Navigation – Plan du site

George Buchanan, lecteur et traducteur de l’Anthologie grecque

Nathalie Catellani-Dufrêne

Résumés

Au cours de ses années passées à enseigner en France, George Buchanan a, comme ses collègues et amis humanistes, contribué à des éditions collectives de traduction de l’Anthologie grecque, participant ainsi à la diffusion des études des langues anciennes. L’article s’attache à définir la conception de traduction chez Buchanan (traduction ? paraphrase ? commentaire ?), en comparant les traductions en latin des mêmes épigrammes grecques composées par divers humanistes et celles de l’Écossais, et à montrer que c’est dans et par la traduction que Buchanan a affiné et ciselé son ingenium de poète et son art de l’épigramme à pointe au vers nerveux et bref.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 In GEORGII BUCHANANI Franciscanus et Fratres, Elegiarum Liber I, Siluarum Liber I, Hendecasyllabon (...)
  • 2 In GEORGII BUCHANANI Poemata omnia. Pars prima : Psalmorum Dauidi paraphrasis, Iephtes, Baptistes. (...)

1Si Buchanan est essentiellement passé à la postérité pour ses tragédies bibliques, sa Paraphrase des Psaumes et ses ouvrages politiques, il n’en acquit pas moins sa notoriété auprès des cercles humanistes par sa poésie de circonstance, notamment par sa poésie épigrammatique, qu’il pratiqua d’ailleurs sa vie durant. Ses Épigrammes1, parues de façon posthume en 1584, et ses Miscellanées2, publiées pour la première fois en 1615, témoignent des différentes tendances que revêtit l’écriture épigrammatique au cours du XVIe siècle, tout d’abord avec la redécouverte de l’épigramme grecque, puis par le débat esthétique sur l’épigramme simple et l’épigramme à pointe, autour des deux grands modèles Catulle et Martial, et enfin par la résurgence de petits « genres » variés épigrammatiques, tels que les tombeaux, les étrennes, les portraits, les baisers, les poèmes érotiques et les emblèmes. Je m’intéresserai ici aux pièces empruntées à l’Anthologie grecque, bien souvent intitulées par l’humaniste « E Graeco », et essaierai de définir la poétique de traduction de Buchanan en comparant ses poèmes aux pièces antiques ainsi qu’aux versions d’autres humanistes.

Quelles épigrammes de l’Anthologie grecque ?

  • 3 Voir l’étude de John Hutton, The Greek Anthology in France and the Latin Writers of the Nederland t (...)
  • 4 Ian McFarlane, Buchanan, London, Gerald Duckworth and Co, 1981, p. 187.
  • 5 Sur la difficulté à connaître avec précision les circonstances de composition, voir Ian McFarlane, (...)
  • 6 Philip Ford, George Buchanan, Prince of Poets, with an Edition (Text, Translation, Commentary) of t (...)
  • 7 Je suis tout à fait d’accord sur ce point avec Ian McFarlane, op.cit., p.185-186.
  • 8 Epigrammata Graeca ueterum elegantissima eadem Latina ab utrius lingua uiris doctissimis uersa atqu (...)
  • 9 Selecta Epigrammata Graeca latine uersa, ex septem Epigrammatum Graecorum libri, éd. Janus Cornariu (...)
  • 10 Figurent dans la dernière colonne du tableau les traductions latines composées par d’autres humanis (...)

2George Buchanan traduisit un nombre important d’épigrammes grecques, empruntées soit à l’Anthologie de Stobée, soit à l’Anthologie grecque, qui fut diffusée en France notamment par l’édition aldine de 1521, Florilegium diuersorum epigrammatum in septem libros, et par l’édition sans doute moins onéreuse de Josse Bade publiée à Paris en 15313. Six épigrammes démonstratives traduites par Buchanan, extraites de l’Anthologie de Stobée, dont Ian McFarlane pense qu’il a utilisé la version bilingue éditée par Gersner pour la première fois en 15434, parurent d’abord dans des œuvres collectives et bilingues, certaines dans l’ouvrage publié par Guillaume Morel à Paris en 1553, Sententiosa poetarum vetustissimorum quae supersunt opera, la plupart dans l’ouvrage collectif de 1560, dirigé par Henri Estienne, Pindari, Pythia, Nemea, Isthmia. Caetorum octo lyricorum carmina, Alcaei, Sapphus, Stesichori, Ibyci, Anacreontis, Bacchylidis, Simonidis, Alcmanis, avant de figurer dans les œuvres poétiques de Buchanan, les Iambes et les Miscellanées. Ces épigrammes paraissent être des œuvres de commande, témoins de la notoriété de l’humaniste dans les années 1550. Quatorze autres épigrammes, dont douze tirées de l’Anthologie grecque, relèvent vraisemblablement d’un choix plus spontané, et ont circulé dans divers manuscrits avant de paraître dans l’édition posthume de 1584 des Épigrammes dont elles représentent 1/5e du livre I. Ces traductions, bien souvent fidèles au modèle par le choix du mètre, le nombre de vers et le lexique employé, permettent, me semble-t-il, de définir la poétique de traduction de l’humaniste et de dégager ses choix quant à l’écriture épigrammatique. S’il semble difficile de dater précisément ces traductions5, on peut néanmoins penser avec quasi certitude qu’elles appartiennent à la période essentiellement française de l’humaniste, comprise entre 1530 et 1560. On peut même supposer que Buchanan commença à en composer de façon précoce, dans les années 1530. Plusieurs points me poussent à émettre cette hypothèse : d’une part, Buchanan avait commencé à étudier le grec en 1526, et avait suivi les lectures publiques de Jacques Toussain, qui encourageait les humanistes à s’exercer à la traduction de poèmes grecs ; or, comme le mentionne Philip Ford dans son ouvrage George Buchanan, Prince of Poets6, l’Écossais fut considéré dès 1530 par Robert Wauchope comme « cet homme capable, le doctissime en grec et en latin ». D’autre part, Buchanan fit publier chez Vascosan deux tragédies d’Euripide, Médée en 1544 et Alcestis en 1546, dont il avait entrepris la traduction dans les années 30 afin de parfaire son grec. Il pouvait très bien poursuivre cet objectif par la traduction d’épigrammes de l’Anthologie. Par ailleurs, le choix d’épigrammes essentiellement épidictiques et de pièces érotiques s’inscrit dans le courant poétique néo-latin en France des années 30-40. Enfin, les éditions utilisées par Buchanan comme source d’inspiration sont vraisemblablement deux des premières anthologies bilingues européennes7, celle de Soter publiée à Cologne en 15258, et plus vraisemblablement encore celle publiée par Cornarius à Bâle en 15299, qui reprenait en partie tout en l’enrichissant considérablement celle de son prédécesseur. Le tableau récapitulatif10 ci-dessous nous permet de vérifier ce point :

  • 11 Marc-Antoine Muret, Juvenilia, éd. par Virginie Leroux, Genève, Droz [THR n° 450], 2009.
  • 12 Jean Salmon Macrin, Hymnes (1537), éd. par Suzanne Guillet-Laburthe, Genève, Droz [THR n° 481], 201 (...)

