Navigation – Plan du site

Buchanan, helléniste et dramaturge, interprète d’Euripide (Medea et Alcestis)

Zoé Schweitzer

Résumés

Les traductions latines de Médée et d’Alceste d’Euripide sont traditionnellement envisagées comme des travaux didactiques, parce que Buchanan dit avoir traduit la première pour améliorer son niveau en grec, parce que le contexte est celui d’un collège où l’enseignant Buchanan doit donner aux élèves des textes à jouer. Pourtant choisir de traduire un dramaturge grec est dans ces années 1540 un projet original qui justifie d’étudier ces textes pour eux-mêmes, sans négliger leur genre théâtral. Mon hypothèse est que ces deux traductions fonctionnent, pour Buchanan, comme un laboratoire tragique, poétique et politique. Cerner les conceptions et les pratiques de la traduction à l’œuvre dans Medea et Alcestis permet d’analyser ensuite les enjeux soulevés du point de vue de la poétique tragique et de la représentation et de comprendre tout l’intérêt porté aux affects des spectateurs. Buchanan n’agit pas seulement en traducteur mais aussi en dramaturge qui pose des jalons décisifs pour la constitution d’un modèle tragique moderne, en mettant l’accent sur la théâtralité. Alceste et Médée semblent ainsi supporter des enjeux théoriques qu’il serait difficile de formuler discursivement à cette époque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la lettre écrite à Daniel Rogers le 9 novembre 1579 dans Opera omnia, Leyde, 1725, t. II, p. 7 (...)
  • 2 P. Sharrat and P. G. Walsh (eds.), George Buchanan Tragedies, Edinburgh, Scottish Academic Press, 1 (...)

1Les traductions latines de Médée et d’Alceste d’Euripide sont traditionnellement envisagées comme des travaux didactiques, parce que Buchanan dit avoir traduit la première pour améliorer son niveau en grec1, parce que le contexte est celui d’un collège où l’enseignant Buchanan doit donner aux élèves des textes à jouer. Par conséquent, en se fondant sur le décalage chronologique entre les deux publications, puisque Médée paraît à Paris chez Vascosan en 1544 et Alceste chez le même éditeur en 1556, on a pu comparer leurs qualités respectives au regard de l’original grec, évaluer les progrès du traducteur et apprécier ses choix. C’est ce que font par exemple P. Sharrat et P. G. Walsh qui considèrent la traduction d’Alceste techniquement meilleure, moins erronée et plus aboutie du point de vue de la métrique2.

  • 3 Buchanan, « Ad illustrissima principem dominem Margaritam Henrici secundi francorum regis sororem, (...)
  • 4 Jean-Frédéric Chevalier, « George Buchanan and the Poetics of borrowing in the latin translation of (...)
  • 5 Giacomo Cardinali, « George Buchanan, “parrain” de la tragédie française ? La fortune de la product (...)

2Or, il semble qu’aborder ces textes en soulignant l’originalité du projet de Buchanan qui choisit de traduire un dramaturge grec, et non Sénèque3, permette de proposer une autre approche de ces textes, mineurs au sein de l’œuvre du « Prince des poètes ». Je voudrais analyser ces deux pièces en me plaçant dans la continuité des travaux de Jean-Frédéric Chevalier4 et Giacomo Cardinali5 qui ont souligné leur intérêt et incité à les étudier dans une perspective spécifiquement littéraire. Le premier a mis en valeur le travail poétique accompli dans Medea, qui emprunte relativement peu à Sénèque, tandis que le second a analysé en quel sens était pertinente la désignation topique de Buchanan comme « parrain de la tragédie française » (il fait le choix d’un modèle grec et a le souci de rendre à Euripide sa théâtralité). Mon hypothèse est que ces deux traductions fonctionnent en quelque sorte comme un laboratoire pour Buchanan, ce qui m’amène à m’interroger sur la continuité entre le traducteur et dramaturge, entre le praticien et le théoricien. Cerner les conceptions et les pratiques de la traduction à l’œuvre dans Medea et Alcestis permet d’analyser ensuite les enjeux soulevés du point de vue de la poétique tragique et de la représentation.

Conceptions et pratiques de la traduction

3Chacune des deux traductions est accompagnée d’une préface émaillée d’un propos théorique, la première porte principalement sur la traduction, la seconde sur la poétique d’Euripide et la fonction de la tragédie. Elles forment un ensemble continu et cohérent d’un point de vue critique. Le décalage temporel entre les deux publications pourrait ainsi s’expliquer par l’évolution des enjeux pour Buchanan.

4Plusieurs éléments sont évoqués successivement dans la préface d’Alcestis comme pour défendre la tragédie grecque contre d’éventuels détracteurs, qu’il s’agisse d’adversaires du théâtre ou de partisans de Sénèque. Il faut d’abord souligner la singularité d’Alceste au sein de la production d’Euripide :

  • 6 Buchanan, « Ad illustrissima principem dominem Margaritam Henrici secundi francorum regis sororem, (...)

