Navigation – Plan du site
Part 2: Motifs, themes, structures

Sir Dégaré au château de la damoiselle silencieuse : motifs traditionnels et invention narrative

Anne Mathieu

Résumés

Le passage de Sir Dégaré qui relate la soirée du héros au château silencieux (v. 739-847) illustre les capacités d’invention narrative de l’auteur. Les motifs du château désert et du nain silencieux y sont combinés de manière originale avec le motif de l'hospitalité amoureuse. Ont été d’autre part introduits dans le récit plusieurs éléments insolites : les quatre chasseresses, qui évoquent la fée Nivienne, la « Dame Cacheresse » de la Suite-Merlin ; le costume incongru du nain, qui signale, comme dans la Vengeance Raguidel, l’existence d'un désordre auquel le chevalier devra remédier ; le mutisme de la maîtresse des lieux et de ses suivantes, dont on ne sait trop si elles sont de ce monde ou de l’autre monde ; le tour étrange que prend la veillée lorsque Dégaré, bercé par le son de la harpe, succombe à un sommeil qui pourrait être induit magiquement ; le comportement surprenant de la dame, qui s’allonge auprès du héros en une scène qui parodie la nuit de Perceval et de Blanchefleur au château de Beaurepaire. Par le biais de ces innovations, le passage entre en résonance avec tout un intertexte, essentiellement d'origine arthurienne, qui contribue à lui donner épaisseur et mystère.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Derek Pearsall, « Madness in Sir Orfeo », dans Jennifer Fellows (dir.), Romance Reading on the Book (...)

1Des trois lais bretons qui figurent dans le manuscrit Auchinleck, Sir Degaré est celui qui a soulevé le plus de réserves de la part des spécialistes de littérature médiévale anglaise. Derek Pearsall, par exemple, lui dénie « tout intérêt intrinsèque et tout pouvoir d’enchantement », par opposition à Sir Orfeo, qu’il qualifie de « petit miracle poétique » 1. Les études qui lui sont consacrées sont donc peu nombreuses.

2Au sein du poème figurent en outre des passages moins commentés que d’autres. C’est le cas de l’épisode amoureux qui intervient dans la deuxième partie du récit (v. 739-989), alors que Dégaré, qui a enfin retrouvé sa mère, poursuit sa quête parentale à la recherche de son père. Au soir d’une longue chevauchée à travers la forêt, il aperçoit, au milieu d’une rivière, un beau château. Une aventure l’y attend, qui constitue, selon un procédé narratif récurrent dans les romans de chevalerie, un dévoiement: l’espace d’une nuit et d’une matinée, il va délaisser sa quête pour l’amour d’une belle demoiselle.

3L’épisode se divise en deux volets. Premier volet: Dégaré entre dans le château, dont le pont-levis est abaissé et la porte grand ouverte ; il pénètre dans une grand-salle déserte, où brûle un feu, et s’assied pour attendre le maître des lieux. Surviennent alors quatre chasseresses, qui apportent une pièce de venaison ; Dégaré les salue, mais elles ne lui rendent pas son salut, et disparaissent dans une chambre dont elles barrent la porte. Entre ensuite dans la salle un nain, auquel Dégaré donne les mêmes marques de civilité, sans toutefois obtenir davantage de réponse ; sans tenir compte de sa présence, le nain s’affaire à préparer le repas. Apparaît enfin la maîtresse des lieux, accompagnée de dix suivantes. Dégaré les salue, encore une fois sans obtenir de réponse. Il s’assied alors auprès de la châtelaine, une heureuse initiative, car, conquis par sa beauté, il va passer auprès d’elle une soirée totalement mutique, mais absolument paradisiaque.

  • 2 On pense à la promesse que Perceval fait à Blanchefleur et aux habitants du château de Beaurepaire, (...)

4Deuxième volet : au matin, la jeune fille a mystérieusement retrouvé la parole. Harcelée par un amoureux éconduit qui a tué tous les hommes du château, elle confie à Dégaré sa détresse, sans faire la moindre allusion à son mutisme de la veille. Dégaré affronte ce cruel chevalier en combat singulier et la victoire acquise, quitte le château pour reprendre sa quête paternelle, promettant néanmoins de revenir dans les douze mois2.

