Navigation – Plan du site
Part 1: In the beginning…

Le passé recomposé des lais bretons en moyen-anglais : Le Lay le Freine, Sir Orfeo, Sir Degaré, Sir Launfal et The Franklin’s Tale

Mireille Séguy

Résumés

Les prologues qui ouvrent plusieurs lais en moyen-anglais affichent un rapport de proximité et de distance avec la tradition des lais bretons. L’écart le plus significatif consiste dans l’absence de l’argument invoqué par les lais composés en ancien français pour légitimer leur entreprise : la nécessité de perpétuer la mémoire d’aventures merveilleuses qui appartiennent au jadis et à l’ailleurs breton. Cet article voudrait montrer que les cinq lais en moyen anglais du corpus d’étude, en interrogeant la valeur de la fidélité au passé et ses conditions de possibilité, se structurent également autour de la problématique de la mémoire. Loin de constituer une pratique apparemment sûre de sa légitimité et de ses effets, il s’agit toutefois, ici, d’une expérience incertaine et souvent douloureuse, qui doit affronter un passé qui se dérobe ou qui se refuse. Ce lien inquiet et parfois agonistique au passé forme la trame thématique des cinq lais du corpus. Qu’il se formule en outre, dans quatre d’entre eux, en termes généalogiques ou familiaux, nous incite également à interpréter ce lien dans une perspective métadiscursive. L’article fait ainsi l’hypothèse que les lais bretons en moyen-anglais interrogent, de manière diverse et en apportant des réponses différentes, la validité de leur appartenance à la famille des lais bretons fondée en littérature par leur lointain « parent » français.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Judith Schlanger, Présence des œuvres perdues, Paris, Hermann, 2010, p. 190 et p. 203-204.

« C’est une illusion de croire que l’existence temporelle des œuvres occupe une durée continue, et qu’elle allonge ou prolonge son présent. Ce n’est pas en s’étirant dans le temps que celles qui survivent durent plus longtemps que les autres. Au contraire, celles qui survivent sont celles qui renaissent. […] Il est plus intéressant, pour comprendre le temps des œuvres, de se tourner vers l’irrégulier, vers ce qui est mal gardé, ou gardé à faux titre, ou gardé en tant que perdu »1.

  • 2 John B. Beston, « How Much was Known of the Breton Lai in Fourteenth-Century England? », Harvard En (...)
  • 3 Toutes les citations que nous ferons des cinq lais en moyen-anglais de notre corpus sont issues de (...)
  • 4 Sur l’importance de la remémoration et de la rétrospection dans le Franklin’s Tale, voir Claire Via (...)

1Les prologues métadiscursifs qui ouvrent le Lay le Freine, Sir Orfeo et surtout The Franklin’s Tale affichent à la fois leur proximité avec la forme du lai breton et la distance qui les en sépare, qu’il s’agisse d’une distance ironiquement revendiquée ou moins explicitement assumée, pour reposer sans doute en partie, comme l’a souligné John B. Beston2, sur une connaissance lointaine des avant-textes français qu’ils mobilisent. L’écart le plus significatif consiste dans l’absence de l’argument crucial invoqué par les lais composés en ancien français pour légitimer leur entreprise : celle de la nécessité de perpétuer la mémoire d’aventures merveilleuses qui appartiennent au jadis et à l’ailleurs breton. Si l’ouverture du Conte du Franklin formule bien le terme de « remembraunce », terme-clé du Prologue des lais de Marie de France, c’est dans un sens à la fois tronqué et affadi au regard de la double acception qu’il recouvre dans ce prologue fondateur. Là où le Franklin met uniquement en avant le plaisir de raconter (« remembraunce » rime avec « plaisaunce », v. 713-714)3, Marie insiste en effet sur la nécessité de mettre en mémoire et en recueil des histoires qui, sans elle, sombreraient dans le « dé-membrement » de l’oubli4. Au XIIe siècle, le projet de Marie constituait une entreprise largement inédite : invoquer la nécessité de conserver des histoires exposées aux aléas de la diffusion orale entrait dans une stratégie de légitimation devenue étrangère aux lais en moyen-anglais. Pour autant, traduire, transposer ou composer des lais en anglais un à deux siècles après l’extinction du genre en français ne va pas non plus de soi, et il est à cet égard frappant de constater que les textes du corpus s’interrogent tous, de manière différente, sur la valeur de la fidélité au passé et sur ses conditions de possibilité.

2Dans les lignes qui suivent, je voudrais montrer que loin d’ignorer la problématique de la mémoire qui est au cœur des lais bretons composés en ancien français, les lais en moyen-anglais s’organisent également autour d’elle. Mais il s’agit d’une autre mémoire, c’est-à-dire non plus d’une pratique apparemment sûre de sa légitimité et de ses effets, mais d’une expérience incertaine et le plus souvent douloureuse, qui doit affronter un passé qui se dérobe (Le Freine, Orfeo, Dégaré, Launfal) ou que l’on refuse (Orfeo encore, Le Conte du Franklin). Ce lien problématique et parfois agonistique au passé forme la trame thématique des cinq lais du corpus. Qu’il se formule en outre, dans quatre d’entre eux (et dans les trois lais du recueil Auchinleck), en termes généalogiques ou familiaux nous incite à lire, me semble-t-il, ce lien au passé dans une perspective métadiscursive. Je ferai ainsi l’hypothèse que ces cinq lais interrogent, de manière diverse et en apportant des réponses différentes, la validité de leur appartenance à la famille des lais bretons fondée en littérature par le lointain « parent » français. Si le Lay le Freine donne une réponse apaisée à cette question, elle demeure ouverte dans les autres lais. Elle peut y prendre la forme d’une critique ironique qui témoigne certes de la distance culturelle qui sépare les lais anglais d’un aïeul dont les valeurs ont vieilli, mais qui met aussi en relief des tensions déjà présentes dans les textes français (Sir Launfal, The Franklin’s Tale). La mise à l’épreuve du lien généalogique qui unit les lais en moyen-anglais aux récits en ancien français peut également donner lieu à une réflexion plus diffuse sur ce qui fonde le processus de la reconnaissance qui est au cœur de l’effet d’appartenance (Sir Degaré). Cette interrogation esthétique, enfin, peut aussi s’élargir en une réflexion sur la dimension créatrice de la mémoire que nous gardons de ce que nous avons perdu (Sir Orfeo).

