Navigation – Plan du site

Serments en filigrane et conflits de loyauté dans Love Intrigues (1713) de Jane Barker

Constance Lacroix

Résumés

La vie et l’œuvre de la polygraphe jacobite Jane Barker (1652-1732) se développent, de l’aveu même de l’auteur, dans ses écrits manuscrits autobiographiques, sous le signe du serment impossible et de l’engagement irrévocable. Serment impossible : en 1673 et 1678, se dresse sur la route de cette fille de cavalier ouverte et bientôt gagnée à la foi catholique, le Test Act qui stigmatisent ceux qu’elle révère et chérit, prélude à la longue série des serments d’allégeance et de reniements subjectivement imprononçables qui vont rythmer son existence de Jacobite après la révolution de 1689. Engagement irrévocable : à la tradition loyaliste familiale vient s’ajouter en 1685 la conversion solennelle au catholicisme de Jane Barker, choix qui la mènera d’abord en exil à Saint-Germain pendant quinze ans aux côtés de ses souverains bien–aimés, puis, qui, à son retour en Angleterre en 1704, lui vaudra mainte persécution endurée avec un inébranlable stoïcisme. Faut-il s’étonner dès lors que le motif du serment et du vœu ne cesse de s’insinuer, avec des variations assez subtiles pour passer inaperçu aux yeux des critiques jusqu’à présent, aux tours et détours du premier « roman » autobiographique de Jane Barker, Love Intrigues or the History of the Amours of Bosvil and Galesia, paru en 1713 et republié en 1719 dans une édition révisée, sur fond de crise liée aux serments d’allégeance et d’abjuration ? Conté depuis Saint-Germain par l’héroïne éponyme, le petit récit de Jane Barker explique à mi-mot un échec amoureux pré-révolutionnaire par une combinaison de variations autour du serment : mutisme d’une héroïne, qui refuse les serments amoureux requis par un amant oublieux de la prérogative paternelle, parjures de ce même amant, vœu premier et infrangible d’une narratrice-poétesse aux Muses qui lui promettent la carrière de la poéesse royaliste Orinda... Instrument d’appréhension du jacobitisme littéraire de Jane Barker, le motif/leitmotiv du serment nous permettra d’entrevoir, sous l’intrigue sentimentale jetée en pâture aux censeurs, un affrontement autour de deux conceptions du serment qui mettent en jeu de manière prophétique deux idéologies politiques distinctes, justifiant allégoriquement et proleptiquement le choix politico-spirituel d’une héroïne-narratrice jacobite – choix d’une fidélité qui ne trouve d’autre expression qu’un loyal mutisme, seul gardien des « premiers vœux » prononcés par les sujets de Jacques II.

Haut de page

Texte intégral

Jane Barker : une vie sous le signe du serment

  • 1 Love Intrigues; or, The History of the Amours of Bosvil and Galesia, London, E. Curll, 1713. Republ (...)

1« Write, write thy Vow ... » enjoignent les muses à la jeune Galesia, âgée de quinze ans, dans le roman autobiographique Love Intrigues (1713)1. Ce serment juvénile déterminera le devenir de l’héroïne, tant dans Love Intrigues, objet de cette étude, que dans les deux volumes qui lui feront suite en 1723 et en 1725. Par cet épisode symbolique, l’écrivain jacobite Jane Barker (1652-1732), à un tournant de son existence, place donc rétrospectivement sa vie et son œuvre sous le signe du serment et du vœu, alors qu’elle s’interroge, pour elle-même et pour autrui, sur le sens d’un destin atypique marqué par les aléas historiques de la fin du XVIIe siècle.

  • 2 Poems on several occasions in three parts : The first refering (sic) to the times. The second, are (...)
  • 3 A Collection of poems refering (sic) to the times ; since the King's accession to the Crown. Occasi (...)
  • 4 « Second Dialogue between Fidelia and her Friend », Poems Refering to the Times, op. cit., fol. 32- (...)
  • 5 Imposant à tous les détenteurs de fonctions publiques de jurer qu’aucune transsubstantiation n’a li (...)
  • 6 De la même manière, Aphra Behn, obsédée par le motif du parjure, aux dires de Toni Bowers ou de Wil (...)

2Cette image ne procède pas, au demeurant, d’une illumination mais d’une démarche introspective entreprise de longue date : de manière révélatrice, c’est d’abord à Saint-Germain-en-Laye, à la froide lumière de l’exil, qu’elle a fait son apparition sous la plume de Jane Barker entre 1689 et 1704, lorsque la poétesse et future romancière s’employait à regrouper tous ses poèmes, anciens et nouveaux, dans le recueil manuscrit Poems upon Several Occasions, dit Magdalen Manuscript2, véritable pierre d’angle et clef de toute son œuvre à partir de 1689. Là n’est pas la seule occurrence du serment : un recueil antérieur, Poems Refering (sic) to the Times3, autobiographie spirituelle et poético-politique reprise dans le Magdalen Manuscript, s’ouvre par un vœu de Fidelia, alias Jane Barker, à la Vierge : si ses seuls parents encore au monde reviennent sains et saufs de la bataille de Sedgemoor, où ils combattent aux côtés de Jacques II, elle cherchera, quoi qu’il lui en coûte, la vraie religion. L’engagement spontané a pour pendant le serment imposé – et refusé : dans un autre poème4, Jane Barker évoque allégoriquement l’horreur que lui a inspiré dès 1673, le Test Act5, représenté comme une bête monstrueuse rencontrée alors qu’elle se rendait à l’église. Femme, personne privée, Jane Barker n’a pas été soumise au Test, mais comment cette fière descendante de deux familles royalistes, toute dévouée à la personne de Jacques II et profondément attachée à ses cousins maternels, les Connock, lignée d’officiers catholiques royalistes potentiellement menacés par le Test, ne se serait-elle pas identifiée à ceux qui s’y trouvaient assujettis6 ?

  • 7 Jane Barker, lorsqu’elle reprend les terres paternelles à Wilsthorp près de Stamford, se trouve en (...)
  • 8 Toni Bowers, « Jacobite Difference and the Poetry of Jane Barker », English Literary History, 64, 4 (...)

3Origine probable de tous les vœux et serments qui traversent l’œuvre, cette expérience politico-religieuse précoce va bouleverser la paisible existence de celle qui n’était jusque-là qu’un poète amateur du Wiltshire, égérie d’un petit cercle de virtuosi de Cambridge. De ce refus du Test comme de son vœu à la Vierge, fruit de sa loyauté dynastique autant que d’une quête spirituelle, découle sa conversion au catholicisme en 1685 après la bataille de Sedgemoor, qui lui semble une rupture sacrilège de l’obéissance jurée à Charles II et à son successeur ; de là également son exil auprès de son roi et de ses cousins Connock de 1689 à 1704 et ces recueils manuscrits catholiques et jacobites, autobiographies spirituelles versifiées destinées à souder les liens de la communauté jacobite, d’abord en France puis, clandestinement, en Angleterre, où elle séjournera de nouveau entre 1704 et 17277 ; de là encore les persécutions essuyées après ce retour au pays natal, alors qu’elle se fait romancière et gentlewoman farmer ; de là enfin l’ultime départ de l’irréductible Jacobite pour Saint-Germain, qu’elle regagne en 1727 pour s’y éteindre en 1732. C’est, on l’a vu, de Saint-Germain et du Magdalen Manuscript, que date la première version du très symbolique serment versifié aux Muses que prononce au début de Love Intrigues son héroïne, la jeune Galesia. De toute évidence, ce vœu de chasteté qui, dans le petit roman, doit faire de Galesia, persona de Jane Barker, une paria mais aussi l’égale de son idole la poétesse royaliste Katherine Philips, résume symboliquement sa vocation de poétesse jacobite, décrite dans les poèmes du Magdalen Manuscrit comme un austère sacerdoce, requérant à la fois virginité, pauvreté et loyauté au monarque déchu, ainsi que l’a relevé Toni Bowers dans un des premiers articles consacrés au jacobitisme de Jane Barker8.

  • 9 Un certain nombre des poèmes de jeunesse publiés – sans le consentement de Jane Barker – dans Poeti (...)
  • 10 Le roman a d’abord été lu comme une tentative pour créer une image respectable de la femme écrivain (...)

4Source cachée de déchirement et de conflits larvés, le thème du serment, décliné à l’infini – serment aux Muses, serment à l’amant, serment de l’ amant ; serment prêté, serment respecté, serment réclamé, serment refusé, serment violé – traverse et retraverse le petit texte à demi autobiographique9 qui paraît en 1713. Il est donc tentant d’y voir l’expression allégorique et analytique des engagements politiques et religieux de Jane Barker, dissimulée derrière son héroïne et son double romanesque Galesia. C'est donc à cette lumière que l’on se propose de relire Love Intrigues, republié en 1719 sous le titre de The History of the Amours of Bosvil et Galesia. Comme dans les recueils manuscrits, le motif de l’engagement évolue et se diffracte en une série de variations, qui permettent d’envisager une situation politique complexe sous ses différentes facettes tout en déployant une pluralité d’injonctions et d’arguments. Instrument d’appréhension du jacobitisme littéraire de Jane Barker, le thème du serment invite, une fois reconnue sa centralité et sa prégnance, à élargir les interprétations largement féminocentriques de Bosvil et Galesia qu’ont jusqu’alors produites des lectures dominées par les gender studies10. Pour ce faire il est nécessaire de revenir sur l’Histoire-contexte et l’histoire-texte afin de mieux mettre en lumière les diverses occurrences du motif. L’on pourra alors étudier le comportement des deux protagonistes principaux de ce récit d’intrigue amoureuse à travers trois situations fondamentales : la parole violée, la parole refusée et la parole donnée.

Les Intrigues de l’Amour : Texte et contexte

L’Histoire…

  • 11 Kathryn King et Jeslyn Medoff, « The Documentary Record », op. cit., p. 25.

5L’Histoire favorise la résurgence du motif du serment sous la plume de Jane Barker, en lui donnant un poids croissant dans la vie de la romancière et de son lectorat. De retour en Angleterre, Jane Barker se heurte en effet plus fortement encore que sous la Restauration au problème du serment et de la parole donnée ou exigée. En 1689, Guillaume d’Orange a imposé un nouveau serment d’allégeance à la couronne et à l’Église anglicane. En 1702, s’y ajoute la clause dite de l’abjuration, qui oblige membres du Parlement, clergé et laïcs de diverses catégories professionnelles, non seulement à jurer fidélité au souverain de facto, mais aussi à nier les droits à la couronne des descendants catholiques de Jacques II. Outre les catholiques, une fraction des ecclésiastiques, des parlementaires et des pairs tory se refuseront à y souscrire, s’estimant liés par leur serment antérieur à Jacques II. Ils seront alors déchus de leurs fonctions. Si Jane Barker, comme lors du Test, n’est d’abord pas directement concernée, son public et son entourage le sont et l’écrivain elle-même, en pratiquant sa foi au grand jour, s’attire bientôt des rétorsions similaires, qui s’accentuent après l’échec du soulèvement jacobite de 1715 puis après la découverte du complot Atterbury en 1720. Le gouvernement sévit longuement et durement contre tous ses opposants potentiels ou avérés : exécutions, confiscations de terres, purges dans l’armée, dans l’enseignement et dans la magistrature, Registration Act de 1715 qui permet aux juges de paix d’exiger des catholiques un serment d’allégeance sous peine d’amendes et d’emprisonnement. Le prix à payer, après 1715, est particulièrement lourd pour la minorité à laquelle appartient Jane Barker : les propriétaires terriens catholiques seront obligés de se faire enregistrer avec leurs possessions auprès des autorités locales pour payer une contribution supplémentaire aux réparations ; impôts supplémentaires, déplacements surveillés, s’ajouteront au fil des ans... En 1717, Jane Barker signe le Papist Roll du district de Kevesten11, geste qui, sans être un serment au sens strict, n’en a pas moins le même caractère de déclaration solennelle qu’un contre-serment d’abjuration ou qu’un serment d’affirmation, en ce qu’il solennise, sous la contrainte légale, une allégeance politique et religieuse dissidente.

  • 12 Une rumeur voulait que le prince de Galles, James Francis Edward, ne fût pas le fils de Marie de Mo (...)
  • 13 Voir Barry Coward, The Stuart Age. England 1603-1714, Londres, New York, Pearsons Education, 2003, (...)
  • 14 Toni Bowers, Force Or Fraud: British Seduction Stories and the Problem of Resistance, 1660-1760, Ox (...)
  • 15 Ibid., p. 156-157. Particulièrement symptomatique est la transformation du motif du parjure, dans d (...)
  • 16 Ibid., p. 23 : « [Tory novelists] deploy received seduction story topoi to imagine a new kind of se (...)
  • 17 Voir Paul Kleber-Monod, Jacobitism and the English People, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)
  • 18 La cour en exil, qui compte des anglicans, des catholiques et des protestants, est partagée par des (...)

6D’autres feront défection. Love Intrigues paraît sur fond de sourde opposition entre « Vieux Tories » et « Nouveaux Tories », à un moment où les concepts-clefs de non-résistance, de loyauté et d’obéissance passive subissent une redéfinition drastique. Après l’accession au trône d’Anne, Stuart et bonne Anglicane, le nombre des non-Jureurs va peu à peu se restreindre, restriction mentale et casuistique aidant. Si les vieux Tories, comme Sacheverell, auteur de The Perils of False Brethren, in Church, and State (1709), et comme son ardent défenseur, Francis Atterbury, tendent à se considérer comme toujours liés aux personnes de Jacques II et de son héritier par les serments d’allégeance de 1685, la majorité se rabat sur la fiction de l’abdication de Jacques II, sur celle de la bassinoire12, sur le providentialisme sherlockien et sur la sacro-sainte doctrine de l’obéissance passive13. Certains, comme Berkeley, sont avant tout soucieux de se démarquer des forcenés jacobites auxquels les comparent inlassablement les Whigs. En 1712, puis en 1715, le futur évêque de Cloyne reprend, non sans succès, la théorie des deux corps du roi : c’est envers le pouvoir souverain, et non envers la personne qui le détient momentanément, que le serment d’allégeance engage les sujets loyaux, affirme-t-il dans le recueil Passive Obedience. Dès lors, il n’est plus de prérogative héréditaire qui tienne : au monarque de facto, quel que soit son mode d’accession au trône, est due une obéissance absolue. « Arguing for the sacredness of oaths, he defends new oaths designed to overwrite those that came before ; in the process, he distinguishes new tory sensibility from jacobite sensibility », démontre Toni Bowers14. Cette clarification ouvre un espace d’indétermination et d’infinies variations casuistiques, propice aux compromis individuels comme aux modulations romanesques : « If ‘Force and open Violence’ is the only rebellion that counts as such, then what we might call ‘fraud’ – those indirectly resistant behaviors, neither entirely consensual nor unambiguously rebellious […] – can quietly migrate to the other side of the balance sheet, the side of virtue15 ». On voit alors les romanciers tory s’efforcer de définir, à travers des figures féminines exposées à la coercition et à la séduction, une nouvelle manière d’être qui permette de concilier les exigences d’un gouvernement sourdement désapprouvé et les murmures d’une conscience individuelle troublée, une manière d’être « compromise et complice mais toujours vertueuse »16. De leur côté, un certain nombre de catholiques, quoique profondément fidèles à Jacques II, se joignent aux efforts du dominicain Thomas Strickland pour élaborer un serment de fidélité adapté aux recusants. Peut-être nécessaire pour éviter l’asphyxie juridique et économique qui menace la communauté, en particulier dans le Sud, où beaucoup se résolvent, d’ailleurs, à une conversion nominale17, cette initiative, qui n’aboutira pas, soulève bien des tempêtes. C’est sans doute au moins partiellement en réponse à cet esprit de conciliation que naît, à un moment stratégique, l’œuvre narrative de Jane Barker, voix des « non-compounders » de Saint-Germain18 et irréductible partisane de Rome et des Stuarts, exilés jusqu’à son dernier jour.

  • 19 Paul Kleber Monod, op. cit., p. 133 : « The submission plan exemplified the terrible dilemma of Eng (...)
  • 20 Ibid., p. 133.

7Entre 1715 et 1723-1724, Jane Barker vivra donc les grandes heures de ce « terrible dilemme des recusants »19, dont P. Kleber Monod pose si clairement les termes : « maintaining allegiance to the Stuarts led them to further persecution, but disowning the exiled line meant a betrayal of their deepest sentiments20 ». La frontière passe donc entre fidélité et parjure intérieur. Jane Barker assistera en même temps aux heures sombres de la déroute tory, qui rend plus perméables les frontières entre toryisme et jacobitisme, comme le souhaitaient déjà les partisans des Stuarts en 1713-1714, à la veille de la mort d’Anne. George Ier, qui succède à Anne pendant l’été 1714, n’éprouve en effet que méfiance et antipathie pour ces représentants de la gentry conservatrice High-Church, eux-mêmes troublés par la présence d’un luthérien sur le trône. S’ensuit une longue traversée du désert pour un parti écarté du pouvoir durant plusieurs décennies et de ce fait plus favorable aux revendications du Prétendant.

