Navigation – Plan du site

John Milton: De l’engagement comme contrainte à l’engagement comme vertu

John Milton: From commitment as duty to commitment as virtue
Gilles Sambras
p. 10

Résumés

À bien des égards, Milton est le modèle de l’écrivain engagé pour qui la plume est une arme qu’il met au service d’un combat pour ce qu’il considère comme la Vérité. Ce constat évident n’en est pas moins paradoxal pour au moins deux raisons : la première est que l’engagement n’est pas quelque chose qui va de soi pour Milton ; bien au contraire, cet engagement est le résultat d’un choix fait après des années d’hésitations et, en partie, à regret. La seconde raison est liée à la première et constitue un paradoxe encore plus étonnant ; Milton fait partie de ces écrivains qui considèrent que l’écriture engagée est une forme subalterne qui s’oppose à la vocation artistique par essence supérieure. Cette opposition conduit à une vision duelle de l’œuvre miltonienne opposant la prose engagée et de circonstance au chef d’œuvre poétique et universel que constitue Paradise Lost. Une telle opposition, quoique séduisante, s’avère cependant fausse. De bien des façons, Paradise Lost est une œuvre engagée qui entretient des rapports étroits avec les textes en prose des décennies précédentes. Ce qui nous intéresse ici c’est de voir de quelle façon la question même de l’engagement traverse la vie et l’œuvre de Milton ; comment les textes en prose puis Paradise Lost, ne sont pas seulement des textes engagés, mais aussi des textes sur l’engagement ; comment Milton évolue d’une conception de l’engagement comme nécessité contingente à celle de l’engagement comme vertu essentielle, par laquelle l’homme fait un usage manifeste de son libre-arbitre.

Haut de page

Texte intégral

1Il semble nécessaire de commencer par préciser ce que nous entendons par la notion d’engagement dans les pages qui suivent. Le concept, tel que nous l’utiliserons ici a en réalité une double signification. L’engagement se définit d’abord par opposition à la retraite, l’engagement dans le monde par opposition au repli sur soi. En ce sens, c’est une opposition qui se superpose à celle de la sphère privée et de la sphère publique ou encore de l’otium et du negotium. Dans un second temps (même si en réalité, les deux formes d’engagement sont en réalité simultanées pour Milton), l’engagement comme entrée dans le monde implique de « choisir son camp » et nous envisageons alors la notion d’engagement dans son sens étymologique renvoyant à l’idée de se lier à une idée, une cause, un parti. Nous verrons en effet que pour Milton, s’engager revient tout à la fois à renoncer à la retraite contemplative et à choisir son camp pour combattre dans l’arène publique. En d’autres termes, même si l’engagement n’est pas par essence partisan, il l’est de fait dans le cas de Milton pour qui écriture engagée rime avec écriture polémique car Milton ne contente jamais d’être le commentateur des débats politico-religieux de son temps, il s’engage au contraire dans ces débats de façon violemment partisane.

  • 1 David Loewenstein présente Milton comme l'un des plus redoutables polémicistes de son temps pour qu (...)

2Partant de cette définition, est-il vraiment besoin de souligner que Milton est un écrivain engagé ? N’est-il pas de bien des façons le « modèle » de l’écrivain engagé ? Pendant trente ans, Milton consacre toute son énergie à composer pamphlets et essais au service des causes qu’il entend défendre : de son premier essai sur l’organisation de l’Eglise (The Reason of Church Government) à son ultime traité politique et républicain (The Ready and Easy Way to Establish a Commonwealth) en passant par les tracts sur le divorce, la liberté d’expression et la défense du régicide, c’est bel et bien la carrière et la vie de Milton qui sont placés sous le signe de l’engagement1. À ce titre, l’un de ses premiers textes, qui reste aujourd’hui l’un des plus connus, son Areopagitica, vibrant plaidoyer pour la liberté d’expression, est également, et peut-être même davantage, un plaidoyer en faveur de l’écriture engagée puisque les livres, ceux qui font polémique, y sont présentés comme des choses vivantes, des armes potentielles, dangereuses mais aussi nécessaires pour l’usage de la liberté et de la raison :

  • 2 John Milton, The Major Works, éd. Stephen Orgel and Johnathan Goldberg, Oxford, Oxford University P (...)

For books are not absolutely dead things, but do contain a potency of life in them to be as active as that soul whose progeny they are. [...] I know they are as lively and as vigorously productive as those fabulous dragon’s teeth; and being sown up and down, may chance to spring up armed men. [...] he who destroys a good book kills reason itself.2

1. Biographie: de l’incertitude à l’engagement

3Toutefois, même si Milton apparaît aujourd’hui comme une figure exemplaire de l’engagement, le fait est que, pour le jeune Milton tout au moins, l’engagement était loin d’être une évidence.

  • 3 John Milton, The Second Defence of the People of England, against an anonymous libel entitled the (...)