Lectures critiques

  • 5 Sur ces différentes versions, voir notamment Colette Stévanovitch, « Le(s) lai(s) de Lanval, Launfa (...)
  • 6 Toutes les citations des lais en ancien français seront issues, sauf indication contraire, de Lais (...)

3Le lai de Lanval de Marie de France semble avoir connu une fortune particulièrement riche en moyen-anglais, où il a suscité, du XIVe au XVIIe siècle, trois versions différentes dans l’état actuel de nos connaissances5. La critique a mis en avant, souvent pour les déplorer, les réorientations que ces versions tardives, et plus particulièrement celle de Sir Launfal, font subir à leur avant-texte anglo-normand. Ces réorientations concernent surtout la fonction qu’elles confèrent à la vertu aristocratique de la largesse, auxquels les textes en moyen-anglais, dont les destinataires appartenaient sans doute surtout à la bourgeoisie, semblent donner une interprétation appauvrie en porte-à-faux avec son acception originelle. Dans la représentation qu’en proposent généralement les chansons de geste et les romans courtois – et en particulier arthuriens – la largesse est une qualité hautement valorisée, qui est l’apanage du seigneur : elle manifeste à la fois son désintéressement profond à l’égard des biens matériels et sa bienveillance vis-à-vis de ses alliés comme des membres de sa maison. Au regard de cette figuration idéale de la libéralité courtoise, la représentation qu’en donne le lai de Sir Launfal est évidemment déstabilisante, pour plusieurs raisons que Colette Stévanovitch a bien identifiées et que je me contenterai de mentionner brièvement. Dans le lai anglais, la largesse, qui est la qualité principale de Launfal, est aussi présentée comme un excès qui cause un temps sa perte et qui motive l’aventure féerique. C’est parce que le personnage a dépensé sans compter qu’il se retrouve bientôt si pauvre qu’il se voit mis au ban de la société de cour comme de celle de la ville où il réside. Si le Lanval de Marie de France est lui aussi généreux, cette qualité n’est qu’un élément des traits courtois stéréotypés qu’il réunit : « valur », « largesce », « beauté », « pruësce » (v. 21-22)6, et s’il se trouve effectivement à bout de ressources après qu’Arthur l’a oublié dans la grande distribution qui ouvre le récit, c’est moins la honte d’être pauvre que la souffrance de ne pas être reconnu qui l’entraîne (à son insu) vers l’Autre Monde. De manière générale, Sir Launfal manifeste un souci presque obsessionnel pour la richesse matérielle, dont l’expression se trouve à la fois amplifiée et détaillée par rapport au modèle français : l’abondance féerique se matérialise dans une aumônière dont le contenu (un marc d’argent) se renouvelle à la demande, avant de se décliner en dix chevaux de somme chargés d’or et d’argent, de vêtements somptueux et d’armures rutilantes. Surtout, le lai insiste sur le lien de cause à effet entre aisance matérielle et position sociale : pauvre, Launfal n’a plus aucun ami, riche, il se retrouve au centre de l’attention générale ; c’est encore cette qualité qui lui vaut l’intérêt du roi et jusqu’à l’amour de la reine : « For hys largesse he was lovede the bet », résume le narrateur (v. 644).

  • 7 Voir en particulier ces vers : « Pur sa valur, pour sa largesce, / Pur sa beauté, pur sa pruësce, / (...)
  • 8 La Chanson d’Aspremont, composée vers 1190, mentionne Graelent comme l’inventeur du lai breton : «  (...)
  • 9 « La vérité objective de cette largesse, est […] l’instauration ou la perpétuation d’un véritable r (...)

4Si cette dégradation du don aristocratique en une appréhension essentiellement mercantile des rapports humains témoigne sans doute d’un double phénomène de distance (celle d’un public bourgeois à l’égard d’un système de valeur aristocratique, mais aussi celle de la fin du Moyen Âge pour l’économie sociale féodale), elle porte également une lecture critique de la largesse courtoise qui se trouve déjà à l’œuvre, en mode mineur, dans les textes français. La dimension désintéressée et bienveillante de la largesse royale se trouve ainsi clairement mise en doute dès l’ouverture du Lanval de Marie. Les dons en femmes et en terres octroyés par Arthur à ses « cuntes » et à ses « baruns » (v. 14) ne sont pas l’effet d’une générosité gratuite et spontanée : ce sont les récompenses du service vassalique rendu par ces derniers dans la guerre d’usure qui oppose le royaume aux Scots et aux Pictes à la frontière de l’Écosse. L’oubli de Lanval, dans ce contexte, constitue une faute qui, avec d’autres indices7, met en lumière une dégradation du rayonnement de la cour arthurienne et des idéaux qui lui sont habituellement attachés. L’insistance sur la misère dans laquelle se trouve Lanval, et plus généralement sur l’âpreté des conditions d’existence des chevaliers non chasés (c’est-à-dire sans fief ni bénéfice) qui dépendent précisément de la largesse d’un suzerain, n’est pas non plus absente des lais français : elle est notamment très sensible dans Graelent, un lai anonyme ancien sans doute contemporain des lais de Marie8, qui constitue l’autre hypotexte majeur de Sir Launfal. On retrouve en effet dans Graelent cet intérêt pour les détails prosaïques où se révèlent d’abord la misère économique du chevalier privé de sa solde (cheval sans selle ni harnais, manteau pelé qui suscite les quolibets de la foule), puis l’abondance féerique (destrier « isnel » [rapide], dessus de lit réversible fait d’un côté de soie brodée et de l’autre de brocart, « bons dras », deniers inépuisables que le héros emploie à payer ses arriérés de loyer et à constituer des réserves de nourriture avant d’accueillir à sa table tous les déshérités du pays). Plus qu’une mécompréhension profonde de la valeur de la largesse aristocratique, Sir Launfal témoigne ainsi plutôt de sa relecture critique. La distance temporelle et culturelle aidant, le lai se libère totalement de la représentation idéalisée d’une notion qui, comme l’a montré notamment Philippe Haugeard9, constituait d’abord la pièce maîtresse d’un dispositif économique et politique où s’assurait et se donnait à voir la domination du suzerain sur ses chevaliers.