  • 21 L’expression « hermeneutics of censorship » est forgée par Annabel Patterson, Censorship and Interp (...)
  • 22 Voir par exemple, Paul Salzman, English Prose Fiction : A Critical History, Oxford, Clarendon Press (...)
  • 23 Kathryn King, « The Novel before the Novels with a Glance at Mary Hearne’s Fables of Desertion », i (...)

8Comment l’œuvre de Jane Barker, mais aussi sa lecture, n’auraient-elles pas été affectées par les sourds conflits de loyauté dont l’auteur est le témoin attentif et engagé ? Dans la trilogie autobiographique construite autour du personnage-persona Galesia qu’elle publie entre 1713 et 1726, Jane Barker insèrera donc, a-t-on vu, des fragments soigneusement choisis de ses poèmes manuscrits d’exil qui circulent secrètement dans des cercles de sympathisants jacobites et catholiques. Certes, le propos allégorico-politique est enfoui, voire noyé, dans la trame d’un récit domestique : parce qu’ils demeurent soumis à la censure post-publication, malgré la fin du Licensing Act et qu’il peut en coûter cher à l’auteur et à l’éditeur de faire paraître des textes séditieux, les romans de Jane Barker sont obligés de recourir à cette « herméneutique de la censure »21 auxquels les lecteurs traditionnels issus des couches supérieures sont habitués de longue date. Héritières de la tradition d’allégorie politique des romans héroïques ou romances royalistes des XVIe-XVIIe siècles22 et de la tradition des histoires galantes à clef, qu’il s’agisse des Love Letters between a Nobleman and His Sister d’Aphra Behn ou de The New Atlantis de Delarivier Manley, les novels en tant que « versions remises au goût du jour des vieilles romances, se trouvaient dans les faits génériquement prédisposées au commentaire politique » selon K. King23.

It is not an accident that novels emerged as a form of political writings in this period. [...] Tropes and situations drawn from the real or imagined experience of family life, because they invoked strong emotions became a resource in constructing these stories : political dilemmas could be better dealt with when recast as dramas about daughters torn between wifely and filial duty, heirs cheated of their due, ambitious wives ruining their husbands on purpose or by accident,

  • 24 Rachel Weil, Political Passions : Gender, the Family and Political Argument in England, 1680-1714, (...)
  • 25 Mark Lovebridge, A History of the Augustan Fable, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 4 (...)
  • 26 Bosvil and Galesia, p. 16.

renchérit Rachel Weil.24 Par la voix de Galesia, Jane Barker elle-même incite son lecteur à l’exégèse en assimilant sans cesse l’histoire privée de son héroïne à une fable, à une époque où ce dernier genre est considéré comme « a medium for serious political commentary »25. « The Consideration of this makes me see how difficult it is to draw a Scheme of vertuous Politicks, whereby to govern this little Microcosm »26, déclare en sus l’héroïne-narratrice en une métaphore révélatrice. Comment donc imaginer que les motifs du serment et de la promesse, si importants dans l’œuvre et dans la quête identitaire de Jane Barker, catholique et Jacobite, n’aient pas suscité d’écho dans la conscience du lecteur contemporain ?

Et l’histoire

  • 27 Le nom est lui-même chargé de souvenirs : Lucasia est l’interlocutrice privilégiée de la poétesse r (...)
  • 28 Voir Alain Bony, Leonora, Lydia et les autres : étude sur le (nouveau) roman anglais du XVIIIe sièc (...)
  • 29 Bosvil and Galesia, p. 9.

9Au cœur d’une dense isotopie de la fidélité, le mot « vow » revient en effet une dizaine de fois dans les quarante pages de ce petit roman qui, rappelons-le, voit le jour en deux temps avec la publication de la version corrigée et étoffée The Amours of Bosvil and Galesia, sous-titrée The Faithful Virgin, réédition qui plaide en faveur d’une réception favorable. Malgré quelques altérations et réactualisations, le schéma demeure à peu près le même en 1713 et en 1719. Le récit-cadre se déroule dans les jardins de Saint-Germain et met en scène deux exilées, Galesia et Lucasia27, l’une contant à l’autre sa jeunesse. Narratrice et héroïne du récit-mémoire central, forme encore automatiquement présumée véridique à cette époque28, Galesia se présente donc comme une Jacobite type. Âgée d’une quinzaine d’années, issue, comme Jane Barker, d’une vieille famille de propriétaires terriens royalistes, elle s’est éprise de son cousin Bosvil – personnage, qui dit-elle, n’avait pourtant rien de particulièrement séduisant29, alors qu’elle était aimée d’un gentilhomme propriétaire terrien, Brafort.

  • 30 Ibid, p. 16 : « The Consideration of this makes me see how difficult it is to draw a Scheme of vert (...)
  • 31 Ibid, p. 24 : « you have offer'd your Vows to Mrs. Lowland ».
  • 32 Ibid, p. 25 : « an angry Power ».

10Le motif du serment intervient une première fois durant un séjour à Londres, tout au début du récit de Galesia. Bosvil affirme à sa cousine son amour, à grand renfort de serments dont il lui réclame la contrepartie. Galesia, tentée, mais hostile aux amours secrètes, lui refuse toute promesse tant qu’il ne se sera pas ouvert de ses intentions à leurs parents respectifs, et ce bien que Bosvil lui ait fait craindre un mariage forcé avec Brafort. La peur qu’en ressent Galesia s’avère injustifiée, d’autant que Brafort meurt peu après. De retour à la campagne, Galesia attend vainement Bosvil, qui devait la demander en mariage. Après de brèves et froides retrouvailles, Galesia, découragée, jure fidélité et chasteté aux Muses (deuxième occurrence du motif du serment) au cours d’une vision et renonce éternellement à l’amour pour se consacrer à la poésie et à la médecine avec l’aide de son frère, se mettant en quête d’« une ligne de politique vertueuse » pour gouverner « le petit microcosme »30 de sa personnalité. Bosvil revient alors, renouvelle cette fois ses avances, toujours à la dérobée, puis, de nouveau, « porte ses vœux »31 (troisième occurrence) à Mrs Lowland, fille d’un gentilhomme des environs. De retour auprès de sa jeune cousine, le volage lui prodigue cependant mille serments (quatrième occurrence) et lui réclame une promesse amoureuse, produisant pour gage de sa sincérité une dispense de bans (mariage licence) et lui jurant de demander officiellement sa main au plus vite par l’entremise de son propre père (cinquième occurrence). À grand-peine, Galesia évite de s’engager verbalement, mais se promet in petto de lui prêter serment de fidélité et obéissance (sixième occurrence) dès que ses parents, mis au courant, lui auront donné leur accord. Le père ne vient pas, Bosvil s’absente et Galesia a une seconde vision, où un « pouvoir irrité »32 lui rappelle son serment aux Muses et lui prédit toutes sortes de calamités, de persécutions, ainsi qu’un destin comparable à celui de Cassandre. Revenu de Londres, Bosvil la traite avec froideur et, loin de demander sa main, propose à son père de la marier à un de ses amis. Galesia, furieuse, s’empare d’une vénérable rapière et part en découdre, mais s’endort en chemin, épuisée par la chaleur et par le poids de son arme. Au lieu de tuer le volage et de se suicider, elle lui écrit pour lui interdire de reparaître devant elle. Son père l’initie alors à l’agriculture et lui remet tout pouvoir sur ses terres et ses gens.

  • 33 George Olney, Metaphors of Self: The Meaning of Autobiography, Princeton, Princeton University Pres (...)
  • 34 Bosvil and Galesia, p. 16 : « a Scheme of vertuous Politicks ».
  • 35 Rosalind Ballaster, Seductive Forms: Women's Amatory Fiction from 1684 to 1740, Oxford, Clarendon P (...)

11Au bout d’un an, Bosvil surgit de nouveau, éconduit par Mrs Lowland, et reprend son manège sentimental. Enfin, après une grave maladie, Bosvil annonce son mariage avec une dame de Londres. Galesia, hantée par ses serments et par ses parjures, ne le croit pas et lui envoie par plaisanterie une paire de cornes, qui lui parvient le jour de ses noces, devant ses invités et sa fiancée. Elle apprendra, cependant, que Bosvil, durant sa maladie, l’a évoquée avec le plus vif attachement et qu’il dit s’être marié sans amour, découragé par le silence et par la froideur de la jeune fille, qui a toujours refusé tout engagement malgré ses stratagèmes pour éveiller sa jalousie. Galesia récuse cette version et affirme qu’elle ne changerait rien à sa conduite, que Dieu la récompensera d’une manière ou d’une autre et qu’il l’a soutenue à travers cette épreuve. Entre la condition jacobite de la narratrice et l’aventure amoureuse de l’héroïne se crée un lien pluriel et subtil : l’héroïne-narratrice est, en vertu du cadre autobiographique, un être dont la cohérence immanente ne fait que s’actualiser au cours de la narration, ou encore, selon la description de George Olney : « a coherent and integral self, potential at first and destined, though no one can foredraw the shape of destiny, to be realized through many experiences, until it shall become this one, and no other, self »33. L’attitude de Galesia, respectueuse de l’autorité paternelle et éprise de transparence tout au long de sa relation conflictuelle avec Bosvil, devient la manifestation encore inconsciente et imparfaite d’un ethos de loyauté héréditaire, qui explique, préfigure et justifie le choix politique symbolisé par Saint-Germain, cadre de la narration. En d’autres termes, les principes qui guident Galesia à travers sa première expérience sentimentale, placée sous le signe de la vision prophétique par le poème central, sont aussi ceux qui la mènent à Saint-Germain. Or, Galesia semble donc avoir trouvé, au fil de son histoire, la « ligne de vertueuse politique »34 qu’elle recherchait au début du roman. L’héroïne, dont la narratrice sanctionne dans ses grandes lignes la conduite, se présente ainsi bien plus clairement encore que celles des fictions étudiées par Rosalind Ballaster, comme « un modèle idéal pour le sujet politique masculin »35, – mais ce modèle est jacobite.

Serment imprononçable et mariage impossible : le refus d’une alliance contractuelle

  • 36 Bosvil and Galesia, p. 11.
  • 37 « …since he assur'd me of his Parents Consent, I knew his Fortune to be too advantageous to be refu (...)

12« [...] He found some Moments to assure me of his everlasting Love, and to sue for the same of me »36, se souvient Galesia. Dès la première entrevue, Bosvil prodigue et réclame des serments d’amour pré-nuptiaux. Rythmant l’intrigue, ses exigences de réciprocité, sa volonté constante d’instaurer – ou d’imposer – un lien amoureux exclusif à travers le serment différencient Bosvil, demi-citadin, jeune avocat, du fidèle gentleman campagnard Brafort, et signalent en lui le représentant de la modernité. Autre élément-clef du roman, la résistance muette – ou le mutisme récalcitrant – de Galesia, qui refuse de se lier par serment, la privera peut-être d’une idylle conjugale. À plusieurs reprises, Galesia va s’expliquer symboliquement de ce refus un rien paradoxal. Alliance intrafamiliale avantageuse et promise à la sanction paternelle37, le mariage de Bosvil et Galesia conforterait, en effet, les liens du sang si Bosvil ne créait pas un conflit de loyauté en réclamant d’emblée un engagement personnel et exclusif, un serment ou une promesse avant tout consentement parental, au mépris des usages, des loyautés intergénérationnelles et du devoir d’obéissance filiale :

  • 38 Bosvil and Galesia, p. 11.

He found some Moments to assure me of his everlasting Love, and to sue for the same of me. I, young and unexperienc'd as I was, had the Cunning to conceal my Passion, and to pretend not to believe his. The Truth is, […] I dreaded to launch on so dangerous a Sea ; thinking each Sigh a Storm to overset ones Reputation, which too often proves true in Fact, especially if the Amour be secret, or without Parents Consent, that good Pilot which conducts young Lovers to the safe Harbour of Matrimony, without which we can hope for little but Shipwreck of our Fortunes and Quiet.38

13En d’autres termes, Bosvil tente d’entraîner sa cousine dans une relation élective par des serments qui remettent sourdement en cause l’autorité du père sur ses enfants. La démarche de Bosvil s’oppose d’ailleurs diamétralement à l’étiquette suivie par les prétendants successifs de Galesia : l’ami même que Bosvil prétend un instant vouloir faire épouser à sa cousine en appelle officiellement au père de Galesia en premier lieu. Certes, Bosvil fait par instants miroiter l’espoir d’une demande en mariage dans les règles, mais son attitude gagne en ambiguïté. Toujours oublieux de l’autorité parentale, c’est à Galesia même qu’il réclame bientôt son consentement, en échange de serments d’amour qu’il étaye en brandissant une « license » ou dispense :

  • 39 Ibid., p. 17.

[...] If before he admir’d, honour’d, or esteem’d me, he now doted, ador’d, and dy’d for me ; vow’d a thousand Times that he could not live without me ; that his Passion had been the Cause of his late Indisposition, and wou’d be of his Death, if the salutary Remedy of Hymen’s Rites were not speedily apply’d ; in order to which he had brought a License with him, and therewith took it out of his Pocket, and shew’d it me39, relate Galesia.

  • 40 Ibid., p. 22.

14Or, la dispense permet, moyennant paiement d’une certaine somme, d’éviter la publication des bans et le délai de trois semaines qui l’accompagne. Si ce type d’arrangement matrimonial est considéré comme plus sûr et plus respectable que le mariage par contrat oral devant témoins ou que le mariage clandestin (simple célébration religieuse sans proclamation des bans ni dispense officielle), il permet aussi éventuellement de se passer du consentement parental. Cette possibilité, toujours implicite, affleure dans les propos de Bosvil : « If you love me as a Kinsman or a Friend, reply’d he, testify the same in saving my Life ; which, as a wretched Criminal I beg, and as a faithful Lover hope to receive from your Goodness, in consenting to a speedy Marriage »40. En insistant sur l’urgence vitale de cette union, tout en retardant indéfiniment la venue de son père et en s’abstenant de demander la main de Galesia à ses parents, Bosvil ne tente-t-il pas une fois encore d’amener sa cousine à agir sans la sanction paternelle, ou, tout du moins, de lui arracher cette promesse qu’elle lui refuse obstinément ?

  • 41 Ibid.
  • 42 Voir par exemple, sur les mutations de la conception du mariage, ainsi que sur le rôle du roman fém (...)
  • 43 Ruth Perry, Novel Relation: The Transformation of Kinship in English Literature and Culture, 1748–1 (...)
  • 44 Ibid., p. 79 : « …feudal patriarchal prerogative was losing ground to newer, subtler, forms of male (...)

15Une telle union par consentement mutuel, cimentée par le seul échange de serments, peut être de facto licite mais elle ne saurait prétendre à la légitimité aux yeux de Galesia qui refuse, là encore, de s’engager : au discours individualiste de Bosvil, qui lui tient le langage de l’amour comme relation exclusive, l’héroïne répond constamment par la rhétorique des liens du sang et, d’une certaine manière, du de jure : « I have done nothing to deserve your Love, beyond that of a Kinswoman or a Friend, which I hope I shall never forfeit, but as such I shall for ever love you »41. C’est une déclaration de conservatisme que ce choix, à une époque où s’impose peu à peu l’idéal du mariage d’inclination42 et où la « famille biologique dans laquelle naît l’individu », la gens patriarcale avec ses solidarités horizontales et verticales, décline au profit de la famille nucléaire, « famille élective constituée par le mariage », où les obligations réciproques des deux époux l’emportent sur les liens du sang, provoquant d’intenses conflits de loyauté qui hantent, selon Ruth Perry, le roman féminin du XVIIIe siècle43. En esquivant tout engagement amoureux, en s’abstenant de prononcer les paroles d’alliance sans le consentement parental, Galesia refuse en la personne de Bosvil non seulement « les nouvelles formes, plus subtiles, d’autorité masculine » qui remplacent peu à peu « l’antique prérogative féodalo-patriarcale »44, mais aussi leur corrélat socio-politique. Il ne faut pas perdre de vue qu’à la même époque le Whig Defoe, pourfendeur de la tyrannie des alliances arrangées, avocat de l’union librement consentie, orchestre bruyamment dans The Family Instructor (1715-1718) l’opposition entre mariage d’amour et mariage de convenance, libéralisme bourgeois et despotisme patriarcal.