4La biographie nous laisse en effet perplexe. En 1632, à l’issue de ses études à Cambridge, Milton, loin de s’engager dans quoi que ce soit, se retire en quelque sorte du monde pour compléter son éducation par l’étude et la lecture à Horton dans la résidence de ses parents, et ce durant cinq années qu’il décrira comme « an interval of uninterrupted leisure »3. Durant cette période, Milton compose entre autres les Companion Pieces, l’Allegro et Il Penseroso. On a souvent, et sans doute à juste titre, voulu voir dans ces textes les interrogations du jeune Milton lui-même à un moment où il doit choisir quelle vie il entend mener. Or, ni l’un ni l’autre de ces poèmes ne laisse pressentir le désir de l’engagement. De fait, l’engagement (au sens politique et/ou idéologique, c’est à dire au sens d’engagement partisan) n’est même pas envisagé et le débat se cantonne à une opposition entre les plaisirs du monde et ceux de la vie contemplative et religieuse. Notons au passage que les attraits de la vie religieuse n’ont alors rien à voir avec un quelconque engagement dans les débats religieux du moment ; bien au contraire, l’auteur semble sensible aux plaisirs plus paisibles d’une retraite monastique :

  • 4 John Milton, The Major Works, op. cit., p. 29.

But let my due feet never fail,
To walk the studious cloister’s pale,
And love the high embowed roof,
With antic pillars’ massy proof,
And storied windows richly dight,
Casting a dim religious light. (Il Penseroso, ll. 155-160)4

Il est bien sûr assez paradoxal de trouver sous la plume du protestant radical qu’est Milton, la description d’un otium idéal qui évoque irrésistiblement les attraits d’un cloître catholique. Il est également clair que ce qui caractérise cet otium, c’est avant tout d’être le lieu de l’étude (’studious’). Nous sommes donc encore loin du Milton qui dans l’Areopagitica, rejettera avec virulence cette même vie ’cloîtrée’, devenue symbole de la retraite hors du monde qui conduit à un refus coupable de l’engagement militant.

  • 5 John Milton, Second Defence, CPW, op. cit., p. 322.
  • 6 Voir en particulier sonnet VII (v. 9-14). John Milton, The Major Works, op. cit., pp. 34-35.
  • 7 John Milton,Second Defence, CPW, op. cit., p. 323.

5En 1638, Milton entreprend son Grand Tour à travers l’Europe alors que l’Angleterre se dirige lentement vers la Guerre Civile. C’est en 1639 que semble naître le désir de s’engager dans la vie publique puisqu’il met un terme à son voyage au milieu de l’année lorsque les rumeurs de Guerre Civile commencent à se répandre : « For I thought it base that I should travel abroad at my ease for the cultivation of my mind, while my fellow citizens at home were fighting for liberty »5. Notons également que ce besoin de servir que Milton exprime ici a une dimension religieuse importante. Depuis sa jeunesse, Milton est hanté par la question du rôle qu’il est appelé à jouer au service de Dieu6. Ce vague désir d’engagement reste cependant des plus timides et Milton préfère encore l’étude aux débats puisque, une fois de retour à Londres, et après avoir trouvé un logement, il se replonge avec plaisir dans les études en laissant à d’autres la charge du destin national : « [...] And there, blissfully enough, devoted myself to my interrupted studies, willingly leaving the outcome of these events, first of all to God, and then to those whom the people had entrusted with this office »7. L’engagement ne prend donc vraiment forme que dans les années 1641-1642 où Milton publie ses premiers textes sur les questions politiques et religieuses qui agitent le pays et il prendra soin plus tard de s’en expliquer :

  • 8 Second Defence, ibid.

Since, moreover, I had so practised myself from youth that I was above all things unable to disregard the laws of God and man, and since I had asked myself whether I should be of any future use if I know failed my country (or rather the Church and so many of my brothers who were exposing themselves to danger for the sake of the Gospel) I decided, although at the time occupied with certain other matters, to devote to this conflict all my talents and all my active powers.8

6Cette déclaration d’engagement, présentée par Milton lui-même, appelle quelques commentaires. Il faut bien sûr garder à l’esprit les circonstances de rédaction de ce texte : nous sommes en 1653, Milton est déjà reconnu comme le propagandiste officiel du gouvernement révolutionnaire et est en train de répondre à des attaques personnelles qui le présentent comme un extrémiste ambitieux et jaloux. Son texte cherche à l’évidence à donner de son engagement une image positive et il y a sans doute une part de ’reconstruction stratégique’ du passé. Néanmoins, le portrait que Milton dresse de lui-même à ce moment de sa vie correspond bien à ce que laissait entrevoir entre autres les Companion Pieces, à savoir un jeune homme sincèrement croyant et surtout plus attiré par les livres et l’étude que par le combat politique et religieux. Il y a sans doute une part de sincérité dans la façon dont Milton nous présente son engagement comme quelque chose que les circonstances d’une part, et ses principes moraux et religieux d’autre part, lui imposent. Si l’on veut donc bien croire un instant à cette auto-représentation, le texte a également l’intérêt de souligner les deux principales motivations de l’engagement miltonien : une aversion forgée par l’éducation face à la transgression des lois divines et humaines conjuguée au désir d’être utile, c’est-à-dire de mettre son talent au service de Dieu et de son pays. En dépit toutefois de ces motivations, l’engagement pour Milton semble être d’abord vécu comme une contrainte qui le détourne, comme à regret, de « certain other matters ».