  • 10 Si la « gentillesse », notion-clé des lais bretons (comme de la littérature courtoise dans son ense (...)

5Implicite dans Sir Launfal, la dimension critique de la relecture des lais bretons est clairement et ironiquement énoncée dès le prologue du Franklin’s Tale. Elle fonctionne sur le même procédé : la dégradation, et partant la démystification d’une notion-clé de l’éthique féodale et courtoise, à savoir non plus la largesse mais la promesse – le don de la parole se substituant ici au don des biens matériels. La « foi jurée » oralement, dans la diversité de ses formes, traverse dans la littérature et l’histoire médiévale tout le spectre des activités humaines, qu’elles soient de nature amoureuse, juridique, religieuse, économique ou politique. Elle concerne ici essentiellement deux domaines que le récit se plaît à imbriquer : celui de l’amour et celui de l’échange marchand. L’action corrosive du Conte, qui se réclame du modèle du lai dans son prologue, consiste à mettre place une machine narrative au terme de laquelle les trois relations qui structurent la diégèse (la relation conjugale, la relation adultère virtuelle et la relation marchande), qui s’expriment toutes les trois en termes de contrat à respecter, de promesse et d’engagement réciproques, apparaissent non seulement comme étroitement dépendantes les unes des autres, mais finissent par sembler équivalentes – les notions de trahison et de loyauté (« trouthe ») échangeant, à cette occasion, leur place et leur valence. À la fin du récit, le narrateur a ainsi beau jeu d’interroger malicieusement son destinataire sur le personnage (mari, amant ou magicien) qui lui aura semblé le plus « noble » (« free »), chacun ayant dû malgré lui accepter de rompre le contrat qu’il avait conclu au nom d’un engagement plus haut, ou – c’est toute la question – plus pressant10. Interrogation profondément déstabilisatrice, en ce qu’elle s’appuie sur une conclusion diégétique qui non seulement brouille la hiérarchie des valeurs habituellement reconnues dans l’univers courtois, mais qui voit tous les personnages œuvrer contre leur identité narrative et leur statut littéraire : le mari enjoint à son épouse de céder à son amant, l’amant prie la femme qu’il désire de rester fidèle à son mari, le magicien-marchand renonce à être payé pour ses services – Dorigen, dont la volonté est exclue de ce finale, constituant quant à elle une figure inversée de la Dame courtoise.

  • 11 Voir Georges Duby, « L’amour que l’on dit courtois », in Mâle Moyen Âge, Paris, Flammarion, 1987, p (...)
  • 12 La première rencontre entre le clerc d’Orléans et Aurélius et son frère apparaît comme une plaisant (...)
  • 13 Nous rejoignons ici les conclusions de V. A. Kolve, pour qui le spectacle que le clerc donne à voir (...)

6L’origine bourgeoise et l’inculture du conteur ironiquement revendiquées dans le prologue portent ici une critique à la fois idéologique et esthétique de l’amour dit « courtois ». À un premier niveau de lecture, l’histoire racontée met en lumière la dégradation que subit l’idéal de la fin’amor dès lors qu’il se trouve engagé dans un système de convention sociale (de « covenant »), qu’il s’agisse des liens du mariage ou du jeu mondain tel que Georges Duby l’a analysé11, où la dame se promet sans se donner. De ce point de vue, le récit fonctionne comme une implacable démonstration, où chaque compromission reçoit exactement la monnaie de sa pièce. L’arrangement que les futurs époux mettent en œuvre pour tenter de préserver le « service » amoureux courtois au sein du mariage se trouve ainsi logiquement pris en défaut par l’arrangement marchand que conclut le rival du mari, et le caractère irréaliste de la promesse de la dame est dénoncé par la dimension illusoire de l’accomplissement de la promesse de l’amant. Si plusieurs romans – à commencer bien sûr par ceux de Chrétien de Troyes – ont effectivement tenté d’acclimater la fin’amor chantée par la lyrique à la relation conjugale et à la société de cour, la grande majorité des lais bretons, et plus particulièrement les lais féeriques, soulignent généralement, à l’inverse, leur discord. Aussi la lecture critique que le Conte du Franklin fait subir au lai breton ne consiste-t-elle pas à dénoncer l’incompatibilité entre l’idéal de la fin’amor et les conventions sociales et, plus généralement, entre la fin’amor et les arrangements qui forment la trame de la vie humaine. Elle réside bien plutôt, de manière beaucoup plus novatrice et plus déstabilisatrice, dans la suppression de ce monde possible que représente le monde féerique dans les lais bretons, où le fantasme d’un désir librement consenti, exprimé et vécu, peut prendre corps en marge des contraintes aliénantes de la société. En réduisant la grande aventure féerique des lais aux tours de magie d’un clerc marchand d’illusions12, The Franklin’s Tale s’attache à montrer que le monde possible des fictions bretonnes est un monde vain et trompeur dont les lecteurs, comme les personnages, doivent se garder13.

7Dans la fiction du Franklin, il n’y a pas d’autre monde où fuir la mutabilité et la déceptivité du monde. Les fées sont absentes et les dieux ont vieilli (v. 1245), et il ne reste plus aux hommes et aux femmes, à l’instar d’Arveragus et de Dorigen, qu’à inventer par la parole (c’est-à-dire par l’engagement aussi bien que par le langage), des formes de stabilité précaires sans cesse susceptibles d’être renversées ou retournées contre elles-mêmes, mais aussi d’être réexaminées et reformulées pour mieux s’ajuster à l’imprévisible variabilité des êtres, des situations et des circonstances, « Ire, siknesse, or constellacioun, / Wyn, wo, or chaunginge of complexion. » (v. 781-782).

