Skip to navigation – Site map
Perception and the Senses in Eighteenth-century England

Comment percevoir l’intention morale ? Le sentiment chez Francis Hutcheson

How can one perceive a moral intention? The sentiment in Francis Hutcheson’s philosophy
Laetitia Simonetta

Abstracts

The Scottish philosopher Francis Hutcheson is famous for introducing in his Inquiry into the Original of Our Ideas of Beauty and Virtue (London, 1725) an internal sense called the moral sense. What interests us in this essay is the status he tries to give throughout his different works to this new kind of perception, moral perception, which is nowhere to be found in Locke’s writings. Although similar to external sensation, it cannot be reduced to it, as it is supposed to give us notions of good and evil and not only of corporeal objects. The problem can be therefore stated as the following: how can one perceive moral qualities, i.e. objects that are not sensible? Hutcheson refuses any intervention of reasoning in the constitution of moral perceptions. However, I argue here that the moral perceptions depend on a specific apprehension which relies on a kind of reflection, distinct from the way sensations are apprehended. Consequently, all the ambiguity of the term “sense” is exploited in such a theory: the perceptions of the moral sense, which Hutcheson tends to call “sentiments”, conflate immediacy and reflection, and private affects and understanding of the moral issues of a situation.

Top of page

Full text

Introduction : l’extension de la sensibilité

  • 1 John Mullan, Sentiment and Sociability. The Language of Feeling in the Eighteenth Century, Oxford, (...)

1Dans son livre Sentiment and Sociability. The Language of Feeling in the Eighteenth Century (1988), John Mullan a repéré un terme spécifique au lexique français du XVIIIesiècle : le terme « sentiment ». Ainsi, dans son introduction, il mentionne très justement « l’importance particulière du terme sentiment, un mot qui signifie à la fois jugement et affection »1. D’après J. Mullan, la façon dont Hume utilise le terme « passion », dans le sens de sentiment, prouve sa volonté d’extraire le premier du règne des désirs égoïstes afin d’en faire le ressort principal de la vie morale :

  • 2 Ibid., p. 24.

Passion actually becomes interchangeable with a set of other terms – ‘feeling’, ‘affection’, ‘sentiment’ – which constitute this currency [of society]. Hume’s blurring of any distinction between the terms is in itself an advertisement of his project: passion is not appetite but sentiment; the proximity of feeling and judgment, impression and idea.2

2Pour saisir le sens de cette interprétation et les raisons pour lesquelles le brouillage que Hume opère entre les différents termes cités par J. Mullan est significatif, il convient de faire une généalogie du terme « sentiment » et de mettre en lumière la façon dont il est devenu, chez les prédécesseurs de Hume, un terme spécifiquement moral. L’influence que le philosophe écossais Hutcheson a eue sur Hume est déterminante pour comprendre la complexité de la vie affective déployée dans la philosophie de Hume et la transformation morale de certaine de nos affections.

3Il est bien connu que Francis Hutcheson, dès son premier ouvrage, An Inquiry into the Original of our Ideas of Beauty and Virtue (1725), entend étendre la sensibilité au-delà des simples sensations physiques qui sont causées par les impressions corporelles. Pour cela, il attire l’attention du lecteur sur l’existence de perceptions qui ne sont pas dérivées des objets matériels :

  • 3 Francis Hutcheson, An Inquiry into the Original of Our Ideas of Beauty and Virtue, éd. Wolfgang Lei (...)

For there are many other sorts of Objects, which please, or displease us as necessarily, as material Objects do when they operate upon our Organs of Sense. There is scarcely any Object which our Minds are employ’d about, which is not thus constituted the necessary occasion of some Pleasure or Pain. Thus we find our selves pleas’d with a regular Form, a piece of Architecture or Painting, a Composition of Notes, a Theorem, an Action, an Affection, a Character.3

4D’après Hutcheson, en plus de cinq sens externes, nous avons un sens interne, aussi appelé sens de la beauté, ainsi qu’un sens moral. Il refuse ainsi de réduire la sensibilité à la sensibilité physique. Son projet requiert alors de nouveaux termes pour désigner la nouvelle sorte de perceptions qu’il va s’atteler à décrire, à savoir les perceptions morales. Le terme « sentiment » apparaît en langue anglaise, chez Hutcheson, dans ce contexte : il représente selon nous le terme clé de la transformation morale qui touche la vie affective et la sensibilité dans la philosophie écossaise du XVIIIe siècle. Tout d’abord, nous montrerons comment Hutcheson, dans son premier écrit, tente de faire du sentiment une authentique perception morale, qui combine « affection et jugement, impression et idée », selon les mots de J. Mullan, et qui rend l’homme apte à sentir le vice et la vertu dans les actions. Cependant, nous verrons que, dans ses derniers écrits, Hutcheson renonce à donner une telle capacité cognitive aux sentiments, les cantonnant aux réactions purement affectives que l’on retrouvera chez Hume.

Les sentiments comme perceptions morales

  • 4 Rappelons que Locke, lorsqu’il commente la Recherche de la vérité de Malebranche, écrit qu’il ne co (...)

