Navigation – Plan du site

La tentation du vernaculaire : George Buchanan traducteur des Rudimenta Grammatices de Thomas Linacre

Martine Furno

Résumés

Les Rudimenta Grammatices de Linacre ont eu un grand succès comme grammaire pédagogique dans toute la première moitié du XVIe siècle grâce à la traduction en latin que George Buchanan en a faite en 1533, à Paris, pour l’imprimerie de Robert Estienne . Mais ce passage au latin n’est pas sans compromis avec les vernaculaires : compromis terminologiques sur certains points importants de la description du latin, mais aussi compromis pédagogiques sur un mode d’apprentissage de la langue savante qui ne peut plus être que différentiel par rapport au vernaculaire. L’étude présente d’abord les origines du texte dans les deux éditions anglaise et française ; puis la traduction de Buchanan est analysée notamment sur la question de la terminologie grammaticale, ce qui permet de relativiser le rêve de l’universalité du latin comme moyen d’apprentissage de lui-même.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur Thomas Linacre (1460 – 1524), médecin et linguiste anglais, voir Francis Maddison, Margaret Pel (...)

1Les Rudimenta Grammatices de Linacre n’auraient pas eu le succès qu’ils ont connu comme grammaire pédagogique dans toute la première moitié du XVIe siècle sans le concours que George Buchanan a prêté à leur diffusion : en traduisant en latin l’ouvrage d’abord écrit en anglais, il lui a permis d’entrer dans l’institution scolaire, répandant ainsi les idées novatrices de Linacre en matière de description de la syntaxe latine.1

2Mais cette « normalisation » d’un texte dont le vernaculaire semble expulsé au profit de la langue universelle d’apprentissage des langues qu’est alors le latin n’est pas aussi nette ou triomphale qu’il y paraît. On verra que cette traduction est faite de beaucoup de compromis : compromis terminologiques sur certains points importants de la description du latin, mais aussi compromis pédagogiques sur un mode d’apprentissage de la langue savante qui ne peut plus être que différentiel par rapport au vernaculaire. Cette grammaire, comme beaucoup d’autres de son temps, a donc un intérêt à la fois documentaire pour l’histoire de la pédagogie, mais aussi linguistique pour la perception du latin et du français. Nous verrons donc d’abord les origines du texte dans les deux éditions anglaise et française ; puis nous analyserons la traduction de Buchanan notamment sur la question de la terminologie grammaticale, avant de nous demander jusqu’à quel point le rêve d’universalité latine que cette traduction est censée mettre en œuvre est encore réalisable en 1530 ou au-delà dans le XVIe siècle.

A – Présentation des textes

1. Les éditions

  • 2 Les Progymnasmata grammatices Linguae latinae, qu’il évoque probablement par l’expression « Rudimen (...)

3Les Rudimenta Grammatices de Thomas Linacre paraissent à Londres, chez Pynson, sans date, probablement entre 1519 et 15242. Cette grammaire d’apprentissage du latin, une des premières à être rédigée en langue vernaculaire, est aussi pour Linacre une sorte de préfiguration de son grand ouvrage syntaxique, en latin cette fois, le De emendata structura latini sermonis, paru toujours chez Pynson, en 1524, l’année même de la mort de son auteur.

  • 3 Dorénavant, je citerai cette édition en abrégé, sous la forme Rud.33.

4Dédiés à Marie Tudor, qui a 8 ans en 1524, les Rudimenta sont donc une grammaire pour débutants. Elle se démarque des autres ouvrages de cette époque dans sa façon de présenter la syntaxe, ou constructio, partie qui sera développée et systématisée dans le De emendata structura ; elle se distingue aussi par le fait d’être en anglais, malgré son titre en latin, tout comme une précédente publication de Linacre, les Progymnasmata grammatices Latinae, qui sont eux-mêmes une préfiguration des Rudimenta. L’audace du fond rejoint celle de la forme : on apprend normalement à cette date le latin en latin, non via une langue vernaculaire, et peut-être la personnalité particulière de sa dédicataire, enfant brillante et fille de roi, autorise-t-elle à Linacre de telles libertés. 3

5La traduction de George Buchanan paraît en janvier 1533 à Paris, sur les presses de Robert Estienne, sous un titre qui rend à chacun, auteur et traducteur, son dû :

  • 4 Voir la note introductive à la reproduction de cette édition en fac similé : Thomas Linacre, Rudime (...)

RVDIMEN-||ta grãmatices Tho||MAE LINACRI EX ANGLI-||co sermone in Latinum versa, interprete || Georgio Buchanano Scoto.|| [Marque Silvestre 318] || PARISIIS || Ex officina Roberti Stephani || M. C. XXXIII . 4

  • 5 Voir pour l’essentiel des dates et des renvois bio-bibliographiques, Philip Ford, « Buchanan (Georg (...)

6Selon la chronologie la plus traditionnellement établie, Buchanan, à Paris depuis 1526 et professeur au collège Sainte Barbe entre 1528 et 1531, est depuis 153 précepteur de Gilbert Kennedy, comte de Cassilis5. Comme il le dit lui-même dans la dédicace à son élève, il a utilisé la grammaire de Linacre avec lui « l’année précédente » « pour assurer sa mémoire » ; si on admet que cette dédicace, qui n’est pas datée, est contemporaine de la publication, la traduction en latin advient donc au cours de l’année 1532.

  • 6 Les principales publications grammaticales latines d’Estienne hors Linacre jusqu’en 1533 sont les s (...)
  • 7 Les éditions des Rudimenta par Robert Estienne sont au nombre de neuf, 1533, 1536, 1537, 1538, 1540 (...)
  • 8 Entre autres exemples, Rud.33 p. 37 : « Interim appellatiuorum vim obtinent infiniti verborum modi, (...)
  • 9 Le texte de Vivès est précédé d’une courte lettre Georgius Buchananus Lectori, qui justifie cet ajo (...)