Reconnaissance généalogique et appartenance esthétique

8Le Lay le Freine est sans doute, au sein du corpus, le lai le plus proche de son modèle français. On y observe peu de modifications significatives par rapport au texte de Marie, peu d’ajouts également, mis à part un prologue et deux passages explicatifs sur les noms de « Frêne » et de « Coudrier » qui nous rappellent que le récit relève d’une opération de translation du français en anglais. C’est essentiellement sur ces trois ajouts que j’aimerais m’arrêter, en ce qu’ils expriment à mon sens le mode de relation que le lai entretient avec son texte-source : une relation où la revendication d’une appartenance commune va de pair avec l’affirmation d’une distance qui fait droit à la différence des langues et à leur autonomie.

  • 14 On trouvera un fac-simile, une transcription et un commentaire de ce manuscrit sur le site de la Na (...)

9Le prologue constitue sans doute l’ajout le plus frappant, d’autant qu’il se retrouve, presque à l’identique, en ouverture de Sir Orfeo. Que deux des trois lais présents dans le codex-bibliothèque Auchinleck14, qui constitue sans doute la première anthologie littéraire en langue anglaise, soient pourvus d’un prologue inédit, est significatif du lien que les compilateurs ont voulu afficher avec le modèle français du genre. Ce prologue inscrit en effet clairement le récit qu’il introduit dans la lignée du lai narratif, telle qu’elle est exemplairement configurée dans le Prologue général du recueil de Marie. On y retrouve le même récit généalogique fondateur : l’aventure qui va nous être racontée s’est jadis passée en Bretagne, où elle a d’abord été célébrée dans un lai chanté et accompagné à la harpe ; on y retrouve aussi l’affirmation d’un relais temporel, le temps présent du récit qui commence (« now ») enchaînant sur le temps jadis (« old time ») de son énonciation première. Il importe toutefois de remarquer que le récit généalogique que Le Freine réinvestit se donne d’emblée comme une vérité de seconde main : ainsi que le soulignent les premiers vers du prologue, c’est la tradition des lais narratifs et leur diffusion qui lui ont donné corps. Tout en reprenant à son tour cette fable fondatrice, le prologue du Freine en affirme ainsi le caractère construit, établissant par là un lien d’appartenance médié et distancié au genre dont il se réclame. La même analyse pourrait être conduite au sujet de la rapide déclinaison des différents types de lais que l’on trouve dans ce prologue : la forme même de cet inventaire un peu hasardeux, dont le caractère limité est explicitement revendiqué par le narrateur (« Now of this aventours that weren yfalle, /Y can tel sum ac nought alle », v. 19-20), creuse une légère distance entre le Lay le Freine et son lointain modèle grâce à laquelle la singularité du récit qui s’ouvre au présent, « now », trouve à se faire entendre.

10La contemporanéité du Lay le Freine se joue essentiellement dans la langue dans laquelle il est écrit, « In Ingliche », comme le narrateur le souligne immédiatement après le prologue, et comme il y insiste à deux reprises dans la suite de l’histoire. La forme que prend cette insistance est intéressante, en ce qu’elle ne se donne pas en termes de rupture, mais de différenciation et d’émancipation progressive. Le nom de Frêne et celui de Coudrier sa sœur relèvent dans le lai français d’une antonomase qui doit être explicitée en anglais, dès lors que l’on choisit, comme le fait généralement le translateur, de ne pas traduire ces deux noms propres, mais de les conserver (avec le titre éponyme) dans leur langue originelle. Si la conservation de ces deux noms en français dans le texte accuse immédiatement l’origine étrangère du lai, la glose du translateur se charge d’abord de nuancer cette étrangeté en renvoyant la forme française « Freyn » à la « langue de Bretagne », qui apparaît ici comme la matrice esthétique autant que linguistique des lais « bretons » qui se composent dans les deux pays (« The Freyns of the ‘asche’ is a freyn / After the language of Breteyn ; / Forthe Le Frein men clepeth this lay / More than Asche in inch contray. », v. 231-234). La seconde intervention du narrateur peut sembler à première lecture très similaire : « […] in Romaunce Le Frain ‘ash’ is, / and Le Codre ‘hazle’ y-wis », (v. 347-348). Elle s’inscrit pourtant dans un contexte différent qui témoigne de la légitimité et de l’autonomie qu’a entretemps gagnées la langue anglaise, puisque la glose fait ici suite à un dialogue où le jeu de l’antonomase entre le nom des arbres et celui des deux sœurs s’énonce exclusivement en anglais : « Better than Ash is Hazle y ween ! » (v. 346) – ce qui rend d’ailleurs inutile la surcharge explicative qui rappelle l’équivalent français des noms anglais utilisés. À l’image de l’histoire racontée, où le lien de filiation entre Frêne et ses parents ne peut se dire qu’une fois l’héroïne adulte et autonome, le lai affirme ici son appartenance à la famille des lais à la faveur d’une distance temporelle et géographique où la légitimité littéraire de l’anglais se construit non pas contre la langue française mais à côté d’elle, dans la reconnaissance du lai breton comme ancêtre commun.

  • 15 Sur le principe de cohérence qui est à l’œuvre dans Degaré, voir en particulier l’introduction de G (...)

11Si l’avant-texte du Lay le Freine nous est donné dès le titre, celui de Sir Degaré est en revanche beaucoup plus difficile à établir : le texte n’adapte en effet aucun récit français connu,15 mais emprunte à plusieurs pour élaborer une histoire singulière et cohérente. La relation d’appartenance du récit avec la lignée des lais bretons n’est pas non plus explicite : les quelques vers d’introduction qui ouvrent le lai se bornent à identifier Dégaré à l’un de ces chevaliers autrefois occupés à parcourir le monde pour y trouver des prodiges – renseignement qui, outre le fait qu’il constitue une fausse piste pour ce qui concerne le héros, ne le rattache pas non plus précisément au genre du lai. Le lien de Dégaré aux lais bretons se construit plutôt à la faveur des multiples réminiscences que le récit suscite chez son destinataire, lequel peut tour à tour, ou en même temps, associer les situations narratives ou actancielles du récit à celles de plusieurs lais français, dont Deus Amanz, Tydorel, Milun, Désiré ou encore Yonec. Contrairement au Lay le Freine, où elle va de soi même si elle est d’emblée distanciée, l’appartenance de Sir Dégaré au corpus des lais bretons repose ainsi sur la capacité du lecteur/auditeur à reconnaître les modèles que le compositeur isole ou imite dans le corpus français, puis combine et oriente autrement. On reconnaît bien sûr dans cette relation d’appartenance risquée, qui se construit dans la durée et en plusieurs étapes, celle que le héros éponyme du lai doit restaurer avec sa lignée paternelle et maternelle, au gré de multiples aventures périlleuses dont le gain n’est jamais assuré, et grâce à des indices (des gants, une épée) toujours susceptibles de ne pas être identifiés comme tels – ce qui manque d’ailleurs d’arriver, par deux fois, dans l’histoire racontée.