5Premièrement, précisons que le terme « sentiment » n’est pas beaucoup employé chez les prédécesseurs anglophones de Hutcheson. On trouve seulement deux occurrences dans l’Essai sur l’entendement humain de Locke, où il reçoit le sens répandu dans le lexique du XVIIe siècle, d’« avis, opinion »4. Ainsi, l’emploi intensif du terme utilisé en rapport avec les affections morales, tel qu’y aura recours Hutcheson dans la Recherche, est bien nouveau dans la philosophique britannique. Dans le premier traité de la Recherche sur le sens de la beauté, il apparaît déjà plusieurs fois :

  • 5 F. Hutcheson, Inquiry, I, VII, II, éd. cit., p. 70.

We are naturally capable of Sentiments of Fear, and Dread of any powerful presence5.

  • 6 Ibid., p. 73 ; « The actions and sentiments be suited to the characters of the persons to whom they (...)

Instruction in Anatomy, observation of Nature, and of those Airs of the Countenance and Attitudes of Body, which accompany any sentiment, Actions, or Passion, may enable us to know […].6

  • 7 Il faut bien préciser que l’innovation de Malebranche consiste à avoir utilisé « sentiment » dans l (...)
  • 8 Au début du XVIIIe siècle, le stoïcisme diffus de la Renaissance et du XVIIe siècle – dont la logiq (...)
  • 9 « We should have the same sentiments and affections toward inanimate beings, which we have toward r (...)

6Dans ces différentes occurrences, le terme « sentiments » renvoie aux affections et aux passions, c’est-à-dire aux émotions de l’âme, ces perceptions que l’âme reçoit de façon passive. L’utilisation du terme pris en ce sens indique la connaissance qu’a Hutcheson du lexique en usage en France depuis la fin du XVIIesiècle. À ce stade, elle n’est pas originale. En effet, à la suite de Malebranche, des auteurs comme Marivaux et l’abbé Du Bos l’utilisent déjà dans le sens de passions de l’esprit7. Comme eux, Hutcheson tend à réserver le terme à celles des affections de l’âme qui sont rapportées à des êtres humains8. Ainsi il écrit que si nous n’avions pas de sens moral, « nous devrions avoir les mêmes sentiments et affections à l’égard de êtres inanimés, que nous avons à l’égard des agents rationnels »9.

7Toutefois, ce qui est propre à Hutcheson est qu’il a tendance à n’utiliser le terme de « sentiment(s) » que pour désigner les affections qui se rapportent à des objets extérieurs – en l’occurrence, aux êtres humains – alors qu’il emploie le terme « sensations » uniquement pour désigner les affections intérieures de plaisir ou de douleur. Cet usage est original car, au XVIIIe siècle, les « sentiments » servent aussi, chez la plupart des auteurs, à désigner le plaisir et la douleur, alors que les sensations tendent à désigner des perceptions représentatives, du moins des perceptions qui se rapportent aux objets extérieurs, comme les couleurs ou les odeurs. Selon Hutcheson, c’est le fait qu’elles informent le sujet de son état qui caractérise le plus les sensations, et non pas tant le fait qu’elles résultent de l’impression d’objets matériels sur la sensibilité physique :

  • 10 Francis Hutcheson, Illustrations upon the Moral Sense, I, 3rd edition, Glasgow, 1769, p. 215 ; voir (...)

All our ideas, or the materials of our reasoning or judging, are received by some immediate powers of perception internal or external, which we may call senses; by these too we have pleasure and pain. All perception is by the soul, not by the body, though some impressions on the bodily organs are the occasions of some of them; and in others the soul is determined to other sorts of feelings or sensations, where no bodily impression is the immediate occasion. A certain incorporeal form, if one may use that name, a temper observed, a character, an affection, a state of a sensitive being, known or understood, may raise liking, approbation, sympathy, as naturally from the very constitution of the soul, as any bodily impression raises external sensations.10

  • 11 Ainsi, nous utilisons le terme « intentionnel » dans le sens de ce qui comporte une visée d’objet, (...)
  • 12 Les sensations ne sont donc pas réservées aux sens externes : le sens moral reçoit des sensations d (...)

8Les sensations sont les perceptions qui renvoient uniquement au sujet – les affections de plaisir et de douleur ; elles peuvent très bien être produites par des objets non matériels, comme les caractères humains ou la beauté, qui touchent les sens internes. Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la répartition entre « sensation » et « sentiment » ne recouvre pas celle des « sens externes » et du « sens moral », d’après laquelle les sensations relèveraient des sens externes et les sentiments relèveraient du sens moral. Cette répartition est plutôt déterminée par la dimension intentionnelle de la perception11 : de façon générale, les perceptions de plaisir et de douleur considérées relativement au sujet qui les éprouve seront qualifiées de « sensations », alors que le terme « sentiment » désignera les perceptions impliquant la visée d’un objet, et plus précisément d’un objet humain12.

  • 13 C’est le débat qui oppose la lecture émotiviste de Hutcheson, défendue par William Frankena dans «  (...)
  • 14 F. Hutcheson, Inquiry, II, I, II, éd. cit., p. 91 ; « In our sentiments of actions », ibid., II, II (...)
  • 15 Ibid., II. IV, II, p. 137.
  • 16 « Every Action, which we apprehend as either morally good or evil, is always suppos’d to flow from (...)
  • 17 F. Hutcheson, A System of Moral Philosophy, I, II, VII, Londres, 1755, p. 27.