7Le choix de Robert Estienne pour imprimer cette traduction n’est pas étonnant. Installé imprimeur depuis 1526, Estienne est soucieux de pédagogies modernes pour le latin, et de nouveauté : dès 1527 il a publié le De emendata structura de Linacre, et plusieurs grammaires d’apprentissage, déjà classiques comme celles de Perotti ou de Manuzio, ou tout à fait contemporaines comme celles de Melanchthon, Pellisson, Despautères6. Le lien avec Buchanan s’est probablement établi à travers le milieu des collèges, Estienne ayant des contacts notamment avec des enseignants du collège de Navarre, et par Linacre : l’édition du De emendata structura de 1527 est la première hors d’Angleterre, et l’intérêt de l’imprimeur pour ce texte ne se dément pas, puisque une nouvelle édition sort en 1532, avant que ne paraisse enfin en 1550 une publication du De emendata et des Rudimenta en un seul volume7. Nous n’avons aucun témoignage direct des relations entre Buchanan et Robert Estienne, mais il n’est pas impossible que l’imprimeur lui-même ait incité Buchanan à élaborer sa traduction. Il se montre en effet soucieux d’en seconder la clarté pédagogique par la typographie : le texte latin est en romain, les exemples en français sont en italiques et il utilise des parenthèses faisant office de nos guillemets, qui isolent le mot latin étudié du discours grammatical latin qui l’étudie8. Enfin, pour compléter l’ouvrage, Buchanan, ou tout autant Estienne, impriment à la suite des Rudimenta le De ratione Studii de Vivès, également rédigé pour Marie Tudor et dédié à Catherine d’Aragon9.

2. Pourquoi traduire les Rudimenta ?

8Buchanan ne nous a laissé aucun texte méthodologique sur cette traduction ; il a simplement intercalé, entre la dédicace de Linacre à Marie Tudor et le début du texte, sa propre dédicace à Gilbert Kennedy qui nous éclaire sur quelques-unes de ses intentions.

9Buchanan nous dit avoir jugé utile de « traduire en latin ce petit livre depuis l’anglais, langue dans laquelle il a été d’abord édité par son auteur ». Il s’agit de faire connaître l’ouvrage en France, « pour que le jugement d’un homme très savant ne reste pas inconnu dans cette région », et pour permettre aux jeunes gens de mieux apprendre le latin, comme d’une source Hippocrène, « plus heureusement que par cette boue grossière qui leur est imposée par la plupart des gymnasiarques ».

  • 10 Voir Buchanan, dédicace à Gilbert Kennedy, Rudimenta Grammatices, Paris, Robert Estienne, 1533, p. (...)

10De l’auteur, Buchanan a apprécié l’exactitude lumineuse et la modernité, même s’il sait que certains, qui ont pour religion les méthodes d’enseignement établies, s’insurgeront contre le fait d’apprendre autrement qu’ils ne l’ont fait eux-mêmes10.

  • 11 J’ai repéré trente éditions entre 1533 et 1559, essentiellement à Paris, Lyon, Bâle et Anvers, via (...)

11Ces raisons polémiques en supposent évidemment d’autres. Si Buchanan souhaite se servir de l’ouvrage de Linacre dans un enseignement de collège, il ne peut le faire en l’état : les Rudimenta en anglais sont inutilisables en France, et l’institution scolaire n’est pas prête à l’utilisation d’une traduction française pour un ouvrage qui est certes une grammaire d’apprentissage, mais qui dépasse le stade des tout premiers exercices. Il faut donc traduire en latin, seul moyen de dépasser le particularisme anglophone et d’atteindre à une sorte d’universalité scolaire : de fait, les Rudimenta dans la version de Buchanan seront un succès d’édition, en France principalement, mais aussi en Allemagne et en Flandres. Une édition de Nicolas Brylinger à Bâle en 1542 par exemple fait disparaître presque systématiquement les traductions ou les allusions au français, rendant l’ouvrage utilisable indifféremment dans n’importe quel collège européen11.

3. Forme et contenus des deux textes

  • 12 Si certains exemples comme « Plato est philosophus » ou « Praeceptor docet » sont des fictions trad (...)

12Les Rudimenta ne sont pas exactement une grammaire sous forme de questions et réponses telles qu’on en connaît beaucoup à cette période, par exemple comme la grammaire de Perotti, qui pose les questions de manière théorique pour donner la règle dans la réponse. Linacre garde le procédé de la question, mais l’applique à la présentation d’exemples simples, le plus souvent forgés ou adaptés de phrases d’auteur mais sans référence12, et dont l’analyse permet d’arriver à la formulation de la règle, principe que Buchanan respecte scrupuleusement :

« Praeceptor docet », why is « docet » the synguler nombre, and the thyrde person ? For the verb of certain nombre and person, must euer agree with his nominatiue case, in ii. Nombre and person, as « ego scribo, tu legis ».

  • 13 Linacre, Rudimenta, London, Pynson, [1523 ?], f° G2v°.

« Praeceptor docet », pourquoi « docet » est-il au singulier et à la troisième personne ? Parce que le verbe qui a un nombre et une personne certains doit toujours être d’accord avec son nominatif, sous les deux , le nombre et la personne, comme « ego scribo, tu legis. »13

« Praeceptor docet », Quare verbum « docet » est singularis numeri et tertiae personae ? Quia verbum certi numeri et personae semper debet conuenire cum nominatiuo casu in duobus accidentibus, numero et persona, vt ego scribo, tu legis.

  • 14 Rud 33, p. 44.