12Si l’on accepte de s’engager dans cette lecture métonymique entre la diégèse et le mode de réception qu’induit le récit, on ne peut manquer de s’arrêter à un infléchissement majeur que Sir Degaré fait subir à l’un de ses modèles les plus évidents, à savoir le lai de Milun de Marie de France. On connaît la trame narrative de ce lai : une jeune femme s’éprend d’un chevalier de grand renom, le « Milon » du titre. Ils s’aiment et elle tombe enceinte. Elle parvient à accoucher en secret et envoie son enfant à sa sœur, qui se charge de l’élever. Mariée par son père à un seigneur influent, la jeune femme ne peut plus guère voir son amant ; ils réussissent cependant, vingt ans durant, à échanger une correspondance et à se rencontrer plusieurs fois. Une fois adoubé chevalier, le fils des deux protagonistes apprend par sa tante la véritable identité de ses parents. Elle lui remet également une lettre et un anneau que sa mère a laissés à son intention. Ayant appris la grande renommée de son père, le fils décide de faire lui-même ses preuves en courant les tournois. C’est là qu’ils se retrouvent, grâce à l’anneau que Milon reconnaît au doigt de son fils alors qu’ils joutent l’un contre l’autre. L’époux de la mère étant opportunément mort entretemps, le fils, à la fin du lai, peut unir ses parents. Comme on peut s’en rendre compte, Dégaré offre de nombreux points de similitude avec Milun. Il en diffère aussi par plusieurs éléments, d’autant plus apparents que les deux récits suivent une structure narrative et une thématique similaires. Ces écarts concernent pour la plupart le type de reconnaissance qui est en jeu dans les deux lais. Dans Milun comme dans Degaré, un fils abandonné à sa naissance cherche à être reconnu par ses parents – et plus précisément par son père dans Milun – cette reconnaissance en passant notamment par la maîtrise des armes. Mais alors que le fils du lai de Milun connaît ses origines et l’identité de son père et de sa mère, desquels il n’a qu’à se faire connaître, Dégaré les ignore. Son parcours, bien plus difficile que celui de son homologue français, consistera dès lors non pas seulement à se faire reconnaître de ses parents, mais aussi et d’abord à les reconnaître, puis à les faire se reconnaître eux-mêmes comme parents et comme amants. L’histoire racontée devient ainsi, dans le lai en moyen-anglais, celle d’une reconnaissance réciproque et plurielle, à partir d’une situation familiale singulière, dont les différents protagonistes souffrent tous d’un trouble d’identité et où aucun n’est à sa place (le père et la fille entretiennent une relation de nature incestueuse qui menace de se transmettre à la génération suivante, les parents de Dégaré s’ignorent l’un l’autre depuis vingt ans). Dans un contexte de crise généralisée des notions de filiation, de transmission et d’identité, Dégaré propose ainsi de fonder le sentiment d’appartenance familiale et lignagère sur une reconnaissance à double sens, qui ne met pas seulement en jeu la décision des parents (comme dans Milun ou dans Frêne), mais aussi celle de l’enfant. Manière de dire, peut-être, que le rattachement des lais en moyen-anglais à leurs lointains parents, un siècle après l’extinction du genre en français, dépend autant de la capacité des rejetons tardifs à réunir les traits définitoires du lai breton qu’à les réélaborer pour pouvoir les reconnaître pour leurs – réélaboration dont le lai de Degaré représente, d’ailleurs, un parfait exemple.

Ce qui revient

  • 16 Felicity Riddy, « The Uses of the Past in Sir Orfeo », Yearbook of English Studies, 6, 1976, p. 5-1 (...)

13Comme les autres lais du corpus, Sir Orfeo rapporte une histoire de restauration, où ce qui a été perdu, ou aurait pu être perdu, est finalement retrouvé. Sir Orfeo s’organise en fait sur une double disparition, comme le souligne Felicity Riddy: à celle d’Heurodis, l’épouse d’Orfeo, qui se trouve brusquement « prise » au monde des vivants pour être retenue dans l’autre monde de la folie et de la mort, succède en effet celle d’Orfeo, qui se soustrait volontairement à la cour dont il était le souverain pour vivre une existence misérable, éprouvant ainsi physiquement et socialement la perte affective qu’il a subie16. Pour tous les protagonistes du lai, la disparition d’Heurodis produit ainsi une fracture entre un passé heureux et un présent marqué par la dépossession et le dépérissement, fracture que son retour réduit, comme on dit en médecine, à défaut de la faire totalement disparaître. Comme les deux autres lais du manuscrit Auchinleck (et contrairement à la fin dramatique des versions de Virgile et d’Ovide), Sir Orfeo se conclut en effet sur des retrouvailles familiales qui comblent, autant que possible, la béance ouverte par l’enlèvement de la reine et l’exil du roi.

  • 17 L’aventure merveilleuse se définit ainsi par sa capacité à faire retour dans le présent, ou, pour r (...)
  • 18 Seth Lerer, « Artifice and Artistry in Sir Orfeo », Speculum, 60.1, 1985, p. 93-109.
  • 19 Sur ce sujet, voir encore Lerer, « In sum, we witness the power of music and narrative both inside (...)
  • 20 Un « lai d’Orphée » est explicitement mentionné dans Floire et Blancheflor, le Lai de l’Espine et l (...)

