Navigation – Plan du site

Avant-propos

Armel Dubois-Nayt et Carine Ferradou

Texte intégral

Nous remercions ici les membres du Comité de relecture de ce numéro : Béatrice Charlet-Medjian, Christian Civardi, Perrine Galand-Hallyn, Anne-Hélène Klinger-Dolet, Henri Lamarque, Raphaële Mouren.

1Anglicistes ou latinistes, philosophes, historiens ou spécialistes de littérature de la Renaissance, multiples sont les publics qui s’intéressent à l’œuvre de George Buchanan. En effet, cet humaniste écossais a d’abord connu la célébrité en France et en Europe pour ses poèmes et tragédies écrits en latin et inspirés des classiques antiques, puis, de retour dans son pays natal, il est devenu un personnage politique et intellectuel de premier plan, dont les traités furent rapidement publiés et traduits en de nombreuses langues vernaculaires. Un tel parcours intellectuel explique pourquoi tous ses lecteurs se confrontent inévitablement à la problématique des textes sources et de leurs traductions. Traductions élaborées par Buchanan, traductions des œuvres de Buchanan : d’emblée le terme « traductions » s’avère polysémique, en particulier au sujet d’un corpus riche, varié, volumineux comme celui des écrits de l’humaniste. Une telle problématique exige de « brasser » plusieurs siècles de l’histoire littéraire et philosophique occidentale, depuis l’Antiquité jusqu’au XXIe siècle : autant dire qu’une journée d’étude ne saurait être suffisante pour prétendre à l’exhaustivité… La réunion de plusieurs spécialistes de diverses disciplines universitaires autour du thème « George Buchanan : Textes et Traductions ; George Buchanan : Texts and Translations » le 4 novembre 2011 à l’Institut du Monde anglophone de la Sorbonne Nouvelle a permis de poser quelques questions essentielles sur l’activité de Buchanan comme traducteur, complétées par l’étude des traductions de ses propres œuvres, selon une perspective diachronique qui inscrit la création littéraire dans l’épaisseur du temps, voire des âges. Ce numéro d’Etudes Epistémè, qui trouve son origine dans les travaux de cette journée, est le fruit d’une tentative collégiale de lancer ou de relancer des pistes de réflexion autour du thème de la traduction dans le champ des études buchananiennes et ne fait qu’amorcer une exploration de longue haleine autour de deux axes distincts : Buchanan traducteur et la traduction de ses œuvres.

Buchanan traducteur

2Il semble qu’aucun ouvrage de synthèse n’ait encore été publié sur Buchanan traducteur, bien que nombreux soient les spécialistes latinistes et seiziémistes qui ont traité pour ainsi dire ponctuellement des traductions latines opérées par Buchanan à partir des sources antiques qui l’ont inspiré dans tel poème ou telle œuvre.

  • 1 Sur la problématique de la traduction, voir par exemple Steven Berkowitz, A Critical Edition of Geo (...)
  • 2 Ian D. McFarlane, Buchanan, London, Duckworth and Co, 1981 (une biographie assortie de nombreux élé (...)

3La vaste production littéraire de George Buchanan continue de susciter l’intérêt de nombreux et excellents chercheurs, non seulement en Europe, comme le montrent les travaux de Philip Ford et de Roger P. Green, mais aussi dans le reste du monde1. Cependant, une analyse en quelque sorte panoramique des traductions de Buchanan reste une tâche immense à accomplir, susceptible de décourager même un esprit aussi encyclopédique et pénétrant que celui de Ian D. McFarlane2.

  • 3 John Durkan, Bibliography of George Buchanan, Glasgow, Glasgow University Library, 1994.

4Evoquer l’activité de Buchanan en tant que traducteur signifie mettre en évidence à la fois son talent de polyglotte et de polygraphe. Pendant plus de deux siècles, les « succès de librairie » d’ouvrages aussi différents que sa Paraphrase des Psaumes, ses tragédies, sa poésie de circonstances ou ses écrits historico-politiques en témoignent. Il suffit de parcourir la bibliographie de John Durkan3 pour s’en rendre compte.

  • 4 In Philip J. Ford, Roger P. Green (eds.), George Buchanan, Poet and dramatist, Swansea, Classical P (...)

5Une bonne partie de sa longue vie, Buchanan a traduit du grec en latin. Il a commencé avec la traduction de la Médée et de l’Alceste d’Euripide, pendant ses années de formation intellectuelle à Paris et à Bordeaux, approfondissant ainsi sa maîtrise du grec et encouragé par l’œuvre d’Erasme, qui à la même époque traduit en latin Hécube et Iphigénie à Aulis du même Euripide : il est significatif qu’en 1544 paraisse chez Michel Vascosan l’editio princeps de la Medea de Buchanan dans le même volume qu’Iphigenia in Aulide et Hecuba d’Erasme. Plusieurs années après Peter Sharratt et Peter Walsh, qui ont publié en 1983 les quatre tragédies de Buchanan (les deux traductions d’Euripide et les deux tragédies bibliques originales du poète écossais), Jean-Frédéric Chevalier, dans son article « George Buchanan and the Poetics of Borrowing in the Latin Translation of Euripides’ Medea »4, démontrait qu’en fait d’apprentissage personnel, le jeune Buchanan cherchait déjà à produire une traduction à la fois fidèle à l’esprit du texte grec et originale par sa qualité poétique et poïétique. C’est dans cette perspective que s’inscrit la contribution de Zoë Schweitzer, pour aller plus loin et exposer dans quelle mesure la traduction d’Euripide en latin, à une époque où les contemporains de Buchanan s’intéressaient massivement à Sénèque, a pu constituer pour l’Écossais un « laboratoire » poétique et dramaturgique. Plus qu’une simple entreprise de traduction dont le but aurait été une plus grande maîtrise du grec, Alcestis et Medea se révèlent être de subtils manifestes poétiques qui auront une certaine influence sur les générations suivantes de dramaturges français : traduire Euripide, et en particulier deux de ses tragédies dont les esthétiques tragiques sont très différentes, ou même contradictoires, permet à Buchanan de mettre en relief les qualités morales, philosophiques, voire politiques, mais aussi littéraires du modèle grec. Selon ce que Zoë Schweitzer appelle « une logique d’exploration », il s’agissait pour Buchanan d’influencer la nature ou la définition de ce que rétrospectivement les historiens modernes de la littérature appelleront « le théâtre humaniste » et qui était en pleine gestation à l’époque où le poète écossais publia ses pièces.

  • 5 Voir le commentaire de James C. Coleman, in Jean de La Péruse, Médée, édition, introduction et note (...)
  • 6 Joachim Du Bellay, Les Regrets, 187, in Œuvres poétiques, tome II, éd. D. Aris et F. Joukovsky, Par (...)
  • 7 John Hutton, The Greek Anthology in France and the Latin Writers of the Nederland to the Year 1800, (...)
  • 8 Philip J. Ford, George Buchanan, Prince of Poets, with an Edition (Text, Translation and Commentary (...)
  • 9 Op. cit., p. 129-204.

6Nombre de ses contemporains, parmi lesquels La Péruse5 et du Bellay qui à son tour traduisit en français le Desiderium Lutetiae de son ami – mais regrettait de ne pas avoir « Apollon facile en (son) français / Comme en (son) grec (Buchanan) l’a »6 –, reconnaissaient en Buchanan un excellent helléniste, qui continua par la suite à traduire les modèles grecs : beaucoup de ses Epigrammes, Miscellanées, Elégies, Iambes ou Hendécasyllabes sont des traductions latines (tout ou partie) de l’Anthologie grecque. À maintes reprises, Ian D. McFarlane, John Hutton7 et surtout Philip Ford8 ont souligné les rapprochements avec les sources grecques. Nathalie Catellani-Dufrêne a continué à creuser la question, notamment dans sa thèse de 3e cycle qui devrait paraître chez Droz en 2013 ou 2014. Par ailleurs, un recueil de traductions édité par Henri Estienne en 1560 contient quelques pièces de Buchanan qui sont des traductions de poèmes de Théognis de Mégare que l’on retrouve aussi dans les Miscellanées édités et traduits en anglais par Philip Ford et W. S. Watt en 19829.