  • 3 Géographies du monde, géographies de l’âme. Le voyage dans la littérature anglaise de la fin du Moy (...)

5Pour une interprétation de cette seconde partie, on pourra consulter l’ouvrage de Fanny Moghaddassi, Géographies du monde, géographies de l’âme3, qui lui consacre plusieurs pages. Cet article se penchera quant à lui sur la première partie du récit – la soirée au château (v. 739-847). Nous tenterons de démontrer que dans ce passage, l’auteur, même s’il n’a pas le talent d’un Chrétien de Troyes, fait preuve d’une certaine capacité d’invention, et ceci à deux niveaux : la combinaison de motifs qui sous-tend la trame narrative d’une part, et, d’autre part, les éléments insolites qui émaillent le récit. Tout au long de cette présentation seront mentionnés pour comparaison des textes issus pour la plupart de la littérature chevaleresque des XIIe et XIIIe siècles, qui constituent autant d’intertextes avec lesquels ce passage entre en résonance.

  • 4 Pour une exploration du motif du château désert dans quelques romans français médiévaux, voir Elina (...)
  • 5 À ce motif se rattachent tous les cas où un chevalier se voit offrir l’hospitalité par une belle da (...)
  • 6 Un roman arthurien en vieux-français qui pourrait avoir été composé en Angleterre, sous le règne de (...)
  • 7 v. 565-658 du lai, à consulter dans Lais bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses cont (...)

6S’ils mettent parfois en doute la valeur littéraire de Sir Dégaré, les spécialistes ne lui dénient pas pour autant tout intérêt. Ils soulignent, en particulier, le nombre et la variété des motifs traditionnels qui y sont repris, retravaillés et recomposés. Le passage que nous avons choisi d’examiner offre une bonne illustration de ce travail de réemploi. Il repose en effet sur la combinaison de trois motifs conventionnels : le château désert4, le nain silencieux, et l’hospitalité amoureuse5. Aucun texte qui combinerait ces trois motifs n’a été signalé dans la littérature chevaleresque, du XIIe au début du XIVe siècle. Le passage entre en revanche en résonance avec deux analogues des XIIeet XIIIesiècles, un épisode d’Yder6, et un passage du lai de Désiré7.

7Le texte d’Yder décrit les événements suivants : Yder pénètre dans un château apparemment vide ; dans la grand-salle, il voit un nain occupé à faire rôtir une grue ; il le salue par deux fois ; le nain ne répond pas, et Yder s’approche du rôti ; le nain sort alors de son silence pour le traiter de voleur, et tente vainement de le transpercer avec la broche ; Yder esquive le coup, mais ne riposte pas ; le nain court alors alerter son maître, qui prend son épée et surgit furieux dans la grand-salle. Yder salue ce seigneur irascible, sans obtenir de réponse. Il réussit cependant à le calmer, et à se tirer d’affaire par la ruse.

  • 8 Comme le souligne Anne Martineau, Le Nain et le Chevalier, Paris, Presses universitaires de la Sorb (...)

8Le passage combine les motifs du château désert et du nain silencieux, et les similarités qu’il entretient avec le texte de Sir Dégaré sont patentes : le décor, la courtoisie du chevalier – et notamment les trois saluts. Mais les correspondances s’arrêtent là : alors que le nain de Sir Dégaré se cantonne dans son rôle de serviteur, le nain d’Yder joue le rôle d’agent provocateur8, et l’affaire se règle entre hommes. C’est le motif du combat qui est exploité à la fin de l’épisode, combat refusé avec le nain, combat évité avec le maître du château.

9L’extrait de Désiré se déroule un tout autre cadre : pas de château désert dans ce récit. Désiré s’est égaré dans la forêt en poursuivant l’enfant qu’il a eu quelques années plus tôt avec une fée. Il arrive dans une clairière où il aperçoit un nain qui fait rôtir des cuisses de sanglier. Il le salue deux fois ; le nain ne lui rend pas son salut, mais prend soin de son cheval et lui prépare un splendide repas. Désiré le traite de la manière la plus courtoise et l’invite à partager ce festin. Le nain rompt alors le silence pour lui révéler qu’il a été envoyé par la fée, amie de Désiré. Le récit, qui donne la part belle au nain silencieux, exploite donc le motif de l’hospitalité amoureuse, mais de manière détournée, puisque ce n’est pas la dame, mais son serviteur, qui accueille et régale Désiré.