Est enim orationis genere leni et aequabili, et, quod Euripidis proprium est, suavi ; parricidii vero et veneficii et reliquorum quibus aliae tragoediae plenae sunt scelerum nulla prorsus hic mentio, nullum omnino vestigium.6

  • 7 Voir les travaux de J.-F. Chevalier sur cette notion
  • 8 Racine, Préface d’Iphigénie, éd. G. Forestier, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1999, (...)

5Buchanan fait d’Alceste une tragédie à la fois exemplaire de ce qui est le propre de la poétique d’Euripide, la douceur7, et singulière par son absence de crimes, deux commentaires manifestes d’une approche de dramaturge. Racine commentera encore cette spécificité dans sa préface à Iphigénie (1675)8. La tragédie d’Alceste, dont la qualité morale est indiscutable, se trouve particulièrement à même d’illustrer les vertus, mieux que n’y parviendrait un manuel :

  • 9 Buchanan, George Buchanan Tragedies, éd. cit., p. 211. [Au contraire toutes [ces tragédies] sont pl (...)

Contra vero conjugalis amoris, pietatis, humanitatis et aliorum officiorum adeo plena sunt omnia ut non verear hanc fabulam comparare cum libris eorum philosophorum qui ex professo virtutis praecepta tradiderunt ; ac nescio an etiam praeferre debam.9

6Son pouvoir d’instruire et de frapper les esprits est également souligné par un propos qui insiste sur la qualité didactique du genre :

  • 10 P. J. Ford traduit (op. cit., p. 71) : « For once the action is brought to life with speech and bre (...)

Actio enim rerum sermone et spritu paene animata acrius quam nuda praecepta sensus impellit, et facilius in animos influit et illabitur ; atque ubi illapsa fuerit, firmius haeret et quasi radices agit.10

  • 11 Voir également sur cette question la thèse de Luce Guillerm, Sujet de l’écriture et traduction auto (...)

7La préface dessine une continuité entre la tragédie d’Euripide et l’enseignement du professeur du collège de Guyenne : le texte dramatique vaut un livre de philosophie, son enseignement s’avère donc bien légitime, qui permet aux élèves de découvrir non seulement la poésie et l’art dramatique, mais aussi de faire efficacement l’acquisition des préceptes moraux nécessaires à leur éducation. L’entreprise de traduction se trouve justifiée, et par extension le traducteur qui a su réaliser ce transfert complexe. La compréhension que l’on peut avoir de l’entreprise de Buchanan en est modifiée : il s’agirait d’un projet moins savant (enseigner le latin et le grec) ou didactique (faire découvrir la tragédie grecque), que littéraire qui consiste à valoriser la tragédie d’Euripide comme réunissant les qualités du poème, de la scène tragique et de l’ouvrage philosophique, genre humaniste par excellence en quelque sorte. Dès lors, traduire ne serait pas seulement un exercice, aussi complexe soit-il, mais un acte littéraire visant à modifier une pratique d’écriture11.

  • 12 Tragoediae selectae Aeschyli, Sophoclis, Euripidis, cum duplici interpretatione latina, una ad verb (...)

8Les solutions proposées et les aménagements auxquels Buchanan a procédé laissent penser qu’il ne s’agit pas de simples exercices pour un helléniste, il convient donc de s’interroger sur la conception de la traduction mise en œuvre. La composition de l’édition de 1567 s’avère intéressante à cet égard : le premier volume réunit les traductions qu’ont donné Érasme (Hécube et Iphigénie) et Buchanan12, les deuxième et troisième réunissent, en suivant une numérotation continue, l’original grec et la traduction latine littérale proposée l’une en regard de l’autre. Les versions des humanistes se voient ainsi conférer une grande autonomie. La traduction littérale des tragédies d’Euripide, désignée comme telle par le dispositif éditorial, aide à comprendre le travail d’interprétation mené par Buchanan et à évaluer son originalité et ses caractéristiques.

9Il est pertinent d’analyser la traduction qu’il propose de vers difficiles à comprendre, comme les vers 1078-1080 : « Kai manthano men oia tolmèso kaka, / Thymos de kreissôn tôn emôn bouleumatôn, / Osper megistôn aitios kakôn brotois. ». La traduction de Louis Méridier (« Oui je sens le forfait que je vais oser ; mais la passion l’emporte sur mes résolutions, et c’est elle qui cause les pires maux aux humains »), est vivement critiquée par Jackie Pigeaud qui insiste sur la dimension médicale de ces vers et propose une autre version (« Je comprends quels malheurs-crimes je vais oser. Mais mon / thymos est plus fort que mes bouleumata, thymos qui est / la cause des plus grands malheurs-crimes pour les mortels. »). L’inventivité de Buchanan est éclatante lorsque l’on confronte la traduction littérale et son interprétation :

  • 13 Tragoediae selectae Aeschyli, Sophoclis, Euripidis, cum duplici interpretatione latina, una ad verb (...)
  • 14 Buchanan, George Buchanan Tragedies, éd. cit., v. 1126-1129, p. 199. [Je cède à la grandeur des mau (...)

