés12.

7Une telle entreprise ne va cependant pas sans difficultés. La première concerne en effet le terme de presse. Le terme recouvre aussi bien en France qu’en Angleterre une grande diversité de production, qui va du périodique savant aux gazettes, en passant par l’essai périodique, le magazine et le libelle. Par ailleurs, en France, contrairement à ce qui se passait en Angleterre, « les feuilles volantes » constituaient souvent des publications discontinues (voir par exemple le Spectateur français de Marivaux) et se rapprochaient considérablement des occasionnels. Accepter ces différences impliquait donc la nécessité d’adopter une définition élargie de la presse.

  • 13 Le terme est utilisé pour la première fois en France en 1781 par Mercier dans les Tableaux de Paris (...)
  • 14 La périodicité était un critère important que Bob Harris avait retenu dans son étude comparative de (...)

8C’est dans ce même esprit d’ouverture que fut volontairement choisi le terme de presse et non de journalisme, qui d’ailleurs apparaît tard dans les lexiques anglais et français13, car on souhaitait mettre l’accent sur la variété des textes imprimés et sur les changements provoqués par le fait d’imprimer et de publier des textes relativement courts, plus que sur la régularité de la publication14. La raison en est simple : l’impression permettant une diffusion large numériquement et géographiquement, a davantage de chance d’avoir un impact sur les publics existants. Ce choix exclut donc délibérément les nouvelles à la main, mais permet d’inclure des publications de type informatif et/ou polémique tels que les journaux d’informations, les essais périodiques, les magazines, et aussi comme en témoigne l’article de Joad Raymond, les publications particulières car purement occasionnelles que constituent les libelles. Adopter une telle définition permet ainsi de montrer que journaux et imprimés partagent des circuits commerciaux, diplomatiques et politiques qui ne leurs sont pas spécifiques mais qui sont essentiels pour comprendre les jeux d’influences et de transferts en matière de formes et d’idées entre les deux pays.

9La seconde difficulté tient à la période historique choisie. Observer des flux suppose un travail sur des périodes longues qui permettent de mettre en évidence des changements et de faire des comparaisons. Naturellement, des analyses sur le XVIIe siècle, qui préside à la naissance de la presse dans les deux pays étaient bienvenues. Mais ensuite où s’arrêter ? En fait, le choix d’un long dix-huitième siècle qui s’étend au delà de la révolution française s’impose afin de mieux mettre en évidence les jeux de transferts subtils et inattendus qui se font jour entre la France et l’Angleterre, au fil des événements politiques et des dynamiques économiques. Cet angle de vue très large se révèle ici fructueux pour montrer par exemple qu’entre les deux pays, la nature des informations imprimées reste ambiguë et que la ligne de partage entre propos diffamatoires, libelles et nouvelles est parfois bien mince aussi bien au XVIIe siècle qu’à la fin du XVIIIe siècle. Joad Raymond met en évidence la superposition des réseaux de l’information et de la diffamation, les deux plongeant aux mêmes sources et utilisant les mêmes circuits de distribution. Howard Weinbrot montre qu’à la fin du XVIIIe siècle, on fait le même constat pour le périodique franco-britannique le Courier de l’Europe produit à Paris et vendu des deux côtés de la Manche, lorsqu’il est dirigé par le très controversé Théveneau de Morande.

10Un travail de comparaison effectué sur le courrier des lecteurs publié dans les périodiques des deux pays durant une période longue permet également de mettre en évidence des phénomènes convergents que le développement décalé dans le temps des deux presses avait jusque-là laissés dans l’ombre. Ainsi Denis Reynaud et Samuel Baudry, qui travaillent en partenariat avec l’UMR lire CNRS sur un projet de recherche portant sur la naissance et la diffusion du courrier des lecteurs en France et en Angleterre montrent que la nature épistolaire des presses anglaise et française est plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord. Aussi bien en France qu’en Angleterre, la lettre définie comme expression d’un dialogue et d’un débat réel entre lecteurs n’apparaît que vers le milieu du XVIIIe siècle, Samuel Baudry la situant pour l’Angleterre vers 1730 tandis que Denis Reynaud en constate l’apparition en France vers 1755. De telles analyses conduisent ainsi à réviser certains aprioris, notamment sur le rôle tardif joué par la presse française dans la constitution et l’expression d’une opinion publique. Il semble qu’elle apparaît bien avant la Révolution française en dépit de la censure. L’analyse chronologique du courrier des lecteurs dans les presses anglaise et française semble confirmer en outre l’intuition de Denis Reynaud selon laquelle en matière d’épistolarité, « la réalité aurait imité la fiction ». En publiant des courriers réels de lecteurs, les journaux d’information français et anglais, – et Samuel Baudry prolonge l’analyse pour les genres de la revue et du magazine anglais – auraient imité les essais périodiques comme le Tatler et le Spectator de Steele et Addison, qui eux publiaient des lettres fictives. Une telle approche met en évidence de manière originale le rôle central et dynamique joué par l’essai périodique de Steele et Addison sur l’ensemble de la presse aussi bien en Angleterre qu’en France.

  • 15 Voir S. Botein, J. R. Censor & H. Ritvo, op.cit., p. 476, Bob Harris, op.cit., p. 67-68; Christophe (...)
  • 16 Simon Burrows, Blackmail, Scandal and Revolution: London’s French Libellistes, 1758-1792, Mancheste (...)
  • 17 Allastair Bellany, « Libel », dans Joad Raymond (dir.), The Oxford History of Popular Print Culture(...)
  • 18 Simon Burrows montre que dans les années 1770, le gouvernement britannique faisait renvoyer en Fran (...)

11La perspective historique permet donc de mieux appréhender les dynamiques qui animent les transferts et de voir comment ces dynamiques changent ou perdurent. La présente collection d’articles montre que de manière paradoxale la censure a souvent provoqué les transferts. On a souvent souligné le rôle de frein des censures nationales dans la diffusion de la presse au XVIIe siècle dans les deux pays et au XVIIIe siècle en France en particulier15. Les analyses comparatistes ont aussi signalé comment elle a pu restreindre les transferts d’idées et de pratiques journalistiques afin de préserver les régimes politiques en place. Simon Burrow a par exemple montré que la censure avait largement contribué dans la seconde moitié du XVIIIe siècle à limiter la circulation de libelles hostiles à la reine Marie-Antoinette en France16. Mais les analyses qui ont adopté une perspective internationale indiquent que la censure a au contraire favorisé la publication à l’étranger qui constituait souvent une échappatoire à la censure nationale17. L’article de Joad Raymond sur les libelles internationaux au XVIIe siècle tout en confirmant ce phénomène offre des angles de vue légèrement différents sur les relations qu’entretenait la presse à la censure. D’une part, il montre qu’elle a sans doute contribué à l’apparition d’un genre particulier de libelles : les libelles transnationaux. Certains libelles furent en effet d’emblée conçus pour une diffusion internationale et pour toucher un lectorat étranger autant qu’anglais. Leur contenu était donc polysémique et affectait les publics nationaux anglais, hollandais et français de manière différente car leur sens variait en fonction du contexte national dans lequel ils étaient lus. Or, cette approche transculturelle nouvelle du pamphlet les rendait difficiles à contrôler par les états car ce qui était perçu comme diffamatoire dans un pays n’était pas nécessairement perçu comme tel ailleurs. D’autre part, si Joad Raymond souligne le caractère quasi anamorphotique de ces imprimés transnationaux qui contournaient ainsi les censures nationales au XVIIe siècle, il montre également l’adaptabilité de la censure qui elle aussi s’internationalise. À défaut d’une loi européenne contre la diffamation, les gouvernements collaboraient pour interdire les imprimés diffamatoires. L’analyse de Joad Raymond oblige ainsi à nuancer le lieu commun selon lequel la presse aurait largement contribué à alimenter une hostilité ou une rivalité entre les gouvernements en profitant de l’absence de règles supranationales. Joad Raymond montre au contraire que les libelles pouvaient aussi provoquer des rapprochements et des collaborations entre gouvernements au point que ces publications façonnent les relations diplomatiques entre états. Ainsi ces petits textes méprisés détenaient un pouvoir politique et diplomatique non négligeable. Joad Raymond confirme donc l’ancienneté d’une pratique analysée par Simon Burrows pour les libelles français de la seconde moitié du XVIIIe siècle18. Il apparaît que les libelles partageaient les mêmes réseaux d’information, de circulation et de commercialisation que les journaux, profitant ainsi d’un marché des médias.