« Praeceptor docet », pourquoi le verbe « docet » est-il au singulier et à la troisième personne ? Parce que le verbe qui a un nombre et une personne certains doit toujours être en accord avec son nominatif, sous les deux accidents, le nombre et la personne, comme « ego scribo, tu legis ».14

13L’ouvrage contient le nécessaire pour apprendre la grammaire latine, et les titres des parties sont donnés en latin dans les deux versions. On y trouve donc :

  • une morphologie, ou « Rudimenta declinationum », comportant la déclinaison in extenso de tous les modèles de noms, propres, appellatifs et adjectifs, et pronoms, et la conjugaison à tous les temps, modes et voix, des verbes des quatre types, ainsi que de quelques verbes anomaux ;

  • une description et catégorisation des parties du discours, ou « Rudimenta definitionum »  ;

  • une syntaxe, ou « De constructione », divisée en deux grandes parties : « de constructione transitiua », c’est à dire une syntaxe de l’accord (accord sujet + verbe, nom + adjectif, pronom + référent, apposition et attribution) ; et « de constructione intransitiua », c’est à dire une syntaxe du complément, autant complément nominal (nom + génitif, ou adjectifs + compléments) que verbal.

  • Des Supplementa, liste de règles complémentaires qui n’ont pas trouvé leur place dans la systématisation précédente : apposition, superlatif et comparatif, « sui » et « suus », infinitif, verbes impersonnels, gérondifs et adjectif verbal en -dum, mais aussi une analyse de certaines figures de construction : ellipse, zeugma, syllepse, prolepse et enallage (recatégorisation des mots).

B – Analyse de la traduction latine

14Globalement, la traduction de Buchanan est littérale et respecte à la lettre ces parties, leur organisation et leur contenu : elle ne modifie rien du plan d’ensemble, et donne véritablement le même objet, qui, de manuel pour élèves anglophones, devient par le changement de métalangue un manuel pour l’institution scolaire. Le livre est certes transposé pour des élèves français parce que quelques exemples sont donnés dans cette langue, mais, dans ses grandes divisions, l’ouvrage de Linacre est exactement rendu d’une langue à l’autre.

15Malgré cette fidélité à l’ensemble du projet, la traduction de Buchanan n’est pas sans conséquence sur le détail du texte. Les écarts sont variables, et vont de retouches cosmétiques à des questions plus prégnantes de terminologie grammaticale, où Buchanan est sans doute partagé entre ses différents « éthos » ou fonctions : son admiration pour Linacre et sa fonction de pédagogue habitué à une certaine tradition grammaticale le disputent sans doute à son érudition de docte dans la réalisation de la traduction.

1. D’Angleterre en France : petits aménagements du texte

16Le texte de Linacre, on l’a vu, comporte des exemples en anglais repris en latin, ou se plaît à quelques choix et allusions anglophiles dans certains passages. Buchanan va modifier les exemples les plus visibles, mais en gardera d’autres, comme une sorte de lien avec sa patrie d’origine qu’il ne veut pas effacer, ou comme un clin d’œil à certains de ses aînés.

  • 15 Pour l’ablatif absolu, voir Linacre [1523 ?] f° I 3 v° et Rud.33 p. 56 ; pour l’apposition, voir Li (...)

17Ainsi, lorsqu’il explique l’ablatif absolu, Linacre donne l’exemple « Henrico regnante, haec sunt aedita » que Buchanan va transposer en « Francisco regnante, haec sunt aedita. Thamesis flumen », ou « Londinium urbs », exemples d’apposition, deviennent « Sequana flumen » et « Lutetia urbs »  ; mais dans le même chapitre Buchanan garde, peut-être comme un hommage à Linacre et William Lily, les exemples « Thomas vocor » et « Lilius praeceptor  »15. On voit ici que le traducteur joue de la transposition comme d’un hommage à ses deux pays d’origine et d’adoption, jeu sans conséquences autres que décoratives, et auquel son lectorat juvénile ne prête peut-être même pas attention.

2. La terminologie grammaticale : contraintes et poids de la tradition scolaire

  • 16 Rud.33 p. 4.

18Buchanan est conscient de l’existence d’une tradition scolaire, ce qu’il appelle dans sa dédicace le « publicus gymnasiorum consensus », « le consensus public des gymnases »16, qui s’applique autant au choix des auteurs qu’à la terminologie pédagogique. Or, ces habitudes scolaires peuvent être en contradiction avec une analyse plus savante des faits de langue, ou, d’un pays à l’autre, en compétition avec d’autres habitudes terminologiques. Quand son modèle l’oblige à suivre une voie à laquelle il n’adhère peut-être pas tout à fait, Buchanan, plutôt que de plier le texte à ses propres habitudes, le traduit en y glissant la marque légère de sa distance intellectuelle.

  • 17 Linacre [1523 ?] f° I 3 v° et Rud.33 p. 57.
  • 18 Le même procédé intervient lors de la description des verbes impersonnels : Linacre ([1523 ?] H 3 r (...)

19Par exemple, Linacre emploie encore, pour l’ablatif absolu, la dénomination de « ablatiuus in consequentia » ou « consequentiae », inspirée de Priscien et choisie pour montrer la « consequentia » ou connexion des deux parties de phrases sémantiquement liées par l’ablatif absolu. Or cette dénomination, plutôt ancienne et même médiévale, n’est pas la plus courante dans la grammaire humaniste où « ablatiuus absolutus » ou « absolute », qui souligne au contraire la déconnexion syntaxique de l’ablatif et de sa principale, l’emporte largement. Buchanan semble gêné par la dénomination « in consequentia », qu’il n’emploie peut-être pas en classe, mais il ne modifie pas le texte de Linacre. Simplement, pour traduire « And it is called the ablatiue in consequence » il emploie l’expression « qui vulgo appellatur ablatiuus consequentiae »17. Il ne faut pas comprendre « vulgo » ici comme un renvoi au vernaculaire, désigné ailleurs par « vernaculus sermo » ; il s’agit bien de la reconnaissance d’une expression communément admise, donc admissible, mais que Buchanan ne reprend pas tout à fait à son compte. L’écart ici est de docte à docte, ou de pédagogue à pédagogue, Buchanan jugeant plus juste ou plus compréhensible une autre formulation que celle utilisée par Linacre ; il ne défait pas le texte de son modèle, mais glisse son propre sentiment dans un adverbe, lui aussi peut être inaperçu de ses jeunes lecteurs18.