Et intellego qualia audebo mala :
Ira autem potior [est] meis consiliis,
Quae maximorum causa [est] malorum hominibus13.
malorum cedo magnitudini,
Videoque quantum perpetrabitur nefas.
Sed pessimorum facinorum genitor furor
Ratio ne major me retrorsum distrahit14.

  • 15 Ovide, Métamorphoses, VII, v. 20-21.
  • 16 Voir sur cet aspect encore, Luce Guillerm, op. cit.

10La présence de « video » à l’attaque du deuxième vers fait entendre discrètement des célèbres vers d’Ovide qui reprennent l’idée exposée ici par Euripide en la simplifiant : « Video meliora proboque, / deteriora sequor »15. Buchanan se place ainsi doublement sous l’égide d’Ovide, à la fois portraitiste savant des Métamorphoses et poète tragique qui écrivit une Médée louée unanimement à l’Antiquité. Cette version appelle deux remarques. D’une part, la traduction semble pour Buchanan du côté de l’interprétation, pas du transfert littéral, et cette interprétation emprunte à un savoir commun, contribuant en quelque sorte à un geste poétique16. D’autre part, il est notable que Buchanan ait soin de détailler, davantage que ne le faisait la tragédie originale grecque, le processus psychologique et de rendre manifeste la dimension didactique. Le souci explicité dans la préface d’Alceste vaut donc déjà pour Médée, ce qui montre la cohérence de la pratique de Buchanan. Concernant cet aspect, la traduction rappelle les tragédies de Sénèque où abondent les sentences qui peuvent être extraites du texte dramatique sans perdre de leur pertinence.

11Si l’influence de Sénèque est moins importante qu’on aurait pu le croire, elle n’est cependant pas négligeable. Présente comme une discrète citation, elle me semble servir un double objectif : favoriser l’accord de la Médée d’Euripide avec le goût des spectateurs de théâtre contemporains, amateurs d’œuvres sanglantes et cruelles, et rendre sensible la théâtralité du texte grec. Les vers précédemment cités portent trace de la Médée de Sénèque avec les termes « nefas » et « furor », placés à la rime, qui renvoient à des étapes structurantes de la dramaturgie latine et sont particulièrement à même de décrire le personnage de Médée. Lors de la dernière scène entre Jason et Médée, Buchanan utilise le terme « juvat » et place « dolor » à la rime, ce qui rappelle également la tragédie latine :

  • 17 Buchanan, op. cit., v. 1429-1431, p. 207. Les différences sont patentes avec la traduction littéral (...)

Jason – Angeris & ipsa, & es malorum particeps.
Medea – Modo ne dolentem irrideas, iuvat dolor.
Jason – O matre nati fili nepharia17 !

12La Médée latine en effet, au moment de concevoir puis d’accomplir l’infanticide crime, dit la satisfaction intense qu’elle éprouve et la métamorphose de la douleur en plaisir :

  • 18 Sénèque, Médée, v. 910-914. F.-R. Chaumartin traduit (Paris, Les Belles Lettres, 2000 [1996]) : « M (...)

Medea nunc sum ; crevit ingenium malis :
Juvat, juvat secuisse et arcano patrem
Spoliasse sacro, juvat in exitium senis
Armasse natas18.

  • 19 Ibid., v. 1019 : « perfruere lento scelere, ne propera, dolor » ; F.-R. Chaumartin traduit : « Savo (...)
  • 20 On peut d’ailleurs se demander si l’alliage « juvat dolor » ne constitue pas un discret écho au ver (...)

13Le terme « dolor » placé à la rime au vers 1019, au moment où Médée est au comble de la violence, souligne la perversion du personnage19. La version de Buchanan constitue une solution originale qui se réfère discrètement à des vers typiques de la poétique sénéquéenne et emblématiques, à mon sens, de sa Médée et qui ont été jugés problématiques par les commentateurs : Médée dit son plaisir à tuer ses enfants, pas seulement à se venger d’un époux indigne20.

14La traduction de Buchanan n’a donc rien de littéral ni de scolaire, au contraire, c’est celle d’un poète et d’un dramaturge, soucieux de ménager ses effets et de répondre aux attentes des contemporains.

Traduction et poétiques tragiques

  • 21 Philip J. Ford, op. cit., p. 71.

15Des arguments d’ordre poétique expliquent que Buchanan ait choisi ces deux pièces d’Euripide. Comme le faisait remarquer Philip Ford21, celles-ci sont non seulement très différentes l’une de l’autre, mais peuvent aussi être considérées comme marginales, sinon atypiques, Médée par son excès, Alceste par son dénouement et les éléments d’humour qui émaillent le caractère d’Héraklès.