9Cette différence entre « sensations » et « sentiments » étant désormais établie, précisons l’usage que Hutcheson fait du second terme. Non seulement les sentiments sont des affections que l’on porte aux autres hommes – les sentiments d’amour, de haine, d’admiration –, mais certaines occurrences du second traité de la Recherche suggèrent qu’ils comportent une dimension perceptive, et non pas seulement affective. Rappelons que, dans ce second traité, Hutcheson entend démontrer l’existence d’un sens moral en l’homme qui le rende capable d’apprécier le vice et la vertu indépendamment de son intérêt et antérieurement à toute réflexion rationnelle. Dans ce contexte, les sentiments représentent les perceptions d’approbation ou de désapprobation que les hommes éprouvent face aux actions : ce sont les actes du sens moral, en vertu desquels ils doivent être capables d’évaluer de façon immédiate la moralité des actions qu’ils observent. Toute la question consiste à déterminer si ces perceptions sont réductibles à des affections de plaisir ou de douleur, ou si elles permettent aux hommes de recevoir de véritables idées de la vertu et du vice13. L’usage que Hutcheson fait du terme « sentiment » manifeste cette ambiguïté. Considérons les occurrences suivantes : « In our sentiments of Actions, which affect our selves […]14. If we observe the Sentiments of men concerning actions […], it is always some really amiable and benevolent appearance which engages their Approbation »15. Dans les passages cités, le terme « sentiment » semble exprimer une forme particulière de compréhension que les observateurs ont des actions ; il renverrait à une affection qui appréhende et apprécie le motif de l’action observée, censé déterminer la valeur morale de l’action observée. En effet, selon Hutcheson, c’est l’intention de l’agent, et non les conséquences de son action, qui constitue la moralité de l’action16. Ainsi, le terme « sentiment » s’intègre au projet de l’Écossais de se passer du travail de la raison pour rendre compte du jugement moral, tout en faisant de l’intention le principe de la moralité des actions. Grâce à leur sens moral, les hommes doivent être capables de saisir de façon immédiate le principe de la moralité des actions, alors même que ce principe – l’intention de l’agent, sa disposition quand il agit – est à proprement parler invisible. Dans le Système de philosophie morale de 1755, Hutcheson rapportera explicitement les sentiments à celles de nos perceptions qui se rapportent aux dispositions ou aux affections qu’on suppose être au principe des actions observées : « We often use words too promiscuously, and do not express distinctly the different feelings or sensations of the soul. Let us keep moral approbation for our sentiments of such dispositions, affections, and consequent actions, as we repute virtuous »17.

  • 18 F. Hutcheson, Inquiry, II, I, IV, éd. cit., p. 94.

10Le sentiment serait une appréhension affective de l’intention cachée déterminant les actions, lesquelles seraient évaluées dans cette saisie même. La spécificité du sentiment dont parlait J. Mullan apparaît ici : c’est une affection qui comporte un jugement sur un objet extérieur. Ainsi, Hutcheson insiste sur la communauté de nature du sentiment avec les perceptions en général, et l’oppose à toute forme de raisonnement, toujours soupçonné de véhiculer des considérations intéressées. Dans de nombreux passages, le philosophe écossais insiste sur l’immédiateté des sentiments du sens moral pour montrer que l’intention cachée de l’agent est bien sentie, reçue passivement : « Do not the former [Generosity, Faith, Humanity, Gratitude] excite our Admiration, and Love, and Study of Imitation, wherever we see them, almost at first View, without any such Reflection »18?

  • 19 Précisons que les sentiments d’approbation ou de désapprobation sont des affections de second ordre (...)
  • 20 Le sentiment, en cela, se range bien dans la catégorie des « affections » proposée par Hutcheson da (...)
  • 21 F. Hutcheson, Inquiry, II, I, II, éd. cit., p. 101 ; « And yet as soon as any Action is represented(...)

11D’après Hutcheson, dès que nous prêtons attention aux actions des hommes, nous appréhendons leur valeur morale. Ce jugement ne requiert aucune inférence19. Ainsi, le terme « sentiment » serait employé pour désigner un entre-deux entre la sensation et le raisonnement. Il permettrait de concilier la dimension réfléchie du jugement de l’esprit et la dimension réactive d’une pure sensation20. Il n’est toutefois pas évident de comprendre comment Hutcheson peut tenir ensemble ce caractère immédiat ou du moins réactif de l’affection du sens moral – nécessaire au combat qu’il mène contre l’égoïsme rationnel de ses opposants Hobbes et Mandeville –, avec le caractère caché du motif ou de l’intention. Cette difficulté apparaît à travers quelques mots relevant du registre de la pensée discursive que Hutcheson semble bien contraint de mentionner : « Every Action, which we apprehend as either morally good or evil, is always suppos’d to flow from some Affection toward rational Agents […] »21.

  • 22 « Disinterested Malice, or Delight in the Misery of others, is the highest pitch of what we count v (...)