  • 19 Alain Bony montre ainsi que seuls deux tiers des essais du Spectator sont traduits dans la première (...)

12Ce rôle ambivalent de la censure affleure également dans l’article d’Alexis Lévrier « d’Addison à Marivaux ». Alexis Lévrier analyse le rôle joué par la censure sur la manière dont un autre genre journalistique, l’essai périodique inspiré du Spectator d’Addison et Steele, a pu se développer en France. Son analyse des Spectateurs de Marivaux invite à réviser l’idée selon laquelle la presse française d’Ancien Régime était moins développée et élaborée que la presse anglaise à cause précisément d’une lourde censure d’État sévissant dans les premières décennies du XVIIIe siècle. Il est indéniable que le Spectator, qui a rencontré un immense succès des deux côtés de la Manche, n’a pu être importé en France dans sa version d’origine pour cause de censure. En témoignent les traductions partielles du Spectator, qui trahissent une pratique d’autocensure des traducteurs qui omettaient tel essai parce que le sujet était considéré comme sensible19. Alexis Lévrier montre que la censure a contraint les auteurs souhaitant imiter le Spectator à modifier la forme autant que la lettre du genre spectatorial. Marivaux avait ainsi mis au point des stratégies de contournement de la censure telle une « imprécision du cadre spatial et temporel » qui s’accentue entre le Spectateur français (1721-1724) et l’Indigent Philosophe (1727). De plus, il met en évidence le lien entre ces stratégies issues de contraintes et la naissance de traits spécifiques aux périodiques français qui témoignent d’un phénomène d’adaptation au contexte politique et juridique français. Ainsi si la figure éditoriale est bien chez Marivaux à l’image de son illustre confrère, un spectateur, elle adopte un regard particulier, oblique, et devient un observateur des marges plutôt que de l’actualité politique ou sociale. De surcroît, s’il prouve qu’il a les capacités d’un vrai spectateur attentif à l’actualité, le rédacteur utilise ces qualités de manière limitée en les appliquant essentiellement à un domaine défini, celui de la critique littéraire. Il est clair que la censure affecte la forme et le contenu des périodiques de Marivaux et explique des différences et une prise de distance entre les journaux de Marivaux et le modèle du Spectator. Pour autant, Alexis Lévrier laisse entendre que la censure a pu aussi avoir un effet positif, stimulant la créativité de Marivaux dont il rappelle qu’il était un « moderne » et à ce titre était peu enclin à produire de simples imitations de son confrère anglais. Si Marivaux ne pouvait pas copier le Spectator parce qu’il n’avait pas la même liberté de parole, il ne le ne souhaitait sans doute pas non plus.

  • 20 Addison analyse le Paradis perdu comme un poème épique dont il compare les mérites à ceux de l’Ilia (...)
  • 21 Les dix-huit articles du Spectator consacrés à l’analyse du Paradis perdu ont rendu célèbre la méth (...)
  • 22 Voir la notice de Jean Sgard sur Camusat dans son Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, Oxford, (...)

13De la même manière, la censure a pesé lourdement sur le transfert d’un des traits caractéristiques de l’essai périodique : la critique littéraire. Alors que dans le Spectator, les essais critiques d’Addison sur le Paradis perdu de Milton proposaient au lecteur une réflexion raisonnée et donc dépassionnée sur les mérites respectifs d’Homère et de Milton20, comme le note James Schorr, les essais périodiques de Van Effen et de Marivaux, et plus généralement les épigones francophones du Spectator, usent de façon récurrente de la critique littéraire comme d’un outil polémique. Pourquoi cette différence ? En célébrant les beautés de chacun des deux auteurs, Addison réconciliait Anciens et Modernes et enseignait à ses lecteurs par son écriture élégante et par ses analyses critiques nuancées à reconnaître le bon goût. C’est ainsi qu’il a donné ses lettres de noblesse à l’essai périodique anglais et au Spectator en particulier21. En revanche, comme l’explique James Schorr, dans le contexte français de la très virulente querelle des Anciens et des Modernes, la critique littéraire se fit en réaction à la censure exprimée par les partisans des Anciens. Or, celle-ci va de pair avec la censure officielle. Ce n’est sans doute pas un hasard si le plus virulent dans ses attaques à l’encontre des feuilles volantes de Marivaux et Van Effen, est Camusat, censeur officiel de son état, mais aussi auteur et critique des Modernes22. Face aux critiques exprimées par les partisans des anciens à l’encontre de ce nouveau genre de publication qui prenait des libertés avec son modèle anglais, Marivaux, Van Effen et leurs confrères furent contraints de pratiquer la critique littéraire de manière offensive et défensive. Ainsi, on constate que la censure a doublement pesé sur le transfert du genre spectatorial d’Angleterre en France. D’une part, la menace juridique contraint les auteurs des papiers à limiter leurs champs d’investigation ainsi qu’à pratiquer la prudence dans leur manière de relater l’événement, ce qui stimula leur créativité. Mais dans le même temps, cette adaptation formelle conduisit le censeur à nier au périodique toute légitimité et toute filiation avec le Spectator, et donc toute valeur littéraire. Le censeur obligea ainsi les auteurs de feuilles volantes à définir à la fois ce qui faisait la qualité littéraire des feuilles volantes et ce qu’était une bonne critique littéraire. Or, on voit la difficulté pour les auteurs de se conformer au modèle spectatorial. Car, s’ils tentaient dans leurs périodiques de pratiquer une critique littéraire positive conforme aux règles qu’ils défendaient et qui se rapprochait de celle du Spectator, dans le même temps, il leur était difficile d’éviter la polémique avec des adversaires partisans et acharnés. Tous ces facteurs expliquent partiellement les divergences entre le Spectator et ses épigones de langue française et éclairent les limites des phénomènes de transferts et de la liberté de parole.

  • 23 Voir B. Harris, op. cit., p. 41-46.

14La censure influe enfin aussi bien sur la forme des périodiques que sur la dynamique commerciale de la presse. Le genre du périodique franco-britannique qui éclot dans la seconde moitié du XVIIIe siècle en fournit un bel exemple. Que ce soit le Courier de L’Europe (1776-1792) ou The Paris Mercury (1792), tous deux ont pour point commun de s’installer à l’étranger afin d’éviter les effets de la censure et de tenter d’adresser des nouvelles fiables à un public qui réside de l’autre côté de la Manche. En 1792, le gouvernement britannique, inquiet du développement du radicalisme politique en Angleterre contrôle sévèrement la presse nationale afin d’endiguer l’influence des idées radicales issues de la Révolution française23. Or Simon Mac Donald montre la forme originale que prend alors la censure britannique sur la presse anglaise. Par son système de contrôle postal pesant spécifiquement sur les nouvelles internationales, elle eut finalement raison de l’existence de tels journaux. Ainsi, contre toute attente, l’examen de ce type spécifique de parutions révèle les formes subtiles que prit la réaction conservatrice à la révolution française et oblige à porter un regard neuf sur la liberté de la presse britannique au XVIIIe siècle.