20Mais les idées novatrices de Linacre obligent encore Buchanan à d’autres réflexions, et à d’autres compromis. En effet, l’innovation la plus remarquable de Linacre est d’abandonner, dans la description de la « constructio », les catégories alors dominantes dans la grammaire humaniste, c’est à dire l’idée de « concordantia » ou « conuenientia » opposée à celle de « regimen ». Linacre répartit la « constructio » en deux grands groupes, la « constructio intransitiua », qui recouvre toutes les questions d’accord, dans le groupe nominal ou via un verbe d’état, et la « constructio transitiua », qui regroupe toutes les situations de complément, du nom ou du verbe dans la phrase simple, puisque les rapports de la phrase complexe ne sont encore que très sommairement décrits, et non analysés, dans les ouvrages de cette époque. Cette terminologie n’est pas totalement nouvelle, car elle est inspirée de Priscien dans lequel elle apparaît ; mais la nouveauté tient à son élargissement dans les deux cas, c’est à dire à l’ouverture de la « constructio intransitiua » aux situations verbales, et plus encore de la « constructio transitiua » aux situations nominales de tout complément, par exemple celle du nom suivi d’un complément au génitif, comme dans « Codex Vergilii ».

  • 19 Pour les Rudimenta, ces expressions se retrouvent tout au long des chapitres concernant la construc (...)

21Or, dans les Rudimenta, Linacre n’emploie guère comme expression véritablement technique que « intransitive construction » ou « transitive construction ». Pour exprimer la notion d’accord, il utilise le plus souvent, dans la construction intransitive, des tournures comme « to agree with », ou des descriptions comme « the verb/nowne will have before/after him… » ; dans la construction transitive, il utilise l’expression « to be construed with ». A cette terminologie simple en anglais, Linacre a lui-même fourni un équivalent latin dans le De emendata structura où il reprend les mêmes notions : dans cet ouvrage plus avancé, il dit « casu/numero/genere consentire » ou « conuenire » pour décrire la construction intransitive, et « transire in personam », ou « transire in casum », pour la construction transitive19. Or ces expressions, particulièrement pour la construction transitive des noms où la nouveauté est la plus grande, sont celles de l’érudition et de la recherche, et Buchanan est conscient qu’il ne peut pas les utiliser dans un ouvrage scolaire, même s’il en garde les innovations descriptives. Il va donc donner dans sa traduction des équivalents qui vont construire un compromis admissible à la fois intellectuellement et pédagogiquement.

  • 20 Pour une description sommaire des diverses grammaires du temps, et notamment leurs innovations term (...)

22Dans la construction intransitive, il traduit donc les expressions comme « to have before/after » et « to agree with » par « habere » ou « exigere ante/post se », et « conuenire casu » ou « in casu », ou « conuenientia ». Ce dernier mot notamment lui permet de rester fidèle à Linacre, qui l’emploie dans le De emendata structura, et de ne pas s’éloigner des habitudes scolaires. En effet, « convenientia » est régulièrement utilisé comme synonyme de « concordantia » dans les autres grammaires humanistes, et ne choque personne, tout en permettant à Buchanan d’éviter scrupuleusement « concordantia », fortement marqué, que Linacre a récusé et qu’on ne trouve nulle part dans la traduction latine20.

23Pour la construction transitive des noms, où la question est forcément plus difficile puisque la description est faite par Linacre en des termes éloignés des autres grammaires, Buchanan adopte une traduction littérale de « to be construed » en « construi », qui n’est pas une innovation, car Aldo Manuzio a déjà utilisé l’expression dans les Institutionum grammaticorum libri qui ont d’ailleurs inspiré Linacre. Il s’agit plutôt d’un parti-pris pédagogique dans la mesure où cette traduction est systématique, qu’elle permet donc la reconnaissance des situations grammaticales par réflexe, et qu’elle évite la terminologie libre mais aussi flottante par exemple du Libellus de constructione de Lily et Erasme, qui multiplient les désignations en « admittere », « gaudi », « postulare », « exigere »...

24Enfin, pour la construction transitive des verbes ou des prépositions, Buchanan revient à des canons scolaires familiers, quitte à trahir la pensée de Linacre : on retrouve constamment le terme de « regere » pour traduire « to be construed » s’agissant des verbes ou des prépositions, sans doute parce que sur ce point il est vraiment trop difficile de faire apprendre aux enfants en classe tout à fait autrement qu’ils ont déjà commencé à apprendre, ou qu’on leur apprend ailleurs...

25On voit donc bien comment sur cette question cruciale de la terminologie s’organise le travail de traduction de Buchanan : il s’agit d’arriver à des compromis pédagogiques qui gardent l’air nouveau de l’original sans rendre l’utilisation du manuel impossible dans un univers scolaire conservateur et attaché à ses habitudes. D’où le choix de « convenientia » qui n’est pas « concordantia » mais reste compréhensible pour tel ; d’un « construi » systématique, facilement repérable et transposable sans doute autant du vernaculaire français que de l’anglais ; et enfin le choix d’un « regere » qui n’est certes pas fidèle à l’original, mais qui peut aussi ne pas être celui des grammaires « concordantia vs regimen », puisque précisément « concordantia » n’est pas employé...

C – Apprendre le latin en latin en 1530 : une chimère qui s’enfuit ?

  • 21 Par exemple le petit ouvrage La maniere de tourner les noms pronoms verbes tant actifs que passifs (...)

26Au-delà des écarts ponctuels entre texte anglais et texte latin, la traduction de Buchanan pose la question de son existence même et de la validité du projet d’apprendre le latin en latin à des enfants qui de toutes les façons n’ont pas de cette langue un usage natif. On a vu que la traduction d’anglais en latin et non en français est liée aux habitudes scolaires, qui prétendent impossible d’apprendre une langue très grammaticale, le latin, au moyen d’une autre qui n’est pas ou mal grammatisée, le vernaculaire. Comment de fait décrire de manière théorique la langue ancienne autrement qu’avec elle-même, puisque l’enfant qui apprend ne maîtrise pas par ailleurs une langue outillée pour être décrite par elle-même, mais qu’il apprend à décrire ce vernaculaire en même temps qu’il apprend le latin et dans les termes de celui-ci ? Le collège maintient donc les apparences de l’apprentissage direct du latin en latin, même si se glissent cependant de-ci de-là des ouvrages qui apprennent à « tourner » le vernaculaire en latin au motif d’apprendre le latin21. On voit aussi apparaître des expériences comme celles de Linacre qui tentent au moins de décrire le latin en vernaculaire à partir d’exemples – types.