7De tels exercices répondent non seulement à l’intérêt de la Renaissance pour la traduction d’œuvres considérées comme des références dont tout humaniste doit se nourrir pour se forger un style personnel qui rivalise avec celui des Anciens, mais aussi au goût très prononcé à l’époque pour les poèmes didactiques au sens large, qui délivrent un message moral, voire philosophique. En tant que professeur et humaniste, Buchanan traducteur des Grecs est parfaitement conscient de répondre comme bien d’autres à l’attente d’un large public lettré, tout en rivalisant de virtuosité avec les Anciens (mais aussi les contemporains) dans une écriture de la pointe et de la brièveté qui ne souffre aucune inélégance.

8Dans son article sur « George Buchanan lecteur et traducteur de l’Anthologie grecque », fondé sur une comparaison des poèmes de l’Écossais à la fois avec les modèles antiques et les versions proposées par quelques-uns de ses contemporains, Nathalie Catellani-Dufrêne montre comment l’humaniste se situait dans une « logique d’émulation » vis-à-vis aussi bien des Anciens que des poètes de son temps qui choisirent de traduire en Latin les mêmes pièces que lui, afin de définir son propre génie poétique. L’Anthologie grecque et les recueils de poésie épigrammatique de la Renaissance que l’Écossais en plein travail poétique devait « avoir sous les yeux » selon l’expression de Nathalie Catellani-Dufrêne, constituèrent en quelque sorte les deux piliers sur lesquels l’Écossais bâtit son style épigrammatique personnel, efficace et raffiné, en faveur du développement de l’épigramme à pointe prôné notamment par son ami Jules-César Scaliger. Comme Zoë Schweitzer et Roger P. Green, Nathalie Catellani-Dufrêne insiste sur l’idée que la traduction fut pour Buchanan un « laboratoire poétique », qui lui permit bien souvent d’égaler, voire de dépasser, les modèles anciens et les meilleurs de leurs émules contemporains.

  • 10 Roger P. Green, George Buchanan, Poetic Paraphrase of the Psalms of David, edited, translated, and (...)

9S’il est avéré que Buchanan était un excellent helléniste, on s’est longtemps posé la question de ses connaissances en hébreu, notamment à propos de sa Paraphrase poétique des Psaumes de David, rédigée essentiellement au Portugal, mais que le poète écossais retravailla à plusieurs reprises. Roger P. Green, qui a consacré plusieurs années et plusieurs études à cette œuvre, vient de publier en 2011 un ouvrage destiné à devenir une référence sur l’une des œuvres les plus célèbres du poète écossais10. Il y propose une édition critique, une traduction anglaise, une introduction et un commentaire très riches de la Paraphrase qui fut pour Buchanan, selon les termes de Roger P. Green, « l’œuvre d’une vie ». Elle devient rapidement un « best-seller » dans toute l’Europe parce qu’elle correspond alors à la mode des traductions – adaptations en latin et en langues vernaculaires du livre des Psaumes particulièrement prisé à la Renaissance. En proposant une définition claire et précise de ce que pouvait être une paraphrase à la Renaissance, Roger P. Green relance le débat sur le sens du substantif « traduction », qui a évolué du XVIe siècle à nos jours. Si Buchanan a choisi le mot « paraphrasis » comme titre de son recueil poétique et non celui de « translatio », c’est qu’il avait pleinement conscience de traduire selon l’esprit plus que selon la lettre, choisissant délibérément une polymétrie et un style d’inspiration horatienne, métissés d’autres réminiscences de la littérature latine, païenne et chrétienne, mais en tout cas très éloigné de la poésie hébraïque. Pour mieux définir le projet poétique personnel de Buchanan, Roger P. Green compare dans son article son entreprise poétique avec les paraphrases de Heoban Hesse, François Bonade, Jean Salmon Macrin, et surtout avec celles de Jean Van Campen, et de Léo Jud qui ont eu une certaine influence sur l’Écossais, à l’instar, évidemment, du texte de la Vulgate. Selon Roger P. Green, si l’humaniste possédait quelques rudiments d’hébreu, ses connaissances en la matière ne pouvaient guère lui permettre d’élaborer sa paraphrase à partir du texte hébraïque des Psaumes. En revanche, les rapprochements effectués par Roger P. Green entre certains passages de la Vulgate et les poèmes de Buchanan soulignent le travail d’interprétation et d’élucidation mené par l’Écossais dans sa paraphrase latine, qui bénéficie de sa vaste et profonde connaissance des poètes latins – au premier rang desquels se trouvent Horace et Virgile, dont la sensibilité est parfois proche de celle de Buchanan dans les Psaumes. L’analyse de Roger P. Green, comme celles des autres contributeurs, prouve que l’œuvre de Buchanan est avant tout celle d’un poète, plus que d’un simple traducteur ou même d’un auteur de paraphrase.

10Par ailleurs, Buchanan, au moins dans un cas, s’est aussi intéressé aux langues vernaculaires, lorsqu’il traduisit le traité grammatical de l’anglais Thomas Linacre en latin. Première œuvre que Buchanan publia en 1533, les Rudimenta grammatices de Linacre traduits en latin sont très vite devenus plus célèbres que l’original anglais. Martine Furno donne plusieurs clés de compréhension de ce phénomène particulier dans son article sur « la tentation du vernaculaire ». Le but de cette traduction semble essentiellement pédagogique : jeune enseignant de latin auprès de Gilbert Kennedy, fils du Comte de Cassilis, puis dans les collèges parisiens, Buchanan proposait là à ses élèves un manuel de grammaire latine compréhensible par tous les étudiants européens.

11Par ailleurs, Martine Furno montre comment l’Écossais œuvra activement pour la diffusion de la conception novatrice de la syntaxe latine proposée par Linacre dans les milieux scolaires. Dans la perspective pédagogique de Buchanan, elle met en lumière l’importance de « compromis » établis par l’Écossais entre le latin et la langue vernaculaire, pour décrire la langue de Cicéron et permettre un meilleur apprentissage de cette dernière. Publiée en 1533 lorsque Buchanan vivait et enseignait en France, sa traduction proposait ainsi un manuel de syntaxe latine qui définissait la langue ancienne par rapport à la pratique d’une langue nationale moderne, à l’origine l’anglais écrit par Linacre, mais plus singulièrement le français, que les premiers lecteurs de l’Écossais, enseignants et étudiants des collèges français, maîtrisaient parfaitement. Ce n’est que dans un second temps que le truchement du latin permit aux Rudimenta grammatices de connaître un succès européen. Par ailleurs, malgré le souci de rester fidèle au texte source, Buchanan se permet parfois des adaptations suggérant sa distance vis-à-vis de certains éléments de la tradition grammaticale la plus ancienne et la faveur qu’il accorde aux innovations contemporaines en la matière. En revanche, lorsque Linacre adopte sur de doctes débats un point de vue trop « pointu » qui ne sied pas à un public scolaire, et qui risque de déplaire à certains esprits « conservateurs », Buchanan traducteur cherche des solutions linguistiques à la fois admissibles pour les érudits et accessibles aux apprenants, privilégiant l’aspect pédagogique de l’ouvrage. Martine Furno pousse plus avant son analyse de la traduction latine de Buchanan en s’interrogeant sur la pertinence d’un projet consistant à vouloir apprendre le latin en latin à des élèves dont la langue maternelle, dans les années 1530, n’est plus celle de Virgile. Plusieurs exemples pris dans le texte de Buchanan prouvent que Buchanan choisit parfois de recourir à un référentiel vernaculaire pour expliquer certains phénomènes syntaxiques (latins, anglais ou français), même s’il les décrit avec des mots latins. Cette solution, qui s’appuie sur un plurilinguisme de fait, quoique parfois source de confusion, révèle le réalisme de l’humaniste en matière de pédagogie à une époque où l’essor des langues vernaculaires devient inéluctable.