14La singularité du lai est de mettre explicitement en abyme, dans l’histoire racontée, l’une des visées fondamentales des lais bretons, telle qu’elle s’énonce à plusieurs reprises dans les textes français : faire revenir le passé dans le présent, que ce présent soit celui de la diégèse, celui de la narration ou celui de la lecture /audition du lai. Parallèlement au conteur qui déclare vouloir retenir, par son récit, la mémoire des aventures d’autrefois, plusieurs protagonistes des lais bretons font en effet resurgir le passé merveilleux d’une Bretagne mythique dans le présent troublé ou désenchanté de leurs vies. Chez Marie de France, la métamorphose du héros en loup est interprétée par les personnages comme l’une des manifestations de ces merveilles d’autrefois « Ki en Bretaigne [sunt] avenue[s] » (v. 260) ; l’héroïne d’Yonec, tenue au secret par son vieux mari jaloux, appelle de ses vœux la réapparition de l’une de ces « aventures » « que l’em suleit jadis trover / […] en cest païs / Ki rehouaitouent les pensis [qui réconfortaient les mélancoliques] »17 (v. 92-93). Dans Sir Orfeo, cette capacité de revenance du passé est directement attribuée à la puissance de séduction de la musique bien sûr, mais aussi de la parole, que le héros maîtrise à la perfection : comme le remarque Seth Lerer18, c’est en effet autant par son discours que par sa musique qu’il convainc le roi de l’Autre Monde de le laisser repartir avec son épouse (et, plus tard, qu’il teste la fidélité de son sénéchal et parvient à se faire reconnaître de lui). Le lai intitulé Sir Orfeo, dont on nous dit qu’il a été composé pour célébrer l’aventure du roi, célèbre donc du même geste le pouvoir du lai musical et narratif à faire revenir les fantômes. En concluant son propos sur l’excellence du lai qui s’achève et sur la beauté de sa mélodie (« Gode is the lay, swete is the note », v. 602), le conteur invite explicitement le lecteur / auditeur de Sir Orfeo à partager la même aventure consolatrice que son héros, sorti de son malheur (« of his care ») par la grâce certes éphémère, mais aussi indéfiniment reconductible, des notes et des mots19. Le lai d’Orfeo raconte ainsi l’expérience émotionnelle qu’il produit et produit ce qu’il raconte, l’effet de vertige de cette parfaite mise en abyme se trouvant encore accentué, pour nous, par le fait que le lai anglais fait aussi revenir du passé, sous une autre forme, un lai français fantomatique mentionné à de nombreuses reprises dans des textes du XIIe et du XIIIe siècles,20 mais dont nous avons aujourd’hui perdu toute trace.

  • 21 « Ceo testimoine Precïens / Es livres ke jadis feseient, / Assez oscurement diseient / Pur ceus ki (...)

15« Ich hadde the loren, ich have the founde ! » [« T’ayant perdu, je te retrouve ! » v. 671], s’exclame la mère de Dégaré en reconnaissant son fils. Ce cri du cœur pourrait être poussé par tous les héros des lais de notre corpus, parents et enfants, maris et femmes, amants et amantes – seul The Franklin’s Tale jouant avec la tentation ou le risque de la perte sans jamais la réaliser tout à fait. Les différentes retrouvailles mises en scène dans ces récits sont toutefois toujours différées, souvent difficiles, parfois précaires ; les protagonistes ont été changés par l’épreuve de la perte (ou de sa possibilité), et ce qui se retrouve, en réalité, n’est jamais tout à fait ce qui a été perdu. Dans ces lais, la restauration du passé se représente ainsi comme problématique, tant ce passé aura été éprouvé par des ruptures temporelles autant qu’affectives : abandons, séparations, promesses non tenues ou mises à mal. C’est pourquoi tous les protagonistes doivent en passer, à la fin du récit, par l’épreuve d’une re-connaissance où se réaffirme à nouveaux frais le « nous » de l’appartenance commune, qu’elle soit généalogique, amoureuse ou conjugale. D’un point de vue esthétique, cette relation d’appartenance, par laquelle les lais en moyen anglais du corpus s’affilient véritablement aux lais bretons composés au moins un siècle avant eux, se joue dans une préoccupation commune pour la mémoire du passé. Pour être plus difficile et plus troublée que celle que mettent en avant leur lointain parent français, cette mémoire n’en est pas moins tout aussi inventive que celle que Marie de France revendiquait pour elle-même, en en appelant à une lecture actualisante des textes du passé.21 Le passé des lais bretons, celui qu’ils configurent comme celui qu’ils constituent aux yeux de ceux qui les lisent, à la fin du Moyen Âge comme aujourd’hui, ne « revient » ainsi jamais « tel qu’en lui-même », mais recomposé par l’expérience des personnages qui le font revivre autrement comme par celle des auteurs et des lecteurs qui le reformulent pour leur temps, leur langue, leur communauté et leur existence propre.

Haut de page

Notes

1 Judith Schlanger, Présence des œuvres perdues, Paris, Hermann, 2010, p. 190 et p. 203-204.

2 John B. Beston, « How Much was Known of the Breton Lai in Fourteenth-Century England? », Harvard English Studies, 5 1974, p. 319-336. L’auteur suppose que le compositeur du prologue de Freine a tenté de pallier ses lacunes par son imagination : « The entire Le Freine prologue could be written from a limited knowledge of the French lais supplemented by guesswork. If guesswork was involved, the reference to ‘bourdes & ribaudy’ was a lucky guess, the references to ‘wer’, ‘trecherie’ and ‘gile’ unlucky » (p. 328-320). Il convient toutefois de nuancer cette dernière affirmation : quelques lais français évoquent en effet des guerres (voir par exemple Eliduc ou encore Melion), et nombreux sont ceux qui mettent en scène (voire s’organisent) autour de paroles ou d’actes de traîtrise ou de fourberie (cf. notamment les agissements et les discours des reines dans Lanval, Graelent et Guingamor, du couple adultère d’Equitan, de la mère de Frêne et de Coudrier, de l’épouse de Bisclavret, des maris jaloux des lais d’Yonec et du Laüstic, de la jeune épouse de Mélion et, d’une manière plus problématique, d’Eliduc tombant amoureux d’une autre après avoir juré fidélité à sa femme).