12Dans ce passage, l’appréhension par sentiment, « au premier coup d’œil », de la moralité d’une action se mêle à une supposition concernant l’intention de l’agent : il est possible que nous imaginions la disposition de l’agent, plutôt que nous ne la sentons véritablement22. Hutcheson suggère en fait que le résultat de cette imagination s’intègre à la vision même que nous avons de l’action – autant de subtilités qui, si elles sont fragiles d’un point de vue conceptuel, témoignent au moins de la préoccupation qui est la sienne de penser les conditions de possibilité d’une évaluation morale (portant sur le motif caché), qui se fasse dans le sentiment :

  • 23 Ibid., p. 116. Nous soulignons.

If we examine all the Actions which are counted amiable any where, and enquire into the Grounds upon which they are approv’d, we shall find, that in the Opinion of the Person who approves them, they always appear as Benevolent, or flowing from Love of others, and a Study of their Happiness, whether the Approver be one of the Persons belov’d or, profited, or not; so that all those kind Affections which incline us to make others happy, and all Actions suppos’d to flow from such Affections, appear morally Good, if while they are benevolent toward some Persons, they be not pernicious to others.23

  • 24 La façon dont Hutcheson rend raison de notre goût esthétique pour la beauté ayant trait à la morali (...)

13Quand nous cherchons les raisons pour lesquelles nous approuvons certaines actions, nous ne trouvons aucune justification rationnelle, mais seulement quelque apparence, qui est intimement liée au sentiment que nous avons de ces actions. Cette apparence n’est pas une pure et simple qualité sensible, mais une impression complexe incluant l’opinion que nous avons de la disposition de l’agent, ce qui contribue à rendre la structure du sens moral plus complexe qu’il n’y paraît. Notre « sentiment des actions » doit ainsi mêler une observation empirique et une imagination du motif. Il surgit pourtant sans raisonnement, sans quoi nous pourrions alléguer certaines raisons – et non une simple apparence – pour le justifier24. Le sens classique de « sentiment », comme avis ou opinion, n’est pas loin ; mais alors que ce dernier renvoie à une pensée purement spirituelle, bien que confuse, le sentiment dont parle Hutcheson est une perception authentique, enracinée dans l’expérience.

  • 25 « […] judge in gross of the Action itself », ibid., II, V, XII, p. 131-132.
  • 26 L’hypothèse de D. F. Norton, rappelons-la, est que l’idée de la vertu est reçue par le sens moral à (...)
  • 27 Nous ne suivons donc pas W. Frankena lorsqu’il considère que la lecture émotiviste trouve surtout u (...)

14Ainsi, l’objet du sentiment dépasse ce qui est sensible aux sens externes. C’est pourquoi, d’après Hutcheson, les lois humaines ou les gouvernements qui ne peuvent que juger d’après ce qui est observable, doivent « juger grossièrement de l’action elle-même »25, et récompenser ce qui tend au bien public, même si l’agent agit par intérêt égoïste. La mention, concernant les hommes, de leur « sentiment des actions » est liée au fait qu’ils prennent en compte les dispositions ou affections de l’agent lorsqu’ils jugent son action et ne s’arrêtent pas à ce qu’ils voient. Ce point est déterminant pour Hutcheson dans la mesure où cette manière de juger des actions, par sentiment et non par simple sensation, témoigne de la disposition morale des hommes, c’est-à-dire de leur bienveillance naturelle. Toutefois, Hutcheson n’explique pas vraiment comment le sentiment saisit l’intention cachée26. Il demeure significatif qu’il utilise ce terme précis pour désigner notre perception de la moralité des actions : il s’agit pour lui de trouver un moyen terme entre une saisie purement rationnelle et une saisie purement physique. Néanmoins, après la Recherche, Hutcheson abandonne peu à peu ce postulat27.

L’évolution rationaliste des derniers écrits

  • 28 « Just so in our ideas of actions. These three things are to be distinguished, 1. The idea of the e (...)
  • 29 La lecture émotiviste nous semble alors devenir plus pertinente.

15Le premier passage qui manifeste clairement l’évolution de la conception de Hutcheson sur ce point est la typologie des éléments constituant les idées que nous avons des actions proposée dans la quatrième section des Illustrations sur le sens moral de 1728. Hutcheson y distingue 1/ l’idée du mouvement externe, 2/ l’appréhension ou l’opinion des affections de l’agent, 3/ l’idée ou la perception de l’approbation ou de la désapprobation naissant chez l’observateur. Le premier élément est senti par les sens externes, le troisième élément est senti par le sens interne, mais le second élément, qui nous intéresse, est conclu par notre raison28 ; aucune ambiguïté ne subsiste sur l’instance qui saisit le principe de la moralité. En outre, alors que les deux premiers éléments sont des idées qui représentent quelque chose d’externe, les perceptions d’approbation ou de désapprobation du sens moral ne représentent rien d’extérieur au sujet, mais sont purement affectives29. Notons toutefois que, dans l’Essai sur la nature et la conduite des passions et des affections, contemporain des Illustrations, certaines occurrences laissent encore penser que les sentiments fournissent une idée, même confuse, de la disposition au principe de l’action. Ainsi en est-il du passage où Hutcheson reconnaît que les jugements immédiats des hommes sur la moralité des actions peuvent être erronés lorsqu’ils sont partie prenante de la situation qu’ils jugent, et invite à se rapporter à l’impartialité des observateurs extérieurs qui atteste du bon fonctionnement du sens moral en général :

  • 30 F. Hutcheson, Essay, IV, éd. cit., p. 76.