15La seconde dynamique qui a contribué à des phénomènes de transfert dans la presse entre la France et la Grande-Bretagne est l’événement, qu’il soit de nature politique, religieuse, militaire ou intellectuelle. Face à la crise, la presse se transforme en intermédiaire culturel, voire pédagogique, et contribue à façonner les représentations et les perceptions nationales. De manière prévisible, lorsque les périodiques sont des organes d’État, ce qui est largement le cas des deux côtés de la Manche au XVIIIe siècle, l’événement est exploité en vue d’orienter la représentation nationale. La France et l’Angleterre ont d’ailleurs toutes deux les mêmes réflexes quelles que soient les époques. Il s’agit de familiariser le lecteur à la culture du pays voisin afin d’organiser une propagande nationaliste. Cependant, on note que cette exploitation politique permet de présenter aux lecteurs un tableau plus nuancé qu’il n’y paraît. Il semble finalement que c’est davantage un point de vue franco-anglais qu’un point de vue national stricte que les journaux transmettent. Jeffrey Hopes le confirme en analysant la Review of the Affairs of France que Daniel Defoe fit paraître en 1704, sous l’égide du ministre Robert Harley, à un moment où l’Angleterre et la France sont en guerre. Afin de convaincre le lectorat de la nécessité d’une guerre contre la France, Defoe consacre de longs essais à analyser l’histoire de la France, la création de son régime politique, l’absolutisme, et à présenter à ses lecteurs les facteurs politiques, sociaux et militaires qui avaient contribué à construire la puissance française. Il s’agissait de souligner l’urgence de la réaction d’une Angleterre décrite comme moins efficace. Mais selon Jeffrey Hopes, en faisant circuler des informations qui magnifiaient la puissance française, Defoe reflétait dans sa Review tout à la fois l’aura et le prestige dont la France jouissait auprès d’une élite anglaise, la cohérence des politiques françaises ainsi que le manque de confiance du gouvernement anglais dans les forces de la nation. C’est donc un point de vue anglais particulier qu’il offrait dans ses colonnes et qui trahissait, par son ton admiratif, le degré de fascination que la France exerçait sur des personnes informées et cultivées en ces moments de conflit. Cette ambigüité choqua d’ailleurs les lecteurs qui protestèrent et soupçonnèrent Defoe de pactiser avec l’ennemi.

16Howard Weinbrot, quant à lui, montre comment le Courrier de l’Europe profita de la crise des fameuses Gordon Riots, les émeutes anti-catholiques londoniennes de 1784, pour procurer à ses lecteurs français et catholiques une autre image de l’Angleterre anglicane, dont la réputation de tolérance religieuse avait été vantée par Voltaire et les philosophes français et influencée par l’anglophilie ambiante. C’est également un point de vue partagé qui en ressort, où les préjugés nationaux et de classe se mêlent au désir d’informer de manière fiable. Et alors même que les auteurs souhaitaient imposer une représentation nationale plus critique de leur voisin, c’est paradoxalement un point de vue franco-anglais qu’ils ne peuvent s’empêcher de procurer à leurs lecteurs. Car si le Courrier de l’Europe était bien une entreprise franco-britannique par le fait que ses rédacteurs étaient écossais (Swinton) puis français (Serres de la Tour, Brissot, Morande), il l’était davantage encore par le fait que ses auteurs, dont certains vivaient à Londres et connaissaient bien la culture britannique, utilisaient d’une part la presse d’Outre-Manche pour rédiger leurs articles, relayant ainsi partiellement le point de vue britannique sur l’événement et d’autre part, trahissaient un point de vue catholique et aristocratique très français sur les émeutes et les émeutiers. Si les auteurs du Courrier de l’Europe considéraient ces derniers comme de la « vile canaille » dont on ne pouvait rien espérer d’autre que brutalité et endoctrinement religieux, en revanche, leur instigateur, Lord Gordon bénéficiait, du moins lors de son premier procès, d’un traitement plus favorable dû notamment à son rang. La bienveillance des auteurs envers Lord Gordon reflétait les préjugés de classe de nombreux rédacteurs de la presse française qui contrairement à sa consœur anglaise était majoritairement dirigée par la petite noblesse, et qui écrivait pour l’élite. Ainsi le point de vue original franco-anglais s’explique non seulement par une culture religieuse différente et dans une certaine mesure par l’acquisition d’une double culture, mais également par une organisation intrinsèquement différente de la presse.

17Enfin, l’événement sert de révélateur d’un intérêt d’un peuple pour l’autre dont témoigne la presse. Selon Simon Mac Donald, l’installation à Paris de journaux de langue anglaise comme le Paris Mercury (1792) reflète d’abord le désir d’étancher une soif aigüe d’informations fiables de la part des lecteurs britanniques. Les périodiques franco-britanniques de la période révolutionnaire invitent donc le chercheur à réviser l’historiographie des Britanniques face à la Révolution française car ils obligent à nuancer le cliché d’une hostilité féroce des anglais envers la France durant les années de terreur de la Révolution française. Celle-ci était au moins mâtinée de curiosité.

  • 24 Voir Jeremy Black, The English Press in the 18th Century, London, Routledge, 1987, p. 103-105.
  • 25 À rebours, il est symptomatique que Marivaux se désintéresse des Spectateurs quand il rencontre le (...)
  • 26 L’examen du Dictionnaire des journaux de Sgard montre que tout au long du XVIIIe siècle des périodi (...)

18Par ailleurs, il convient dans les phénomènes de transferts de tenir compte de la dimension économique des entreprises de presse. Certes aussi bien du côté anglais que français, nombre de périodiques étaient subventionnés par l’État24, ce qui réduisait l’impératif de rentabilité. Néanmoins, il ne fait aucun doute que l’appât du gain a constitué un moteur puissant de la créativité dans la presse, et a notamment présidé à la diversification des formats et des genres ainsi qu’à leur diffusion aussi bien en Angleterre qu’en France sur l’ensemble de la période. Il est clair que les huguenots hollandais comme Van Effen ont vite compris le parti financier qu’il pouvait tirer de l’anglomanie et du nouveau genre de périodique que constituait le Spectator confirmant au passage le rôle majeur de passeur d’idées et de formes joué par la presse hollandaise avant 1750. Les différents épigones du Spectator que Van Effen propose en langue française, bientôt imités par une myriade d’autres publications du même type révèlent l’ampleur du marché autant que l’enthousiasme pour cette forme nouvelle d’écrits et pour l’Angleterre qui grandit en France avec le siècle25. Il semble d’ailleurs que tous les types de journaux, du Misanthrope de Van Effen au Courrier de l’Europe, en passant par le Pour et le Contre de Prévot, et la Gazette de l’Europe, ont tenté de profiter de cette curiosité pour l’Angleterre en incluant poèmes, comptes rendus critiques de pièces de théâtre ou de romans anglais. Ce faisant, ces journaux se plaçaient dans une longue tradition de périodiques francophones issue des gazettes savantes telles Les Nouvelles de la République des lettres ou La Bibliothèque historique et universelle d’Amsterdam que respectivement Bayle et La Crose avaient créées à la fin du XVIIe siècle et qui relayaient la nouveauté littéraire et artistique britannique et européenne auprès d’un public plus large que celui des érudits26. La presse constituait ainsi une sorte de publicité dont les libraires, conscients d’un marché d’amateurs et conscients également d’une forme d’embourgeoisement de la société française, cherchaient ainsi à tirer plus amples profits en vendant, outre les périodiques, les traductions ainsi vantées dans les périodiques.