10Le récit d’Yder associe donc château désert et nain silencieux, et l’épisode de Désiré nain silencieux et hospitalité amoureuse. L’originalité de Sir Dégaré consiste à réunir ces trois motifs en faisant du nain non plus un agent provocateur au service d’un maître belliqueux, comme dans Yder, mais un serviteur exécutant les ordres d’une belle hôtesse, comme dans Désiré : un personnage discret qui s’efface bien vite pour faire place à son envoûtante maîtresse.

11Autre plan sur lequel ce passage de Sir Dégaré paraît innover par rapport à la tradition : un certain nombre d’éléments insolites dont les sources n’ont pas pu être identifiées.

  • 9 Ibid.

12Premier de ces éléments, dans l’ordre chronologique des événements, le groupe de quatre chasseresses qui viennent apporter la venaison destinée au repas (v. 769-780). C’est une convention bien établie de la littérature chevaleresque que lorsqu’un chevalier errant pénètre dans un château dans lequel officie un nain-serviteur, ce nain est toujours la première personne qu’il voit9. Cependant, ce code est transgressé dans Sir Dégaré : une fois le décor planté – la grand-salle vide, le feu dans la cheminée – le lecteur s’attend à voir entrer un nain ; or, ce sont ces quatre créatures énigmatiques qui pénètrent dans la pièce. L’insertion des quatre chasseresses répond à une certaine logique. Elles effectuent la transition entre la forêt à laquelle Dégaré vient de se soustraire et le château dans lequel il compte se réfugier pour la nuit, donc entre nature et civilisation, apportant la viande crue que le nain, un être civilisé à défaut d’être poli, aura pour tâche de faire cuire.

  • 10 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, vol. IV : The Second Continuati (...)

13Du point de vue de la stratégie narrative, on comprend l’intérêt de l’insertion de la micro-scène des quatre chasseresses. Elle permet de retarder l’arrivée de la maîtresse des lieux, et ainsi de maintenir plus longtemps le lecteur en haleine. Elle établit d’autre part un schéma d’attente déçue deux fois (les chasseresses, le nain), et comblée la troisième fois (enfin la châtelaine !) qui est souvent exploité dans la littérature narrative médiévale. Parmi de multiples exemples, on peut citer l’arrivée de Perceval au Château des Pucelles dans la Deuxième Continuation : le chevalier doit parlementer avec une première jeune fille, puis avec une seconde, avant de pouvoir rencontrer enfin la maîtresse des lieux10. On pense aussi aux trois temps qui structurent l’arrivée de Tryamour à la cour d’Arthur dans le Lanval de Marie de France (v. 471-600) et dans ses deux adaptations moyen-anglaises, Sir Landevale (v. 349-460) et Sir Launfal (v. 847-972) : un premier groupe de demoiselles se présente, puis un second, et enfin, en dernier lieu, c’est la fée, merveille de beauté, qui vient s’offrir au regard des spectateurs ébahis. Dans Sir Dégaré, ce schéma ternaire est d’autant plus explicite qu’il est souligné, à chaque nouvelle entrée en scène, par le retour de la même formule syntaxique : « And gret… / Ac …answerede + negation / But….  » (v. 777-778, 796-797, 808-809).

  • 11 G. P. Faust (Sir Degare : A Study of the Texts and Narrative Structure, Princeton, Princeton Univer (...)
  • 12 À consulter dans La Suite du Roman de Merlin, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2006.

14Les sources qui auraient inspiré la courte scène des quatre chasseresses restent, en revanche, inconnues11. Leur tenue évoque cependant une demoiselle qui dans La Suite-Merlin, un roman français du XIIIe siècle, est décrite en ces termes12 :

Et elle estoit viestue d’une roube verde assés courte et avoit pendu a son col un cor d’ivoire, et tenoit un arc en sa main et une saiete, et estoit trop bien apparillie en guise de veneresse (§ 259, 27-30).