2. L’engagement comme forme mineure de l’écriture

7Il est important de s’interroger sur les raisons de cette réticence initiale à l’égard de l’engagement politico-religieux qui va pourtant occuper exclusivement Milton durant les deux décennies suivantes.

8La plus importante est que pour Milton, l’écriture engagée, la prose pamphlétaire, est une forme mineure de l’écriture. Comme en témoignent ses écrits de jeunesse, Milton se sait une vocation poétique dont ses engagements politico-religieux vont temporairement le détourner. C’est un regret qu’il exprime dans un de ses tout premiers essais :

  • 9 John Milton, The Reason of Church Government, Bk 2, ibid., p. 85.

I should not choose this manner of writing, wherein knowing myself inferior to myself, led by the genial power of nature to another task, I have the use, as I may account, but of my left hand.[...] For although a poet, soaring in the high reason of his fancies, with his garland and singing robes about him, might, without apology, speak more of himself than I mean to do; yet for me sitting here below in the cool element of prose, a mortal thing among many readers of no empyreal conceit, to venture and divulge unusual things of myself, I shall petition to the gentler sort, it may not be envy to me.9

  • 10 Christophe Tournu, Théologie et politique dans l'oeuvre en prose de John Milton, Paris, Presses Uni (...)

9Tout dans ce texte indique le peu d’estime que Milton a pour la prose qui caractérise l’écriture engagée à laquelle il ne se consacre qu’à regret et parce qu’il y voit son devoir. En filigrane se dessine une vision de l’écriture poétique qui s’oppose en tous points au travail du prosateur polémiste. Le poète écrit hors et au-delà du temps et de l’histoire ; l’écriture poétique a une dimension universelle ; l’engagement est la tâche inférieure du prosateur. A cet égard, il n’est donc pas certain que Milton aurait souscrit au portrait que brosse de lui Bernard Cottret, résumant ce bouleversement crucial qui le fait passer de la poésie à l’engagement : « Jusqu’en 1640, Milton est un poète, il n’est qu’un poète, pourrions-nous dire. Puis, comme Malraux (et quelques autres), il rencontre la révolution, l’engagement, et l’ivresse de la politique »10. De la même façon, il n’aurait pas souscrit davantage aux vers de Marvell :

  • 11 Andrew Marvell, « Tom May's Death », v. 65-69 dans The Poems of Andrew Marvell, éd. Nigel Smith, Lo (...)

Then is the Poets time, ’tis then he drawes,
And single fights forsaken Vertues cause.
He, when the wheel of Empire, whirleth back,
And though the World disjointed Axel crack,
Sings still of ancient Rights and better Times,
Seeks wretched good, arraigns successful Crimes11

10Pour Marvell, le temps du poète est celui de la crise politique et l’engagement est ce qui fait le poète dont le rôle est de défendre les droits et dénoncer le crime. Il y a sans doute une grande ironie dans la confrontation des points de vue sur l’écriture engagée de ces deux poètes contemporains, collègues et amis. Marvell, dont les engagements resteront (et restent encore) souvent vagues et incertains, faisant l’apologie de la poésie engagée, allant même jusqu’à faire de l’engagement l’essence même de la vocation poétique et Milton, figure même du poète engagé, qui n’y voit qu’une forme subalterne de l’écriture.

  • 12 John Milton, CPW, op. cit., p. 63. Cette vision qu'a Milton de lui-même en prophète inspiré trouver (...)

11Notons enfin que ce premier texte véritablement engagé, même s’il souligne l’infériorité de la prose polémique face à l’écriture poétique, laisse également entrevoir une des motivations de cet engagement que nous avons déjà brièvement évoquée, à savoir que Milton conçoit l’engagement comme un devoir religieux, la façon dont il peut mettre à profit ses talents au service de Dieu. C’est ainsi que Milton commence à se considérer comme prophète inspiré et guidé par Dieu: « And if any man incline to think I undertake a task too difficult for my years, I trust through the supreme enlightening assistance far otherwise; »12

3. La nécessité d’assumer ses engagements

  • 13 Voir Anna Beer, Milton: Poet, Pamphleteer, and Patriot, London, Bloomsbury Press, 2008, p. 146.
  • 14 C'est d'ailleurs en réaction aux attaques personnelles dont il est victime après la publication de (...)
  • 15 Frank Lovett, « Milton's Case for a Free Commonwealth », American Journal of Political Science, 49, (...)
  • 16 Notons toutefois que Milton lui-même avait publié ses premiers tracts de façon anonyme. Le premier (...)