12Le cas de la Detectioun anglaise et du De Maria regina publiés tous deux en 1571 est plus complexe : si l’ouvrage latin est à l’évidence de Buchanan, a-t-il participé à la rédaction du pamphlet anglais ? Armel Dubois-Nayt se penche sur cette épineuse question et y apporte plusieurs éléments de réponse. Ici se manifeste une autre dimension importante de l’œuvre de Buchanan, engagé ouvertement, dans les années 1570, dans la vie publique écossaise : la polémique, et le rapport étroit, parfois brûlant, à l’actualité politique et religieuse.

13Il semblerait particulièrement réducteur et erroné de s’en tenir à ce panorama des œuvres buchananiennes en relation pour ainsi dire directe avec des originaux rédigés en d’autres langues, panorama certes déjà fourni mais qui reflète mal les divers aspects d’un corpus littéraire composé par un très grand humaniste.

  • 11 Il serait impossible d’en dresser une liste exhaustive, la poésie et la prose de Buchanan se confro (...)

14Il faut évidemment distinguer réminiscences ou emprunts ponctuels et traduction ; mais comment ne pas reconnaître que certains vers ou passages des poèmes et traités de Buchanan s’avèrent être des traductions, ou si l’on préfère des adaptations, des plus grands noms de la littérature antique et contemporaine ? La création artistique de toute la Renaissance étant fondée sur les principes de l’imitatio et de l’innutrition, on ne peut faire l’impasse, même dans un bref avant-propos, sur certains exemples d’adaptation particulièrement frappants indépendamment des innombrables références aux classiques latins, auteurs de prose ou de poésie, païens ou chrétiens, ou aux œuvres modernes11.

  • 12 Voir notamment Peter Sharratt, « Euripides latinus  : Buchanan’s Use of his Sources », in Richard J (...)
  • 13 John R. C. Martyn, « The Tragedies of Buchanan, Teive and Ferreira », in Ian D. McFarlane (ed.), op (...)
  • 14 Nicolas Machiavel, Le Prince, 1513, traduction, chronologie, etc. par Y. Levy, Paris, Flammarion, 1 (...)
  • 15 « Le De Iure regni apud Scotos de George Buchanan (1579) : une conception sécularisée de la politiq (...)
  • 16 R.D.S. Jack, « Translating’ Buchanan », op. cit., p. 217-236.

15Parmi ses tragédies originales, Jephthes sive Votum (Jephté ou le Vœu), publiée en 1554 à Paris par Guillaume Morel et promue à un grand succès européen, est certes une des premières tragédies bibliques modernes, mais sa structure et son sujet (le sacrifice de la fille du chef) sont d’inspiration grecque. Des épisodes entiers de Jephthes apparaissent comme des adaptations de l’Iphigénie à Aulis d’Euripide, via la traduction latine d’Erasme, comme Peter Sharratt, Peter Walsh, puis Carine Ferradou12 ont déjà eu l’occasion de le démontrer. L’article de Peter Sharratt « Euripides latinus  : George Buchanan’s Use of his Sources » (1985) expose clairement comment le poète écossais « contamine » très souvent la source principale avec d’autres références, parfois inattendues (comme la référence lucrétienne), qui font émerger un sens original, différent de celui du modèle ancien. Pour ce qui est de la deuxième tragédie originale de Buchanan, Baptistes sive Calumnia (Baptiste ou la Calomnie, Londres : Thomas Vautrollier, 1577), John Martyn, dans un article publié dans les actes du Congrès d’Etudes néolatines de St Andrews13 en 1986, a souligné l’inspiration machiavélienne très forte de Buchanan14, une piste de réflexion très intéressante que Carine Ferradou s’est efforcée d’illustrer dans sa thèse de 3e cycle sur les tragédies sacrées de Buchanan et dans un article actuellement sous presse sur le De Iure regni aupud apud Scotos15, qui le présente comme un anti-Machiavel tout aussi pragmatique et réaliste que le contre-modèle qu’il dénonce. Quant au poème Somnium (Le songe), issu du recueil satirique des Fratres fraterrimi qui présente une satire mordante des mœurs des Franciscains, en complément de l’article de R.D.S. Jack publié dans les actes du congrès de Glasgow « George Buchanan Poet and Dramatist »16, Philip Ford a démontré lors d’une communication prononcée au congrès de la Renaissance Society of America à Montréal de mars 2011 que si le modèle dominant était le poème anglais de William Dunbar, How Dunbar was desyred to be ane Frer (dans sa Visitation of St Francis), Buchanan, loin d’en proposer une traduction latine servile, transforme certains éléments du récit pour le rendre plus dynamique, plus humoristique et ainsi encore plus acerbe. Adapter signifie donc pour Buchanan améliorer, rendre plus intense ou plus « efficace » en quelque sorte.

  • 17 Roger A. Mason, Martin S. Smith, A Dialogue on the Law of Kingship, a Critical Edition and Translat (...)
  • 18 Etienne Junius Brutus, Vindiciae contra tyrannos, traduction française de 1581, introduction, notes (...)

16Enfin, la littérature philosophique et scientifique ancienne est largement présente dans les œuvres de la fin de la vie de Buchanan. On peut rappeler à la suite de Roger Mason l’inspiration sénéquéenne et aristotélicienne très forte du De Iure regni apud Scotos (surtout dans sa première partie)17, qui doit également beaucoup à la pensée de Cicéron et dont la forme dialogique est néanmoins empruntée à Platon. Pour ce qui est des doctrines politiques modernes, il n’est pas toujours facile de mettre en évidence le degré d’influence qu’ont pu exercer sur la pensée de Buchanan les conceptions des autres monarchomaques du XVIe siècle, tels Junius Brutus, François Hotman, Etienne de la Boétie ou Innocent Gentillet pour ne citer que quelques représentants français18, mais plusieurs d’entre eux furent en contact plus ou moins direct (parfois épistolaire) avec lui et il ne fait pas de doute que le membre du Parlement écossais était parfaitement informé de leurs pamphlets. Il faut également souligner la place importante occupée par les théories d’Aristote et de Ptolémée dans le poème scientifique et didactique inachevé De sphaera, dont la forme et le style doivent beaucoup à Lucrèce, un auteur que Buchanan appréciait vivement.

17Sans doute ces quelques paragraphes concernant la question des adaptations chez Buchanan, qui ne saurait se traiter en quelques mots et peut sembler se situer aux confins de la problématique de ce recueil d’articles, paraîtront-ils trop longs, voire superflus, à certains tandis que d’aucuns les trouveront bien trop brefs et incomplets ; le fait est qu’un tel sujet mériterait de faire l’objet d’un colloque particulier. Le but de ces lignes est seulement de rappeler qu’en tant que traducteur, professeur et humaniste, Buchanan se situe souvent au croisement de plusieurs modèles, qu’il « brasse » avec bonheur et élégance, pour créer un style et un ton originaux, à la fois spirituels et profonds.

  • 19 Op.cit., p. 192.

18Un extrait (traduit par Philip Ford en anglais) de la conclusion de l’article précité de Jean-Frédéric Chevalier sur la Medea19, dans laquelle l’Écossais a cherché à rendre compte, par le biais d’une langue latine pour ainsi dire diachronique, des riches images inspirées par le génie du grec d’Euripide, paraît, au-delà de l’exemple de la traduction d’une tragédie grecque, pouvoir décrire l’attitude générale de Buchanan traducteur, soulignée par plusieurs auteurs du présent ouvrage :

Buchanan’s project is to enrich the diction suitable for Latin tragedies by translating from Greek, and to offer his public the discovery of a new tragic model. In this way the translation on its own becomes a commentary.