[Elle avait une robe verte assez courte ; elle portait, pendu à son cou, un cor d’ivoire et tenait dans la main un arc et une flèche : elle était bellement vêtue en chasseresse].

  • 13 Sur cette tradition, voir Philippe Ménard, Le Rire et le Sourire dans le Roman courtois en France e (...)
  • 14 Première attestation du terme en anglais, selon l’Oxford English Dictionary (s. v. coup). Voir auss (...)
  • 15 Première attestation du terme surcoat en anglais, selon l’OED (s. v. surcoat).

15Cette demoiselle est Nivienne, la « Demoiselle Cacheresse » (§ 313, 2 ; § 417, 38 ; § 440, 30), incarnation de Diane, la fée qui par magie endormira Merlin et l’emprisonnera dans un tombeau (§ 379-388). Alors que l’attente de Dégaré débute à peine, les quatre chasseresses mettent donc le texte en résonance avec tout un intertexte féérique, jetant sur le château un voile de mystère que l’entrée en scène du nain ne va pas contribuer à lever. La description du nain est parfaitement conventionnelle, et s’inscrit dans la tradition des « portraits de laideur » mise à la mode par Chrétien de Troyes13. Le costume, en revanche, est surprenant. Le narrateur s’attarde d’abord sur les chaussures : « his sschon icoupedas a knight »14, « des souliers découpés, comme ceux d’un chevalier » ; puis vient le « sorcot overt »15 – un terme de mode fraîchement arrivé de France.

  • 16 Toutes ces attestations sont issues de textes postérieurs à Sir Dégaré. Le sens du terme est quant (...)
  • 17  La Vengeance Raguidel, v. 4912-4917, à consulter dans Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. (...)

16Les nains-serviteurs sont souvent bien vêtus dans la littérature chevaleresque. Ainsi, le nain de Désiré arbore une tunique de soie ajustée (v. 578). Quelque soit la richesse de l’étoffe, cependant, ils portent la livrée de leur maître, signe de leur statut ancillaire ; or il ne semble pas que le costume de ce nain-là soit une livrée, du moins si l’on en juge par la fourrure dont il est doublé, du blaundever ou blaundener, qui selon les attestations données dans le MED, était portée par de hauts personnages16. Il est rare, en outre, que les portraits de nains s’arrêtent sur les chaussures. On trouve cependant un nain élégamment chaussé dans un roman en vieux-français du XIIIe siècle, la Vengeance Raguidel : le nain bossu qui accompagne l’amie de Raguidel porte, outre un manteau de soie, des souliers à bec17. C’est là un intertexte intéressant, car dans la Vengeance Raguidel, le costume incongru du nain est signe d’un malheur qui s’est abattu sur sa maîtresse, qui porte quant à elle tous ses vêtements à l’envers. La source de ce dérèglement est la mort de Raguidel, qui n’a pas été vengée, et qui le sera, fort heureusement, par Gauvain. Dans Sir Dégaré, il va s’avérer que comme dans la Vengeance Raguidel, le costume étrange du nain est signe d’un désordre, d’un malheur qui affecte la châtelaine et par extension le château tout entier.

  • 18 On pourra consulter, à ce sujet, outre l’ouvrage d’Anne Martineau cité supra ; Vernon J. Harward, J (...)

17Il reste à expliquer le rire que le spectacle du nain déclenche chez Dégaré. Diverses interprétations sont possibles, étant donné la symbolique complexe du nain dans l’imaginaire médiéval, et le foisonnement des textes littéraires qui mettent en jeu ce personnage ambigu18. Nous en retiendrons deux : sur le plan du récit, ce rire exprime l’amusement du héros devant une créature qui ressemble fort à un bouffon. Sur le plan de la narration, il constitue un signal destiné au lecteur : dans ce décor conventionnel qui est celui du château désert, il ne manquait plus qu’un nain, et le voilà qui surgit. Le rire de Dégaré salue l’apparition attendue de ce motif littéraire, que le lecteur avait, quant à lui, immédiatement reconnu. Il crée donc une complicité entre le narrateur, le héros et le public, qui se rejoignent sur le terrain familier de la convention littéraire.