  • 45 Rachel Weil, Political Passions, op. cit., p. 105.
  • 46 Michael McKeon dans The Secret History of Domesticity: Public, Private, and the Division of Knowled (...)
  • 47 Voir Paul Kleber-Monod, Jacobitism and the English People, op. cit., p. 56-57. La déposition de Jac (...)
  • 48 Il s’agit en particulier des divorces du duc et de la duchesse de Norfolk et du comte et de la comt (...)
  • 49 Voir Carol Barash, English Women’s Poetry, 1649-1714, Politics, Community and Linguistic Authority, (...)
  • 50 Voir en particulier l’analyse de The Lovers’ Week et de The Female Deserters par K. King dans « The (...)

16« The relationship between political and familial authority was nowhere more intimate or problematic than in the newly installed monarchy », remarque Rachel Weil45. Si la famille est, depuis Aristote, un lieu d’examen privilégié des relations socio-politiques, Jane Barker, comme ses contemporains46, ne peut ignorer les implications idéologiques de ce heurt entre obéissance filiale et serments conjugaux, alors que s’opposent, autour de la bible commune aux Jacobites et aux High-Tories qu’est Patriarcha de Robert Filmer, défenseurs et détracteurs de l’analogie entre monarchie et famille patriarcale. La querelle a pour enjeu la nature même de la monarchie : en récusant l’analogie entre autorité royale et autorité paternelle, Locke infirme les théories absolutistes, rejetées au profit du contractualisme après la déposition du « roi-père » en 1688 par ses propres enfants – symboliques comme réels47. Si Locke différencie soigneusement sphère publique et privée, il n’en va pas de même de ses disciples whigs, pris dans la tragi-comédie politico-familiale de 1688-1689. À l’analogie paternelle, le néo-patriarcalisme Whig substitue très tôt un parallèle exclusif entre relation conjugale et exercice du pouvoir, autorité conjugale et souveraineté du monarque constitutionnel : le thème du mariage d’amour entre le roi et la nation ressurgit tout particulièrement dans la rhétorique whig pour justifier le « divorce » et le remariage de 1689, alors que le parlement débat à grand fracas des droits et devoirs respectifs des époux à l’occasion de plusieurs affaires de séparation conjugale touchant des membres des plus hautes sphères de l’aristocratie48. Guillaume et Marie s’emploieront aussi à faire de l’harmonie – et de l’obéissance – conjugales le symbole du nouveau régime, s’accordent Carol Barash et Rachel Weil49. Aussi la figure du père est-elle souvent associée au toryisme et au royalisme dans le roman amoureux, qu’il s’agisse du père de Sylvia dans Love Letters, de celui de Delia, loyal partisan de Charles I er, dans les Aventures de Rivella de Delarivier Manley, ou encore des pères tyranniques et déraisonnables des romans de Mary Hearne. À l’inverse, l’amant victorieux (whig) y incarne l’ordre nouveau50. On mesure dès lors la portée symbolique du refus du serment amoureux et du mariage dont il est la clef, sous un régime qui réclame avec insistance de ses sujets un engagement verbal solennel : le geste de Galesia enracine le refus d’allégeance à la personne du monarque post-révolutionnaire dans le refus de principe d’un système politique contractualiste.

  • 51 Michael McKeon, Origins of the English Novel, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2000 (1rst (...)
  • 52 Bosvil and Galesia, p. 16 : « a Scheme of virtuous Politicks ».

17Ce faisant, Jane Barker s’oppose à tous ceux, néo-Tories ou Whigs modérés, qui présentent le nouveau système comme le fruit d’une harmonieuse synthèse entre liberté contractualiste et stabilité patriarcale, comme le faisait peut-être déjà Congreve dans Incognita, où autorité paternelle et flamme juvénile, alliance arrangée et mariage d’amour se révèlent, sous un antagonisme de surface, non seulement compatibles mais identiques. « Incognita does not give us ‘love and duty reconcil’d’, because here at least, they are never at variance », note à juste titre M. McKeon51. Disciple de Dryden mais membre du Kit-Kat Club, partisan de Guillaume d’Orange mais fort peu réformateur dans le fond de l’âme, comme la plupart des Whigs modérés, et pleinement satisfait par le caractère fondamentalement conservateur du régime post-révolutionnaire, le Whig Congreve avait tout lieu de conclure à une harmonie du désir et du devoir, de l’élection et de la tradition en 1692. Love Intrigues prend le contre-pied en démontrant leur incompatibilité, et en affirmant que la seule « ligne de politique vertueuse »52 consiste à faire passer le devoir filial avant l’amour juvénile. Rien d’étonnant à cela si l’on en croit Rachel Weil :

  • 53 Rachel Weil, Political Passions, op. cit., p. 234.

Although [...] people with strongly anti-contractarian political views were predisposed to think of politics in terms of father-child rather than husband-wife relationships, because the latter contained an unavoidable element of contract, Jacobite assertions of the priority of filial over conjugal duty were certainly made unavoidable by the circumstances of the revolution.53

  • 54 Ibid., p.150-159 ; Michael McKeon, The Secret History of Domesticity, op. cit, p. 14-15.
  • 55 Dans un sermon de 1717, peut-être commandité par George Ier, Benjamin Hoadly, évêque de Bangor, réc (...)
  • 56 En 1718, Jane Barker écrit au duc d’Ormonde pour l’inciter à tenter un débarquement en Angleterre : (...)
  • 57 « To send abroad the Composure of leisure Hours, as at first I was very timerous, so (had not the s (...)

18Dans ses récits ultérieurs, Jane Barker en viendra à adopter une stratégie similaire, sur un mode plus imagé, à celle de la féministe tory High Church Mary Astell, qui, suggère Rachel Weil, ne conteste pas seulement la suprématie masculine au nom de la liberté naturelle du sujet contractant, mais infirme aussi le contractualisme en opposant à la liberté théorique du nouveau sujet postrévolutionnaire la persistance du despotisme domestique54. Dans The Lining of the Patch-Work Screen, treize ans après Love Intrigues, l’Angleterre hanovrienne apparaît comme une juxtaposition d’enfers conjugaux et d’unions frauduleuses au sein d’une société rongée par la violence et le désordre. En 1726, dans son dernier roman, Jane Barker envisage d’un œil désenchanté les conséquences d’un fait accompli. En revanche, lorsque Jane Barker met en circulation le manuscrit de Love Intrigues en 1713, la question du serment est encore et toujours d’actualité tandis que le pays oscille entre deux prétendants et deux types de pouvoirs : une monarchie héréditaire de droit divin avec Jacques III, ou bien un régime contractualiste avec l’électeur de Hanovre. En 1713, alors que la santé défaillante d’Anne enflamme les espoirs jacobites, attisés par les négociations « secrètes » des principaux chefs tory avec Saint-Germain, puis durant les années de proscription tory, alors que le sentiment jacobite progresse dans l’opposition conservatrice High-Church aigrie par son exil politique et outrée par le camouflet infligé par George Ier au synode épiscopal de 1717 lors de la controverse de Bangor55, Jane Barker est encore portée par le sentiment que les jeux ne sont pas faits, que les allégeances ne sont pas fixées56. Par ailleurs, le roman, dit l’épître liminaire à la comtesse d’Exeter, a été rédigé à une date antérieure57, où il avait sans doute pour fin non seulement de justifier les choix politiques de l’irréductible Jacobite, mais aussi de dissuader lectorat tory-High-Church et lectorat catholique de prêter un serment de convenance au nouveau régime. Aussi le serment se trouve-t-il au cœur de l’épreuve de force entre Bosvil et Galesia, où il devient la ligne de démarcation stratégique entre alliance contractuelle et fidélité à un système patriarcal, auquel la plupart des Tories demeurent très attachés. En liant indissociablement serment et mariage, Jane Barker, avec la rigueur dont elle fera toujours preuve dans ses choix personnels, écarte l’échappatoire de la restriction mentale et du pieux mensonge. Prêter serment, c’est accepter le principe du pacte interindividuel ; se taire, c’est demeurer fidèle à cette hiérarchie naturelle, décrétée par Dieu, qui fonde le patriarcalisme filmérien, garant de l’autorité du monarque sur ses sujets comme de celle du père sur ses enfants.

  • 58 Voir Carol S.Wilson, The Galesia Trilogy, op. cit., p. XXXVIII : « Barker challenges and subverts t (...)
  • 59 C’est en ce sens qu’incline Kathryn King dans Jane Barker, Exile, op. cit., développant une idée en (...)

19Jane Barker ne se contente pas d’une équation superficielle. Tout en jouant avec art sur l’anticontractualisme épidermique d’une partie de son lectorat pour les amener au refus d’allégeance, elle étaye aussi son discours par une réflexion sur le statut et sur l’essence du serment dans l’un et l’autre système. Cette démarche lui permet à la fois de prouver en profondeur l’incompatibilité des types de pouvoirs tout en rendant le serment exigé par les autorités post-révolutionnaires doublement inacceptable. Si Jane Barker « subvertit les conventions des romances » mais aussi celles des novels, en faisant systématiquement avorter toute intrigue amoureuse et en faisant de la question du serment un barrage aux deux issues possibles du roman d’amour – la chute de la femme séduite ou le mariage de l’héroïne vertueuse –, ce n’est pas, comme tendent à l’affirmer les dernières lectures féministes, parce qu’elle « redoute la capitulation féminine au pouvoir masculin »58 ou parce qu’elle aurait nourri personnellement une secrète attirance pour l’indépendance du célibat59. Loin de Galesia, en effet, toute aspiration à une inquiétante liberté. Galesia elle-même, éprise de soumission et de subordination, est prête à des serments qui vont beaucoup plus loin que les gages sentimentaux réclamés par son amant :

  • 60 Bosvil and Galesia, p. 27. Cette soumission volontaire et enthousiaste à l’époux est un thème majeu (...)

I will let thee know how true a Master thou hast been of my Affections ; I will beg thy Pardon for all the Pains I have made thee feel by my seeming indifference, and kindly reproach thee for thy feign’d Negligence ; and then repair all with infinite Testimonies of everlasting Fidelity, tye my self to the nuptial Bands, and ratify all by a constant Obedience.60

  • 61 Bosvil and Galesia, p. 28.
  • 62 Dans la mentalité patriarcale qui unit les Tories, l’analogie paternelle se conjugue avec l’analogi (...)
  • 63 Bosvil and Galesia, p. 21 : « the salutary Remedy of Hymen’s Rites » (les italiques sont de Jane Ba (...)
  • 64 « Hymen’s rites », p. 21, « holy Marriage-vows », p. 34. Ce désaccord sur la nature du serment port (...)

20Ainsi se promettait, dans les premiers temps, la jeune fille en des termes lourds de connotations politiques, alors qu’elle croyait encore à une demande en mariage dans les règles. Le désaccord porte sur le moment où doit avoir lieu le serment : doit-il intervenir avant ou après le mariage, doit-il commander ou, à l’inverse, couronner le transfert de l’autorité paternelle au nouvel époux ? Galesia est prête à jurer fidélité et obéissance à Bosvil, mais par un serment qui sanctionnerait la continuité de l’autorité paternelle et de l’autorité conjugale pour celle qui se conçoit en perpétuelle feme covert, en éternelle sujette et mineure. À l’inverse, Bosvil, en l’incitant au serment, la traite en feme sole soustraite à toute autorité extérieure : « I study’d [...], what to say to my Father, for being so ready to leave him for an Husband »61, dit-elle. Il ne s’agit pas, par le serment de fidélité, d’aliéner sa liberté dans un échange contractuel, mais de participer à la solennisation d’un transfert rituel d’autorité : le serment d’obéissance scelle les rites de l’hymen mais ne les précède pas, et l’époux doit être non le rival mais le double et surtout le successeur désigné du père62. Par son insistance sur cette filiation symbolique, sur la figure paternelle ainsi que sur les liens du sang, Jane Barker signale donc discrètement son attachement au principe dynastique, mais aussi à la monarchie absolue de droit divin. Le différend sur le moment dissimule en effet un profond désaccord sur le rôle et sur la nature du serment. Pour Bosvil, l’amant, l’autorité dérive du serment, qui est pacte bilatéral ; pour Galesia, le serment est dicté et garanti par une autorité préexistante et supérieure, à qui est due unilatéralement et a priori une allégeance absolue. Plus profondément, s’esquissent deux conceptions antithétiques du serment, l’une immanentiste, où le serment, engagement interpersonnel, tire sa force de la seule volonté des deux parties, prises dans une relation de réciprocité horizontale, l’autre transcendantale, où le serment ne peut être que s’il est garanti et, dans une certaine mesure, requis, par une puissance supérieure – ici, le père, à la fois figure du monarque absolu de droit divin et figure du Tout-Puissant – dans un rapport de hiérarchie verticale. Particulièrement révélatrices sont les périphrases dont use chacun des deux protagonistes pour désigner l’échange de promesse du mariage – le seul serment que puisse prêter Galesia, sous réserve de consentement paternel, mais aussi image du sacre : pour Bosvil, qui, dispense en main, évoque les « rites de l’hymen »63, le recours à la transcendance n’est qu’une formule consacrée, entre formalité obligée et topos, qui solennise un accord mutuel préalable ; pour Galesia, tenante des loyautés héréditaires, le seul serment possible – « holy Marriage Vows » – touche au sacré s’il ne revêt même un aspect sacramentel64. Auprès du public tory High-Church qu’incarne la comtesse d’Exeter, l’argument revêt un poids certain.

  • 65 Cité dans Elaine Hobby, Virtue of Necessity. English Women’s Writings. 1649-1688, Londres, Virago, (...)
  • 66 Toni Bowers, « Representing Resistance » in Paula Backscheider, Catherine Ingrassia, éds., A Compan (...)
  • 67 Bosvil and Galesia, p. 102.
  • 68 Ibid. p. 26.

21Il serait dangereux, cependant, de pousser plus loin la démonstration et de prôner avec trop d’insistance le refus du serment : moins transparent mais plus catégorique encore d’une certaine façon, le leitmotiv du mutisme et de la retenue, doublés de celui de l’inertie, vient donc prendre le relais. Or ceux-ci sont clairement du côté de la vertu : modestie, chasteté, obéissance et silence ne constituent-ils pas les ingrédients d’une conduite féminine exemplaire ? « They should be seen but not heard [...] Their best setting out is silence », prescrivait Richard Brathwaite dans le très populaire English Gentlewoman65. La vertu, dans Love Intrigues, réside donc dans le silence des Non-Jureurs. Le mutisme de Galesia, prolongement du refus du serment, confond soumission filiale et opposition à l’amant : à son lecteur tory, à la recherche d’une « résistance protestante soigneusement délimitée, également distante d’une rébellion irrespectueuse et d’une soumission inconditionnelle »66, la Jacobite ne laisse nul autre choix. « His Daughter having been always dutiful and tenderly observant, he resolv’d to be indulgent, and impose nothing contrary to her Inclinations »67, fera dire Jane Barker au père de Galesia dans son second roman. Allons plus loin : Galesia ne peut, ne veut parler, que sur l’ordre de l’autorité suprême des pères : « How far my Looks or Gestures might betray my Thoughts I know not, but I kept my Words close Prisoners, till they should be set at Liberty by the Desire of his Father, or the Command of mine ; or at least convey’d into the Mouth of my prudent Mother »68. Reniant stratégiquement l’option de la « rébellion irrespectueuse » en tournant en dérision ses velléités de meurtre, c’est en somme au nom de l’obéissance passive à une autorité première et tacite que la jacobite Jane Barker, qui écrit pour les siens et pour un public tory, fait refuser à son héroïne un mariage d’amour fondé sur un échange de serments interindividuels.

  • 69 Ibid., p. 15 : « my Pride would not permit me to let this Contempt of my Youth and Beauty be known (...)

22Jane Barker ne dissimule pas à ses lecteurs les difficultés de la loyauté. Galesia soulignera amèrement, dans plusieurs tirades héroïques, les privations auxquelles l’expose son célibat, à la fois choisi et imposé par le mutisme qu’elle conserve face à Bosvil : le mariage manqué ou impossible met en danger le statut de Galesia. Menacée d’une humiliation publique si ce « mépris de sa jeunesse et de sa beauté69 » est connu d’autrui, Galesia se trouve frustrée du rôle de châtelaine campagnarde auquel elle était destinée et se destinait :

  • 70 Ibid., p. 40. « I was about ten or eleven Years old, when my Mother took me from Putney School, fin (...)

