Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Voir David Martin Jones, Conscience and Allegiance in Seventeenth Century England : The Political S (...)

1Les six contributions présentées dans ce 24e numéro d’Études Épistémè apportent chacune un éclairage particulier sur la question du serment et permettent de confirmer l’idée qu’elle occupe – pour ne pas dire qu’elle échauffe – bon nombre d’esprits parmi les penseurs, les écrivains, les hommes politiques et les hommes d’Église en Angleterre (mais aussi sur le Continent) à partir du 16e siècle et, pour la période qui nous concerne, jusqu’au 18e siècle. Le serment, parce qu’il engage ceux qui le prononcent de manière, en principe, irréversible, offre au prince, dans une monarchie, un outil de gouvernement en théorie simple, peu coûteux et efficace à une époque où les décisions prises au sommet n’étaient pas toujours appliquées, faute d’une administration suffisante et bien réglée. Il permettait ainsi de s’assurer, en l’absence également d’une police et d’une armée permanente, de la loyauté de ses sujets.1 Laurent Curelly montre cependant que, loin de disparaître avec la monarchie à l’époque de la Révolution anglaise, il se multiplie, prend des formes et des noms différents et, bien entendu, change d’objet. Ce caractère protéiforme du serment, ses déclinaisons – qui mettent en valeur la souplesse qui a fait son succès – reflétait les divisions politiques et les intérêts divergents des parties en présence. Dans cette période d’instabilité législative et institutionnelle, la nature inviolable du serment n’est pas toujours respectée et fait l’objet de débats, comme à Putney en 1647, au cours desquels les adversaires usaient des armes de la casuistique, ou de ses techniques.

2Le fait que par définition le serment implique une parole jurée sous le regard de Dieu, « à la lumière du troisième commandement », comme le rappelle Cyril Selzner, oblige à interroger la définition et le fonctionnement théologico-politique de l’État confessionnel anglais de la première modernité jusqu’au début du 18e siècle. C’est tout le sens et toute la valeur du serment d’allégeance imposé par Jacques Ier après le Complot des Poudres de 1605, serment à l’origine d’une controverse avec la papauté sur le rôle temporel du pape dans une monarchie absolue de droit divin telle que la concevait le roi d’Angleterre, comme l’explique Bernard Bourdin.

3Il oblige aussi à replacer la conscience au cœur du politique et à comprendre comment elle constitue une base solide de la relation entre le prince et ses sujets, mais aussi comment elle peut se transformer en obstacle au bon fonctionnement de cette relation. À cet égard, le serment met en lumière la position fort délicate – et parfois fort dangereuse – de certaines confessions minoritaires en Angleterre, comme les catholiques et les quakers. C’est ce que montre l’article de Bernard Bourdin à propos du serment d’allégeance par lequel Jacques Ier demande aux catholiques, non seulement de lui jurer loyauté et obéissance – ce qu’ils étaient disposés à faire, soucieux de ne pas passer pour des traîtres – mais aussi de nier une partie du dogme catholique concernant le pouvoir temporel de la papauté (en l’occurrence celui de déposer un roi hérétique), ce qui, en revanche, leur posait un problème de conscience.

4La vie et l’œuvre de Jane Barker, jacobite convertie au catholicisme en 1685, offre un autre exemple des difficultés rencontrées par cette communauté en Angleterre, sous le règne de Charles II, avec le vote du Test Act, et plus encore après la Glorieuse Révolution. Constance Lacroix, dans une analyse serrée de Love Intrigues or the History of the Amours of Bosvil and Galesia, paru en 1713, montre comment le motif du serment et du vœu structure ce roman. La relation amoureuse entre les deux personnages, qui devrait se prêter aux serments d’amour et vœux de fidélité, permet en réalité à cet auteur jacobite de mettre en regard deux conceptions opposées du serment (dont le caractère sacré et inviolable est infrangible pour Galesia, mais dont Bosvil use avec plus de liberté) qui font écho aux serments d’allégeance et d’abjuration de la fin du 17e siècle en Angleterre.