Traductions dans le livre I, Épigrammes (1584)

Anthologie grecque

Type de pièce et mètre utilisé par Buchanan

Même pièce traduite par d’autres humanistes

I, 1 : E Graeco, « Ebibat undosum castris »

IX, 291 (= Anthologie de Planude, Ia, 5, 9)

épigramme démonstrative distique élégiaque

Cornarius, livre 1 : Sleidan et Alciat

I, 21 : E Graeco, « Nuper Achaeme- nidae fuimus »

IX, 74 (= Anthologie de Planude, Ia, 78,2) + Horace, Satires, II, 126-136.

épigramme démonstrative distique élégiaque

Soter, livre 1 : Lily, More Cornarius, livre 1 : Lily, More, Urs. Velius, Luscinius, Alciat

I, 30 : E Graeco Ruf., « Qui te uidet beatus est »

V, 94 (= Anthologie de Planude, VII, 136), Rufin + Sappho, frag. 2,1 + Catulle, 51

épigramme amoureuse dimètre iambique

Cornarius, livre 7 : Velius et Alcia [Muret, Juvenilia (1552)11, Epig. 14]

I, 34 : E Graeco, « Nemo meas cumulet » (Man. lat. 8140, fol. 68v : E Theognide ; 1569 : Ad amicos)

XI, 8 (= Anthologie de Planude, IIa, 43,3)

épigramme bacchique distique élégiaque

Soter livre 1 : More Cornarius livre 2 : More

I, 36 : E Graeco Philodemi, « Diues eras »

V, 112 (= Anthologie de Planude, VII, 95)

épigramme amoureuse distique élégiaque

Cornarius, livre 7 : Urs. Velius et Luscinius

I, 37 : E Graeco Posidippi seu Cratetis, « Quod uitae ingrediaris iter ? »

IX, 359 (= Anthologie de Planude, Ia, 13,3)

épigramme démonstrative distique élégiaque

Soter livre 1 : Luscinius, Érasme Cornarius livre 1 : Luscinius, Urs. Velius, Érasme, Ausone Macrin (1537)12 : Hymnes VI, 5

I, 38 : Contraria sententia ex Metrodoro, « quoduis uitae iter »

IX, 360 (= Anthologie de Planude, Ia, 13,4)

épigramme démonstrative distique élégiaque

Soter livre 1 : Luscinius, Érasme Cornarius, livre 1 : Luscinius, Urs.Velius, Érasme

I, 44 : E Graeco, « Liber eram, uacuo mihi »

V, 229-230 (= Anthologie de Planude, VII, 39)

épigramme amoureuse distique élégiaque

  • | |[I, 45 : E Graeco, « Robora si lingua »] |Le modèle est ici Plutarque, Vie de Démosthène |épitaphe distique élégiaque |

    • 13 Nicolas Bourbon, Nugae (Bagatelles) 1533, éd. par Sylvie Laigneau-Fontaine Genève, Droz [THR n° 446 (...)

    | |I, 60 : E Graeco, « pauper eram iuuenis » |IX, 138 (= Anthologie de Planude, Ia, 64, 1) |épigramme démonstrative distique élégiaque |Soter livre 1 : Luscinius, More Cornarius livre 1 : Urs. Velius, Luscinius Bourbon , Nugae (1533)13, ép. 55 | |I, 61 et 62 : E Graeco, « fata ferunt » / Aliter, « si te fata ferunt » |X, 73 (= Anthologie de Planude, Ia, 13, 9) + Sénèque, Ad Luc. 107, 11 |épigramme démonstrative distique élégiaque |Soter livre 1 : Luscinius (2 épigrammes) Cornarius livre 1 : Luscinius (1 ép.), More Bourbon, N. : ép. 27. [Muret 1552 : ép. 58] | |I, 63 : E Graeco, « mors uelut immineat » |X, 26 (= Anthologie de Planude, Ia, 12, 6) |épigramme démonstrative distique élégiaque |Soter livre 1 : Lily, More Cornarius livre 1 : Ausone, Lily, More et Alciat Bourbon, 1533 : ép. 440 | |[I, 65 : E Graeco Anacreontis, « Et terra sicca potat »] |Le modèle est ici Anacréon, ode 21 |épigramme bacchique dimètre iambique catalectique |[Henri Estienne, in éd. bilingue 1560 : « Bibendum esse »] |

  • 14 John Hutton, op.cit., p. 26.

3On peut tirer plusieurs conclusions à la première lecture de ce tableau. Tout d’abord, Buchanan a une préférence très nette pour les épigrammes démonstratives à portée morale et philosophique, ce qui correspond à la fois à la tendance générale en France des traductions de l’Anthologie, selon John Hutton14, et aux thématiques de prédilection de celui qui fut avant tout un pédagogue soucieux d’éduquer les esprits. D’autre part, le choix de la plupart des textes se porte sur des épigrammes qui entrent en résonance avec la version d’autres célèbres humanistes et qui appartiennent à la culture commune ; choix audacieux et risqué dans la mesure où son travail est soumis à la comparaison d’œuvres d’humanistes de renom ; Buchanan respecte ainsi la conception antique de la « conuersio », comme on la trouve chez Quintilien (Institution oratoire X, 5, 2-5), pour lequel la traduction ne doit pas être une simple version, mais une lutte (« certamen », « aemulatio ») avec le modèle. Buchanan n’est donc pas dans une simple logique de transmission, mais plutôt dans une logique d’émulation qui doit lui permettre de trouver son style propre, son « ingenium ».

Un matériau bilingue

4Une étude plus fine des versions grecques et néo-latines me permet d’affirmer que c’est en lecteur attentif d’éditions bilingues que Buchanan s’essaie lui-même à la traduction en se nourrissant à la fois du texte original grec et des traductions données par ses contemporains. Je prendrai pour exemple une épigramme aux accents stoïco-chrétiens sur la fuite du temps et la vaine résistance au destin, qui connut une fortune toute particulière au XVIe siècle, puisqu’elle fut traduite par Luscinius, More, Bourbon, Buchanan et Muret : il s’agit de l’épigramme 73 du livre X de l’Anthologie, dont on trouve deux variations chez Buchanan, en 61 et 62.