  • 22 La singularité dramatique d’Alceste et les problèmes génériques qui en découlent sont l’un des trai (...)

16Il s’agit de deux modèles tragiques divergents, voire contradictoires, que Buchanan s’attache à confronter, pour trois raisons au moins. Tout oppose les deux héroïnes : l’une est criminelle, l’autre vertueuse, une femme délaissée se rebelle en se vengeant tandis qu’une épouse obéissante se sacrifie spontanément. Présente dans les deux textes, la thématique du mari et des fils est traitée de manière opposée : les enfants ne sauraient appartenir au seul mari pour Médée, tandis qu’Alceste les lui confie en leur souhaitant un sort plus heureux que le sien. Par delà leur singularité, ces personnages renvoient à deux conceptions de la femme et incarnent deux parangons de leur sexe. L’antagonisme des dénouements peut constituer une deuxième explication. Les pièces divergent non seulement par la couleur de la fin, mais aussi par leur conformité ou leur écart avec les attentes propres au genre : la conclusion très sanglante de l’une s’avère à cet égard bien moins atypique que le dénouement heureux et surprenant de l’autre22. Ce sont, plus largement, deux logiques de composition différentes : la dramaturgie de Médée est celle d’une tragédie de vengeance avant l’heure, alors qu’Alceste fonctionne sur un effet de surprise, la première montre l’accomplissement progressif d’un fait annoncé tandis que la seconde donne à voir la disparition de qui paraissait inéluctable. Ces deux sujets permettraient ainsi d’expérimenter des conceptions de la tragédie. Buchanan a puisé dans le corpus des tragédies d’Euripide deux modèles qui montrent à ses contemporains toute la variété tragique du poète grec, dans une critique implicite de Sénèque. Le traducteur se trouve ainsi dans logique d’exploration et de mise à l’épreuve analogue à celle d’Érasme auparavant, qui avait lui aussi choisi de traduire deux tragédies divergentes, Iphigénie et Hécube.

  • 23 On peut en effet légitimement penser que Buchanan connaît ces traductions qui sont fréquemment édit (...)
  • 24 L’argument selon lequel Buchanan aurait choisi Médée et Alceste parce que ces deux tragédies sont é (...)

17Le choix de Médée et Alceste peut être envisagé comme une réponse à Érasme23, comme s’il s’agissait tout à la fois de rivaliser avec un éminent latiniste et de prendre parti pour un modèle tragique sensiblement différent24. Les divergences avec Hécube et Iphigénie sont particulièrement frappantes si l’on observe les personnages féminins (une femme âgée et une vierge, deux épouses en pleine maturité). À la mère qui venge la mort de son fils s’oppose celle qui tue ses propres enfants pour se venger d’un adultère, à la jeune vierge sacrifiée par la volonté des dieux répond la vertueuse épouse sauvée par Héraklès. Est-ce à dire que Buchanan inscrit la tragédie dans le cadre domestique ? Si l’argument est convaincant pour Médée qui commence comme un fait divers, il semble moins pertinent pour Alceste dont la situation initiale montre la toute-puissance des dieux, ce qui n’est pas justement sans rappeler Iphigénie. D’autres divergences et convergences pourraient être trouvées, par exemple concernant la conformité générique des œuvres. Ces traductions d’Euripide qui proposent des schémas différents paraissent efficaces pour mener une réflexion critique comparatiste sur le genre tragique.

  • 25 On se rappelle que Bruno Garnier a montré que le choix d’Hécube, qui inspira Jephté à Buchanan, ren (...)
  • 26 À distinguer du théoricien : il ne s’agit pas ici de postuler qu’il existe des échos précis avec le (...)

18On peut également se demander si un argument politique serait susceptible d’expliquer les œuvres choisies par Buchanan pour être traduites25. Si l’hypothèse s’avérait pertinente, il en résulterait une continuité entre deux aspects du travail de l’Écossais, le traducteur et le penseur du pouvoir26.

19Il est remarquable, en effet, que certains thèmes communs aux deux pièces puissent prêter à une réflexion politique qui rejoint les préoccupations de l’époque et fassent écho à la conception du pouvoir de Buchanan telle qu’elle se déploie dans ses essais. Trois éléments sont significatifs. L’obéissance ou la désobéissance de l’héroïne excède le cadre domestique parce qu’elle prend place dans un cadre monarchique et renvoie à la question de l’autorité monarchique et des pouvoirs coercitifs du prince. Roi ou allié, vainqueur ou vaincu, le mari constate la survie de son épouse et la tragédie se conclut sur la confirmation de l’autorité monarchique ou sur un désordre non résorbé. L’action de Médée a pour effet d’interrompre deux filiations, celle de Jason et celle de Créon, et de provoquer une crise dynastique à Corinthe ; à l’inverse la mort d’Alceste, censée garantir la continuité monarchique, et dont le sacrifice rappelle à cet égard celui d’Iphigénie, ne donne pas lieu à un échange ou à une réflexion sur la filiation. La notion de souveraineté et la caractérisation des prérogatives du monarque sont largement discutées dans Médée, non dans Alceste qui montre pourtant avec Admète un roi défaillant. Les thèmes abordés sont communs mais c’est seulement dans Médée qu’ils prennent un relief politique, tandis qu’Alceste les traite sur le strict plan familial et privé ; c’est d’ailleurs l’une des différences les plus nettes entre les deux tragédies grecques que cette continuité ou cette césure entre le domestique et le politique, les sentiments et les lois.