3 Toutes les citations que nous ferons des cinq lais en moyen-anglais de notre corpus sont issues de l’ouvrage collectif, Les lais bretons moyen anglais, éd. Colette Stévanovitch et Anne Mathieu, Turnhout, Brepols, 2010.

4 Sur l’importance de la remémoration et de la rétrospection dans le Franklin’s Tale, voir Claire Vial, « There and back again » : The Middle English Breton Lays, a Journey through Uncertainties, Paris, Presses universitaires de France, p. 168 sq. Sur le lien entre composition et mémoire dans les lais de Marie, voir Roger Dragonetti, « Le lai narratif de Marie de France : ‘Pur quei fu fez, coment e dunt’ », dans Marcel Raymond et Sreten Marić (dir.), Littérature, Histoire, Linguistique, recueil d’études offert à Bernard Gagnebin, Lausanne, L’Âge d’homme, 1973, p. 31-53, repris dans La Musique et les lettres, Genève, Droz, 1986, p. 99-121, ainsi que Marie-Louise Ollier, « Les lais de Marie de France ou le recueil comme forme », dans Michelangelo Picone, Giuseppe Di Stefano, et Pamela D. Stewart (eds), La Nouvelle : genèse, codification et rayonnement d’un genre médiéval, actes du colloque international de Montréal, 14-16 octobre 1982, Montréal, Plato Academic Press, 1983, p. 64-79.

5 Sur ces différentes versions, voir notamment Colette Stévanovitch, « Le(s) lai(s) de Lanval, Launfal, Landeval, Lambewell […] et la notion d’œuvre dans la littérature moyen-anglaise », dans Nathalie Collé-Bak, Monica Latham et David Ten Eyck (dir.), Left out. Texts and Ur-texts, Presses universitaires de Nancy, 2009, p. 155-171.

6 Toutes les citations des lais en ancien français seront issues, sauf indication contraire, de Lais bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, éd. et trad. Nathalie Koble et Mireille Séguy, Paris, Champion « Classiques », 2011.

7 Voir en particulier ces vers : « Pur sa valur, pour sa largesce, / Pur sa beauté, pur sa pruësce, / L’envïoient tuit li plusur ; / Tels li mustra semblant d’amur, / S’al chevalier mesavenist, / Ja une feiz ne l’en pleinsist ! » (v. 21-26). Alors même que Lanval comble de dons tout un chacun, après sa rencontre avec la fée, les chevaliers de la maison d’Arthur continuent de tenir à l’écart ce chevalier qui reste essentiellement pour eux un étranger (voir v. 229 sq.).

8 La Chanson d’Aspremont, composée vers 1190, mentionne Graelent comme l’inventeur du lai breton : « Sor ciel n’a home mielz vïelast un son, / Ne mielz deïst le vers d’une leçon. / Et ilcil fist le premier lai breton » ; voir Aspremont, éd. François Suard, Paris, Champion « Classiques », 2008, v. 8787-8789, p. 553-554.

9 « La vérité objective de cette largesse, est […] l’instauration ou la perpétuation d’un véritable rapport de domination, dont l’efficacité politique et sociale est d’autant plus grande que cette vérité objective de la largesse est niée et refoulée. L’idéalité que renferment les textes consacrés à la largesse du souverain relève d’un enchantement qui résulte d’une auto-mystification collective sur [s]a nature profondément agonistique […]. », « L’enchantement du don. Une approche anthropologique de la largesse royale dans la littérature médiévale (XIIe-XIIIe siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, 195, juillet-sept. 2006, p. 295-312, ici p. 295. Dans la même perspective, on consultera également Dominique Boutet, « Sur l’origine et le sens de la largesse arthurienne », Le Moyen Âge, 89, 1983, p. 397-411.

10 Si la « gentillesse », notion-clé des lais bretons (comme de la littérature courtoise dans son ensemble), est au cœur du récit, comme le souligne à juste titre Kathryn Hume (« Why Chaucer Calls the Franklin’s Tale a Breton Lai », Philological Quaterly, 52, janvier 1972, p. 365-379), le traitement que Chaucer lui réserve est ainsi éminemment problématique, ne serait-ce que parce qu’elle fait l’objet d’une mise en question finale à laquelle le texte se garde bien de répondre. De la même manière, le recours à la magie, que Hume considère comme un autre indice d’appartenance du récit au genre du lai breton, constitue pour le moins un trait d’appartenance paradoxal, pour être explicitement mis à distance, puis condamné par le narrateur.

11 Voir Georges Duby, « L’amour que l’on dit courtois », in Mâle Moyen Âge, Paris, Flammarion, 1987, p. 74-82.

12 La première rencontre entre le clerc d’Orléans et Aurélius et son frère apparaît comme une plaisante parodie des rencontres féériques des lais bretons, dont elle présente toutes les caractéristiques (la soudaineté de l’apparition de la fée, son omniscience et sa volonté arrêtée de venir en aide au héros, qu’elle comble de dons) : le clerc, qui est la première personne que les deux protagonistes croisent à l’orée de la ville, les salue immédiatement alors qu’il ne les a jamais vus, connaît d’avance les raisons de leur venue et se montre immédiatement disposé à satisfaire leurs désirs (cf. v. 1171 sq).