  • 27 Voir Paul Gerbod, Voyage au pays des mangeurs de grenouilles : la France vue par les Britanniques d (...)
  • 28 Voir Diana Cooper Richet, « Distribution, diffusion et circulation du Galignani’s Messenger (1814-1 (...)

19À l’évidence, comme le montrent Simon Mc Donald et Diana Cooper-Richet, c’est bien encore la logique de marché qui prévaut à la fin du XVIIIe siècle et dans les premières décennies du XIXe siècle et qui préside à l’expansion et à la diversification des périodiques franco-britanniques. L’intérêt des britanniques pour la France permettait l’ouverture d’un nouveau marché des médias qui concurrençait les journaux anglais basés à Londres, et qui, de ce fait, étaient handicapés par la surveillance du gouvernement britannique. Ce phénomène contribua d’ailleurs à inverser le sens des flux et des idées puisque Londres perdit son titre de centre d’une presse libre, au profit de Paris. Diana Cooper-Richet confirme le remarquable essor d’une presse franco-britannique dans les premières décennies du XIXe siècle et souligne le lien intime entre économie et originalité éditoriale. Conscients de la présence dans la capitale française d’une communauté de Britanniques éduqués et désireux de s’informer des actualités artistiques anglaises27, les Galignani s’inspirèrent des revues littéraires britanniques et réintroduisirent en France un genre journalistique interrompu sous la Révolution française : le périodique littéraire. Les nouvelles formules éditoriales qu’ils inventèrent (le magazine littéraire hebdomadaire et dominical) révèlent l’habileté des Galignani à tirer parti des loisirs, voire de la nostalgie de leurs clients expatriés, ce qui conduisit à une forme d’émancipation éditoriale par rapport aux modèles anglais et écossais (des mensuels). On note, en outre, que l’entreprise des Galignani reposait sur l’absence de loi sur le copyright en France avant 1852, puisqu’ils reproduisaient des articles publiés précédemment dans les mensuels littéraires britanniques, ce qui les distinguait notablement des journaux de critiques littéraires français publiés au XVIIIe siècle. Cela leur permit d’imprimer à Paris les publications anglaises qu’ils pillaient28 à moindre frais et sans encourir la censure. Le but étant bien sûr d’obtenir – avec succès – une situation de monopole sur la capitale française.

  • 29 Gilles Siouffi, « De L’Universalité européenne du français au XVIIIe siècle : retour sur les représ (...)
  • 30 Voir par exemple Linda Colley, Britons Forging the Nation 1701-1837, London, Pimlico, 1994, p. 165.

20Enfin, au cœur des transferts s’inscrit la question de la langue. Quel rôle joue-t-elle et quel est son statut – frein ou moteur économique ? – dans la diffusion des périodiques et la transmission des idées des deux côtés de la Manche ? L’article de Jonathan Conlin sur la Gazette de l’Europe ouvre des perspectives originales sur la représentation de la langue française et sur l’usage qui en est fait dans la presse au XVIIIe siècle. Jonathan Conlin semble s’inscrire dans le sillage d’un courant historiographique révisionniste récent qui réexamine le rôle et la prépondérance du français en Europe au XVIIIe siècle29. Sont ainsi mises en doute deux idées communément admises jusque-là: le français était la langue vernaculaire des élites internationales30, mais aussi le symbole de l’élégance linguistique et culturelle européenne durant le long XVIIIe siècle. Organe gouvernemental dirigé par Suard et publié à Paris, la Gazette de l’Europe offre un cas intéressant dans la mesure où elle publie des nouvelles de l’actualité culturelle britannique afin de mieux mettre en évidence la supériorité de la culture et de la langue françaises. Ainsi, faire connaître la culture littéraire anglaise auprès d’un public français était, certes, une manière de tirer profit d’une anglomanie très présente parmi l’élite française. Mais rapporter, voire traduire des extraits de la littérature anglaise, participait paradoxalement d’une tentative de se réapproprier une forme de suprématie perdue lors de la guerre de sept ans sur les champs de bataille. Jonathan Conlin s’interroge donc sur ce besoin déclaré de réaffirmer la supériorité du français à une époque où il est censé être premier. Il émet ainsi des doutes sur la réalité de cette suprématie et suggère que la presse contribue, par patriotisme, à véhiculer cette représentation flatteuse de la langue française sans que cela ne corresponde plus à une réalité.

  • 31 Laurent Angliviel de la Beaumelle, La Spectatrice danoise, ou l’Aspasie moderne, 1748-1750, Copenha (...)

21La question mériterait d’être approfondie. D’abord, parce qu’il faut peut être faire la part de la stratégie patriotique et du chauvinisme dans les déclarations sur la langue française de quelque bord journalistique qu’elles puissent venir. Les propos de Horace Walpole, pourtant francophile que Jonathan Conlin rapporte au sujet la Gazette de l’Europe, laissent poindre des traces de la rivalité franco-anglaise. À l’opposé, ne sont pas moins suspects les articles d’Angliviel de la Beaumelle, qui chante l’universalité du français et sa beauté incontournable dans son mensuel la Spectatrice Danoise qu’il publie de Copenhague en 174931. Protestant et admirateur de Montesquieu et de l’Esprit des lois, dont il diffuse les idées, sa défense du français tient sans doute autant du calcul commercial que de son désir de l’associer aux Lumières françaises et de son amour de la langue française.

  • 32 Sur le discours de Rivarol décrivant la perfection intrinsèque de la langue française et son influe (...)
  • 33 La Gazette de Londres (1666-1705) est une traduction pure et simple de la London Gazette par exempl (...)

22Par ailleurs, si on laisse de côté le débat sur les qualités intrinsèques de la langue32, la presse peut, en revanche, nous éclairer sur la diffusion respective du français et de l’anglais et sur l’évolution de cette diffusion. Il semble que la presse française diffusait la culture anglaise en s’appuyant fréquemment sur la traduction33. Howard Weinbrot souligne le rôle éducatif du Courrier de l’Europe qui instruisait à l’occasion le public français sur l’originalité du système parlementaire anglais ou sur la Révolution américaine, en prenant la peine de familiariser les lecteurs avec certains termes anglais qu’il traduisait. Jonathan Conlin évoque le rôle de vulgarisateur littéraire qu’a joué La Gazette de l’Europe (1764-66 ; 1784) en publiant les traductions françaises des poèmes de Gray. Les traductions ont en outre joué un rôle clé dans la diffusion de la presse elle-même. Un exemple, parmi de nombreux autres, en est fourni par la Bibliothèque britannique qui, au milieu du XVIIIe siècle, rend compte, entre autres publications, des nouvelles parutions périodiques anglaises et en traduit des extraits en français. Ce périodique publie ainsi une critique favorable de The Female Spectator, mensuel lancé à Londres par la romancière Eliza Haywood en 1745. Elle en souligne la parenté avec son confrère The Spectator, et pour mieux renseigner ses lecteurs sur la qualité du journal publie un long extrait traduit dans la langue de Molière. L’article s’achève sur le vœu qu’une traduction intégrale sera publiée prochainement. Or, un appel de note complète l’article précisant que « cet ouvrage (traduit) s’imprime à la Haye chez P. de Houdt », de Houdt n’étant nul autre que l’imprimeur de la Bibliothèque britannique. L’article critique constitue donc une publicité double pour le périodique anglais publié à Londres et pour sa traduction à paraitre prochainement en français. Ce sont là les mêmes stratégies commerciales que celles qui affleurent dans les publicités imprimées dans les feuilles anglaises au XVIIIe siècle, ce qui témoigne de la vitalité des presses hollandaises mais aussi de la convergence des pratiques de vente.