12Même si l’engagement correspond pour Milton à une forme mineure de l’écriture, il implique une responsabilité à laquelle l’auteur ne saurait se soustraire. Etre un écrivain engagé, c’est également accepter de prendre des risques, se faire des ennemis et éventuellement payer le prix de son engagement. Milton illustre à merveille ce courage qui va de pair avec l’engagement. Ses tracts sur le divorce lui vaudront insultes et réprobation13, sa défense du régicide lui vaudra les attaques personnelles de ses détracteurs continentaux14, son engagement au service de la république lui vaudra un séjour en prison à la restauration ; enfin, c’est vers la fin de sa carrière de polémiste que Milton nous donne un des exemples les plus remarquables de la totalité d’un engagement qui ne faiblit pas même lorsque la cause semble perdue ; alors que la restauration apparaît inévitable, Milton, infatigable, reprend contre toute attente la plume pour composer, au mépris des risques encourus et au nom de la ’Good Old Cause’, un ultime tract républicain, The Ready and Easy Way to Establish a Commonwealth, une attitude qui suscite encore l’étonnement chez nombre de commentateurs : « This shift is particularly striking given the obvious inevitability of restoration when the latter tract was written, and the possibility that publishing such a vehemently antimonarchical tract might therefore expose Milton to personal danger »15. Une fois encore, l’Areopagitica nous montre à quel point Milton fut dès le début conscient de la responsabilité personnelle qui accompagne l’écriture engagée. La liberté d’expression n’a de sens pour Milton que si l’écrivain est prêt à assumer la responsabilité de ses écrits ; c’est pourquoi Milton, qui s’oppose à toute forme de censure, s’oppose aussi aux publications anonymes (suggérant un retour à l’ordonnance de 1642)16 :

  • 17 John Milton, Areopagitica,, The Major Works, op. cit., p. 272.

As for regulating of the press, let no man think to have the honour of advising ye better than yourselves have done in that order published next before this, ’That no book be printed, unless the printer’s and the author’s name, or at least the printer’s be registered’. Those which otherwise come forth, if they be found mischievous and libellous, the fire and the executioner will be the timeliest and the most effectual remedy that man’s prevention can use.17

13Même si une telle vision peut sembler choquante à une époque comme la nôtre qui revendique une liberté d’expression inconditionnelle, l’engagement pour Milton a un prix qu’il convient d’être prêt à assumer.

4. L’engagement comme vertu (Areopagitica)

  • 18 Ibid., p. 247-248.
  • 19 The Reason of Church Government dans John Milton, CPW, op. cit., p. 66

14La question de la responsabilité qui est une condition indissociable de l’engagement, nous permet de commencer à entrevoir ce que recouvre vraiment le concept d’engagement pour Milton. Comme il en fera l’amère expérience, s’engager revient nécessairement à s’exposer et à choisir son camp. L’écriture engagée est une écriture de combat. Ce n’est pas un hasard si l’une des images qui revient sans cesse dans l’Areopagitica est celle des « guerres de la vérité ». Les livres sont les armes de cette guerre. C’est donc à la lumière de ce concept d’engagement qu’il convient de relire la fameuse définition de la vertu que propose l’Areopagitica : « I cannot praise a fugitive and cloistered virtue, unexercised and unbreathed, that never sallies out and sees her adversary, but slinks out of the race where that immortal garland is to be run for, not without dust and heat »18. Ce texte est crucial à plus d’un titre. Sur le plan biographique d’abord, il marque une rupture fondamentale avec ce que nous avons vu plus haut. La vertu ’cloîtrée’ n’était-elle pas celle à laquelle aspirait le jeune auteur de Il Penseroso et à laquelle renonce si difficilement l’apprenti polémiste des années 1641-1642 ? Cette vision de la vertu marque ainsi le rejet final et philosophique de la tentation de l’otium, du repli intérieur dans la tour d’ivoire de l’étude et de la création artistique, qui avait tenaillé le jeune Milton. Cette vision est d’ailleurs conforme à l’idée que Milton se fait de l’Eglise comme « Church militant »19. L’Areopagitica constitue un tournant majeur dans la vie de Milton, et en particulier dans sa relation au concept d’engagement. Ce qui était jusqu’à présent vécu sous le mode de la contrainte, et comme un contre-temps le détournant d’une vocation poétique supérieure, devient désormais la condition même de la vertu. Soulignons également, et c’est un point important sur lequel nous reviendrons, que la « nature » de l’engagement (entendons par là le « camp » choisi) importe peu. La vertu, c’est d’abord de s’engager, c’est-à-dire choisir son camp, se lier à une idée ou un parti et accepter le combat qui en résulte. En d’autres termes, celui qui s’engage, même à tort, est plus « vertueux » que celui qui ne s’engage pas du tout. C’est une idée qui est au coeur de l’Areopagitica : les livres, même mauvais, sont utiles au triomphe de la vérité et au progrès de la raison car la vérité naît de la confrontation :

  • 20 Ibid., p. 260-261.

Truth is compared in Scripture to a streaming fountain; if her waters flow not in a perpetual progression, they sicken into a muddy pool of conformity and tradition. A man may be a heretic in the truth; and if he believes things only because his pastor says so, or the assembly so determines, without knowing other reason, though his belief be true, yet the very truth he holds becomes his heresy.20

  • 21 Ibid., p. 252.