  • 15 « Palladas : Si le sort t’emporte, supporte et sois emporté ; car si tu t’indignes, / tu t’affliges (...)
  • 16 « Les Destins t’emportent, supporte les Destins, ils te porteront ; si d’aventure, tu luttes, / tu (...)
  • 17 « Si les Destins t’emportent, supporte les Destins, ils t’emporteront. Qui les supporte, / les Dest (...)

ΠΑΛΛΑΔΑ Εἰ τὸ φέρον σε φέρει, φέρε καὶ φέρου͘ εἰ [δ’ἀγανακτεῖς καὶ σαυτὸν λυπεῖς, καὶ τὸ φέρον σε φέρει.15

[Sénèque, Ad Luc. 107, 11 : Ducunt uolentem fata, nolentem trahunt.]

Luscinius (éd. Cornarius, 1529)

Si ducunt te fata , feras : dolor additur omni Inuito, et collo non minus illa trahunt.

61, E Graeco (Buchanan)

Fata ferunt, fer fata, ferent : sin forte repugnas, Et te ipsum crucias, nec minus illa ferent.16

More (éd. Cornarius, 1529)

Si ferris, ferre et fer : si irasceris et te Laeserit et quod fert te feret, immo trahet.

62, Aliter (Buchanan)

Si te fata ferunt, fer fata, ferere. Ferentes Fata ferunt : rapiunt, si minus illa feras.17

Bourbon (Nugae, 1533) : 272, E Graeco Παλλαδᾶ Si te fata ferunt , ferre et fer , namque repugnans Te crucias ipsum, nec minus illa ferunt .

5La difficulté de l’épigramme grecque réside dans sa concision et son rythme, qui miment la brièveté de la vie et les aléas du destin, ainsi que dans les utilisations polysémiques du verbe « φέρω », intraduisibles telles quelles en latin ; en effet, Palladas joue à la fois sur les différents sens du verbe (porter, emporter, supporter), sur les voix, active et passive, sur les modes, indicatif et impératif, mais surtout il utilise « φέρω » comme verbe et comme participe substantivé, « τὸ φέρον », au sens de destinée, que l’on trouve chez Sophocle, dans son Œdipe à Colone (v.1693), lorsque le chœur recommande à Ismène et Antigone de « subir, avec constance, ce qui leur vient des dieux ». D’ailleurs, seul Thomas More s’essaie à ce jeu de mots par l’utilisation hasardeuse de la relative « quod fert » (« ce qui t’emporte ») alors que les autres traducteurs empruntent à Sénèque le substantif stoïcien « fata » (« les Destins ») au pluriel. De toutes les versions, celle de Buchanan (avec celle de Bourbon) est la plus fidèle au texte grec, d’abord par la grande attention apportée au lexique employé : sensible aux allitérations en [f] et à la vigueur mimétique des divers emplois de modes et de voix du verbe « φέρω », l’humaniste, à l’instar de More et Bourbon, utilise le polyptote « ferre » à quatre reprises dans la pièce 61 et à six reprises dans la pièce 62. Buchanan s’intéresse par ailleurs précisément aux mots et à la longueur des mots employés dans l’épigramme grecque : outre le verbe « φέρω », les connecteurs logiques et les pronoms désignant le lecteur, qui tous sont des termes monosyllabiques ou bisyllabiques, Palladas emploie deux verbes, le long « ἀγανακτέω-ῶ » (« s’indigner ») et le verbe « λυπέω-ῶ » (« affliger »), très fréquent chez les tragiques Sophocle et Euripide. La présence du lexique tragique dans une épigramme dont le vocable est par ailleurs prosaïque souligne avec d’autant plus de force la vanité d’opposer toute résistance à son destin. Pour la pièce 61, Buchanan emprunte à Bourbon les verbes trisyllabiques « repugnas », en ultime position de l’hexamètre comme « ἀγανακτέω-ῶ », et « crucias », placé comme chez le modèle dans le premier hémistiche du pentamètre. « Repugnare » (« lutter ») et « cruciare » (« être crucifié, torturé »), verbes de forte intensité, marquent davantage la lutte que les termes de « dolor » et « inuitus » (« malgré lui ») de Luscinius, ou que les verbes « irasci » (« se mettre en colère ») et « laedere » (« blesser ») de More. Dans l’épigramme 62, le terme « rapiunt » exprime avec davantage de concision et de force la victoire du destin sur l’homme que la proposition longue et peu élégante de Luscinius : « collo non minus illa trahunt » (« les destins ne le traînent pas moins par le cou »). Buchanan se montre également très sensible à la construction syntaxique, notamment dans la pièce 61 : alors qu’il imite de très près la version de Bourbon, il procède à quelques légères modifications ; il remplace le connecteur logique « namque » par « sin forte », le participe présent « repugnans » par le verbe conjugué, et procède à l’inversion du verbe « cruciare » et du pronom « ipsum » : ces quelques changements lui permettent de traduire mot à mot la fin de l’hexamètre et le début du pentamètre de l’épigramme grecque. En outre, les versions de Luscinius, More, Bourbon et Buchanan rendent compte de l’enjambement entre l’hexamètre et le pentamètre du poème grec, fait suffisamment rare dans un distique élégiaque pour être souligné. Enfin, comme More et Bourbon, Buchanan cherche à imiter la prosodie de la pièce grecque pour mimer au mieux les aléas et revers du destin en utilisant des termes brefs : l’hexamètre de la pièce 61 alterne dactyles et spondées (DSDSDS), et comporte trois coupes, à la trihémimère, à la trochaïque et à l’hephtémimère, alors que l’hexamètre de la pièce 62 attaque de façon contraire (SDSD) et comporte deux coupes, à la penthémimère et une coupe avec rejet.

6Ainsi, Buchanan traducteur travaille à la fois avec le texte original et ses diverses traductions sous les yeux, apprécie les choix lexicaux, syntaxiques, phoniques, prosodiques des autres traducteurs et choisit chez tel ou tel le mot ou la tournure qu’il estime en adéquation avec l’épigramme grecque. Les versions buchananiennes sont donc à la fois des traductions fidèles et des commentaires stylistiques des textes de ses prédécesseurs mais aussi des choix propres du poète.

« Traduttore, traditore » ? Poète latin avant tout

  • 18 J’emprunte moi-même l’expression à Jean-Frédéric Chevalier, « George Buchanan and the Poetics of Bo (...)
  • 19 Io. Sleidanus : « Oceanus moueat licet omnes undisque fluctus / Et potet Rhenum Theutona terra suum (...)
  • 20 Alciati imitatio : « Oceanus quauis fluctus pater excitet omnes / Danubiumque omnem barbare Turca b (...)