  • 34 Voir notamment Paul Gerbod, « La Langue anglaise en France au XIXe siècle, 1800-1871 », Revue Histo (...)
  • 35 Mes remerciements à Madame le professeur Marie-Claire Rouyer à l’origine de cette remarque.

23Cette importance de la traduction dans la presse française s’explique largement par le fait que si l’anglais devient au XVIIIe siècle une langue mieux maîtrisée des élites françaises (Louis XV ne déplorait il pas son développement ?), il reste que malgré l’anglomanie, la langue anglaise semble encore peu diffusée et peu apprise en France. Paul Gerbod explique que jusque tard dans le XIXe siècle, les français (résidant à l’étranger ou non d’ailleurs) n’étaient guère enclins à apprendre les langues étrangères34. Publier en anglais hors d’Angleterre n’était pas la garantie d’une réussite journalistique et il est révélateur qu’il fallut attendre le XIXe siècle et le développement de la communauté britannique en France pour que des publications en anglais trouvent un succès commercial sur le sol français. Diana Cooper-Richet nuance encore cette idée puisqu’elle considère que l’anglais fut un obstacle à la diffusion de la presse franco-britannique en France sous la Restauration. Il est vrai qu’on peut s’interroger sur l’influence qu’a pu exercer cette presse sur la réémergence d’une presse de critique littéraire française originale à partir de 1825, avec la publication de la Revue britannique et, en 1829 celle de la Revue des deux Mondes. Le lien, s’il existe, n’a pas encore été établi35. On peut également se demander pourquoi les Galignani n’ont pas cherché à traduire en français les articles des grandes revues britanniques, puisque le champ était libre.

  • 36 Voir par exemple l’abbé Prévot, qui consacre de nombreuses colonnes du Pour et Contre à l’actualité (...)
  • 37 On restreint ici cette remarque au cadre européen. Il est bien entendu que des périodiques comme le (...)

24Tous ces éléments concordent pour suggérer que si les auteurs français de journaux maîtrisaient bien l’anglais36, tel n’était pas le cas du lectorat français. Le transfert de la culture mais aussi des pratiques éditoriales journalistiques britanniques était donc encore largement tributaire de la traduction française. On peut émettre l’hypothèse que si la presse anglaise a largement contribué à l’expansion et à la diversification de la presse en France, à l’inverse, c’est le français qui reste la langue du transfert des pratiques journalistiques britanniques. On a commencé cet article en soulignant le faible nombre de périodiques français publiés à Londres au XVIIIe siècle et en suggérant que cela était le signe d’un intérêt moindre des Anglais envers la culture (journalistique) française. Pourtant, ces journaux de langue française publiés à Londres semblent plus nombreux que les périodiques de langue anglaise publiés en France sur la même période. La recherche entreprise par Simon Mac Donald et Diana Cooper-Richet est précieuse car elle révèle l’existence d’une presse que les historiens avaient ignorée à ce jour. Et il serait utile de prolonger ces travaux plus en amont dans le siècle afin de vérifier si cette presse n’existait pas bien avant la révolution de 1789. Néanmoins, dans l’état actuel de nos connaissances, ils semblent que les périodiques anglophones n’apparaissent en France qu’à la fin du XVIIIe siècle alors que l’on trouve des journaux francophones à Londres dès le XVIIe siècle. D’autres facteurs que la langue, tels les difficultés d’obtention des permissions de publication auprès des autorités françaises pourraient expliquer partiellement cet état de fait. Il reste également à vérifier, par un travail de recherche précis, que la diffusion des journaux britanniques de langue anglaise était aussi assez restreinte en Europe, alors que sur bien des aspects elle était en avance sur sa consœur française37. L’obstacle de la langue en était-il la raison principale ?

  • 38 Voir Ferdinand Brunot, Histoire de la Langue française, Paris, 1967 t. 8, p. 778 ; Mireille Huchon, (...)
  • 39 Signe de la popularité du Nouveau Magazin français, ses meilleurs articles furent republiés par J. (...)
  • 40 Voir la notice de Patricia Clancy sur le Nouveau Magasin français dans le Dictionnaire des journaux(...)
  • 41 Voir la rubrique mensuelle intitulée « Journal de William ou le nouveau spectateur », jeune paysan (...)
  • 42 Nouveau Magasin françois, ou bibliothèque instructive et amusante, Londres, 1750-1751, 3 vol., t. 2 (...)
  • 43 The Gentleman’s Journal fut publié à Londres entre 1692 et 1694. Sur la filiation française du genr (...)
  • 44 Marie Leprince de Beaumont dit dans son avertissement au premier numéro qu’elle traitera de sujets (...)
  • 45 Nouveau Magasin françois, op. cit., t. 1, « Apologie des Français », p. 145-147.

25À l’inverse, la question soulevée par Jonathan Conlin du moment où la langue anglaise supplante la langue française ouvre des perspectives de recherche complexes pour la presse. Si les historiens s’accordent pour situer l’apogée de la langue française sous le règne de Louis XV et soulignent le rôle particulier de la révolution française dans la promotion du français comme langue universelle38, les cas du Nouveau Magazin françois ou bibliothèque instructive et amusante imprimé à Londres entre 1750 et 1752 par Jeanne Marie Leprince de Beaumont et le Journal britannique de Mathy présentent un tableau plus nuancé de la représentation de cette langue et de son rôle dans les transferts culturels. En effet, le Nouveau Magasin françois semble confirmer le fait que le français augmentait les chances de succès commercial d’un périodique en touchant un vaste lectorat mais aussi en incluant le lecteur dans le cercle prestigieux de la République des Lettres39. Pour ce périodique, son succès venait d’abord de l’approbation du public étranger. Lorsque Marie Leprince de Beaumont négocie la publication du périodique en France, elle essuie d’abord un refus des autorités40. Ce mensuel était destiné à un public anglais puis européen. La liste de la quarantaine de points de vente indique qu’il était distribué aux Provinces Unies, à Bruxelles, dans les grandes villes allemandes ainsi qu’à Paris. Elle stipule d’abord que le magazine était disponible chez « les principaux libraires d’Angleterre », et qu’on pouvait se le procurer à Londres et en province, à Oxford et Cambridge, Dublin, Édimbourg et Glasgow notamment. Ainsi, ce magazine, qui traitait en français de médecine, de féminisme et de critique littéraire, et qui adoptait, à l’occasion, le point de vue d’un spectateur naïf, voire critique, sur les affaires anglaises41 était apparemment acheté par les élites anglaises de province, et probablement même par les élites féminines de province puisqu’il était surnommé « Magazin des dames »42. Le Nouveau Magazin françois témoigne bien des phénomènes de transfert qui ont lieu dans la presse. Il est en effet significatif qu’une Française vivant à Londres choisisse la forme du magazine, genre hérité du Gentleman’s Journal du huguenot français émigré Pierre Antoine Motteux43 et du Gentleman’s Magazine d’Edward Cave, pour proposer à ses lecteurs un mensuel original qui assure instruction et divertissement (dans la grande tradition du Spectator) tout en se distinguant des autres magazines fort nombreux à Londres à l’époque. Or, son originalité tient à la fois à la nouveauté des sujets44, et à une conception de la langue française moins conquérante et plus modeste. Elle publie, en effet, un dialogue révélateur, où elle montre que les Français usent fréquemment d’hyperboles, ce qui crée des quiproquos et des malentendus auprès des Anglais en visite en France45. Elle engage ainsi les lecteurs français à reconsidérer leur usage de la langue et à réfléchir de manière plus minutieuse à son sens afin d’assurer une meilleure compréhension entre les anglais et eux-mêmes, et donc de garantir de meilleures relations. Une telle approche fit recette car l’ouvrage connut deux rééditions en volumes.