20Cette conclusion amène à modifier l’angle de l’analyse pour concevoir les pièces comme deux modèles tragiques distincts : avec Médée, le fait divers aux répercussions familiales et politiques est devenu tragédie, tandis que le sujet tragique et atypique d’Alceste est traité dans une stricte perspective familiale et amoureuse, ce n’est pas tant le roi que le mari ou le fils qui sont mis en scène. Les traductions de Buchanan invitent à mettre en perspective deux modèles tragiques : avec Alceste priment le merveilleux et l’archéologie antique, avec Médée le conflit domestique et ses prolongements politiques contemporains.

Traductions et représentation

21Pour Giacomo Cardinali, traiter Euripide en dramaturge comme le fait Buchanan constitue, en soi, une mise en valeur de la valeur de la théâtralité du texte. Qu’Alceste ait été la dernière pièce de Buchanan jouée au collège de Guyenne invite à se demander si la traduction elle-même porte trace d’une prise en charge de la théâtralité du texte, fournit des indications quant à sa représentation ou thématise sa réception.

  • 27 Nicole Loraux, La Voix endeuillée, Paris, Gallimard, 1999 ; pour Alceste, voir en particulier les p (...)
  • 28 Voir dans l’édition Budé les vers 872-878 et 889-894 que traduisent les vers 919-924 et 939-945 (Ge (...)
  • 29 Le terme ne me paraît pas anachronique en raison de la notoriété de l’art poétique d’Horace qui jug (...)
  • 30 George Buchanan Tragedies, P. Sharrat and P. G. Walsh (eds.), op. cit., p. 218.

22La déploration d’Admète constitue une acmé pathétique de la pièce avant l’heureux retournement du dénouement : tandis que le chœur tente de rassurer le pitoyable époux, celui-ci ne peut qu’exprimer la douleur provoquée par le deuil27. Or, Buchanan procède à cet endroit à une modification importante du texte : incapable à la fois de contenir sa douleur et de parler de façon articulée, Admète s’exprime par interjections – telles que aiaî, é, phéu, io – qui interrompent les paroles du chœur, or celles-ci sont supprimées dans la traduction. Le rythme du dialogue et la tonalité de la scène s’en trouvent complètement changés28. La suppression de la « voix endeuillée » permet une homogénéisation de la scène et évite une rupture du caractère d’Admète, qu’on peut rapprocher de l’exigence de convenance, c’est-à-dire de conformité à la norme sociale pour un homme et pour un roi. Autrement dit, la nécessité de la vraisemblance29 et le souci de la cohérence esthétique conduiraient le traducteur à supprimer ces éléments proches de l’onomatopée, en deçà de la parole, de nature à étonner le spectateur de la Renaissance. Inversement, Buchanan ajoute parfois des interjections comme au vers 228 où « heu, heu, vae, vae » amplifie le « papaî » du vers 22630. Le chœur déplorant le malheur d’Admète dit avec intensité sa douleur et, témoin interne, se fait le relais et le passeur de l’émotion tragique que la pièce souhaite susciter chez le spectateur. Dès le début, la tragédie se fait thrène.

23Buchanan ne transpose pas littéralement les marqueurs du deuil mais en module l’usage pour créer des effets pathétiques. Cette pratique semble à la fois le signe d’une grande attention portée aux spectateurs (leurs attentes et leurs émotions) et le révélateur d’une analyse dramatique subtile du texte d’Euripide. Buchanan traduit en poète tragique.

  • 31 Édition ancienne sensiblement différente de la leçon donnée par Chaumartin : différences de manuscr (...)
  • 32 On entend conjointement les deux enfants puis un seul, voir les vers 1271-1272 et 1277-1278 dans l’ (...)

24Il s’agit également de réfléchir aux ressorts du spectaculaire, grâce aux crimes de Médée et à l’expression de l’émotion dans Alceste. Le récit du messager rapportant avec luxe de détails la mort de Créon et de Glauké n’est ni censuré, ni édulcoré. Buchanan semble désireux, à travers les choix lexicaux, les termes mis en fin de vers ou les effets sonores (anaphores, etc.), de recréer une hypotypose en latin. Le théâtre est du côté du poème. La mort des enfants en voix off est traduite très littéralement par Buchanan qui suit soigneusement l’édition grecque31 en faisant entendre à deux reprises les voix des enfants32. Autrement dit est conservé l’hapax grec qui permet un effet essentiel dans le dispositif pathétique du dénouement. Ce procédé pouvait frapper les spectateurs contemporains habitués, si l’on peut dire, à la tragédie latine et connaisseurs de la Médée de Sénèque qui tue ses enfants sur la scène. Le choix d’Euripide est en effet tout autre car il fait le pari d’un crime invisible perçu de manière incomplète, suggéré mais non montré. Traduire la Médée d’Euripide serait, dans ce contexte, une manière de proposer concrètement une alternative à la poétique sanglante de Sénèque qui ne laisse pas de côté cependant la théâtralité de la scène de crime.