15La vérité en outre est mouvante. En l’absence de confrontation, de débat, elle risque de se figer sous les formes honnies par Milton de la tradition et de la superstition. La seule manière d’empêcher ce phénomène est une confrontation permanente, le conflit incessant des idées auquel tous les croyants doivent activement prendre part. L’engagement des auteurs doit susciter l’engagement des lecteurs avec les idées auxquelles ils sont confrontés : analyser, accepter, réfuter, choisir sont les manifestations concrètes d’une vertu en action. Etre vertueux, c’est donc faire à chaque instant usage de sa raison et la raison n’est autre pour Milton que la faculté de choisir, c’est-à-dire de s’engager et encore une fois, il faut entendre par là s’engager de façon partisane, choisir un camp contre un autre, prendre position à la fois sur la scène politique et sur la scène religieuse, sur donc tout ce qui constitue la scène publique dans l’Angleterre révolutionnaire. Dans un des passages les plus provocants de son essai, Milton insiste sur la nécessité du mal et de la tentation. Ce passage, où l’on voit apparaître les thèmes qui seront au cœur de sa grande épopée spirituelle affirme que la tentation était nécessaire pour qu’Adam puisse faire usage de sa vertu et de sa raison, en choisissant, donc en s’engageant pour ou contre Dieu : « Many there be that complain of divine Providence for suffering Adam to transgress. Foolish tongues! when God gave him reason, he gave him freedom to choose, for reason is but choosing »21. Or, dans le cas dont parle Milton, choisir, pour Adam et Eve, ne peut signifier qu’une chose : choisir l’obéissance ou la rébellion, choisir de se tourner vers Dieu ou de s’en détourner. C’est précisément pour cela que la tentation existe : car Dieu veut être choisi comme il le dira lui-même dans Paradise Lost en reprenant presque à l’identique la formule utilisée des années plus tôt dans l’Areopagitica :

  • 22 Paradise Lost, III, v.107-111. dans John Milton, The Major Works, op. cit., p. 405.

What pleasure I from such obedience paid,
When will and reason (reason also is choice)
Useless and vain, of freedom both despoiled,
Made passive both, had served necessity,
Not me.22

5. Le non engagement ou la ’tiédeur’ comme le pire des défauts

16Ce n’est sans doute pas une coïncidence si Milton devient véritablement un écrivain engagé au moment où il élabore sa conception de la vertu comme étant tout à la fois raison et choix. Après l’Areopagitica, l’ensemble de l’œuvre de Milton, à la fois les textes en prose mais aussi Paradise Lost, semble devenir une illustration de cette idée fondamentale. On envisagera ici deux exemples qui, par leurs natures très différentes, soulignent à quel point cette idée de l’engagement comme vertu unifie l’ensemble de l’œuvre miltonienne.

  • 23 Loewenstein, op. cit., p. 77.
  • 24 John Milton, CPW, op. cit., p. 98.
  • 25 Ibid., p. 117.

17Dans les semaines et les mois qui précèdent et suivent l’exécution de Charles, Milton prend la plume à plusieurs reprises pour défendre le régicide. Milton s’engage entièrement dans la fureur de ce qui constitue explicitement à ses yeux un combat23. Ses textes sont souvent d’une grande violence partisane et Milton n’hésite pas à recourir à la calomnie et à l’insulte pour atteindre son objectif : Saumaise devient une « loathsome beast » (First Defence)24, « a miserable enchanted beast, a filthy swine, accustomed to a sordid slavery even under a woman »25. Milton illustre donc bien à sa façon l’opposition qu’il fait sienne entre les sphères éthérées de l’écriture poétique et l’arène publique où l’écrivain se bat dans la poussière et la sueur de l’écriture engagée.

  • 26 John Milton,,The Tenure of Kings and Magistrates, dans Major Works, p. 275.
  • 27 Ibid.
  • 28 John Milton, "A defence of the people of England, in answer to Salmasius’s defence of the King." (" (...)
  • 29 Ibid., p. 84.

18Or, les victimes les plus fréquentes de la virulence rhétorique du polémiste ne sont pas forcément ses adversaires les plus évidents. Bien souvent, Milton réserve son fiel, non aux royalistes mais aux membres les plus tièdes du parlement, ceux en particulier qui reculent devant la perspective du régicide. Et le reproche principal qu’il leur adresse porte essentiellement sur leur « tiédeur », leur incapacité à aller jusqu’au bout du combat qu’ils ont entamé et donc de leur engagement, « their fear of change »26 et la façon dont certains « begin to swerve and almost shiver at the majesty and grandeur of some noble deed, as if they were newly entered into a great sin »27. En dénonçant ainsi avec violence leur peur de leurs propres actions, leur incapacité à assumer les choix qu’ils ont faits, leurs calculs égoïstes, leur désir frileux de revenir en arrière vers la sécurité d’une monarchie qui faisait d’eux des esclaves, Milton entend avant tout montrer que, dans leur majorité, les hommes sont en réalité incapables d’être libres, dans la mesure où la liberté, au sens où il l’entend, implique la capacité de choisir, donc de s’engager et d’assumer les risques et les conséquences de ses engagements : « I confess there are but few, and those men of great wisdom and courage, that are either desirous of liberty, or capable of using it. The greatest part of the world choose to live under masters »28. Et plus loin, Milton défend avec véhémence cette minorité d’hommes qui, à son instar, sont prêts à aller jusqu’au bout de leurs convictions: « What if the greater part of the senate should choose to be slaves, or to expose the government to sale, ought not the lesser number to interpose, and endeavour to retain their liberty, if it be in their power? »29.