27On peut se demander alors ce que la traduction de Buchanan révèle de cette autre et fondamentale question pédagogique : quel est le référent linguistique des enfants qui utilisent le manuel ? En plusieurs endroits en effet, l’autonomie du latin est battue en brèche, car le texte latin parfois réclame le vernaculaire, et cette tension génère des incohérences, des tournures improbables, voire des obscurités.

1. Références différentielles

  • 22 Voir pour cette seconde référence : Linacre [1523 ?] f° H2 r° : « ‘Aptus ad regendum’ ; Why sayest (...)

28Dans plusieurs passages, Linacre fait explicitement référence à l’anglais pour une description différentielle de tel ou tel point de grammaire. Buchanan ne traduit pas systématiquement ces références, peut-être parce qu’il estime parfois qu’elles ne sont pas entièrement transposables de l’anglais au français, et qu’il vaut mieux dans ces cas ne laisser que le latin comme description générale. Mais il en transpose aussi très exactement d’autres, ce qui laisse croire qu’au-delà de la fidélité au modèle, ces références lui paraissent motivées et pédagogiquement utiles. Ainsi, à propos de deux renvois à l’emploi de l’infinitif en anglais, l’un correspondant à « ad » + gérondif en « -um » après un adjectif, l’autre à un supin en « u », Buchanan passe sous silence la première référence au vernaculaire, mais maintient la seconde22 :

« Difficilis auditu ». Why is “auditu” the latter supine ? For many adiectiues, whan the englysshe of the infinitiue mode passiue foloweth them, instede of it, be construed with the latter supine as « Facilis, difficilis auditu. Suaue or acerbum dictu. Horridum uisu. Incredibile, dignum, indignum memoratu ».

« Difficilis auditu ». Pourquoi « auditu », le second supin ? Parce que beaucoup d’adjectifs, quand l’infinitif passif les suit en anglais, sont construits, à la place de cet infinitif, avec le second supin, comme « Facilis, difficilis auditu […] ».

Quia multa adiectiua, cum significatio infiniti modi in sermone vernaculo eis subjicitur, cum posteriore supino construuntur.

  • 23 Pour ces deux textes, voir Linacre [1523 ?] f° H2 r°, et Rud. 33 p.49.

Parce que beaucoup d’adjectifs, quand ils sont suivis de l’infinitif en vernaculaire, se construisent avec le second supin.23

29La phrase latine est à double entrée : « multa adiectiua » désigne des adjectifs du français et du latin, reconnaissables à un certain type de construction en français, l’infinitif, et dont la traduction en latin suppose un autre type de construction, « cum posteriore supino ». La solution d’identification la plus facile de ces adjectifs est la construction avec l’infinitif, c’est-à-dire le référentiel vernaculaire, et Buchanan préfère l’employer plutôt que de se perdre dans de longues tentatives de définition en latin ; la description ici est rendue plus claire par le recours explicite au « sermo vernaculus ».

2. Quand le latin parle français

30La traduction des éléments vernaculaires donnés par Linacre ne génère cependant pas toujours autant de limpidité. La transposition de la périlleuse (tous les pédagogues le savent) technique de la question « Quoi ? » après un verbe ou un nom pour trouver la nature de ce qui suit amène Buchanan à d’inattendus solécismes dans la grammaire même... En effet, à propos de la seconde construction intransitive, c’est à dire de l’accord nom + adjectif, Linacre préconise le moyen suivant, pour identifier le nom qui doit s’accorder avec l’adjectif :

By this question, “who” or “what” set after the adiectiue, as in this constuction : “A swefte horse”. A swefte what ? A swefte horse.

  • 24 Linacre [1523 ?], f° G2 v°.

Par cette question, « qui » ou « quoi », placée après l’adjectif, comme dans cette construction : […]24

31La traduction de Buchanan, totalement littérale et derrière laquelle on entend le français, ne laisse pas de froisser le latin cependant :

Per hanc quaestionem quis aut quid adiectiuo subiectam : « vt in hac oratione velox equus », velox quid ? Equus.

  • 25 Rud. 33 p.45

Par la question qui ou quoi qui suit l’adjectif, comme dans cette phrase, [...]25

  • 26 La même situation se présente lors de l’évocation de l’apposition dans les Supplementa  : le moyen (...)

32Si l’on comprend bien pourquoi en anglais la question est « a swefte what ? » et non « a swefte who ? », et si l’on entend bien en français derrière l’anglais «  un rapide quoi  ? » et non «  un rapide qui ?  », il n’en demeure pas moins qu’arriver à écrire « velox quid ? Equus » dans une grammaire latine laisse le lecteur moderne dubitatif. Il est évident que Buchanan n’a pas pu ne pas voir l’incongruité, puisqu’à la fois il la corrige et la répète ailleurs26. S’il la maintient, c’est bien parce que son latin est à double fond : ce n’est pas tant la question latine « velox quid ? » que les enfants se poseront pour trouver le nom et l’adjectif à accorder (question avec laquelle, dans cette formulation, le solécisme est immédiat), que la question française « un rapide quoi ? », qui permettra d’identifier « cheval ». Ici c’est le français qui prime, et impose ses tournures au latin de l’école.

3. Un latin à double entente

33Enfin, la même référence au vernaculaire rend certains passages totalement incompréhensibles en latin si on lit le texte pour lui-même, comme du latin décrivant du latin. Une expression en effet revient extrêmement souvent dans la partie de la construction transitive qui regarde les noms. Pour la construction avec un génitif ou un datif notamment, Buchanan explique que :

Omne nomen appellatiuum potest construi cum genitiuo dictionis sequentis, quae quidem habeat ante se genitiui notam  ; vt « La pointe d’un couteau », « Mucro cultelli ».