Those who are injured by us fail no to complain; the Spectators, who are disengaged from our partial Attachments, will often take the Freedom to express their Sentiments, and set our Conduct in a full Light: This must very probably occasion to us Shame and Remorse.30

  • 31 Ibid., p. 78.

16Un peu plus loin, à propos des désirs émanant de notre sens de l’honneur, Hutcheson explique :  « […] since we cannot avoid observing or hearing of the Sentiments of other concerning our Conduct, we must feel the desire of the good Opinions of others, and Aversion to their Censures or Condemnation […] »31. Dans ces deux passages, les « sentiments » des observateurs conservent une dimension cognitive. Quand bien même on considère que l’opinion ou l’appréhension de la disposition de l’agent est déduite par la raison, les sentiments qu’ont les observateurs de nos actions semblent décrire un état mêlant une opinion aux perceptions purement affectives du sens moral. Nos sentiments concernant la conduite des autres ne seraient pas réductibles à des perceptions de plaisir ou de peine purement subjectives et tournées sur nous-mêmes, mais désigneraient la compréhension d’ensemble que nous en avons.

17Néanmoins, force est de reconnaître que les derniers écrits radicalisent l’évolution rationaliste amorcée dans les Illustrations : l’appréhension ou l’opinion concernant la motivation de l’agent est définitivement rapportée à la raison, comme c’est le cas dans le paragraphe suivant du Système de philosophie morale de 1755 :

  • 32 F. Hutcheson, A System of Moral Philosophy, I, V, VIII, éd. cit., p. 97.

Our having a moral sense does not infer that we have innate complex ideas of the several actions; or innate opinions of their consequences or effects upon society: these we discover by observation and reasoning, and we often make very opposite conclusions about them. The object of this sense is not any external motion or action, but the inward affections and dispositions, which by reasoning we infer from the actions observed. These immediate objects may be apprehended to be the same, where the external actions are very opposite. As incisions and amputations may be made either from hatred, or from love; so love sometimes moves to inflict painful chastisements, and sometimes to confer pleasures, upon its object. And when men form different opinions of these affections in judging about the same actions, one shall praise what another censures.32

  • 33 « The fault or error is in the opinion or understanding, and not in the moral sense: what it approv (...)

18Les objets du sens moral sont les affections ou les dispositions des agents ; mais ce n’est pas lui qui se les donne : celles-ci sont inférées par la raison à partir de ce qui est visible par sensation. Le sens moral ne fait que réagir affectivement à l’opinion que les hommes se font de l’intention de l’agent. L’erreur qui touche parfois nos jugements moraux vient justement du fait que l’objet à juger n’est pas évident ou senti, mais qu’il est dégagé par la raison à partir des actions observées : l’erreur est imputée à la raison et à sa mauvaise déduction, tandis que le sens moral ne fait que ressentir un plaisir ou une peine devant ce qu’on lui présente33. Les divergences des jugements moraux ne viennent pas d’une conformation différente des différents sens moraux, mais d’un désaccord sur l’objet à juger, établi par les inférences de la raison : l’un dira que c’est l’amour qui a motivé tel homme à pratiquer telle amputation, l’autre dira que c’est la haine. Le sens moral de quiconque éprouve du plaisir devant l’idée de l’amour, et de la peine devant celle de la haine ; mais dans les faits, celui du premier homme devant réagir à l’amour approuvera l’acte d’amputation et celui du second devant réagir à la haine condamnera cet acte.

  • 34 « Let us keep moral approbation for our sentiments of such dispositions, affections, and consequent (...)
  • 35 « Sentiments » est par exemple employé pour décrire les affections conjugales dans A System of Mora (...)

19Dans ce dernier écrit, les occurrences de « sentiment » sont moins nombreuses ; à l’exception de celle déjà citée où le sentiment est encore intentionnel – sentiment des dispositions ou affections34 –, les autres servent seulement à désigner des affections humaines, c’est-à-dire des perceptions indirectes occasionnées par les affections d’autres hommes35 ; il n’y a plus cette ambiguïté d’après laquelle le sentiment décèlerait la nature de l’intention et ferait ainsi plus que réagir affectivement à une conclusion de la raison. En outre, certaines expressions telles que « sensation of approbation » ou « feeling of approbation » ne laissent pas de doute sur la dimension non intentionnelle de l’approbation ou de la désapprobation du sens moral que Hutcheson cantonne finalement à des réactions purement affectives de plaisir ou de douleur.

  • 36 J. Mullan, op. cit., p. 24.
  • 37 « To have the sense of virtue, is nothing but to feel a satisfaction of a particular kind from the (...)