  • 19  Pour une étude du motif du château des pucelles, voir Emmanuèle Baumgartner, « Le Château des Puce (...)
  • 20 Continuations of the Old French Perceval, éd. cit., vol. IV, The Second Continuation, épisode 20, v (...)

18Le rire est cependant de courte durée. Le repas est prêt, et la châtelaine entre en scène, avec dix de ses suivantes (v. 801-810). Ces dames prennent place à la table, de manière à former une figure parfaitement symétrique, la maîtresse des lieux au centre, dans sa robe chatoyante, et cinq dames, vêtues de rouge ou de vert, de chaque côté. L’apparition de cette compagnie exclusivement féminine évoque un instant le motif arthurien du château des pucelles19 : des lieux habités par des communautés de femmes dans lesquels des héros comme Perceval ou Sagremor (Perceval dans la Seconde Continuation du Graal, Sagremor dans la Troisième20) sont hébergés l’espace d’une nuit. Ces résonances vont cependant s’éteindre rapidement, dès le moment où Dégaré tombe en extase devant la beauté de la châtelaine. Dans la forme traditionnelle du motif, en effet, le château des pucelles n’est pas un espace de séduction. L’amour n’y a pas de place, et l’aventure qui attend le chevalier est uniquement de nature martiale. À peine, donc, le motif est-il suggéré qu’il est abandonné, rendant à cette assemblée féminine tout son mystère.

19L’élément le plus troublant, cependant, est de toute évidence le silence obstiné de ces dames. Elles ne répondent pas au salut de Dégaré, ce qui constitue une infraction grave au code de l’hospitalité ; et voilà que, paradoxalement, dès que le chevalier s’est assis sans y être invité auprès de la maîtresse des lieux, le motif de l’hospitalité amoureuse commence à se déployer, sans paroles certes, mais conformément à la convention : d’abord un repas, que Dégaré touche à peine, tant il est abîmé dans la contemplation de sa belle voisine ; puis, dans une chambre au cœur du château, une veillée, agrémentée de musique à défaut de conversations plaisantes.

  • 21 On trouve, certes, de belles hôtesses silencieuses dans la littérature arthurienne, mais ce silence (...)
  • 22 Voir Faust, op. cit., p. 76.
  • 23 Voir Le Lai de Guingamor, v. 540, à consulter dans Lais Breton...Marie de France, éd. et trad. N. K (...)

20Cette hospitalité silencieuse, non pas offerte, mais concédée par une belle châtelaine, n’a pas de parallèle dans la littérature chevaleresque des XIIeet XIIIe siècles21. Les chercheurs en sont donc réduits à admettre la possibilité d’une invention de l’auteur22. Quoiqu’il en soit, la signification en est claire : tout comme l’absence d’hommes, tout comme le costume du nain, le mutisme de cette belle dame signale un désordre, dont elle expliquera la nature le lendemain. Ce silence étant un signe totalement arbitraire (comme les vêtements à l’envers de l’amie de Raguidel), il est difficile à décrypter tant que la clé n’en a pas été donnée. Au sein d’un château ouvert, des dames emmurées dans leur silence, l’impression est étrange, et l’ombre du surnaturel continue à planer. Seraient-elles victimes d’un sortilège ? Seraient-elles, à l’inverse, des fées qui chercheraient à attirer Dégaré au cœur du château pour mieux l’y emprisonner, tel Guingamor qui demeura trois cents ans dans le palais de la fée dont il s’était épris23 ? Ces dames sont-elles de ce monde, sont-elles de l’autre monde ? L’événement à la fois étrange et comique qui clôt la soirée, loin de lever l’ambiguïté, augmente encore l’incertitude qui pèse sur leur statut ontologique.

  • 24 Selon Maltilda Tomaryn Bruckner, Narrative Invention in Twelfth-Century French Romance: The Convent (...)
  • 25 Éd. D. Poirion, v. 8260-8262.
  • 26 Pour la nuit de Perceval au château de Beaurepaire, Ibid., v. 1941-2070, p. 733-736.