  • 27 Voir Rud.33 p. 47.

Tout nom appellatif peut se construire avec le génitif du mot qui suit, si du moins il a devant lui la marque du génitif, comme « La pointe d’un couteau », « Mucro cultelli ».27

  • 28 Voir Linacre [1523 ?], f° [G 4 v°].

34Or l’expression « quae quidem habeat ante se genitiui notam », « si du moins il a devant lui la marque du génitif » ne manque pas de laisser perplexe le latiniste innocent qui pensait que la marque du génitif se portait sur la désinence du mot, et non avant le mot... La lecture de l’original anglais éclaire cette incongruité : c’est que le latin parle ici du vernaculaire, et traduit « For every nowne appellatiue may be construed with a genitiue of the worde folowynge, that hath before hym this signe of », « Car tout nom appellatif peut se construire avec le génitif du mot qui suit, qui a devant lui la marque ‘of’ »28. La « nota genitiui » dont parle Buchanan n’est pas en effet celle du latin, mais celle du français, c’est à dire la préposition « de » correspondant à « of » en anglais. Là où Linacre était compréhensible parce qu’il se limitait à décrire « the sign ‘of’ », expression qui semble d’ailleurs elle-même être la traduction de « nota ‘of’ », Buchanan qui use du métalangage latin devient finalement plus obscur, car la « nota genitiui » peut être la désinence du génitif latin autant que la préposition française.

  • 29 Voir Rud.33 p. 50.
  • 30 Voir Rud.33 p. 51.
  • 31 Exemple pour la déclinaison de « Gallina » donné dans La maniere de tourner ….de Robert Estienne, P (...)

35Certes, dans quelques passages, Buchanan précise qu’il est en train de parler du français, comme lorsqu’il parle de « nota gallicaplus que’ »29, puisque cette « nota » n’a de toutes les façons pas d’équivalent latin. Il éclaircit la situation également lorsque le risque de confusion est trop grand, parce que le métalangage latin employé seul donnerait une consigne grammaticale fausse, comme dans la description du complément d’agent, où la préposition « de » est explicitement désignée comme la « nota genetiui », mais avec la précision « in sermone vernaculo »30. Toutefois, dans les situations où il y a superposition possible d’un cas latin à une préposition française, le latin est à double entrée et parle des deux langues, ce qui était sans doute moins étrange aux élèves de Buchanan qu’à nous-mêmes. Ces enfants apprenaient leur langue française avec des déclinaisons et des cas, « Nominatif Poule la poule une poule, génitif de la poule d’une poule, datif à la poule à une poule... »31, et l’expression « nota genitiui » pour désigner « de » ou « nota datiui » pour désigner « à » leur était familière du moment qu’il allaient en classe et qu’un maître comme Buchanan leur y faisait une leçon de grammaire. Mais seul ce retour au contexte de l’oral permet de comprendre le latin une fois celui-ci fixé dans le manuel.

Conclusion

  • 32 On retrouve cette méthode dans d’autres ouvrages pour commençants, comme les petits ouvrages pédago (...)

36Apprendre le latin est difficile pour un enfant du XVIe siècle, car les concepts et la terminologie se cherchent encore dans la langue savante comme dans les langues vernaculaires, ce qui rend la description compliquée voire confuse. Devant cette difficulté, certains doctes ont parfois du mal à se départir de leur rêve de reconstruire un monde latin à la manière latine ; mais les pédagogues de leur côté savent bien que certains efforts d’apprentissage seront vains sans quelques concessions au vernaculaire. Cette dichotomie, quand un docte écrit une grammaire, amène à la traduction de Linacre par Buchanan : un texte qui se coule dans les cadres de l’institution scolaire, en latin, mais où affleure régulièrement la nécessité d’enseigner cette langue dans une forme de colinguisme avec le vernaculaire32.

  • 33 Montaigne, Essais, Livre I, chapitre XXV, de l’Institution des enfants, Paris, La Pochothèque, 2001 (...)
  • 34 Dédicace à Gilbert Kennedy, Rud. 33 p. 4 : « cum nonnulla secus dici uideant quam aut ipsi didiceri (...)

37Avec le temps, les idées de Buchanan semble-t-il vont évoluer, au gré des enfants qu’il éduque ou rencontre : croiser le jeune Montaigne et son latin natif, expérience quasi unique grâce à un père qui trouve « qu’on l’achète trop cher », ne peut laisser le pédagogue indifférent. Au Collège de Guyenne, Montaigne (se vante-t-il ?), qui avait donc appris le latin « sans art, sans livre, sans grammaire ou précepte, sans fouet ; et sans larmes », prétend que Grouchy, Buchanan et Muret « craignaient à [l]’accoster » ; et bien des années plus tard, une fois précepteur du comte de Brissac dans les années 1560, Buchanan lui aurait dit « qu’il était après à écrire de l’institution des enfants : et qu’il prenait l’exemplaire de la [s]ienne »33. Nous ne savons pas ce qu’était cette institution des enfants par Buchanan, dont nous n’avons pas le texte : solution radicale d’un apprentissage par immersion, sans manuel, où la question d’un colinguisme ne se pose même pas, ou compromis qui ferait officiellement entrer le vernaculaire dans la pédagogie ? Quelle qu’ait été l’idée de cette « institution », le parcours de Buchanan, d’une grammaire latine poreuse au vernaculaire jusqu’à la tentation d’un apprentissage par immersion, est bien celui d’un pédagogue réaliste qui cherche des voies efficaces. On ne peut que lui rendre hommage d’avoir su s’éloigner de ceux qui protestent lorsqu’une règle est dite « autrement qu’ils n’ont appris » :34 saine liberté capable de faire aimer le latin sans doute mieux que par une transmission religieusement figée – et létale.