  • 46 En Angleterre, le Copyright Act ne s’appliquait pas aux publications en langue étrangère. Voir R. M (...)

26Le Journal britannique de Mathy (1750-57), autre mensuel de langue française publié à Londres, spécialisé dans la critique littéraire, quant à lui, montre qu’il existe d’autres paramètres permettant d’expliquer la diffusion de la langue et par là même la circulation de certains périodiques. L’anecdote suivante l’atteste. Lorsqu’en 1757 le Journal Britannique de Mathy fut repris par M. de Mauve, les articles furent copiés et simplement traduits de la Monthly Review et de la Critical Review, deux des grandes revues littéraires britanniques de langue anglaise, ce qui souleva une vague de protestations des lecteurs qui avaient bien perçu le plagiat. Il semble donc que les lecteurs ne cherchaient pas simplement à s’instruire sur l’actualité littéraire britannique. Ils lisaient le Journal britannique autant pour la langue que pour le point de vue original qu’il offrait sur les publications anglaises. Ainsi, les libraires qui avaient cherché à prolonger ce créneau commercial à moindre frais avaient mal calculé le bilinguisme, les aspirations intellectuelles de leurs clients, mais probablement le goût français qui existait alors en Angleterre, et qui ne se satisfaisait pas seulement de la traduction. Le Journal britannique de Mauve ne dura que quelques mois46.

  • 47 G. Sioufi, op. cit., p. 23.

27Ces deux titres ont en commun de ne pas être des organes d’État et d’être en outre publiés au milieu du XVIIIe siècle, une décennie avant la guerre de sept ans et la perte d’influence politique française. La situation politique de la France sur la scène internationale en 1750 n’est donc pas la même que celle de la période suivante durant laquelle l’État français use de la Gazette littéraire de l’Europe pour entreprendre une politique linguistique vigoureuse. Néanmoins, comme le rappelle Gilles Sioufi, « la diffusion d’une langue n’est pas parallèle à l’extension du pouvoir politique »47. L’intervention d’autres facteurs d’influence comme, par exemple, la mode et le commerce sont sans nul doute à prendre en compte et encourage donc le chercheur à pousser plus loin le questionnement sur le statut et la fonction des langues comme dynamique de transfert.

28On a conscience que ce volume sur la presse n’est pas exhaustif en matière de transferts dans et par la presse, et qu’il ne constitue, comme le présent article, qu’une amorce de réflexion. Il confirme cependant qu’il n’y a pas d’unicité ni de sens particulier du transfert. Ce qui frappe, au contraire, c’est aussi bien du côté anglais que du côté français, et sur toute la période, l’extraordinaire capacité d’adaptation des presses. Celles-ci, au-delà de l’événement, des phénomènes nationalistes d’idéalisation ou de diabolisation, de contraintes liées à la censure, cherchent à satisfaire leur lectorat et permettent ainsi de créer des formes journalistiques originales.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Anne-Marie Chouillet et Madeleine Fabre, « Diffusion et réception des nouvelles et ouvrages britanniques par la presse spécialisée et de langue française », dans La Diffusion et la Lecture des journaux de langue française sous l’Ancien Régime, Amsterdam, Holland University Press, 1988, p. 181. Il reste que ponctuellement, on trouve aussi bien au XVIIe qu’au XVIIIe siècles, des allusions à la culture française dans des publications anglaises se focalisant principalement sur l’actualité culturelle britannique tel, par exemple, le Gentleman’s Journal de Peter Anthony Motteux, Français huguenot émigré à Londres.

2 Jean Sgard, (dir.), Dictionnaire des journaux : 1600-1789, Paris, Universitas, Oxford, the Voltaire Foundation, 1991, 2 vol.

3 En voici les titres : Lettre d’un particulier à Monsieur Misson (oct-janv 1707-1708) : contre les Cévenols de Londres ; Nouveau Magazin français (1750-1752) Mme le Prince de Beaumont ; L’Espion français à Londres (1778) ; L’observateur anglais ou correspondance secrète (1777-1784) ; Le Magazin à la Mode , Dublin, (1777-1778). Les suivants sont des traductions comme le Mercure anglois (1644-1648) (the English Mercury) ou traitent principalement de la culture anglaise. Ce sont les Nouvelles ordinaires de Londres (1650-60) ; Le nouveau Magasin de Londres (1752-53) ; L’observateur français de Londres (1769-73) qui critique le système politique anglais et qui était également publié à Paris ; Mémoires littéraires de la Grande Bretagne (1768-69 ; Journal britannique de Maty (1750-1757) / de Mauve 1756-1757.

4 Anne Marie Chouillet & Madeleine Fabre, « Diffusion et réception des nouvelles et ouvrages britanniques » op.cit., p. 181.

5 Sur les limites des échanges entre les presses française et anglaise, voir l’article de Claire Boulard Jouslin sur la presse d’essai périodique franco-anglaise : « The Spectator’s curtailed legacy: The periodical press between England in France in the eighteenth-century » dans Frédéric Ogée (dir.), Better in France, The Circulation of Ideas accross the Channel in the Eighteenth Century, Lewisburg,University Bucknell Press, 2005, p. 144-161.

6 Sur l’origine des études sur les transferts culturels en France, voir l’article de Béatrice Joyeux, « Les transferts culturels : un discours de la méthode » Hypothèses, 1, 2002, p. 149-162.

7 Béatrice Joyeux cite ici Michel Espagne, « Les transferts culturels » op.cit., p. 149. Voir aussi Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

8 Notamment les ouvrages suivants : F. Ogée, op. cit., Christophe Charle, Julien Vincent et Jay Winter (dir.), Anglo-French Attitudes: Comparisons and Transfers between English and French Intellectuals since the 18th Century, Manchester, Manchester University Press, 2007, J. P. Genet, F. J. Ruggiu (dir.), Les Idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques (France-Angleterre, X-XXe siècles), Paris, PUPS, 2007, Kathleen Hardesty Doig (dir.), British-French Exchanges in the Eighteenth Century, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2007, et plus récemment celui d’Ann Thompson, Simon Burrows, Edmond Diebowski (dir.), Cultural Transfers : France and Britain in the long Eighteenth Century, Oxford, The Voltaire Foundation, 2010.

9 S. Botein, J. R. Censor & H. Ritvo, « The Periodical Press in Eighteenth-century English and French Society. A Cross-cultural Approach », Comparative Studies in Society and History, 23, 1981, p. 464-490. En 1996 Bob Harris avait approfondi ce travail de comparaison en consacrant aux presses d’information française et anglaise son ouvrage Politics and the Rise of the Press : Britain and France 1625-1800, London & New York, Routledge, 1996. On signale également l’ouvrage dirigé par Joad Raymond, News Networks in Seventeenth Century Britain and Europe, London & New York, Routledge, 2008, qui traite également des transferts dans la presse d’information entre l’Angleterre et le continent (sans consacrer d’article spécifique à la France, cependant).