7Si Buchanan traduit fidèlement les épigrammes grecques et néo-latines, l’humaniste dépasse bien souvent les œuvres imitées par la facture de ses poèmes ; c’est en poète qu’il traduit, selon une « poétique d’emprunt »18 aux auteurs latins antiques. Prenons l’épigramme 10, traduction d’une épigramme de Crinagoras composée pour célébrer Auguste qui, en 16 avant J.-C., après la terrible défaite de Lollius face aux Germains, avait réussi à refouler l’ennemi et à lui faire livrer des otages. Quoique le poète antique use d’une comparaison épique entre le pouvoir impérial et les chênes sacrés de Zeus, le lexique commun et les tournures prosaïques inscrivent la pièce dans le genre humble. Cette épigramme, citée maintes fois dans les anthologies du XVIe siècle, fut traduite par Jean Sleidan19 et André Alciat20 dans l’édition Cornarius, puis par Buchanan.

  • 21 « L’Océan peut soulever toutes ses eaux, / la Germanie boire tout le Rhin, / l’immense puissance de (...)

ΚΡΙΝΑΓΟΡΟΥ
 
Οὐδ’ᾒν Ὠκεανὸς πᾶσαν πλήμυραν ἐγείρῃ
οὐδ’ᾒν Γερμανίη Ῥῆνον ἃπαντα πίῃ,
Ῥώμης δ’οὐδ’ὃσσον βλάψει σθένος ἄχρι κε μίμνῃ
δεξιὰ σημαίνειν Καίσαρι θαρσαλέη.
Οὓτως χαἱ ἱεραὶ Ζηνὸς δρύεϛ ἒμπεδα ῥίζαιϛ
ἑστᾶσιν, φύλλων δ’αὖα χέουσ’ ἂνεμοι.21

  • 22 Traduit du Grec : « Les camps de Germanie peuvent s’abreuver des flots du Rhin / et la mer déborder (...)

Epigramma 10 : E Graeco
 
Ebibat undosum castris Germania Rhenum,
Deucalionaeis aequor abundet aquis ;
Non tamen aeternae diuina potentia RomaeIncolumni nobis Caesare fracta cadet.
Sic Iouis aeriae quercus radicibus haerent,
Cum Borea frondes discutiente cadant.22

  • 23 Dans les années 1520, l’expansion des Turcs installe une vraie peur dans l’imaginaire européen : So (...)
  • 24 Virgile, Énéide III, 687-695.
  • 25 Ovide, Métamorphoses VII, 356.
  • 26 Virgile, Énéide III, 679-681.
  • 27 Lucain, Pharsale I, 132.

8Les trois humanistes gardent le distique élégiaque et la composition en trois mouvements : le déchaînement des eaux, la permanence du pouvoir impérial par la figure du prince, et la comparaison épique du chêne. Alciat pose sa traduction en commentaire d’événements qui lui sont contemporains, puisqu’il remplace l’ennemi germain par les Turcs tout en ajoutant au titre de César le nom de Charles Quint (« Carolus »)23. Les deux autres poètes semblent garder la référence à l’événement antique, ou, s’ils veulent commenter un événement contemporain, ne l’explicitent pas. Alciat et Sleidan traduisent de façon littérale par rapport à Buchanan : Alciat garde le polyptote du premier distique (« πᾶσαν/ ἃπαντα » : « omnes/omnem »), Sleidan et le même Alciat traduisent littéralement le dernier distique, remplaçant les expressions « ἱεραὶ δρύεϛ » par « sacra/sacrae quercus », « ῥίζαιϛ » par « radicibus », « ἂνεμοι » par « uenti /aura » et « φύλλων αὖα » par « sicca folia » (version prosaïque) et « aridulas comas » (version poétique). Buchanan, pour sa part, nous présente une « belle infidèle » ; il inverse les deux premiers vers, et use d’épithètes dans les expansions du nom, ce que ne comportent ni le modèle antique ni les pièces de Sleidan et d’Alciat (« undosum Rhenum, Deucalionaeis aquis, aeternae diuina potentia Romae ») ; en outre, il remplace l’adjectif « ἱεραὶ » par « aeriae » et le terme générique « ἂνεμοι » par l’hyponyme « Borea », vent violent du Nord. Or, chacune de ces infidélités s’explique : l’inversion du premier distique relève d’une volonté d’expressivité. Plutôt que de passer de l’immensité de l’Océan au Rhin nécessairement plus petit, l’Écossais préfère user d’un crescendo des images en partant du fleuve en crue (« undosum ») pour finir par une mer (« aequor ») au déchaînement diluvien ; Buchanan emprunte alors ses images à Virgile et à Ovide, et par l’art de la citation, fait se superposer deux scènes épiques : « undosum Rhenum » renvoie à l’expression virgilienne « Plemurium undosum », et suggère les difficultés des hommes d’Ulysse, lorsque, poussés par le violent Borée, ils doivent passer près de Charybde et Scylla24 ; l’expression « Deucalionaeis ... aquis », dont l’adjectif compose à lui seul le premier hémistiche du pentamètre et est souligné par la coupe, est empruntée aux Métamorphoses ovidiennes25 et évoque Deucalion sorti indemne du Déluge. La contamination d’expressions empruntées aux poètes antiques permet à l’Écossais de créer des images mentales chez son docte lecteur, qui se remémore alors des scènes célèbres où l’homme lutte contre les éléments. Loin de trahir l’épigramme grecque, cette inversion crée une tension dramatique qui va mettre en exergue les deux autres distiques et souligner avec puissance l’image du chêne résistant. Buchanan poursuit le travail d’épicisation du poème : dans le second distique, les épithètes mélioratives « aeternae » et « diuina » élèvent la ville de Rome au rang d’allégorie ; dans le troisième distique, le poète substitue à « sacra quercus » l’expression virgilienne « Iouis aeriae quercus », expression utilisée dans la scène où les compagnons d’Ulysse échappent aux Cyclopes comparés à des chênes26, scène située juste avant l’épisode de Charybde et Scylla évoqué ci-dessus. L’adjectif « aeriae » insiste sur la hauteur du chêne et sa proximité avec les dieux, et permet donc d’imaginer les frondaisons de l’arbre ébranlées par la violence de Borée ; l’adjectif entre également en écho avec l’expression « quercus sublimis » que Lucain utilise dans son épopée la Pharsale pour décrire Pompée le Grand27 ; or, le dernier distique est empreint du lexique lucanien : Buchanan préfère l’expression « radicibus haerent », déjà présente chez Luscinius, à la très fidèle traduction d’Alciat « firmis radicibus adstant », parce qu’elle est tirée de Lucain, comme le sont d’autres termes employés par le poète dans le troisième distique, et qu’elle évoque l’image du chêne-Pompée imposant par sa gloire mais fragilisé politiquement, image dont Buchanan prend le contre-pied :

  • 28 « Il ne tient plus que par de solides racines, son propre poids le fixe au sol : étendant par les a (...)