19En faisant de la pratique de la traduction un véritable métalangage témoignant d’une réflexion profonde et continue sur les modèles choisis et les « rivaux » littéraires à surpasser, Buchanan élabora au fil du temps sa propre poétique, faite d’hommages aux plus grandes références et de subtiles innovations qui le placèrent parmi ses contemporains au rang de « prince des poètes de son temps », un titre qui n’était pas pure flagornerie sous la plume de Robert Estienne et de bien d’autres ensuite.

Les traductions des œuvres de Buchanan

20L’intérêt du thème de la traduction lorsque l’on envisage l’œuvre de Buchanan est également qu’il nous permet d’aborder l’immense corpus de traductions en langues vernaculaires de son œuvre, pour lequel il convient de dresser un état des lieux afin de mieux comprendre les enjeux de ces traductions réalisées dans le but d’être diffusées dans des contextes nationaux variés.

21On peut d’abord rappeler que Buchanan n’a pas nécessairement écrit avec l’idée qu’il serait traduit, lui qui imaginait que la langue de Cicéron allait s’imposer à l’Europe et la débarrasser de ses idiomes locaux à commencer par l’antique langue écossaise :

  • 20 James Aikman, The History of Scotland –1745, Glasgow, Blackie, Fullarton & co, 1827, vol. 1, p. 9.

I can perceive without regret, the gradual extinction of the ancient Scottish language, and cheerfully allow its harsh sounds to die away, and give place to the softer and more harmonious tones of Latin. For if, in this transmigration into another language, it is necessary that we yield up one thing or other, let us pass from the rusticity and barbarism, to culture and civilization, and let our choice and judgment, repair the infelicity of our birth. Or if our labour and industry can avail in such a case, let us exert them in polishing the Greek and Latin Languages, which the greater part of the world has publicly received, and in wiping away whatever stain of barbaric speech may still adhere to them.20

  • 21 Dans un souci de clarté, ne sont mentionnées que les premières éditions dans chacune des langues da (...)

22Pourtant, il n’en fut rien et plusieurs œuvres de Buchanan ont connu un destin européen presque dès leur parution. C’est le cas notamment de ses tragédies Jephtes et Baptistes21, traduites dans plusieurs langues sur le continent avant même d’être traduites en anglo-écossais, langue officielle de la mère patrie de Buchanan. La traduction française que Florent Chrestien donna de Jephté en 1567, un an après Claude de Vesel, fait l’objet de l’article de Carine Ferradou, mais des travaux restent à mener sur les traductions de ce même texte édité trois fois entre 1569 et 1604 en version allemande, quatre fois également en Italien (entre 1583 et 1601), une fois en Polonais et trois fois en Hongrois (1587-1620).

  • 22 Joachim Du Bellay, Deux livres de l’Enéide … avec l’adieu aux Muses pris du latin de Buccanan, Pari (...)
  • 23 Le Cordelier, ou le sainct François, de George Buchanan, … fait en François par Fl. Ch., Genève, J. (...)
  • 24 Le Parlement anglais de 1664 réitéra l’interdiction de posséder une traduction du texte du De Jure (...)
  • 25 Tsamenspreeckinghe Hantrecht der Coninghen … derduptscht door Ellert de Deer, Amsterdam, Peter Geva (...)

23Ces traductions furent réalisées de son vivant pour certaines de ses tragédies et une partie de sa poésie – L’Adieu aux Muses est adapté en français dès 1561 par Joachim Du Bellay22 – et cette entreprise de traduction fut d’abord menée sur le continent pour des raisons principalement politiques. Le Franciscanus fut ainsi traduit en français et imprimé à Genève en 1567 sous le titre Le Cordelier ou le Sainct-François de George Buchanan, une nouvelle fois par le Huguenot Florent Chrestien23. L’Angleterre et l’Écosse interdirent à l’inverse la diffusion de plusieurs des textes de Buchanan à commencer par le De Jure et la Rerum Scoticarum Historia, que le Parlement de 1584 condamna en raison de la dangerosité de leurs thèses, alors que le De Jure24, par exemple, fut traduit en hollandais dès 159825.

24À cette « omerta » linguistique sur les textes politiques de Buchanan condamnés à circuler dans leurs versions latines originales, il existe une exception, la Detectio dont la traduction fut à l’inverse commanditée par le pouvoir.

  • 26 Tyrannicall-Government Antomized or, A Discourse Concerning Evil-Councellors, London, John Field, 1 (...)
  • 27 De Jure Regni Apud Scotos or A Dialogue, Concerning the Due Priviledge of Government in the Kingdom (...)
  • 28 The History of Scotland Written in Latin, By George Buchanan Faithfully rendered into English, Lond (...)

25L’« omerta » dans son ensemble fut cependant contrecarrée par le travail d’opposants au pouvoir royal au début de la guerre civile et pendant la glorieuse révolution. Le XVIIe siècle a ainsi donc vu réaliser la traduction de Baptistes en anglais26, ainsi que celle du De Jure27, et la première édition d’une traduction de l’Historia28 à la fin du XVIIe siècle, comme l’explique John Watkins dans la préface à sa traduction de la Rerum en 1831 :

  • 29 John Watkins, The History of Scotland Translated from the Latin of George Buchanan, London, Henry F (...)

From that time [1582] the work remained, on account of its free sentiments and strong facts locked up in the language in which it was written, till the first year of the Revolution, when an English version, apparently by authority of government was published at London, in one volume folio.29

26Le siècle de la Rerum est cependant le XVIIIe siècle qui lui consacre quatre traductions différentes, éditées à chaque reprise plusieurs fois. On compte ainsi toutes traductions réunies quatorze éditions de l’History of Scotland dans les îles britanniques entre 1690 et 1831.

  • 30 Robert Monteith, The Very Learned Scotsman Mr George Buchanan’s « Fratres Fraterrimi », Three Books (...)
  • 31 George Provand, The Franciscan Friar, A Satire and The Marriage Ode of Francis of Valois and Mary, (...)
  • 32 Andrew Waddel, G. Buchanan’s Paraphrase of the Psalms of David, translated into English Prose, Édim (...)

27C’est également au XVIIIe siècle que l’on traduit les épigrammes de Buchanan en vers français et en anglais30. Il faut en revanche attendre le siècle suivant pour que paraisse la traduction tant attendue du Franciscanus en anglais, en deux moutures différentes l’une au début du siècle que l’on doit à George Provand, l’autre par Alexander Gibb en 187131. Le XIXe siècle est aussi celui où se multiplient les éditions des Psaumes avec des traductions en anglais en vis-à-vis pour aider les élèves latinistes. On peut citer pour exemples la traduction d’Andrew Waddel qui paraît à Glasgow en 1772 et celle en vers de John Eadie de 183632.

  • 33 A. Gordon Mitchell, John the Baptist : a Drama / Translated from the Latin of George Buchanan, Pais (...)

28Le XXe siècle qui s’ouvre sur le quatrième centenaire de la naissance de Buchanan voit ses tragédies sacrées retraduites par deux érudits, le révérend Gordon A. Mitchell ouvre la voie en 1904 avec Baptistes suivi deux ans plus tard, l’année du quatrième centenaire, par Archibald Brown qui propose, quant à lui, une nouvelle traduction anglaise de ses deux tragédies sacrées33.

  • 34 W.A. Gatherer, The Tyrannous Reign of Mary Stewart, Edinburgh, 1958 ; David Henry Sabrio, George Bu (...)

29Rapidement cependant, c’est derrière les murs des universités que se poursuit le chantier inachevé des traductions de Buchanan. W.A. Gatherer propose une édition modernisée de la Detectio des livres 17-19 de la Rerum Scoticarum Historia et de An Admonitioun to the Trew Lordis en 1958 sous le titre The Tyrannous Reign of Mary Stewart : George Buchanan’s Account, David Henry Sabrio publie George Buchanan’s Elegies and « Silvae » en 1980, Philip Ford et W.S. Watt incluent plusieurs poèmes de Buchanan qu’ils éditent et traduisent dans les Miscellanées qu’ils publient en 1982, Peter Sharratt et Peter Walsh éditent George Buchanan : Tragedies en 1983, Paul J. McGinnis et Arthur Williamson, sa poésie politique en 1995, Roger A. Mason et Martin S. Smith le De Iure Regni apud Scotos en 2004, et tout récemment, Roger Green vient de publier une nouvelle traduction des Psaumes34.