  • 30 John Milton, Major Works, p. 383.
  • 31 Ibid., p. 378.
  • 32 Ibid., p. 381.

19Quelques décennies plus tard et dans un contexte fort différent, Milton retrouve des accents semblables pour stigmatiser ce qui devient pour lui la faute la plus grave : la tiédeur, l’attentisme, le refus d’assumer un engagement clair. Ainsi dans Paradise Lost, au début du livre II, les anges déchus tiennent conseil dans leur palais nouvellement érigé de Pandemonium. Trois démons prennent tour à tour la parole pour proposer trois stratégies différentes. Moloch d’abord propose de reprendre le combat et de lutter jusqu’à l’anéantissement total ; Belial ensuite propose de ne rien faire, de feindre la soumission pour espérer obtenir enfin le pardon divin ; Mammon quant à lui propose d’explorer les richesses des Enfers où il ne doute pas de découvrir or et pierres précieuses pour créer ainsi un empire « Which might rise [...] In emulation opposite to Heaven » (v. 296-298)30. À chaque fois le narrateur nous met en garde contre les propos des anges déchus. Or, le ton du narrateur ne laisse aucun doute quant à celui de ces projets qu’il considère comme étant le plus ignoble, celui de Belial : « for his thoughts were low ; / To vice industrious, but to nobler deeds / Timorous and slothful » (v.115-117)31 et à nouveau : « Thus Belial with words clothed in reason’s garb / Counselled ignoble ease, and peaceful sloth, » (v. 226-227)32.

  • 33 Ibid., p. 382.

20À travers la nature des commentaires du narrateur, on voit clairement ce que le projet de Belial a d’inacceptable, même s’il est paradoxalement le plus ’pacifique’. Moloch propose une lutte ouverte, un engagement clair ; Mammon quant à lui refuse la servitude en affirmant, dans des accents qui rappellent l’orgueil de Satan, que les anges déchus doivent assumer leur propre destin, « preferring / hard liberty before the easy yoke of servile pomp » (v. 255-257)33. Belial au contraire propose l’oisiveté et la soumission, le retrait hors de l’arène et de la lutte, le refuge d’un cloître hypocrite. Belial est donc bien semblable aux presbytériens timorés que Milton vilipende dans ses pamphlets. Ils ont en commun une lâcheté qui les conduit à renoncer à leurs engagements pour se réfugier dans la sécurité paresseuse du statu quo ante bellum.

21Il apparaît enfin significatif que la charge du narrateur contre Moloch et Mammon soit clairement moins forte que contre Belial : s’engager jusqu’au bout, même contre Dieu, est finalement moins grave que ne pas s’engager du tout.

  • 34 Pour une analyse approfondie des rapports complexes entre vertu, raison, liberté et choix, voir ent (...)
  • 35 ,Areopagitica, dans John Milton,Major Works, op. cit., p. 252.
  • 36 « Howsoever since it thus appeares that custome was the creator of Prelaty being lesse ancient then (...)
  • 37 Areopagitica dans John Milton, Major Works, op. cit., p. 259. Pour une explication de ce revirement (...)

22Vus sous cet angle, la vertu, la raison, le choix sont autant de termes qui renvoient finalement au fameux libre-arbitre miltonien, qui est sans doute la pierre angulaire sur laquelle repose l’ensemble de son œuvre et dont l’engagement est une facette supplémentaire. Libre-arbitre, raison, choix sont autant de noms qu’utilise Milton pour renvoyer à une même réalité. Le libre-arbitre est la faculté de choisir à la lumière de la raison34 mais le libre-arbitre n’est pas seulement une potentialité ou une simple possibilité de choisir car il ne prend vraiment sens que dans son usage. Or, exercer son libre-arbitre, donc choisir à la lumière de la raison, c’est prendre position et donc s’engager. La culpabilité d’Ève puis d’Adam est ainsi à nuancer. Tous deux sont évidemment coupables car ils s’engagent contre Dieu. Mais cette errance dans l’engagement est à tout prendre moins critiquable qu’une absence totale d’engagement. L’engagement est nécessaire à l’homme vertueux même si l’erreur est humaine. Dieu lui-même n’aurait accordé aucune valeur à une obéissance aveugle, forcée qui n’aurait pas été le résultat d’un choix libre: « We ourselves esteem not of that obedience, or love, or gifts, which is of force; God therefore left him free, set before him a provoking object ever almost in his eyes, herein consisted his merit, herein the right of his reward, the praise of his abstinence »35. Milton est au demeurant bien placé pour savoir que tout engagement implique le risque de l’erreur. Dans l’un des ses premiers écrits engagés, celui-là même où il dit se mettre à écrire « de la main gauche » (The Reason of Church Government), Milton prenait fait et cause pour les Presbytériens en soulignant que l’ancienneté et la légitimité de l’institution des presbytères contre celle des prélats36 avant d’affirmer, seulement quelque deux ans plus tard, que « Bishops and Presbyters are the same to us both name and thing »37.

  • 38 John Milton, Major Works, op. cit., p. 542 & p. 546-547.
  • 39 Ibid., p. 532.