O wherefore was I born of human Race,
If doom’d to labour under such Disgrace :[…]
But Heaven knows all, and knows my vertuous Soul […]
Knows the just Schemes of my intended Life,
To be the chast, the chearful, faithful Wife :
A vertuous Matron to my Houshold good,
A helpful Neighbour in my Nighbourhood.
With hospitable Table, open Door,
One for my Friends, the other for the Poor.
To teach my Family to lead good Lives,
And chiefly teach my Maids to make good Wives.70

  • 71 Ian Watt, The Rise of the Novel, Londres, Pimlico, 2000, (1rst ed. 1957), p. 54. Susan S. Lanser, « (...)
  • 72 Ian Watt, op. cit., p. 144.

23Ce sentiment de déchéance sociale se comprend fort bien à la lecture des pages que Ian Watt consacrait à la détérioration du statut des femmes célibataires. Celle-ci est confirmée par les travaux plus récents de Susan Lanser, qui soulignent la virulence croissante des discours hostiles au célibat féminin à mesure que s’accentuaient les besoins en main d’œuvre et en troupes de l’empire britannique71. Si Galesia-Jane Barker échappe, sans avoir recours à un dénouement tragique, au ridicule qui guette, selon Watt, la vieille fille dans la littérature dès la fin du XVIIe siècle72, peut-être est-ce, au moins partiellement, parce que son histoire est reçue, en vertu d’un principe analogique, comme une méditation sur le sort du sujet politique confronté à un imprononçable serment et, de ce fait, exposé à des rétorsions socio-économiques qui le privent de son statut légitime en lui interdisant les honneurs publics et les fonctions officielles… Condition d’accès aux biens de ce monde, et étroitement lié à une question d’engagement oral, le mariage de Bosvil et Galesia est, en effet, une image transparente d’une impossible alliance politique pour ses contemporains.

  • 73 Bosvil and Galesia, p. 45 « Now it was that I was forc'd to act the Part of patient Grizel ».
  • 74 Voir Rachel Weil, op. cit., p. 157.
  • 75 « … if I had told my Father or Mother, I shou'd but have embarrass’d them in a difficult Business, (...)
  • 76 P. Kleber-Monod, op. cit., p. 54 : « If the psychological basis of Whiggery was anti-Catholicism, t (...)
  • 77 « The War between France and the Allies was almost like a Civil War, Friend against Friend, Brother (...)

24En contrepoint de cette semi-déchéance, Jane Barker ne peut offrir à son lecteur que des promesses symboliques : serment conditionnel des Muses (« We’ll bring thee to our bright Abodes, / Amongst the Heroes and the Gods, / If thou and Wealth can be at Odds »), image finale de la « patiente Griselidis »73 promise à un triomphe après une longue période de souffrance stoïque... Elle peut aussi leur laisser entrevoir les possibles conséquences néfastes du contractualisme, qui guettent tous ceux qui s’aventureraient à enfreindre les limites de la vertueuse résistance qu’est le mutisme. Conformément aux arguments des polémistes anticontractualistes, qui accusent les théoriciens whigs d’ébranler les fondements de la famille, cellule de base de la société, en légitimant le divorce et rendant superflue l’obéissance filiale74, les exigences d’engagement exclusif de Bosvil mettent en péril la stabilité de la cellule familiale, composante fondamentale de la société : Galesia ne peut s’en ouvrir à ses parents car cet aveu les mettrait en difficulté ; elle ne peut se confier à son frère, car une telle confidence risquerait d’avoir de fatales conséquences75, expliquera-t-elle à Lucasia. Si les Whigs ont misé sur l’anticatholicisme pour prévenir toute tentative de restauration, les polémistes jacobites ont joué à l’inverse sur ce qui est le « fondement du Toryisme », selon P. Kleber Monod : « la phobie de l’anarchie »76, ici représentée par le désordre intérieur et par la menace d’un conflit intrafamilial – image de la guerre civile77 – que suscite Bosvil. S’oppose à cette liaison conflictuelle l’amour harmonieux, légitimé simultanément par la raison et par la nature, qui lie Galesia, son frère et ses parents entre eux : la vraie élection n’est pas un choix mais une acceptation d’une relation de déférence et d’amour donnée a priori et voulue par Dieu. Or, ni le frère, ni le père ne requièrent de serment : l’adhésion loyale est tacite et va de soi.

Bosvil ou le sujet parjure : L’ennemi commun

  • 78 Mary Astell, Reflections on Marriage, in Bridget Hill (éd.), TheFfirst English Feminist : Reflectio (...)
  • 79 K. King, Jane Barker, Exile, op. cit., p. 162.
  • 80 Howard Erskine-Hill, « Literature and Jacobitism : Was There a Rhetoric of Jacobitism? » in Evelyn (...)
  • 81 Bosvil and Galesia, p. 24 (je souligne le membre de phrase ajouté en 1719).
  • 82 Il peut cependant s’agir d’un emprunt ou d’un héritage. Dans Marriage in Seventeenth-Century Englis (...)
  • 83 Dès 1714, le Whig Richard Steele, partisan de la succession hanovrienne, revisite de manière un peu (...)

25« [Usurpers] are always most desirous of recognitions and busy in imposing oaths, whereas a lawful prince contents himself with the usual methods and securities », déclare Mary Astell, fervente Tory, proche des Non-Jureurs et quelque peu suspecte de sympathies jacobites78. Jane Barker pense de même, qui fait de Bosvil, ce rival du Père, et de ses insistantes – et infructueuses – exigences de serment une préfiguration de ce pouvoir illégitime auquel elle résistera au détriment de ses intérêts matériels – bien plutôt qu’une image du Prétendant, auquel l’identifie de manière assez surprenante Kathryn King, associant Bosvil au « Lost Lover » de la mythologie jacobite79. Les révisions de 1719 accentueront les éléments qui mettent en évidence la relation profonde entre Bosvil et l’usurpateur. De même que les Jacobites se sont bel et bien soulevés en 1715, Galesia prendra réellement les armes en 1719 contre le parjure tyrannique, qui tente de lui imposer tantôt un serment que lui-même ne tient pas, tantôt une alliance forcée avec un tiers. En 1713, alors que la silhouette de l’électeur de Hanovre ne se dessinait encore qu’en pointillé et que celle de feu Guillaume d’Orange s’estompait avec le temps, il ne s’agissait que d’un fantasme et l’épée que saisissait Galesia n’existait que dans son imagination. Mais la dangerosité de Bosvil s’est accrue proportionnellement à celle de l’adversaire réel : alors même que, dupée par les promesses de Bosvil, Galesia envisage l’instant où elle pourra lui jurer amour et obéissance et nouer les liens exclusifs de l’hyménée, elle sera mise en garde par un rêve aussi symbolique qu’inquiétant, qui associe désormais en 1719 à Bosvil « l’image polémique et sensationnelle du viol »80, au centre des controverses entre Whigs et Tories : « ...an angry Power on a sudden carry’d me away, and made me climb a high Mountain, where I met Bosvil, who endeavour’d to tumble me down »81, écrit Jane Barker en 1719. Utilisée à l’origine pour dénoncer la conquête illégitime de l’Angleterre par Guillaume d’Orange82, l’image du viol ne pouvait guère s’appliquer à la reine Anne. L’accession de l’électeur de Hanovre en revanche lui donne une seconde vie83 : de même que Galesia a pris les armes en 1719, le « viol » symbolique a bien eu lieu en 1715, mais la narratrice jacobite en a été miraculeusement préservée par une puissance courroucée – par la puissance de son courroux et par sa résistance obstinée au chantage aux serments ?

  • 84 Les deux citations figurent dans Bosvil and Galesia, p. 22.
  • 85 P. Kleber-Monod, Jacobitism and the English People, op. cit., p. 26.

26Dès 1713, Jane Barker incitait déjà ses compatriotes à la méfiance à travers le motif insistant du parjure. Bosvil est aussi prodigue de serments et prompt à les rompre, comme le lui rappelle sa cousine : « Those (reply’d I) who have once swerv’d from the Faith they profess, ought always to be suspected ; you have offer’d your Vows to Mrs. Lowland », rétorque-t-elle à celui qui l’implore ainsi, « Be not cruel then to your Penitent, but forgive him who now asks it with all Submission ; him, who vows never to offend you ; him, who swears to suffer any Thing, rather than deserve your Anger ; him, who dedicates every Action of his Life to love, please, and serve you »84. C’est à ce titre que Galesia lui refusera un serment d’amour réciproque, gagé sur la seule bonne foi et concrétisé par la promesse de penser à lui et par un consentement solennel à un mariage rapide. La conjonction de l’exigence de serments et du parjure, imputation injurieuse pour le nouveau régime, obéit à une logique typiquement partisane, qui n’est pas propre à Jane Barker : « The ‘Whiggish’ Jacobites often borrowed their rhetoric from the Non Jurors. Lawton and Montgomery both described the Revolution as an act of conquest perpetrated upon a people seduced by false promises »85, constate Paul Kleber-Monod. Or, les motifs de la séduction et du parjure constituent aussi des topoi communs aux discours des différentes factions jacobites, des images que filent inlassablement pamphlets et périodiques, à la fois destinées à renforcer la cohésion interne du parti loyal et à grossir les effectifs de ce dernier en faisant vibrer l’imagination et la sensibilité d’un peuple indécis.

  • 86 Cette hypothèse est soulevée et défendue de manière assez convaincante par K. King dans Jane Barker (...)
  • 87 Tel est le portrait que dresse, parmi les premiers, John Richetti dans Popular Fictions before Rich (...)
  • 88 Rappelons que dans Poetical Recreations, recueil issu de la collaboration juvénile de Jane Barker, (...)
  • 89 Voir J. G. A. Pocock, The Machiavellian Moment: Florentine Political Thought and the Atlantic Repub (...)
  • 90 Bosvil and Galesia, p. 9 (« … my Aunt, my Lady Martial, a vertuous Matron, under whose prudent Cond (...)

27Si la conjonction du parjure et de l’exigence de serment désignent clairement Bosvil comme une figure d’usurpation dans l’imaginaire symbolique des compagnons de lutte de Jane Barker, le récit exemplaire, ou fable, de Galesia a aussi, en vertu de l’analogie famille/État, pour mission de populariser, de diffuser et de conforter ce même imaginaire par une démonstration codée. Toute la difficulté consiste à montrer les conséquences néfastes d’un serment contractuel, tout en dictant la « ligne de politique vertueuse » du plus strict refus. Jane Barker aurait pu choisir de mettre en garde ses lecteurs en mettant en scène séduction et abandon dans une intrigue secondaire dysphorique, conçue sur le modèle des récits insérés de The New Atlantis. Love Intrigues, qui n’était peut-être pas destiné à la publication au départ86, opte pour un autre modèle, plus subtil et plus raisonné. The History of the Amours of Bosvil and Galesia, a Novel, ne l’oublions pas, paraît sous la double étiquette de la nouveauté (novel) mais aussi de la vérité (history). Si l’omission, le raccourci, l’ellipse sont aussi inévitables que l’impartialité et l’exhaustivité sont impossibles dans l’autobiographie, Jane Barker, qui va jusqu’à confesser, par la voix de Galesia, quelques facéties bien peu conformes à sa longue réputation de vertueuse fille d’Orinda ou de romancière impeccablement respectable87,semble avoir pris au sérieux le pacte autobiographique qui interdit le pur et simple ajout d’aventures fictives88. Love Intrigues est l’apologia pro vita sua d’une femme de tête jacobite, qui dévoile à son lecteur les ressorts de sa pensée passée et reconstitue les mécanismes intellectuels qui ont déterminé ses choix, tant matrimoniaux que politiques. Aussi est-ce au nom de la prudence – projection présente et future de l’expérience accumulée par les générations précédentes89 et héritage de la « prudente mère » et « prudente » tante90 – que Galesia refuse de répondre aux serments et demandes de serments de Bosvil, comme le relève avec dépit l’amant :

  • 91 Ibid., p. 45.

…he resolv’d to shake off those Fetters, and abandon one that had never shew’d any Kindness to him, but treated him always with such an Air of Indifference, as seem’d rather the Effect of Prudence than Affection ; […] but all my Conduct had been with Caution and Circumspection, quite different from Passion or Tenderness.91

  • 92 Ibid., p. 42.

28Or l’usage et la coutume suggèrent qu’une union telle que celle que propose Bosvil est fraude et illusion, « a continu’d Act of Folly on the one Side, and Treachery on the other ; and the last Scene a Declaration of Scorn instead of Kindness »92 comme le concluera l’héroïne, mais aussi comme elle l’avait sourdement pressenti dès les premières entrevues :

  • 93 Ibid., p. 10. Galesia tient de nouveau des propos similaires dans A Patch-Work Screen for the Ladie (...)

The Truth is, I had heard so ill a Character of the Town Amours, as being all Libertinism, and more especially the Inns of Court, that I dreaded to launch on so dangerous a Sea ; thinking each Sigh a Storm to overset ones Reputation, which too often proves true in Fact, especially if the Amour be secret, or without Parents Consent, that good Pilot which conducts young Lovers to the safe Harbour of Matrimony, without which we can hope for little but Shipwreck of our Fortunes and Quiet. This Consideration made me pretend to take all he said for Banter, or youthful Gallantry.93

  • 94 Bosvil et Galesia, Ibid., p. 42.

29Jamais Galesia ne se départira de ses soupçons, nourris par le comportement de Bosvil : céder aux promesses de l’amant et s’engager envers lui revient à se mettre à la merci de ce même prétendant qui feint de la traiter en libre sujet, lui révèlent conjointement raison et imagination : « I still sooth’d my Fancy that he lov’d me, […] then immediately drawing the Curtain, beheld myself rejected by them, as the Plague of their Family, perhaps refus’d and slighted by him, rebuk’d and wonder’d at for my coming, scorn’d and laugh’d at by all the World . »94

  • 95 « he […] proceeded with a young Gentlewoman at London », relate Galesia (Ibid., p. 38). Il ne s’adr (...)

30Étayant de preuves concrètes et de présages négatifs les spéculations de Galesia, le thème du serment violé joue ici un rôle essentiel dans la démystification du contractualisme : les parjures répétés de Bosvil font de ses demandes de serment un jeu de dupes dans un cadre où la réciprocité, qui se substitue à une garantie transcendante, se résume, dans le pire des cas, à une illusion brandie par un séducteur ou n’offre, dans le meilleur des cas, qu’un gage aléatoire, à la merci de l’humeur changeante et de l’opportunisme des deux parties. L’envoi carnavalesque de Galesia à son cousin – la paire de cornes qui parvient fortuitement, par une sorte de justice poétique, à Bosvil le jour même de ses noces, qui résulte directement de sa politique louvoyante, toute d’avances et de retraits – sanctionne cette fragilité inhérente du serment nouveau modèle, fragilité née de la désacralisation du serment dans la nouvelle conception de l’union contractuelle : Bosvil a traité directement avec sa promise95 ; les serments qui solennisent leur contrat ne peuvent être que parodiques et voués à la violation aux yeux de Jane Barker.

  • 96 Jane Barker célèbre avec ferveur l’auteur de The Hind and the Panther dans la dédicace de Poems Ref (...)
  • 97 Howard Erskine-Hill, Poetry of Opposition and Revolution : Dryden to Wordsworth, Oxford, Clarendon (...)
  • 98 Toni Bowers, « Representing Resistance », op. cit., p. 140.

31Le motif du parjure confère à la figure de Bosvil une riche polysémie, propice aux amalgames stratégiques. Peut-être Jane Barker prend-elle modèle sur celui qu’elle encense depuis sa conversion et son exil96 :Dryden, avertit Howard Erskine-Hill, n’offre jamais à ses lecteurs de rigoureuses et transparentes transpositions de la situation politique, mais développe une stratégie d’insinuation, faisant miroiter une multiplicité d’allégories discontinues tant pour se protéger que pour s’adapter à la complexité des temps97. Il en va de même ici : Bosvil, prodigue de serments et prompt à les rompre comme le lui rappelle sa cousine, ne préfigure pas simplement l’usurpateur mais incarne aussi allégoriquement tous ceux qui prononcent et prônent de nouveaux vœux. Silhouette masculine, le cousin instable est en puissance une figure d’autorité et cependant il se situe sur un pied d’égalité avec sa cousine, à la différence du héros typique des histoires de séduction tory, tel que le caractérise Toni Bowers : « The predatory male character is more powerful than the woman he defrauds : of a higher social station, sexually experienced, and often his prey’s relative or legal guardian »98. Qu’on songe, par exemple, au Duc dans l’histoire de la pauvre Charlot, contée par Delarivier Manley dans The New Atalantis, ou à Mr. B. dans Pamela : Bosvil, quoique du sexe fort, est bien loin de jouir du même ascendant social.