  • 35 Carine Ferradou [2003], op. cit..

30En France, Carine Ferradou a retraduit et commenté Jephthes et Baptistes dans sa thèse publiée en 2004 et Nathalie Catellani-Dufrene sa poésie de circonstance dans sa thèse achevée en 2005, thèse qui devrait paraître elle aussi chez Droz35.

  • 36 Robert Garioch Sutherland, George Buchanan Jephthah and The Baptist Translatit Frae Latin in Scots, (...)

31Au milieu de ces travaux scientifiques du XXe siècle, ressort la traduction singulière de Jephtah et The Baptist par le poète Robert Garioch Sutherland en écossais moderne36. Cette traduction qui date de 1959 pose la question des différentes motivations des traducteurs au fil des siècles. La première motivation est d’ordre linguistique et elle est double. Pour presque toutes les traductions, il s’agit de libérer le génie écossais de Buchanan devenu très tôt prisonnier du latin par lesquels il avait pourtant confié ses dons littéraires et philosophiques à la postérité.

32Nombre de préfaces de traduction exposent en effet leur regret de voir le talent de Buchanan devenu captif de son brillant latin d’humaniste. Gordon A. Mitchell estime ainsi :

  • 37 Gordon A. Mitchell, John the Baptist – a drama translated from the Latin of George Buchanan, Paisle (...)

George Buchanan bequeathed a rich literary legacy to the world in his sacred dramas, Jephtes and Baptistes – the one on an Old Testament, the other on a New Testament theme, and studies respectively of loyalty to earthly and heavenly citizenship ; but his pieces though of pure gold, are debarred from the wide currency they merit, by the Latin subscription which he elected to stamp upon them.37

33Dans le cas particulier de l’écossais et même dans une large mesure de l’anglais, cette libération a pour but de permettre à la nation écossaise de se réapproprier un de ses héros. Son biographe Hume Brown qui écrit en 1890 déplore ainsi que Buchanan n’ait pas écrit dans sa langue de naissance, l’écossais, la langue maternelle de Buchanan ayant été le gaélique :

  • 38 Peter Hume Brown, George Buchanan : Humanist and Reformer, A Biography, Edinburgh, David Douglas, 1 (...)

If, coming at the time he did, he had made choice of his native speech as the vehicle of poetic expression, he would have had behind him what was wanting to all the Latin poets of the sixteenth century, a national impulse and the inspiration that comes of it. Thus inspired by such an impulse, Buchanan might have inaugurated a new tradition in Scottish poetry, and done much to save his country from the intellectual sterility of the century and a half that followed his death.38

34À peu près à la même époque George Provand, traducteur du Franciscanus, regrette que la mère patrie de Buchanan ait aussi longtemps tardé à se réapproprier l’œuvre de son poète :

  • 39 George Provand, The Franciscan Friar, A Satire and The Marriage Ode of Francis of Valois and Mary, (...)

Europe, and particularly Scotland, has been greatly indebted, for its emancipation from clerical slavery, to the celebrated George Buchanan, whose writings gave a death-blow to superstition in those parts of the Continent where they were read ; and (so true is the proverb that a prophet is not esteemed in his own country) at the same period, they were prohibited in Scotland, they were reprinted, read, and admired upon the Continent, for their strength of thought, poetical beauties, and pure latinity […] Why therefore do his writings remain under the veil of a dead language ? While other nations sound the praises of their illustrious men, shall not a part be translated and read in the land that gave Buchanan birth ?39

35Le sentiment de frustration des Écossais du XIXe siècle se prolonge au siècle suivant et il est toujours vif chez Robert Sutherland qui argue que les tragédies latines de Buchanan sont d’ailleurs davantage faites pour être traduites en écossais qu’en anglais, et qui les traduit dans le but que le théâtre de Buchanan soit de nouveau joué en Écosse :

  • 40 Robert Garioch Sutherland, op. cit., p. 6. « I cannot say that they seem altogether right in Englis (...)

I canna say that they seem aathegither richt in English translations : the unco-dowie logic o the Hebrew Jephthah juist doesna maik wi English conventions, and the Baptist’s thrawn jewish threipin o ill-faur’d sooth seems mair naiteral whan he flytes in Scots.40

  • 41 Ibid., p. 5.

36Il se propose donc de pallier le manque en la matière en suivant les pas de Ferguson et d’Alexander Geddes, traducteurs des Bucoliques et des Géorgiques de Virgile, en traduisant Buchanan pour : « keep alive the Memory o Scots as ane o the classic tongues »41.

37Nous touchons ici à la seconde motivation des traducteurs de Buchanan qui est d’ordre littéraire. Il s’agit en effet pour nombre d’entre eux de reprendre le travail de leurs prédécesseurs pour le rectifier et l’améliorer. On peut pour l’illustrer citer le commentaire de James Aikman dans la préface de sa nouvelle version anglaise de la Rerum en 1827 :

  • 42 James Aikman, op. cit., p. 3.

The present translator dares not avow how much as come short of his own idea of excellence, but he believes he may venture to affirm that he presents to the public, the best English version of this work, ever yet laid before them.42

  • 43 A. Gordon Mitchell, John the Baptist : a Drama, op. cit., p. 1-2.

38Ou encore la référence de Gordon A. Mitchell, dans les propos liminaires dont il fait précéder sa traduction de la tragédie Baptistes, à la première traduction anglaise attribuée à tort à Milton et qu’il estime être : « a quaint translation of the Baptistes […] published in London during the troublous times that preceded the establishment of the Commonwealth under the title of Tyrannical Government Anatomised  »43.

39Enfin la troisième motivation est d’ordre politique. L’exemple de la Detectio est représentatif de cette catégorie de textes. Elle fut traduite au moment où le Parlement anglais demandait l’exécution de Marie Stuart, compromise dans le complot de Ridolfi qui visait à éliminer Elisabeth, puis elle fut rééditée en 1651 au moment où l’Angleterre et l’Écosse étaient à nouveau séparées sur la question de la loyauté à la dynastie Stuart, les États du Parlement écossais ayant proclamé le fils de Charles Ier d’Angleterre roi d’Écosse et même de Grande-Bretagne, tandis que les Anglais l’avaient remplacé par Cromwell et sa république. Elle fut également rééditée en 1689 après le renversement du catholique Jacques II et l’année où la Déclaration des Droits (Bill of Rights) interdisait l’accession au trône d’Angleterre à un catholique.

40Le Baptistes et le De Jure font également partie des textes remis au goût du jour par les révolutions anglaises mais ils continuent d’être d’actualité lorsque celles-ci s’achèvent. La Révolution française puis le schisme entre l’Église libre d’Écosse et l’église presbytérienne écossaise par exemple redonnent un nouveau souffle en 1789, puis en 1843, au dialogue de Buchanan, qui est réédité à ces deux occasions.

41On trouve une autre illustration de la motivation politique d’une traduction de Buchanan sous la plume de George Provand qui propose une traduction du Franciscanus au XIXe siècle. En effet, cet auteur justifie son travail en dressant un parallèle entre le clergé de l’Écosse georgienne et celui d’avant la Réforme :

  • 44 George Provand, op. cit., p. IX.