23Pourquoi Adam et Ève se trompent-ils ? La réponse la plus évidente (mais aussi, comme toujours la moins satisfaisante) est qu’ils laissent leurs passions respectives obscurcir leur raison. Le texte de Paradise Lost ne cautionne que partiellement cette réponse : Ève, comme Adam, prend le temps de raisonner avant de commettre l’irréparable (IX, v. 745-779 ; v. 921-959)38. Le fait qu’ils arrivent à des conclusions erronées (tout comme Moloch et Mammon) montre seulement à quel point il est difficile pour l’homme de raisonner sans passion ni préjugé. La démarche, même si elle aboutit à la catastrophe, relève néanmoins de l’exercice essentiel de la vertu. C’est parce qu’elle veut exercer son libre-arbitre, c’est-à-dire, choisir par elle-même, qu’ Ève se sépare d’Adam au matin fatidique et en utilisant des arguments qui rappellent irrésistiblement les mots mêmes de l’Areopagitica : « And what is faith, love, virtue, unassayed / Alone, without exterior help sustained ? » (v. 335-336)39.

  • 40 Ce qui montre au passage de façon indiscutable que Milton rejette la conception augustinienne-calvi (...)
  • 41 Paradise Lost, III, v. 103-106 dans John Milton, Major Works, op. cit., p. 404.

24En dépit de ses terribles conséquences, croquer le fruit de l’arbre défendu est le premier acte par lequel Ève puis Adam s’efforcent d’exercer leur libre-arbitre et de s’engager, Ève choisit de désobéir en acceptant les arguments du serpent tout comme Adam choisit de désobéir par amour pour Ève. A ce « mauvais » engagement fait écho le choix que fait Adam après la Chute de renoncer à la rébellion pour implorer le pardon divin et qui est l’expression cette fois positive du même libre-arbitre40 ; c’est aussi le premier moment où l’on peut dire d’Adam et Ève qu’ils choisissent Dieu. C’est donc sans doute le plus fondamental et le plus fascinant des paradoxes de la pensée miltonienne : l’exercice du libre-arbitre est la cause du péché originel de l’homme mais le même libre-arbitre est également la source de sa vertu essentielle, sans laquelle Dieu ne saurait avoir la preuve de la sincérité de la foi41, celle enfin qui conduit l’homme hors du jardin cloîtré vers un engagement nécessaire dans et avec l’histoire.

25- Milton, John. Paradise Lost. Orgel, Stephen and Goldberg, Johnathan, ed. John Milton. The Major Works, Oxford, Oxford University Press, 1991.

Haut de page

Bibliographie

- Milton, John. Complete Prose Works. Electronic edition (The online library of liberty: liberty fund, inc. 2005), p. 513. http://oll.libertyfund.org/titles/milton-the-prose-works-of-john-milton-vol-2. Griswold, Rufus Wilmot, ed. The Prose Works of John Milton, 2 vols, 1847.

- Walker, William, « Reason, faith and freedom in Paradise Lost », Studies in English Literature 1500-1900, vol. 47, n° 1, Winter 2007, p. 143-159.

- Smith, Nigel, ed. The Poems of Andrew Marvell. London, Pearson, 2003.

- Loewenstein, David, Milton and the Drama of History, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

- Tournu, Christophe. Théologie et politique dans l’oeuvre en prose de John Milton. Paris, Presses Universitaires du Septentrion, 2000.

- Beer, Anna. Milton: Poet, Pamphleteer, and Patriot, London, Bloomsbury Press, 2008.

- Lovett, Frank. « Milton’s Case for a Free Commonwealth ». American Journal of Political Science, vol. 49, n° . 3, July., 2005, p. 466-478.

Haut de page

Notes

1 David Loewenstein présente Milton comme l'un des plus redoutables polémicistes de son temps pour qui l'écriture est un moyen de façonner l'histoire : « In the prose works the controversial writer assumes an active and dynamic role in the historical process, which he attempts to shape and direct through his polemical discourses ». (David Loewenstein, Milton and the Drama of History, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 4).

2 John Milton, The Major Works, éd. Stephen Orgel and Johnathan Goldberg, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 240.

3 John Milton, The Second Defence of the People of England, against an anonymous libel entitled the royal blood crying to heaven for vengeance on the English parricides." ("Defensio Secunda"), 1653 dans Complete Prose Works, Electronic edition (The online library of liberty: liberty fund, inc. 2005), p. 513. http://oll.libertyfund.org/titles/milton-the-prose-works-of-john-milton-vol-2. Griswold, R. W., ed. The Prose Works of John Milton, vol. 2, 1847.

4 John Milton, The Major Works, op. cit., p. 29.

5 John Milton, Second Defence, CPW, op. cit., p. 322.

6 Voir en particulier sonnet VII (v. 9-14). John Milton, The Major Works, op. cit., pp. 34-35.

7 John Milton,Second Defence, CPW, op. cit., p. 323.

8 Second Defence, ibid.

9 John Milton, The Reason of Church Government, Bk 2, ibid., p. 85.

10 Christophe Tournu, Théologie et politique dans l'oeuvre en prose de John Milton, Paris, Presses Universitaires du Septentrion, 2000, p. 11 (préface de B. Cottret).