10 Voir Rori Bloom, « Une teinture anglaise : English Aesthetics in Prévot’s le Pour et le Contre », dans Frédéric Ogée (dir. ) Better in France ?, op. cit., p. 162-176; et plus récemment, le bel article de Simon Burrows, « ‘The Courier de l’Europe’ as an agent of cultural transfers » dans Cultural Transfers : France and Britain in the Long Eighteenth Century, p. 189-201. Voir aussi Will Slauter, « A Trojan Horse in Parliament : International Publicity in the Age of the American Revolution », dans Charles Walton (dir.), Into Prints Limits and Legacies of the Enlightenment/ Essays in honor of Robert Darnton, Pennsylvania, Pennsylvania State University Press, 2011 p. 15-31.

11 Voir Klaus Dieter Ertler, Alexis Lévrier et Michaela Fischer (dir.), Regards sur les « spectateurs » periodical essay, feuilles volantes, moralische whochenschriften, fogli moralistici, prensa Moral, Francfort, Peter Lang, 2012. Voir aussi les articles de Amélie Junqua, « Du Spectator à La Spectatrice : les fascinants dédoublements du modèle spectatorial », p. 265-282, et Claire Boulard Jouslin, « De l’Hermaphrodite à la coquette ; histoire des Spectatrices française et anglaise au XVIIIe siècle », p. 283-310, tous deux publiés dans Aléxis Lévrier (dir.), La Spectatrice, Reims, épure, Héritages Critiques, 2013.

12 Ce volume n’aurait pu voir le jour sans le travail et le soutien du Professeur Isabelle Bour, directrice du CREA XVIII. L’organisation de la première de ces deux journées d’étude lui revient et elle a grandement contribué au succès de la seconde. Ses conseils et ses suggestions ont constitué une aide précieuse dans l’élaboration de ce numéro. Qu’elle en soit ici chaleureusement remerciée.

13 Le terme est utilisé pour la première fois en France en 1781 par Mercier dans les Tableaux de Paris selon le Trésor de la Langue Française. En Angleterre, selon l’Oxford English Dictionary, la première occurrence du terme apparaît en 1833 dans la Westminster Review, témoignant d’une professionnalisation tardive de cette activité. Par ailleurs, le terme de journal a longtemps été associé en France au Journal des savants de Denis de Sallo, et qualifiait de manière restreinte avant 1750 des périodiques consacrés à l’actualité culturelle et scientifique. Voir Jean Sgard, « Qu’est ce qu’un journal à l’époque classique ? » dans Ulla Kölving et Irème Passeron, (dir.), Sciences, musiques, Lumières. Mélanges offerts à Anne-Marie Chouillet, Ferney-Voltaire, Centre International d’étude du XVIIIe siècle, 2002, p. 484.

14 La périodicité était un critère important que Bob Harris avait retenu dans son étude comparative des journaux d’information en France et en Angleterre. Voir l’introduction de son ouvrage Politics and the Rise of the Press, op. cit.

15 Voir S. Botein, J. R. Censor & H. Ritvo, op.cit., p. 476, Bob Harris, op.cit., p. 67-68; Christopher Todd, Political Bias, Censorship and the Dissolution of the « official » Press in 18th-Century France, Lewiston, Edwin Mellen Press, 1991. Sur la censure en Angleterre, voir William M Clyde, The Struggle for the Freedom of the Press from Caxton to Cromwell, St Andrews, University Press, 1934; F. S. Siebert, Freedom of the Press in England, 1476-1776. The Rise and Decline of Government Controls, Urbana, University of Illinois Press, 1952, ainsi que les travaux révisionnistes de Geoffrey Kemp, Cyndia Clegg, Censorship and the Press 1580-1720, London, Pickering and Chatto, 2009, et de Sheila Lambert « State Control of the Press in theory and Practice: the Role of the Stationer’s Company before 1640 », dans Robin Myers and Michael Harris (dir.), Censorship and the Control of Print in England and France, 1600-1910, Winchester, St Paul’s Bibliographies, 1992. Cette dernière soutient que la censure était davantage une adaptation à des réalités qu’une volonté réelle de l’État de tout contrôler et qu’elle était donc plus légère que ce que Siebert affirmait. Jason McElligott dans « ‘A Couple of hundred Squabbling Small Tradesmen’? Censorship, the Stationers’ Company and the State in Early Modern England », dans Joad Raymond, News Networks, op. cit., nuance ce point de vue de manière assez ferme (p. 85-102).

16 Simon Burrows, Blackmail, Scandal and Revolution: London’s French Libellistes, 1758-1792, Manchester, Manchester University Press, 2006.

17 Allastair Bellany, « Libel », dans Joad Raymond (dir.), The Oxford History of Popular Print Culture, vol. 1, Cheap Print in Britain and Ireland to 1660, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 141-163, ici p. 152-153 et Robin Myers and Michael Harris (dir.),. Censorship and the Control of Print in England and France, op. cit.

18 Simon Burrows montre que dans les années 1770, le gouvernement britannique faisait renvoyer en France par courrier diplomatique secret les libelles publiés à Londres qui concernaient la famille royale française. À leur arrivée à Paris, ils étaient gardés à la Bastille. Voir le prologue avec l’exemple du Gueurlichon.femelle (1778) dans Blackmail, Scandal and Revolution, op. cit., p. 3-4.

19 Alain Bony montre ainsi que seuls deux tiers des essais du Spectator sont traduits dans la première traduction française intitulée Le Spectateur, ou le Socrate moderne, où l’on voit un portrait naïf des mœurs de ce siècle (1714-1726), 6 vol. Voir Alain Bony, « Portrait du Spectator en Socrate moderne » », dans La Traduction romanesque au XVIIIe siècle, (dir.), Annie Cointre, Alain Lautel, Annie Rivara, Arras, Artois Presse Université, 2003, p. 141-164.

20 Addison analyse le Paradis perdu comme un poème épique dont il compare les mérites à ceux de l’Iliade. Il en souligne les défauts mais également les points forts et l’originalité sublime. Les essais sur le Paradis Perdu furent traduits avec l’ensemble du Spectator en français dès 1714. Mais les essais consacrés au poème de Milton firent l’objet de publications séparées en France à partir de 1729, ce qui confirme le succès de la critique addisonienne en France.

21 Les dix-huit articles du Spectator consacrés à l’analyse du Paradis perdu ont rendu célèbre la méthode critique d’Addison autant que le poème de Milton auprès du grand public. Voir Leslie E Moore, Beautiful Sublime: The Making of Paradise Lost, 1701-1734, Stanford, California, Stanford University Press, 1990, p. 8-14.

22 Voir la notice de Jean Sgard sur Camusat dans son Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, Oxford, The Voltaire Foundation, 1999. Sur la double fonction politique et littéraire des censeurs, se reporter également à l’article d’Anne Goldgar, « The Absolutism of Taste: Journalists as Censors in 18th-century Paris », dans Robin Myers and Michael Harris, (dir.), Censorship & the Control of Print in England and France 1600-1910, Winchester, St Paul’s Bibliographies, 1992, p. 87-110.

23 Voir B. Harris, op. cit., p. 41-46.

24 Voir Jeremy Black, The English Press in the 18th Century, London, Routledge, 1987, p. 103-105.

25 À rebours, il est symptomatique que Marivaux se désintéresse des Spectateurs quand il rencontre le succès avec son théâtre, preuve que le souci financier primait sur le reste.

26 L’examen du Dictionnaire des journaux de Sgard montre que tout au long du XVIIIe siècle des périodiques en langue française et de durées variables ont informé le public français de la vie culturelle et artistique anglaise. Certains tels la Bibliothèque choisie de Leclerc (1703-1713), Le Journal de Trévoux (1701-1767), Le Journal des savants (1665-1792. 1797. 1816-), Le Pour et le Contre (1733-1740), Le Journal Littéraire (1713-1737) de Van Effen, L’Observateur littéraire (1758-1761), L’Europe Littéraire (1762), Le Journal Historique et littéraire (1773-1794) relaient l’actualité littéraire anglaise parmi une actualité littéraire européenne. D’autres, en revanche, se spécialisent sur une actualité culturelle purement anglaise tels La Bibliothèque angloise de M de la Chapelle, la Bibliothèque britannique (1733-1747), ou Le Censeur universel anglais (1785-1788).