In this happy age of national spirit and improvement, while the clergy are striving of an augmentation to their livings, and in conformity to an Oration, lately published, delivered in May 1809, before the general assembly of the Church of Scotland, « Are contending for an Act for upholding the splendor of their establishment, and opening up an easier and broader avenue to the independence of its members, to give an éclat to religion, and arm the good cause against the rising infidelity of the age… », it is to be regretted that the salaries of the parish school masters are so limited and so scanty, so as to afford no temptation to individuals of Learning and talents to remain in that situation, and instruct the youth.44

42L’œuvre de Buchanan se prête donc particulièrement bien à une étude de la dimension polémique de ses traductions qui aborde les éléments contextuels nationaux ayant pu les motiver ou au contraire les retarder. Pourtant, force est de constater qu’il y a en définitive eu assez peu de travaux sur ces traductions en dehors des éditions modernes des œuvres de Buchanan mentionnées précédemment.

  • 45 F. J. Amours, « John Reid’s Scottish Translation of Buchanan’s History in 1634 », Glasgow Quatercen (...)
  • 46 Emile Faguet, La tragédie française au XVIe siècle, Paris, Hachette, 1883 ; Raymond Lebègue, La tra (...)
  • 47 Steven Berkowitz, op. cit..
  • 48 R.D.S. Jack, « ‘Translating’ Buchanan », in P. Ford [2009), op. cit., p. 217-236, Nathalie Catellan (...)
  • 49 Robin Fulton, « ‘Tak him awa again’ : Notes on Robert Garioch’s Scots Versions of George Buchanan’s (...)

43Les recherches sur les traductions de Buchanan semblent s’être quasiment interrompues depuis les deux recueils d’articles publiés à l’occasion des célébrations du quatrième centenaire de Buchanan en 1906. Le Glasgow Quatercentenary Studies avait en effet amorcé la réflexion autour des traductions de Buchanan à travers trois articles consacrés aux traductions écossaises et anglaises de la History ainsi que la traduction anglaise de Baptiste attribuée à John Milton dont la paternité est également discutée cette année-là par William Blaine dans le recueil dirigé par David Alexander Millar45. Elle s’est ensuite poursuivie épisodiquement de part et d’autre de la Manche. En France d’abord, Emile Faguet en 1883, puis Raymond Lebègue en 1929, consacrent tour à tour un chapitre aux traductions de Buchanan par Florent Chrestien dans leurs thèses46. Le flambeau est repris sept décennies plus tard par Steven Berkowitz47 qui fait précéder son édition de Baptistes de commentaires sur les différentes traductions du texte. Il s’intéresse notamment aux méthodes des traducteurs opposant le littéralisme du traducteur anonyme de la version anglaise à la traduction libre du hollandais Jérémias de Decker qui alla jusqu’à ajouter des personnages et des scènes pour mieux atteindre son but. Récemment seuls R.D.S. Jack et Nathalie Catellani-Dufrêne se sont intéressés aux traductions de Buchanan à la période moderne, le premier dans le volume déjà cité et dirigé par Philip Ford, où il s’interroge ponctuellement sur les méthodes de traduction employées par les traducteurs de Buchanan au XVIe siècle et les adaptations des traductions aux problématiques locales de leurs auteurs, la seconde dans l’article qu’elle a consacré à la traduction par Joachim du Bellay de l’Adieu aux Muses de Buchanan en 200748. Notons également l’étude de Robin Fulton sur les traductions contemporaines de Jephthes et Baptistes par Robert Garioch49. Les articles réunis ici ont donc pour ambition de reprendre les travaux sur les traductions de Buchanan là où ils se sont arrêtés.

44Trois des six contributions à ce numéro d’Etudes Epistémè sont consacrées aux traductions d’écrits de Buchanan. Elles font apparaître chez les différents traducteurs de l’Écossais des conceptions divergentes voire radicalement opposées de leur rôle. Dans le cas de la Detectio, le texte dans lequel Buchanan synthétisa son réquisitoire contre la reine d’Écosse, Marie Stuart, à la conférence de York, il n’est pas clairement établi si les traductions se firent à l’insu ou au contraire avec la complicité voire la participation de l’auteur. Pour tenter d’y voir plus clair dans cette entreprise de traduction au but plus politique que littéraire, Armel Dubois-Nayt se livre à une analyse linguistique des traductions anglaise et écossaise du texte afin d’établir le degré de « camouflage » lexical auquel le traducteur du texte imprimé à Edimbourg en 1572 est censé avoir recouru dans le but de dissimuler l’identité des commanditaires du texte, le secrétaire d’Elizabeth Tudor, William Cecil et peut-être même la reine d’Angleterre en personne. Cette analyse menée de manière comparative avec d’autres textes contemporains rédigés en langue vernaculaire écossaise par George Buchanan ou d’autres permet de jeter plus avant le doute sur le fait que Buchanan ait traduit lui-même son texte et confirme que s’il faut attribuer une traduction de la Detectio à Buchanan, c’est davantage dans The Indictment, un texte resté inédit au XVIe siècle, qu’il faut la chercher. Armel Dubois-Nayt remet également en question l’idée qu’il s’agit de « pseudo-écossais » en faisant état du niveau d’anglicisation de plus en plus marqué de la langue écossaise imprimée dans le dernier quart du XVIe siècle. Elle défend l’idée que le texte fut authentiquement destiné au lectorat écossais et participa à une guerre de pamphlets qui visait à débloquer la paralysie dans laquelle la guerre civile entre le parti du roi et celui de la reine s’enlisait dans les années 1571-1572.

45La traduction en français du Pro Lena étudiée ici par Philip Ford ne témoigne pas non plus de l’humble volonté de se mettre au service de l’auteur du texte original pour faire connaître son texte et son talent. Les éditeurs de L’Apologie de Don Chayvos, une des deux traductions abordées dans cet article n’eurent même pas conscience de publier un texte traduit du latin, et encore moins, par conséquent, que l’auteur du texte source était Buchanan. Les deux traductions françaises présentées par Philip Ford ont en effet des finalités sans lien avec la notoriété et la postérité de Buchanan. Ce qui semble avoir guidé les traducteurs dans leur travail est davantage leur souhait de répondre aux exigences ou, au contraire, aux limites de leur public.

46L’éloge burlesque du maquerellage composé par Buchanan à l’attention de son ami, Brian de Vallée, conseiller au Parlement de Bordeaux, était destiné à un public restreint et érudit qui pouvait saisir et apprécier les références historiques, mythologiques et philosophiques dont le texte de l’Écossais regorgeait. Philip Ford montre comment les deux traducteurs français le modifièrent à des fins didactiques, soit en l’étoffant soit au contraire en le tronquant. Mais ces coupes ou ces ajouts n’étaient pas anodins comme l’établit Philip Ford, puisqu’ils modifièrent le message du poème de façon significative pour en faire un texte hostile à son dédicataire dans le premier cas (Don Chayvos) et aux maquerelles dans le second. L’étude de Philipe Ford fait aussi apparaître l’appauvrissement substantiel du texte du Pro Lena, dépourvu dans la seconde traduction française non seulement de son langage grivois et de son ton irrévérencieux mais également des éléments topiques de satire religieuse.

47C’est un tout autre travail de traduction que présente Carine Ferradou dans son étude de la traduction de Jephté par Florent Chrestien en 1567, puisque le poète français était animé par une volonté de rester fidèle au texte de l’Écossais et de restituer dans sa langue maternelle les beautés et les trouvailles du texte latin. À travers son étude comparative des deux textes, Carine Ferradou met en relief les qualités poétiques propres du Français et sa maîtrise de la versification. Chrestien traducteur de Buchanan cherche ainsi à sublimer sa langue et son style. S’il prend des libertés avec le texte source, c’est essentiellement sur le plan idéologique puisqu’il rend ouvertement polémique, « chrétien » voire partisan de la réforme protestante le texte plus universel de Buchanan.

48Ces trois études livrent donc un modeste panorama de la traduction des œuvres de Buchanan au XVIe siècle qui se caractérise par la grande hétérogénéité des méthodes employées en fonction de la nature des textes. Le seul dénominateur commun entre toutes ces traductions semble avoir été la propension au détournement des écrits de l’Écossais à des fins propres à leurs différents traducteurs. Cette trahison fut plus souvent idéologique que formelle puisqu’elle consista soit à produire des traductions en langues vernaculaires à l’insu de Buchanan, soit à affadir et à appauvrir ses textes osés et savants, soit à donner à son écrit une connotation idéologique dont il était dépourvu à l’origine.