11 Andrew Marvell, « Tom May's Death », v. 65-69 dans The Poems of Andrew Marvell, éd. Nigel Smith, Londres, Pearson, 2003, p. 123.

12 John Milton, CPW, op. cit., p. 63. Cette vision qu'a Milton de lui-même en prophète inspiré trouvera bien sûr son expression la plus achevée dans la première invocation de Paradise Lost où Milton se compare implicitement à Moïse (Paradise Lost, I, v.1-26.)

13 Voir Anna Beer, Milton: Poet, Pamphleteer, and Patriot, London, Bloomsbury Press, 2008, p. 146.

14 C'est d'ailleurs en réaction aux attaques personnelles dont il est victime après la publication de sa First Defence of the People of England, en particulier dans un pamphlet anonyme intitulé 'The Royal Blood Crying to Heaven for Vengeance on the English Parricides' que Milton entreprendra la rédaction de sa Second Defence of the People of England qui est aussi une défense de lui-même.

15 Frank Lovett, « Milton's Case for a Free Commonwealth », American Journal of Political Science, 49, 2005, p. 466-478, en particulier p. 466.

16 Notons toutefois que Milton lui-même avait publié ses premiers tracts de façon anonyme. Le premier de ses textes en prose publié sous son nom est aussi celui dans lequel il affirme et explique pour la première fois son choix de l'écriture engagée, The Reason of Church Government.

17 John Milton, Areopagitica,, The Major Works, op. cit., p. 272.

18 Ibid., p. 247-248.

19 The Reason of Church Government dans John Milton, CPW, op. cit., p. 66

20 Ibid., p. 260-261.

21 Ibid., p. 252.

22 Paradise Lost, III, v.107-111. dans John Milton, The Major Works, op. cit., p. 405.

23 Loewenstein, op. cit., p. 77.

24 John Milton, CPW, op. cit., p. 98.

25 Ibid., p. 117.

26 John Milton,,The Tenure of Kings and Magistrates, dans Major Works, p. 275.

27 Ibid.

28 John Milton, "A defence of the people of England, in answer to Salmasius’s defence of the King." ("Defensio Pro Populo Anglicano"), 1651, CPW, p. 22 dans R. W. Griswold, ed. The Prose Works of John Milton, vol. 2, 1847.

29 Ibid., p. 84.

30 John Milton, Major Works, p. 383.

31 Ibid., p. 378.

32 Ibid., p. 381.

33 Ibid., p. 382.

34 Pour une analyse approfondie des rapports complexes entre vertu, raison, liberté et choix, voir entre autres l'article de William Walker, « Reason, faith and freedom in Paradise Lost », Studies in English Literature 1500-1900, 47, 2007, 143-159.

35 ,Areopagitica, dans John Milton,Major Works, op. cit., p. 252.

36 « Howsoever since it thus appeares that custome was the creator of Prelaty being lesse ancient then the government of Presbyters, it is an extreme folly to give them the hearing that tell us of Bishops through so many ages: and if against their tedious muster of citations, Sees, and successions, it be reply'd that wagers and Church antiquities, such as are repugnant to the plaine dictat of Scripture are both alike the arguments of fooles, they have their answer. We rather are to cite all those ages to an arraignment before the word of God, wherefore, and what pretending, how presuming they durst alter that divine institution of Presbyters, which the Apostles who were no various and inconstant men surely had set up in the Churches, and why they choose to live by custome and catalogue, or as S. Paul saith by sight and visibility, rather then by faith? But first I conclude from their owne mouthes that Gods command in Scripture, which doubtlesse ought to be the first and greatest reason of Church-government, is wanting to Prelaty ». John Milton, "The Reason of Church Government" in CPW, vol. 1, op. cit., p. 74.

37 Areopagitica dans John Milton, Major Works, op. cit., p. 259. Pour une explication de ce revirement, voir Tournu, op. cit., p. 289-297.

38 John Milton, Major Works, op. cit., p. 542 & p. 546-547.

39 Ibid., p. 532.

40 Ce qui montre au passage de façon indiscutable que Milton rejette la conception augustinienne-calviniste de la destruction irrémédiable de la raison dans la Chute.

41 Paradise Lost, III, v. 103-106 dans John Milton, Major Works, op. cit., p. 404.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Sambras, « John Milton: De l’engagement comme contrainte à l’engagement comme vertu », Études Épistémè, 29 | 2016, 10.

Référence électronique

Gilles Sambras, « John Milton: De l’engagement comme contrainte à l’engagement comme vertu », Études Épistémè [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://episteme.revues.org/1246 ; DOI : 10.4000/episteme.1246

Haut de page

Auteur

Gilles Sambras

Gilles Sambras est maître de conférences à l’Université de Reims où il enseigne la littérature anglaise. Son domaine de spécialité est la poésie du XVIIème siècle et en particulier les rapports entre la littérature et l’histoire. Sa thèse portait sur la poésie d’Andrew Marvell et il est l’auteur de plusieurs articles et chapitres d’ouvrages sur Andrew Marvell et sur John Milton ; il a également édité une série d’articles sur Andrew Marvell et a été président de la Andrew Marvell Society.
Contact : gilles.sambras@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Revues.org