  • 99 Voir sur ce stéréotype, Paula McDowell, The Women of Grub Street: Press, Politics, and Gender in th (...)

32En 1713, Jane Barker cherche aussi à unir par empathie son héroïne narratrice jacobite et son lectorat relativement conservateur dans une même méfiance envers un ennemi commun, un séducteur aux blandices duquel il faut résister. Bosvil est à la fois une figure de l’usurpateur en ce qu’il exige (implicitement) des serments, mais aussi le tentateur, en ce qu’il incite avec moult arguments, cajoleries et promesses, au serment et au viol de l’autorité paternelle. Dans les recueils poétiques manuscrits de Jane Barker à Saint-Germain, ce rôle était tenu par un Tory renégat. De retour en Angleterre, le regard de Jane Barker évolue tant en fonction des expériences de l’exil que des impératifs diplomatiques. Par le motif du parjure amoureux, elle va faire de Bosvil l’ennemi commun aux Jacobites et aux Tories : si le parjure connote l’usurpation dans la mythologie jacobite, c’est, de manière bien plus générale, une constante des fictions royalistes de la Restauration, puis de la littérature polémique tory, que de présenter le Whig comme un traître à sa parole, relève Paula McDowell dans The Woman of Grub Street99. Avec Love Letters between a Nobleman and His Sister, notamment, Aphra Behn a introduit dans l’imaginaire culturel anglais un type, que Delarivier Manley n’a fait que graver un peu plus profondément : le Whig comme parjure, et comme parjure contagieux, puisque l’héroïne tory Sylvia finit par imiter la perfidie de son séducteur Whig Philander.

  • 100 Bosvil and Galesia, p. 24.
  • 101 Bosvil and Galesia, p. 44 « I sent him a pretty Pair of Horns, neatly made of Bugles […] as a sover (...)
  • 102 Mark Knights, Representation and Misrepresentation in Later Stuart Britain : Partisanship and Polit (...)
  • 103 Voir P. Kleber Monod, Jacobitism and the English People, op. cit., p. 39 : « The Whigs had become T (...)
  • 104 Linda Colley, In Defiance of Oligarchy. The Tory Party, I714-60, Cambridge, Cambridge University Pr (...)
  • 105 Voir par exemple, Bosvil and Galesia, p. 35 : « The Farmer, according to the Utility of his Occupat (...)
  • 106 Voir J. G. A. Pocock, The Machiavellian Moment: Florentine Political Thought and the Atlantic Repub (...)

33Bosvil collectionne donc, outre le parjure, les traits qui font de lui un type whig, ou un héritier au petit pied de Philander. Comme Philander, il est sujet à des absences mystérieuses et au tropisme londonien. Établi dans le voisinage de Galesia pour être plus près de Londres, « he that had pass’d Graduate amongst the Town-Amours »100 préfère l’éloquence à l’administration de ses terres, à la différence du gentleman-farmer Brafort, et il trahira finalement sa famille et ses origines en épousant – à Londres – non la fille d’une famille de la gentry locale comme Galesia et comme Mrs Lowland, mais « une coquette de la ville »101. On notera que Bosvil, d’une naissance bien moins prestigieuse que Philander, ne fréquente pas la cour, mais la ville, lieu intermédiaire et ambigu : d’une part, Jane Barker échappe ainsi à la division Court/Country qui recoupait globalement sous la Restauration le clivage entre partisans et opposants de la couronne ; d’autre part, elle peut exploiter à son avantage l’antagonisme landed gentry/monied interest, qui recoupe désormais après 1689, selon Mark Knights102, celui des Tories/Whigs remodelé par l’avènement du capitalisme anglais et surtout par la Révolution103. Parjure, Bosvil est aussi celui qui trahit cette petite noblesse terrienne et d’origine royaliste dont est issue, selon Linda Colley, la majorité des Parlementaires tories104 et que Galesia viendra à personnifier en s’initiant à l’agriculture et en tenant des propos agrariens105. Bosvil, ce candidat à l’alliance, qui profère, réclame et brise des serments tout au long du roman, cristallise donc aussi l’hostilité d’une gentry qui se sent menacée dans sa préséance traditionnelle, alors que Swift accuse les financiers whigs de ruiner la gentry en spéculant sur des guerres financées par la taxe foncière106.

  • 107 Paul Kleber Monod, op.cit, p. 28.
  • 108 Voir Linda Colley, Britons, Forging the Nation, 1707-1837, London, Yale University Press, 1992, p. (...)
  • 109 Bosvil and Galesia, p. 35 : « my Father gave into my Power and Command all his Servants and Laboure (...)
  • 110 Voir Margaret Ezell, The Patriarch’s Wife : Literary Evidence and the History of the Family, Chapel (...)
  • 111 Paul Kleber-Monod, op. cit., p. 18.

34Bosvil est enfin le grand manipulateur, conformément à la vision tory-jacobite, où la révolution est le fait de conspirateurs perfides qui ont entraîné la nation dans une alliance forcée avec un usurpateur107. Bosvil cherchera à piéger sa cousine dans un mariage avec un tiers, à l’insu de la principale intéressée, comme ceux qui, avant la Révolution, avaient conspiré tour à tour avec Monmouth et avec Guillaume d’Orange. Ce faisant, Bosvil ne cessera de nourrir la peur de l’arbitraire du souverain domestique qu’est le père de famille, cette hantise du pouvoir arbitraire, qui, avec celle du catholicisme, rythme toutes les menées orchestrées contre Jacques II et sa descendance par les hommes politiques, idéologues et ecclésiastiques whigs, tout particulièrement en 1713-1714, durant la longue dernière maladie de la reine Anne, hantise qui fait encore échouer tout au long du XVIIIe siècle, les tentatives de restauration, selon Linda Colley et Colin Haydon108. Lors de leurs premières entrevues à Londres, Bosvil réussira à faire naître en elle méfiance et soupçons – soigneusement dissimulés et promptement dissipés – en lui faisant craindre un mariage forcé avec Brafort. De nouveau, en machinant une alliance arrangée avec son ami à l’insu de Galesia, il tentera d’entraîner oncle et cousine dans un rapport conflictuel. Cependant, le père, quoique favorable au soupirant présenté par Bosvil, ne contraint pas sa fille à le recevoir ; et c’est contre le manipulateur que se tourne la jeune fille : les manœuvres de Bosvil échouent donc et ne font qu’alourdir les charges de parjure. Réciproquement, celles-ci disqualifient a priori la stratégie d’inquiétude et la menace absolutiste brandie par Bosvil. Loin d’être un tyran, le père n’imposera jamais à sa fille de mariage arrangé, mais lui accordera un pouvoir « absolu »109 sur ses gens et ses terres, situation dont Galesia souligne le caractère exceptionnel, valorisant et bénéfique et qui lui confère à la fois les avantages de la « femme du patriarche » selon Filmer110, et de facto, l’indépendance de la feme sole qu’elle deviendra par la suite. Mesurons bien le poids symbolique de cette délégation d’autorité, en regard du chantage et des parjures de Bosvil : jamais le sujet n’apparaît si libre aux yeux de Jane Barker que lorsqu’il se soumet de son plein gré et unilatéralement à une autorité patriarcale naturelle, tacitement investie du droit divin. Or, cette réhabilitation dialectique du patriarcalisme survient alors que les théoriciens non-jureurs du droit divin, tel Charles Leslie, s’appliquent à établir une claire distinction entre monarchie absolue et monarchie arbitraire, entre régime paternaliste et tyrannie patriarcale111.

  • 112 Voir Paul Kleber Monod, op. cit., p. 59, 258.

35Prenant pour socle le topos politico-littéraire du parjure, issu du roman du XVIIe siècle, Jane Barker va donc utiliser, au profit de la figure de Jacobite exemplaire qu’est Galesia, l’antagonisme tory/whig et, de là, invalider la propagande anti-jacobite, tout en rappelant à son lectorat conservateur, tenté par le ralliement au souverain de facto et par l’option hanovrienne, les liens privilégiés du nouveau régime et du parti whig, liens qui se sont un peu distendus sous le règne d’Anne, mais qui promettent de se resserrer si l’électeur de Hanovre accède au trône, liens qui s’affirment à travers la figure bifrons de Bosvil, impérieux et insidieux demandeur de serments, mais aussi parjure. Aussi l’épisode se conclut-il sur l’envoi symbolique des cornes, double geste de défi : promesse d’une déconvenue pour l’adversaire whig et avertissement à tous ceux qui seraient tentés de rompre leur premier serment, il est aussi allusion moqueuse à la situation matrimoniale de l’électeur de Hanovre – « Cuckoldy George » dans les ballades séditieuses et libelles – adultère et mari trompé112. Discréditant l’idéologie contractualiste whig, le motif du serment violé permet a contrario une réhabilitation du père-souverain absolu de droit divin, cœur du patriarcalisme filmérien.

Le Serment aux muses ou la sacralité du premier serment

36Accusateur, le motif du parjure n’est pas sans un discret élément de reproche, quand bien même Jane Barker ménage avec soin une niche à son lecteur en lui offrant pour modèle la confidente jacobite et destinataire idéale Lucasia, dont le nom même connote amitié et royalisme :

It is a Grief extreamly hard to bear, to find ones self thus abandon’d, in the Flower of Youth, and that by my own Relation, who ought to have sustain’d me against any false Pretender, according to the Song then in Vogue ;

  • 113 Bosvil and Galesia, p. 30.

You, of all Men, bad least Reason,
Thus to abuse my poor Heart ;
For if another had done it,
You ought to have taken my Part, &c.113

  • 114 Voir Paul Kleber-Monod, op. cit., p. 147-149, sur ce rapprochement entre High Church et le Prétenda (...)
  • 115 Bosvil and Galesia, p. 31 : « the Deserts of Arabia never produc’d so formidable a Monster as this (...)

se plaint Galesia alors que Sacheverell et ses nombreux émules, dans les années 1710, ébranlent à nouveau les consciences tory et anglicanes, cette fois en faveur de l’héritier légitime, Jacques III114, et que la perspective d’une succession hanovrienne et luthérienne, en 1713, accroît le trouble. Bosvil, le cousin-amant aux allégeances instables et à la conduite « inconcevable »115, dira Galesia, est aussi le compatriote irrationnel qui s’est fait acteur de la Révolution, le sujet parjure, au cœur d’une isotopie de la déloyauté et du mensonge, tandis que Galesia, fille de cavalier et future jacobite, s’identifie étroitement à la dynastie déchue.

  • 116 Ibid., p. 23.
  • 117 William Warner, op. cit., p. 83 : « …the royalist argument that too many subjects of the Stuart mon (...)

37« Those (reply’d I) who have once swerv’d from the Faith they profess, ought always to be suspected116 » : le langage de Galesia semble calculé pour éveiller les scrupules des Recusants vacillants, tout en ressuscitant le vieux « grief royaliste » que cristallisent les parjures multiples des héros de Love Letters between a Nobleman and His Sister d’Aphra Behn (1684), où William Warner voit autant de reproches à ces « trop nombreux sujets [qui] trouvent moyen de renier leur serment de loyauté au roi »117. En 1713, ces vœux de fidélité éternelle et d’amour mutuel, ces promesses non tenues d’un côté, refusées de l’autre, contiennent un discret élément de reproche adressé à tous ces vieux Tories et Non-Jurors que la mort de Jacques II en 1701, puis l’accession d’Anne ont convaincus de prêter serment, ou qui ont eu recours à la restriction mentale pour continuer à servir la cause Stuart dans des postes publics. Au reproche atténué se surimpose le rappel allégorique des muses au tout début du roman :

  • 118 Bosvil and Galesia, p. 14.

Vow a Virgin to remain.
Write, write thy Vow upon this Tree,
By us it shall recorded be,
And thou fam’d to Eternity
[…].118

  • 119 Bosvil and Galesia, p. 22.

38Galesia obéit en gravant une ode sur le tronc d’un arbre. Au cœur du roman, alors même qu’elle se croit sûre de son bonheur et envisage déjà de jurer amour, fidélité et obéissance à Bosvil, une puissance surnaturelle viendra lui rappeler en songe, par une longue tirade héroïque, l’indissolubilité de ce pacte avec les Muses, concrétisé à son insu par les tirades poétiques où elle exhale spontanément en vers ses sentiments les plus intimes à chaque crise psychologique. Le mariage entre Galesia, future jacobite, et Bosvil, traître à ses serments comme à ses origines, n’achoppe donc pas seulement sur la déloyauté de ce dernier, mais aussi sur un engagement préliminaire et transcendant qui demeure gravé dans le cœur de Galesia (« my pre-ingaged Resolution of a single Life »119) même si elle semble parfois l’oublier. Galesia ne fera guère référence, au fil de son récit, à ce serment primordial et fondateur dont elle ne s’explique jamais, sinon de manière allusive, face à Bosvil. Il n’en demeure pas moins que ce premier vœu se vérifie et s’actualise tout au long du roman, et qu’il est à l’arrière-plan du mutisme de Galesia, vouée à la solitude et à toutes les calamités réservées aux disciples des Muses par la puissance courroucée qui la rappelle à l’ordre.

  • 120 « The contract with the Muses, writ on the bark of a shady Ash-tree », Magdalen Manuscript, fol. 76
  • 121 « My Thoughts swam in a Sea of Joy, which meeting with the Torrent of the aforesaid Vexations, made (...)
  • 122 « It has prov’d so true in the Event, that I think one can hardly call it so, but a real Vision », (...)

39Le pacte avec les Muses et l’intervention de cette mystérieuse et menaçante instance ne formaient dans la version manuscrite initiale, rédigée à Saint-Germain avant 1704120, qu’un seul et même poème onirique. En scindant le poème en deux parties, le cadre narratif opère une recontextualisation ciblée qui permet d’introduire et de scander le motif du premier serment, substitué ici au problématique « contrat » du titre initial (« The Contract with the Muses »), titre désormais supprimé. Présenté comme une vision, procédé de romance ici colonisé par le roman « novel », ce rappel du premier serment acquiert dans le récit de Galesia le réalisme d’une manifestation psychosomatique, grâce à une évocation à la fois concrète et imagée d’un état de surexcitation nerveuse et de déséquilibre physiologique121 conforme aux symptômes et conditions de l’affection mélancolique dans The Anatomy of Melancholy, sans perdre pour autant de sa résonnance prophétique122 : la fidélité à ce premier serment, que l’héroïne semble oublier et respecte pourtant, devient un mouvement irrépressible, involontaire, fruit simultané d’une nécessité intérieure, presque biologique, et d’une impulsion transcendante.

40Sous son habillage mythologique, le serment aux Muses ne fait que rappeler aux lecteurs, plus subtilement que par une reprise du motif un peu éculé des vœux rompus et du châtiment divin (celui de The History of the Nun et de The Fair Jilt d’Aphra Behn), que le serment qui les lie à Jacques II et à sa descendance n’est pas un engagement éthique révocable en cas de besoin, comme le prétendent les avocats de la révolution, mais un lien surnaturel et ontologique, comme le soutiennent les plus fervents défenseurs du droit divin.

  • 123 « The Faithful Virgin » est le sous-titre attribué à Bosvil et Galesia dans la table des matières d (...)
  • 124 Ibid., p. 14.
  • 125 Ibid.
  • 126 Voir « Destiny », v. 39-40, in Samuel Johnson (ed.), The Poems of Abraham Cowley, Londres, Whitting (...)
  • 127 Katherine Philips elle-même, modèle de vertu, était la tendre et fidèle épouse de son « Antenor ». (...)

41Pour un lecteur catholique, la portée est double. Unissant indissociablement son catholicisme et son jacobitisme, la « vierge fidèle »123 de Jane Barker érige un contre-modèle aux coupables, mais trop aimables, nonnes infidèles et belles parjures d’Aphra Behn et d’Eliza Haywood. Véritable sacerdoce, l’engagement de Galesia envers cette figure de transcendance que constitue le groupe des Muses se double d’un vœu de chasteté (« vow a Virgin to remain »124), de pauvreté (« If thou and Wealth can be at Odds »125) et, de fait, d’obéissance. Cowley, cher à Jane Barker, se dit destiné dès sa naissance par la Muse à la pauvreté et à l’obscurité126 ; Galesia, elle, s’y voue de son plein gré et (plus ou moins) compos mentis ; et si la pauvreté du poète est un topos, la chasteté absolue, en revanche, fait figure de rareté127. Le serment aux Muses et la vocation poétique se révèlent peu à peu, sinon comme la sublimation prophétique ou le substitut d’une vocation religieuse contrariée par les circonstances, du moins comme l’expression métaphorique et proleptique d’un engagement spirituel qui ne peut s’expliciter autrement, mais dont les répercussions concrètes – forme d’ascétisme et de retraite intra-mondaine – affectent de manière significative le quotidien :

  • 128 Bosvil and Galesia, p. 34.