49L’amplitude temporelle couverte par ce numéro spécial d’Etudes Epistémè dédié à l’humaniste écossais permet de mieux prendre conscience du rôle de premier plan que joua en son temps sur la scène culturelle, politique et spirituelle internationale un homme d’érudition doté tout spécialement d’un génie poétique hors du commun, d’un grand sens de la pédagogie et d’une profondeur de pensée exceptionnelle. Autant que possible, les auteurs des travaux publiés dans ce volume espèrent apporter leur contribution à la redécouverte des multiples facettes d’une grande figure de la Renaissance du Nord de l’Europe.

Haut de page

Notes

1 Sur la problématique de la traduction, voir par exemple Steven Berkowitz, A Critical Edition of George Buchanan’s Baptistes and of Its Anonymous Seventeenth-Century Translation Tyrannicall-Government Anatomized, New York – London, Garland Publishing Inc., 1992.

2 Ian D. McFarlane, Buchanan, London, Duckworth and Co, 1981 (une biographie assortie de nombreux éléments d’analyse littéraire qui reste encore la référence sur la vie et l’œuvre de Buchanan, 20 ans après la mort de son auteur) ; « Poésie néo-latine et poésie de langue vulgaire à l’époque de la Pléiade » in Josef Ijsewijn, E. Keler (eds.), Acta Conventus Neo-Latini Lovaniensis, Louvain, Leuven University Press – Munich, Wilhelm Fink Verlag, 1973, p. 383-403.

3 John Durkan, Bibliography of George Buchanan, Glasgow, Glasgow University Library, 1994.

4 In Philip J. Ford, Roger P. Green (eds.), George Buchanan, Poet and dramatist, Swansea, Classical Press of Wales, 2009, p. 183-195.

5 Voir le commentaire de James C. Coleman, in Jean de La Péruse, Médée, édition, introduction et notes par Marie-Madeleine Fragonard ; étude des sources par James C. Coleman, Mugron, Editions José Feijoo, 1990, p. 76 (Annexes) : « Le respect dans lequel il [= La Péruse] tenait son maître et ami [= George Buchanan] est confirmé par la présence dans les Diverses poësies d’une ode à Buchanan, et par la dédicace à l’évêque de Tarbes, l’un des protecteurs de l’Écossais, de l’ode pindarique qui ouvre la collection. »

6 Joachim Du Bellay, Les Regrets, 187, in Œuvres poétiques, tome II, éd. D. Aris et F. Joukovsky, Paris : Bordas, 1993, « Classiques Garnier », cité par Nathalie Catellani-Dufrêne, « ‘L’Adieu aux Muses’ : Joachim du Bellay, traducteur de George Buchanan », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 69.2 , 2007, p. 425-433.

7 John Hutton, The Greek Anthology in France and the Latin Writers of the Nederland to the Year 1800, Ithaca-New-York, Cornell University Press, 1946.

8 Philip J. Ford, George Buchanan, Prince of Poets, with an Edition (Text, Translation and Commentary) of the Miscellaneorum Liber (P. J. Ford, W. S. Watt (eds.)), Aberdeen, Aberdeen University Press, 1982. Après plusieurs articles traitant des rapports de Buchanan avec la Pléiade, des poèmes érotiques de l’Écossais et de la Paraphrase des Psaumes de David, Philip J. Ford coordonne actuellement la préparation de la nouvelle édition complète des Poemata omnia de Buchanan chez Droz, dont Philip J. Ford lui-même devrait prendre en charge les volumes consacrés au Franciscanus et au recueil des Fratres fraterrimi.

9 Op. cit., p. 129-204.

10 Roger P. Green, George Buchanan, Poetic Paraphrase of the Psalms of David, edited, translated, and provided with Introduction and Commentary by Roger P. Green, Genève, Droz, 2011 ; voir la bibliographie de cet ouvrage pour consulter la liste des nombreux articles consacrés par Roger P. Green à la Paraphrase poétique des Psaumes de Buchanan (p. 630) depuis 1986.

11 Il serait impossible d’en dresser une liste exhaustive, la poésie et la prose de Buchanan se confrontant ici ou là à tous les grands noms de la littérature européenne de la Renaissance : Pétrarque, Marulle, Politien, Pontano, Jean Second, Muret, Macrin, Erasme, Scaliger, Machiavel et bien d’autres.

12 Voir notamment Peter Sharratt, « Euripides latinus  : Buchanan’s Use of his Sources », in Richard J. Schoeck (ed.), Acta Conventus Neo-Latini Bononiensis, Binghamton - New York, Medieval and Renaissance Texts and Studies, 1985, 14, p. 613-620 ; P. G. Walsh, « Buchanan and Classical Drama », in Ian D. McFarlane (ed.), Acta Conventus Neo-Latini Sanctandreani, Binghamton - New York : Medieval and Renaissance Texts and Studies, 1986, 9, p. 99-112 ; Carine Ferradou, Traduction et commentaire des deux tragédies sacrées latines de George Buchanan, Jephté et Baptiste, publication de l’Atelier National de Reproduction des Thèses, Nantes, novembre 2003, « Le modèle d’Iphigénie dans la tragédie latine Jephté de George Buchanan (1554) », in Virginie Leroux (éd.), La mythologie classique dans la littérature néo-latine, en hommage à Geneviève et Guy Demerson, Clermond-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2011, collection « Erga », p.197-221.

13 John R. C. Martyn, « The Tragedies of Buchanan, Teive and Ferreira », in Ian D. McFarlane (ed.), op. cit., p. 85-98.

14 Nicolas Machiavel, Le Prince, 1513, traduction, chronologie, etc. par Y. Levy, Paris, Flammarion, 1980 ; GF - Flammarion, 1992.

15 « Le De Iure regni apud Scotos de George Buchanan (1579) : une conception sécularisée de la politique ? », à paraître dans les actes du premier congrès de la SEMEN-L qui se sont tenus à Aix-en-Provence, 15-17 octobre 2008 sur le profane et le sacré dans l’Europe latine (Ve - XVIIe siècles).

16 R.D.S. Jack, « Translating’ Buchanan », op. cit., p. 217-236.

17 Roger A. Mason, Martin S. Smith, A Dialogue on the Law of Kingship, a Critical Edition and Translation of George Buchanan’s De Iure Regni apud Scotos, Aldershot, Ashgate, 2004.

18 Etienne Junius Brutus, Vindiciae contra tyrannos, traduction française de 1581, introduction, notes et index par A. Jouanna, J. Perrin, M. Soulié, A. Tournon et H. Weber, Genève : Droz, 1979, coll. « Les Classiques de la pensée politique » ; Innocent Gentillet, Anti-Machiavel, édition de 1576, avec commentaire et notes par C. E. Rathé, Genève, Droz, 1968, coll. « Les Classiques de la pensée politique » ; François Hotman, La Gaule Françoise de François Hotoman, jurisconsulte, nouvellement traduite de Latin en François. Edition première, à Cologne, par Hiérome Bertulphe, 1574, texte revu par Christiane Frémont, Paris, Arthème Fayard, 1991 ; Estienne de La Boëtie, De la Servitude volontaire, ou Contr’Un, publié en 1576, édité avec introduction et notes par Malcolm Smith, Genève, Droz, 1987, coll. « Textes littéraires français ».