20D’un point de vue internaliste, ces oscillations de la pensée morale de Hutcheson sont analogues à celles qu’on trouve dans sa pensée esthétique ; d’un point de vue externaliste, la réception de Hume confirme sur quelle conception elles se fixent : le point auquel est arrivé Hutcheson constitue le point de départ de la pensée morale de Hume. Nous sommes d’accord avec le constat dressé par John Mullan dans son livre Sentiment and Sociability. The Language of Feeling in the Eighteenth Century, selon lequel Hume brouille la distinction entre passion et sentiment, contribuant ainsi à éloigner la passion de l’appétit et à la rapprocher d’une forme de jugement36. De fait, Hume parle de nos « sentiments » d’approbation ou de désapprobation – et utilise le terme « sentiments » en anglais –, et ce type de perceptions renvoie chez lui à des passions stables et appuyées sur la sympathie ; mais loin que le sentiment comporte une dimension représentative, il est purement affectif chez Hume37.

  • 38 « If any action be either virtuous or vicious, ʼtis only a sign of some quality or character », ibi (...)
  • 39 Ibid., III, III, I, p. 335-336.
  • 40 « But in many orders of beauty, particularly those of the finer arts, it is requisite to employ muc (...)

21À la suite de Hutcheson, Hume considère que l’objet du sens moral n’est pas l’action visible, mais le caractère qui en est la cause et qui est caché à la vue38 ; ce dernier n’est pas senti mais il est déduit dans une inférence : « No passion of another discovers itself immediately to the mind. We are only sensible of its causes or effects. From these we infer the passion: And consequently these give rise to our sympathy »39. Le sentiment moral repose donc sur l’aide du raisonnement et des dispositions intellectuelles ; si c’est lui qui juge en dernière instance, dans l’approbation ou la désapprobation exprimée par ses réactions émotionnelles, ce n’est pas lui qui appréhende la propriété objective qui fait l’objet de l’évaluation morale40. Le terme « sentiment » que Hume reprend à Hutcheson sert uniquement à désigner les pures affections de plaisir ou de peine suscitées par la considération des affections ou des caractères des autres hommes établis par le raisonnement.

Conclusion

  • 41 Chez Hutcheson, les passions sont marquées par leur caractère irrégulier et subjectif ; cf. F. Hutc (...)

22Le sens que les successeurs de Hutcheson, au premier rang desquels figure Hume, retiendront du terme « sentiment » est avant tout celui d’une affection irréductible aux passions – car elle désigne une émotion réglée, orientée vers les autres hommes et reconnue par eux41. Même si, de ce point de vue, les sentiments incluent la haine aussi bien que l’amour à l’égard des autres hommes, ils gardent un usage privilégié pour désigner celles des affections qui sont bienveillantes. En revanche, Hume ne donnera pas suite à la tentative de Hutcheson dans la Recherche sur l’origine de nos idées de la beauté et de la vertu, visant à donner au sentiment le sens d’une authentique perception morale qui saisirait le motif caché des actions. Si cet usage n’aura pas de postérité notable dans la philosophie morale des Lumières, il a néanmoins certainement contribué au « devenir moral » de certaines affections. De ce point de vue, la particularité de la tentative de Hutcheson est de s’être presque entièrement passé de l’intervention de la raison dans cette entreprise alors que, des Stoïciens jusque chez Shaftesbury, c’est la subordination des affections au jugement rationnel qui les rendait morales.

Top of page

Notes

1 John Mullan, Sentiment and Sociability. The Language of Feeling in the Eighteenth Century, Oxford, Clarendon Press, 1988, p. 8. Nous traduisons.

2 Ibid., p. 24.

3 Francis Hutcheson, An Inquiry into the Original of Our Ideas of Beauty and Virtue, éd. Wolfgang Leidhold, Indianapolis, Liberty Fund, 2004, p. 8.

4 Rappelons que Locke, lorsqu’il commente la Recherche de la vérité de Malebranche, écrit qu’il ne comprend pas ce que ce dernier entend par « sentiment ». Voir l’Examen de la vision en Dieu (1706), § 42[47], trad. Jean-Michel Vienne, Paris, Vrin, 2013, p. 100 : « Que le lecteur ne me tienne pas rigueur d’employer en tout ceci le mot de sentiment propre à notre auteur ; je le comprends si peu que je n’ai su comment le traduire autrement ».

5 F. Hutcheson, Inquiry, I, VII, II, éd. cit., p. 70.

6 Ibid., p. 73 ; « The actions and sentiments be suited to the characters of the persons to whom they are ascribed in Epick and Dramatick poetry », ibid., p. 43.

7 Il faut bien préciser que l’innovation de Malebranche consiste à avoir utilisé « sentiment » dans le sens de « conscience », pour désigner la connaissance confuse que l’âme a d’elle-même. Cf. Nicolas Malebranche, Recherche de la vérité, Paris, chez Michel David, 1712, III, II, VII, III. À côté de ce sens qui occupe chez lui le premier plan, il utilise aussi le terme « sentiment » pour désigner les affections de l’âme à l’égard des autres hommes.

8 Au début du XVIIIe siècle, le stoïcisme diffus de la Renaissance et du XVIIe siècle – dont la logique est la condamnation des passions, considérées comme irrécupérables par la Raison – est en train de régresser, sous la poussée d’une conception qui est davantage prête à accepter le caractère positif des mouvements psychiques et corporels ; comme le mot « passions » est encore marqué négativement (ce qui ne sera plus le cas au XVIIIe siècle), on a besoin d’un autre mot pour désigner cette positivité, d’où la promotion des « sentiments ».