…he [my brother] frequently entertain’d me with Descriptions of Places, and Customs of France, in particular, Convents, and their Way of Living, which I so admir’d, that I wish’d for such Places in England ; which, if there had been, ‘tis certain I had then become a Nun, and under a holy Veil bury’d all Thoughts of Bosvil, dira Galesia.128

  • 129 Bosvil and Galesia, p. 16.
  • 130 Allison Shell, Catholicism, Controversy and the Literary Imagination, Cambridge, Cambridge Universi (...)

42« I follow’d my Study close, betook my self to a plain Kind of Habit, quitted all Point-Lace, and Ribands, and fine Cloaths »129, rapporte auparavant Galesia, immédiatement après le voeu aux Muses. « …the causes of English Catholicism and Jacobitism became intertwined after 1688 », constate Allison Shell :130 pour une fraction du lectorat, le mutisme de Galesia unit refus de l’apostasie politique et refus de l’apostasie religieuse. Que le lecteur soit ou non catholique, ou sensible au catholicisme de Jane Barker, la parenté entre promesse aux Muses et vœu monastique ne fait au demeurant que rehausser la sacralité du premier serment.

  • 131 Bosvil and Galesia, p. 25 : « I thought the aforesaid Power snatch'd me away, and brought me to tha (...)
  • 132 Les prières insistantes de Jacques II et de Marie de Modène à Louis XIV étaient demeurées vaines : (...)

43Motif traditionnel du roman héroïque, le rêve-vision, qui met de nouveau Galesia en présence d’une « puissance » surnaturelle, courroucée et protectrice et qui la rappelle à ses premiers vœux131 marque clairement la dimension proleptique de cette épreuve privée et pré-révolutionnaire, consacre la stature héroïque que Galesia a déjà fugitivement acquise par son serment aux Muses et donne à Jane Barker, à travers son héroïne-narratrice, l’autorité lucide de la prophétesse inspirée. Aussi ce passage est-il celui où se dessine le plus clairement l’engagement jacobite à venir de la persona Galesia, que le récit-cadre, il faut le rappeler, présente comme une dame de la Cour de Saint-Germain, et qui de surcroît, en 1713, se rend en guise de conclusion à l’appel des cloches de la chapelle – inévitablement catholique – la plus proche132...

  • 133 Brean Hammond note que le début du XVIIIe siècle assiste à une « renégociation du canon littéraire  (...)
  • 134 Voir Carol Barash, op. cit., p. 92.
  • 135 Notons que Jane Barker continue, dans le même temps, à dialoguer avec les initiés : Cassandre appar (...)

44Que la vocation poétique et le vœu de chasteté participent d’un engagement politique et spirituel, le lecteur, même privé des hypotextes manuscrits, ne peut plus, désormais, manquer de le pressentir. Orinda, dont les Muses promettaient explicitement le destin à Galesia lors de leur apparition, est icône royaliste autant que garant moral, et le récit-cadre montre en quelque sorte l’accomplissement de la prophétie en adjoignant, à l’émule d’Orinda qu’est la jeune Galesia, la « Lucasia » qui lui faisait jadis défaut et en la plaçant dans un voisinage royal. Dans le contexte de guerre civile qui préside au récit, Jane Barker renoue très logiquement avec la tradition royaliste encore fort présente à l’esprit de son public :133 « Before the Restoration, Orinda’s and Lucasia’s Friendship [...] was a symbol, a political emblem exchanged between royalist men as one beloved object », suggère Carol Barash en prenant appui sur un poème de Francis Finch134. Si cet aspect glorieux de la position de Jane Barker, devenue à Saint-Germain la plus légitime héritière, avec Anne Finch, de la poétesse royaliste – au moins d’un point de vue idéologique – est accessible aux initiés, la « puissance courroucée » qui intervient au cœur du récit annonce de manière bien plus évocatrice pour le commun des mortels les rigueurs de l’exil intérieur et extérieur. À Orinda succède Cassandre, la prophétesse malheureuse des Troyens, vouée à la défaite et à la déportation135. Les persécutions dont sera tissé le futur de Galesia selon son « gardien » dépassent au demeurant très visiblement le cadre de l’intrigue sentimentale, et présagent déjà les migrations et conflits post-révolutionnaires :

  • 136 Bosvil and Galesia, p. 25.

In best of Actions be despis’d,
And Fools and Knaves above thee priz’d :
Foes, like Serpents, hiss and bite thee,
All thy Friends agree to slight thee :
[…]
Thy whole Life pass in Discontent,
In Want, and Woe, and Banishment :
Be broken under Fortune’s Wheel,
Direct thy Actions ne’er so well.
136

  • 137 « The contract with the Muses », pièce centrale d’un triptyque poétique composé à Saint-Germain ent (...)
  • 138 Catherine Gallagher, Nobody’s Story. The Vanishing Acts of Women Writers in the Marketplace, 1670-1 (...)

45À travers le rêve, Jane Barker réinvestit donc la position de l’allégoriste, tel Bunyan dans The Pilgrim’s Progress, pour faire d’une irrépressible fidélité au premier serment l’élément de définition du sujet éthique et politique idéal. C’est comme à son insu, voire à son corps défendant, et au nom d’autres considérations adjacentes, telles que le devoir filial et la prudence, que Galesia remplira ce premier engagement transcendant, contracté dans les transports de l’inspiration ; mais la vision redoublée entoure de son aura mystérieuse le serment primordial, donnant en quelque manière au lecteur la clef suprême du récit tout en conférant par-dessus tout au « petit roman » et au récit de vie la dignité d’une parabole morale en devenir. Pour autant, il est impossible a priori de nier l’historicité et même la littéralité de ce rêve et de ce symbolique vœu poétique. La leçon de loyauté et la plaidoirie jacobite sont trop subtilement tissées dans la trame de l’éducation sentimentale pour que l’on puisse dénoncer une œuvre de propagande, quand bien même les allégeances politico-religieuses de Jane Barker ont pu conditionner son regard rétrospectif sur son passé, matière première du roman137. À travers le motif du serment prophétique, Jane Barker confère à son roman cette inséparabilité de la lettre et de l’esprit, qui devient la marque du « roman sérieux » selon Catherine Gallagher138.

  • 139 John J. Richetti, « An Emerging New Canon of the Eighteenth-Century Novel: Feminist. Criticism, the (...)
  • 140 C’est une thèse soutenue par William Warner (Licensing Entertainment, op. cit.) ainsi que par Brean (...)
  • 141 Paula R. Backscheider, John J. Richetti (eds.), Popular Fiction by Women : 1660-1730. An Anthology, (...)
  • 142 Voir Michael McKeon, The Origins of the English Novel, 1600-1740, op. cit., p. 15 : « quasi objecti (...)

46Les Amours de Bosvil et de Galesia peuvent se lire comme un affrontement prophétique entre deux conceptions du serment – et, ce faisant, du pouvoir politique : l’une empreinte de sacralité et de mystère et cependant ancrée dans l’ordre d’une Nature divinement ordonnée, l’autre sécularisée, réversible et contractuelle. Depuis le jour où elle a pris le chemin de Saint-Germain, Jane Barker n’a cessé de manifester son hostilité à tout compromis : alors que fluctuent les allégeances, elle se fait non seulement la dénonciatrice du parjure et l’avocate du mutisme mais aussi la voix qui rappelle la sacralité absolue du premier serment. Transgressé, refusé ou respecté, le motif du serment invite à donner à l’œuvre de Jane Barker la place qui lui a longtemps été refusée dans une tradition romanesque anglaise non exclusivement féminine. Affirmant, comme les écrivains tory du XVIIe siècle, la transcendante inviolabilité du premier engagement dont elle fait la pierre d’angle d’un ordre paternaliste, la romancière Jane Barker plaide en faveur d’une interpénétration d’un long XVIIe siècle et du long XVIIIe siècle, de l’Âge des Révolutions et du siècle de l’Enlightenment. Si le roman de cette époque doit être jugé, non en terme de réussite esthétique mais d’implications et de résonances socio-éthiques, comme le propose John Richetti139, le motif du serment, envisagé sous tous ses angles et en relations avec une multitude de problématiques sociopolitiques, justifie le succès honorable qu’a connu Love Intrigues, quatre fois réédité en trente ans, constamment vendu et lu entre 1713 et 1743. Si le texte doit aussi se juger en terme de complexité analytique, Love Intrigues requiert également l’attention : l’œuvre de Jane Barker invite à revenir sur une vision dichotomique du roman, partagé entre maîtres du romans et ces plumes mineures et mercenaires, telles Aphra Behn, Delarivier Manley et Eliza Haywood, productrices de fantasmes, créatrices d’horizons d’attente et de contre-modèles140, qui permettront, d’une part la naissance d’un grand roman caractérisé par la complexité morale et sociale de ses thématiques et de ses personnages141, et d’autre part son institutionnalisation par différenciation, ou sa constitution en « catégorie quasi-objective » dotée d’une respectabilité générique142. De même que Love Intrigues-Bosvil et Galesia plaide d’une certaine manière pour un long XVIIe siècle ou une Restauration prolongée, il laisse aussi entrevoir, à travers ses variations sur le motif socio-politique et éthique du serment, un espace intermédiaire entre les stéréotypes du roman « populaires » et les macrocosmes romanesques de Richardson et de Fielding : un espace de raffinement, de modulation et de variations, qui est déjà celui de l’Incognita de Congreve et qui s’ouvre graduellement à une représentation stylisée et analytique des tensions d’une société moins unie et moins sûre de son identité que ne l’ont peinte les historiens whigs, société profondément divisée en 1713, par un conflit de loyauté qui se cristallise autour de la question de la nature et du rôle du serment.

  • 143 Cité par M. McKeon, The Secret History of Domesticity, op. cit., p. 494.
  • 144 Voir Annabel Patterson, « The Royal Romance », in Censorship and Interpretation, op. cit., p. 167-2 (...)

47« The Story is in no way difficult to be understood by any, who have been but indifferently versed in the Affairs of Europe ; and for others of the more vulgar sort, a bare Romance of Love and Chivalry, such as this may be esteemed to be at the worst, will prove entertainment enough for their leasure… », écrivait Herbert dans la préface de The Princess Cloria soixante ans plus tôt143. Mutatis mutandis, la formule tient encore dans Love Intrigues-Bosvil et Galesia, héritier inattendu et singulièrement dépouillé du « grand roman royal » (« royal romance »144) de la génération précédente.

Haut de page

Notes

1 Love Intrigues; or, The History of the Amours of Bosvil and Galesia, London, E. Curll, 1713. Republié dans une version revue et corrigée en 1719 (puis en 1731, en 1736 et en 1743) sous le titre The History of the Amours of Bosvil and Galesia, in The Entertaining Novels of Mrs. Jane Barker, 2 vols., London, A. Bettesworth and E. Curll, 1719. Cette seconde version est reproduite dans Jane Barker, The History of the Amours of Bosvil and Galesia in Carol S. Wilson (ed.), The Galesia Trilogy and Selected Manuscript Poems of Jane Barker, Oxford, Oxford University Press, 1997. Le serment aux Muses y apparaît p. 14. Les références ultérieures seront au texte de cette édition, sous le titre abrégé Bosvil et Galesia.

2 Poems on several occasions in three parts : The first refering (sic) to the times. The second, are poems writ since the author was in France, or at least most of them. The third, are taken out of a miscellany heretofore printed, and writ by the same author, aka. Magdalen Manuscript, Oxford, Magdalen College Library, MS 343, (ca. 1702-1704). On notera l’usage très parcimonieux des majuscules dans les manuscrits de Jane Barke, titres compris.

3 A Collection of poems refering (sic) to the times ; since the King's accession to the Crown. Occasionally writ according to the circumstance of time and place, London, British Library, MS 21, 621, (ca.1688-1701).

4 « Second Dialogue between Fidelia and her Friend », Poems Refering to the Times, op. cit., fol. 32-33, Magdalen Manuscript, op. cit., I, fol. 28-29.

5 Imposant à tous les détenteurs de fonctions publiques de jurer qu’aucune transsubstantiation n’a lieu pendant l’Eucharistie, il provoque la démission du duc d’York, haut amiral de la flotte. Le second Test en 1678, ou « déclaration du Roi », est plus contraignant encore. Il comprend aussi une déclaration contre le culte de la Vierge et des Saints et l’adoration du Saint-Sacrement et court-circuite explicitement toute réservation mentale ou dispense papale.

6 De la même manière, Aphra Behn, obsédée par le motif du parjure, aux dires de Toni Bowers ou de William Warner, se sent concernée par le problème des serments d’allégeance durant la Crise de l’Exclusion et le règne troublé de Jacques II. Voir Toni Bowers, Force or Fraud: British Seduction Stories and the Problem of Resistance, 1660-1760, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 214-217 ; William Warner, Licensing Entertainment : The Elevation of Novel Reading in Britain, 1684-1750, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1998, p. 66-83.

7 Jane Barker, lorsqu’elle reprend les terres paternelles à Wilsthorp près de Stamford, se trouve en terrain favorable : établie non loin du foyer catholique d’Irham Hall, où se déroulaient, sous les auspices de la famille catholique de Thimelby, de fréquents offices, elle vit aussi dans le voisinage – et vraisemblablement sous la protection – du comte et de la comtesse d’Exeter, grande famille de non-Jureurs et de Tory-Jacobites de sensibilité High-Church. C’est à la comtesse que Jane Barker dédiera ses premiers romans. Kathryn King a donc pu retrouver la trace de certains de ses poèmes dans des livres de raison et recueils manuscrits de l’époque (Voir K. King, Jane Barker, Exile, op. cit., p. 122).

8 Toni Bowers, « Jacobite Difference and the Poetry of Jane Barker », English Literary History, 64, 4, Winter 1997, p. 857-69.

9 Un certain nombre des poèmes de jeunesse publiés – sans le consentement de Jane Barker – dans Poetical Recreations, fin 1688, atteste d’une expérience sentimentale similaire à celle qui est retracée dans Love Intrigues. Bosvil, l’amant au comportement irrationnel, semble modelé sur Tom King, alias Strephon, ami du frère de Jane Barker et soupirant épisodique de cette dernière. L’histoire de la famille de Galesia recoupe celle des Barker et le rapport entre Galesia et son frère est calqué sur le lien très étroit qui existait entre Jane et Edward Barker, son frère aîné et précepteur bénévole, brillant étudiant en médecine. L’épître versifiée que Galesia envoie à son frère est d’ailleurs une reprise d’un poème de jeunesse adressé à Edward avant sa mort en 1675, paru dans Poetical Recreations. Pour une comparaison plus fouillée entre vie et œuvre, on se reportera avec profit à l’article pionnier de Kathryn King et de Jeslyn Medoff, « The Documentary Record », Eighteenth-Century Life, 21, Nov. 1997, p. 16-38

10 Le roman a d’abord été lu comme une tentative pour créer une image respectable de la femme écrivain par un refus presque pathologique de la sexualité (Voir Jane Spencer, « Creating the Women Writer : The Autobiographical Works of Jane Barker », Tulsa Studies in Women's Literature 2, Fall 1983, p. 165-81 et The Rise of the Woman Novelist : From Aphra Behn to Jane Austen, Oxford, Basil Blackwell, 1986, en particulier p. 64-70 ; The Galesia Trilogy and Selected Manuscript Poems of Jane Barker, Carol Shiner Wilson (éd.), op. cit., p. XXXVIII) avant d'être perçu à l’inverse comme une sorte de guide sentimental cynique, destiné à mettre en garde les demoiselles de bonne famille, sur le mode d’un réalisme psychologique et pré-richardsonien, contre les imbroglios amoureux mais aussi contre une excessive modestie (Voir Kathryn King, Jane Barker, Exile: A Literary Career 1675-1725, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 189-192, p. 207).

11 Kathryn King et Jeslyn Medoff, « The Documentary Record », op. cit., p. 25.

12 Une rumeur voulait que le prince de Galles, James Francis Edward, ne fût pas le fils de Marie de Modène, mais un enfant introduit clandestinement, caché dans une bassinoire, lors d’un simulacre d’accouchement.

13 Voir Barry Coward, The Stuart Age. England 1603-1714, Londres, New York, Pearsons Education, 2003, p. 358.

14 Toni Bowers, Force Or Fraud: British Seduction Stories and the Problem of Resistance, 1660-1760, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 156.