27 Voir Paul Gerbod, Voyage au pays des mangeurs de grenouilles : la France vue par les Britanniques du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Albin Michel, 1991.

28 Voir Diana Cooper Richet, « Distribution, diffusion et circulation du Galignani’s Messenger (1814-1890) premier quotidien parisien en anglais », dans Gilles Feyel, (dir.), La Distribution de la presse du XVIIIe siècle au IIIe millénaire, Paris, Éd. Panthéon-Assas, p. 121-142, ici, p. 122.

29 Gilles Siouffi, « De L’Universalité européenne du français au XVIIIe siècle : retour sur les représentations et les réalités », Langue française, 167, 2010, p. 13-29.

30 Voir par exemple Linda Colley, Britons Forging the Nation 1701-1837, London, Pimlico, 1994, p. 165.

31 Laurent Angliviel de la Beaumelle, La Spectatrice danoise, ou l’Aspasie moderne, 1748-1750, Copenhague, 3 vol., 1749-1750 ; voir notamment l’Amusement n°1, vol 1, p. 5-6 où la spectatrice déclare : « Le François aura toujours le dessus sur toutes les langues du monde. C’est cette supériorité qui me détermine en partie à le préférer à ma langue maternelle ». J. W. Eaton assure au contraire que l’influence du français au Danemark est bien inférieure à celle de l’Allemand à cette période. Voir son article « The French Influence in Denmark in the seventeenth and eighteenth centuries », The Germanic Review, 6, 4, 1931, p. 321-362.

32 Sur le discours de Rivarol décrivant la perfection intrinsèque de la langue française et son influence, voir Siouffi, op. cit., p. 16-17.

33 La Gazette de Londres (1666-1705) est une traduction pure et simple de la London Gazette par exemple. Voir Gunmar and Mavis von Proschwitz, Beaumarchais et le Courier de l’Europe : documents inédits ou peu connus, 2 vol., SVEC, p. 273-274.

34 Voir notamment Paul Gerbod, « La Langue anglaise en France au XIXe siècle, 1800-1871 », Revue Historique, t. 275, 1986, p. 109-127.

35 Mes remerciements à Madame le professeur Marie-Claire Rouyer à l’origine de cette remarque.

36 Voir par exemple l’abbé Prévot, qui consacre de nombreuses colonnes du Pour et Contre à l’actualité artistique anglaise.

37 On restreint ici cette remarque au cadre européen. Il est bien entendu que des périodiques comme le Gentleman’s Magazine avaient un lectorat étendu et étaient diffusés en Amérique et dans les colonies britanniques.

38 Voir Ferdinand Brunot, Histoire de la Langue française, Paris, 1967 t. 8, p. 778 ; Mireille Huchon, Histoire de la Langue française, Paris, Librairie générale française, 2002, p. 202-217.

39 Signe de la popularité du Nouveau Magazin français, ses meilleurs articles furent republiés par J. A. Eidous en 1775 dans les Œuvres mêlées de mme Le Prince de Beaumont. Voir Patricia Clancy, « A French writer and educator in England: Madame Le Prince de Beaumont », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. CCI, 1982, p. 195-208.

40 Voir la notice de Patricia Clancy sur le Nouveau Magasin français dans le Dictionnaire des journaux de Jean Sgard.

41 Voir la rubrique mensuelle intitulée « Journal de William ou le nouveau spectateur », jeune paysan soudainement enrichi qui, sur les injonctions de son père, est sommé de se rendre à Londres.

42 Nouveau Magasin françois, ou bibliothèque instructive et amusante, Londres, 1750-1751, 3 vol., t. 2, « Au public ».

43 The Gentleman’s Journal fut publié à Londres entre 1692 et 1694. Sur la filiation française du genre du magazine par le Gentleman’s Journal et le Mercure Galant, voir Claire Boulard Jouslin, Presse et socialisation féminine en Angleterre de 1660 à 1750 : Conversations à l’heure du thé, Paris, L’Harmattan, 2000.

44 Marie Leprince de Beaumont dit dans son avertissement au premier numéro qu’elle traitera de sujets originaux nouveaux ou des sujets anciens mais nouveaux pour Londres. Le périodique néanmoins cherchera très vite à publier des articles originaux.

45 Nouveau Magasin françois, op. cit., t. 1, « Apologie des Français », p. 145-147.

46 En Angleterre, le Copyright Act ne s’appliquait pas aux publications en langue étrangère. Voir R. M. Wiles, Serial Publication in England before 1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1957, p. 154-156.

47 G. Sioufi, op. cit., p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Boulard Jouslin, « Du Mercure Anglois au Paris Monthly Review: Quelques réflexions sur les phénomènes de transfert et d’influence dans les presses anglaise et française du long XVIIIe siècle », Études Épistémè [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 09 décembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://episteme.revues.org/295 ; DOI : 10.4000/episteme.295

Haut de page

Auteur

Claire Boulard Jouslin

Claire Boulard Jouslin est maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Elle est l’auteur de deux ouvrages Presse et socialisation féminine en Angleterre de 1660 à 1750 : Conversations à l’heure du thé (L’Harmattan, 2000) et Jardins et Paysages en Angleterre au XVIIIe siècle (Presses Universitaires de Reims, 2001). Ses sujets de recherche principaux sont la presse périodique anglaise du XVIIIe siècle, l’éducation féminine et les transferts culturels comme en témoignent les quelques articles suivants « Conservative or Reformer?: The History and Fortune of Fénelon’s Traité de l’Education des filles in Eighteenth-Century England », Journal for Early Modern Cultural Studies, 12.4, 2012, « De l’hermaphrodite à la coquette : histoire des Spectatrices française et anglaise au XVIIIe siècle » dans Alexis Lévrier (dir.) La Spectatrice, héritages critiques, épure (Université de Reims-Champagne Ardennes, 2013) et «  La géographie pour les dames  ou la nature des aspirations coloniales anglaises » dans Sylvie Nail, Pierre Carboni (dir.), Nature(s) (Presses Universitaires de Nantes, 2014).

Claire Boulard Jouslin is Senior Lecturer at the University Sorbonne Nouvelle-Paris 3. She is the author of Presse et socialisation féminine en Angleterre de 1660 à 1750 : Conversations à l’heure du thé (L’Harmattan, 2000) et Jardins et Paysages en Angleterre au XVIIIe siècle (Presses Universitaires de Reims, 2001). Her main interests are the eighteenth-century English periodical press, women’s education and the Franco-British cultural transfers as the following selection shows :« Conservative or Reformer?: The History and Fortune of Fénelon’s Traité de l’Education des filles in Eighteenth-Century England », Journal for Early Modern Cultural Studies, 12.4, 2012, « De l’hermaphrodite à la coquette : histoire des Spectatrices française et anglaise au XVIIIe siècle » dans Alexis Lévrier (dir.), La Spectatrice, héritages critiques, épure (Université de Reims-Champagne Ardennes, 2013), «  La géographie pour les dames  ou la nature des aspirations coloniales anglaises » dans Sylvie Nail, Pierre Carboni, (dir.), Nature(s) (Presses Universitaires de Nantes, 2014).

Haut de page
  • Revues.org