21Terrassé par l’excès de joie que lui procure la beauté de la châtelaine, le son de la harpe, et peut-être aussi les vapeurs du vin qui lui est servi, Dégaré s’endort. Le motif littéraire de l’hospitalité amoureuse implique traditionnellement une séquence narrative consacrée au coucher des protagonistes, qu’ils dorment dans le même lit ou séparément24. Or, il est évident qu’ici, on a affaire à une parodie : le coucher du chevalier n’a pas lieu, puisqu’il s’assoupit pendant la veillée, sur le lit de son hôtesse. Des bribes du motif traditionnel du coucher sont cependant conservées, par lesquels l’auteur signale clairement qu’il est dans le détournement. On notera tout d’abord ce coussin que la châtelaine glisse sous la tête de Dégaré, un geste conventionnel, qui clôt la séance du coucher, par exemple, dans l’épisode du Lit de la Merveille dans Perceval ou Le Conte du Graal : une demoiselle place un oreiller sous la tête de Gauvain pour l’aider à s’endormir25. On remarquera aussi le coucher de la dame, qui s’étend près du chevalier, variante muette de Blanchefleur qui, contrairement à l’héroïne de Chrétien de Troyes, laissera son Perceval dormir paisiblement toute la nuit26.

  • 27 Comme le souligne Fanny Moghaddassi, op. cit., p. 278-279.
  • 28 Voir Laurence Harf-Lancner, Les Fées au moyen-âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Pari (...)

22L’endormissement subit de Dégaré montre qu’il n’est encore qu’un novice en matière d’amour27. Il a accompli jusqu’ici un parcours courtois irréprochable, réussissant la triple épreuve du salut non rendu, puis celle de la conversation impossible, et voilà qu’au moment de recevoir, peut-être, sa récompense, il s’abandonne au sommeil de manière fort discourtoise. Derrière cette interprétation très réaliste, néanmoins, il n’est pas interdit de supposer qu’il s’en profile une autre, qui fait intervenir le surnaturel, et qui est recevable uniquement à ce stade du récit, puisque les révélations du lendemain remisent le monde des fées aux oubliettes. Le vers 842, qui évoque la joie que procure le son de la harpe, « For murthe of notes so schille », évoque, certes, des intertextes rassurants, les « blisseful notes » de Sir Orfeo (v. 438 et 527). Et cependant, dans la tradition populaire celtique, la musique compte parmi les sortilèges auxquels les fées recourent pour endormir les mortels dont elles se sont éprises, et les transporter dans leur monde. Le motif figure en particulier dans le voyage de Bran, un récit médiéval irlandais28. Il n’est pas impossible que l’auteur joue ici sur les deux registres, un sommeil induit par des causes naturelles, un excès d’émotion, un repas fastueux, mais aussi, en filigrane, un sommeil magique.

23Dans ce château silencieux résonnent donc, outre la musique de la harpe et le rire de Dégaré, des échos que seul le lecteur/auditeur peut percevoir. Ces échos-là s’éveillent chaque fois que le texte reprend un motif conventionnel ou une image traditionnelle ; ils se succèdent et parfois s’entremêlent, à mesure que le récit se déploie. Certains de ces échos sont puissants, tels les résonances suscitées par le réemploi des motifs du château désert, du nain silencieux, et de l’hospitalité amoureuse ; d’autres sont plus discrets, tels l’allusion à Nivienne qui se profile, peut-être, derrière les quatre chasseresses, ou encore la référence au motif folklorique de l’envoûtement par la musique lovée, sans doute, derrière la performance musicale qui ravit Dégaré au point de l’endormir. Le silence du château, le silence de ses habitants, les silences du texte permettent à l’imagination de s’exercer, d’osciller entre ce monde et l’autre monde, de goûter, l’espace d’une centaine de lignes, le plaisir de l’équivoque, de l’incertain, de l’indécis, un îlot de détente au sein d’un récit qui, à l’image de son héros – pourtant fils de chevalier fée – est trop investi dans la remise en ordre de ce monde pour s’attarder très longtemps aux frontières du monde des fées.