Haut de page

Notes

1 Sur Thomas Linacre (1460 – 1524), médecin et linguiste anglais, voir Francis Maddison, Margaret Pelling and Charles Webster (eds.), Essays on the Life and Work of Thomas Linacre c. 1460-1524, Oxford, Clarendon press, 1977, et sur la grammaire, en dehors de divers articles ponctuels, voir particulièrement Jensen Kristian, « De emendata structura latini sermonis, The Latin Grammar of Thomas Linacre », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 49, 1986, p. 106-125.

2 Les Progymnasmata grammatices Linguae latinae, qu’il évoque probablement par l’expression « Rudimenta quae alias Anglis tuis per me edita » dans la dédicace à Marie Tudor sont parus à Londres, chez John Rastell, en 1512. Ils comportent une morphologie nominale et verbale, et une partie sur la construction des verbes essentiellement.

3 Dorénavant, je citerai cette édition en abrégé, sous la forme Rud.33.

4 Voir la note introductive à la reproduction de cette édition en fac similé : Thomas Linacre, Rudimenta Grammatices, The Scolar Press, Menston, England, 1971.

5 Voir pour l’essentiel des dates et des renvois bio-bibliographiques, Philip Ford, « Buchanan (George) », Centuriae Latinae vol. 1, Genève, Droz, 1997, p. 213-220.

6 Les principales publications grammaticales latines d’Estienne hors Linacre jusqu’en 1533 sont les suivantes : Nicolo Perotti, Rudimenta Grammatices, Paris, Robert Estienne, 1526, 1531 ; Aldo Manuzio, Insitutionum grammaticorum libri quatuor, Paris, Robert Estienne, 1527, 1531 ; Philipp Melanchthon, Grammatica latina, 1526, 1527, 1528, 1529, 1532, 1533 ; Jean Pellisson, Rudimenta prima latinae grammatices, Paris, Robert Estienne, 1529, 1532, 1533 ; Despautères, Contextus uniuersus grammatices Despauterianae, Paris, Robert Estienne, 1532.

7 Les éditions des Rudimenta par Robert Estienne sont au nombre de neuf, 1533, 1536, 1537, 1538, 1540, 1541, 1546, 1547, et 1550 ; le De emendata structura est imprimé cinq fois, 1527, 1532, 1537, 1540, 1550.

8 Entre autres exemples, Rud.33 p. 37 : « Interim appellatiuorum vim obtinent infiniti verborum modi, ut (studere) in hac oratione, studere est honestum. » « Parfois les infinitifs des verbes prennent la force d’un nom commun, comme ‘studere’ dans cette phrase, ‘studere est honestum’ ».

9 Le texte de Vivès est précédé d’une courte lettre Georgius Buchananus Lectori, qui justifie cet ajout en des termes qui peuvent être ceux de l’imprimeur autant que ceux du savant : la justification que cette impression n’est pas faite « ut uacuas explerem paginas », « pour remplir les pages vides », est plutôt un propos d’imprimeur, mais le tout forme réellement un ensemble cohérent, c’est-à-dire un traité pratique (Rudimenta) adressé à la fille et une réflexion théorique (De ratione studii) adressée à la mère.

10 Voir Buchanan, dédicace à Gilbert Kennedy, Rudimenta Grammatices, Paris, Robert Estienne, 1533, p. 4 : « Cum superiore anno tibi cursim et memoriae confirmandae causa haec Linacri Rudimenta praelegerem, placuit mihi supra modum in eo viro etiam in rebus minimis citra curiositatem exacta diligentia, et ordinis lux quanta in tam confusa rerum congerie esse potest, et quaedam (vt reor) sani iudicii lectoribus in argumento vulgato non ingrata futura nouitas. Quare visus sum mihi tum ob haec, tum ob alia multa operae pretium facturus, si eum libellum e uernaculo Anglorum sermone, quo primum ab authore est editus, in Latinum uerterem ; aut quod ne in hac quidem parte doctissimi viri iudicium esset ignotum, aut quod hinc foelicius velut e purissimo quodam fonte, atque adeo ipsa Hippocrene pueri grammatices rudimenta possent auspicari, quam ex triuiali isthac sorde, quae eis a gymnasiarchis plerisque obtruditur. » « Lorsque l’année dernière je lisais avec toi, de manière cursive et pour assurer ta mémoire, ces Rudimenta de Linacre, ce qui m’a plu particulièrement chez cet homme, c’est une exactitude diligente qui ne va pas jusqu’à la curiosité, même dans les toutes petites choses, un ordre lumineux, autant qu’il est possible dans une masse d’éléments tellement confuse, et une forme de nouveauté sur un argument répété, qui, à ce que je crois, ne sera pas désagréable aux lecteurs qui ont le jugement sain. C’est pourquoi il m’a semblé tant pour ces raisons que pour beaucoup d’autres, que je ferais une chose d’importance, si je traduisais ce petit livre en latin, depuis l’anglais où il a d’abord été publié par l’auteur ; tant parce que le jugement de cet homme extrêmement savant ne resterait pas inconnu même dans ce pays, que parce que de là, comme d’une source très pure, et même de l’Hippocrène elle-même, les enfants pourraient commencer les rudiments de la grammaire, plus heureusement que par cette boue grossière qui leur est imposée par la plupart des gymnasiarques. »

11 J’ai repéré trente éditions entre 1533 et 1559, essentiellement à Paris, Lyon, Bâle et Anvers, via les catalogues en ligne de bibliothèques, mais cette évaluation n’est en rien définitive.

12 Si certains exemples comme « Plato est philosophus » ou « Praeceptor docet » sont des fictions traditionnelles et durables dans ce genre d’ouvrage, d’autres segments de phrase sont des extraits d’auteurs standardisés et donnés sans référence, mais que l’on retrouve parfois avec le nom de l’auteur dans le De emendata structura qui se veut une syntaxe de corpus : ainsi, parmi d’autres, « Fronde super viridi », évidemment emprunté à Virgile, Ec. 1, 80 dans le chapitre sur les prépositions (Rud.33 p. 59), et, dans le chapitre De superlatiuo (Rud.33 p. 62), « Boues solae animalium retro ambulantes pascuntur », emprunté à Pline, Nat. 8, 178, et que l’on retrouve attribué à son auteur dans le De emendata structura p. 38 v° ed. Robert Estienne 1527.