  • 33 Il s’agit des vers 220-225 de la tragédie d’Euripide, traduits par Buchanan aux vers 216-225.

25Les écarts, parfois très sensibles, entre la version originale et la traduction lors de l’expression de l’émotion dans Alceste amènent à faire deux hypothèses : d’une part, Buchanan considèrerait qu’il s’agit d’un moment privilégié pour les effets de la tragédie ; d’autre part, cette expression permettrait d’explorer l’une des propriétés du genre tragique. La redistribution d’une réplique du chœur à la servante à la fin du premier épisode n’est peut-être que la conséquence de la leçon du manuscrit suivi par Buchanan33, elle n’en est pas moins source d’un effet intéressant : énoncée par une personne de la maisonnée, la supplique détient une tonalité très pathétique et contribue à montrer que le sort de la malheureuse Alceste suscite une émotion vive et sincère auprès de tous. Le moment d’égarement lors des adieux d’Alceste à son mari et ses enfants, qui précède ses dernières recommandations, constitue un second exemple. Les répliques d’Alceste sont entrecoupées par les déplorations d’Admète et le chant l’emporte sur la parole (v. 244-272). Buchanan conserve les répétitions du grec (v. 259, 267, 274 et 278) et se sert des procédés de l’allitération et de l’assonance pour rendre manifeste l’égarement du personnage et émouvoir les spectateurs. Le traducteur se révèle très attentif à la gradation des émotions et au rythme tragique de façon à composer une version qui induit son énonciation, comme si la traduction indiquait à l’acteur le jeu à adopter.

  • 34 Voir Euripide, v. 395-402 et Buchanan, v. 419-427.
  • 35 C’est là l’un des ressorts pathétiques les plus efficaces : il est exploité dans d’autres genres qu (...)

26Médée et Alceste sont des supports utiles pour réfléchir aux ressorts de l’émotion dramatique et aux conditions d’efficacité de la tragédie. Chacune des deux tragédies montre un spectateur interne, directement concerné par le malheur familial, emblématique des effets que requiert le genre : l’effroi de Jason ou les pleurs d’Admète et son fils34. Les cris du fils s’adressant à sa mère comme si elle n’était pas encore morte35 exhibent ce qui sépare les larmes réelles des larmes de théâtre où l’on pleure le personnage tout en sachant qu’il est fictif, où la peine procure du plaisir. Une analyse analogue pourrait être faite avec Médée où le plaisir cruel de Médée écoutant le récit des terribles souffrances de Créon et Glauké n’est visible, aux deux sens du terme, que parce que Médée est un double interne dévoyé du spectateur externe qui n’éprouve, quant à lui, qu’effroi.

27Les deux ressorts principaux de l’émotion tragique sont exploités à un degré intense dans ces deux pièces qui amènent, surtout lorsqu’elles sont lues de manière conjointe comme y invitent certaines éditions (1567, 1568, 1597, 1609), à débattre de ce qui doit primer des larmes ou des cris, de la compassion ou de l’horreur.

28Il faut conclure à la fois à la continuité du travail de linguiste et de dramaturge et à la cohérence de l’œuvre de Buchanan au sein de laquelle ces deux œuvres mineures ont pleinement leur place. Les traductions des deux tragédies d’Euripide constituent un laboratoire tragique, poétique et politique, où sont confrontées et mises en perspective des poétiques, thématisés les ressorts de leur efficacité jusqu’à imaginer leur représentation. En traduisant ces deux tragédies si différentes d’Euripide de manière à rendre sensible leur théâtralité, Buchanan n’agit pas seulement en traducteur mais aussi en dramaturge qui pose des jalons décisifs pour la constitution d’un modèle tragique moderne, en mettant l’accent sur la théâtralité, les affects des spectateurs et les ressorts de l’efficacité. Alceste et Médée supporteraient des enjeux théoriques qu’il serait difficile de formuler discursivement à cette époque.

Haut de page

Notes

1 Voir la lettre écrite à Daniel Rogers le 9 novembre 1579 dans Opera omnia, Leyde, 1725, t. II, p. 755, citée et traduite par Philip J. Ford (George Buchanan. Prince of Poets, Aberdeen UP, 1982, p. 70-71) : « My four tragedies have been published, of which two were translated from the greek. The Medea had not been written for the purpose of publication but, when I was studying Greek Literature without a teacher, in order to give more careful consideration to individual words as I was writing. » [Mes quatre tragédies ont été publiées, deux d’entre elles sont des traductions du grec. La Médée n’avait pas été écrite en vue d’être publiée mais, quand j’étudiais la littérature grecque sans professeur, afin de prêter une attention plus précise aux mots originaux lorsque j’écrivais. (Je traduis.)