... nec iam ualidis radicibus haeret
pondere fixa suo est, nudosque per
aera ramos
effundens, trunco non
frondibus efficit umbram ;
sed quamuis primo nutet
casura sub Euro,
tot circum siluae firmo se robore tollant,
sola tamen colitur.28 (Pharsale I, 138-143)

  • 29 Virgile, Énéide IV, 441-446.

9Par ailleurs, l’Écossais contamine la référence de Lucain et un autre épisode virgilien où Énée, comparé à un chêne vigoureux qui ne plie ni ne casse sous une tempête éolienne, supporte les plaintes de Didon29 : les thèmes des frondaisons aériennes, des racines profondes et des branches cassées par le souffle violent du Borée évoquent sans conteste Virgile, même si le poète use parfois de la synonymie ou de la famille de mots pour convoquer l’image :

  • 30 « Ainsi lorsque les Borées des Alpes, soufflant de tous côtés, s’efforcent à l’envi de renverser un (...)

Ac uelut annoso ualidam cum robore quercum
Alpini
Boreae nunc hinc nunc flatibus illinc
Eruere inter se certant ; it stridor, et altae
Consternunt terram concusso stipite
frondes ;
Ipsa
haeret scopulis, et, quantum uertice ad auras
Aetherias, tantum radice in Tartara tendit30 ...

10Avec ces emprunts à des poètes latins, qui font appel à des images éminemment célèbres de la littérature épique que ne pouvaient méconnaître les lettrés de son époque, Buchanan insiste sur la pérennité du pouvoir impérial, idée renforcée par une structure rhétorique soignée dont les mots se répondent terme à terme : les deux derniers distiques se terminent par le verbe « cadere », mais le premier, dont le sujet est « potentia Romae », est à la forme négative (notons la disjonction entre la négation placée en début de distique et son verbe, ultime terme du distique), alors que le second, dont le sujet est « frondes », est à la forme affirmative. Les deux verbes « cadere » sont eux-mêmes précédés de verbes synonymes, l’un au participe passé, « fracta », l’autre au participe présent, « discutiente ». Enfin, les clausules des deux pentamètres, « fracta cadet » et « discutiente cadant », encadrent les deux derniers mots de l’hexamètre, « radicibus haerent », qui leur sont sémantiquement contraires.

  • 31 Jules-César Scaliger, Poetices libri VII, Lyon, 1561, p. 169-171. Consulter A. Buck (fac-similé), S (...)

11Ainsi, la traduction de Buchanan dépasse celle de ses prédécesseurs par l’expressivité des images épiques et la contamination d’emprunts à la poésie classique, par le choix minutieux des mots et leur place soigneusement choisie, par la puissance rhétorique et le polissage de la pièce. C’est avant tout en poète latin, lecteur lui-même des épopées latines, que l’Écossais revisite l’épigramme démonstrative de Crinagoras, en insufflant une force sublime et une efficacité expressive à cette pièce initialement de genre humble. La perfection et la force de l’épigramme buchananienne relèvent aussi de l’art de la concision et de la concentration mises en œuvre. Même dans ses traductions, Buchanan affirme son « ingenium », celui de l’épigrammatiste au style piquant. Or, selon Jules-César Scaliger, ami de l’Écossais, l’« argutia » est « l’âme et pour ainsi dire la forme de l’épigramme » (« Argutia anima, ac quasi forma »)31. La traduction va être pour Buchanan une sorte de laboratoire où il va expérimenter son art de la brièveté épigrammatique au génie subtil et pénétrant.

La traduction, laboratoire de l’esthétique épigrammatique de Buchanan

  • 32 Marie-Madeleine Fontaine souligne le rôle fondamental pour la théorie épigrammatique joué à Lyon pa (...)

12En effet, les traductions de Buchanan s’inscrivent dans la réflexion théorique de l’épigramme au XVIe siècle : le poète et théoricien Simon de Vallambert affirme, dans ses Epigrammatôn somnia (1541), que l’épigramme, genre érudit, doit traiter sa matière, quelle qu’elle soit, avec esprit, clarté et concision, et qu’une fois le poème achevé, on ne peut rien lui ôter ni lui ajouter32. C’est en ce sens que Buchanan va opérer la métamorphose d’une célèbre épigramme amoureuse de Rufin (A.P. VII, 136) qui connut une fortune toute particulière au XVIe siècle :

  • 33 « Tu as les yeux d’Héra, Mélitè, les mains d’Athéna, / la poitrine de la Paphienne et les chevilles (...)

Ὄμματ’ἒχεις Ἣρης, Μελίτη, τὰς χεῖρας Ἀϑήνης,
τοὺς μαζοὺς Παφίηϛ, τὰ σφυρὰ τῆς Θέτιδος.
Εὐδαίμων ὁ βλέπων σε, τρισόλϐιος ὃστις ἀκούει,
ἡμίθεος δ’ὁ φιλῶν, ἀθανατος δ’ὁ γαμῶν.33

  • 34 « Du Grec Rufin : Celui qui te voit est heureux, / Plus heureux celui qui t’écoute, / Qui t’embrass (...)

Epigramma 30 : E Rufino Graeco
Qui te uidet beatus est,
Beatior qui te audiet,
Qui basiat semideus est,
Qui te potitur est Deus.34

13Le poème de Buchanan est une stylisation de l’épigramme grecque. L’Écossais échange le distique élégiaque (le vers qu’il utilise traditionnellement dans ses épigrammes) contre un vers plus rapide, le dimètre iambique, et abandonne ce qui paraît contingent et inutile à l’expression de l’extase, l’apostrophe à la maîtresse Mélitè et la traditionnelle quadruple comparaison avec les déesses. Le choix des verbes (« uidet », « audiet », « basiat », « potitur », la répétition du verbe « esse »), le rythme vif et la juxtaposition de relatives au « qui » anaphorique sont simples, mais contribuent à l’expressivité du crescendo pour aboutir au terme ultime du poème, « deus », suggérant l’extase amoureuse. Buchanan choisit l’expression simplifiée et efficace d’une pensée épurée, exprimant avec force l’intensité du plaisir.