Haut de page

Notes

1 Derek Pearsall, « Madness in Sir Orfeo », dans Jennifer Fellows (dir.), Romance Reading on the Book: Essays on Medieval Narrative Presented to Maldwyn Mills, Cardiff, University of Wales Press, 1996, p. 51-52.

2 On pense à la promesse que Perceval fait à Blanchefleur et aux habitants du château de Beaurepaire, qui veulent le retenir après sa victoire sur Clamadeu : il s’engage à revenir, mais il doit d’abord retrouver sa mère (Perceval ou le Conte du Graal, v. 2924-2939, à consulter dans Chrétien de Troyes, Œuvres complètes, éd. Daniel Poirion, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1994, p. 748).

3 Géographies du monde, géographies de l’âme. Le voyage dans la littérature anglaise de la fin du Moyen Âge, Paris, Champion, 2010, p. 277, 279 et 290-291.

4 Pour une exploration du motif du château désert dans quelques romans français médiévaux, voir Elina Bozóky, « Roman médiéval et conte populaire : le château désert », Ethnologie française, 4, 1974, p. 349-356.

5 À ce motif se rattachent tous les cas où un chevalier se voit offrir l’hospitalité par une belle dame dont il est épris, ou dont il va s’éprendre.

6 Un roman arthurien en vieux-français qui pourrait avoir été composé en Angleterre, sous le règne de Jean sans Terre. Voir à ce sujet The Romance of Yder, éd. Alison Adams, Cambridge, D.S. Brewer, 1983, p. 13. Le passage commenté ici occupe les v. 3770-3941 dans l’édition d’Adams.

7 v. 565-658 du lai, à consulter dans Lais bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, éd. et trad. Nathalie Koble et Mireille Séguy, Paris, Champion « Classiques », 2011. C’est à G. V. Smithers que l’on doit le rapprochement entre le nain silencieux de Sir Dégaré et celui de Désiré (« Story Patterns in Some Breton Lays », Medium Ævum, 22.2, 1953, p. 61-91, en particulier p. 81).

8 Comme le souligne Anne Martineau, Le Nain et le Chevalier, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2003, p. 66.

9 Ibid.

10 The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes, vol. IV : The Second Continuation, éd. William Roach, Philadelphie, American Philosophical Society, 1971 (épisode 20, v. 24222-24595).

11 G. P. Faust (Sir Degare : A Study of the Texts and Narrative Structure, Princeton, Princeton University Press, 1935) ne mentionne pas les quatre chasseresses dans les pages qu’il consacre à l’épisode du château silencieux et à ses analogues (p. 74-78). Smithers, (art. cit., p. 82) propose quant à lui un rapprochement avec un épisode de Désiré qui précède la rencontre avec le nain silencieux : Désiré et le roi, qui s’exercent au tir à l’arc, tentent sans succès d’abattre un grand cerf ; leurs flèches tombent à terre, et leur sont rendues par un beau jeune homme qui se matérialise soudain, et qui s’avère être le fils que Désiré a eu avec la fée (éd. cit., v. 465-496). Le rapport avec les quatre chasseresses de Sir Dégaré paraît cependant lointain.

12 À consulter dans La Suite du Roman de Merlin, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 2006.

13 Sur cette tradition, voir Philippe Ménard, Le Rire et le Sourire dans le Roman courtois en France et au Moyen Âge (1150-1250), Genève, Droz, 1969, p. 529-553.

14 Première attestation du terme en anglais, selon l’Oxford English Dictionary (s. v. coup). Voir aussi Middle English Dictionary, s. v. coupen, couped : « of shoes : slashed for decoration ». Les trois autres références données par le MED pour ce terme sont issues d’ouvrages postérieurs à Sir Dégaré.

15 Première attestation du terme surcoat en anglais, selon l’OED (s. v. surcoat).

16 Toutes ces attestations sont issues de textes postérieurs à Sir Dégaré. Le sens du terme est quant à lui mal établi. Le MED suggère « blanc et noir  » (voir MED, s. v. blaun-ner).