2 P. Sharrat and P. G. Walsh (eds.), George Buchanan Tragedies, Edinburgh, Scottish Academic Press, 1983, notice d’Alceste, p. 313.

3 Buchanan, « Ad illustrissima principem dominem Margaritam Henrici secundi francorum regis sororem, in alcestin praefatio », P. Sharrat and P. G. Walsh (eds.), op. cit., p. 211, trad. P. J. Ford, op. cit.., p. 5-6.

4 Jean-Frédéric Chevalier, « George Buchanan and the Poetics of borrowing in the latin translation of Euripides’Medea », in Philip Ford and Roger P. H. Green (eds.), George Buchanan Poet and Dramatist, The Classical Press of Wales, 2009, p. 183-195.

5 Giacomo Cardinali, « George Buchanan, “parrain” de la tragédie française ? La fortune de la production tragique de George Buchanan auprès des dramaturges de langue française (1553-1573) », in Jan Bloemendal and Philip Ford (eds.), Neo-Latin Drama. Forms, Functions, Receptions, Hildesheim-Zürich-New York, Olms, 2008, Noctes Neo Latinae, Neo-Latin Texts and Studies, Band 9, p. 35-53.

6 Buchanan, « Ad illustrissima principem dominem Margaritam Henrici secundi francorum regis sororem, in alcestin praefatio », P. Sharrat and P. G. Walsh (eds.), op. cit., p. 211. [C’est en effet le propre de ce discours d’être modéré et égal, et, ce qui est le propre d’Euripide, doux ; mais du parricide, du poison et des autres crimes dont les autres tragédies sont pleines, absolument aucune mention ici, pas la moindre trace. (Je traduis.)

7 Voir les travaux de J.-F. Chevalier sur cette notion

8 Racine, Préface d’Iphigénie, éd. G. Forestier, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1999, p. 699.

9 Buchanan, George Buchanan Tragedies, éd. cit., p. 211. [Au contraire toutes [ces tragédies] sont pleines d’amour conjugal, de piété, d’humanité et des autres devoirs, au point que je ne crains pas de comparer cette fable avec les livres de ces philosophes qui enseignent les règles de la morale ouvertement, et je ne sais si je ne dois pas même les préférer.

10 P. J. Ford traduit (op. cit., p. 71) : « For once the action is brought to life with speech and breath, it makes a stronger impression on the senses than bare moral lessons, and influences the mind more easily. And where it has penetrated, it clings more firmly, and virtually takes root. »

11 Voir également sur cette question la thèse de Luce Guillerm, Sujet de l’écriture et traduction autour de 1540, Atelier national de reproduction des thèses, Université Lille III, Paris, Aux Amateurs de livres, 1988.

12 Tragoediae selectae Aeschyli, Sophoclis, Euripidis, cum duplici interpretatione latina, una ad verbum, altera carmine. Ennianae interpretationes locorum aliquot Euripidis, s. l., H. Stephanus, 1567. La page de titre du premier volume porte la mention suivante : « Medeae & Alcest. Interpretatio Georgium Buchananum habet autorem : altera eosdem qui modo nominati fuerunt. »

13 Tragoediae selectae Aeschyli, Sophoclis, Euripidis, cum duplici interpretatione latina, una ad verbum, altera carmine. Ennianae interpretationes locorum aliquot Euripidis, éd. cit., t. II, p. 355. [Et je comprends tous les maux que j’oserai : / La colère en effet est plus puissante que mes conseils, / elle qui provoque les plus grands maux des hommes.

14 Buchanan, George Buchanan Tragedies, éd. cit., v. 1126-1129, p. 199. [Je cède à la grandeur des maux / et je vois combien est impie ce qui sera perpétré. / Mais la fureur, qui engendre les pires crimes, / me tire dans une direction inverse car elle est plus forte que la raison.

15 Ovide, Métamorphoses, VII, v. 20-21.

16 Voir sur cet aspect encore, Luce Guillerm, op. cit.

17 Buchanan, op. cit., v. 1429-1431, p. 207. Les différences sont patentes avec la traduction littérale : « Jas. Et ipsa sane doles, & malorum particeps es. / Med. Bene festo. Soluit autem dolorem si tu non (me) derideas ? / Jas. O liberi quam malam matrem nacti fuistis. »

18 Sénèque, Médée, v. 910-914. F.-R. Chaumartin traduit (Paris, Les Belles Lettres, 2000 [1996]) : « Maintenant je suis Médée ; ma nature s’est épanouie dans le mal : je trouve profit, je trouve profit à avoir dépecé ses membres et à avoir dépouillé mon père de ce trésor qu’il tenait caché, je trouve profit à avoir armé des filles pour perdre leur vieux père. »