9 « We should have the same sentiments and affections toward inanimate beings, which we have toward rational Agents », F. Hutcheson, Inquiry, éd. cit., p. 89.

10 Francis Hutcheson, Illustrations upon the Moral Sense, I, 3rd edition, Glasgow, 1769, p. 215 ; voir aussi An Essay on the Nature and Conduct of the Passions and Affections with Illustrations on the Moral Sense, éd. Aaron Garrett, sect. III, Indianapolis, Liberty Fund, 2002, p. 49 : « Whereas Joy and Sorrow are only a sort of Sensations ».

11 Ainsi, nous utilisons le terme « intentionnel » dans le sens de ce qui comporte une visée d’objet, plutôt que dans celui de « dépendant de la volonté d’un individu ».

12 Les sensations ne sont donc pas réservées aux sens externes : le sens moral reçoit des sensations de plaisir ou de douleur. Cf. F. Hutcheson, Essay, V, III, éd. cit., p. 94 : « What is it which we feel in our own Hearts, determining as it were our Fate as to Happiness or Misery? What sort of Sensations are the most lively and delightful? In what sort of Possessions does the highest Joy and Self-Satisfaction consist? Who has ever felt the Pleasure of a generous friendly Temper, of mutual Love, of compassionate Relief and Succour to the distressed […]? Who would not, upon Reflection, prefer that State of Mind, these Sensations of Pleasure, to all the Enjoyments of the external Senses, and of the Imagination without them? »

13 C’est le débat qui oppose la lecture émotiviste de Hutcheson, défendue par William Frankena dans « Hutcheson’s moral sense theory », Journal of the History of Ideas, 16, 3, 1955, p. 356-375, et la lecture cognitiviste de Hutcheson, défendue par David Fate Norton dans David Hume, Common-Sense Moralist, Sceptical Metaphysician, Princeton, Princeton University Press, 1982, chap. II, p. 55-93. D’après le premier, le sens moral ne perçoit rien de plus qu’un certain plaisir ou une certaine peine, c’est-à-dire rien de plus que ces affections qui constituent le jugement moral. Le sens moral ne fournit pas de perceptions du vice ou de la vertu qui existeraient dans les affections ou les actions considérées. D’après le second, le sens moral reçoit les idées de vertu et de vice à l’occasion des sentiments de plaisir et de peine dont il est aussi affecté.

14 F. Hutcheson, Inquiry, II, I, II, éd. cit., p. 91 ; « In our sentiments of actions », ibid., II, III, XIII, p. 132.

15 Ibid., II. IV, II, p. 137.

16 « Every Action, which we apprehend as either morally good or evil, is always suppos’d to flow from some Affection toward rational Agents », ibid., II, II, I, p. 101.

17 F. Hutcheson, A System of Moral Philosophy, I, II, VII, Londres, 1755, p. 27.

18 F. Hutcheson, Inquiry, II, I, IV, éd. cit., p. 94.

19 Précisons que les sentiments d’approbation ou de désapprobation sont des affections de second ordre, contrairement aux affections qui surgissent immédiatement en présence des objets : les sentiments moraux nécessitent qu’on prenne en considération ou qu’on prête attention aux caractères ou aux actions observées pour émerger. En cela, ils sont, par rapport aux sensations, médiatisés par une réflexion. Mais il faut bien comprendre que cette réflexion n’est pas discursive. Elle est juste une attention à ce qui est vécu. Sur la distinction entre affections de premier ordre et affections de second ordre, voir l’article de Laurent Jaffro, « Émotions et jugement moral », dans S. Roux (dir.), Les Émotions, Paris, Vrin, 2009, p. 135-159.

20 Le sentiment, en cela, se range bien dans la catégorie des « affections » proposée par Hutcheson dans les Illustrations, dont L. Jaffro explique qu’elles sont des réactions indirectes, cf. L. Jaffro, art. cit., passim.

21 F. Hutcheson, Inquiry, II, I, II, éd. cit., p. 101 ; « And yet as soon as any Action is represented to us as flowing from Love, Humanity, Gratitude, Compassion, a Study of the good of others, and a Delights in their Happiness, although it were in the most distant Part of the World, or in some past Age, we feel Joy within us, admire the lovely Action, and praise its Author. And on the contrary, every Action represented as flowing from Hatred, Delight in the Misery of others, or Ingratitude, raises Abhorrence and Aversion. It is true indeed, that the Actions we approve in others, are generally imagin’d to tend to the natural Good of Mankind, or of some Parts of it », ibid., p. 91. Nous soulignons.

22 « Disinterested Malice, or Delight in the Misery of others, is the highest pitch of what we count vitious; and every Action appears evil, which is imagin’d to flow from any degree of this Affection », ibid., II, I, IV, p. 120. Nous soulignons.