13 Nous rejoignons ici les conclusions de V. A. Kolve, pour qui le spectacle que le clerc donne à voir aux deux protagonistes, alors qu’ils se trouvent dans son cabinet de travail (« ther-as his bookes be », comme le texte le souligne par deux fois, v. 1208 et 1214) doit être compris comme le spectacle même qu’un certain type de fictions donne à imaginer à ses lecteurs : « Chaucer makes us as audience see them too – in our mind’s eye, the eye with which we imagine fictions – just as surely (and just as mysteriously) as Aurelius is said to do » (« Rocky Shores and Pleasure Gardens : Poetry vs Magic in Chaucer’s Franklin’s Tale », dans Piero Boitani et Anna Torti (dir.), Poetics : Theory and Practice in Medieval English Literature, Cambridge, D. S. Brewer, 1991, p. 165-195, ici p. 188-189). Les différents tableaux présentés « au milieu des livres », dans lesquels l’on reconnaît sans peine des scènes topiques des lais bretons (chasse au cerf, joutes, spectacle érotisé de la femme désirée observée à son insu), confirment l’hypothèse d’une identification entre le clerc d’Orléans et le conteur de fictions bretonnes, dont Chaucer, ici, distingue sa propre pratique de conteur, comme le souligne encore Kolve : « Chaucer defines his poetic art by its difference, proving himself no trafficker in appearances-for-their-own-sake, no vendor of easy fantasies, no lousy juggler, no clerk of Orléans » (p.189).

14 On trouvera un fac-simile, une transcription et un commentaire de ce manuscrit sur le site de la National Library of Scotland : http://auchinleck.nls.uk, consulté pour la dernière fois le 2 juin 2014.

15 Sur le principe de cohérence qui est à l’œuvre dans Degaré, voir en particulier l’introduction de Guy Bourquin (op. cit., p. 117 sq.), l’article de Bruce A. Rosenberg, « The three tales of Sir Degaré », Neuphilologische Mitteilungen, 76, 1975, p. 39-51 et l’analyse de Claire Vial, qui montre de manière convaincante combien le caractère mécanique avec lequel s’enchaînent les événements du récit (souvent blâmé par la critique) entre en cohérence avec la logique d’intégration qui motive les actions du héros, poétique du récit et parcours du personnage fonctionnant sur le principe d’un « integrative model » (C. Vial, op. cit., p. 102).

16 Felicity Riddy, « The Uses of the Past in Sir Orfeo », Yearbook of English Studies, 6, 1976, p. 5-15.

17 L’aventure merveilleuse se définit ainsi par sa capacité à faire retour dans le présent, ou, pour reprendre les termes de Francis Dubost, sur « sa valeur essentielle de résurgence », « Les motifs merveilleux dans les lais de Marie de France », dans Jean Dufournet (dir.), Amour et merveille. Les Lais de Marie de France, Paris, Champion, 1995, p. 41-80 (p. 47). Voir aussi, sur ce sujet, notre introduction aux Lais bretons...Marie de France, éd. N. Koble et M. Séguy, p. 93 sq.

18 Seth Lerer, « Artifice and Artistry in Sir Orfeo », Speculum, 60.1, 1985, p. 93-109.

19 Sur ce sujet, voir encore Lerer, « In sum, we witness the power of music and narrative both inside the text. Orfeo can sway fairyland ; the poet can sway us », ibid., p. 108.

20 Un « lai d’Orphée » est explicitement mentionné dans Floire et Blancheflor, le Lai de l’Espine et le Tristan en prose, les trois récits insistant sur le plaisir que son exécution procure aux auditeurs. Orphée apparaît également dans le Lancelot en prose comme l’un des protagonistes du « Lai de Plor » que Bohort écoute au Palais Aventureux de Corbenic. Il y est désigné comme un « anchanteor » qui a maille à partir avec Joseph d’Arimathie ; voir Lancelot, éd. Alexandre Micha, Paris et Genève, Droz, 1980, vol. V, p. 266, § XCVIII, 39.

21 « Ceo testimoine Precïens / Es livres ke jadis feseient, / Assez oscurement diseient / Pur ceus ki a venir esteient / Et ki apprendre les deveient, / K’i peüssent gloser la lettre / Et de lur sen le surplus mettre. / Li philesophe le saveient, / Par eus meïses entendeient, / Cum plus trespassereit li tens, / Plus serreient sutil de sens / Et plus se savreient garder / De ceo k’i ert a trespasser. » (v. 9-23) [« Comme en témoigne Priscien, / les Anciens avaient pour habitude, / dans les livres qu’ils écrivaient jadis, / de s’exprimer avec une grande obscurité / pour que ceux qui viendraient après eux / et qui devraient étudier leur pensée / puissent commenter leurs textes / et y ajouter leur propre lecture. / Les auteurs le savaient bien, / ils en avaient d’eux-mêmes pris conscience : / au fil du temps / l’esprit humain gagnerait en finesse / et saurait se garder de négliger / ce que recèlent leurs textes »]. Pour une théorisation contemporaine d’une lecture actualisante des textes du passé, voir notamment Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires? Paris, Éditions Amsterdam, 2007. Pour une réflexion sur la nécessité et les difficultés d’une telle lecture appliquée aux textes du Moyen Âge, je me permets de renvoyer plus particulièrement au volume de la revue Littérature que j’ai co-dirigé avec Nathalie Koble : « Le Moyen Âge contemporain. Perspectives critiques », Littérature, 148, déc. 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Séguy, « Le passé recomposé des lais bretons en moyen-anglais : Le Lay le Freine, Sir Orfeo, Sir Degaré, Sir Launfal et The Franklin’s Tale », Études Épistémè [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://episteme.revues.org/207 ; DOI : 10.4000/episteme.207

Haut de page

Auteur

Mireille Séguy

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay / Saint-Cloud, agrégée de lettres modernes, Mireille Séguy est Professeur de langue et de littérature médiévales à l’Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Ses recherches portent essentiellement sur les fictions du XIIe et du XIIIe siècles et sur les relectures contemporaines des formes et des images médiévales. Elle a notamment publié Les Romans du Graal et le signe imaginé (Champion, 2001) et Lais bretons (XIIe-XIIIe siècles) : Marie de France et ses contemporains, édition et traduction (avec Nathalie Koble) (Champion « classiques », 2011). Elle a dirigé, avec Nathalie Koble, un numéro de la revue Littérature « Le Moyen Âge contemporain. Perspectives critiques » (décembre 2007), ainsi que les volumes collectifs Passé présent. Le Moyen Âge dans les fictions contemporaines (Éditions Rue d’Ulm, 2009) et (en collaboration avec Amandine Mussou) Mémoire du Moyen Âge dans la poésie contemporaine (Hermann, 2014).

Haut de page
  • Revues.org