19 Op.cit., p. 192.

20 James Aikman, The History of Scotland –1745, Glasgow, Blackie, Fullarton & co, 1827, vol. 1, p. 9.

21 Dans un souci de clarté, ne sont mentionnées que les premières éditions dans chacune des langues dans lesquelles les œuvres de Buchanan ont été traduites : Baptistes, Ein Tragœdia von der Entheuptung S. Johannis des Teuffers, Calumnia genant, erstlich durch Georgium Buchanan lateinisch gemacht, und darnach aus dem Latein in deudsche reim gebracht, durch Ambrosium Lobwasser, Leipzig, 1583 ? ; Le premier Livre du Théâtre Tragique de Rollan Brissent, Tours, Claude de Montr’œil & Jean Richer, 1590, p. 244-312 ; Tyrannicall-Government Anatomized or A discourse Concerning Evil Councellors, London, John Field, 1642 ; La Tragedie de Jephthe, traduicte du latin de George Buchanan Escossois par Claude de Vesel Gentilhomme François, Paris, Robert Estienne, 1566 ; Jepthes oder Gelübd. Ein Schöne nützliche Tragoedi des Georgi Buchanani. Erst newlich auß latinischer Spraach in teutsch verdolmetschet [Jonas Bitner, trans.], Strassburg, Josias Rihel, 1569 et 1582 ; Jephtes sive Votum … Durch Johannenm Titelium von S. Joachimsthal … Gedruckt zu Alten Stettin / durch Joachim Rheten, Szczecin, 1592 ; Jephte Tragedia del Signor Gironimo Giustiniano All’Illustre Signor Giulo Pallauicino, Parma, 1583 ; Jephta Sive Tragoedia Jephte, ex Gorgio Buchanano Ungaricis Versibus reddita in gratiam Spectabilis ac Magnifici D.D. Fracnisci Kendi de Rhadnot, filiolæq, ciusdem festivissimæ Sophiæ Kendi, Kolozsvar, 1590.

22 Joachim Du Bellay, Deux livres de l’Enéide … avec l’adieu aux Muses pris du latin de Buccanan, Paris, 1561.

23 Le Cordelier, ou le sainct François, de George Buchanan, … fait en François par Fl. Ch., Genève, J. De l’Estang, 1567.

24 Le Parlement anglais de 1664 réitéra l’interdiction de posséder une traduction du texte du De Jure et de nouveau en 1688, une autre proclamation du conseil privé cette fois interdisait de vendre, diffuser ou prêter le texte du De Jure.

25 Tsamenspreeckinghe Hantrecht der Coninghen … derduptscht door Ellert de Deer, Amsterdam, Peter Gevaerts, 1598.

26 Tyrannicall-Government Antomized or, A Discourse Concerning Evil-Councellors, London, John Field, 1642.

27 De Jure Regni Apud Scotos or A Dialogue, Concerning the Due Priviledge of Government in the Kingdom of Scotland, Betwixt George Buchanan and Thomas Maitland, by the Said George Buchanan, And Translated out of the Original by Philalethes, n.pl., 1680.

28 The History of Scotland Written in Latin, By George Buchanan Faithfully rendered into English, London, Edward Jones, 1690.

29 John Watkins, The History of Scotland Translated from the Latin of George Buchanan, London, Henry Fisher, son and P. Jackson, 1831, p. 1.

30 Robert Monteith, The Very Learned Scotsman Mr George Buchanan’s « Fratres Fraterrimi », Three Books of Epigrams, and Book of Miscellanies, in English Verse, with the illustration of the Proper Names, and Mythologies therein mentioned, Edinburgh, printed by the Heirs and Successors of Andrew Anderson, 1708 ; M. Le Brun, Vingt Epigrammes de Buchanan, traduites en vers François : à la suite de sa traduction des Epigrammes d’Owen, Paris, 1709.

31 George Provand, The Franciscan Friar, A Satire and The Marriage Ode of Francis of Valois and Mary, Sovereigns of France and Scotland : Translated into English Verse from the Latin of George Buchanan, Glasgow, Brash and Reid, 1809 ; Mr. Alex. Gibb, The Franciscanus, A Poem, translated from the original Latin by Alexander Gibb, Edinburgh, J. Nichol (no date).

32 Andrew Waddel, G. Buchanan’s Paraphrase of the Psalms of David, translated into English Prose, Édimbourg, J. Robertson, 1772 ; John Eadie, Translation of Buchanan’s Latin Psalms into English Verse, Glasgow, 1836.

33 A. Gordon Mitchell, John the Baptist : a Drama / Translated from the Latin of George Buchanan, Paisley, A. Gardner, 1904 ; Archibald Brown, The Sacred Dramas of George Buchanan / Translated into English Verse, Edinburgh, London, J. Thin ; Simpkin, Marshall, & Co., 1906.

34 W.A. Gatherer, The Tyrannous Reign of Mary Stewart, Edinburgh, 1958 ; David Henry Sabrio, George Buchanan’s “Elegies” and “Silvae” Translated, 1980, Ann Arbor, Mich., University Microfilms International ; Philip Ford et W.S. Watt, op. cit. ; Peter Sharratt et Peter Walsh, George Buchanan Tragedies, Edinburgh, Scottish Academic Press, 1983 ; Paul J. McGinnis et Arthur Williamson, George Buchanan : The Political Poetry, Edinburgh, Scottish History Society, 1995 ; Roger A. Mason et Martin S. Smith, op. cit. ; Roger P.H. Green [2011], op. cit..

35 Carine Ferradou [2003], op. cit..

36 Robert Garioch Sutherland, George Buchanan Jephthah and The Baptist Translatit Frae Latin in Scots, Edinburgh and London, Oliver and Boyd, 1959.

37 Gordon A. Mitchell, John the Baptist – a drama translated from the Latin of George Buchanan, Paisley, A. Gardner, 1904, p. 1.

38 Peter Hume Brown, George Buchanan : Humanist and Reformer, A Biography, Edinburgh, David Douglas, 1890, p. 33.

39 George Provand, The Franciscan Friar, A Satire and The Marriage Ode of Francis of Valois and Mary, Sovereigns of France and Scotland : Translated into English Verse from the Latin of George Buchanan, Glasgow, Brash and Reid, 1809, p. XII.

40 Robert Garioch Sutherland, op. cit., p. 6. « I cannot say that they seem altogether right in English translations ; the strange and sad logic of the Hebrew Jephtes just does not make with English conventions, and the Baptist’s twisted Jewish arguing of ill-favored sob seems more natural when he rails in Scots ».

41 Ibid., p. 5.

42 James Aikman, op. cit., p. 3.

43 A. Gordon Mitchell, John the Baptist : a Drama, op. cit., p. 1-2.

44 George Provand, op. cit., p. IX.

45 F. J. Amours, « John Reid’s Scottish Translation of Buchanan’s History in 1634 », Glasgow Quatercentenary Studies, 1906, p. 47-52 ; F.T. Barrett, « Notes on the First English (as Distinguished from Scots) Translation of Buchanan’s History of Scotland  », in op. cit., p. 53-60 ; J.T.T. Brown, « An English Translation of George Buchanan’s Baptistes attributed to John Milton », in op. cit., p. 61-89 ; William Blaine, « Buchanan’s Baptistes - Was it translated by Milton ? », in David Alexander Millar, George Buchanan : A Memorial 1506-1906, p. 130-136.

46 Emile Faguet, La tragédie française au XVIe siècle, Paris, Hachette, 1883 ; Raymond Lebègue, La tragédie religieuse en France : les débuts (1514-1573), Paris, H. Champion, 1929.

47 Steven Berkowitz, op. cit..

48 R.D.S. Jack, « ‘Translating’ Buchanan », in P. Ford [2009), op. cit., p. 217-236, Nathalie Catellani-Dufrêne [2007], art. cit.

49 Robin Fulton, « ‘Tak him awa again’ : Notes on Robert Garioch’s Scots Versions of George Buchanan’s Latin Plays », Translation and Literature, 11.2., 2002, p. 195-205.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armel Dubois-Nayt et Carine Ferradou, « Avant-propos », Études Épistémè [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://episteme.revues.org/250 ; DOI : 10.4000/episteme.250

Haut de page
  • Revues.org