13 Linacre, Rudimenta, London, Pynson, [1523 ?], f° G2v°.

14 Rud 33, p. 44.

15 Pour l’ablatif absolu, voir Linacre [1523 ?] f° I 3 v° et Rud.33 p. 56 ; pour l’apposition, voir Linacre [1523 ?] f° K 3 r° et Rud.33 p. 61 – 62.

16 Rud.33 p. 4.

17 Linacre [1523 ?] f° I 3 v° et Rud.33 p. 57.

18 Le même procédé intervient lors de la description des verbes impersonnels : Linacre ([1523 ?] H 3 r°) inclut dans cette catégorie, à la différence d’autres grammairiens, les formes qu’il appelle « troisième sorte de verbes passifs » comme « curritur », « statur ». Buchanan (Rud.33 p. 51) traduit alors « The thyrde... which is called impersonall as ‘curritur’, ‘statur’ » par « Tertiorum … quod vulgo impersonale vocatur ».

19 Pour les Rudimenta, ces expressions se retrouvent tout au long des chapitres concernant la construction, f° [G4 r°] - K 2 v°. Dans le De emendata structura, voir par exemple p. 37 r° de l’édition de 1527 de Robert Estienne pour « consentire » ou « conuenire », ou p. 39 – 40 r – v pour une description de la construction transitive des noms, par exemple par l’expression « Transeunt appellatiua omnia in genetiuos propriorum et appellatiuorum ».

20 Pour une description sommaire des diverses grammaires du temps, et notamment leurs innovations terminologiques, voir le Corpus représentatif des grammaires et traditions linguistiques, sous la direction de Bernard Colombat, HEL Hors série n° 2, 1998.

21 Par exemple le petit ouvrage La maniere de tourner les noms pronoms verbes tant actifs que passifs supins gérundifs et participes de Robert Estienne, publié sur ses propres presses dès 1526, qui est une morphologie latine pour débutants, décrite en français.

22 Voir pour cette seconde référence : Linacre [1523 ?] f° H2 r° : « ‘Aptus ad regendum’ ; Why sayest thou rather’ ad regendum’ than’ regere’, after’ aptus’ ? For after theses adiectives, and suche other,’ aptus, idoneus, commodus, segnis, inuitus, diligens, uehemens’, we must for the englysshe of the infinitive mode use the gerundiue in ‘dum’, with this preposition ‘ad’, as’ aptus ad regendum’. « Pourquoi dit-on plutôt ‘ad regendum’ que ‘regere’, après ‘aptus’  ? Parce qu’après ces adjectifs, et d’autres, ‘aptus, idoneus, commodus, segnis, inuitus, diligens, uehemens’, nous devons utiliser, à la place de l’infinitif anglais, le gérondif en ‘um’ avec la préposition ‘ad’.  » Et Rud. 33 p.49 : « vtimur gerundi voce in ‘dum’ finita cum praepositione ‘ad’ ». « Nous utilisons le gérondif fini en ‘um’ avec la préposition ‘ad’. » Il est possible que Buchanan évite de signaler la référence à l’infinitif, dans la mesure où elle est difficilement transposable ou traduisible en français avec certains des adjectifs de la liste, comme « inuitus » ou « vehemens ».

23 Pour ces deux textes, voir Linacre [1523 ?] f° H2 r°, et Rud. 33 p.49.

24 Linacre [1523 ?], f° G2 v°.

25 Rud. 33 p.45

26 La même situation se présente lors de l’évocation de l’apposition dans les Supplementa  : le moyen d’identifier les deux parties d’une apposition du type « la ville de Londres » est de poser la question « who or what set after the wordes that go before : Lily what ? The maister ; London what ? The cite » (Linacre, [1523 ?] f° K 3 v°). Dans ce cas, Buchanan n’arrive pas à la littéralité totale qui lui ferait traduire « Lily what ? » par « Lilius Quid ? ». Pour une personne, l’absence d’accord au masculin le choque sans doute trop et il traduit « Lilius Quis ? », tandis qu’il arrive encore à garder « Lutetia Quid ? Lutetia ciuitas » pour le second exemple. (Rud.33 p. 62)

27 Voir Rud.33 p. 47.

28 Voir Linacre [1523 ?], f° [G 4 v°].

29 Voir Rud.33 p. 50.

30 Voir Rud.33 p. 51.

31 Exemple pour la déclinaison de « Gallina » donné dans La maniere de tourner ….de Robert Estienne, Paris, 1526.

32 On retrouve cette méthode dans d’autres ouvrages pour commençants, comme les petits ouvrages pédagogiques de Robert Estienne, ou l’Isagoge in linguam Gallicam de Dubois ; mais il faudra attendre 1660 et la grammaire de Port Royal pour que le changement de métalangue soit entériné et qu’on n’apprenne plus, peu à peu, le latin qu’en français.

33 Montaigne, Essais, Livre I, chapitre XXV, de l’Institution des enfants, Paris, La Pochothèque, 2001, pp. 268-269.

34 Dédicace à Gilbert Kennedy, Rud. 33 p. 4 : « cum nonnulla secus dici uideant quam aut ipsi didicerint. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Furno, « La tentation du vernaculaire : George Buchanan traducteur des Rudimenta Grammatices de Thomas Linacre », Études Épistémè [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://episteme.revues.org/260 ; DOI : 10.4000/episteme.260

Haut de page

Auteur

Martine Furno

Martine Furno est professeur de latin à l’Université Stendhal Grenoble 3. Spécialiste de l’histoire de la pédagogie du latin, elle est l’auteur de plusieurs articles consacrés aux dictionnaires latins humanistes et à la lexicographie humaniste.

Haut de page
  • Revues.org