  • 35 Voir la magistrale étude de Pierre Laurens, L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme de l (...)

14Par ailleurs, Buchanan suit les préceptes de Jules-César Scaliger qui, pour sa part, donne dans ses Poetices libri VII (Lyon, 1561) une définition structurelle de l’épigramme : celle-ci peut être simple (« epigramma simplex »), comme chez les Grecs et Catulle, ou composée (« epigramma duplex »), comme chez Martial, auquel va la préférence du théoricien35. L’une et l’autre épigramme sont de courts poèmes. Toutefois, dans l’« epigramma simplex », le poète insiste sur l’unité strophique du distique et présente une pièce construite linéairement alors que l’intérêt de l’« epigramma duplex », s’appuyant sur l’opposition des vers, réside en l’expression d’une pointe finale (« acumen ») qui achève le poème de façon spirituelle et souvent surprenante, et qui en détermine et commande le début : l’épigramme composée s’articule en deux parties, l’énoncé (« narratio ») et le trait (« conclusio »). Ainsi, l’épigramme doit apparaître comme un petit objet ciselé, l’expression pleine de saveur et de charme pour le lecteur (« suauitas ») du savoir-faire et de l’esprit du poète (« multae artis, multique ingenii »). La plupart des épigrammes de l’Anthologie grecque que choisit Buchanan à traduire comportent une double caractéristique : elles mettent en scène des situations antithétiques ou paradoxales, et s’achèvent sur un distique qui énonce une vérité générale. L’exemple le plus prégnant est le célèbre diptyque constitué de deux diatribes opposées sur la vision de la condition humaine, à la façon des écoles de rhétorique antiques. La pièce 37, traduite de Posidippe ou de Cratès, dresse un tableau pessimiste de la vie : chaque situation (le célibat ou le mariage, la paternité ou l’absence d’héritiers, la vie à la ville ou à la campagne, la richesse ou la pauvreté...) donne lieu à l’énumération d’inconvénients ; et le poète de conclure qu’il faut souhaiter de ne pas naître, ou une fois né, de mourir tout de suite. La pièce 38, inspirée de Métrodore, reprend chacune des situations, mais en présente une vision positive ; le poète énonce alors qu’il faut écarter l’un et l’autre vœu : ne pas naître ou aussitôt mourir. Sans être purement linéaires, les poèmes choisis par Buchanan expriment une maxime qui n’est pas formulée sous forme de trait, et sont donc à mi-chemin entre l’« epigramma simplex » et l’« epigramma duplex ». L’Écossais réussit la gageure d’en modifier l’esthétique en travaillant notamment sur la plasticité du distique et sur l’expressivité du vers final et de les métamorphoser en épigrammes à pointe, notamment grâce à l’utilisation systématique d’un bisyllabe en ultime position, respectant le précepte de Jules-César Scaliger selon lequel « bisyllabis torosiores » (« les bisyllabes sont les plus percutants »).

  • 36 « Ainsi, il faut d’abord souhaiter ne pas naître, et faire ensuite / le vœu, le trépas prévenant le (...)
  • 37 « Puisque la vie comporte tant d’avantages, condamne ces deux vœux : / Ne pas naître, ou, après avo (...)
  • 38 « Celui-là croit nous (= les champs) posséder, celui-là jadis le croyait ; / Mais que nous soyons s (...)

[...] Primum ergo optandum est non nasci, proxima uota
Aerumnas fato praeueniente mori
36. (Ep. 37)
 
[...] Commoda cum uitae tot sint, uota utraque damna
Non nasci, aut hausta luce, repente mori
37. (Ep. 38)
 
[...] Hic sua nunc credit, quondam sua credidit ille :
At sua Sors uere dicere sola potest.38 (Ep. 21)

15Le bisyllabe n’est vraiment efficace que si le poète a créé une tension suffisamment grande dans le reste du poème pour libérer ce terme ultime. Je prendrai la pièce 63, traduite d’une épigramme de Lucien, pour illustrer mon propos :

  • 39 « Comme si la Mort te menaçait, profite des biens présents. / Épargne, comme si devait tarder l’heu (...)

E Graeco
Mors uelut immineat praesentibus utere rebus.
Parce, uelut fati sera sit hora tui.
Vere etenim sapiens est is qui certum adhibere
Nouit auaritiae luxuriaeque modum39.

16Buchanan reprend au modèle grec la microstructure strophique formant une unité sémantique : le premier distique propose deux conseils, présentés comme antithétiques, et le second distique énonce la maxime suprême, formulée dans le dernier vers sous forme de paradoxe. Néanmoins, Buchanan joue du rythme au sein de chaque strophe, ce que ne fait pas le modèle grec. Dans le premier distique, l’opposition sémantique entre les deux vers à base commune dactylique est renforcée par la parataxe, puisque le poète néo-latin, contrairement à Lucien, n’utilise pas de connecteur logique d’opposition ; or, l’économie de liens logiques resserre les idées et les mots entre eux, d’autant plus que le poète joue avec la longueur des termes : dans l’hexamètre, pour parler de la mort imminente, Buchanan utilise des mots assez longs (« immineat », « praesentibus », « utere ») alors que dans le pentamètre, qui concerne une mort tardive, les mots sont tous mono- ou bisyllabiques. L’opposition entre les deux idées qui se répondent terme à terme est d’autre part renforcée par la répétition de « uelut » dans l’hexamètre et le pentamètre. Le choix minutieux des mots, leur longueur, leur place, l’absence de lien logique crée une tension maximale que le poète va exploiter dans la seconde strophe. Celui-ci y joue encore une fois de la plasticité du distique : de la même façon que lorsqu’on bande un arc, la corde exerce une forte pression sur la branche, l’accumulation de mots-outils (conjonction de coordination, adverbe, pronoms), les deux élisions qui permettent de constituer des mots encore plus longs (« ver(e) etenim » ; « cert(um) adhibere ») et le rejet du verbe « nouit » en début de pentamètre allongent l’hexamètre et créent l’attente du lecteur ; l’énergie cinétique du trait final, « auaritiae luxuriaeque modum », condensé abstrait et paradoxal de la strophe initiale, est extrême, d’autant plus que la coupe à l’hémistiche sépare les deux termes antithétiques.

  • 40 Voir l’article de Fernand Delarue, « La sententia chez Quintilien », in Formes brèves. De la gnômè (...)