5À l’autre bout du pôle confessionnel, les quakers sont beaucoup plus radicaux que les catholiques puisque, comme l’explique Cyril Selzner, c’est, au nom d’une lecture littérale de la Bible (en particulier de Matthieu 5, 34) et d’une séparation radicale du domaine temporel et du domaine spirituel, qu’ils refusent l’idée même de serment, ce qui ne manquent pas de leur causer un grand tort social (certaines fonctions exigeant de prêter serment) et juridique (la prestation de serment étant obligatoire dans tout procès). Au-delà, c’est une « éthique de la parole » qui conduit les quakers à cette position absolutiste, que les juges utilisent souvent contre eux comme un piège. Il faudra attendre la fin du 17e siècle pour que le droit évolue et permette aux quakers de sortir de l’illégalité.

6Le cas des Juifs, pour lesquels l’inadéquation du serment, formulé en des termes christologiques, est patente, permet une autre approche de la question de la conscience. L’étude des procédures de naturalisation que propose Frédéric Herrmann met en évidence la nature des relations entre les Juifs et la Couronne, celle-ci acceptant parfois (en particulier sous Charles II) de les exempter du serment d’allégeance en principe nécessaire. Au 18e siècle, le monarque tend à protéger les Juifs des attaques des marchands anglais, qui se sentent lésés par les naturalisations qu’on leur accorde. Cette attitude pragmatique doit être comprise dans le cadre du mercantilisme, qui conduit aussi certains juges, dès le 17e siècle, à autoriser les Juifs à prêter serment sur l’Ancien Testament. Ici, le contexte socio-économique transforme la problématique qui se posait au début du 17e siècle avec les catholiques ou plus tard avec les quakers et relègue à l’arrière-plan la question de la conscience, comme le cas des Marranes l’illustre de manière saillante.

7Les polémiques soulevées par ceux qu’on appelle monarchomaques dans la France du 16e siècle révèlent la nécessité d’intégrer au débat une troisième notion, celle du contrat, et de se demander dans quelle mesure serment et contrat sont liés, voire identiques. L’examen des écrits des monarchomaques calvinistes français, auquel se livre Paul-Alexis Mellet dans son article, montre que leur réflexion sur l’obéissance au monarque, la tyrannie et la souveraineté du peuple est indissociable de la place qu’ils accordent au serment dans les institutions politiques françaises, notamment le serment prononcé par les rois lors de leur couronnement. C’est justement sur ce point que les monarchomaques anglais, dont Paul-Alexis Mellet laisse deviner les liens avec leurs homologues français, s’appuient pour justifier l’obéissance conditionnelle au roi, voire, le droit de résistance, envisagé de façon plus radicale chez les Anglais que chez les Français.

  • 2 Voir Jones, Conscience and Allegiance in Seventeenth Century England…, op. cit., p. 4-5.

8On voit bien que le serment, en voulant contraindre, fait surgir, d’une manière plus saillante que la loi, des problématiques liées à la liberté de conscience. Les arrangements trouvés témoignent-ils d’une simple vision pragmatique des choses ou bien d’une tolérance naissante ? La question reste ouverte et s’inscrit dans une réflexion globale sur cette période, dont l’historiographie oscille entre avènement d’un âge moderne rationnel, où le contrat aurait remplacé le serment en réduisant le rôle de la conscience, et persistance des modèles anciens, où conscience et religion garderaient toute leur centralité.2

Haut de page

Notes

1 Voir David Martin Jones, Conscience and Allegiance in Seventeenth Century England : The Political Significance of Oaths and Engagements, Rochester (USA) & Woodbridge, University of Rochester Press, 1999, p. 29 et, plus généralement, le chapitre 1 « The State Oaths in Law and Conscience : A Brief History of ‘the Safest Knot of Civil Society’ ».

2 Voir Jones, Conscience and Allegiance in Seventeenth Century England…, op. cit., p. 4-5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bertheau, « Avant-propos », Études Épistémè [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://episteme.revues.org/234 ; DOI : 10.4000/episteme.234

Haut de page
  • Revues.org