19 Ibid., v. 1019 : « perfruere lento scelere, ne propera, dolor » ; F.-R. Chaumartin traduit : « Savoure lentement ton crime, point de hâte, ma rancœur ». Traduire par « rancœur » est une manière de conférer une dimensions abstraite et distanciée à cette « dolor » qu’on pourrait pourtant concevoir comme « souffrance, douleur », ce que font par exemple Linage de Vauciennes (1651) et Marolles (1659) qui traduisent par « douleur » ou bien encore plus récemment Florence Dupont qui propose : « Douleur / Jouis lentement du crime / Ne te presse pas » (Théâtre complet, Paris, Imprimerie nationale éditions, 1992, t. II, p. 89).

20 On peut d’ailleurs se demander si l’alliage « juvat dolor » ne constitue pas un discret écho au vers jugé le plus choquant de la tragédie de Sénèque : « voluptas magna me invitam subit » (v. 991). Pour une étude de ces vers, voir F. Lecercle, « Médée, la volupté d’un geste lent », in La Maladie sexuelle – Le Fait de l’analyse, Paris, Autrement, n°8, printemps 2000, p. 213-232 ; je me permets également de renvoyer à ma thèse (Poétiques de la violence : Médée de la Renaissance aux Lumières (Angleterre, France, Italie), Université Paris IV-Sorbonne, 2006).

21 Philip J. Ford, op. cit., p. 71.

22 La singularité dramatique d’Alceste et les problèmes génériques qui en découlent sont l’un des traits caractéristiques de la pièce comme le montre le deuxième argument de Dicéarque (voir l’édition des tragédies d’Euripide aux des Belles Lettres, p. 54-55).

23 On peut en effet légitimement penser que Buchanan connaît ces traductions qui sont fréquemment éditées (18 éditions en 1540, voir P. Sharrat and P. G. Walsh (eds.), op. cit., p. 7).

24 L’argument selon lequel Buchanan aurait choisi Médée et Alceste parce que ces deux tragédies sont éditées conjointement dans l’édition princeps (Medea, Alcestis and Andromache, Florence, L. Franciscum de Alopa, 1494) ne paraît pas suffisant, d’autant qu’on trouve aussi dans cette édition Andromaque qui ne connaît pas les mêmes faveurs.

25 On se rappelle que Bruno Garnier a montré que le choix d’Hécube, qui inspira Jephté à Buchanan, rencontrait des préoccupations politiques contemporaines ; voir Pour une Poétique de la traduction : l’Hécube d’Euripide en France de la traduction humaniste à la tragédie classique, Paris, L’Harmattan, 1999.

26 À distinguer du théoricien : il ne s’agit pas ici de postuler qu’il existe des échos précis avec le De jure écrit et publié bien après.

27 Nicole Loraux, La Voix endeuillée, Paris, Gallimard, 1999 ; pour Alceste, voir en particulier les p. 61, 95, 97, 102.

28 Voir dans l’édition Budé les vers 872-878 et 889-894 que traduisent les vers 919-924 et 939-945 (George Buchanan Tragedies, P. Sharrat et P. G. Walsh (eds.), op. cit., p. 236).

29 Le terme ne me paraît pas anachronique en raison de la notoriété de l’art poétique d’Horace qui juge cette exigence déterminante.

30 George Buchanan Tragedies, P. Sharrat and P. G. Walsh (eds.), op. cit., p. 218.

31 Édition ancienne sensiblement différente de la leçon donnée par Chaumartin : différences de manuscrits autour des vers 1271-1274.

32 On entend conjointement les deux enfants puis un seul, voir les vers 1271-1272 et 1277-1278 dans l’édition moderne des Belles Lettres, et les vers 1337-1338 et 1343-1345 dans la version de Buchanan.

33 Il s’agit des vers 220-225 de la tragédie d’Euripide, traduits par Buchanan aux vers 216-225.

34 Voir Euripide, v. 395-402 et Buchanan, v. 419-427.

35 C’est là l’un des ressorts pathétiques les plus efficaces : il est exploité dans d’autres genres que le théâtre comme le montrent les Héroïdes d’Ovide (Pyrame et Thisbé) et connaît une immense fortune scénique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoé Schweitzer, « Buchanan, helléniste et dramaturge, interprète d’Euripide (Medea et Alcestis) », Études Épistémè [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://episteme.revues.org/258 ; DOI : 10.4000/episteme.258

Haut de page

Auteur

Zoé Schweitzer

Zoé Schweitzer, agrégée de Lettres modernes, docteure en littérature comparée, est maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université Jean Monnet – Saint-Étienne. Ses travaux portent sur le théâtre de la Renaissance aux Lumières, en particulier sur le traitement des crimes (Médée, Thyeste).

Haut de page
  • Revues.org