15 Ibid., p. 156-157. Particulièrement symptomatique est la transformation du motif du parjure, dans des textes tels que The Perjur’d Beauty dans The Power of Love de Delarivier Manley (1720), réécriture de The Nun or The Perjur’d Beauty d’Aphra Behn (1688). Si la vertu féminine n’est pas la chasteté mais la fidélité à la parole donnée pour Aphra Behn et que, de ce fait, les vœux brisés demeurent le crime suprême, puni de mort par la justice poétique, une subtile évolution se produit chez Delarivier Manley : les vœux ont été arrachés sous la contrainte et le lien direct entre la vertu et la fidélité a été remis en question. Le parjure, quoique également sanctionné d’une mort tragique, est devenu un malheur plutôt qu’un crime. Chez Jane Barker, sa contemporaine, verra-t-on, il constitue une impossibilité morale.

16 Ibid., p. 23 : « [Tory novelists] deploy received seduction story topoi to imagine a new kind of sexual/political agent – a woman submissive to patriarchal authority yet capable of complex resistance and sexual delight, coerced by male desire while full of desire herself, compromised and complicit, yet still virtuous.»

17 Voir Paul Kleber-Monod, Jacobitism and the English People, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 133-134.

18 La cour en exil, qui compte des anglicans, des catholiques et des protestants, est partagée par des querelles politiques et religieuses entre fractions « conciliante » (Compounders), menée par l’anglican Lord Middleton, et « intransigeante » (Non-Compounders) groupée autour du catholique Lord Melfort. Les uns plaident pour une restauration sur des bases constitutionnelles, avec une amnistie générale et un accord avec l’Église anglicane, voire une conversion stratégique du prince de Galles à l’anglicanisme ; les autres réclament un retour à la monarchie absolue et le châtiment exemplaire de tous les rebelles. Jacques II promet l’amnistie et le respect des privilèges de l’Église d’Angleterre mais refuse toute conversion pour lui comme pour son fils, qui suivra son exemple.

19 Paul Kleber Monod, op. cit., p. 133 : « The submission plan exemplified the terrible dilemma of English recusants. »

20 Ibid., p. 133.

21 L’expression « hermeneutics of censorship » est forgée par Annabel Patterson, Censorship and Interpretation : The Conditions of Writing and Reading in Early Modern England, Londres, University of Wisconsin Press, 1984, p. 18. Son auteur y recourt plus de 90 fois dans le corps de son ouvrage.

22 Voir par exemple, Paul Salzman, English Prose Fiction : A Critical History, Oxford, Clarendon Press, 1985, p. 147-168. La même thèse (essence royaliste des romances) est soutenue notamment par Annabel Patterson dans Censorship and Interpretation : The Conditions of Writing and Reading in Early Modern England, op. cit., p. 167-211.

23 Kathryn King, « The Novel before the Novels with a Glance at Mary Hearne’s Fables of Desertion », in Denis Todd (ed.), Eighteenth-Century Genre and Culture: Serious Reflections on Occasional Forms. Essays in Honor of J. Paul Hunter, Cranbury, University of Delaware Press, 2001, p. 36-58, ici p. 36 : « as updated versions of the old romances, they were in effect generically predisposed toward political commentary ».

24 Rachel Weil, Political Passions : Gender, the Family and Political Argument in England, 1680-1714, Manchester, Manchester University Press, 1999, p. 232.

25 Mark Lovebridge, A History of the Augustan Fable, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 47.

26 Bosvil and Galesia, p. 16.

27 Le nom est lui-même chargé de souvenirs : Lucasia est l’interlocutrice privilégiée de la poétesse royaliste Katherine Philips durant l’Interrègne et le début de la Restauration, comme on le verra.

28 Voir Alain Bony, Leonora, Lydia et les autres : étude sur le (nouveau) roman anglais du XVIIIe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2004, p. 105.

29 Bosvil and Galesia, p. 9.

30 Ibid, p. 16 : « The Consideration of this makes me see how difficult it is to draw a Scheme of vertuous Politicks, whereby to govern this little Microcosm ».

31 Ibid, p. 24 : « you have offer'd your Vows to Mrs. Lowland ».

32 Ibid, p. 25 : « an angry Power ».

33 George Olney, Metaphors of Self: The Meaning of Autobiography, Princeton, Princeton University Press, 1972, p. 234.

34 Bosvil and Galesia, p. 16 : « a Scheme of vertuous Politicks ».

35 Rosalind Ballaster, Seductive Forms: Women's Amatory Fiction from 1684 to 1740, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 40 : « Repeatedly in this period of intense party political conflict we find the figure of the woman functioning as a means of constructing an ideal model of the male political agent… ».

36 Bosvil and Galesia, p. 11.

37 « …since he assur'd me of his Parents Consent, I knew his Fortune to be too advantageous to be refus'd by mine, » se remémore Galesia (ibid., p. 24).

38 Bosvil and Galesia, p. 11.

39 Ibid., p. 17.

40 Ibid., p. 22.

41 Ibid.

42 Voir par exemple, sur les mutations de la conception du mariage, ainsi que sur le rôle du roman féminin dans cette évolution des mentalités, Marilyn L Williamson, Raising Their Voices: British Women Writers, 1650-1750, Detroit, Wayne State University Press, 1990, p. 250-251.

43 Ruth Perry, Novel Relation: The Transformation of Kinship in English Literature and Culture, 1748–1818, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 2 : « The biological given family into which one was born was gradually becoming secondary to the chosen family constructed by marriage. »

44 Ibid., p. 79 : « …feudal patriarchal prerogative was losing ground to newer, subtler, forms of male authority. »

45 Rachel Weil, Political Passions, op. cit., p. 105.

46 Michael McKeon dans The Secret History of Domesticity: Public, Private, and the Division of Knowledge, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2006, p. 134, note une conscience croissante des implications idéologiques et sociopolitiques de cette opposition au début du XVIIIe siècle.

47 Voir Paul Kleber-Monod, Jacobitism and the English People, op. cit., p. 56-57. La déposition de Jacques II est, de ce fait, souvent assimilée à un parricide dans la littérature jacobite.

48 Il s’agit en particulier des divorces du duc et de la duchesse de Norfolk et du comte et de la comtesse de la comtesse de Macclesfield, sur lesquels légifère le Parlement. Une affaire similaire oppose la comtesse d’Anglesea à son mari. Voir R Weil, Political Passions, op. cit., p. 121-141.

49 Voir Carol Barash, English Women’s Poetry, 1649-1714, Politics, Community and Linguistic Authority, Oxford, Oxford University Press, 1996. p. 210-16 ; Rachel Weil, Political Passions, op. cit., p. 109-120.

50 Voir en particulier l’analyse de The Lovers’ Week et de The Female Deserters par K. King dans « The Novel before the Novels », art. cit., p. 47-58, en particulier p. 48-52.

51 Michael McKeon, Origins of the English Novel, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2000 (1rst ed. 1987), p. 265.

52 Bosvil and Galesia, p. 16 : « a Scheme of virtuous Politicks ».

53 Rachel Weil, Political Passions, op. cit., p. 234.

54 Ibid., p.150-159 ; Michael McKeon, The Secret History of Domesticity, op. cit, p. 14-15.

55 Dans un sermon de 1717, peut-être commandité par George Ier, Benjamin Hoadly, évêque de Bangor, récuse la doctrine du droit divin et refuse tout fondement biblique à la hiérarchie ecclésiale, au nom de thèses proches de l’érastianisme. Le synode épiscopal de 1717, qui s’apprête à le sanctionner, est dissout par George Ier, qui sévit également à l’encontre de plusieurs dignitaires de la High-Church engagés dans une polémique avec Hoadly.

56 En 1718, Jane Barker écrit au duc d’Ormonde pour l’inciter à tenter un débarquement en Angleterre : « ... le nombre de vos amis s’augmente tous les jours. Ils souhaitent fort de vous voir avec vostre jeune Amy et qu’il puisse déposseder ceux qui luy retiennent injustem[ant] son bien, » l’assure-t-elle en citant notamment l’avocat Archibald Hutcheson, tantôt « décrit comme un Whig républicain ou comme un Tory hanovrien sous le règne de la reine Anne », crypto-jacobite et agent d’Ormonde depuis 1715 au moins, selon Evelyn Cruickshanks. Voir Evelyn Cruickshanks, « Lord Cowper, Lord Orrery, the Duke of Wharton and Jacobitism », Albion, 26, 1, 1994, p. 27-40, ici p. 30. Sur la lettre de Jane Barker, Voir British Library, BL. Stowe 232, f. 93, cité par Kathryn King and Jeslyn Medoff, « Jane Barker and her Life (1652-1732): The Documentary Record », Eighteenth-Century Life, 21, Nov. 1997, p. 16-38, n. 86.

57 « To send abroad the Composure of leisure Hours, as at first I was very timerous, so (had not the sweet Reflections of Your Ladyship’s experienc’d Goodness emboldened me to skreen this little Novel under your auspicious Protection) it had for ever lain Dormant », écrivait Jane Barker dans la dédicace de Love Intrigues en 1713 (1re page non numérotée).

58 Voir Carol S.Wilson, The Galesia Trilogy, op. cit., p. XXXVIII : « Barker challenges and subverts the conventions of earlier romance by communicating a cynical view of love and a dread of a woman’s surrender to a man’s power, sexual, and otherwise.

59 C’est en ce sens qu’incline Kathryn King dans Jane Barker, Exile, op. cit., développant une idée en germe chez Jane Spencer, The Rise of the Woman Novelist, op. cit., p. 65.

60 Bosvil and Galesia, p. 27. Cette soumission volontaire et enthousiaste à l’époux est un thème majeur de The Family Instructor, où Defoe codifie le mariage bourgeois idéal. Elle constitue aussi un motif central des panégyriques de Mary par la propagande de cour Whig, soucieuse d’asseoir la légitimité de Guillaume d’Orange sur celle de son épouse : l’âme de Mary, loue Colley Cibber, est « mariée à la volonté de son monarque », i.e de son époux. Voir Rachel Weil, Political Passions, op. cit., p. 110-114.

61 Bosvil and Galesia, p. 28.

62 Dans la mentalité patriarcale qui unit les Tories, l’analogie paternelle se conjugue avec l’analogie conjugale, note Rachel Weil (Political Passions, op. cit., p. 35-36 ; 42, 44). Jacques Ier ne se définissait-il pas à la fois comme le père nourricier de son peuple et l’époux de l’Angleterre, selon la conception christique de la monarchie ? (Voir sur ce point l’analyse approfondie de Kevin Curran dans Marriage, Performance, and Politics at the Jacobean Court, London, Ashgate Publishing, 2009, p. 22 ; p. 26-28). Rôle que Bosvil, éternel soupirant immature et futur mari bafoué, se montre incapable d’assumer...

63 Bosvil and Galesia, p. 21 : « the salutary Remedy of Hymen’s Rites » (les italiques sont de Jane Barker).

64 « Hymen’s rites », p. 21, « holy Marriage-vows », p. 34. Ce désaccord sur la nature du serment porte donc aussi sur la nature du mariage. Marilyn Williamson (op.cit., p. 32) constate : « The secularization of kinship ratified the Reformation tendency to see marriage as a secular contract rather than a sacrament ». L’on ne s’étonnera pas que Jane Barker, fervente catholique, résiste à la sécularisation du mariage...

65 Cité dans Elaine Hobby, Virtue of Necessity. English Women’s Writings. 1649-1688, Londres, Virago, 1988, p. 3.

66 Toni Bowers, « Representing Resistance » in Paula Backscheider, Catherine Ingrassia, éds., A Companion to the Eighteenth Century Novel and Culture, Chichester, Oxford, John Wiley and Sons, 2009, p. 140-169, p. 149 : « …a Protestant resistance practice, carefully located between disrespectful rebellion and unquestioning submission ».

67 Bosvil and Galesia, p. 102.

68 Ibid. p. 26.

69 Ibid., p. 15 : « my Pride would not permit me to let this Contempt of my Youth and Beauty be known to any ».

70 Ibid., p. 40. « I was about ten or eleven Years old, when my Mother took me from Putney School, finding those Places the Academies of Vanity and Expence, no Way instructive in the Rudiments of a Country Gentlewoman's Life, for which, in all Probability, I was destin'd; therefore reasonably judg'd her own House a fitter Class to prepare me for that Station » (p. 8), rapporte aussi Galesia.

71 Ian Watt, The Rise of the Novel, Londres, Pimlico, 2000, (1rst ed. 1957), p. 54. Susan S. Lanser, « Singular Politics : The Rise of the British Nation and the Production of the Old Maid » in Judith M. Bennett et Amy M. Froide, éds., Singlewomen in the European Past, 1250-1800, Philadephia, University of Pennsylvania Press, 1999, p. 297-325.

72 Ian Watt, op. cit., p. 144.

73 Bosvil and Galesia, p. 45 « Now it was that I was forc'd to act the Part of patient Grizel ».

74 Voir Rachel Weil, op. cit., p. 157.

75 « … if I had told my Father or Mother, I shou'd but have embarrass’d them in a difficult Business, for it ill befitted them to profer their Daughter in Marriage » (Bosvil and Galesia, p. 46) ; « … I had not let him know any thing of this Amour, supposing an Affront of this Kind might produce some fatal Accident » (ibid., p. 15).

76 P. Kleber-Monod, op. cit., p. 54 : « If the psychological basis of Whiggery was anti-Catholicism, the foundation of Toryism might be called anarchophobia. »

77 « The War between France and the Allies was almost like a Civil War, Friend against Friend, Brother against Brother, Father against Son, and so on », dit l’instance narratrice dans les premières lignes du récit-cadre (Bosvil and Galesia, p. 7).

78 Mary Astell, Reflections on Marriage, in Bridget Hill (éd.), TheFfirst English Feminist : Reflections upon Marriage and other Writings, Gower, Maurice Temple Smith, 1986, p. 109. Sur les sympathies jacobites de Mary Astell, Voir P. Kleber-Monod, Jacobitism and the English People, op. cit., p. 274 ; sous le titre provocateur et ambigu de A Fair Way with the Dissenters and Their Patrons, not written by M. L***Y or any other Furious Jacobite, whether Clergyman, or Layman; but by a very Moderate Person and a Dutiful Subject to the Queen (1704), Mary Astell se rangera aux côtés du théoricien jacobite Non-Jureur Charles Leslie et de Henry Sacheverell contre Defoe et contre les avocats de l’intégration des Dissenters. Voir Patricia Springborg, Mary Astell, Theorist of Freedom from Domination, Cambridge, Cambridge University Press, p. 164-186.

79 K. King, Jane Barker, Exile, op. cit., p. 162.

80 Howard Erskine-Hill, « Literature and Jacobitism : Was There a Rhetoric of Jacobitism? » in Evelyn Cruickshanks (ed.), Ideology and Conspiracy: Aspects of Jacobitism, 1689-1759, Édimbourg, J. Donald, 1982, p. 49-69, p. 49 : « The view endorsed by James and by many Anglican Non-Jurors, was that William owed his new position to conquest. This was the distinguishing charge of the Jacobites against the Williamites, many of whom were zealous to repudiate it. It found expression in the polemical and sensational image of rape… ».

81 Bosvil and Galesia, p. 24 (je souligne le membre de phrase ajouté en 1719).

82 Il peut cependant s’agir d’un emprunt ou d’un héritage. Dans Marriage in Seventeenth-Century English Political Thought, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004, Belinda Roberts Peters se penche en effet sur l’utilisation de la métaphore du viol par les écossais au début du XVIIe siècle pour dénoncer l’union de la Couronne d’Écosse à l’Angleterre en 1604. Toni Bowers, pour sa part, constate une résurgence de ce motif associé à celui du mariage forcé, dans les romans héroïque pro-écossais parus vers 1705-1707, lorsqu’est discutée la question de l’Acte d’Union. (Voir « Representing Resistance, op.cit., p. 142-147).

83 Dès 1714, le Whig Richard Steele, partisan de la succession hanovrienne, revisite de manière un peu oblique dans le numéro 6 de son périodique The Lover la métaphore politique du viol en évoquant l’enlèvement (« rape ») des Sabines par les Romains. Miramantis, une Sabine, y décrit par lettre à ses parents son bonheur conjugal auprès de son ravisseur. Le viol/conquête est ici préliminaire à une épanouissement domestique. L’article de Steele, dans la droite ligne d’une propagande Whig qui défend la Glorieuse révolution comme les prémices d’un âge d’or, peut se lire comme une réponse aux opposants à la succession hanovrienne, qui faisait dores et déjà objet d’âpres débats et se trouvait souvent comparée à l’avènement de Guillaume d’Orange.

84 Les deux citations figurent dans Bosvil and Galesia, p. 22.

85 P. Kleber-Monod, Jacobitism and the English People, op. cit., p. 26.

86 Cette hypothèse est soulevée et défendue de manière assez convaincante par K. King dans Jane Barker, Exile, op. cit., p. 182-189.