17Par le jeu sur la plasticité du distique, dont il disjoint quelquefois les vers à base commune dactylique et dont il renforce quelquefois les similitudes, par le rythme des mots et la scansion, Buchanan transforme donc l’épigramme grecque en épigramme à pointe, dont le vers final rassemble en quelque sorte toute les acceptions du terme « sententia »40  : c’est à la fois la « sententia »-maxime, élément citationnel détachable du corps de l’épigramme et pourtant essentiel, la « sententia » au sens du trait qui frappe l’esprit du lecteur par sa rotondité et sa brièveté, et enfin la « sententia » au sens de pointe de « l’epigramma duplex » préparée dès le début du poème. 18. L’épigramme 63 est très aboutie, mais le lecteur peut rencontrer dans les autres traductions de l’Anthologie cet effort d’expressivité, cette recherche de vigueur épigrammatique, cette volonté d’achever son poème sur un trait ingénieux et quelquefois surprenant.

18Si elle fut un précieux outil de diffusion de la culture grecque, point fondamental pour le pédagogue qu’était l’Écossais, l’Anthologie grecque offrit à Buchanan au début de sa carrière un riche matériau pour s’essayer à l’écriture épigrammatique : puisant à la fois dans le texte original et dans les autres traductions néo-latines, choisissant méticuleusement chaque mot et sa place dans le poème, le poète allait, au sein même de cet exercice scolaire, affirmer la prédominance de l’épigramme à pointe, et créer son style, reconnaissable entre tous, celui d’une poétique de la prose au trait aussi ingénieux et spirituel qu’il est vigoureux, qui se nourrit de ses modèles tout en témoignant d’un grand sens de l’originalité, et qui, également, lui valut le titre mérité de « Prince des poètes ».

Haut de page

Notes

1 In GEORGII BUCHANANI Franciscanus et Fratres, Elegiarum Liber I, Siluarum Liber I, Hendecasyllabon Liber I, Epigrammaton Libri III, De Sphaera fragmentum, s.l., 1584. Je prépare actuellement l’édition des trois livres d’Épigrammes, à paraître chez Droz.

2 In GEORGII BUCHANANI Poemata omnia. Pars prima : Psalmorum Dauidi paraphrasis, Iephtes, Baptistes. Pars secunda : Franciscanus, Fratres fraterrimi, Elegiarum liber I, Sylvarum liber I, Hendecasyllabon Liber I, Iambon Liber I, Epigrammaton Libri III, Miscellaneorum Liber I, De Sphaera Libri V, Edinburgh, Andrew Hart, 1615.

3 Voir l’étude de John Hutton, The Greek Anthology in France and the Latin Writers of the Nederland to the Year 1800, Ithaca-New-York, Cornell University Press, 1946. Lire également l’article de Marc Lauxtermann, « Janus Lascaris and the Greek Anthology », in Susanna De Beer, Karl Enenkel and David Rijser (eds.), The Neo-Latin Epigram. A Learned and Witty Genre, Leuven, Leuven University Press [Supplementa Humanistica Lovaniensia XXV], 2009, p. 41-65.

4 Ian McFarlane, Buchanan, London, Gerald Duckworth and Co, 1981, p. 187.

5 Sur la difficulté à connaître avec précision les circonstances de composition, voir Ian McFarlane, « George Buchanan’s Latin Poems from Script to Print : a Preliminary Survey », The Library, Fifth Series, 24.4, 1969, p. 277-332, ici p. 287, ainsi que son ouvrage biographique, op. cit., p. 185-188.

6 Philip Ford, George Buchanan, Prince of Poets, with an Edition (Text, Translation, Commentary) of the Miscellaneorum Liber by P. Ford and W. Watt, Aberdeen, Aberdeen University Press, 1982, p. 3. Dans cet ouvrage, Philip Ford s’intéresse à la traduction des épigrammes grecques et aux sources de Buchanan : voir notamment les notes du chapitre 3, p. 120-121.

7 Je suis tout à fait d’accord sur ce point avec Ian McFarlane, op.cit., p.185-186.

8 Epigrammata Graeca ueterum elegantissima eadem Latina ab utrius lingua uiris doctissimis uersa atque in rem studiosorum e diuersis auctoribus...collecta, Köln, Johannes Soter, 1525 (2ème édition).

9 Selecta Epigrammata Graeca latine uersa, ex septem Epigrammatum Graecorum libri, éd. Janus Cornarius, Bâle, Johann Bebel, 1529.

10 Figurent dans la dernière colonne du tableau les traductions latines composées par d’autres humanistes des mêmes épigrammes. Les versions latines dont Buchanan s’est inspiré sont signalées en gras, et celles dont on ne sait si elles sont antérieures ou postérieures à celles de Buchanan sont entre crochets.

11 Marc-Antoine Muret, Juvenilia, éd. par Virginie Leroux, Genève, Droz [THR n° 450], 2009.

12 Jean Salmon Macrin, Hymnes (1537), éd. par Suzanne Guillet-Laburthe, Genève, Droz [THR n° 481], 2010.

13 Nicolas Bourbon, Nugae (Bagatelles) 1533, éd. par Sylvie Laigneau-Fontaine Genève, Droz [THR n° 446], 2008.

14 John Hutton, op.cit., p. 26.

15 « Palladas : Si le sort t’emporte, supporte et sois emporté ; car si tu t’indignes, / tu t’affliges toi-même, et le sort t’emporte quand même. » Sauf mention contraire, toutes les traductions sont miennes.

16 « Les Destins t’emportent, supporte les Destins, ils te porteront ; si d’aventure, tu luttes, / tu te tortures toi-même, et ils ne t’en emporteront pas moins. »

17 « Si les Destins t’emportent, supporte les Destins, ils t’emporteront. Qui les supporte, / les Destins l’emportent ; ils ravissent qui les supporte moins. »

18 J’emprunte moi-même l’expression à Jean-Frédéric Chevalier, « George Buchanan and the Poetics of Borrowing in the Latin Translation of Euripides’ Medea  », in Philip Ford and Roger Green (eds.), George Buchanan, Poet and Dramatist, Swansea, The Classical Press of Wales, 2009, p. 183-195.

19 Io. Sleidanus : « Oceanus moueat licet omnes undisque fluctus / Et potet Rhenum Theutona terra suum. / Non cadet imperium Romae quo tempore Caesar / Praeerit, ac solus publica facta reget. / Sacra Ioui quercus nam sic radicibus haeret / Et tamen aridulas huic rapit aura comas. ». J’ai signalé en gras les expressions empruntées par Buchanan.

20 Alciati imitatio : « Oceanus quauis fluctus pater excitet omnes / Danubiumque omnem barbare Turca bibas. / Non tamen irrumpes praefracto limite, Caesar / Dum Carolus populo bellica signa dabit. / Sic sacrae quercus firmis radicibus adstant / sicca licet uenti concutiant folia. » J’ai signalé en gras les expressions empruntées par Buchanan.