17  La Vengeance Raguidel, v. 4912-4917, à consulter dans Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, collection « T.L.F. », 561, 2004.

18 On pourra consulter, à ce sujet, outre l’ouvrage d’Anne Martineau cité supra ; Vernon J. Harward, Jr., The Dwarfs of Arthurian Romance and Celtic Tradition, Leiden, Brill, 1958 ; John Southworth, Fools and Jesters at the English Court, Thrupp, Sutton Publishing, 1980 ; Claude Lecouteux, Les nains et les elfes au Moyen Âge, Paris, Imago, 1988.

19  Pour une étude du motif du château des pucelles, voir Emmanuèle Baumgartner, « Le Château des Pucelles : variations sur un motif arthurien », dans Denis Hüe et Christine Ferlampin-Acher (dir.), Le Monde et l’Autre Monde, Actes du colloque arthurien de Rennes des 8 et 9 mars 2001, Orléans, Paradigme, 2002.

20 Continuations of the Old French Perceval, éd. cit., vol. IV, The Second Continuation, épisode 20, v. 24222-24595 et vol. V, The Third Continuation, episode 4, v. 34081-34725.

21 On trouve, certes, de belles hôtesses silencieuses dans la littérature arthurienne, mais ce silence ne dure jamais longtemps. Lorsque Blanchefleur accueille Perceval à Beaurepaire, par exemple, un silence embarrassé s’installe entre les deux jeunes gens ; il est bientôt rompu, cependant, par une question que Blanchefleur, par courtoisie, s’enhardit à poser (Perceval ou le Conte du Graal, éd. D. Poirion, v. 1846-1881, p. 731-732.

22 Voir Faust, op. cit., p. 76.

23 Voir Le Lai de Guingamor, v. 540, à consulter dans Lais Breton...Marie de France, éd. et trad. N. Koble et M. Séguy, p. 731.

24 Selon Maltilda Tomaryn Bruckner, Narrative Invention in Twelfth-Century French Romance: The Convention of Hospitality (1160-1200), Lexington, French Forum, 1980, p. 33.

25 Éd. D. Poirion, v. 8260-8262.

26 Pour la nuit de Perceval au château de Beaurepaire, Ibid., v. 1941-2070, p. 733-736.

27 Comme le souligne Fanny Moghaddassi, op. cit., p. 278-279.

28 Voir Laurence Harf-Lancner, Les Fées au moyen-âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, Champion, 1984, p. 214 et 216-219 et Christian-J. Guyonvarc’h, Magie, Médecine et divination chez les Celtes, Paris, Payot, 1997, p. 339-340. On trouvera en outre dans l’ouvrage de Guyonvarc’h un commentaire sur la harpe du Dagda (le dieu celtique de la magie), qui joue trois refrains, le refrain de sommeil, le refrain de sourire et le refrain de lamentation (p. 336-339).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Mathieu, « Sir Dégaré au château de la damoiselle silencieuse : motifs traditionnels et invention narrative », Études Épistémè [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://episteme.revues.org/210 ; DOI : 10.4000/episteme.210

Haut de page

Auteur

Anne Mathieu

Maître de conférences en anglais à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Anne Mathieu est spécialisée dans l'étude de la langue et de la littérature du Moyen Âge anglais. Dans le sillage de sa thèse de doctorat, elle a publié plusieurs articles portant sur des textes magiques ou divinatoires conservés dans des manuscrits du Xe au XIIe siècle. Elle travaille en outre sur l’expression du merveilleux dans la littérature anglaise du XIIe au XVe siècle. Au sein de l’IDEA de Nancy, dont elle est membre, elle participe aux projets menés par le groupe de recherches GRENDEL. Parmi ses publications, on peut citer, en collaboration avec Colette Stévanovitch (dir.), Les Lais bretons moyen-anglais (Brepols, 2010) ; « Une formule magique en action : le Charme des Trois Bons Frères dans deux manuscrits anglais du XVe siècle », dans Élise Louviot (dir.), La Formule au Moyen Âge, (Brepols, 2013), p. 143-154.

Haut de page
  • Revues.org