87 Tel est le portrait que dresse, parmi les premiers, John Richetti dans Popular Fictions before Richardson: Narrative Patterns, 1700-1739, Oxford, Clarendon Press, 1969, p. 239.

88 Rappelons que dans Poetical Recreations, recueil issu de la collaboration juvénile de Jane Barker, dite « Galaecia » et de ses amis de Cambridge publié sans l’autorisation de la jeune femme en 1688, plusieurs poèmes évoquent des relations douloureuses avec un certain Tom King, alias Strephon, qui semble avoir encouragé puis trahi froidement la tendresse de Galaecia.

89 Voir J. G. A. Pocock, The Machiavellian Moment: Florentine Political Thought and the Atlantic Republican Tradition, Princeton, Princeton University Press, 1975, p. 24-25 sur la définition de la coutume et de la prudence par les théoriciens politiques mais aussi comme aptitude à les adapter rationnellement à des situations inédites, à formuler des préceptes qui résisteront au temps et acquerront l’autorité et l’antiquité dont jouissent d’ores et déjà les coutumes.

90 Bosvil and Galesia, p. 9 (« … my Aunt, my Lady Martial, a vertuous Matron, under whose prudent Conduct I might learn a little of the Town Politeness, its Civilities without its Vanities, its Diversions without its Vices, &c »), 26 (« I kept my Words close Prisoners, till they should be set at Liberty by the Desire of his Father, or the Command of mine; or at least convey’d into the Mouth of my prudent Mother. »)

91 Ibid., p. 45.

92 Ibid., p. 42.

93 Ibid., p. 10. Galesia tient de nouveau des propos similaires dans A Patch-Work Screen for the Ladies en 1723 : « The Truth is, I always had an Aversion to those secret Addresses, as all vertuous Maids ought, and was resolved as carefully to avoid them as Mariners do Rocks ; for ’tis certain, that Parents are naturally willing to promote their Childrens Happiness ; and therefore, that Lover who desires to keep the Parents in the Dark, is conscious to himself of something that has need to shun the Light; for his Concealing his Pretentions from the Mother, looks as if he meant an unworthy Conquest on the Daughter », A Patch Work Screen for the Ladies, in The Galesia Trilogy, op. cit., p. 101.

94 Bosvil et Galesia, Ibid., p. 42.

95 « he […] proceeded with a young Gentlewoman at London », relate Galesia (Ibid., p. 38). Il ne s’adresse pas aux parents.

96 Jane Barker célèbre avec ferveur l’auteur de The Hind and the Panther dans la dédicace de Poems Refering to the Times et cite comme un modèle ses Fables Chaucer’s Tales reviv’d », dit-elle) dans la préface du roman héroïque Exilius (1714).

97 Howard Erskine-Hill, Poetry of Opposition and Revolution : Dryden to Wordsworth, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 45, 52.

98 Toni Bowers, « Representing Resistance », op. cit., p. 140.

99 Voir sur ce stéréotype, Paula McDowell, The Women of Grub Street: Press, Politics, and Gender in the London Marketplace 1678-1730, Oxford, Clarendon, 1999, p. 256 ; Rachel Carnell, Partisan Politics, Narrative Realism, and the Rise of the British Novel, New York, Mac Millan, 2006, p. 57-75.

100 Bosvil and Galesia, p. 24.

101 Bosvil and Galesia, p. 44 « I sent him a pretty Pair of Horns, neatly made of Bugles […] as a sovereign Remedy for the Head-ach, to which marry’d Men are often very subject, especially those who marry Town−Coquets ».

102 Mark Knights, Representation and Misrepresentation in Later Stuart Britain : Partisanship and Political Culture, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 24-25.

103 Voir P. Kleber Monod, Jacobitism and the English People, op. cit., p. 39 : « The Whigs had become Tories, the Tories Whigs. ». La révolution inverse un temps les positions des Whigs et des Tories, qui passent désormais dans l’opposition et reprennent à leur compte des revendications typiquement « country » (réduction des effectifs militaires, fin des campagnes, élections plus fréquentes...).

104 Linda Colley, In Defiance of Oligarchy. The Tory Party, I714-60, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 87.

105 Voir par exemple, Bosvil and Galesia, p. 35 : « The Farmer, according to the Utility of his Occupation, deserves to hold the first Rank amongst Mankind: That one may justly reflect with Veneration on those Times, when Kings and Princes thought it no Derogation to their Dignities ».

106 Voir J. G. A. Pocock, The Machiavellian Moment: Florentine Political Thought and the Atlantic Republican Tradition, op. cit., p. 446-48 ; Isabel Rivers, The Poetry of Conservatism, 1600-1745 : A Study of Poets and Public Affairs from Jonson to Pope, Cambridge, Rivers Press Ltd, 1973, p. 192.

107 Paul Kleber Monod, op.cit, p. 28.

108 Voir Linda Colley, Britons, Forging the Nation, 1707-1837, London, Yale University Press, 1992, p. 18-55 ; p. 71-85 ; Colin Haydon, Anti-Catholicism in Eighteenth-Century England, c. 1714-80 : a Political and Social Study, Manchester, Manchester University Press, 1993, p. 84, 93-94.

109 Bosvil and Galesia, p. 35 : « my Father gave into my Power and Command all his Servants and Labourers; it was I that appointed them their Work, and paid them their Wages; I put in and put out who I pleas'd, and was as absolute over my Rusticks, as the Great Turk over his Subjects ».

110 Voir Margaret Ezell, The Patriarch’s Wife : Literary Evidence and the History of the Family, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1987, p. 117-203. En s’appuyant sur l’essai manuscrit de Filmer, « In Praise of a Virtuous Wife », M. Ezell démontre que « l’épouse du patriarche », conçue comme lieutenant et député de son mari, jouit d’une autonomie insoupçonnée et se trouve incitée à mettre en œuvre ses talents et ses aptitudes spécifiques.

111 Paul Kleber-Monod, op. cit., p. 18.

112 Voir Paul Kleber Monod, op. cit., p. 59, 258.

113 Bosvil and Galesia, p. 30.

114 Voir Paul Kleber-Monod, op. cit., p. 147-149, sur ce rapprochement entre High Church et le Prétendant, que l’auteur attribue aussi à la politique de la main tendue pratiquée par le jeune Jacques III. Rappelons qu’en 1719, le contexte est plus complexe : les restrictions économiques, les purges et les mesures de rétorsion ont à la fois accru le public de Jane Barker, mais aussi favorisé chez certains le désir du compromis et de la capitulation, tout particulièrement dans la communauté catholique où certains membres de la gentry vont jusqu’à une abjuration nominale.

115 Bosvil and Galesia, p. 31 : « the Deserts of Arabia never produc’d so formidable a Monster as this unaccountable Bosvil » ; p. 44 : « Now, after all this, to go, directly after his Sickness, and be marry’d to another, is a Transaction most unaccountable ».

116 Ibid., p. 23.

117 William Warner, op. cit., p. 83 : « …the royalist argument that too many subjects of the Stuart monarch were finding ways to disavow their vows of loyalty to their king. »

118 Bosvil and Galesia, p. 14.

119 Bosvil and Galesia, p. 22.

120 « The contract with the Muses, writ on the bark of a shady Ash-tree », Magdalen Manuscript, fol. 76.

121 « My Thoughts swam in a Sea of Joy, which meeting with the Torrent of the aforesaid Vexations, made a Kind of a dangerous Eddy, ready to overset my Reason. I pass’d some Nights without Sleep, and Days without Food, » Bosvil and Galesia, p. 24.

122 « It has prov’d so true in the Event, that I think one can hardly call it so, but a real Vision », dira Galesia-Jane Barker, Ibid., p. 26.

123 « The Faithful Virgin » est le sous-titre attribué à Bosvil et Galesia dans la table des matières de The Entertaining Novels of Mrs Jane Barker, qui réunit Bosvil et Galesia et Exilius en 1719.

124 Ibid., p. 14.

125 Ibid.

126 Voir « Destiny », v. 39-40, in Samuel Johnson (ed.), The Poems of Abraham Cowley, Londres, Whittingham, 1822, vol. 1, p. 123 : « Hate and renounce (said she) / Wealth, Honor, Pleasures, all the World for Me. »

127 Katherine Philips elle-même, modèle de vertu, était la tendre et fidèle épouse de son « Antenor ». Elizabeth Rowe, parangon alternatif (mais whig) à l’époque de Jane Barker, n’est pas moins mariée.

128 Bosvil and Galesia, p. 34.

129 Bosvil and Galesia, p. 16.

130 Allison Shell, Catholicism, Controversy and the Literary Imagination, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 22.

131 Bosvil and Galesia, p. 25 : « I thought the aforesaid Power snatch'd me away, and brought me to that Shade, where I had writ those Verses heretofore on the Bark of an Ash, as I told you; in which Verses I had seem'd to prefer the Muses, and a studious Life, before that of Business and Marriage ».

132 Les prières insistantes de Jacques II et de Marie de Modène à Louis XIV étaient demeurées vaines : dans la France de la révocation de l’Édit de Nantes, les membres protestants de la cour en exil n’avaient pas obtenu l’autorisation de célébrer d’offices, contrairement à ce qui s’était produit durant la période française de l’exil de Charles II et de Maria Henrietta, quarante ans auparavant. (Voir Edward T. Corp, « The Household Servants », in E. T. Corp (éd.), A Court in Exile : The Stuarts in France 1689-1718, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 137-158, en particulier p. 150-151). Tonya Moutray Mac Arthur attribue la disparition des « cloches » qui sonnaient la fin de Love Intrigues en 1713 à la prudence et à la volonté d’apaisement de Jane Barker et à une éventuelle intervention de Curll, qui aurait craint une réception mitigée en 1719. La conclusion initiale, qui mettait trop en évidence le rôle central de l’Église catholique dans la vie religieuse et sociale de la cour en exil, pouvait en effet susciter hostilité et méfiance chez un lecteur protestant après la rébellion jacobite manquée de 1715 (Voir Tonya Moutray McArthur, « Jane Barker and the Politics of Catholic Celibacy », Studies in English Literature, 2007, 47, 3, p. 595-618, p. 616). Jane Barker substitue, toutefois, au carillon une invocation de l’ange gardien presque aussi révélatrice alors que cette dernière figure, perçue comme une des lignes de démarcation entre protestants et catholiques, mais encore très présente dans la spiritualité High-Church, était aussi devenue un sujet de discorde entre les communautés réformées d’Angleterre. Après les coups de boutoir des Anglicans à tendance calviniste tels que Willet, les lendemains du « popish plot » puis les premières années du XVIIIe siècle voyaient, en effet, refleurir en Angleterre les mises en garde contre un culte « idolâtre », assimilé à celui des Saints par les protestants les plus radicaux et, à l’inverse, particulièrement encouragé par les Jésuites. Voir Alexandra Walsham, « Angels and Idols in England’s Long Reformation », in Peter Marshall, Alexandra Walsham (éds.), Angels in the Early Modern World, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 134-168 ; Trevor Johnson, « Guardian Angels and the Society of Jesus », ibid., p. 194-214.

133 Brean Hammond note que le début du XVIIIe siècle assiste à une « renégociation du canon littéraire » dont vont se trouver exclues toutes les femmes, hormis « l’incomparable Orinda ». Aphra Behn, toujours lue et jouée, se voit repoussée parmi les auteurs inavouables. (Voir Professional Imaginative Writing. 1670-1740, Oxford, Clarendon, 1997, p. 200.)

134 Voir Carol Barash, op. cit., p. 92.

135 Notons que Jane Barker continue, dans le même temps, à dialoguer avec les initiés : Cassandre appartient de même à la tradition culturelle Stuart. Fréquente « figure de l’écrivain féminin comme acteur politique » sous la Restauration, selon Carol Barash, elle a été invoquée par Anne Killigrew, fille d’honneur de Marie de Modène, mais surtout par Cotterell, qui traduit à la demande du jeune Charles II en exil à Anvers, le roman éponyme de La Calprenède et lui donne une orientation ouvertement partisane. Voir C. Barash, op. cit., p. 153, 166 ; Philip Major, « “A credible omen of a more glorious event” : Sir Charles Cotterell’s Cassandra », Review of English Studies, 2009, 60, 245, p. 406-430.

136 Bosvil and Galesia, p. 25.

137 « The contract with the Muses », pièce centrale d’un triptyque poétique composé à Saint-Germain entre 1689 et 1704, a déjà une dimension analeptique explicitée par les derniers vers du poème qui le précède immédiatement : « ...I beheld ith’retrospect of time, / That very place, that seat, that pleasant shade, / Where I a contract, with the muses made / Renouncing allthings, for their frutless (sic) bough, / And on a smooth bark’d ash, writ this my vow, / And though some years were past, since it was writ, / Yet time had not obliterated it. (Magdalen Manuscript, fol. 75). L’exil imprime déjà, peut-on supposer, un caractère téléologique à cette interrogation rétrospective et allégorique du destin.

138 Catherine Gallagher, Nobody’s Story. The Vanishing Acts of Women Writers in the Marketplace, 1670-1820, Berkeley, University of California Press, 1994, p. 326 : « The difficulty of distinguishing between the letter and the spirit was, indeed, soon to become the hallmark of serious novels. »

139 John J. Richetti, « An Emerging New Canon of the Eighteenth-Century Novel: Feminist. Criticism, the Means of Cultural Production, and the Question of Value », in Paula R. Backscheider, Catherine Ingrassia (éds.), A Companion to the Eighteenth-Century English Novel and Culture, Chichester, Oxford, Wiley-Blackwell, 2009, p. 365-82, en particulier p. 370.

140 C’est une thèse soutenue par William Warner (Licensing Entertainment, op. cit.) ainsi que par Brean Hammond (Professional Imaginative Writing in England, op. cit.), dans le contexte plus vaste d’un affrontement entre culture commerciale et culture néoclassique.

141 Paula R. Backscheider, John J. Richetti (eds.), Popular Fiction by Women : 1660-1730. An Anthology, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. ix-x.

142 Voir Michael McKeon, The Origins of the English Novel, 1600-1740, op. cit., p. 15 : « quasi objective categories ».

143 Cité par M. McKeon, The Secret History of Domesticity, op. cit., p. 494.

144 Voir Annabel Patterson, « The Royal Romance », in Censorship and Interpretation, op. cit., p. 167-211 ; Lois Potter, Secret Rites and Secret Writing : Royalist Literature, 1641-1660, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 72-82, 93-100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Lacroix, « Serments en filigrane et conflits de loyauté dans Love Intrigues (1713) de Jane Barker », Études Épistémè [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://episteme.revues.org/246 ; DOI : 10.4000/episteme.246

Haut de page

Auteur

Constance Lacroix

Constance Lacroix, ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Ulm), ATER à l’Université de Franche-Comté et traductrice, a soutenu en 2013 une thèse consacrée à la traduction, à l’annotation et au commentaire de trois romans jacobites de Jane Barker. Elle est l’auteur de « A Patch-Work Screen : comment écrire l’histoire de Galesia en 1723. Écran romanesque et manuscript credit », RSEAA 17-18, n° 70, parution prévue : décembre 2013, « Jane Barker, une voix jacobite dans la Querelle des Femmes » in Discours sur l’égalité/inégalité des femmes et des hommes, de la Renaissance aux lendemains de la Révolution française, Presses de l’Université de Saint-Étienne, Collection l’École du genre, Série Nouvelles Recherches, 2013, p. 159-177 ; « Itinéraire romanesque et rêve encyclopédique : une héroïne jacobite sur les chemins de la connaissance » in Madeleine Descargues-Grant (éd.), Dossier Récit de Voyages et Encyclopédie , Collection Europe(s)-1, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2011, p. 113-132 ; « Wicked Traders, Deserving Peddlers, and Virtuous Smugglers : Jane Barker and the Counter-Economy of the Jacobite Novel », Eighteenth-Century Fiction, Special issue « Trade / Le Négoce », 23 : 2 (Winter 2010-11), p. 269-294 ; « La vie de Galesia ou le roman d’une femme savante : un avant-propos à l’Encyclopédie ? », Lez Valenciennes, n° 43 : Romanesque et Encyclopédie, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2010, p. 147-168. Elle a contribué à Derniers Poèmes de Herman Melville sous la direction de A. Derail-Imbert et B. Montfort, Paris, Éditions de la rue d’Ulm, 2010, et prépare actuellement une traduction de l’autobiographie de Margaret Cavendish (A True Relation of my Birth, Breeding and Life) dont la parution aux Éditions de la Rue d’Ulm est prévue pour 2014.

Haut de page
  • Revues.org