21 « L’Océan peut soulever toutes ses eaux, / la Germanie boire tout le Rhin, / l’immense puissance de Rome ne s’ébranlera pas tant que la main de César sera hardie à commander. Ainsi les chênes sacrés de Zeus tiennent ferme sur leurs racines, tandis que les vents mettent à terre les feuilles desséchées. »

22 Traduit du Grec : « Les camps de Germanie peuvent s’abreuver des flots du Rhin / et la mer déborder des eaux de Deucalion ; cependant, la puissance divine de l’éternelle Rome / ne sera brisée ni ne s’effondrera si notre César demeure sain et sauf. / Ainsi les chênes aériens de Jupiter tiennent ferme sur leurs racines / alors que leurs frondaisons tombent sous les coups violents de Borée. »

23 Dans les années 1520, l’expansion des Turcs installe une vraie peur dans l’imaginaire européen : Soliman s’empare de Belgrade en 1521, et de l’île de Rhodes en 1522 ; en 1526, une campagne contre la Hongrie, soldée par la prise de Buda, lui permet d’agir directement contre l’Autriche. Enfin, c’est en septembre-octobre 1529 que Soliman entreprend le siège de Vienne (l’allusion d’Alciat ne peut se référer à ce dernier événement, dans la mesure où l’édition de Cornarius paraît en août 1529). Sur la représentation des Turcs, voir l’article d’Isabelle Bore, « Thomas More et le Grand Turc : variations sur le thème des invasions ottomanes », Moreana, 2011, 48.185-186, p. 9-34.

24 Virgile, Énéide III, 687-695.

25 Ovide, Métamorphoses VII, 356.

26 Virgile, Énéide III, 679-681.

27 Lucain, Pharsale I, 132.

28 « Il ne tient plus que par de solides racines, son propre poids le fixe au sol : étendant par les airs ses branches dénudées, il fait ombre par son tronc, non par ses feuilles ; pourtant, lorsqu’il chancelle, prêt à tomber au premier souffle de l’Eurus, quoique tant d’arbres aux bois solides s’élèvent autour, c’est le seul qu’on vénère. » (trad. A. Bourgery)

29 Virgile, Énéide IV, 441-446.

30 « Ainsi lorsque les Borées des Alpes, soufflant de tous côtés, s’efforcent à l’envi de renverser un chêne durci par les ans, l’air siffle, et, sous les coups qui ébranlent le tronc, les frondaisons jonchent le sol au loin ; l’arbre, lui, s’attache aux rochers, et son front s’élève autant vers les brises de l’éther que ses racines s’enfoncent vers le Tartare... » (trad. M. Rat). J’ai signalé en gras les termes empruntés par Buchanan, et souligné les termes remplacés par des synonymes ou un mot de la même famille.

31 Jules-César Scaliger, Poetices libri VII, Lyon, 1561, p. 169-171. Consulter A. Buck (fac-similé), Stuttgart, 1964 (1987) et l’édition avec traduction allemande de L. Deitz et G. Vogt-Spira, Stuttgart-Bad Cannstatt, Fromman-Holzboog, 1994 (t. I), 1995 (t. II), 1998 (t. III).

32 Marie-Madeleine Fontaine souligne le rôle fondamental pour la théorie épigrammatique joué à Lyon par Vallambert, dans son article « Quelques traits du cicéronianisme lyonnais : Claude Guillaud, Florent Wilson, Barthélemy Aneau et Simon de Vallambert », in Scritture dell’impegno del Rinascimento all’età baroca, Turin, Schema edditore, 1998, p. 35-71, ici p. 50-54 et 69-71.

33 « Tu as les yeux d’Héra, Mélitè, les mains d’Athéna, / la poitrine de la Paphienne et les chevilles de Thétis. / Est heureux qui te regarde, / trois fois heureux qui t’écoute, / demi-dieu qui t’aime, immortel qui s’unit à toi. »

34 « Du Grec Rufin : Celui qui te voit est heureux, / Plus heureux celui qui t’écoute, / Qui t’embrasse est un demi-dieu, / Celui qui te possède est un dieu. »

35 Voir la magistrale étude de Pierre Laurens, L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme de l’époque alexandrine à la fin de la Renaissance, Paris, Les Belles Lettres [Les formes du discours], 1989 ; 2ème édition revue et augmentée 2012.

36 « Ainsi, il faut d’abord souhaiter ne pas naître, et faire ensuite / le vœu, le trépas prévenant les épreuves, de mourir. »

37 « Puisque la vie comporte tant d’avantages, condamne ces deux vœux : / Ne pas naître, ou, après avoir vu le jour, soudainement mourir ».

38 « Celui-là croit nous (= les champs) posséder, celui-là jadis le croyait ; / Mais que nous soyons siens, seule la Fortune peut vraiment le dire. »

39 « Comme si la Mort te menaçait, profite des biens présents. / Épargne, comme si devait tarder l’heure de ton trépas. / Et de fait, est vraiment sage qui sait mettre / Une limite précise à sa parcimonie et à sa prodigalité. »

40 Voir l’article de Fernand Delarue, « La sententia chez Quintilien », in Formes brèves. De la gnômè à la pointe : métamorphose de la sententia, Poitiers, Publication de la Faculté des Lettres et des Langues de l’Université de Poitiers, 1979/3, p. 97-124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Catellani-Dufrêne, « George Buchanan, lecteur et traducteur de l’Anthologie grecque », Études Épistémè [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://episteme.revues.org/256 ; DOI : 10.4000/episteme.256

Haut de page

Auteur

Nathalie Catellani-Dufrêne

Nathalie Catellani-Dufrêne est Maître de conférences de langue et littérature latines. Elle enseigne à l’Université de Picardie Jules-Verne (IUFM d’Amiens). Elle a soutenu en 2005 une thèse de doctorat, La poésie de circonstance de George Buchanan (1506-1582) : Les Épigrammes, édition, traduction, commentaire, sous la direction de Perrine Galand-Hallyn, à Paris IV-Sorbonne (à paraître chez Droz). Elle a participé à la traduction et à l’annotation des Adages d’Érasme, sous la direction de Jean-Christophe Saladin (Belles Lettres, 2011) et co-dirigé avec Michel Perrin l’ouvrage La lyre et la pourpre. Poésie latine et politique de l’Antiquité tardive à la Renaissance, paru aux PUR en 2012. Ses articles s’articulent autour de deux axes fondamentaux : l’esthétique épigrammatique (George Buchanan, Jean Second, Joachim Du Bellay) et la pensée politique de Buchanan.

Haut de page
  • Revues.org