23 Ibid., p. 116. Nous soulignons.

24 La façon dont Hutcheson rend raison de notre goût esthétique pour la beauté ayant trait à la moralité témoigne encore de l’opacité du jugement par lequel nous percevons la valeur morale des hommes : « Let us consider the Characters of Beauty, which are commonly admir’d in Contenances, and we shall find them to be Sweetness, Mildness, Majesty, Dignity, Vivacity, Humility, Tenderness, Good-nature; that is, that certain Airs, Proportions, je ne scai quoy’s, are natural Indications of such Virtues, or of Abilitys or Dispositions toward them », ibid., II, VI, III, p. 167-168. L’expression classique du « je ne sais quoi » suggère que certains traits du visage nous font sentir dans une perception immédiate la disposition morale intérieure de la personne.

25 « […] judge in gross of the Action itself », ibid., II, V, XII, p. 131-132.

26 L’hypothèse de D. F. Norton, rappelons-la, est que l’idée de la vertu est reçue par le sens moral à l’occasion des idées de plaisir ou de peine, selon le modèle des idées de qualités premières reçues à l’occasion des idées de qualités secondes. Mais aucun passage de Hutcheson ne vient étayer cette interprétation. Cf. D. F. Norton, David Hume, op. cit., p. 85-86.

27 Nous ne suivons donc pas W. Frankena lorsqu’il considère que la lecture émotiviste trouve surtout un appui dans les deux premiers écrits de Hutcheson. Cf. W. Frankena, art. cit., p. 366.

28 « Just so in our ideas of actions. These three things are to be distinguished, 1. The idea of the external motion, known first by sense, and its tendency to the happiness or misery of some sensitive nature, often inferred by argument or reason. 2. Apprehension or opinion of the affections in the agent, concluded by our reason: so far the idea of an action represents something external to the observer. 3. The perception of approbation or disapprobation arising in the observer, according as the affections of the agent are apprehended kind in their just degree, or deficient, or malicious » (F. Hutcheson, Illustrations, IV, éd. cit., p. 177).

29 La lecture émotiviste nous semble alors devenir plus pertinente.

30 F. Hutcheson, Essay, IV, éd. cit., p. 76.

31 Ibid., p. 78.

32 F. Hutcheson, A System of Moral Philosophy, I, V, VIII, éd. cit., p. 97.

33 « The fault or error is in the opinion or understanding, and not in the moral sense: what it approves is truly good; tho’ the action may have no such quality », ibid., p. 91.

34 « Let us keep moral approbation for our sentiments of such dispositions, affections, and consequent actions, as we repute virtuous », ibid., I, II, IX, p. 27.

35 « Sentiments » est par exemple employé pour décrire les affections conjugales dans A System of Moral Philosophy, op. cit., I, II, X, p. 33, comme dans l’Essay où le terme était déjà employé pour qualifier les affections d’amour ou de haine (« Il may perhaps be convenient to confine Love and Hatred to our Sentiments toward Moral Agents », F. Hutcheson, Essay, III, éd. cit., p. 52), alors que la joie et la tristesse, affections relatives à soi-même, étaient qualifiées de « sensations » (ibid., p. 51). Les affections morales de gratitude, éprouvées aussi bien à l’égard des hommes que de la divinité, étaient aussi qualifiées de sentiments (« raising sentiments of gratitude toward the deity », F. Hutcheson, Illustrations, VI, VII, éd. cit., p. 199).

36 J. Mullan, op. cit., p. 24.

37 « To have the sense of virtue, is nothing but to feel a satisfaction of a particular kind from the contemplation of a character » (D. Hume, Treatise of Human Nature, III, III, I, in The Philosophical Works, éd. T. H. Green et T. H. Grose, 4 vol., Darmstadt, Scientia Verlag Aalen, 1992, à partir de l’édition de Londres de 1882, vol. 2, p. 247).

38 « If any action be either virtuous or vicious, ʼtis only a sign of some quality or character », ibid., p. 335.

39 Ibid., III, III, I, p. 335-336.

40 « But in many orders of beauty, particularly those of the finer arts, it is requisite to employ much reasoning, in order to feel the proper sentiment; and a false relish may frequently be corrected by argument and reflection. There are just grounds to conclude, that moral beauty partakes much of this latter species, and demands the assistance of our intellectual faculties, in order to give it a suitable influence on the human mind » (F. Hutcheson, Inquiry Concerning the Principles of Morals, I, éd. cit., vol. 4, p. 172).

41 Chez Hutcheson, les passions sont marquées par leur caractère irrégulier et subjectif ; cf. F. Hutcheson, Inquiry, II, IV, II, éd. cit., p. 137-138: « Nay, sometimes violent Passions, while they last, will make them approve very bad Actions in a moral Sense, or very pernicious ones to the Agent, as advantageous […] ». Voir aussi ibid., p. 160 : « A sudden Passion of Hatred or Anger may represent a Person as absolutely evil, and so extinguish Pity; but when the Passion is over, it often returns. »

Top of page

References

Electronic reference

Laetitia Simonetta, « Comment percevoir l’intention morale ? Le sentiment chez Francis Hutcheson », Études Épistémè [Online], 30 | 2016, Online since 23 January 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://episteme.revues.org/1322 ; DOI : 10.4000/episteme.1322

Top of page

About the author

Laetitia Simonetta

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Laetitia Simonetta est agrégée de philosophie et docteur de l’ENS de Lyon - Université de Lyon. Elle enseigne actuellement la philosophie en classe terminale dans l’Essonne.

Top of page
  • Revues.org